//img.uscri.be/pth/2bbd3c0a0901d94eb66bc2040e89d6899b318ce1
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,75 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

CINÉMA DE LA MÉDITERRANÉE

De
118 pages
Les cinémas de la Méditerranée ont bougé. Ont exprimé quelque chose. Quelque chose d’ancien et de nouveau à la fois. Exprimé une mélancolie profondément méditerranéenne. Solaire. Un peu tragique aussi. Terriblement fin de siècle. Oui, une mélancolie solaire, une mélancolie ensoleillée. Une humeur d’après guerre. D’après les guerres. Un mal être au monde généralisé de sociétés en ruine, d’humanités à la dérive. Une poignée de filma ont vu le jour. Jetant des passerelles connues, galvaudées, réhabitées, entre l’Orient et l’Occident, le Sud et le Nord.
Voir plus Voir moins

Cinémas de la

Méditerranée, Cinémas de la mélancolie
.;: -c..
cu V)

cu

~

V)

(1) tj) ~

E .-

Collection Images plurielles dirigée par Olivier Barlet

Face à la menace de standardisation occidentale, la collection Images plurielles se donne pour but de favoriser la recherche, la confrontation et l'échange sur les scènes et écrans œuvrant de par le monde, dans les marges géographiques aussi bien que dans la marginalité par rapport aux normes dominantes, à une pluralité de l'image. Elle est ouverte aux champs de l'écriture, de l'esthétique, de la thématique et de l'économie pour le cinéma, l'audiovisuel et le théâtre. Elle privilégie, hors de toute chapelle de pensée, la lisibilité du texte, la liberté des idées et la valeur documentaire. Déjà parus Bernadette PLOT, Un manifeste pour le cinéma: les normes culturelles dans la première Revue du cinéma, 1997 (prix Simone Genevois). Sada NIANG (Sous la direction de), Littérature et cinéma en Afrique francophone: Assia Djebar et Ousmane Sembène,1997. Koffi KWAHULE, Pour une critique du théâtre ivoirien contemporain, 1997. Antoine COPPOLA, Le cinéma sud-coréen, 1997. Olivier BARLET, Les cinémas d'Afrique noire: le regard en question, 1997. Yves THORA VAL, Les cinémas de l'Inde, 1998. Sylvie CHALA YE, Du Noir au nègre: l'image du Noir au théâtre (15501960),1998. Jean- Thobie OKALA, Les télévisions africaines sous tutelle, 1999. Paulo Antonio PARANAGUÀ, Le cinéma en Amérique latine: le miroir éclaté, 2000. Martine BEUGNET, Marginalité, sexualité, contrôle dans le cinéma contemporain, 2000. José Alexandre CARDOSO MARQUES, Images de Portugais en France: Immigration et cinéma, 2002

Raphaël Millet

Cinémas de la

Méditerranée,
Cinémas de la

mélancolie

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polyteclmique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALIE

Couverture: pendant

Aouni Kawas et Darina AI-Joundi

le tournage

de Beyrouth fantôme, de Ghassan Salhab. Cliché D. R.

@L'Hannatlan,2002 ISBN: 2-7475-2921-5

En amitié à Xavière et Nadir, Ghassan et Nesrine, Joana et Khalil, Dominique et Mona, Hayet et Jamel, Magda et Marie-Claude, Olivier et Olivier.

Les textes qui composent ce recueil reprennent pour la plupart des idées développées dans des articles publiés entre 1996 et 2001 dans les revues Positif, Qantara, Simulacres et Cinémathèque ainsi que dans la dernière édition du Dictionnaire du cinéma paru chez Larousse, mais aussi dans les programmes cinématographiques de l'Institut du monde arabe à Paris ainsi que du festivalltBlack Movie" à Genève. Le tout est le fruit de rencontres qui m'ont mené vers des terres et des mers qui n'étaient pas les miennes.

"II est possible, indépendamment du lieu où l'on est né et où l'on vit, de devenir Méditerranéen. La méditerranéité ne s'hérite pas, elle s'acquiert. C'est une distinction, non un avantage. La MéditerBréviaire méditerranéen ranée est aussi un destin." Predrag Matvejevitch,

Quant à moi, je suis Breton. Mais aussi Méditerranéen. On a les origines que l'on se découvre. Ou se donne. 6

Introduction

"Puisque tout ce qu'on prend dans la main, c'est du vent Puisque tout n'est que ruine, désespoir." Omar Khayam, Rubayat.

