Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La Vie est belle

De
173 pages

La grande ambition de George Bailey est de quitter Redford Falls afin de poursuivre ses études d'architecture et de pouvoir voyager. Hélas, la mort brutale de son père l'oblige à reprendre la direction de l'affaire familiale. Mais un concurrent sans scrupule tente de le ruiner...

Ajouté le : 15 octobre 2013
Lecture(s) : 18
EAN13 : 9791022000581
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

Caché

de presses-electroniques-de-france-l-avant-scene-cinema

Dupont Lajoie

de presses-electroniques-de-france-l-avant-scene-cinema

Cabaret

de presses-electroniques-de-france-l-avant-scene-cinema

couverture

LA VIE EST BELLE

Scénario : Frances Goodrich, Albert Hackett, Frank Capra

Réalisation : Frank Capra

Découpage plan par plan : Judith Benyayer

© Presses Électroniques de France - L'Avant-Scène Cinéma, 2013

D'après une nouvelle de Philip Van Doren Stern.

Générique

1. Ouverture au noir sur l'énorme cloche d'une église dans son clocher qui sonne à toutes volées. « Liberty Films presents » apparaît en surimpression en grosses lettres blanches.

2. Plan très serré sur un dessin de Noël sur la première page d'un grand livre : un traîneau file dans un paysage enneigé, transportant un couple souriant et agitant les bras vers le lecteur. La page du livre est tournée sur la suivante, tandis qu'une musique douce de violons s'élève et vient se substituer au son des cloches. Les planches, agrémentées de décorations de Noël, se présentent l'une derrière l'autre, retirées par une main hors champ, et présentant le générique en gros caractères noirs sur fond blanc, jusqu'à la dernière, celle du réalisateur, illustrée d'un dessin de père Noël qui sautille joyeusement. En musique, le thème joyeux de la chanson principale du film. Fondu au noir.

Bedford Falls, ext. soir, 24 décembre

3. Quelques notes de harpe à la tonalité onirique précèdent une ouverture au noir sur le plan moyen d'un panneau de signalisation sous la neige : « VOUS ENTREZ DANS LA VILLE DE BEDFORD FALLS ». À l'arrière-plan, un grand immeuble avec un large bandeau étendu sur la façade souhaite la bienvenue à Harry Bailey, en très grands caractères noirs sur fond blanc, au fond et à droite.

4. Plan d'ensemble de la large rue principale de la ville décorée pour Noël. Çà et là des promeneurs vont et viennent devant les vitrines encore allumées.

5. Plan général de l'avenue principale sur un autre axe, depuis un trottoir à droite, au coin d'un immeuble. En haut à droite, l'enseigne de la pharmacie Gower.

Voix de M. Gower

(Over, priant)

Je dois tout à George Bailey, aidez-le mon Dieu.

6. Plan général de la façade d'une modeste maison de trois quarts. Au-dessus de la porte, l'enseigne lumineuse du « Martini's ». Le bar, décoré pour Noël, est encore ouvert.

Voix de M. Martini

(Over, priant)

Joseph, Jésus, Marie, aidez mon ami Monsieur Bailey.

7. Plan général de la façade de la maison de Mme Bailey, de trois quarts face. La lumière filtre à travers de hautes fenêtres. La neige tombe toujours lourdement et brouille le champ de ses flocons blancs.

Voix de Mme Bailey

(Over, priant)

Aidez mon fils George, ce soir…

8. Plan général en légère plongée d'une rangée de maisons le long d'une rue de la ville, depuis le trottoir opposé. Dans la partie supérieure gauche du cadre, la boule lumineuse d'un lampadaire se balance doucement en avant-plan.

Autre voix

(Over)

Il ne pense jamais à lui, mon Dieu, c'est pourquoi il a des ennuis.

9. Travelling avant en oblique vers la droite sur la façade d'un immeuble en briques, vu en légère contre-plongée, le garage de Bedford Falls.

Autre voix

(Over)

George est un homme bon. Aidez-le un peu, mon Dieu.

10. Plan général d'une maison imposante, vue en plongée depuis le ciel, d'où continue à tomber la neige. Les fenêtres sont éclairées. Zoom arrière progressif : la maison s'éloigne au fur et à mesure que d'autres voix mêlées dans une même prière se font entendre.

