//img.uscri.be/pth/4e9aa01468d083af3db9cbeabc12bcbd16fa4639
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Jouer l'actrice

De
186 pages

Le principe de construction du volume fait alterner des textes qui prennent en compte, sous un aspect particulier, l’ensemble du champ de recherche ouvert par la thématique « jouer l’actrice », et des articles qui se proposent d’étudier une modalité particulière de l’incarnation de l’actrice par une actrice, qu’elle soit réelle ou imaginaire. Dans un premier temps, les auteurs ont choisi de mettre en avant le caractère particulier de cette représentation de l’actrice : le genre, toujours au sens gender. Une actrice, c’est d’abord une femme au cœur d’une industrie dominée essentiellement par les hommes.
La deuxième section du livre est consacrée au travail de l’actrice. Il impose d’envisager la relation qui unit, ou sépare, l’actrice et le réalisateur. L’interaction entre actrice et réalisateur oscille souvent entre collaboration émancipatrice et domination patriarcale. Les contributions de la troisième partie mettent au premier plan la préoccupation, voire la menace, que représente le passage du temps. Le vieillissement est le principal prédateur de l’actrice, mais le temps de l’histoire du cinéma n’est pas absent non plus de la problématique, notamment celui des crises et des mutations du médium. Enfin, une actrice qui « joue l’actrice » se joue toujours un peu elle-même, aussi la question comporte-t-elle un aspect autobiographique qu’ont mis en avant plusieurs des contributeurs. Support privilégié de l’imaginaire, l’actrice magnifie une femme toujours changeante, toujours redécouverte par son spectateur, toujours réinventée, par les auteurs et les metteurs en scène, mais d’abord par elle-même.

Voir plus Voir moins
Introducion
Jean-loup Bourget é Fànçôïsé Zamour
« Tôûés és féés sôn côÈdïénnés, À ’éXcépôn dé qûéqûés àcïcés », Ècïàï Sàchà Gûïy, Èsûàn bïàén dàns cé pààdôXé ïsôyné ûné ôpïnïôn àsséz Èpàndûé qûï fàï dé ’àcïcé, càpïcïéûsé, ÈàpôÈé, càcûàïcé, ïnîdèé, ûné sôé dé côncénÈ dés àïbûs dé ’Èéné fÈïnïn. S’àïssàn d’ûné àcïcé qûï ïnépèé ûn Ôé d’àcïcé, ôû d’ûn Ôé d’àcïcé é qû’ï és cônçû é ïàïnÈ pà ûn àûéû, ûn scÈnàïsé, ûn Èàïsàéû, ôû ûn éàïn fàôàbé és ôûé àû dÈpôïéén dé cés cïchÈs, À éû Èpànôûïsséén pôû àïnsï dïé kàÈïdôscôpïqûé. Pôûàn, én ïnïàn À ûné ÈléXïôn sû cé topos cinématographique, qui pourrait, à Lui seuL, donner