//img.uscri.be/pth/170ea5709daa4b0661422e03412d28a3cf0355d8
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 27,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Contribution à une histoire de la modernité musicale

De
408 pages
En 1982, la musique contemporaine s'enrichit d'un nouveau festival, Angers, Musiques du XXe siècle, imaginé par des acteurs culturels angevins et soutenu par Maurice Fleuret, Directeur de la musique. L'année suivante, l'Intercontemporain inaugure la première édition. Sept ans durant, le compositeur Roger Tessier programme un vaste panorama de la musique contemporaine. L'événement devient un rendez-vous incontournable de la création, un moment d'effervescence et de découvertes où se croisent curieux, amateurs et spécialistes.
Voir plus Voir moins
Cédric Thénard
Contribution à une histoire de la modernité musicale
e Le festival Angers, Musiques duXXsiècle(19831990)
Univers musical
Cédric Thénard Contribution à une histoire de la modernité musicale
Le festival Angers, Musiques du XXe siècle (1983-1990)
Univers Musical Collection dirigée par Anne-Marie Green  La collectionUnivers Musicalest créée pour donner la parole à tous ceux qui produisent des études tant d’analyse que de synthèse concernant le domaine musical. Son ambition est de proposer un panorama de la recherche actuelle et de promouvoir une ouverture musicologique nécessaire pour maintenir en éveil la réflexion sur l’ensemble des faits musicaux contemporains ou historiquement marqués. Déjà parus Rafael ANDIA,Labyrinthes d’un guitariste,2016. Jean-Blaise COLLOMBIN,Ennio Morricone, Perspective d’une œuvre, 2016. Henri-Claude FANTAPIÉ,60 ans de vie musicale. De 1945 à nos jours, 2016. Amin CHAACHOO,La musique hispano-arabe Al-Ala, 2016. Gérard DE SMAELE,Banjo attitudes, Le banjo à cinq cordes, son histoire générale, sa documentation, 2015. Alain VON RODEN,Essai d’initiation aux musiques médiévales polyphoniques (ou contrapuntiques), Création d’une Chapelle et d’une École musicale parisienne, Capella & Schola Parisis, 2015 Clara TESSIER,Marcel Dortort, un itinéraire musical. Du minimalisme à la synthèse sonore, 2015. Isabelle PETITJEAN,La culture pop au panthéon des Beaux-Arts. Dangerous, de Mark Ryden à Michael Jackson, 2015. Alain LAMBERT,Principes de la mélodie, Musiques populaires, philosophie, et contre-cultures,2015. Claude ROLE,François-Joseph Gossec, Un musicien à Paris, de l’Ancien Régime au roi Charles X, 2015. Michel BOSC,Jill Feldman, soprano incandescente. Bien au-delà du baroque, 2015. Dominique SALINI,Les pouvoirs de la musique, Dudiabolus in musica au showbiz traditionnel : la Corse, un laboratoire exemplaire, 2014. Philippe MALHAIRE,Émile Goué (1904-1946). Chaînon manquant de la musique française,2014.Franck JEDRZEJEWSKI,Dictionnaire des musiques microtonales - 1892-2013 (Nouvelle édition revue et augmentée), 2014. Roland GUILLON,Jazz et créativité.Au fil des sessions,2014.Johanna COPANS,Le paysage des chansons de Renaud, 2014.
