//img.uscri.be/pth/f06b47b2ef09ae1c61eda214cf44b2c6f74db06c
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

Gustav Klimt (1862-1918), entre femmes et paysages

De

Connaissez-vous Gustav Klimt ? De l’artiste, on nous présente plus souvent quelques clichés comme le Baiser ou le Portrait d'Adele Bloch-Bauer I, plutôt que la vie et l'œuvre, mais... qui était Gustav Klimt ?

L'homme qui habitait avec sa mère et ses sœurs, celui qui voyait chaque jour Emilie, celui qui à sa mort fit l'objet de quatorze demandes de reconnaissance en paternité, le peintre adulé de la grande bourgeoisie viennoise, le peintre paysagiste néo-impressionniste, le sportif lutteur, nageur, canotier, le couturier dessinateur de robes, l'hypocondriaque bougonneur, le décorateur symboliste ou le symboliste décorateur au choix ? Il était tout cela et plus encore.

Cette nouvelle monographie vise à donner quelques éclairages de son amour de la femme, ainsi que de son goût introspectif pour le paysage. Klimt a peint durant toute sa vie environ 250 peintures, l’ouvrage compte 163 reproductions (et la presque totalité de son œuvre après 1898), un signe aussi que ces deux thèmes représentent l'essentiel de ses études et de ses réalisations.

Cette monographie est divisée en 3 parties :

1. une biographie succincte pour découvrir l'homme.

2. les tableaux qui célèbrent des femmes, les modèles de ses tableaux allégoriques, mais celles qu'il a aimées, et celles dont les riches maris lui commandaient le portrait.

3. les paysages, devenus plus importants dans sa maturité, à tel point qu'ils constituent près de la moitié de sonoeuvre sur cette période.

Gustav Klimt est mort avant que l'Autriche impériale ne s'évanouisse. Après quelques années de relatif oubli, son œuvre a fait reparler d'elle pendant la Seconde Guerre mondiale et tient le haut de l'affiche depuis vingt ans. L'Autriche a voté en 1998 une loi pour la restitution des œuvres spoliées. Elle a donné lieu à un ballet de restitutions, qui a nourri le marché de l'art de ces dernières années. Nous avons voulu, en rapportant les aventures les plus spectaculaires, montrer comment Gustav Klimt est aussi post-mortem un héros du XXIe siècle.

Klimt était un homme complexe, son œuvre est multiformes, elle a été célébrée de son temps, elle l'est maintenant du nôtre.

En replaçant les œuvres au cœur de la vie du peintre, VisiMuZ permet au lecteur de mieux comprendre son évolution artistique, et rend la lecture plus attrayante et pédagogique. Cette édition est donc à la fois un beau-livre et une monographie de référence pour l’artiste.

Pour un livre d’art, voici au moins 5 bonnes raisons de préférer un livre numérique au papier :

. disponibilité permanente où que vous soyez, avec un encombrement minimal,
. adaptation de la taille des caractères à la vue de chacun,
. agrandissement des photos pour mise en valeur des détails,
. création d’une photothèque personnelle avec les photos de l’ebook,
. constitution d’une bibliothèque « Beaux-Arts » pour un budget très raisonnable.


