LA PART-DIEU

De
Publié par

Depuis 2010, la Part-Dieu est appelée à se rénover. Ce livre est l'occasion d'un retour dans les années 70-80 où une équipe, constituée autour d'un aménageur, a contribué à faire surgir au cœur de Lyon un morceau de ville moderne, la Part-Dieu. Il est aussi l'occasion de raconter comment, à partir de l'histoire de la Part-Dieu, ils se sont rapprochés des habitants et ont travaillé avec les élus pour construire un quartier en phase avec les populations appelées à s'y installer.
Publié le : vendredi 1 avril 2016
Lecture(s) : 33
EAN13 : 9782140006463
Nombre de pages : 180
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

La Part-Dieu Georges Vauzeilles
L’art urbain de L’aménageur
Depuis 2010, la Part-Dieu est appelée à se rénover. Ce livre est
l’occasion d’un retour dans les années 70-80 où une équipe, constituée
autour d’un aménageur, a contribué à faire surgir au cœur de Lyon un
morceau de ville moderne, la Part-Dieu. Il est aussi l’occasion de raconter
comment, à partir de l’histoire de la Part-Dieu, ils se sont rapprochés des
habitants et ont travaillé avec les élus pour construire un quartier en phase La Part-Dieuavec les populations appelées à s’y installer.
L’art urbain de L’aménageurCet ouvrage rappelle combien il est difcile pour un aménageur
d’analyser une société ordonnée et hiérarchisée, de tenir compte des
décisions des autorités politiques pour formuler la future commande de
programmes aux diférents urbanistes et maîtres d’œuvre, et ensuite de
procéder, malgré les risques liés aux fnancements des marchés immobiliers,
à un aménagement urbain durable.
Enfn, ce livre n’est ni un manifeste ni un pamphlet ni un essai
géopolitique ou sociologique, encore moins un guide touristique ou un
magazine complaisant, c’est un désir d’avenir, en attendant de s’émerveiller
devant le renouveau de la Part-Dieu.
Georges Vauzeilles débute sa carrière dans une
agence municipale d’urbanisme où il participe à une
politique de développement durable en Auvergne, avant
de devenir directeur de la SERL à Lyon et aménageur
de la Part-Dieu.Tout au long de sa carrière, il va se
consacrer à des missions d’art urbain, à Barquisimeto
au Venezuela pour l’aménagement de « la Zona de
Compression », puis à Mexico, Kaliningrad… et, depuis
dix ans, en Chine, pour le compte de développeurs avec Vision internationale
du développement durable, basée à Hong Kong et à Shanghai.
Photographie de couverture : © Anne Fourboul-Vauzeilles
ISBN : 978-2-343-08187-8
18,50 €
Georges Vauzeilles
La Part-Dieu








La Part-Dieu





Georges Vauzeilles












La Part-Dieu
L’art urbain de l’aménageur




























































































Du même auteur


Denis Rousseau et Georges Vauzeilles, L’Aménagement urbain,
Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », 1992.





























































































































































© L’Harmattan, 2016
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-08187-8
EAN : 9782343081878


Remerciements

À ma famille lyonnaise de la rue de Bonnel, de la rue Garibaldi, de
l’avenue Lacassagne et de la rue de la Balme,

À nos parents des Monts d’Auvergne et de la Margeride,

À nos anciens voisins de l’immeuble de la rue de Bonnel et des barres
d’habitation de Moncey, aux paroissiens de l’Immaculée Conception,
aux compagnons de l’ancienne Bourse du Travail de la place
Guichard,

À nos amis du Groupe Part-Dieu, du Club Part-Dieu, de la SCET et de
la SERL,

Mes remerciements s’adressent plus particulièrement à Marie
Chevallier, Lin Xi, Françoise Vauzeilles, Anne-Marie Merle,
RobertMax Antoni et au Séminaire Robert Auzelle, à mes lecteurs
persévérants et courageux, Marie-Paule Limagne, Guy Vauzeilles, à
l’ensemble des responsables d’édition.


















