Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 7,90 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Georges Guétary
Louis Pieters
Georges Guétary Langage de l’image
Essai
Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2009 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-00347-5 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304003475 (livre numérique) ISBN : 978-2-304-00346-8 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304003468 (livre imprimé)
«Ainsi Georges crée-t-il en Louis un fond féerique qu'il serait sans doute dommage de ramener à des tailles normales (...) Il érige son souvenir inlassablement parce que, selon Musil, "la féerie s'en était mêlée dès les pre-miers instants."» Anne PIERJEAN, écrivain. «Georges, comme Mariano ou Tino Rossi (chacun dans son registre), c’est l’adolescence, la jeunesse de beau-coup de gens. (…). Ton Ami, c’était quelqu’un, une personnalité, un talent, la classe. Tu m’en as «parlé» avec tant de chaleur que je suis sûr que tu pourras com-muniquer ton admiration aux autres, gens qui découvri-ront certainement des facettes d’un personnage qu’ils ne connaissaient que superficiellement. Et parler de lui, c’est rajeunir les lecteurs en les projetant des années en arrière, lorsqu’ils et elles se trouvaient encore sur les bancs de l’école.» Michel QUÉMENER, bourlingueur alors journaliste en R.F.O,
«Je n'vous dis pas au revoir, mais à bientôt…» nous chante-t-il en 1995.
Sans précision de signature, les illustrations sont de Piel.
À Janine Guétary-Guyon en tendre respect; et puis à Luca et Théo ses petits-fils, par François reconnaissant, leur père. À la mémoire de Jo Moutet évidemment. À ma femme intensément remerciée pour son accom-pagnement confiant et tenace, et pour ses relectures pa-tientes et attentives; à Pascale, notre aînée, sensible et dynamique dans le sil-lage, et, ainsi à Émilie et Asseline, possibles relais; à Maxence, Valentine et Apolline pour, qui sait, cette joie sinon cette grâce… malgré le regard narquois de Philippe, notre puîné; à Céline, notre cadette, toujours si précieusement vigi-lante à nous dénicher des raretés. À Michel Bracquart des échanges infinis, fraternel-lement, et, en gratitude, aux souvenirs vivaces et de partages de Lydia, Nicole et Renée. Au coup d'éperon initial de Jean-Marie, à la précieuse remise enpistes 78de Léonard, à la décisive guidance informatique de Jean, en reconnaissance… À l'Île fondamentalement…