Poïétiques du design

Publié par

Si l'on considère le vaste champ du design comme un lieu propice aux contestations et aux élaborations d'utopies contradictoires, on peut supposer que ce dernier participe à la définition politique du territoire. Ainsi fait de société, le design implique l'individu au coeur de la relation qu'il entretient avec la collectivité. Le citoyen pris à parti, encouragé à la participation, devient acteur de son environnement.
Publié le : dimanche 1 novembre 2015
Lecture(s) : 3
EAN13 : 9782336394879
Nombre de pages : 256
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
supposer que ce dernier participe à la définition politique du territoire.
de l’édification, c’est à la dimension éthique de la question de la norme,
Par leurs questionnements, les auteurs contribuent à l’intensification
POÏÉTIQUES DU DESIGN III
CollectionEsthétiquesDirigée par Jean-Louis Déotte Comité de lecture :Jacques Boulet, Alain Brossat (Culture & politique), Pierre Durieu, Véronique Fabbri, Daniel Payot, André Rouillé, Peter Szendy, Humbertus Von Hameluxen (Al.), Anne Gossot (Jp), Carsten Juhl (Scand.), Germain Rœsz (ARS), Georges Teyssot (USA), RenéVinçon (It.), Suzanne Liandrat-Guigues. Pour situer notre collection, nous pouvons reprendre les termes de Benjamin annonçant son projet de revueAngelus Novus :« En justifiant sa propre forme, la revue dont voici le projet voudrait faire en sorte qu’on ait confiance en son contenu. Sa forme est née de la réflexion sur ce qui fait l’essence de la revue et elle peut, non pas rendre le programme inutile, mais éviter qu’il suscite une productivité illusoire. Les programmes ne valent que pour l’activité que quelques individus ou quelques personnes étroitement liées entre elles déploient en direction d’un but précis : une revue, qui expression vitale d’un certain esprit, est toujours bien plus imprévisible et plus inconsciente, mais aussi plus riche d’avenir et de développement que ne peut l’être toute manifestation de la volonté, une telle revue se méprendrait sur elle-même si elle voulait se reconnaître dans des principes, quels qu’ils soient. Par conséquent, pour autant que l’on puisse en attendre une réflexion – et, bien comprise, une telle attente est légitimement sans limites –, la réflexion que voici devra porter, moins sur ses pensées et ses opinions que sur les fondements et ses lois ; d’ailleurs, on ne doit plus attendre de l’être humain qu’il ait toujours conscience de ses tendances les plus intimes, mais bien qu’il ait conscience de sa destination. La véritable destination d’une revue est de témoigner de l’esprit de son époque. L’actualité de cet esprit importe plus à mes yeux, que son unité ou sa clarté elles-mêmes ; voilà ce qui la condamnerait –tel un quotidien – à l’inconsistance si ne prenait forme en elle une vie assez puissante pour sauver encore ce qui est problématique, pour la simple raison qu’elle l’admet. En effet, l’existence d’une revue dont l’actualité est dépourvue de toute prétention historique est justifiée… Série «Ars» Coordonnée par Germain Rœsz, comité de lecture : Jean-François Robic, Janig Begoc, Roger Somé. La collection Ars donne la parole aux créateurs. Du faire au dire, Ars implique les acteurs de la création (les fabricants ainsi que les observateurs de la fabrique) à formuler – sur un terrain qui semble parfois étranger – leurs projets, leurs ambitions, leurs inquiétudes, leurs découvertes. Sur les modes analytiques, critiques, politiques, polémiques, esthétiques et dans les formes du journal, de l’essai, de l’entretien, du collage, il s’agit d’énoncer une parole du faire-créateur. Rendre manifeste, de la revendication à l’adhésion, ce qui tisse les contradictions et les débats de la création contemporaine. Une complémentarité nécessaire en quelque sorte de la collection « Esthétiques ».
