//img.uscri.be/pth/9cdd5280294f37d2f2177517f2226aaff1570e93
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Kinshasa mégalopolis malade des dérives existentielles

De
140 pages
Cet ouvrage incite le lecteur à observer Kinshasa sous l'angle des transformations sociales qui s'y opèrent. L'observation et les analyses portent successivement sur les tensions sociales engendrées par la rumeur, les retombées négatives de la musique, le cauchemar du fiancé à l'occasion de la conclusion du mariage, la promotion du paraître au détriment de l'être, l'obsession d'expatriation de la part des jeunes ainsi que les écueils et avatars qui corrodent la culture scientifique dans le contexte "kinois". Comment changer cette situation ? La reconversion des mentalités par l'éducation permanente des masses a été retenue comme solution incontournable.
Voir plus Voir moins

KINSHASA:
MEGALOPOLIS MALADE DES DERIVES EXISTENTIELLES

Espace L'Hannatlan Kinshasa
Créé en 2003, L'Espace L'Harmattan Kinshasa est dirigé par Léon Matangila Musadila. Il veut inciter les intellectuels africains notamment à valoriser la culture de l'écrit et de belles lettres, assurer aux auteurs la possibilité de publier les ouvrages aux Editions L'Harmattan à Paris sans toutefois se déplacer afin de mieux faire connaître les problèmes de l'Afrique. L'Espace L 'Harmattan Kinshasa est ouvert aux différents thèmes de réflexion sur la société sans aucune distinction. En effet, dans le cadre complexe du mouvement de la mondialisation, le continent africain reste encore en ces débuts du XXI è siècle un vaste chantier à construire. Tout se passe comme si on ne peut que donner raison à un afro-pessimisme. Avec l'Espace L 'Harmattan Kinshasa, l'Afrique veut vivre la réalité de la mondialisation comme un « rendez-vous du donner et du recevoir» au sens de L.S. Senghor. Cependant, l'Afrique ne peut en aucun cas sortir de ses différents maux sans l'engagement des Africains eux-mêmes, des intellectuels surtout. Déjà parus: LOIvIBO, D., L'université chrétienne de Kinshasa: historique et perspectives, Paris, L'Harmattan, Espace L'Harmattan Kinshasa, 2003, 108p. MAT ANGILA Musadila, L., Enseignement universitaire et supérieur au Congo-Kinshasa: défis et éthique, Paris, L'Harmattan, Espace L'Harmattan Kinshasa, 2003, 114 p. En préparation: Un colloque est envisagé à Kinshasa avec la participation de L 'Harmattan Paris sur l'Afrique et la mondialisation, la diffusion des livres au second semestre 2004. .. Pour tout contact: Tél 0024398697603 (Kinshasa) Email: 111atangilanlusadila(q;vahoo.fr 38, rue Mampuka Q.2. Commune de Ndjili , Kinshasa (RDC)

Sylvain SHOMBA KINY AMBA

KINSHASA:
MEGALOPOLIS MALADE DES DERIVES EXISTENTIELLES

Préface de Gaston MWENE BATENDE

Espace L'Harmattan Kinshasa 38, rue Mampuka Q. 2 Ndjili Kinshasa

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris

FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALIE

@L'Hannattan,2004 ISBN: 2-7475-6219-0 EAN: 9782747562195

Nous dédions cet ouvrage à tous les artisans du changement social qui ne reculent pas devant les dérives existentielles jonchées sur le chemin du développement durable.

Du même auteur

1. 2.

Méthodologie de la recherche scientifique, contraintes, étapes et perspectives, Kinshasa, éd. M.E.S., 2003, 168 p. L'Enquête de sciences sociales en milieu congolais. Écueils et pistes de solutions, Kinshasa, Presses Universitaires du Congo, 2000, 84 p. Dynamique sociale et sous-développement en République démocratique du Congo, Kinshasa, Presses Universitaires du Congo, 2000, 154 p. Initiation aux méthodes de recherche en sciences sociales, Kinshasa, Presses Universitaires du Zaïre, 1995, 275 p. Les sciences sociales en question. Un aperçu panoramique et une approche critique, Lubmnbashi, Presses de l'Université de Lubumbashi, 1993, 84 p. La prostitution: son vrai visage au Zaïre, Lubmnbashi, éd. Africa, 1985, 68 p. S1exualitépréconjugale : la virginité féminine dans les sociétés zaïroises d'hier à demain, Lubumbashi, éd. Labossa, 1983, 242 p.

3.

4. 5.

6. 7.

