//img.uscri.be/pth/4d45440bb30f87e11bb0b801381ea544a3e232e1
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 13,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Biennales d'art contemporain

De
172 pages
La biennale de Lyon Entre-temps... Brusquement, et Ensuite, en 2013, interroge les nouvelles temporalités des récits qu'inventent les artistes aujourd'hui, dans une synthèse, une osmose entre écrit et image. La biennale d'Istanbul : Mom, Am I barbarian ?, 2013 est consacrée aux événements qui bouleversent l'espace public dans le contexte de la mondialisation. Comment la frontière est-elle vécue, inscrite et pensée dans la pratique des artistes exposés dans les biennales ? Cet ouvrage propose des analyses qui explorent le déplacement et le renouvellement des frontières réelles, imaginaires et symboliques dans les oeuvres.
Voir plus Voir moins
L&G
Sous la direction de EricBonnet
BIENNALES D’ART CONTEMPORAIN
Œuvres & frontières
Local & Global
Biennales d’art contemporain
Œuvres & frontières
ème Ce livre est le 49 de la
Créée & dirigée par Gilles Rouet & François Soulages Comité scientifique international de lecture Argentine(Silvia Solas, Univ. de La Plata),Belgique(Claude Javeau, Univ. Libre de Bruxelles),Brésil(Alberto Olivieri, Univ. Fédérale de Bahia, Salvador),Bulgarie(Ivaylo Ditchev, Univ. de Sofia St Clément d’Ohrid, Sofia),Chili(Rodrigo Zuniga, Univ. du Chili, Santiago),Corée du Sud(Jin-Eun Seo (Daegu Arts University, Séoul),Espagne(Pilar Garcia, Univ. Sevilla),France(Gilles Rouet, Univ. Matej Bel, Banská Bystrica et GEPECS, Univ. Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité, & François Soulages, Univ. Paris 8),Géorgie(Marine Vekua, Univ. de Tbilissi),Grèce(Panayotis Papadimitropoulos, Univ. d’Ioanina),Japon(Kenji Kitamaya, Univ. Seijo, Tokyo),Hongrie(Anikó Ádam, Univ. Catholique Pázmány Péter, Egyetem), Russie(Tamara Gella, Univ. d’Orel),Slovaquie(Radovan Gura, Univ. Matej Bel, Banská Bystrica),Taïwan(Stéphanie Tsai, Unv. Centrale de Taiwan, Taïpei) 1 Gilles Rouet & François Soulages (dir.),Frontières géoculturelles & géopolitiques2 S. Dufoulon & M. Rostekova (dir.),Migrations, Mobilités, Frontières &Voisinages 3 H. Balintova & J. Palkova (dir.),Productions et perceptions des créations culturelles4 Gilles Rouet (dir.),Citoyennetés et Nationalités en Europe. Articulations et pratiques 5 Serge Dufoulon & Jacques Lolive (dir.),Esthétiques des espaces publics6 A. Galabov & J. Sayah (dir.),Participations & citoyennetés depuis le Printemps arabe7 Gilles Rouet (dir.),Nations, cultures et entreprises en Europe8 Serge Dufoulon (dir.),Internet ou la boite à usages9 Gilles Rouet (dir.),Usages de l’Internet. Educations & culture10 Dominique Berthet,Pratiques artistiques contemporaines en Martinique. 11 Gilles Rouet (dir.),Usages politiques des nouveaux médias12 Radovan Gura & Natasza Styczynska (dir.),Identités & espaces publics européens13 Gilles Rouet(dir.),Quelles frontières pour quels usages ? 14 Anna Krasteva (dir.),e-Citoyenneté 15 Gilles Rouet(dir.),Actions citoyennes. Esthétisation de l’espace public16François Soulages (dir.),Géoartistique & Géopolitique, Frontières17 Serge Dufoulon & Gilles Rouet (dir.),Europe partagée, Europe des partages 18 Marc Veyrat (dir.),Arts & espaces publics19 Isabelle Moindrot & Sangkyu Shin (dir.),Transhumanités20 Anna Krasteva & Despina Vasilcu (dir.),Migrations en blanc. Médecins d’est en ouest21 Thierry Côme & Gilles Rouet (dir.),Esthétiques de la ville. Équipements & usages 22 David Sudre & Matthieu Genty (dir.),Le sport. Diffusion globale et pratiques locales 23 Ivaylo Ditchev & Gilles Rouet (dir.),La photographie : mythe global et usage local 24 I. Saleh, N.Bouhaï & H. Hachour (dir.),Les frontières numériques25 François Soulages (dir.),Biennales d’art-contemporain & frontières La suite des livres publiés dans la Collection Local & Global à la fin du livre Publié avec le concours de
Sous la direction de Eric Bonnet Biennales d’art contemporain
