Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
On lit avec un ordinateur, une tablette ou son smartphone (streaming)
En savoir plus
ou
Achetez pour : 6,99 €

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB - PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

Absente pour cause d'épilepsie

de coetquen-editions

Un aristocrate dans la tourmente

de coetquen-editions

Nomades d'un an

de coetquen-editions

suivant
-+418)1n ) 6o76 241:
+D=J= *)79-n5
6éôEC=CA
Coëtquen Editions
-+418)1n ) 6o76 241:
+ôëJGKA -@EJEôI *2 '#& !## j=zé
MMM?ôAJGKA?ô
Le Code de la propriété intellectuelle n’autorisant, aux termes de l’article L 122-5 (2° et 3° a), d’une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d’autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration, « toute représen-tation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art L 122-4). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
© Coëtquen Editions. Tous droits réservés. ISBN 978-2-84993-264-3
e Dépôt légal : 4 trimestre 2015
Photo de couverture : © neirfy - Fotolia.com
Impression Sobook (59)
+0)n6)l *)79-n5
-+418)1n ) 6o76 241:
Coëtquen Editions
) FHôFôI @A \=KJAKH
Chantal Bauwens est l’auteur d’une douzaine d’ouvrages édités de type bio/essai/romans qui abordent des thèmes différents : la maladie d’Alzheimer, l’autisme, les sites de rencontres, l’infidélité masculine, la vengeance féminine, le divorce, les pollutions urbaines, la vie après la mort... et ce n’est pas fini !
l= HéKIIEJA AIJ EéA à = F=JEA?A =EI AA @éFA@ éC=AAJ @A >A=K?ôKF @A >ôA LôôJé Gilbert Brévart
,ôAz JôKôKHI LôJHA =NEK êA IE AI ?D=?AI IôJ =ECHAI Arnold Palmer
+ôAJ IA B=EHA é@EJAH GK=@ ô \= F=I @A HA=JEôI F=I @A ô ?éè>HA F=I @\=HCAJ FKI LECJ =I AJ GK\ô A B=EJ F=I = 7A @A \=?JK=EJé 
2Hé A >KAI
Devenir écrivain, si c’est parfois un rêve, ce n’est pas une sinécure ni un conte de fée(s) pour autant. Entre les premiers mots placés bout à bout sur une page blanche et le livre terminé, posé sur les tables des librairies (si on a la chance d’être édité un jour), il peut se passer des années et cette période est parfois riche en péripéties diverses. Cet itinéraire épique, ce marathon, je l’ai parcouru d’un bout à l’autre pendant des années, avec des hauts et des bas, de la confiance (en moi) et de l’espoir (dans ma bonne étoile et accessoi-rement dans les autres, ceux susceptibles de m’aider). Du désespoir également. J’ai failli abandonner mon rêve d’enfance plus d’une fois, mais après chaque désillusion, j’ai repris courage et continué sur la voie que je m’étais choisie. Je pouvais me perdre en route et j’ai tenu le cap en me répétant tel un mantra les vers de Nicolas Boileau :
0âJAzLôKI AJAAJ AJ I=I FAH@HA A ?ôKH=CA 8ECJ BôEI IKH A éJEAH HAAJJAz LôJHA ôKLH=CA 2ôEIIAzA I=I ?AIIA AJ A HAFôEIIAz )ôKJAz GKAGKAI BôEI AJ IôKLAJ ABB=?Az
9
Ce que j’ai fait, mois après mois. J’ai écrit ce livre en temps réel, pour témoigner d’une réalité dont la majorité des lecteurs ne se doute pas. Quelques écrivains arrivent sur le podium sans avoir eu besoin de prendre part à la course à l’édition et n’ont pas vécu l’éprouvant marathon. Ils étaient dans la voiture-balai tandis que d’autres pédalaient, ramaient, s’épuisaient, se perdaient en cours de route sur l’asphalte. Ils squattent les médias, les tables des librairies et donnent l’illusion que « écrire, c’est facile » sauf que parfois, si c’est bien leur nom qui se trouve sur la couverture, c’est un « assistant littéraire » (nègre) qui a sué pour écrire les deux ou trois cents pages (méthode très courante chez les vedettes [chanteurs, comédiens...] ou les politiques). C’est aussi ça la vie du monde du livre.
Les films et les séries télévisées offrent trop souvent l’image exagérée d’un auteur lambda se lançant dans l’écriture d’un premier ouvrage, le « roman de sa vie » pour lequel il aura (parfois) mis sa vie professionnelle entre parenthèses. Ce manuscrit, il le rédige nuit et jour en descendant des litres de café fort ou des verres de whisky, reclus dans un endroit souvent idyllique (jolie maison, grand bureau, devant un lac serein...). Quelques bouts de pellicule plus tard, il envoie des copies de sa prose à l’adresse des meilleures maisons d’édition et, miracle (sans attendre le fameux délai des trois mois, lui !) un éditeur (ou agent littéraire – directeur de collection – autre) l’appelle avec enthou-siasme pour signer un contrat juteux. Évidemment, ce contrat est accompagné d’une jolie avance financière, car l’éditeur croit dans ce nouveau poulain. À peine publié, le nouvel élu vendra des dizaines (centaines) de milliers d’exemplaires de son livre après une pub d’enfer orchestrée par sa maison d’édition au nom prestigieux. Invi-tations dans les salons littéraires, cocktails de présentation du livre, séances de dédicaces où l’auteur signera son ouvrage à se luxer le poignet devant son éditeur heureux qui lui donnera tout de suite le nombre de ventes réelles, alors que normalement, il faut attendre les retours des invendus (un an au minimum, voire quinze mois, la
1
0