« Pour ceux qui y sont nés et y ont vécu, à mesure que les années
passent, chaque quartier, chaque rue d’une ville, évoque
un souvenir, une rencontre, un chagrin, un moment de bonheur.
Et souvent la même rue est liée pour vous à des souvenirs
successifs, si bien que grâce à la topographie d’une ville,
c’est toute votre vie qui vous revient à la mémoire par couches
successives, comme si vous pouviez déchiffrer
les écritures superposées d’un palimpseste. »

Discours prononcé par Patrick Modiano,
le 7 décembre 2014, à Stockholm,
lors de la réception de son Prix Nobel de littérature.
© Nobel Foundation



























SOMMAIRE


AVANT-PROPOS
L’utilité de l’inutile

CHAPITRE I
HISTOIRE DE LA PART-DIEU
• Les trois acteurs historiques ................................................ 15
- Les Hospices civils de Lyon, propriétaire foncier de la rive
gauche du Rhône
- Les casernes de la Part-Dieu, aménagement d’un ancien
quartier militaire
- L’aménageur urbain : la société d’équipement de la région
lyonnaise, appelée la SERL
• Évolution du contexte économique, politique, social et
urbain ...................................................................................... 31
- Les flux migratoires
- Mutations économiques et décentralisation
- Le désir d’Europe

CHAPITRE II
LES AMBITIONS URBAINES DE LA PART-DIEU
• Les premiers aménageurs 1965-1985.................................. 45
- 1965, les prémices de la Part-Dieu
- Rêves et enthousiasmes
• Concrétisation des premiers projets urbains ..................... 53
- Les premiers bâtiments
- Bilan urbain des premières générations, 1965-1985
- Évolutions et mutations
• Création de Lyon métropole……….………………..…….69
- Le nouveau cadre territorial
- La transition énergétique

CHAPITRE III
L’ÉVOLUTION CONSTANTE DE LA PART-DIEU
• Les raisons du changement ................................................. 83
- La tour Two Lyon, Le centre commercial, La gare
9 • Manifeste d’urbanisme pour une nouvelle génération ..... 90
- Les prophéties de la Sibylle
- La conférence citoyenne
- Les procédures adaptées
- Le suivi financier et administratif
- La déontologie de l’aménageur

CHAPITRE IV
L’ART URBAIN DE L’AMÉNAGEUR
• La perception urbaine de la Part-Dieu ............................. 121
- Les voies
- Les limites
- Les quartiers
- Les nœuds
- Les points de repère
• La qualité architecturale ................................................... 126
- L’esthétique de l’art urbain
- L’art de concevoir la ville
• La mobilité des vingt minutes autour de la gare ............. 137
- Les flux de voyageurs,
- La mobilité autour de la gare
- La diminution des émissions de carbone
- L’organisation de la maîtrise d’ouvrage et de la maîtrise
d’œuvre

CHAPITRE V
HUIT SUGGESTIONS POUR UNE CONCLUSION
• Huit suggestions pour une nouvelle Part-Dieu ................ 145
• En guise d’épilogue
• Postface


ANNEXES
- I - Reconnaissance aux premiers bâtisseurs ......................... 157
- II - L’éthique des professionnels du cadre de vie ................. 163
- III - Sources bibliographiques .............................................. 165
- IV - Les abréviations ............................................................ 169

10




AVANT-PROPOS


« N’est-il pas curieux que, dans un monde pétri de
haines insensées qui menacent la civilisation elle-même,
des hommes et des femmes de tout âge, s’arrachant en
partie ou totalement au furieux tumulte de la vie
quotidienne, choisissent de cultiver la beauté, d’accroître
le savoir, de soigner les maladies et d’apaiser les
souffrances, comme si, au même moment, des fanatiques
ne se vouaient pas au contraire à répandre la lourdeur, la
laideur et la souffrance ? Le monde a toujours été un lieu
de confusion ; or, les poètes, les artistes et les
scientifiques ignorent les facteurs qui auraient sur eux,
s’ils y prenaient garde, un effet paralysant. D’un point de
vue pratique, la vie intellectuelle et spirituelle est, en
surface, une forme d’activité inutile, que les hommes
apprécient parce qu’ils y trouvent plus de satisfactions
qu’ils n’en peuvent obtenir ailleurs. On se demandera ici
dans quelle mesure la poursuite de ces satisfactions
inutiles s’avère en réalité, contre toute attente, la source
dont procède une inutilité insoupçonnée. »



Abraham Flexner, essai traduit par Patrick Hersant, paru
en appendice du Manifeste de Nuccio Ordine, 1939
« L’Utilité de l’Inutile », Ed. Les Belles Lettres, 2014.


