//img.uscri.be/pth/5134c148cc65f7e4d92b05a6a545431c9fd3339a
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,75 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Art-Action

De
183 pages
Cet ouvrage rassemble trois actions artistiques exposées et diffusées à l'occasion de manifestations artistiques et festivals : Pol'art Urbain, composé de courts métrages et de séries d'affiches urbaines ; Didier Barros l'étranger, reposant sur la construction collective d'un personnage qui se dit n'être pas celui qu'on croit mais "tous les autres" ; et Des livres et des cendres, l'histoire d'une psychanalyse très particulière. L'auteur présente et analyse ces créations artistiques qui construisent un discours sur la mémoire et l'engagement.
Voir plus Voir moins

ART - ACTION Pol’Art Urbain, Didier Barros l’étranger, Des livres et des cendres

Erika THOMAS

ART - ACTION Pol’Art Urbain, Didier Barros l’étranger, Des livres et des cendres

© L’Harmattan, 2010 5-7, rue de l’Ecole polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-11823-2 EAN : 9782296118232

À mes anciens camarades du CIO de Roubaix. En souvenir d’un bon vieux temps, proche et lointain.

INTRODUCTION INTRODUCTION

Première campagne d’art urbain « L’art est dans la rue » Rue de la clef, Lille 1998.

Cet ouvrage rassemble trois actions artistiques menées entre 2001 et 2008 présentées en France et à l’étranger et ayant fait l’objet de publications par le Groupe d’Etudes et de Recherches Interdisciplinaires en Information et Communication (GERIICO) de l’université de Lille31. Ces actions font état de recherches liées à la pratique de l’art urbain et/ou collectif. D’un point de vue topographique, elles ont eu, pour terrain essentiel de déploiement, Paris. D’un point de vue plus conceptuel, elles questionnent les notions de mise en forme et mise en scène de la mémoire ainsi que celle de restitution et de reconstruction. Elles interrogent également la question du déplacement : déplacement formel, lorsqu’il s’agit de raconter la même histoire en se déplaçant sur un autre medium pour le faire, déplacement extrapsychique ou intersubjectif lorsqu’il s’agit de donner corps à une création collective, et enfin déplacement spatial, lorsque la création implique un trajet à parcourir. Pol’art Urbain, au travers de deux courts métrages et de deux séries d’affiches urbaines (L’affaire Hugo Babelli et Nature Morte), part du cadavre, et donc de la mort énigmatique puisque sujette à question, pour évoquer la dictature d’une part, et le déracinement de l’autre. L’affaire Hugo Babelli évoque la
Erika THOMAS, Des livres et des cendres (Livret - DVD Court métrage 30mn10.), GERIICO-Lille 3, 62 pages, 2008. Erika THOMAS, Pol'art urbain (Livret - DVD courts métrages 13mn56 et 12mn.), GERIICO-Lille 3, 54 pages, 2007 et Erika THOMAS, Didier Barros, l'étranger: de la farce à l'installation video (Livret - DVD court métrage 12mn., GERIICO-Lille 3, 55 pages, 2007.
1

11

mémoire inapaisée de ceux qui ont vécu sous la dictature ; Nature Morte considère, au travers d’objets fétiches arrachés à leurs contextes culturels, la quête de réparation. Ces affiches et courts métrages ont été diffusés au Cinéma Le métropole, Lille en mai 2006 et au Centre de l’Image - Cinéma l’Univers, Lille en novembre 2007. La diffusion des courts métrages sur Internet a également assuré, au travers de plus de trois mille visionnages, la diffusion de ces créations à travers le monde2. Didier Barros l’étranger repose sur la construction collective d’un personnage imaginaire au sein d’une administration française. Didier Barros, qui se définit lui-même de façon énigmatique (« Je ne suis pas celui que vous croyez, je suis tous les autres »), est un voyageur au long court qui, au travers du réseau culturel des Alliances Françaises et Institutions Culturelles Françaises à l’étranger a été présenté à Kingston, en Jamaïque, à Addis-Abeba en Ethiopie, à Perreira, en Colombie, à Port-Saïd en Egypte, à Brasilia au Brésil. Le court métrage Jeux de cartes qui raconte son histoire, visionné plus de cinq mille fois sur Internet3, est un des éléments de cette action artistique, qui comporte également une sculpture en carton qui voyage à travers le monde et une série de séquences pédagogiques destinées aux professeurs de français à l’étranger. Des livres et des Cendres est l’histoire d’une psychanalyse très particulière : au travers de fragments de romans provenant de la littérature française, brésilienne, américaine, une femme troublée par le souvenir d’un autodafé se rend chaque semaine rue Sigmund Freud. Le court métrage, visionné plus de cinq mille fois sur Internet4, a été sélectionné aux Rencontres Internationales Sciences et Cinéma de Marseille, novembre
2