Voix de Mary Hatch-Bailey

(Over)

Je l'aime, protégez-le mon Dieu ce soir.

Voix de l'une des filles Bailey

(Over)

S'il vous plaît, Dieu, Papa a des problèmes. S'il vous plaît, ramenez-nous notre papa.

Fin du zoom en plan d'ensemble de la maison en forte plongée et fondu enchaîné.

Le ciel constellé d'étoiles dans la nuit

11. Raccord son : les voix précédentes se fondent en une multitude qui monte vers le ciel, tandis qu'une musique aérienne à l'orgue s'élève doucement. Plan de grand ensemble : une myriade d'étoiles qui luisent dans l'univers immense. Au centre, deux petites constellations. Une planète traverse lentement le champ au premier plan. Zoom progressif avant tandis que la multitude de voix mêlées disparaît progressivement.

Voix de la première constellation

(Scintillant d'une lumière vive, au rythme de la voix, sérieuse et posée)

Bonsoir, Joseph. Un problème ?

Voix Joseph

(Scintillant à son tour, bienveillante et un peu chevrotant)

Nous devons envoyer quelqu'un en bas. Beaucoup de gens demandent de l'aide pour un homme nommé George Bailey.

Dieu

(Scintillant)

George Bailey… Oui, c'est une nuit cruciale pour lui, tu as raison. Nous devons envoyer quelqu'un immédiatement. À qui le tour ?

Joseph

(Scintillant)

C'est pourquoi je suis venu vous voir, Seigneur. C'est de nouveau le tour de l'horloger.

Dieu

(Scintillant, et dans un petit rire étouffé)

Oh, oh, Clarence ! Il n'a pas encore ses ailes, n'est-ce pas ?

Joseph

(Scintillant)

Normal ! Il a le Q. I. d'un lapin !

Dieu

(Scintillant)

Oui, mais il a la foi d'un enfant. C'est réglé : Joseph, demandez-lui de venir.

Une petite étoile luisante traverse l'univers depuis la gauche jusqu'aux deux constellations au centre, tandis que quelques notes de flûte mutines se font entendre.

Voix de la petite étoile

(Scintillant, candide et joviale)

Vous m'avez demandé, Seigneur ?

Dieu

(Scintillant)

Oui, Clarence. Un homme en bas sur terre a besoin de notre aide.

Clarence

(Scintillant, excité)

Splendide ! Il est malade ?

Dieu

(Scintillant)

Pire ! Il est désespéré ! À 22h45 précises, heure de la Terre, cet homme songera sérieusement à renoncer au don de Dieu.

Clarence

(Scintillant, inquiet et empressé)

Oh là là… À sa vie ! Alors j'ai juste une heure pour m'habiller. Que portent-ils en ce moment ?

Dieu

(Scintillant, d'une voix grave)

Tu vas profiter de cette heure pour connaître la vie de George Bailey.

Clarence

(Scintillant)

Seigneur, si je réussis cette mission…j'aurai peut-être mes ailes ? J'attends depuis plus de 200 ans, et les gens commencent à jaser.

Dieu

(Scintillant)

Quel est ce livre que tu as là ?

Clarence

(Scintillant, et après un petit rire)

« Les Aventures de Tom Sawyer ».

Dieu

(Scintillant)

Clarence, si vous sauvez George Bailey, vous aurez vos ailes.

Clarence

(Scintillant, la voix pleine de reconnaissance)

Oh, merci Seigneur, merci !

Joseph

(Scintillant)

Pauvre George !

(À Clarence, sur un ton autoritaire) 

Asseyez-vous !

Clarence

(Scintillant, sur un ton contrarié)

M'asseoir ? Pourquoi…

Joseph

(Scintillant, il coupe la parole à Clarence, et le sermonne)

Pour pouvoir aider un homme, vous devez le connaître, non ?

Clarence

(Scintillant, d'une voix guillerette)

Naturellement, bien sûr, je…

Joseph

(Scintillant, coupant une nouvelle fois Clarence)

Alors ouvrez bien les yeux !

L'image se couvre progressivement d'un fin voile gris qui brouille le champ

12. Le champ est à présent entièrement recouvert d'un épais voile gris : la vision subjective de Clarence. En fond sonore, la douce musique céleste continue.

Joseph

(Off)

Vous voyez la ville ?

Clarence

(Off)

Où ? Je ne vois rien.