Cédric Thénard Contribution à une histoire de la modernité musicale
Le festival Angers, Musiques du XXe siècle (1983-1990)
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr ISBN : 978-2-343-10841-4 EAN : 9782343108414
Au-delà de ce qui fut…  Tel un archéologue des temps modernes, Cédric Thénard s’est plongé à corps perdu dans les méandres de ce qui fut le Festival Angers Musiques du ème XX siècle (1983-1990).  Son étude minutieuse a révélé des horizons, des espaces, des relations sonores, des relations humaines qui firent la trame des sept chapitres d’un livre ouvert et jamais refermé.  Cédric Thénard a élaboré, a écrit une œuvre qui a sa propre autonomie, en lui conférant l’esprit même du Festival, en lui restituant cette chose impalpable que les auditeurs de l’époque ont vécue comme un charme.  Au-delà de ce qui fut, Cédric Thénard a retrouvé l’axe directionnel de ce septuple Festival dans le partage essentiel et unique qui, tout au long, s’est incarné entre les œuvres et les auditeurs. Le journaliste Joseph Fumet, dans un article remarqué de la Revue 303, l’a souligné : « on ne vient pas au Festival d’Angers pour apprendre, mais pour vivre, tout simplement. » ème  Lorsque fut décidée la création du Festival Angers Musiques du XX siècle, en même temps que Musica à Strasbourg, l’Etat et la Ville d’Angers s’associaient pour fixer un pôle de renouvellement de la création musicale contemporaine dans le grand ouest. Cette double volonté pérennisait l’alliance de la modernité avec l’histoire (Angers fut souvent appelée l’Athènes de l’Ouest) en créant des chocs, des confrontations, des rencontres. Le public ne venait pas pour être étonné ou surpris, mais pour découvrir la complicité d’un lieu et d’une œuvre, d’un parcours où il pouvait s’identifier.  L’aventure était risquée, mais depuis plus d’un siècle, certains organismes angevins dont la Société des Concerts Populaires, avaient travaillé le terrain en profondeur. J’ai fait mienne cette posture en investissant les organismes présents, les associations, les institutions, les collectivités ; bref, j’ai fait le pari de réaliser l’ancrage de l’aventure de la création en terre angevine et au-delà, dans l’exigence de la qualité, dans la rencontre d’acteurs, les uns professionnels, les autres amateurs éclairés.
 Le travail de Cédric Thénard ne constitue ni une fresque, ni un bilan, ni un moment dans la vie d’une cité, mais il fait vivre, trente ans après, la succession des sept Festivals et en établit le lien organique vivant ! Il fait « œuvre dans l’œuvre » dans la traduction des différentes composantes de chaque moment ; en établissant les correspondances entre les arts présents (musique, danse, peinture, cinéma) ; dans l’analyse, aussi, d’une programmation qui sous-tendait une volonté esthétique affranchie des dogmes de l’époque.  Responsable de ce Festival, j’ai eu, à la lecture de l’étude de Cédric Thénard, la révélation d’un dédoublement de moi-même, dans une sorte de basculement du temps. Etait-ce possible ? J’ai eu la révélation que l’esprit d’un collectif, qu’une pensée multiple, agissaient pour relier un ensemble d’énergies, celles des hommes, celles des œuvres.  Cédric Thénard a le don d’ubiquité. Sa culture, sa sensibilité, son talent ont favorisé ce que j’appellerai la « deuxième vie du Festival Angers ème Musiques du XX siècle » Roger Tessier
8
INTRODUCTION
« Le festival est, dans son extension, un phénomène culturel ème 1 caractéristique du XX siècle, et surtout de la seconde moitié de celui-ci. » Il a prospéré tant d’un point de vue quantitatif que catégoriel, et s’est étendu à l’ensemble de l’Europe et au monde. Les décennies 1830-1840 assistent déjà aux premières tentatives de cette forme d’organisation et de médiation culturelle, qui annoncent les formes festivalières à venir. Sans occulter l’origine anglaise du terme « festival », elles s’inscrivent dans le mouvement 2 orphéonique du Nord de la France, avant d’être utilisées par la musique dite savante comme aux Chorégies d’Orange en 1869, aux Festival Beethoven de Bonn (1845), de Bayreuth (1876) ou encore de Salzbourg (1920). Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, une multitude de festivals se sont développés dans les domaines les plus variés, notamment en France : musique, théâtre, danse, cinéma et littérature. Leur plein essor correspond à la volonté de relancer la vie culturelle après l’hécatombe de 1945. Les années 1970 sont, à bien des égards, un moment d’accélération, engendrée par la politique culturelle de l’Etat, la municipalisation de la culture, puis par les premières mesures en faveur de la décentralisation. Depuis, la multiplication du nombre des festivals, en particulier durant les deux décennies suivantes, fait dire à certains que nous assistons à une véritable 3 « festivalomanie ». La festivalisation est un fait incontestable. En ce début
1 ORY, Pascal, « Qu’est-ce qu’un festival ? Une réponse par l’histoire », p. 19, inUne histoire è è des festivals (XX -XXI siècle), sous la direction d’Anaïs Fléchet, Pascal Goettschel, Patricia Hidiroglou, Sophie Jacotot, Caroline Moine, Julie Verlaine, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013. 2  GUMPLOWICZ, Philippe,Les travaux d’Orphée. Deux siècles de pratique musicale amateur en France (1820-2000), Paris, Aubier, 2001 (1987). 3 BOOGAARTS, Inez, « “Festivalomanie”, à la recherche du public marchand »,Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 57-58, décembre 1992-mars 1993, p. 114-119.