COLLECTIONS ESTHÉTIQUES – SÉRIEARS Sous la direction de Gwenaëlle Bertrand et Maxime Favard PIERRE-DAMIEN HUYGHE DANIEL PAYOT VIVIEN PHILIZOT ESTELLE BERGER ALEXANDRA MIDAL GWENAËLLE BERTRAND ET MAXIME FAVARD PIERRE LITZLER FRANÇOIS BÉLANGER ET MARTIN LORD STÉPHANIE SAGOT ET JÉRÔME DUPONT DARIA AYVAZOVA
POÏÉTIQUES DU DESIGN III
CONCEPTION ET POLITIQUE
Publiés dans la collection EsthétiquesArs Faisant,groupe d’artistes 1983-2036, 1999. Diane Watteau,Conversation avec Watteau, 2001. Jean-François Robic,Portrait de l’artiste en naufrageur, sur les travaux maritimes, préface de Germain Rœsz, 2002. Stéphane Mroczkowski,Paul Klee, temps du peintre, avec Mondrian, Soulages, Chillida, Stella, 2002.Jean-François Robic & Germain Rœsz,Sculptures trouvées, préface de Daniel Payot et postface de Michel Demange, 2003. Alain Coulange,L’œil indiscret, l’œuvre comme question, la question comme œuvre, 2003. Patrice Hetzel,Aux origines de la peinture, préface de Jean-Louis Flecniakoska, 2003. Éric Laniol,Logiques de l’élémentaire (le dérisoire dans les pratiques contemporaines), préface de Jean-Marc Lachaud, 2004. James Guitet, Peindre,préface de Germain Rœsz, entretien avec François Jeune, entretien avec Claudette Oriol-Boyer, 2004.Boris Eizykman (dir.),Dessiner dans la marge, Ars, 2004. Jacques Cohen (dir.),et le politique interloqué, colloque disloque L’art , préface de Germain Rœsz, 2005. Jean-Louis Flecniakoska (dir.),L’art dans son temps, 2006. Martine Braun-Stanesco,Émergences – effacement (errance du regard sur les pierres, 2006. Vincent Lowy,Guère à la guerre,de Madeleine Rebérioux, postface de préface Raymond Chirat, 2006. Geneviève Jolly(dir.),Le réel à l’épreuve des arts, (l’écran, la rue, la scène), 2007. Miguel Egańa,Périphérique intérieur, causerie du mercredi pour peintres du dimanche, 2008. Jean-François Robic,Copier-créer, essais sur la reproductibilité dans l’art, 2008. Germain Rœsz (dir.),Essai sur l’Archéologie du signe d’Henri Maccheroni, textes de Jean-François Lyotard, Michel Butor, Jean Petitot, Michel Vachey, Raphaël Monticelli, 2008. Jean Legros,Carnet d’un peintre, textes réunis par Micheline Legros, préface de Germain Rœsz, 2008. Daphné Le Sergent,Image charnière, le récit d’un regard, préface de Germain Rœsz, 2009. Pierre Litzler,Desseins narratifs de l’architecture, 2009. Jean-François Robic (dir.),Représentation et politique, préface de Germain Rœsz, 2010. Didier Coureau,Flux cinématographique, cinématographie des flux, 2010. Xavier Hascher (dir.),Du droit à l’art, 2011. Jean-François Robic,Blowup une seconde vue. Essai sur la complexité filmique, 2012. Corine Pencenat,Du théâtre au cirque du monde, une dramaturgie du hasard dans les arts en action, 2012. Gwenaëlle Bertrand et Maxime Favard (dir.),Poïétiques du design, vers de nouveaux paradigmes de la conception ?, préface de Daniel Payot, 2014. Valérie Etter et Barbara Stentz (dir.),Les monstres qui parlent, 2014. Gwenaëlle Bertrand et Maxime Favard (dir.),Poïétiques du design, éco-conception ?,2015. Alexandra Pignol et Stéphane Mroczkowski,Architecture et design dans les films de James Bond,2015.
Illustration couverture :MAXWEN
© L'HARM ATTAN, 2015 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-07730-7 EAN : 9782343077307
Remerciements Cette publication fait le lien avec la journée d’études internationales intituléeDESIGN & POLITIQUEet organisée le 24 mars 2015 avec le soutien de l’université de Strasbourg, du laboratoire ACCRA et particulièrement de la DRAC Alsace. Nous tenons à remercier chaleureusement Germain Rœsz qui dirige la sérieArsainsi que nos collaborateurs qui ont rendu possible la constitution d’un tel ouvrage. Dans l’ordre de la publication : Pierre-Damien Huyghe, Daniel Payot, Vivien Philizot, Estelle Berger, Alexandra Midal, Pierre Litzler, François Bélanger, Martin Lord, Stéphanie Sagot, Jérôme Dupont et Daria Ayvazova.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.