Œuvres & frontières
ème Ce livre est le 63 de
Sous la direction de François Soulages MÉTHODE & FONDEMENT François Soulages (dir.),Géoartistique & Géopolitiques. Frontières,Paris, L’Harmattan, Coll. Local & Global, 2012 Gilles Rouet & François Soulages (dir.),Frontières géoculturelles & géopolitiques, Paris, L’Harmattan, Coll. Local & Global, 2013 Gilles Rouet (dir.),Quelles frontières pour quels usages ?,Paris, L’Harmattan, Coll. Local & Global, 2013 François Soulages (dir.),& frontières. Arts, cultures & politiques Mondialisation , Paris, L’Harmattan, Coll. Local & Global, 2014 Éric Bonnet & François Soulages (dir.),Lieux & mondes. Arts, cultures & politiques,Paris, L’Harmattan, Coll. Local & Global, 2015Éric Bonnet (dir.),Frontières & œuvres, corps & territoires, Paris, L’Harmattan, Coll. Local & Global, 2014. MOBILITÉS & ESPACES F. Soulages & A. Erbetta (dir.),Frontières & migrations. Aller-retour géoartistiques & géopolitiques, (dir.), Paris, L'Harmattan, coll.Eidos, série RETINA, 2015 Serge Dufoulon & Maria Rostekova (dir.),Migrations, mobilités, frontières & voisinages, Paris, L’Harmattan, collection Local & Global, 2012, 334 p.Anna Krasteva & Despina Vasilcu (dir.),Migrations en blanc. Médecins d’est en ouest, Paris, L’Harmattan, collection Local & Global, 2014, 242 p. Pierre San Ginès,Frontières, Réalités & Imaginaires, Paris, L’Harmattan, collection Local & Global, 2015 Bernard Salignon,Frontières du réel. Où l’espace espace, Paris, L'Harmattan, coll.Eidos, série RETINA, 2015 É. Bonnet & F. Soulages (dir.),Frontières & artistes. Espace public, (post)colonialisme & mobilité en Méditerranée, Paris, L’Harmattan, coll. Local & Global, 2014.Michel Gironde (dir.),Méditerranée & exil. Aujourd’hui,Paris, L’Harmattan, collection Eidos, Série RETINA, 2014. É. Bonnet, F. Soulages & J. Zevallos Tazza (dir.),Memoria territorial y patrimonial. Artes & Fronteras, Lima, Universidad Nacional Major de San Marcos Fondo Editorial, 2014. Michel Costantini (dir.),L'Afrique, le sens. Représentations, configurations, défigurations, Paris, L’Harmattan, CollectionEidos, série E.I.D.O.S., 2007, 226 p. Michel Costantini,1779 Les nuées suspendues. Voyage européen à travers les arts au siècle des Lumières, Paris, L’Harmattan, collection Intersémiotique des arts, 2009 Eric Bonnet (dir.),Le Voyage créateur, Paris, L’Harmattan, collectionEidos, Série RETINA, 2010, 326 p. Suite des titresFrontièresà la fin du livre Cette publication bénéficie d’une aide de l’ANR au titre du programme Investissement d’avenir (ANR-10-LABX-80-01) © L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-10464-5 EAN : 9782343104645
Introduction Biennales et frontières Le spectateur qui pénètre dans une biennale est d’emblée immergé dans un réseau d’informations implicites et explicites, de perceptions, d’images et de symboles que les commissaires organisent à partir de leur interprétation des émergences artistiques. Ce découpage territorial et artistique rend nécessaire sa propre interprétation et fait de lui unspectacteur.Après un premier livre dirigé par François Soulages, publié en octobre 2014 :Frontières et biennales d’art-contemporain, qui rassemblait les travaux récents de plusieurs chercheurs et de leurs doctorants sur les phénomènes de la 1 mondialisation, peut-être déjà de la démondialisation , et leurs conséquences sur les biennales d’art contemporain, ce deuxième livre,Biennales d’art contemporain.Frontières et œuvres nous permettra d’explorer la frontière telle qu’elle est vécue, inscrite et pensée au sein même de certaines œuvres contemporaines. Quelle en a été la mise en récit ? Nous nous appuierons ici sur des œuvres exposées dans les récentes biennales : la Biennale de Lyon,Entre-temps… brusquement, et ensuite,2013 ; et la Biennale d’Istanbul :Mom, Am I Barbarian ?, 2013, consacrée aux événements qui 1  Voir leMonde diplomatique n° 128, avril-mai 2013,Faut-il abolir les frontières ?Frédéric Lordon, « Qui a peur de la démondialisation ?, pp. 92-97.