Voir plus Voir moins
Avant-Propos
La collection VisiTheme a pour objet de vous faire entrer au sein d’expositions virtuelles. Elle est dans son principe analogue à une exposition réelle. Nous choisissons des thèmes sur lesquels nous vous proposons un parcours dans votre ebook.
Affichage des œuvres en pleine page. Pardouble-taple corps du texte sur la photo de dans l’œuvre, on affiche celle-ci en plein écran. On peut revenir à la page du texte par un autre double-tap ou sur la croix en haut à gauche, selon les lecteurs. Nous avons publié un article sur le site VisiMuZ qui donne quelques conseils pour vous aider à tirer de votre lecture un maximum de plaisir : http://www.visimuz.com/ebooks_beauxarts/.
En fin d'ouvrage, vous trouverez une table des illustrations avec le lien vers les reproductions.
François BLONDEL
GUSTAV KLIMT
ENTRE FEMMES ET PAYSAGES
• VisiMuZ Éditions •
De Gustav Klimt, on nous présente plus souvent quelques clichés plutôt que la vie et l'œuvre. L eBaiser, lePortrait d'Adele Bloch-Bauer I, quelques photos évoquant l' « apocalypse joyeuse », ce surnom dédié à l'agonie de l'empire austro-hongrois mais… qui était Gustav Klimt? L'homme qui habitait avec sa mère et ses sœurs, celui qui voyait chaque jour Emilie, celui qui à sa mort fit l'objet de quatorze demandes de reconnaissance en paternité, le peintre adulé de la grande bourgeoisie viennoise, le peintre paysagiste néo-impressionniste, le sportif lutteur, nageur, canotier, le couturier dessinateur de robes, l'hypocondriaque bougonneur, le décorateur symboliste ou le symboliste décorateur au choix? Il était tout cela et plus encore. Nous n'avons pas la prétention de tout révéler de l'artiste, simplement de donner quelques éclairages de son amour de la femme et des femmes, et de son goût introspectif pour le paysage. Klimt a peint environ 250 peintures, nous en illustrons plus de 160 (et la presque totalité de son œuvre après 1898), signe aussi que ces deux thèmes représentent l'essentiel de ses études, de ses sujets d'intérêt, de ses réalisations.
L'ouvrage est divisé en 3 parties :
1. une biographie succincte pour découvrir l'homme et se souvenir des jalons principaux de son existence. 2. les tableaux qui célèbrent des femmes, les modèles de ses tableaux allégoriques, mais aussi les femmes qu'il a aimées, et celles dont les riches maris lui commandaient le portrait. 3. les paysages, qui sont devenus plus importants pour lui dans sa maturité, à tel point qu'ils constituent près d'un quart de son œuvre (et près de la moitié sur la période à partir de laquelle il a commencé à peindre des paysages).
Gustav Klimt est mort avant que l'Autriche impériale ne s'évanouisse. Après quelques années de relatif oubli, son œuvre a fait reparler d'elle pendant la Seconde Guerre mondiale et tient le haut de l'affiche depuis vingt ans. L'Autriche a voté en 1998 une loi pour la restitution des œuvres spoliées qui a été largement appliquée. Elle a donné lieu à un ballet de changements de propriétaires, qui a nourri le marché de l'art de ces dernières années. Nous avons voulu, en rapportant les aventures les plus spectaculaires, montrer comment Gustav Klimt est aussipost-e mortemsiècle.un héros du XXI Klimt était un homme complexe, son œuvre est multiformes, elle a été célébrée de son temps, elle l'est maintenant du nôtre. Dans la suite, la numérotation des tableaux (précédée d'un « D ») fait référence au catalogue raisonné de Fritz Novotny et Johannes Dobai en 1967. Nous avons utilisé également le catalogue raisonné d'Alfred Weidinger (2007) et lui faisons parfois référence avec le préfixe « W »
I.1 Avant la Sécession viennoise
I. Biographie
1862. 14 juillet. Naissance de Gustav à Baumgarten, alors faubourg de Vienne. Il est le deuxième de sept enfants. Son père, Ernst (1834-1892), exerce la profession d'orfèvre ciseleur et est originaire de Bohème, dans l'actuelle République tchèque. Sa mère est Anna Rosalia Finster (1836-1915). Elle a grandi à Vienne dans une famille modeste. Dans sa jeunesse, elle a tenté sans succès de devenir chanteuse lyrique. Elle souffre de dépression permanente, peut-être causée par son échec professionnel. Les frères et soeurs de Gustav sont Klara (1860), Ernst (1864), Hermine (1865), Georg (1867), Anna (1869), Johanna (1873).
1873. L'exposition universelle à Vienne se déroule dans un climat économique très déprimé. La famille Klimt vit dans des conditions difficiles. 1876. Gustav entre en octobre à l'école des Arts et Métiers du musée autrichien d'Art et d'Industrie (Kunstgewerbeschule des Österreichischen Museums für Kunst und Industrie). Il y étudiera pendant cinq ans. Durant les deux premières années, il suit les cours de Rieser, Minnigerode et Hrachowina, puis le cours de peinture du professeur Laufberger, jusqu'à son décès le 16 juillet 1881. Klimt aura alors pour maître le professeur Julius Berger (1850-1902). 