Joseph

(Off)

Ah, j'oubliais…vous n'avez pas encore vos ailes. Je vais vous aider. Concentrez-vous ! C'est mieux ?

Des formes encore très indistinctes apparaissent derrière le voile gris.

Clarence

(Off, le voile s'éclaircit très légèrement, on ne distingue toujours que des formes floues dans le gris. D'une voix excitée)

Mais oui ! C'est incroyable !

Joseph

(Off)

Avec vos ailes, vous pourrez voir tout seul.

Le flou de l'image se dissipe, des formes commencent à apparaître un peu plus nettement. En même temps, les voix qui les accompagnent, au début lointaines, se font aussi entendre de plus en plus distinctement.

Clarence

(Off, ravi)

Formidable !

À ces mots, l'image s'éclaircit tout à fait

Lac gelé, ext. jour

13. Plan américain. Un groupe de cinq garçons, habillés très chaudement, s'exclament tous en chœur, joyeusement, en levant les bras. Derrière eux, un ciel hivernal, entièrement blanc. L'objet de leur gaieté est une pelle, que l'un deux enfourche (Le jeune George Bailey, Bobbie Anderson), pendant que les autres l'observent dans la clameur générale. Panoramique de recadrage descendant sur lui qui s'assoit sur la luge improvisée et dont il agrippe le manche, trois quarts face caméra, le regard levé vers ses compagnons.

George

O.K., les gars, j'y vais !

De l'autre main, il se saisit du porte-voix qu'il porte autour du cou, et se laisse glisser sur la neige, à cheval sur la pelle. Un panoramique vers la gauche accompagne sa descente en plongée, puis s'élève pour cadrer la nature dans le champ, plan moyen à plan d'ensemble. George glisse rapidement sur la pente neigeuse vers un lac gelé au fond à gauche.

Voix de Clarence

(Off)

Qui est-ce ?

Voix de Joseph

(Off)

Ton problème : George Bailey.

14. Raccord en caméra basse depuis le milieu du lac. Rapide panoramique à 180° de droite à gauche, qui suit le parcours de George sur la glace.

Clarence

(Off, d'une voix très surprise)

Un enfant ?

George fonce vers la gauche en tournant sur la glace, suivi panoramique, et en criant dans le porte-voix vers ses compagnons.

Joseph

(Off)

Nous sommes en 1919, il avait alors 12 ans. Il arrive quelque chose à ce moment-là…

George s'immobilise au bout du lac, et commence à se relever, plan général

15. Plan moyen sur George qui se relève.

Joseph

(Off)

… dont vous devrez vous souvenir plus tard.

Le jeune garçon se dirige vers la rive du lac sur la droite, panoramique de suivi

16. Plan d'ensemble depuis le lac et vers la pente neigeuse et les jeunes garçons qui attendent leur tour à droite. Un premier s'élance, calé sur sa pelle, sous les encouragements de ses compagnons, panoramique gauche de suivi jusqu'au milieu du lac.

17. Plan américain sur George. Il suit du regard la descente d'un troisième compagnon hors champ sur la luge.

George

Allez, Marty !

18 idem 14. Raccord. Rapide panoramique qui suit le parcours de Marty en plan moyen vers la rive du lac.

19. Plan rapproché sur un quatrième, Sam Wainwright. Un camarade le pousse. Panoramique vers la gauche en plongée pendant sa descente. Dos caméra sur sa pelle et les mains libres, il mime les oreilles d'un âne.

Sam Wainwright

Hi han !

Il glisse ainsi jusqu'au lac. Fin du panoramique en plan d'ensemble

20 idem 17. George répond en faisant l'âne de ses mains à son tour au passage de Sam.

George

Vas-y, Sammy !

21. Raccord en caméra basse depuis la surface du lac. Rapide panoramique vers la gauche sur Sammy qui rejoint ses camarades. Fin du panoramique en plan large sur Sammy de dos qui glisse vers le bord du lac.

22 idem 20.

George

(Dans le porte-voix, regard levé vers le haut de la piste hors champ, léger panoramique de suivi)

Et voilà mon frère Harry Bailey, le froussard !

23. Raccord regard. Plan rapproché sur le petit Harry en haut de la piste. Il s'apprête à s'asseoir sur sa pelle. En retrait derrière lui, à droite, se tient un autre garçon qui attend son tour.