bouleversent l’espace public dans le contexte de la mondialisation. Car l’espace urbain est aujourd’hui le lieu d’uneintense proximité, titre de la Triennale de Paris en 2011. Istanbul, capitale emblématique, condense toutes ces questions. Tous les phénomènes liés à la mondialisation, à la globalisation et à la nouvelle configuration de l’espace urbain et public y sont exemplairement lisibles. Les grands projets urbains mis en œuvre par la cité et leurs conséquences mettent en relief les contradictions entre populations différentes et cultures opposées, culture capitaliste globale, et culture traditionnelle locale. Ces enjeux sociaux concernent directement les institutions culturelles et artistiques, les conceptions de l’art, les pratiques des artistes, qui sont impliquées dans les transformations de la société. Mais quel est l'avenir de la ville pour ses sujets – ceux qui sont inclus et exclus par la nouvelle législation architecturale, ceux qui peuvent rester, et ceux que l’on a 2 rendus de nouveau barbares ? Dès sa première édition, la Biennale d’Istanbul a suscité des polémiques autour du contexte particulier de la ville métropole, la ville-globale, Istanbul, et sa situation géopolitique. Sa position singulière sur deux continents l’oblige à être le sujet de multiples débats concernant son identité orientale/occidentale. La Biennale d’Istanbul devrait être considérée dans le contexte des politiques néolibérales en vogue depuis ces 30 dernières années, qui ont engendré l’articulation de la ville dans l’économie culturelle globale à l’instar des villes du tiers-monde. Cependant la position non-occidentale d’Istanbul rend son articulation complexe avec les milieux de l’art contemporain du monde occidental. Car la bipolarité et les clichés (être le pont ou le carrefour entre l’Orient et l’Occident par exemple) semblent être volontairement énoncés par les centres du pouvoir. 2  Texte introductif et préparatoire à Biennale d’Istanbul,Mom, Am I Barbarian ?,2013.
8
Les œuvres sont avant tout des lieux qui créent leur espace spécifique, qui affirment et dissimulent à la fois leurs frontières, leur périmètre, leur différence, dans l’espace d’exposition (que celui-ci soit naturel, institutionnel, urbain), dans l’espace social, imaginaire et symbolique. Les artistes contemporains redessinent constamment les contours de leurs œuvres et leurs rapports à la réalité socio-politique. La richesse des interférences entre les phénomènes liés aux frontières géopolitiques et géosociologiques et les mutations des formes des œuvres sont à examiner avec beaucoup d’attention. La biennale de LyonEntre-temps… brusquement, et ensuite, en 2013, interroge les formes de récits qu’inventent les artistes aujourd’hui. A partir de trois figures majeures, Erró, Yoko Ono et Alain Robbe-Grillet, le commissaire de la biennale, Gunnar Kvaran, a construit une interrogation des formes de récits qu’inventent les artistes aujourd’hui, dans une synthèse, une osmose entre écrit et image. La problématique narrative, développée par ces trois marqueurs temporels, provocants, qui ne disent rien sauf qu’il arrive quelque chose dans des temps divers, -instants, écarts et durées -, rejoint le questionnement de la biennale de LyonL’expérience de la durée2005, qui en exposait les formes que les artistes donnent au temps éprouvé réellement. Par exemple, Kader Attia présentait Flying rats, une grande cage contenant des pigeons et des mannequins d’enfants comestibles que les oiseaux dévoraient tout au long de l’exposition ; ou bien, une installation de panneaux colorés, transparents, jaune, bleu et rouge, installés par Buren, et progressivement démontée pendant la durée de l’exposition jusqu’au vide de la salle au dernier jour. En 2013, l’interrogation de la temporalité s’effectuait dans les histoires, les fictions, les formes narratives que chacun déclinait sans esprit de nationalité, mais non sans ancrage local, comme c’est le cas pour Mary Sibande, artiste d’Afrique du sud, ou Tiago Martins de Melo, brésilien. Les nouvelles temporalités mises en scène par les artistes seraient caractérisées par le présentisme,
9