1877. Ernst, le frère cadet de Gustav, est admis dans la même école. Les deux frères ont l'habitude de dessiner côte à côte, prenant souvent pour modèles leurs soeurs. Ils gagnent un peu d'argent en dessinant des portraits d'après des photos et en les vendant pour six florins. Tous deux sont alors des admirateurs du peintre viennois Hans Makart (1840-1884), qui était le peintre et décorateur en vogue de l'empire austro-hongrois. Ernst et Gustav vont même, dit la légende, jusqu'à soudoyer son domestique pour entrer chez Makart durant sa sieste, afin de pouvoir examiner les derniers tableaux du maître. 1879. Le professeur Ferdinand Laufberger (1829-1881) a été chargé de réaliser les décorations de la cour du Kunsthistorisches Museum. Il embauche alors pour l'aider les frères Klimt et Frantz Matsch. Les trois hommes vont se présenter en tant qu'équipe de peintres-décorateurs. 1880. Les trois amis reçoivent leur première commande : quatre allégories aux angles du plafond de la salle des réunions du palais Sturany à Vienne. Ils créent laKünstler-Compagnie et l'établissent dans un atelier situé Sandwirthgasse, 8, à Vienne. Jusqu'en 1881, le travail du jeune Klimt sera fortement inspiré de la Renaissance italienne, sous l'influence du Pr. Laufberger.
[1]La Poésie,1880, fresque, 190 x 125 cm, palais Sturany, Vienne D1
[2]La Musique,1880, fresque,
[3]La Danse,1880, fresque, 190 x 125 cm, palais Sturany, Vienne D3
[4]Le Théâtre,1880, fresque,
1880. LaKünstler-Compagniela commande de la réalisation du plafond de la salle des Thermes à Karlsbad (maintenant Karlovy-Vary, en reçoit République tchèque). Laufberger met en contact les Klimt et Matsch avec les architectes Fellner et Helmer. Ceux-ci sont spécialisés dans l'agencement de théâtres, et vont avoir une influence sur les travaux réalisés par Klimt dans les années qui suivent.
1881. Martin Gerlach (1846-1918) était à la fois éditeur, graveur, photographe. Il confie à Gustav des illustrations pour un ouvrage devenu mythique : Allegorien und Embleme(Allégories et Emblèmes). L'idée était de moderniser le répertoire allégorique des artistes, qui était resté le même depuis que Cesare Ripa l'avait figé dans sonIconologia1593, et d'y inclure des éléments relatifs à la vie quotidienne, au commerce et à la technique. Le en s textes sont de Albert Ilg, les illustrations de Klimt ainsi que de Max Klinger et Franz von Stuck. En cette année 1881 à Vienne, notons aussi la destruction du Ring Theater par un incendie le 8 décembre.
[5]Les Royaumes de la Nature(volume 1, planche 39), 1882, crayon noir avec rehauts de blanc, 27,5 x 53,1 cm, musée d'Histoire de la ville de Vienne
Le dessin ci-dessus se trouvait dans le volume 1 en planche 39. Les deux jeunes femmes illustrent le royaume végétal, tandis que l'homme illustre le royaume animal.
1882. Les frères Klimt et Matsch reçoivent une commande des architectes Fellner et Helmer pour le théâtre de Reichenberg (aujourd'hui Liberec en République tchèque). Le rideau de scène porte la signature des trois peintres. À Klimt reviendrait aussi deux des quatre peintures du plafond. À la suite de cette réalisation, les trois hommes furent requis par le roi de Roumanie pour exécuter des peintures au château de Pelesch (ou Peleş, Sinaïa, Roumanie). Il s'agissait de copies de portraits d'ancêtres d'après des gravures, de copies de maîtres anciens tels que Titien (Portrait d'Isabella d'Este), de décorations pour la salle du théâtre et enfin de cartons pour des tapisseries. Longtemps réservé aux dirigeants roumains, le château est de nouveau accessible au public.
[6]Fresques du théâtre, château de Pelesch (Sinaïa),1882-83, fresque, château de Peleş, Sinaïa (Roumanie) D7
1883. C'est d'abord pour Gustav l'année de son diplôme. Il est encore largement sous l'influence classique de Makart, ainsi que le montrent les deux tableaux ci-après.
[7]Portrait de Klara Klimt,1883, huile sur toile, 29 x 20,5 cm, collection particulière D13
[8]Tête de jeune fille de profil,
Klimt a 21 ans. L’influence de Makart et le thème des allégories, qui lui a été au départ imposé par l’éditeur Gerlach, vont entrer en résonance dans les œuvres de l'artiste en 1883 et 1884.
[9]La Fable,1883, huile sur toile, 84,5 x 117 cm, musée d'Histoire de la ville de Vienne D18
[10]Idylle,1884, huile sur toile, 49,5 x 73,5 cm, musée d'Histoire de la ville de Vienne D19
L'influence de Michel-Ange est très nette dans la réalisation des nus masculins.
1885. Les frères Klimt et Matsch travaillent de concert à la décoration, à Lainz près de Vienne, de la villa Hermès (d'après des dessins de Makart – les fresques ont été très abîmées durant la Seconde Guerre mondiale). La commande a été passée directement par l'impératrice Elisabeth. En parallèle, ils réalisent les peintures du plafond du théâtre de Fiume (maintenant Rijeka, en Croatie), ainsi que du plafond du théâtre national de Bucarest (fresques détruites dans un incendie). Dans une esquisse, Klimt va tester pour la première fois l'effet de l'or.
1886. Leur carrière de décorateurs de théâtre se poursuit. Fellner et Helmer ont reçu la commande la construction du théâtre de la station thermale de Carlsbad (Karlovy-Vary) et font évidemment appel à leur équipe habituelle.
[11]Étude pour un rideau de scène,1883-85, huile sur toile, 53,5 x 42 cm, collection particulière D28