Harry

(Sur un ton de défi)

Je n'ai pas peur !

Harry lâche le manche de la pelle et descend la pente, panoramique de suivi à gauche et ascendant, fin en plan d'ensemble : il glisse dos caméra sur la surface du lac.

George

Vas-y, Harry !

24. Plan moyen bref. George, face caméra, suit la trajectoire de son frère hors champ à droite et lui fait un grand geste de la main pour l'encourager.

George

Allez, Harry !

25. Caméra basse depuis le milieu du lac. Rapide panoramique à 180° de droite à gauche qui suit Harry. Plan moyen à plan général : plus léger, il continue sa trajectoire dos caméra vers le fond du lac, et vers un trou formé dans la glace.

Harry

George, au secours !

Il disparaît dans l'eau glacée

26. Plan moyen. George, suivi des autres garçons, se précipite en criant, dos caméra, léger recadrage de suivi.

George

Harry ! Venez !

27. Plan serré de la surface du lac, la caméra au ras de la glace. L'eau glacée tourbillonne sous la glace fendue. Harry a presque entièrement disparu sous l'eau.

Harry

(Off)

Au secours !

28. Plan moyen. George se précipite vers le trou où Harry se débat et plonge sans hésiter.

George

Tiens bon, Harry !

Un autre garçon le rejoint

29. Plan moyen. D'autres garçons se précipitent.

30. Plan rapproché en caméra basse sur la surface du lac. Derrière les jambes de deux de ses compagnons au bord du trou, la tête de Harry dépasse de la surface tandis qu'il crie et continue à se débattre.

31. Plan moyen même axe. Un autre garçon s'allonge, dos caméra, sur la glace près du rebord, tandis que d'autres le retiennent pour l'empêcher de tomber à son tour. Tous s'agitent pour sauver Harry.

Joseph

(Over)

George sauva la vie de son frère ce jour-là. Mais il prit froid et perdit partiellement l'ouïe.

32. Plan serré dans le même axe. George ramène difficilement son frère vers le bord du trou en le soutenant par les bras, face caméra. Au premier plan, un autre garçon, accroupi dos caméra sur le rebord, aide ses deux camarades à revenir vers lui.

33. Plan moyen, en caméra basse. À droite, tous les garçons ont formé une chaîne qui va en oblique jusqu'au trou, les uns derrière les autres pour se soutenir. Le premier tire George et Harry. Tous crient en s'efforçant de ne pas perdre pied. Fondu enchaîné en volet de gauche à droite.

Avenue de Bedford Falls, ext. jour

34. Plan général. Six garçons, dont George et Harry, marchent allègrement face caméra au milieu de l'avenue, bras dessus bras dessous, obligeant une voiture derrière eux à suivre leur rythme. C'est le printemps et il fait beau, l'avenue est animée.

Joseph

(Off)

George dût attendre des semaines avant de pouvoir reprendre son travail du soir après l'école, à la pharmacie du vieux Gower.

La bande de garçons se rapproche, panoramique à droite en plan américain. George porte un magazine roulé dans la poche arrière de son pantalon.

George

(En bout de file à gauche, il arrête la bande en pointant du doigt vers la droite)

M. Potter !…

35. Raccord regard. Plan de demi-ensemble. Une calèche noire, tirée par deux chevaux de robe sombre, s'avance de l'autre côté de l'avenue, en oblique vers la gauche. Un chauffeur en costume, cravate et chapeau melon noirs, la conduit.

Clarence

(Off, impressionné)

Qui est-ce ? Un roi ?

Un lent panoramique à gauche suit la calèche. Elle passe devant la caméra, révélant à l'intérieur un homme assez corpulent, d'âge mûr et à l'air sévère (Lionel Barrymore). La calèche est richement décorée et brille sous le soleil. Des dorures ornent les fenêtres et la porte, sur laquelle on peut lire des initiales dorées : « HP ».

Joseph

(Off, d'une voix grave)

C'est Henrieth Potter. L'homme le plus riche, le plus méchant du Comté.

36 suite 34. Les garçons regardent la calèche passer, puis traversent l'avenue vers le trottoir d'en face, dos caméra, panoramique de suivi à droite.

Pharmacie Gower, int. jour

37. Plan de demi-ensemble et rapide pano-travelling arrière à l'intérieur de la pharmacie. La petite bande pousse George à l'intérieur dans un « hi han » général.