Diffusion intégrale des courts métrages sur http://erikathomas.free.fr/cm/index.htm 3 Jeux de Cartes est intégralement visible sur http://erikathomas.free.fr/cm/video.php?id=2 4 Des Livres et des Cendres http://erikathomas.free.fr/cm/video.php?id=4

12

2008, il a également été retenu par la Fédération Brésilienne des Professeurs de Français dans le cadre de la Journée Internationale du Livre, de mars à avril 2009 dans les Départements des Langues Etrangères des Universités brésiliennes. Cette action artistique a également fait l’objet d’une présentation lors de la Semaine Internationale des Arts Numériques et Alternatifs (SIANA 2009), 23 au 28 mars 2009 à Evry.

13

PREM PREMIERE PARTIE PART POL’ART URBAIN URBAIN

Chapit Chapitre 1 Des affiches urbaines Des affiches urbaines
1. Des histoires destinées aux murs de la ville L’affichage Pol’art Urbain a comporté deux séries d’affiches. « Qui a tué Hugo Babelli ? » (2001/2002) et « Nature morte » (2006)5. Qui a tué Hugo Babelli ? proposait à la lecture des passants l’énigme suivante : un Latino-Américain est retrouvé assassiné d’un coup de couteau en plein cœur, au sous-sol du Saravà Bar. Parmi les différents suspects se trouvent Véra, la chanteuse du Bar, Eva Melok, la maîtresse slave, Raul Diaz, le fils toxicomane, ainsi que le très recherché traqueur de tortionnaires des dictatures latino-américaines, Ben Mathias. Le point de départ de Nature morte était également la découverte d’un cadavre, dans les réserves d’un musée parisien, d’une assistante à la conservation. A côté du cadavre, une statuette kaiapirô intrigue les enquêteurs. Un éminent chercheur en ethnologie parle de crime rituel. La police explore la piste d’un étrange visiteur du musée qui avait demandé à rencontrer plusieurs fois la victime. La mise en œuvre des affichages diffère quelque peu d’une série à l’autre. Pour Hugo Babelli c’est l’idée de sérialité temporelle qui régit le principe de l’affichage : le temps devait permettre de faire progresser l’intrigue. Je mettais une cinquantaine d’exemplaires d’une affiche dans les rues de Lille et de Paris. Le mois suivant, une cinquantaine d’exemplaires de l’affiche suivante et ainsi de suite. Pour Nature Morte j’ai tiré l’ensemble des affiches en trois exemplaires et je les ai diffusées à Lille et à Paris, dans le même temps de manière éclatée dans la ville. Cette façon de diffuser en choisissant l’éclatement narratif propose la reconstruction d’un puzzle à remettre dans un ordre bien précis pour en comprendre le sens. Les périodes d’affichages ont également varié dans leur durée : l’affichage d’Hugo Bebelli a duré un an. L’affichage de Nature Morte a duré quinze jours.
5

Voir ensemble des textes des affiches en annexe.

17

Le magazine Sortir, Lille Sept. 2001.

Habitant le Nord de la France depuis très longtemps, j’ai fait précéder mes affichages d’annonces, ou d’amorces en quelque sorte, que j’ai fait paraître dans les magazines locaux. En septembre 2001, j’ai contacté Sébastien Loridan, rédacteur au magazine Sortir de Lille pour lui demander d’annoncer la diffusion de mes affiches. Quelques années auparavant, il m’avait interviewée à l’occasion d’une autre série d’affiches, dont l’une d’entre elles avait été reproduite dans l’ouvrage 1998, une année d’affiches françaises (Editions d’Assalit, Toulouse, 1999). Le journal La Voix du Nord avait été contacté pour annoncer ma seconde série d’affichage, Nature Morte en 2006.

18