11





Le logo de la Part-Dieu a été créé en 1970
par la société Segeste.
Le blanc pour les lettres p et d de Part-Dieu,
le rouge pour la République,
le bleu pour les habitants, les employés, les commerçants,
1les visiteurs et les lecteurs.



1 Se reporter à la quatrième de couverture du livre pour visualiser le
logo en couleurs.
12


CHAPITRE I

HISTOIRE DE LA PART-DIEU



Chaque ville est unique et pourtant elles ont toutes une
fonction commune, réunir et faire vivre ensemble leurs
habitants de toutes origines et de tous âges. De plus en
plus cosmopolites, elles se construisent aussi pour des
raisons économiques, sociales, culturelles et spirituelles.

Les habitants font évoluer la ville et leur quartier. À la
Part-Dieu, à la fin du siècle dernier, ils ont contribué à
faire surgir au centre de Lyon, une ville autour d’une gare,
devenue un carrefour urbain brassant des populations
venant d’autres horizons et desservant l’un des plus
important quartier d’affaires de France.

Ce livre principalement consacré à la Part-Dieu revient
sur les raisons et les aventures qui sont à l’origine de la
rénovation de ce vaste espace de 177 ha. Les difficultés
pour les appréhender ont été immenses car la Part-Dieu est
au cœur de l’histoire de la récente métropole Lyonnaise.

Comprendre cette histoire, l’analyser, l’ordonner et la
hiérarchiser a été pendant près de 15 ans mon travail. Je
l’ai mené avec ses habitants en tenant compte des
décisions des autorités politiques pour établir et
trans13 mettre les programmes aux différents urbanistes et maîtres
d’œuvre avant de procéder à son aménagement urbain.

Ce livre, en cinq parties, invite dès le premier chapitre,
à découvrir l’histoire de la Part-Dieu. Des premières
constructions destinées aux miséreux sur les terres léguées par
Catherine de Servient à l’Hôtel-Dieu, aux aménagements
des terrains des anciens quartiers militaires et à la création
2d’un outil, la SERL pour une réponse technique et
humaine en harmonie avec l’histoire de notre présent et de
notre avenir autant que de notre passé.
Le second chapitre, consacre une large place aux rêves et
aux enthousiasmes des habitants et des premiers bâtisseurs
de la Part-Dieu.
La troisième rappelle l’évolution constante de la Part-Dieu
et propose sous la forme d’une prophétie, un manifeste de
l’art urbain destiné à la nouvelle génération de bâtisseurs.
Quant au quatrième chapitre, en attendant de s’émerveiller
devant le renouveau de ce chef d’œuvre urbain, il est
consacré à l’art urbain de l’aménageur et aux architectes.
La dernière partie de ce livre est construite à partir de ce
que m’ont appris les habitants de la Part-Dieu et propose
en guise de conclusion huit suggestions pour mieux
partager la ville.

Beaucoup de réhabilitations ont été entreprises mais
jamais une rénovation d’une telle ampleur a été réalisée en
si peu de temps. L’historien et résistant lyonnais André
Latreille avait enseigné que l’histoire de Lyon qui nous
intéresse ici, c’est d’abord celle des vivants : c’est-à-dire
celle des lyonnais des temps modernes.


2 La SERL, Société d’équipement de la région lyonnaise, créée en
1957 par les villes de Lyon, Villeurbanne et le département du Rhône.
14 LES TROIS ACTEURS HISTORIQUES

En guise de rappels historiques, de légendes, de
mystérieuses origines et de confidences, ce livre est une
manifestation de notre reconnaissance aux trois acteurs de
l’aménagement urbain de la Part-Dieu :
- Les Hospices civils de Lyon pour leur rôle historique de
propriétaire foncier de la rive gauche du Rhône, à Lyon et
à Villeurbanne.
- La Région militaire de défense terrestre du sud-est de la
France pour son rôle d’ancien occupant des casernes de la
Part-Dieu, pendant plus d’un siècle.
- La Société d’équipement de la région Lyonnaise (la
SERL), aménageur concessionnaire pendant plus de
quarante ans des terrains de la Part-Dieu et du Tonkin,
pour le compte de la Communauté urbaine de Lyon.

Il est pourtant et avant tout un hommage aux deux
grandes « stars » de l’aménagement de la Part-Dieu : les
élus représentants de la République et les habitants/
citoyens de la démocratie participative, ils ne sont pas
oubliés et apparaissent à chaque page, quant à Dieu, il est
présent presque au détour de chaque phrase.

