Hollywood des stars

De
Publié par

Berceau du cinéma mondial, cathédrale ancestrale du " septième art ", terre promise des stars, Hollywood n'est plus, aujourd'hui, cette " usine à rêves ", ce havre de l'euphorie et ce phare du monde du show et du spectacle. Ce livre aborde l'histoire de la cinématographie, sa genèse et ses parcours, son apogée et ses reculs. Comment le cinéma, d'une prouesse technique, d'une invention française de l'époque, est devenu une surexploitation industrielle américaine, avec ses trusts et ses majors, ses capitaux et ses actions boursières ? Il doit, à l'aube du XXIe siècle, relever le défi de la révolution numérique.
Publié le : dimanche 15 novembre 2015
Lecture(s) : 6
EAN13 : 9782336396361
Nombre de pages : 340
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Antoine MATTA
Hollywood des stars
La crise du cinéma à l’ère du numérique
HOLLYWOOD DES STARS
Collection « Cinéma(s) » dirigée par Jérôme Martin
Déjà parus
Lydie DECOBERT,Le corde musicale d’Alfred Hitchcock, 2015.
Antoine MATTA
Hollywood des stars
La crise du cinéma à l’ere du numérique
L’HARMATTAN
© L’HARMATTAN, 2015 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Pariswww.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-06930-2 EAN : 9782343069302
Pour Hollywood être une star, c’est l’être et ne plus changer film après film
Jacques Seguela.
Le cinéma, dès son départ, est, en premier lieu, un art par l’exercice de son activité, voire une forme d’art supérieur, une forme de repré-sentation collective et un genre supérieur de distraction : Il est l’art du ème 1 XX siècle, ( ) il devient le spectacle de masse par excellence aux 2 Etats-Unis. ( ) Ce nouveau venu n’est pas un simple art, ou une culture propre, mais un moyen de connaissance, un moyen susceptible d’ouvrir à la pensée de nouveaux horizons. Il s’est toujours imposé comme une forme artistique et puissante, comme une industrie cinématogra-phique, comme un instrument essentiel d’éducation, de promotion et de vente, tout autant que de communication et de divertissement, pour subir une transformation d’un divertissement à l’expression d’un 3 art.( ) Témoin de notre temps, c’est le plus grand de tous les arts : son art sollicite une interprétation créatrice qui vient répondre, comme un 4 écho modifié, transformé, à l’élan créateur de l’artiste. ( ) Il suppose une esthétique, une technologie, une économie et un public, qui représentent les quatre conditionssine qua nonson de existence, qui lui donnèrent sa naissance, et qui façonnèrent les 5 premières années de ce medium. ( ) Il représente des formes d’articulation d’un projet esthétique et d’un projet de communication de masse et de sociabilité : il constitue bien une médiation, tout en s’installant facilement dans la communica-6 tion sociale. ( ) Son projet esthétique, dans lequel s’inscrit l’intervention cinémato-graphique, ne saurait se distinguer d’un projet de diffusion socio-
1 -SCHICKEL (Richard), Derrière l’écran du cinéma, Nouveaux Horizons, Paris, 1966, P.190. 2 -BURBAGE (Robert), CAZEMAJOU (Jean), KASPI (André), Presse, radio et télévision aux Etats-Unis, A. Colin, Paris, 1972, P.277. 3 -COLMAN (Hila), Les métiers du cinéma, Nouveaux Horizons, Paris, 1974, P.11-19. 4 -MITRY (Jean), Esthétique et psychologie du cinéma, t1,les structures, Ed. Universitaires, Paris, 1963, P.91. 5 -BALLE (Francis), EMERY (Gérard), Les nouveaux médias, PUF, Que sais-je, Paris, 1984, P.11. 6  -LAMIZET (Bernard), Histoire des médias audiovisuels, Ellipses, Paris, 1999, p.48.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.