Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Publications similaires

Voleurs d'enfants

de editions-druide

Voleurs d'enfants

de editions-druide

Thomas ROUSSOT
Chroniques subjectives du cinéma contemporain
Chroniques subjectives du cinéma contemporain
Du même auteur Marc-Aurèle et l’Empire romain, L’Harmattan, 2005 Bertrand Cantat, L’Harmattan, 2011 Nietzsche, la déraison du vivant, LHarmattan, 2014
Thomas ROUSSOT Chroniques subjectives du cinéma contemporain
© L’HARMATTAN, 2014 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-04616-7 EAN : 978343046167
«Creusetasensatîon.Regardece qu’î y adedans. Ne ’anaysepasavecdesmots.Traduîs-aenîmagessœurs, ensonséquîvaents.Puseeestnette,pustonstyes’aIrme. » Notes sur e cînématogrape (1975). Robert Bresson.
Introduction
Ce recueî de cronîques est né d’une rustratîon : n’avoîr e pus souvent comme aternatîve que e coîx entre des cronîques de cînépîes, subjectîves et de partî prîs, tantôt tecnîques et téorîques, tantôt passîonnées ou aussement dîstancîées, voîre purement actuees, aspîrant à vendre de açon împersonnee des produîts imés.
J’aî souaîté tenter une autre approce, à a oîs sur un pan styîstîque et pîosopîque. Proposer une approce non crîtîque en ee-même maîs purement estétîque de ’objet imîque, ten-ter de coer avec e Lux des îmages, ponger au cœur de ce quî est montré, sans jugement, sans téorîsatîon sur te ou te ange de prîse de vue, tee coorîsatîon, te montage, te message prê-té aux cînéastes, te scénarîo et sa ogîque possîbe à ’œuvre, et autre coérence de pan. Consîdérant comme îndécîdabe a va-eur absoue d’un im, ace à a suprématîe des sîtuatîons optîques et sonores quî se dépoîent sur des écrans de neutraîté pourtant commerçante, j’aî aîssé pace à un recueîement mémorîe, quî, de sîmuacre ictîonne en trompe-’œî obsessîonne, pouvaît être à même de aîsser resurgîr e caractère composîte propre à tout dîsposîtî imîque, ain d’întégrer e ecteur au Lux des spectaces décrîts, sans recu narratî possîbe. Sî e cînéma est, comme e consîdéraît Deeuze, « a mémoîre du monde », et « ’espace de tous es possîbes » seon ukàcs, aors, que aîre de jugements a posterîorî sur a consîstance et es quaîtés présentes ou non d’une
7
manîestatîon essentîeement magîque ? À savoîr dépendante de mîîers d’înteractîons écappant au domaîne strîctement ratîon-ne, maîs s’appuyant sur des contextes émotîonnes, cutures, éco-nomîques, poîtîques, sexues, tempores et donc métapysîques, sî varîés, étérocîtes et contradîctoîres, qu’îs ne peuvent aîre ’ob-jet d’un avîs, au sens strîct du terme, sans passer à côté d’une part sîgnîicatîve de eurs contenus respectîs. Rendre au ecteur ’efet proprement neuroogîque et émotî d’une déLagratîon sensorîee quî ne se rembobîne pas, aînsî pourraît se résumer ’entreprîse quî suît. Fantasme de réaîté, troube de ’învîsîbe încompétude, de a peîcue au numérîque, e cînéma poursuît son sîage mécanîque et poétîque, en perpétue reLet antropoogîque qu’î est, et dont ’essence est une métamorpose încessante proongeant cee de ’umanîté. Caque cronîque prétend témoîgner de ce caractère mutant, Luctuant, quî înnerve a somme d’îmages aspîrant à or-mer un tout îndécomposabe, que, pourtant, caque coupure de montage décompose, caque dîaogue, caque musîque aît pon-ger vers e caos d’împressîons dîsparates, inîes, ragmentaîres et însoubes vîa queque dîssectîon cognîtîve d’apprentî crîtîque.
e cînéma représentant e monde, avec ses proprîétés, son unîté, sa nécessîté et ses asards, passeur d’îdentîicatîons, de résîstances, d’accéératîons, de vaeurs, préparant ses consomma-teurs à toutes es adaptatîons, densîicatîons et démutîpîcatîons, e cînéma, donc, est un art tîtanesque quî carrîe ors camp a compexîté vagabonde de notre modernîté, aînsî que sa vîo-ente vacuîté. Ses écrans enregîstrent tous nos afaîbîssements et contournements devant un avenîr toujours pus îîsîbe, dont es aéas modèent es coutures scénarîstîques, et es montages à condensatîon împosée par a vîtesse de zappîngs prîvatîs.
es dîférents systèmes narratîs, pus que jamaîs accessîbes du aît de a mondîaîsatîon, înterrogent notre capacîté pastîque à contemper ’envîronnement mondaîn sous des auspîces été-rogènes, en artîcuant a temporaîté du récît seon des axes tou-jours pus déconcertants. Dans e même temps paradoxa, une
8
unîicatîon, par es pus pauvres dénomînateurs communs (sexe, vîoence, cupîdîté), s’aIrme au i des sortîes, quaîiées en tant que perormantes au box oIce. Cemîn de sîgnes déaîssant queque scématîsme ormaîste que ce soît, ce recueî tente de s’ouvrîr à un perspectîvîsme de ’înconscîent. Pour e dîre autrement : à un efeuîage îttéra des souvenîrs provoqués par caque projectîon imîque produîte vîa cette usîne à îmages înînterrompues.
Sî ’efet d’un panoramîque à troîs cents degrés est émouvant, ce n’est pas en précîsant a quaîté du verre optîque utîîsé que cea prendra corps dans un texte. Pénétrer dans une sae dîte obs-cure, c’est accepter d’éteîndre e Lux îmmédîat des aîts mondaîns pour entrouvrîr e voîe de a matîère sur son orîgîne mystîque-ment spectrae, son dédoubement onîrîque, et au ina ’îmma-nence d’un înconscîent opaque à tout dépoîement cîvîîsatîonne. Un art réunîssant vîrtueement tous es autres, à soî seu matrîce d’enantement sensatîonne, macînerîe pénoménoogîque et în-dustrîe de dîversîon vîrae, étaage d’un paratre vîsant paroîs sa propre aboîtîon. Odes purîtaînes, romantîques, apocayptîques, ascétîques, carges tecnopobes, écoogîstes, umanîstes, natu-raîstes, mîsérabîîstes, orrîiques, ques que soîent eurs regîstres, apoogétîques ou dénoncîateurs, es ims demeurent es sécrétîons ybrîdes de antasmes proessîonnes ouverts es uns sur es autres comme des portes sur d’autres portes d’un camp d’extensîon de ormes îninîes porteuses de toutes es subjectîvîtés. e septîème art navîgue entre întérîorîté încantatoîre et extérîorîté subîmî-nae (et înversement), subvertîssant réguîèrement ses propres co-des dans une soî îîmîtée de surprîse. Ce recueî dérouera des aîts bruts, încorporant ’étrangeté de sîtuatîons encevêtrées, éparpîées, coaguées, ractîonnées par e souvenîr et es notes de vîsîonnage. a séectîon opérée pour réaîser ce recueî ne tîent pas aux genres, qu’îs soîent d’auteur, de antastîque, d’orreur, d’actîon ou de comédîe, maîs au caractère e moîns stéréotypîque des œuvres traîtées. Décrîre une rencontre sensorîee aussî ragîe et ténue ne peut se aîre que par une dîaectîque éancée en creux,
9