Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 26,25 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Le Sahara algérien

De
345 pages
Le Sahara algérien représente les 4/5 du territoire national. La diffusion des infrastructures de transport et des équipements publics a considérablement remodelé les territoires sahariens, dans un contexte de forte croissance démographique. Voici étudiées les perspectives futures d'évolution de ce désert aujourd'hui, largement urbanisé et intégré à l'économie mondiale.
Voir plus Voir moins
Yaël Kouzmine
Le Sahara algérien Intégration nationale et développement régional
Le Sahara algérien Intégration nationale et développement régional
© L’Harmattan, 2012 5-7, rue de l’École polytechnique, 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-336-00418-1 EAN : 9782336004181
Yaël Kouzmine
Le Sahara algérien Intégration nationale et développement régional
L’Harmattan
La genèse de l’ouvrage
Avant-propos
Cet ouvrage constitue le prolongement d’une recherche doctorale en géographie et aménagement des territoires soutenue en 2007.Par souci de cohérence, le texte initial de la thèse a été complété, réduit et réorganisé. De nombreux approfondissements et actualisations ont été conduits notamment à partir des données du dernier recensement de la population et de l’habitat de 2008, mais également par des données issues de missions de terrain réalisées entre 2007 et 2011.
Quelques remerciements
Durant le travail de recherche doctoral et la rédaction de cet ouvrage, j’ai bénéficié du soutien d’institutions, mais également de collègues et amis, que je souhaite ici remercier. Cet ouvrage s’inscrit comme un des résultats du programme de recherche o franco-algérienPHCTassili (n07MDU710 – 2007-2010) développé en collaboration entre le laboratoireTMA(UMR6049CNRSUniversité de Franche-Comté) et leCentre de recherche en anthropologie sociale et culturelle d’Oran (CRASC).Ainsi, je remercie vivementM.SergeOrmaux,Directeur du laboratoireTMA, ainsi queMmeRemaoun,Directrice duCRASCpour leur soutien.Je tiens également à remercier les personnels de ces deux institutions de m’avoir accueilli et permis de mener à bien ces recherches.
Mes premiers remerciements vont àJacquesFontaine etSergeOrmaux pour leur amitié et leur soutien constant dans mes recherches doctorales et le travail de rédaction de cet ouvrage.J’ai également une pensée pour mes amis et anciens collègues doctorants avec qui nous avons partagé bien plus que la passion de la géographie.Je pense surtout ici à mes deux complicesTayeb Otmane etBadr-eddine Yousfi, avec lesquels j’eus le plaisir de découvrir l’Algérie et leSahara et sans qui cet ouvrage n’aurait jamais vu le jour.Qu’ils trouvent ici l’expression de ma plus grande gratitude pour leur accueil toujours chaleureux et leur soutien sans égal.
5
Je me dois également de remercier mes ultimes relecteurs,Jacques etMourad, qui m’ont permis de peaufiner et prolonger certaines analyses. Enfin, je ne saurais oublierDanielle,Jean-Marie,Fred,Denis etFrançois qui, indirectement, mon permis de mener à bien ce projet.
Du côté algérien, je remercie en premier lieuM.AbedBendjelid pour son soutien depuis mes premiers pas enAlgérie. Par ailleurs, de nombreuses personnes ont contribué de près ou de loin à ces recherches.Je ne puis ici toutes les saluer, mais ce travail leur doit évidemment beaucoup :
Dans lawilayad’Adrar :M.Hammouzine,M.Azizi,M.ElAzzaoui, M.Meykhaf,M.Touirek,M.Baboullah,M.Allaoui etM.Ghandour.
À Annaba :Mme etM.Spiga et leurs étudiants.
À Béchar et sa région :M.Maammeri etM.Belalem
À Biskra :MmeKhammar (ex-Directrice duCRSTRA),M.SamirGuemaz, MllesMeridjaSabrina etWafa, ainsi que l’ensemble du personnel duCRSTRA.
À Constantine :M.Boukerzaza, ainsi que l’ensemble des étudiants m’ayant accueilli avec gentillesse.Je ne peux oublier mes deux amis,Lyès etSoumya, qui m’ont ouvert les portes de l’Est algérien et bien plus encore…
À Ghardaïa :M.HadjMohamed, ainsi que le personnel de l’Office de mise en valeur de la vallée duM’Zab.
