//img.uscri.be/pth/2a2d7a7c3b8937437b1ec8e8a9fc01d26497092e
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Le cinéma québécois au féminin

De
130 pages
Les femmes sont nombreuses à fréquenter les salles de cinéma ou les différentes formations préparant aux métiers du cinéma, mais elles sont pourtant encore rares à occuper les postes clés sur les plateaux de tournage.
Céline Gobert et Jean-Marie Lanlo ont rencontré quelques praticiennes de notre cinématographie pour comprendre les raisons de cette faible représentativité. Leur choix s’est porté sur des réalisatrices d’horizons divers telles Chloé Robichaud (Sarah préfère la course), Sophie Deraspe (Le profil Amina), Isabelle Hayeur (La bête de foire), qui est également présidente de l’association Réalisatrices Équitables, ou Izabel Grondin (La table), qui prépare actuellement son premier long-métrage.
Les deux critiques ont également convié à la réflexion Ségolène Roederer (directrice générale de Québec Cinéma), la directrice photo Jessica Lee Gagné (Boris sans Béatrice) et la productrice Nicole Robert (Québec-Montréal).
Ces différents témoignages leur permettent de dresser un état des lieux du cinéma québécois au féminin, tout en donnant au lecteur des éléments lui permettant de saisir une réalité qui dépasse le seul milieu du cinéma pour toucher notre société dans son ensemble.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Céline Gobert JeanMarie Lanlo
Le cinéma québécois au féminin
Discussions avec Sophie Deraspe, Jessica Lee Gagné, Izabel Grondin, Isabelle Hayeur, Nicole Robert, Chloé Robichaud et Ségolène Roederer
ENTRETIENS
LE CINÉMA QUÉBÉCOIS AU FÉMININ
De JeanMarie Lanlo : Le cinéma québécois par ceux qui le font,en collaboration avec Martin Gignac, L’instant même, 2016.
CÉLINE GOBERT JEANMARIE LANLO
Le cinéma québécois au féminin
Discussions avec Sophie Deraspe Jessica Lee Gagné Izabel Grondin Isabelle Hayeur Nicole Robert Chloé Robichaud et Ségolène Roederer
Graphisme et mise en pages : AnneMarie Jacques
Maquette de la couverture : JeanMarie Lanlo
Illustration de la couverture :Sarah préfère la course,par réalisé Chloé Robichaud (© La Boîte à Fanny inc.)
Direction de collection : JeanMarie Lanlo
Distribution pour le Québec : Diffusion Dimedia 539, boulevard Lebeau Montréal (Québec) H4N 1S2
Distribution pour la France : Distribution du Nouveau Monde
© Les éditions de L’instant même, 2017
L’instant même 865, avenue Moncton Québec (Québec) G1S 2Y4 info@instantmeme.com www.instantmeme.com
Dépôt légal – Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2017
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Vedette principale au titre : Le cinéma québécois au féminin(L’instant ciné) ISBN฀imprimé9782895023937 ISBN PDF 978-2-89502-924-3 1. Productrices et réalisatrices de cinéma – Québec (Province) – Entretiens. 2. Femmes dans l’industrie cinématographique –Québec (Province) – Entretiens. 3. Cinéma et femmes – Québec (Province). I. Gobert, Céline, 1985 . II. Lanlo, JeanMarie, 1972 . III. Collection : Instant ciné. PN1995.9.W6C562017 791.43’652209714 C2017940220X
L’instant même remercie le Conseil des arts du Canada, le gouvernement du Québec (Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC) et la Société de développement des entreprises culturelles du Québec.
Nous reconnaissons l’appui financier du gouvernement du Canada
Avantpropos
Bien que leur présence au sein de l’industrie du cinéma québécois devienne de plus en plus un objet de débat et un enjeu de société, les femmes y sont encore peu nombreuses. Les chiffres parlent d’euxmêmes : d’après nos calculs, seuls 18 % des longs métrages de fiction majoritairement québécois sortis dans les salles entre 2013 et 2016 1 ont été réalisés ou coréalisés par une femme .
2 Une étude des Réalisatrices Équitables révèle qu’en 2016, seulement 31 % des membres de l’Association des réalisateurs et réalisatrices du
1. Durant ces quatre années, nous avons comptabilisé 24 longs métrages de fiction réalisés par au moins une femme sur un total de 131, soit 18,3 %. 2. « Depuis 2007, Réalisatrices Équitables sensibilise le milieu, les institutions et le public à l’importance de la vision des femmes cinéastes au Québec et travaille à faire en sorte qu’une place plus juste soit accordée aux préoccupations, à la vision du monde et à l’imaginaire des femmes sur tous nos écrans. » (http://realisatrices equitables.com).