Il s'est passé quelque chose. Pas grand chose. Et le vent l'emportera certainement... Mais il s'est passé quelque chose. À la fin du siècle dernier. Le xxe... Quelque chose dont on ne gardera peut-être pas vraiment trace, si ce n'est une empreinte imperceptible dans la longue histoire des images. Les cinémas de la Méditerranée, et d'un peu plus peut-être, ont bougé. Ont exprimé quelque chose. Quelque chose d'ancien et de nouveau à la fois. Exprimé une mélancolie profondément méditerranéenne. Solaire. Un peu tragique aussi. Terriblement fin de siècle. Oui, une mélancolie solaire, c'est cela. Voire, dans les moments de douce grâce, une mélancolie ensoleillée. Rien là d'incompatible. Une humeur d'après-guerre. D'après les guerres. Un mal-être au monde généralisé de sociétés en ruine, d'humanités à la dérive. Prises dans une tectonique des sentiments. Saisies dans une faille esthétique. "De ce fait, nous ne voyons pas la même chose que les individus qui vivaient il y a deux ou trois cents ans. Le même espace ne nous inspire plus les mêmes méditations et ne nous suggère plus le même type de contemplation." Alain Corbin, L'Homme dans le paysage. 7

Oui, il s'est passé quelque chose. Presque rien. Mais quand même. Une poignée de films, certains remarquables, d'autres néanmoins significatifs, ont vu le jour. Difficilement. Mais ils y sont parvenus. Travaillant en lignes transversales. D'une rive à l'autre. D'un pays à l'autre. D'un regard à l'autre. Jetant des passerelles connues, galvaudées et pourtant renouvelées, réhabitées, entre l'Orient et l'Occident, le Sud et le Nord. Séries de regards croisés, de jambes décroisées, de travellings entrecroisés, fondant l'Orient et l'Occident en de molles caresses, comme disait déjà Gérard de Nerval de ces territoires bordant une même mer. De ces territoires dont l'arrière-pays est moins le désert que la Méditerranée. L'arrière-pays du centre. L'arrière-pays du cœur. L'arrière-pays de tous, qui les rapproche, les unit. Et ne les rend pas heureux pour autant. Mais dont le bleu leur donne le blues, une forme de spleen bien du Midi, bien du Sud... Une humeur sèche et lourde à la fois. Une humeur de quelque chose qui, décidément, ne va pas. Quelque chose de pas nouveau, que le meilleur des cinématographies méditerranéennes des dix dernières années a su réinvestir. Se réapproprier. Et réinventer. En nous livrant là une nouvelle vision de la mélancolie éternelle et infinie. Apport crucial s'il en est, pour mieux nous comprendre nousmêmes. Pas un cinéma, mais des cinémas, si fragiles Et pourtant, les choses ne sont guère aisées. Car de quoi parle-t-on? Quand on sait qu'il n'y a pas Hun" cinéma de la Méditerranée. Qu'il n'y a même pas Hun" cinéma arabe. Encore moins un cinéma libanais. Et moins encore un cinéma palestinien. Il n'y a plus de cinéma algérien. Il y a eu un cinéma égyptien dont il reste bien peu, mais ce n'est certes pas là qu'il s'est passé le plus de choses ces derniers temps. Peut-être y a-t-il un cinéma turc, mais rien n'est moins sûr. Un peu au-delà, il semble qu'il y ait un cinéma iranien, en tout cas qui se dessine, s'affirme depuis le milieu des années quatre-vingt. Avec des tendances fortes, identifiables et quasiment dominantes. On 8

pourrait presque parler d'une ligne, d'un mouvement, voire d'une école. Oui, une "école" iranienne, avec tout ce que cela a de nécessairement réducteur. Oui, mais l'Iran, c'est déjà une frontière, une limite où l'aire méditerranéenne s'arrête. Non, en Méditerranée, rien. Ou si peu. Que des cinémas épars, des bribes de cinématographies nationales par ci, les restes d'une grandeur perdue par là. Non, il n'y a pas en Méditerranée une cinématographie homogène que l'on pourrait saisir dans sa totalité, en toute exhaustivité et toute objectivité. Et même si l'on réduisait l'investigation au seul monde araboméditerranéen, on ne trouverait rien de plus. Donc, rien. Rien, si ce n'est une sorte d'humeur partagée et transversale. Une synthèse du "sentiment de Méditerranée". Car la Méditerranée, ce n'est pas qu'une géographie, une géologie, une histoire, une géopolitique... C'est aussi une émotion. Oui, un sentiment. Des cinéastes perdus Cela ne constitue pas pour autant une seule et même cinématographie. Surtout si les bribes que l'on tente d'assembler, de saisir, sont parfois réduites à peu de chose. Et pourtant, oui, et pourtant encore, il y a des cinéastes. Qui avancent, contre vents et marées, même si ces dernières n'existent pas - ou si peu - en Méditerranée. Mais il y a des marées humaines: Le Caire, Beyrouth, Istanbul... Millions. Il y a des flux et reflux politiques. Des avancées et des retraits militaires. Et au milieu, des cinéastes. Qui travaillent, vaille que vaille. Oui, des cinéastes. Des anciens, qui ont bien du courage de continuer. Des plus jeunes, qui ont bien du courage de se lancer. Car personne n'a dit que c'était facile de faire du cinéma. Surtout pas sur le pourtour méditerranéen. Encore moins quand on en est au Sud.
"II Y a des tigres malades dans la mélancolie des couchants Avec des fureurs grises en leurs lents mouvements"