38. Plan américain sur une petite fille, Mary Hatch (Jean Gale), assise sur un tabouret devant le comptoir de la pharmacie, tournée vers George à l'entrée hors champ. Un bras étendu sur le comptoir en marbre, elle sourit d'un air affectueux en observant George dans son dos.

39. Plan américain sur George, dos caméra, qui chasse joyeusement ses camarades de la main. Il se retourne et se dirige vers le présentoir à droite de l'entrée, panoramique droite. En plan rapproché, il s'arrête devant une boîte en bois carrée posée sur le présentoir. Un manche et une tige en acier en dépassent.

George

(Il saisit le manche de la boîte d'une main, lève l'autre en l'air en croisant les doigts, et ferme les yeux d'un air concentré, faisant un souhait)

Je voudrais un million de dollars !

(Il rouvre les yeux et se tourne vers le manche, qu'il actionne d'une petite pression de la main. Une flammèche apparaît au bout de la tige en acier : la boîte est un briquet qui s'allume. George baisse les bras) 

Raté !

(Il se dirige ensuite d'un bon pas en sifflotant vers le fond de la boutique à gauche, pano-travelling arrière, et passe devant Mary au comptoir sans lui prêter la moindre attention, rejoignant le fond de l'officine. Se tournant un instant de profil vers la gauche et l'arrière-boutique, il appelle) 

C'est moi, M. Gower ! George Bailey !

40. Raccord regard. Plan large d'une vitre opaque servant de guichet et qui sépare la partie magasin de l'arrière de l'officine. Derrière l'ouverture en demi-lune apparaît le visage sévère du vieux pharmacien, M. Gower (H. B. Warner).

M. Gower

(Se penchant, furieux)

Tu es en retard !

George

(Off, d'une voix timide et penaude)

Oui, Monsieur.

Dans l'ouverture en demi-lune, le pharmacien tient une flasque d'alcool à la main et la porte à ses lèvres. Il recule pour boire en retrait derrière la vitre, les yeux angoissés et égarés.

41. Plan de demi-ensemble. Une petite fille blonde, Violet (Jeannie Ann Roose), arrive en courant avec un grand sourire. Elle s'arrête net dans sa course, juste après être entrée, le regard figé et tourné vers le comptoir hors champ à gauche.

42 même axe 38. Contrechamp. Plan rapproché sur Mary Hatch, qui observait George et tourne les yeux vers Violet qui vient d'entrer hors champ, son visage change également d'expression : elle fixe Violet d'un air tendu.

43. Contrechamp. Plan américain. Violet s'avance dans la pharmacie d'un air très décidé et la tête haute, longeant le comptoir à gauche et sortant du champ.

44 idem 42. Contrechamp. Violet passe devant Mary au comptoir qui la regarde passer d'un air hautain et sur la défensive. George, derrière le comptoir, a enlevé sa casquette et finit de se préparer à prendre son poste.

Violet

(Devant le comptoir, elle monte sur un tabouret juste derrière Mary. Trois quarts dos caméra, à George derrière le comptoir, d'une voix enjouée et mielleuse)

Bonjour, George.

(En s'asseyant sur le tabouret, elle se tourne légèrement vers Mary, et sur un ton affecté et profondément ennuyé) 

Bonjour, Mary.

Mary

(Sans se retourner vers Violet, et d'une voix feignant l'indifférence, les yeux levés vers le ciel)

Bonjour, Violet.

George

(Il s'est avancé au comptoir, trois quarts face caméra, et s'adresse à Violet, entièrement tournée vers lui)

2 cents de réglisse ?

Violet

(Désignant vaguement Mary de la main)

Elle était là avant moi.

Mary

Je réfléchis encore !

George

(De nouveau à Violet)

Du réglisse ?

Violet

(Doucereuse et séductrice)

S'il te plaît, Georgie.

Un panoramique à gauche suit George qui sort de derrière le comptoir et se dirige de l'autre côté de la pharmacie pour aller chercher la commande de Violet.

45. Plan rapproché sur Violet et Mary accoudées au comptoir, face caméra.

Violet

(Regardant George à gauche et hors champ, d'un air enamouré, en souriant)

Je l'aime bien.

Mary

Tu les aimes tous !

Violet

Quel mal y a-t-il ?