ÀKenadsa :M.Tahiri, responsable de la bibliothèque des manuscrits de la Zaouïa Ziyania.
ÀOran :MohamedHadeid,SidAhmedBellal,LarbiBelouadi,Hafida Mediene-Senhadji et l’ensemble du personnel duCRASCtoujours disponible et bienveillant, ainsi que les étudiants oranais rencontrés aux détours d’une bibliothèque ou d’une salle de cours.
6
Sommaire Introduction générale.............................................................................................. p9
PARTIE1. La structuration territoriale du Sahara algérien............................................. p15
Chapitre 1. La construction politique du Sahara algérien................................................. p17
Chapitre 2. Le développement des réseaux de communication........................................p35
Chapitre 3. L’essor économique saharien : des isolats oasiens à une économie intégrée........................................................................................ p53
PARTIE2. Les dynamiques humaines d’un désert urbanisé........................................p121
Chapitre 4. e Les dynamiques démographiques sahariennes au XXsiècle .....................p123
Chapitre 5. Un désert gagné par l’urbanisation..................................................................p151
Chapitre 6. Formes de l’urbanisation et émergence de pôles urbains sahariens d’envergure nationale.......................................................................p171
PARTIE3. Enjeux de développement et politiques d’aménagement des territoires sahariens........................................................................................ 203
Chapitre 7. Des problématiques complexes d’aménagement et de gestion du territoire.........................................................................................................p205
Chapitre 8. Le cadre de l’action étatique : cinquante ans d’aménagement du territoire enAlgérie .....................................................................................p251 7
Chapitre 9. Le développement saharien, volontés politiques et projets.......................p273
Conclusion générale.............................................................................................p303
Bibliographie..........................................................................................................p307
Annexes....................................................................................................................p325
Tables des illustrations.......................................................................................p333
Table des matières................................................................................................p337
8
Introduction
Mythes et développement saharien
Les déserts constituent aujourd’hui autant d’espaces participants d’une géographie du mythe, «d’une géographie de lanégation, du manque et de la menace» (Sauret, 2003).Ils constituent le lieu de “l’errance” défini par G.Durand (1989) comme «ce qui rapproche etce qui éloigne».L’idée même «du désert[traduisant]une idée de grandeur spatiale, d’un monde plus vaste que “moi”, d’un mondeàinventer ouà conquérir» (Arnt, 2001). Les déserts, seules limites de l’écoumène – considéré comme «larelation de l’humanitéàla Terre» (B–, sont perçus comme des espaceserque, 2002) inappropriés, au sens territorial comme au sens commun.Ils ont nourri les incertitudes, les fantasmes et les peurs des explorateurs d’hier, comme ils alimentent aujourd’hui la communication de voyagistes vendant du rêve et de la liberté, qui constituent, semble-t-il, des qualités intrinsèques des espaces désertiques.Soumis à des représentations mythiques ou mythologiques – les Écritures saintes considèrent les déserts comme les lieux d’un parcours 1 initiatique, ou un espace de tentation–, les déserts sont parfois soumis à un processus dual de mythification et de mystification queJ.Bisson (2003)a, au Sahara, pertinemment et patiemment déconstruit.Le désert est inextricablement corrélé dans les représentations sociales et collectives à la notion de vide et parfois à celle d’inertie.Pourtant, les espaces désertiques à l’échelle du globe ont été, et sont encore aujourd’hui, l’objet d’enjeux multiples.
Les déserts ont imposé, et imposent encore, de manière directe à l’homme la question fondamentale de sa capacité à maîtriser, à contrôler et à valoriser les portions considérées comme les plus hostiles de l’espace terrestre.Cette interrogation, qui constitue un des fondements de la science géographique, a évolué en lien avec les mutations technologiques qui ont bouleversé les capacités techniques réelles mises à la disposition de l’homme.Cependant, ce questionnement demeure soumis à des impératifs stratégiques, politiques ou économiques, constituant les principes qui cadrent l’action desÉtats sur leurs territoires, dans des contextes sociaux et territoriaux très divers.
1 «AlorsJésus futconduit par l’Espritau désert pour être tenté par le diable», cité dansDuCharlat (2003).
9