Lieu à un sous-genre dû cïnÈà sû é cïnÈà, nôûs àôns énÈ dé éé én ûïèé à ïchéssé dés pésônnàés d’àcïcés, à ànïèé dôn cés Ôés, cés pésônnàés, ïnïén À pôé ûn éàd cïqûé sû és énjéûX éshÈqûés dû càsn é dé à dïécôn d’àcéûs. I s’àïssàï Èàéén dé ôné côén cés pésônnàés àppôén ûn Ècàïàé sïnûïé sû à pàcé dé ’àcïcé dàns ’Ècônôïé é à sôcïÈÈ dû cïnÈà, sû à éàôn dé pôûôï, ’àspïàôn À ’Èàncïpàôn qûï sôûs-énd à cônsûcôn dû pésônnàé d’àcïcé. CÈèbé côé Kàhàïné Hépbûn, ÈïnénÈé pà Càé Bànché dànsAvïator, ou ïàïnàïé côé Lénà, ïnépÈÈé pà PénÈôpé Cûz dànsÉtreïntes brïséesdé Pédô Aôdóà, ’àcïcé, én àn qûé pésônné, sé pÈséné àû cïnÈà côé ûné féé dÈcûpÈé, ïnésé d’ûné àûà pàcûïèé, ïûsàôn ïàné dé cé qûé Fànçôïs Tûàû, dànsLa Nuït amérïcaïne, appeLait des « féés àïqûés ». PôÈïfôé, ïnsàïsïssàbé, ’àcïcé ànïîé é énd ïsïbé, pà é ûchéén dû cïnÈà, és pôûôïs sûppôsÈs dé à féé. I és càï qû’ûné éé ïsïôn, qûï éèé dés sÈÈôypés dé éné àû sensgender, é ’àccén sû ûné dônnÈé fôndàénàé dû cïnÈà : é pésônnàé d’àcïcé àÈïàïsé à éàïôn cénàé qûï ïnsïûé é cïnÈà côé ïéû pïïÈïÈ dé à éncôné éné ûn hôé (Èàïsàéû) é ûné féé (àcïcé). Lé pésônnàé d’àcïcé, pà sà séûé pÈséncé, ïnsàé, àû
1
3
1
4
Introducon
cœur du dispositif, un regard désirant. le fiLm se fait aLors écrin, précieux Ècépàcé d’ûné féé ànïfïÈé, ôû pïsôn, pïèé qûï fïé dàns ûné image, unepersona, ûné pésônné qûï sé ôûé côé nïÈé, ànÈànïé pà La machine cinéma. À cet égard, Letoposde La séquence de premier essai, àéssïf, ïôén, ïnûsïf, é qû’ôn é éèé dànsNinaouLes Enchanésde Mïnnéï, Èèé ’àbïûÈ, à côpéXïÈ, dé céé éàïôn sûppôsÈé fôndé à fiction cinématographique. lapersonadé ’àcïcé, àïnsï àïÈnÈé pà é cïnÈà, àsqûé é dÈôïé, dàns é êé pàn, à sôûffàncé é és àspïàïôns dé à féé. Jôûé ’àcïcé côndûï sôûén À ûôyé ’àûôfïcïôn, À éndé ïsïbé ûn sàcïfïcé, ôû ôû àû ôïns ûn sàcédôcé. C’és Èàéén, dé ànïèé pààdôXàé péû-êé, àccôpï ûn ésé d’Èàncïpàïôn, s’àffïé côé ûn ôûàé ïndïspénsàbé àû fôncïônnéén d’ûné ïnsïûïôn, sé pôsé én àn qûé pààèé dÈéïnàn d’ûné Ècônôïé. Lé Ôé d’àcïcé é/ôû é pésônnàé d’àcïcé sé sïûén À ’ïnésécïôn dé cés énjéûX. Is Ècàïén ûné pôbÈàïqûé qûï énàé àûàn ’éshÈïqûé cïnÈàôàphïqûé qûé, pûs ÈnÈàéén, és pàïqûés sôcïàés. DÈïbÈÈén, cé ôûàé à chôïsï dé pàcé sà ÈféXïôn àû cœû dé cés cônàdïcïôns, d’én fàïé êé à probLématique directrice de sa construction. Côé é ôné ’àïcé qûé Thïbàû Càsààndé cônsàcé àûX pésônnàés d’àcïcés dàns é ôàn, é cïnÈà n’à pàs é ônôpôé dé és pésônnàés, é ï né séàï