//img.uscri.be/pth/a01d208f7f3cae47942487afeff786efe257c776
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

François Dagognet ou l'apologie de l'art contemporain

De
196 pages
L'art contemporain, comme notion esthétique, a connu à ses débuts de nombreux procès portant sur sa dimension artistique, mais aussi politique. Dans une attitude parfaitement opposée, François Dagognet s'est immédiatement fait l'apologiste de l'innovation artistique radicale que représentait l'art contemporain. L'auteure parvient ici à restituer l'originalité de cette démarche, sans pour autant faire l'impasse sur les versants conceptuel et minimaliste de l'art contemporain.
Voir plus Voir moins
DOMINIqUE BERNàRd FàIvRE
François Dagognet ou l’apologie De l’art contemporain
Préface de François Dagognet
OUVERTUREPHILOSOPHIQUE
François Dagognet ou l’apologie de l’art contemporain
Du même auteur: « Le vêtement pour quoi dire ? » in Daniel Faivre,Tissu, voile et vêtement, L’Harmattan, Paris, 2007, pp. 145-174. « L’esthétiqueet la pensée contemporaine », in Gilles Ferréol,Le regard esthétique. Perspectives croisées philosophie/sociologie,E. M. E. & Inter-Communications, coll. Proximités – Sociologie, Bruxelles, 2012, pp. 45-60. « Günthervon Hagens ou la mort de la mort organique», in Daniel Faivre,La mort en questions, Approches anthropologiques de la mort et du mourir,Erès, Toulouse, 2013, pp. 327-392. « L’image comme trace de l’œuvre éphémère contemporaine », in Audrey Tuaillon Demésy & Gilles Ferréol,L’image et ses dérivés dans la recherche, Actes du Séminaire Jeunes ChercheursC3S, Université de Franche-Comté, octobre 2013, pp. 71-82. « Subjectivitéet Objectologie dans les arts plastiques contemporains», in Gilles Ferréol,La Subjectivité,E.M.E., février 2014. À paraître« L’Artcontemporain :un art dénué d’émotion», inActes du Colloque 20/21 mars 2014. « L’écritcomme support de recherche plastique», inActes du Séminaire Jeunes ChercheursC3S, mai 2014. « L’évènementfondateur Duchamp», in Daniel Faivre,Fait ou événement fondateur, CUCDB Dijon. « Lesvanités contemporaines: spiritualité renaissance ou poétique innovante »,in Jean Lamblot,Médias et nouvelles spiritualités,CUCDB Dijon. © L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-02711-1 EAN : 9782343027111
Dominique BERNARDFAIVREFrançois Dagognet ou l’apologie de l’art contemporain Préface de François Dagognet
Ouverture philosophiqueCollection dirigée par Aline Caillet, Dominique Chateau, Jean-Marc Lachaud et Bruno Péquignot Une collection d'ouvrages qui se propose d'accueillir des travaux originaux sans exclusive d'écoles ou de thématiques. Il s'agit de favoriser la confrontation de recherches et des réflexions qu'elles soient le fait de philosophes « professionnels » ou non. On n'y confondra donc pas la philosophie avec une discipline académique ; elle est réputée être le fait de tous ceux qu'habite la passion de penser, qu'ils soient professeurs de philosophie, spécialistes des sciences humaines, sociales ou naturelles, ou… polisseurs de verres de lunettes astronomiques.
Dernières parutionsCatherine MONNET,La reconnaissance. Clé de l’identité, 2014. Jean PIWNICA,L’histoire : écriture de la mémoire,2014. Jacques ARON,Theodor Lessing, Le philosophe assassiné,2014. Naceur KHEMIRI & Djamel BENKRID,Les enjeux mimétiques de la vérité. Badiou « ou /et » Derrida ?,2014. Pascal GAUDET,Philosophie et existence, 2014. Pascal GAUDET,Penser la politique avec Kant, 2014. Pascal GAUDET,Penser la liberté et le temps avec Kant, 2014. Aklesso ADJI,Éthique, politique et philosophie, 2014. Christian MIQUEL,Apologie de l’instant et de la docte ignorance, 2014.Paul-Emmanuel STRADDA,L’Être et l’Unité, 2 volumes, 2014. Carlo TAMAGNONE,La philosophie et la théologie philosophale, 2014.Jacques POLLAK-LEDERER,L’Ontologie écartelée de Georges Lukács, 2014.Tahir KARAKA,Nietzsche et William James, Réformer la philosophie, 2013.
Préface Celui qui lira ce livre faisant l’apologie de l’art contemporainsera informé d’une discipline décisive, celle de tous les essais e explicatifs de l’art portant notamment sur la peinture du XXsiècle. Ce travail relève del’herméneutique ou de l’interprétation d’une ou de plusieurs œuvres. Il n’est rien de plus éclairant pour qu’on ne s’enferme pas dans un point de vue: on tâche ici d’apercevoir le réseau qui les relie –ou les opposeles uns par rapport aux autres. Dominique Bernard Faivre a particulièrement réussi son travail de synthèse, d’autant plus qu’elle écarte un style cabalis-tique au profit d’une écriture plus lumineuse. Elle s’est surtout penchée sur les Écoles, comme il se doit. La culture, de nos jours, exige que nous nous passionnions pour l’histoire de l’art. Mais il ne s’agit pas d’aligner les œuvres –une simple accumulationen confectionner un musée pour imaginaire. Ce livre justement a évité l’historicisme. Il a préféré recourir à une méthode structurale, celle qui découvre les liens, les ruptures ou même l’opposition entre les artistes d’aujourd’hui. 7
Car il ne faut rien oublier ni censurer: ni ceux qui usent de matériaux classiques mais dévoyés, ni ceux qui inaugurent des formes absolument nouvelles,même lorsqu’elles relèvent du trivial ou du domestique. On pourrait reprocher à cet ensemble d’avoir trop intégré ou encore d’avoir laissé de côté quelques développements. Mais ce serait se méprendre. On a seulement écarté le délayage. D’ailleurs une philosophie un brin secrète a réussi à relier ce qui conservait quelques traces de séparation. Ici, Dominique Bernard Faivre lève le voile : elle rompt avec la vieille théorie artistotélicienne (l’hylémorphisme). La matière ne servait que de support: rôle subalterne. On prend un autre chemin. Désormais, on n’hésite plus à reconnaître du spirituel dans la matière et, inversement, du matériel dans le spirituelun renforcement favorable à une plasticité créatrice. Le lecteur devrait être satisfait car on lui offre une trans-formation, ainsi que le moyen d’y accéder. Après les principes, on passe à un système explicatif, avec des références concrètes. Cet ouvrage de feu déclare la guerre au passé (le recours à Aristote, de manière quasi-sous-jacente, en témoigne). Il instruit. Il ne cesse pasmais sans violencede « critiquer » plusieurs critiques, prisonniers de leur propre idéologie. Nous ne voyons pas d’équivalent. Et on n’oubliera pas que ce livre peut se lire selon les deux registres qui le traversent : le scientifique interprétatif ; la poétique qui se dégage de cette œuvre et ne manque pas de l’enflammer. François Dagognet
8
Introduction Dans cet ouvrage que nous intitulonsFrançois Dagognet ou l’apologie de l’art contemporain,c’est essentiellement à ce philosophe que nous donnerons la parole, tant en raison de l’importance que de la légitimité qu’il a accordées à l’art de son temps. Précisons d’abord queFrançois Dagognet est un auteur à l’œuvre aussi foisonnante qu’édifiante, à tel point qu’il asigné une centaine d’ouvrages depuis 1953. Aussi le livre de Georges Canguilhem intituléAnatomie d’un épistémologue: François Dagognet, ainsi que celui Robert Damien portant le titre de François Dagognet, médecin, épistémologue, philosophe. Une philosophie à l’œuvrevoient-ils le jour, respectivement en 1984 et 1998. De même assiste-t-on aujourd’hui à la publication de l’essaide Gérard Chazal intituléFrançois Dagognet, médecin et philosophe, ainsi qu’à celle du collectifdirigé par Daniel Parrochia :François Dagognet, un nouvel encyclopédiste ?Et si François Dagognet ne manque pas, en 1997, de consa-crer un ouvrage à son maître, Georges Canguilhem, dont il retiendra notamment le goût pour l’épistémologie, il 9