Les deux petites filles regardent vers George qui revient.

46. Plan américain. Les deux filles regardent vers George, de profil devant elles.

George

(Il tend à Violet son sachet de réglisse)

Voilà !

Violet prend le sachet et lui donne ses sous.

Violet

(D'une voix langoureuse)

Tu m'aides à descendre ?

George

(Incrédule et sur un ton assez indigné)

Et puis quoi encore ?

Mary sourit, visiblement contente de la réaction de George. Celui-ci rejoint l'arrière du comptoir

47. Plan américain des deux fillettes. Violet suit du regard George. Mary sourit toujours triomphalement, savourant l'échec de Violet qui saute de son tabouret et repasse devant elle. Rapide travelling avant sur Mary : elle reprend un air fermé, toise Violet et lui tire méchamment la langue. Violet, en amorce à droite, hausse les épaules.

48. Plan serré sur George, qui se retourne vers le comptoir pour venir rincer une coupelle de glace.

George

(Trois quarts face caméra, à Mary, sur un ton poli)

Tu as choisi ?

49. Contrechamp. Plan serré sur Mary.

Mary

(Les yeux brillants et d'une voix décidée)

Je vais prendre une glace au chocolat.

50. Contrechamp et plan serré sur George et Mary en amorce à droite dos caméra.

George

(Tout en préparant la glace)

Avec de la noix de coco ?

Mary

(Polie mais ferme)

Je n'aime pas la noix de coco.

George

(S'interrompant)

Tu n'aimes pas la noix de coco ? ! Tu sais d'où elle vient ?

(Il pose brusquement la coupe sur le comptoir, ainsi que la grosse cuillère dont il se servait pour la remplir, et sort le magazine de la poche arrière de son pantalon pour le montrer à Mary. D'une voix enthousiaste) 

Regarde !


(Il tourne le magazine sur le comptoir vers Mary, et le désigne de la main d'une voix excitée) 

De Tahiti, des îles Fidji.


Il se redresse d'un air exalté.

Mary

(Elle s'empare du magazine, et sur un ton animé)

C'est un nouveau magazine ! Je ne l'avais jamais vu !

George

(Il lui reprend la revue des mains, et le regard fier, sur le ton de l'évidence)

Bien sûr que non ! C'est seulement pour les explorateurs !

(Il fixe Mary, et sur un ton crâneur) 

J'ai été nommé comme membre de la Société Nationale de Géographie.

Il désigne fièrement la une de la revue, le National Geographic Magazine.

51. Contrechamp. Mary écarquille les yeux derrière le comptoir qui la cadre à la poitrine, George en amorce à gauche de dos. Pendant qu'il se penche sous le comptoir pour chercher la glace au chocolat, Mary se penche vers lui.

52 idem 50.

Mary

(À voix basse)

C'est ta mauvaise oreille ?

53. Gros plan sur Mary au-dessus du comptoir.

Mary

(Elle se penche plus près)

George Bailey, je t'aimerai toute ma vie.

54 idem 52. George se relève. Il a pris une deuxième boule de glace au chocolat. N'ayant pas entendu la déclaration de Mary, il poursuit sur le même ton fier.

George

Je serai explorateur un jour, tu verras !

(Sur un ton triomphant, il brandit la cuillère pour scander ses paroles) 

Et j'aurai un ou deux harems, et peut-être trois ou quatre femmes ! Attends de voir !

55. Contrechamp sur Mary en plan épaules. Elle regarde silencieusement George en contrechamp, captivée et admirative. George se met à siffler, off.

56. Contrechamp sur George de dos en plan serré. Il finit de préparer la coupe de glace de Mary en sifflotant, la couvrant de copeaux de noix de coco.

M. Gower

(Off, d'une voix éraillée)

George !…

(George finit de préparer la glace en sifflotant. Gower reprend sur un ton dur et autoritaire) 

George !!

George

(Il s'arrête et tourne la tête à gauche vers l'arrière-boutique)

Oui, Monsieur ?

57. Plan serré sur M. Gower, face caméra derrière un rideau sombre. Un gros cigare à moitié entamé dans la bouche, son visage éméché trahit une grande douleur et une immense lassitude. Il a des cernes sous les yeux et semble au bord des larmes.

M. Gower

Est-ce que je te paie pour faire le canari ?

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin