Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 16,13 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Hier pour demain : une mémoire de la culture scientifique, technique et industrielle

De
220 pages
Cet ouvrage est le premier de deux tomes consacrés aux actions de Culture Scientifique, Technique et Industrielle (CSTI) en France depuis les années 60. Il relate l'émergence des Centres de CSTI et met ce mouvement en perspective avec les actions qui se développent dans l'éducation populaire et dans les musées scientifiques et techniques.
Voir plus Voir moins
Sous la direction de E. Caillet, E. Guyon, P. Guillet, J.-C. Guiraudon, B. Maitte, O. Morand et M. Van-Praët
Hier pour demain : une mémoire de la culture scientifique,technique et industrielle
Premières « Rencontres Michel Crozon »
Hier pour demain : une mémoire de la culture scientifique, technique et industrielle Premières « Rencontres Michel Crozon »
Muséologies Directeur Michel Van-Praët Les musées se sont affirmés comme un phénomène culturel majeur des sociétés occidentales; cela a conduit une variété de disciplines à étudier ces institutions et leurs évolutions, conduisant à une multiplicité de regards, plus qu’à la création d’une nouvelle discipline, en dépit du travail de pionniers comme Georges Henri Rivière en France et de la création d’un comité «pour la muséologie » au sein de l’International Council of Museums. De la multiplicité des disciplines et de leurs approches sont issues des études qui vont de l’étude des phénomènes de patrimonialisation – indissociables du développement de la culture e occidentale depuis le XVIsiècle – aujourd’hui questionnés par la prise en compte des patrimoines immatériels, à l’étude de la réception des arts, des sciences et des enjeux techniques dans le cadre du média exposition, réduisant parfois les musées à leurs espaces publics. La collection «Muséologies »vise à offrir un champ d’expression commun à la diversité des regards philosophiques, historiques, sociologiques sur les musées, mais aussi à la diversité des points de vue des professionnels du patrimoine sur leurs pratiques et l’évolution de leurs métiers. Domaines :Histoire. Philosophie. Sciences de l’éducation. Sociologies. Sciences de l’information et de la communication. Arts et esthétiques. Sciences et techniques. Vie culturelle. Patrimoines. Collections. Déjà parus Mariannick Jadé, Patrimoine immatériel : perspectives d’interprétation du concept de patrimoine, 2006. Vers une redéfinition du musée ? Sous la direction de François Mairesse et André Desvallées, 2007.
Hier pour demain : une mémoire de la culture scientifique, technique et industrielle Premières « Rencontres Michel Crozon » (Orléans 18-19 mars 2010) Comité d’organisation Elisabeth Caillet, Etienne Guyon, Philippe Guillet, Jean-Claude Guiraudon, Bernard Maitte, Olivier Morand et Michel Van-Praët Ces Rencontres ont été organisées avec le soutien de la ville et du muséum d’Orléans, ainsi que de la ville de Nantes pour leur publication.
© L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Pariswww. harmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-02316-8 EAN : 9782343023168
Sommaire Préambule «Hier pour demain: une mémoire de la culture scientifique, technique et industrielle »,page 7 Les organisateurs et animateurs des sessions, biographies de 9 acteurs de la CSTI,page 9 Le partage des savoirs scientifiques parEtienne Guyon et Bernard Maitte, page 15 Les mouvements de jeunes et d’éducation populaire, Jean-Claude Guiraudon, Gérard Gautier, Olivier Las Vergnas, page 27 Science et Société : les relations avec les scientifiques,Michel Darche, Marie-Noëlle Favier, Etienne Guyon, page 51 Les Centres de Culture scientifique, technique et industrielle, Alain Berestetsky, Jean-Marc Lévy-Leblond, Bernard Maitte, page 73 Les Musées, Dominique Ferriot, Michel Van-Praët, page 99 Les grands organismes de recherche et la politique générale de CST, Jean-Pierre Dalbéra, Marie-Noëlle Favier, page 123 Les politiques territoriales, Géraldine Babad, Louis-Jean Gachet, Jean-Louis Garcia, page 139 Les formations et les métiers, Elisabeth Caillet, Nadine Herman, Olivier Las Vergnas, Yves Le Coadic, Henri Ostrowiecky, page 159 Les médias et leurs politiques, Philippe Clair, Dominique Leglu, Bernard Maitte, page 187 Les archives de la CSTI, Andrée Bergeron, Nicolas Blémus, Marie-Pierre Tallec, page 199
PREAMBULE «HIER POUR DEMAIN: UNE MEMOIRE DE LA CULTURE SCIENTIFIQUE, TECHNIQUE ET INDUSTRIELLE » Journées Michel Crozon (Orléans 18-19 mars 2010) Cet ouvrage est le premier d’un ensemble de deux volumes consacrés aux actions de Culture scientifique, technique et industrielle (CSTI) en France depuis les années 1960. Ce premier volume relate l’émergence des Centres de culture scientifique technique et industrielle (CCSTI) et met ce mouvement en perspective avec les actions qui se développent à la même période dans les domaines de l’éducation populaire et dans les musées scientifiques et techniques. Il retrace les liens entre les initiatives culturelles scientifiques et les milieux de la recherche, de l’enseignement et des médias, ainsi que la naissance de politiques ministérielles, puis territoriales de CSTI. En préambule est reproduit l’article «le partage des savoirs 1 scientifiques »en 2008 par deux membres du collectif publié organisateur des journées. Il introduit sommairement comment se sont construites, développées et ont évolué les très nombreuses initiatives personnelles, universitaires et institutionnelles qui ont conduit en France au mouvement de CSTI. Elles relèvent, dans un grand foisonnement, d’une même générosité dans le partage des savoirs et des curiosités, avec des publics variés, à commencer par les jeunes. Cet article prolongeait l’article «La culture scientifique en France: 2 institutions, enjeux », écrit par l’un des auteurs avec Michel Crozon . Le décès brutal de celui-ci, témoin essentiel de cette aventure humaine et scientifique, nous a encouragés à effectuer un travail de mémoire en prenant conscience de la disparition inéluctable
1  EtienneGuyon, Bernard Maitte, Le partage des savoirs scientifiques,La revue pour l’histoire du CNRS, n° 22, automne 2008, p. 39 — 44. 2 Michel Crozon, Bernard Maitte, La culture scientifique en France : institutions, enjeux,Esprit, n° 10, octobre 2001, p. 105 — 119.
7
des anciens témoins et du fait que les archives des mouvements de CSTI sont disparates, voire inexistantes. Ce risque d’oubli des origines et des conditions de développement des actions culturelles scientifiques, qui prirent des formes originales en France, nous a menés à mettre en place ces journées et à les dédier à Michel Crozon. Le comité d’organisation constitué d’Elisabeth Caillet, Etienne Guyon, Philippe Guillet, Jean-Claude Guiraudon, Bernard Maitte, Olivier Morand et Michel Van-Praët, s’est élargi à Andrée Bergeron et Dominique Ferriot en vue de l’organisation des journées 2012. Le présent volume correspond à la retranscription des interventions et débats tenus au Muséum d’histoire naturelle d’Orléans les 18 et 19 mars 2010. Cette approche assume la dimension subjective des mémoires qui s’expriment dans les interventions ; leur polyphonie est enrichie par la reproduction des débats qui suivirent, car il s’agit avant tout ici de graver des mémoires pour reprendre la belle expression des éditions L’Harmattan. Ces journées visaient, également, à identifier les archives existantes et leur localisation. Ce second objectif n’a été qu’imparfaitement atteint, de même que n’a pas encore pu être identifié, malgré nos efforts, la ou les structures qui pourraient en conduire un travail systématique de recherche et d’archivage. Les deux ouvrages que publie L’Harmattan constituent donc une étape essentielle de cet ambitieux projet de mémoire. L’un des objectifs de cette publication est également de favoriser une analyse dynamique de l’histoire des mouvements de CSTI, placés dans les contextes changeants des politiques de la Science, de la Société et de la Culture de l’Après-Guerre. Ainsi, nous espérons que cet ouvrage permettra aux lecteurs de mieux appréhender et comprendre la situation dans laquelle évoluent actuellement les politiques, les établissements et les acteurs de Culture scientifique, pris dans les profondes transformations que nous vivons.
8
LES ORGANISATEURS ET ANIMATEURS DES SESSIONS, BIOGRAPHIES DE 9 ACTEURS DE LA CSTI Andrée BERGERONmaître de conférences en est épistémologie et histoire des sciences au Centre Alexandre Koyré après avoir été maître de conférences des universités au Palais de la Découverte. Ses travaux portent sur la problématique « sciences et culture» et notamment sur l’histoire des politiques culturelles des sciences en France depuis 1945. Elle a participé à de nombreuses formations à la médiation, la muséologie, la communication ou l’histoire des sciences (Universités de Strasbourg, Paris-Diderot, Orsay, Muséum national d’Histoire naturelle, ENS Cachan, CNED). Elisabeth CAILLET,après avoir enseigné la philosophie, a créé, avec Olivier Las Vergnas en particulier, les premières formations à la médiation culturelle à la Cité des sciences et de l’industrie où elle était responsable du centre de formation. Elle fut ensuite en charge des problématiques de publics et d’action culturelle au ministère de la Culture et de la Communication. Dans son dernier poste, au musée de l’Homme, elle a été responsable des expositions et de l’action vers les publics. Elle a écrit un ouvrage de référence,A l’approche du musée, la médiation culturelle, PUL, 1995.Dominique FERRIOT estprofesseure des universités. Elle a dirigé le Musée des arts et métiers et conduit le programme de rénovation mis en œuvre de 1988 à 2000. Précédemment elle fut Directeur-adjoint de l’Ecomusée du Creusot, responsable de l’action régionale dans l’équipe du futur Musée de la Villette, directeur de la culture scientifique et technique au ministère de la Recherche et de la Technologie. Elle a créé en 1992 et dirigéLa Revue, publicationconsacrée à l’histoire et à la muséologie des techniques. Secrétaire générale fondatrice du CILAC puis de l’AMCSTI, ancienne présidente d’ICOM France, elle est Trésorier du Conseil international des musées, membre du Haut Conseil culturel franco-allemand et de l’Académie des Technologies. Philippe GUILLETest, au moment de la tenue de ces journées, directeur du Muséum d’Orléans, ancien directeur de l’OCIM. Il fut à deux reprises président de l’AMCSTI. À travers son
9