//img.uscri.be/pth/488cde21333521173d49b2eb4e51cdce2acd2309
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 29,25 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

De l'art de l'installation

De
411 pages
L'art de l'installation représente l'avènement d'un nouvel espace plastique à la frontière entre l'art et le réel. Cette frontière est le moteur d'un dispositif artistique immersif par lequel le visiteur d'une installation expérimente une perception autre de l'espace. La réception de l'oeuvre n'est plus fondée sur une opposition sujet / objet mais sur un projet qui génère une spatialité à partir des perceptions du visiteur. Cette spatialité se situe au croisement des arts plastiques, des arts du spectacle et de l'architecture.
Voir plus Voir moins
L émismvi              NB:   SI-3-278 91809-043rue 936-
a a al e e
De lart   de linstallation
la n l e an
so
          
De lart de linstallation
La spatialité immersive   
        
 
 
 
 
Alain Alberganti       De lart de linstallation
La spatialité immersive                                                                                   
 
                                                                                                                                                                                    
 
 
© LHarmattan, 2013 5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris  http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-343-00918-6 EAN : 9782343009186
 
     à Santina    et à la mémoire dArtémis
    
Introduction
     Luvre dart sattache à rendre sensible et tangible la relation de lhomme au monde. Elle lintensifie en inventant des formes et des signes. Ils simposent à notre attention dans lavènement de leur présence. Dans la vie courante, nous sommes enclins à croire en lévidence des objets. Nous les enregistrons comme des faits bruts indépendants les uns des autres. Luvre dart sextrait et sabstrait de ces particularités. Elle fait surgir une forme et nous la rend perceptible. Nous sommes soudain désenglués du fait particulier et accidentel. Nous sommes, simultanément, ici et ailleurs, et notre présence à lespace du lieu se fait évènement.  Lespace plastique, jusquà la fin du 19 e  siècle est, ce que lon peut appeler, un espace-limite qui sépare nettement lespace de lart et lespace réel. Cest le cadre du tableau, le socle de la sculpture ou le cadre de la scène. Lart a depuis toujours eu besoin de délimiter un espace pour faire uvre. Cette limite entre espace réel et espace de lart a été une garantie de distinction entre le monde profane et le monde sacré, entre le monde du réel et le monde de limaginaire, entre le visible et linvisible, entre les formes et les forces. La traduction plastique de cette limite est lavènement à la Renaissance du système perspectif qui absolutise et objective lespace pictural en prenant géométriquement appui sur le cadre du tableau. Lespace-limite du système perspectif constitue une vision globalisante du monde qui rend compte de la volonté de domination et de maîtrise de lhomme sur son environnement par une mise à distance et une miniaturisation de celui-ci.  La conquête spatiale de lart moderne est celle dun espace-milieu que lon trouve chez les cubistes, les constructivistes et les peintres abstraits. Lespace pictural nest plus un fond figé sur lequel on organise la position des objets pour les fixer mais un espace qui sinvente à chaque uvre. Il nest plus homogène, neutre et absolu. Il nest plus un contenant vide. Il est parcouru de lignes de forces qui relient les formes entre elles. Il nest plus donné davance et chaque artiste doit maintenant linventer pour, et par, lui-même. Les formes peintes naissent du fond du tableau, elles naissent et existent, libérées de la représentation et de la narration. Les volumes sautonomisent et deviennent signifiants comme pures forces mises en forme.  Ces recherches vont permettre dans les années 1950-60 lapparition de lart minimaliste qui va inaugurer une révolution dans la réception de luvre dart plastique en empruntant la théâtralité des arts du spectacle.
 