À un moment où le sacré semble disparaître de nos
sociétés, nous avons redonné une part à Dieu, en
partageant des moments de fraternité joyeuse, une fraternité
qui fonctionnait sans serrure au sein de l’équipe
opérationnelle Part-Dieu, du Groupe Part-Dieu des habitants et
du Club Part-Dieu des entreprises ; des moments vécus,
2aimés, comme Régis Debray les célèbre dans ses livres.


2 Régis Debray, Le Moment de fraternité, Ed. Gallimard, 2009.
15 Les Hospices civils de Lyon, propriétaire foncier de
la rive gauche du Rhône

eAu XVIII siècle, lorsque toute l’Europe était illuminée
par les connaissances encyclopédiques des intellectuels
français, on assista progressivement à Lyon sur la rive
gauche du Rhône, des Brotteaux à la Guillotière, à
l’endiguement et à l’élimination des îles instables au milieu du
3fleuve, à la réduction des lônes de la Tête d’Or et des
Brotteaux.

C’est dans ce paysage, propre à la rêverie, planté
d’aulnes, de charmes, de peupliers, de saules et d’arbres
de Judée qui fleurissent au printemps autour du lac rescapé
d’un ancien bras du fleuve, que nous aurions aimé croiser
des promeneurs, contemporains de Jean-Jacques Rousseau
et d’Emmanuel Kant, épris de liberté, d’égalité et de
fraternité. Étaient-ils suffisamment visionnaires pour
imaginer l’évolution du contrat moral, social et démocratique
liée à l’aménagement urbain durable de la rive gauche du
Rhône des trois siècles à venir ?

Les terrains plats une fois exondés, étaient mis en
vaines pâtures, avant d’être transférés au patrimoine de
l’Hôtel-Dieu. Leur patrimoine qui sera loti s’étendait
chaque jour davantage à Lyon et à Villeurbanne. Une
prairie existait encore, au début des années 70, à l’est de la
gare de marchandises de la Part-Dieu où une congrégation
religieuse menait paître quelques vaches et brebis à
l’arrière de hauts murs en pisé. Sur la commune de la
Guillotière, avant qu’elle ne soit rattachée un siècle plus

3 Lône, bras d’un fleuve en retrait du lit pricipal, il est alimenté en eau
par la nappe fluviale.
16 4tard à celle de Lyon, Dame Catherine de Servient , afin de
se racheter du tragique tumulte du pont, léguait en viager
ses terrains et sa ferme-bâtisse, dénommés bien à propos
la Part-Dieu, à condition qu’il y soit réalisé un morceau de
ville pour les pauvres rescapés. Au nord, sur les terrains
des Brotteaux appartenant à l’Hôtel-Dieu et repérés en
1775 par Jean-Antoine Morand : architecte, artiste,
ingénieur, urbaniste et surtout promoteur, fut à l’inverse
envisagé la réalisation d’un morceau de ville pour les riches.
Au tracé bien ordonné en damiers, entouré d’un canal, en
forme de demi-lune, alimenté par les eaux des Rizes qui
serpentaient à Villeurbanne au milieu d’une petite vallée
verdoyante. Ses eaux filtrées plus pures que celles du
Rhône, se déversaient dans les lavoirs, les abreuvoirs et les
premières usines de traitement des textiles. Située juste à
l’ancienne frontière du Dauphiné et du Lyonnais, la
propriété du château de la Ferrandière, traversée par la petite
rivière, constituait une réserve foncière de plus en plus
convoitée par les congrégations religieuses, puis les
industriels et enfin par les promoteurs de résidences
immobilières.

La Rize recevait les eaux de ses ruisseaux affluents, des
noues, des fossés et des égouts à ciel ouvert qui furent peu
à peu canalisés. Le surplus des eaux allait rejoindre la
nappe phréatique à la côte capricieuse. Elle continuera de
provoquer l’ingéniosité des constructeurs en charge de
rendre insubmersibles le métro, les trémies et les parkings,
solides les imposantes fondations des immeubles de
Moncey, de la Part-Dieu, des Charpennes et du Tonkin,

4 Catherine Mazenod, comtesse de Servient, fut si frappée par la
tragique journée du 11 octobre 1711 qu’elle céda son immense domaine
de la Part-Dieu à la direction de l’Hôtel-Dieu de Lyon. Elle décède en
1733 à l’âge de 83 ans.
17

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.