5
Le cinéma québécois au féminin
Québec étaient des femmes. Pourtant, toujours selon l’organisme, elles représentent entre 43 et 60 % des étudiantes dans les écoles des métiers 3 du cinéma et de la télévision ! Côté financement, ce n’est guère mieux : plus les budgets sont élevés, moins les réalisatrices sont nombreuses. Toujours selon cette étude, elles ont reçu 10 % des fonds accordés pour les longs métrages de fiction par Téléfilm Canada entre 2009 et 2014. De 2011 à 2014, les fonds qui leur étaient accordés par la SODEC représentaient 19 %.
Au Québec, l’industrie demeure en outre majoritairement masculine. Ainsi, les femmes sont presque absentes des postes de machinistes, d’éclairagistes, ou de techniciens aux effets spéciaux et au son. Selon Réalisatrices Équitables, elles représentent 14,5 % des membres du département caméra et 7,5 % des directeurs photo. En fait, les seuls domaines dans lesquels elles se démarquent sont le maquillage (89 %), les costumes (84 %), la coiffure (60 %), les scriptes (94 %) et l’assistance à la réalisation (70 %).
La situation n’est pas vraiment meilleure en Europe. Selon les chiffres d’une étude du
3.La place des créatrices dans les postes clés de création de la culture au Québec, [en ligne], http://realisatrices equitables.com/wpcontent/uploads/2016/06/rapport laplacedescreatrices12juin2016.pdf (page consultée le 21 janvier 2017).
6
Avantpropos
Festival de cinéma européen des Arcs, « la médiane se situe à 18,3 % : la moitié des pays de l’étude ont une moyenne nationale sur les 4 ans de moins de 17 % de films réalisés par 4 des femmes ». L’émergence de jeunes réalisatrices promet teuses offre un bel espoir. En France, 22,44 % des premiers et deuxièmes films sont ainsi l’œuvre d’une cinéaste. D’autres pays comme la Suisse, le Portugal, l’Italie, la Turquie, la Suède ou la Russie ont « vu doubler leur proportion 5 de femmes réalisatrices au fil des générations ». Certains pays dans lesquels la présence des femmes est en augmentation appliquent des politiques en leur faveur : la Norvège, la Suède et la Suisse. D’autres n’appliquent au contraire aucune politique particulière qui pourrait expliquer l’augmentation : la France, l’Allemagne et la Slovaquie.
Aux ÉtatsUnis, la situation des femmes est catastrophique. D’après une étude effectuée par 6 Slated entre 2010 et 2015, sur les 1 591 films
 4.Étude sur l’émergence d’une nouvelle génération de réalisatrices européennes, [en ligne], http://lesarcs filmfest.com/up/pdf/EtudeFinale.pdf (page consultée le 21 janvier 2017).  5.Ibid.  6.Data Exposes Gender Fault Lines,ligne], https:// [en filmonomics.slated.com/dataexposesgenderfaultlines infographica5aee8ee4470#.4m7sc6879 (page consultée le 21 janvier 2017).
7
Le cinéma québécois au féminin
sortis sur au moins un écran, seulement 9 % avaient été réalisés par une femme. La situation n’est pas beaucoup plus favorable pour les autres professions. Ainsi, 13,2 % des scénaristes étaient des femmes. Les productrices représentaient pour leur part 19,8 %.
À l’heure où l’industrie prend le problème à bras le corps, avec notamment de nouvelles mesures annoncées par l’Office national du film et par Téléfilm Canada, qui se sont engagés en 2016 à aller vers la parité hommes/femmes, nous avons eu envie de rencontrer quelques femmes de terrain afin de comprendre quelle place elles occupent dans l’industrie cinématographique au Québec. Les sept femmes que nous avons rencontrées sont à nos yeux représentatives de l’industrie cinématographique québécoise, de l’observatrice privilégiée à la productrice ou à la directrice photo, en passant par des réalisatrices aux parcours divers. Jeunes de la relève ou au contraire établies depuis plusieurs décennies, elles partagent avec nous leur expérience de ce milieu qu’elles connaissent si bien.
Nous avons commencé toutes nos rencontres par la même question : « Quelle est la place des femmes dans le cinéma québécois ? » Nos discussions nous ont ensuite amenés à nous poser différentes questions. Doiton mettre en place des politiques particulières au Québec,
8