Préface

« 0 tempora ! 0 mores! » (Quelle époque! Quelles mœurs !) L'ouvrage que nous avons le privilège de présenter, dans ces quelques pages, au risque d'en caricaturer le contenu riche d'informations sur le vrai visage de Kinshasa, constitue à la fois le produit des recherches empiriques approfondies et d'un effort patient et soutenu de réflexion théorique d'un éminent collègue, chercheur assidu et analyste attentif des signes du temps. Vous imaginez, d'emblée, la lourde tâche qui nous incombe en introduisant à la production scientifique une œuvre d'une telle envergure. Œuvre pourtant exaltante, dans la mesure où elle vise un noble but: celui de rendre compte de la manière la plus adéquate possible des résultats des investigations scientifiques d'un chercheur qui a volontiers accepté, à travers mille et une difficultés, d'être au chevet d'une respectable patiente, la ville de Kinshasa, au moment où d'autres chercheurs-thérapeutes l'ont abandonnée à son triste sort. Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo, vaste métropole attrayante par ses multiples activités, constitue, de nos jours, malgré son statut imposant de ville tentaculaire, un cas à hauts risques qui nécessite des soins urgents et intensifs. Sylvain Shomba Kinyamba, auteur du présent ouvrage, que le lecteur aura le plaisir de parcourir, n'a pas hésité un seul instant à venir à sa rescousse. Il a posé correctement le diagnostic et, après avoir procédé à l'anamnèse, il lui a prescrit une thérapeutique appropriée.

Dans cette perspective, à l'instar de Molière, ce célèbre peintre des mœurs de son temps, il décrit, avec minutie, les travers multiformes de divers milieux kinois. Bien plus, il va au-delà d'une simple description, d'une photographie fidèle des maux qui rongent l'univers kinois. Il en dégage les logiques sous-jacentes qui rendent possibles leurs diverses manifestations, et qui lui permettent, in fine operis, de proposer des pistes concrètes de solutions. Nous ne le soulignerons jamais assez, la recherche scientifique demeure un outil réflexif sur la praxis. Tout en ayant ses exigences propres, elle n'a de valeur, en dernière instance, qu'en fonction de sa contribution appréciable à la recherche des solutions efficientes aux problèmes multiples et complexes qui se posent dans la société. Elle est, de ce fait, appelée à déboucher sur des actions de transformation de la vie sociale. Dans cette optique, elle ne s'enferme pas dans des laboratoires ou dans le cercle des savants. Elle cesse d'apparaître comme un pur exercice intellectuel, sans impact réel sur la vie en société. C'est sur cet arrière-fond théorique et pratique que s'inscrit le présent ouvrage. Pour mieux le saisir, nous sommes tenus de nous situer nous-mêmes dans cette perspective. Animés de cet esprit, nous serons suffisamment armés pour apprécier la portée et la signification profonde de l'ensemble des données que l'auteur nous livre dans cette importante étude intitulée: Kinshasa: Mégalopolis malade des dérives existentielles. Ce titre évocateur et accrocheur traduit déjà, pratiquement, le contenu du menu et invite, naturellement, à la lecture de l'ouvrage. Celui-ci s'ouvre sur les rumeurs instrumentalisées comme source d'informations et sur les tensions subséquentes dans la vie sociale des kinois. Observateur averti et analyste attentif de divers faits sociaux liés à ce phénomène, l'auteur examine toute une panoplie d'attitudes et de comportements pervers qui n'honorent nullement la vaste agglomération urbaine de Kinshasa.

10

C'est dans cet espace de plus de 6 millions d'habitants que circulent des informations dénuées de tout fondement ainsi que des nouvelles fantaisistes fabriquées de toute pièce et qui perturbent la quiétude même des esprits les moins imperturbables, les plus flegmatiques. Face à leurs effets pervers, l'auteur propose des pistes d'éradication de ces fausses sources d'information en recourant aux méthodes de la critique historique. Celles-ci ont l'avantage de procéder au recoupement de diverses sources d'information et à leur confrontation en contextualisant les faits relatés par divers témoins des événements. L'ouvrage analyse ensuite les retombées positives et surtout les effets pervers de la musique kinoÏse dont l'omniprésence et l'impact sur les habitants de la ville de Kinshasa et d'ailleurs ne sont plus à démontrer. A propos des dérives, citons, entre autres: le contenu immoral de certaines chansons, les tapages diurnes et nocturnes, le comportement ostentatoire des musiciens qui mènent, visiblement, une vie de vedettariat, en apparaissant comme des parvenus, etc. De la musique au religieux à Kinshasa, nous ne franchissons qu'un pas. Celui-ci y marque, d'ailleurs, également sa présence. Le religieux fuse de toutes parts et impose sa présence dans tous les secteurs de la vie kinoise. Il apparaît, visiblement, déborder le cadre de la symbolique qui constitue, normalement, sa fonction spécifique dans la société. Rien que l'usage abusif du nom de Jésus peut bouleverser les croyants modérés et surtout les athées. René Devisch va jusqu'à parler d'un véritable «pillage de Jésus »1. Celui-ci atteint une proportion telle qu'elle peut faire pleurer même les incroyants.

l Lire à ce sujet R. DEVISCR, "Jesus: Healing churches and the vilIagisation of Kinshasa" in Africa, vol. 66, n° 4, 1966, pp. 555-585.