Nuno Judice, La Condescendance de flêtre. 9

Alors, quelle perspective pour un cinéaste libanais? Quel horizon pour un cinéaste algérien? Est-ce beaucoup plus dégagé pour un cinéaste marocain? Ou tunisien? Même pour un réalisateur turc ou égyptien, il n'y a désormais plus rien d'aisé. La faible quantité d'œuvres produites chaque année en est un signe. Parmi d'autres. Moins strictement économiques, mais peut-être plus politiques. Ces pesanteurs économiques et politiques, justement, voilà qui a rendu les créateurs, et pas seulement les cinéastes, bien mélancoliques ces derniers temps. Leur bonheur d'être triste n'est donc pas sans racines géopolitiques. L'impossible bassin méditerranéen L'aire ici étudiée est donc en partie insituable. Un peu bancale... Même si l'on sait tout de suite ce que HMéditerranée" veut dire. C'est en fait aujourd'hui l'aire d'une ère. Celle de la fin d'une époque. Ou du début d'une nouvelle. Quelque chose d'insaisissable. À l'image de la mélancolie, toujours indéfinissable. Et c'est pourtant le paradigme mélancolique qui va nous permettre de saisir cette aire cinématographique mouvante. Cette aire, ici imparfaitement embrassée, certains la trouveront trop large: il aurait fallu s'en tenir aux cinémas arabes; la TUrquie, ce n'est pas le monde arabe, etc.; et que vient faire Israël là-dedans? Pour d'autres, elle sera trop resserrée: la Méditerranée, c'est plus que cela, il y a un quart nord-ouest presque complètement délaissé. L'actualité cinématographique récente de l'Italie, de l'Espagne, voire de la France, ne permet que très peu d'inclure tout cela dans l'analyse ici développée, au risque de s'écarter de l'axe paradigmatique retenu. Et si des cinématographies Hoccidentales" trouvent leur place dans ce regard porté sur la Méditerranée, c'est davantage comme cinématographies plus anciennes, sorte de corpus, voire de référent. Ce n'en est que plus stimulant: on en vient à embrasser d'un seul coup d'œil, d'un seul mouvement de phrase, aussi bien Pollet, Pasolini, Rosselini, Salvatores, Visconti, Tanner, Godard, que Salhab, Ayouch, Allouache, Ustaoglu, Ceylan, Suleiman. 10

"Nous ne savons pas avec certitude jusqu'où va la Méditerranée. [...] La Méditerranée n'est pas seulement une géographie. Ses frontières ne sont inscrites ni dans l'espace ni dans le temps." Predrag Matvejevitch, Bréviaireméditerranéen. La Méditerranée, c'est justement encore et toujours un lourd problème de frontières, de fractures, de limites. Ce n'est pas nouveau. Quant au monde arabe, c'est pareil. Mais la Méditerranée et le monde arabe se rencontrent par bien des endroits, bien des manières. Bien des regards. Il y a une arabité de la Méditerranée. Et une méditerranéité du monde arabe. Il aurait été tentant de parler du monde arabo-musulman. Mais alors, comment parler de la TUrquie? D'Israël? Ôter le terme arabe de l'équation, et ne garder que le côté musulman? Mais alors quid du cinéma berbère, certes tourné dans des pays arabes, mais revendiquant tout de même une certaine berbéritude? Que l'on ne saurait lui dénier... Quid du cinéma israélien? Du cinéma chrétien? Et quid des grands athées? Configuration cinématographique Non, tout cela n'est pas simple. Mais c'est tout l'enjeu. Saisir une certaine configuration artistique, culturelle, géographique, sociale, humaine, politique, géopolitique, historique, à un moment donné. Via un sentiment. Configuration qu'il est précisément très difficile de cerner. Or, le cinéma, précisément parce qu'il possède son propre territoire, ses propres "frontières", ses lignes de force, permet de dessiner ce paysage IIsémito-islamo-berbéro-christano-méditerranéen", en le remodelant, le recomposant à sa manière. Et en le cristallisant, selon l'époque, autour d'une émotion particulière. Sans s'étendre outre mesure sur le cinéma, ce qu'il est, ses avantages (et inconvénients), disons-le quand même: si le cinéma est intéressant et mérite notre attention c'est aussi par sa capacité à se dégager de problématiques strictement statonationales, sans pour autant pouvoir ou même vouloir totale11