7
Il invente un nouvel espace plastique dont la particularité est de travailler la matière pour sculpter lespace qui lenvironne et non plus seulement pour elle-même. Les formes sculptées sont géométriques de façon à éviter toute narrativité qui détournerait lattention du spectateur de lespace dans lequel il se trouve. Les arts plastiques sintéressent alors à tout ce qui fait la spécificité des arts du spectacle : léphémère, le processus, lévènement et le corps. Cette attention nouvelle portée au corps du spectateur dans lespace dexposition prépare lentrée de celui-ci dans luvre dart elle-même telle que linstallation va la réaliser.  Lart de linstallation est lhéritier de lart minimaliste, pour ce qui est de lattention portée au contexte et au corps du spectateur, et, de lart conceptuel pour ce qui est de la mise en question de la notion dart à travers son rapport au réel. Il se nourrit de lintégration de lespace environnant et de la mise en question sans cesse réitérée de lessence de luvre dart. Il se bâtit sur une frontière très ténue entre art et réel en faisant de la théâtralité le moteur de la spatialité. Entre le spectateur et luvre, il ny a plus de distance, il ny a plus quune frontière. Le spectateur est dans luvre dart. Il est devenu un visiteur. Mais où est-il vraiment ? Dans quel espace (plastique) ? Comment désigner cette spatialité que lart de installation invente en théâtralisant lespace plastique et en faisant de lespace un évènement ? Comment qualifier ce lieu dexpérimentation dune spatialité autre qui est en même temps un espace critique de définition de la limite entre lart et le réel ?  Après lespace-limite de lart classique qui a rendu le visible de lespace, et, lespace-milieu de lart moderne qui a rendu le sensible de la spatialité, lart contemporain théâtralise la limite de luvre dart et fait de la frontière entre lart et la vie un espace à vivre. Le fond et la forme se trouvent intimement mêlés dans lart de linstallation pour faire surgir de nouveaux espaces inédits qui investissent lespace physique du visiteur en sollicitant tous ses sens. Lart de linstallation est un laboratoire dexpérimentation de la spatialité. La fusion entre espace plastique et espace scénique permet à luvre dart de se localiser sur une frontière entre lart et la vie par un déplacement de lespace symbolique vers lespace réel. Cette spatialité fonde une relation nouvelle du corps du visiteur à son environnement. Elle est la condition de perception dun espace qui soppose radicalement à lespace neutre, objectivé et abstrait de la vie quotidienne. Lart de linstallation sinscrit dans lhistoire de la représentation de lespace par lhomme occidental. Lévolution plastique de la distance entre la forme et le fond raconte cette histoire : de maître et de juge devant  les choses du monde, il sy immerge peu à peu. Quelle est la nature de cette spatialité nouvelle ? Comment fonctionne-t-elle dans un dispositif spatial tel que celui de linstallation immersive ? En quoi ce genre artistique récent implique-t-il un nouveau rapport de lhomme à lespace et au lieu ?  
8
La notion despace est un sujet de réflexion pertinent au regard du contexte dans lequel nous vivons. Aujourdhui tout autour de nous parle despace à travers la globalisation qui constitue une mise en relation géographique des économies et des cultures à une échelle sans précédent par le biais de nouveaux moyens techniques. Les échanges économiques et culturels entre pays saccélèrent et sintensifient grâce à des phénomènes de dématérialisation qui sétendent à tous les domaines et qui se traduisent par une prise en charge technique de la vie individuelle et collective. Notre lien au lieu se modifie de façon radicale. Lextrême facilité de déplacement et de communication le rend de moins en moins prégnant. Nous sommes de plus en plus fréquemment en transit entre deux lieux. Entre deux lieux, il y a lespace. Les générations précédentes savaient habiter un lieu. Il nous faut apprendre à habiter un espace. Les lieux ont le pouvoir de structurer la spatialité pour la fonder existentiellement. Lart contemporain peut-il nous aider à vivre ce rapport nouveau au lieu et à lespace ?  Nous proposerons des réponses à ces questions dans cet ouvrage qui se tient au croisement des arts du spectacle, des arts plastiques et de larchitecture et qui envisage la notion dimmersion comme paradigme de la relation esthétique de lhomme contemporain à lespace.  Dans ce qui suit nous allons étudier lévolution de lespace-limite perspectif vers lespace-milieu de lart moderne ( partie 1 ) pour ensuite nous intéresser au devenir de lespace-milieu, précurseur de lespace plastique immersif ( partie 2 ). Nous chercherons aussi à comprendre, par une approche systémique, le fonctionnement de linstallation immersive en tant que dispositif spatial, autant dans sa dimension existentielle questhétique. Nous verrons enfin comment linvention dun espace plastique immersif est corrélative dune esthétisation de la vie quotidienne ( partie 3 ).                 
 
9