Il

La crise globale que connaît la République démocratique du Congo mène à l'hyper-religiosité. Les habitants de la ville de Kinshasa recourent à une grille de lecture religieuse des réalités matérielles pour trouver des éléments de réponse à des réalités multiples et complexes dans lesquelles ils se trouvent aujourd'hui. Mais pourquoi le recours intempestif au religieux, alors que les solutions concrètes doivent, normalement, être trouvées en dehors de ce champ, c'est-à-dire à l'intérieur des problèmes réels au sein desquels elles se situent? L'ouvrage
tente de répondre également à cette question fondamentale.

Sous la rubrique « Mariage: un cauchemar pour le fiancé », l'auteur analyse les effets pervers d'une évolution récente non encadrée d'un trait culturel africain: la dot. Il Y examine objectivement le martyre que le fiancé subit dans l'accomplissement de ses obligations. Pour conquérir sa future épouse, il est soumis à un parcours de combattant qui enlève aux biens matrimoniaux leur caractère symbolique d'antan. C'est avec raison que l'auteur souhaite que la dot, en tant que base de mariage, soit légalement réglementée. Dans la foulée des dérives existentielles kinoises figure, en bonne place, la mode féminine. Elle change rapidement et offre une variété troublante de choix. Elle prend, de plus en plus, l'allure d'une obsession. Le matraquage exercé sur les femmes par la publicité fmit par les amener à chercher, par tous les moyens, à se procurer les divers produits qui font l'objet de ce marketing (Wax étrangers, produits cosmétiques, bijoux en or, etc.) et qui sont perçus par les femmes comme socialement importants. L'intérêt de ce point réside dans l'effort que tente l'auteur de dégager les liens entre la mode féminine kinoise, l'aliénation et le développement du sous-développement. Ici, l'auteur relève la promotion du paraître au détriment de l'être. Le point consacré au «phénomène poto: négation identitaire » demeure passionnant. Tout en reconnaissant le rôle déterminant joué par la variable économique dans le flux migratoire vers l'Europe, l'auteur fait intervenir d'autres variables 12

explicatives de ce phénomène envahissant et protéiforme. Il passe en revue, tout en les critiquant, certaines théories relatives à l'émigration clandestine des Kinois vers « Miguel» « PotO» (Europe). Il retient, essentiellement, les théories de l'attraction-répulsion, de la recherche d'un meilleur bénéfice, du repositionnement familial et de la stratégie familiale de survie. II dégage, surtout, la mentalité aliénante actuelle du kinois : « Voir I~Europe et mourir» ! Pour trouver une solution pacifique et durable à ce problème épineux, un travail de conversion des mentalités s'impose en insistant sur le fait qu'on n'est nulle part mieux que chez soi (There is no place like home). Chose curieuse, dans le contexte kinois~ même la recherche scientifique est au banc des accusés. Qui l'eut dit! Qui l'eut cru! Les dérives existentielles kinoises ont également élu domicile dans ce secteur, généralement considéré comme dominant les autres, de par l'éclairage sûr qu'il est censé leur apporter. Il n'en est rien du tout. L'étude de Sylvain Shomba Kinyamba montre que même les «scientifiques» ne sont pas épargnés par cet ouragan. Concernant spécifiquement les dérives, l'ouvrage les dégage au niveau de l'évaluation des travaux de rm de cycles universitaires ainsi qu'à celui des publications scientifiques. L'évaluation des travaux académiques se déroule généralement dans un climat houleux et tumultueux. L'application des critères objectifs d'appréciation des travaux n'est pas toujours de mise. Des jugements de valeur subjectifs, négatifs à priori, accueillent souvent ces études. Quant aux publications scientifiques, leur annonce donne lieu à des agitations en tous sens, spécialement à une aversion caractérisée, à des antipathies et à une répugnance instinctive avant même d'avoir vu, palpé du doigt et lu l'ouvrage. L'auteur note que ce sont surtout ceux qui publient rarement ou qui ne publient pas du tout, qui se livrent, le plus souvent, à ce genre de dénigrement.

13

Le mérite de l'auteur réside dans le fait qu'il ne s'arrête pas à la simple énumération de ces travers qui n'honorent pas leurs auteurs. Il propose des solutions pragmatiques pour les éradiquer . Ce survol rapide de l'œuvre scientifique de Sylvain Shomba Kinyamba nous a permis de passer en revue la quintessence des idées riches et pénétrantes qu'il y développe. Nous souhaitons vivement que cet ouvrage connaisse une large diffusion et qu'il donne matière à réflexion à ses lecteurs autant qu'il en a donné à celui qui a eu le privilège et l'honneur de le préfacer. Gaston MWENE BA TENDE
Professeur Ordinaire Université de Kinshasa

14