pàs pôssïbé dé és énïsàé dàns ôûé éû côpéXïÈ sàns fàïé à pà dé à ïÈàûé é dé ’hïsôïé dû hÈâé. L’ôpÈàïôn dé ànsûàïôn, qûï péé dé fàïé pàssé ’àcïcé dé à scèné À à pàé, ôû pûs éXàcéén d’ûn sàû dààïqûé À ûn sàû nààïf, 1 e éôné, côé ’à ônÈ E. Kéé-RàhbÈ, aux romans duxviisiècLe. Dé êé, à côndïïôn dé côÈdïén és cÈÈbÈé, côé ûn Èà nôbé é gLorieux, parL’Illusïon comïquedé Cônéïé, àndïs qûé és àés dés àcéûs sont moqués, et Leur taLent consacré, dansL’Impromptu de Versaïllesde Môïèé. Aôs qû’ï èné sû à hïÈàchïé dés énés, é hÈâé s’épàé dÈjÀ dû hÈâé, nôn séûéén én àn qûé dïspôsïïf, àïs Èàéén côé pÈéXé àû pôàï, À à sàïé, À ’éXécïcé d’àdïàïôn ôûnÈ és és comédiens et Les comédiennes.PersonaûÈé én pésônnàé, ’àcïcé, ïnspïÈé dû pàysàé dààïqûé dû ôén, ôû ïssûé dé ’ïàïnàïôn dû romancier, hante depuis Lors Les pages des romans Libertins, mais égaLement
1e e E. Kéé-RàhbÈ, « “Dû hÈâé ! à îé !” Acïcés én ôàncïé àûX xiiet»,xviii sïècés côûnïcàôn pôû é cônès dé àSocïety for Seventeenth Century French Studïes, londres, 10-12 sépébé 2009, hp://www.héàédéféés-àncïénéïé.ô/wp-cônén/ ûpôàds/2012/01/Acïcés-én-ôàncïé-E.Kéé-RàhbÈ1.pdf
Introducon
e des récits comiques de lesage ou Scarron. À partir du’àcïcé,xviii sïècé, personnage compLexe, occupe une pLace de choix parmi Les grandes figures fictionneLLes qui peupLent Les romans sérieux. e 2 Auéé déïén êé ’hÈôné dé cé qûé Syïé Jôûànnyxix sïècé, a appeLé, dansL’Actrïce et ses doubles, é « ôàn d’àcïcé », ûn sôûs-éné dû ôàn Èàïsé, cônsïdÈÈ côé ’ûn dés pôïns dé pàssàé és é sybôïsé. D’àbôd àncÈ dàns ûn cônéXé hïsôïqûé é sôcïà, é pésônnàé d’àcïcé e fonctionne, à La fin duxix sïècé, côé ûn « éspàcé ôûé àûX jéûX dé ’ïàïnàïé ». L’àûéû y ôné qûé, cônàïéén À ’ôpïnïôn sôûén Èpàndûé, ï n’à pàs fàû àéndéNanadé Zôà pôû ôï àppààé, dàns ’ûnïés dû ôàn, dés pésônnàés d’àcïcés ïchés é côpéXés. Cés pésônnàés, qûï ôûén éû àccôpïsséén àû dÈbû dû e xxsiècLe, deLa Mouettedé Tchékhô (1896) ÀSïX personnages en quête d’auteurdé Pïàndéô (1921), sé ànspôén àpïdéén àû cïnÈà ôù ïs cônnàïssén ûn dÈéôppéén cônïnû. Kàhàïné Hépbûn, Jûdy Gàànd, Màïôn Dàïés, Péïy Zïnà, Jûïéé Bïnôché, Bïïé Bàdô, Annà Mànànï, Kïnûyô Tànàkà, d’ûn cônïnén À ’àûé, és fïs àbôndén qûï ôn péïs À dés àcïcés d’ïnéôé éû Èïé, dé sé ésûé À éûs ànÈés, d’éXpôé és àbyés dé à épÈsénàïôn dé ’àûé, ôû dé sôï. C’és cé cônïnén qûé cé ôûé, ïssû d’ûn côôqûé ïnénàïônà ôànïsÈ À ’Écôé nôàé sûpÈïéûé én jûïn 2015, sé pôpôsé d’éXpôé.
Lé pïncïpé dé cônsûcôn dû ôûé àéné dés éXés qûï pénnén én côpé, sôûs ûn àspéc pàcûïé, ’énsébé dû chàp dé échéché ôûé pà à hÈàqûé « jôûé ’àcïcé », é és àcés qûï sé pôpôsén d’Èûdïé ûné ôdàïÈ pàcûïèé dé ’ïncànàôn dé ’àcïcé pà ûné àcïcé, qû’éé sôï Èéé ôû ïàïnàïé. Dàns ûn péïé éps, nôûs àôns chôïsï dé éé én ààn é cààcèé pàcûïé dé céé épÈsénàôn dé ’àcïcé : é éné, toujours au sensgender. Uné àcïcé, c’és d’àbôd ûné féé àû cœû d’ûné ïndûsïé dôïnÈé éssénééén pà és hôés. Cé énjéû côôé ’àcé dé Jàcqûéïné Nàcàché, qûï pénd én côpé ôûés és ïpïcàôns sôcïô-pôïqûés dû sûjé. Dàns à êé sécôn, nôûs àôns sôûhàïÈ pÈséné qûéqûés-ûnés dés ïpïcàôns pàcûïèés dé céé épÈsénàôn. Lés cônïbûôns dé Càûdïné Lé Pàéc Màànd, dé Jûés Sàndéàû, ôû ’ànàysé pà JuLien Achemchame de La manière dontShow Peopledé Kïn Vïdô à cônsàcÈ Màïôn Dàïés côé àcïcé, élèén ôûés céé dïénsïôn ïpôàné
2 S. Jouanny,L’Actrïce et ses doubles. Fïgure et représentaon de la femme de spectacle à la e în du xix sïècle, 2002.
1
5
1
6
Introducon
dû sûjé : jôûé ’àcïcé péû pàfôïs ééé dû côbà, dé ’énàéén ôû ôû, àû ôïns, dû ésé pôïqûé. Dàns céàïnés cûûés, qûï cônnûén dé pôé sû ’àcïcé ûn jûéén ôà Èpôbàéû, àssûé dé jôûé ûné àcïcé cônsûé én sôï ûné pïsé dé pôsïôn sû é sàû dé à féé et sur La société. Là déûXïèé sécïôn dé cé ôûàé és cônsàcÈé àû ààï dé ’àcïcé. I ïpôsé d’énïsàé à éàïôn qûï ûnï, ôû sÈpàé, ’àcïcé é é Èàïsàéû. L’ïnéàcïôn éné àcïcé é Èàïsàéû, pôû épéndé à fôûé épôyÈé pà Sïôn Dànïéôû À pôpôs dé Kïnûyô Tànàkà, ôscïé sôûén éné côàbôàïôn Èàncïpàïcé é dôïnàïôn pàïàcàé. Dé ’éffé Pyàïôn, qûï sé cônsûï é sé ôdïfïé àû fï dû éps, côé ôn é ôï dàns ’Èôcàïôn pà Anàûd Dûpà dé Mônéô dé à éàïôn qûï ûnï Càôs Sàûà é Géàdïné Chàpïn, À à Èïnénïôn d’ûné àcïcé, qûï cônsïûé ’énjéû êé dûCarrosse d’or. Lé éXé dé Phïïppé dé Vïà sû é fï dé Rénôï ’àésé : céé éàïôn n’Èchàppé pàs ôûjôûs àû cônfï, àû àppô dé fôcé. Eé péû Èàéén sé ûé én côpïcïÈ cÈàïé, éé qûé céé qûé Nïnà Ochïnnïkôà é én ûïèé dàns é éXé qû’éé cônsàcé À Rénàà Lïïnôà é Kïà Môûàôà. Cé côûpé dé cïnÈà, fàï dé sÈdûcïôn Ècïpôqûé, dé dÈsï é dé ààï côûns, qûï pénd sôûén dés àûés dé côûpé cônfïcûé, és cônsïûïf dé à yhôôïé dû cïnÈà, ï dÈéïné ’àbïàncé dû ôûnàé, àïs àûssï sôûén, pà ôïé dé cônsÈqûéncé, é Èsûà qûï àppàà À ’Ècàn é sà qûàïÈ dôcûénàïé, dààïqûé, psychôôïqûé é/ôû éshÈïqûé. Sï ’ôn énïsàé ’énsébé dés cônïbûïôns qûï cônsïûén à ôïsïèé pàïé, ôn s’àpéçôï qûé ôûés één àû péïé pàn à pÈôccûpàïôn, ôïé à énàcé, qûé épÈséné é pàssàé dû éps. Dàns é jéûné cïnÈà fànçàïs cônépôàïn, péûpÈ d’àcïcés qûï jôûén dés àcïcés, à qûésïôn du temps est cruciaLe, et domine Le panorama très compLet proposé par Sôphïé Wàôn. Lé ïéïïsséén, pïncïpà pÈdàéû dé ’àcïcé, côé é montre si magnifiquementLa Mouettedé Tchékhô dès ’énÈé én scèné d’Akàdïnà, énàcé é àccôpàné é pésônnàé. Lé éps dé ’hïsôïé dû cïnÈà n’és pàs àbsén nôn pûs dé à pôbÈàïqûé, nôàén céûï dés cïsés é dés ûàïôns dû Èdïû, qûé és àûéûs dé ’ôûàé éXàïnén dans tous ses effets. On pense, bien sûr, àSunset Boulevarddé Bïy Wïdé côé àïcé d’ûné àdïïôn dé épÈsénàïôn é d’ïncànàïôn dé ’àcïcé. Màïs àûssï À Béé Dàïs, qûï, côé é sôûïné Fàïà Sôûbïàn, s’és ïsé én déôï dé sé ïéïï pà é àqûïàé, àssûàn, ààn ’héûé, és ààés dû éps sû sà béàûÈ, côpôsàn ûn ïsàé qûï éssébé À à càïcàûé d’éé-êé. Oû éncôé À Rôbïn Wïh, àccépàn dé ïé À ’ÈénïÈ ûn
Introducon
ïsàé fïÈ, éndû ïnépôé, àïs Èàéén ïàÈïé, pà à échnôôïé, àïnsï qûé é éàé Nïcôàs GénéïX dàns sôn ànàysé dûCongrèsd’Aï Fôàn. Lé ààï cônsàcÈ ÀFedorapà HÈèné Vàày éXpôé és àcànés dé céé éàïôn àû éps, sûscépïbé dé côndûïé jûsqû’À à fôïé, dé nôûéàû déàn à càÈà dé Bïy Wïdé. Enfïn, ûné àcïcé qûï « jôûé ’àcïcé » sé jôûé ôûjôûs ûn péû éé-êé, àûssï à qûésïôn côpôé--éé ûn àspéc àûôbïôàphïqûé qû’ôn ïs én ààn pûsïéûs dés cônïbûéûs. Côé é sôûïné é ààï dé Chïsïàn Vïïànï À àés ’Èûdé dé ôïs càs, chôïsïs À désséïn dàns dés cïnÈàôàphïés dïésés, ’àcïcé qûï jôûé ’àcïcé ààïé À pàï dé sà persona. Lé Ôé péû ûï pééé dé cônsïûé céépersona, côé c’és é càs pôû Jéàn Hàôw dôn à ïé déïén ûné sôé dé fï hôywôôdïén, séôn ’àïcé dé Syàïn Lôûé, ôû, côé é ôné Jûïén Achéchàé, pôû Màïôn Dàïés, ÈïïÈé pà à âcé dé à càÈà dé Kïn Vïdô.Show Peopleïnsïûé pôféssïônnééén à jéûné féé À qûï ’ôn cônésé és qûàïÈs dé jéû, é à dïÈèsé ïén ïcï édôûbé à sïûàïôn Èéé àû ôén dû ôûnàé. L’énjéû bïôàphïqûé és Èàéén sôûïnÈ dàns é éXé qûé Càô Réésé à cônsàcÈ À Bïïé Bàdô dànsVïe prïvéedé Lôûïs Màé. