La basilique de Vézelay

De
Publié par

La basilique de Vézelay peut être vue sous un jour nouveau pour tenter de faire apparaître l'invisible qui se cache dans les interstices d'un art sacré et les lois qui régissent son bâti. Elle serait porteuse d'un discours symbolique dont la structure architecturale serait le support. Il s'agit ici de restituer cette dimension spirituelle dans son édification et de révéler la part symbolique de son architecture à partir du jeu des formes géométriques, l'usage du nombre d'or, les proportions...
Publié le : vendredi 1 mai 2015
Lecture(s) : 41
EAN13 : 9782336376189
Nombre de pages : 202
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Pierre Trossuz
LA BA S ILIQU E D E V É Z E LAY
Architecture sacrée et nombre d’or
LA BASILIQUE DE VÉZELAY
© L’HARMATTAN, 2015 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-06648-8 EAN : 9782343046488
Pierre Trossuz LA BASILIQUE DE VÉZELAY Architecture sacrée et nombre d’or
Mes remerciements à
Michel, Gérard et Olivier
Introduction
Il est tout à fait légitime de s’interroger sur la nécessité de publier encore un nouvel ouvrage sur la basilique de Vézelay. Ce lieu et ses environs ont inspiré nombre de poètes, d’écrivains, de peintres, de chroniqueurs qui ont laissé sur le papier ou sur la toile les impressions et les émotions que suscitait en eux cette basilique, au sommet de la colline éternelle. Son histoire nous est contée d’abord e par le fameux chroniqueur du XIII siècle, Hugues de Poitiers. Puis, e dès la fin du XIX siècle, grâce aux travaux de plusieurs historiens, comme Mérimée, Viollet‑le‑Duc en personne et Aimé Chérest. D’autres prirent le relais comme l’abbé Martin, René Louis, Victor Saxer, et plus récemment Bernard Pujot. Dès la première moitié du e XX siècle, son architecture fit l’objet de plusieurs études, prenant en compte surtout la partie romane (la nef et le narthex), dont la principale et la plus connue est celle réalisée par Francis Salet, qui précisa les dates de sa construction, auxquelles on se réfère encore aujourd’hui. On doit récemment à Arnaud Timbert, grand spécialiste de l’archéologie du bâti du Moyen Âge, la publication remarquable d’une étude sur le chevet de la basilique, partie de l’édifice qui avait été délaissée par ses prédécesseurs.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.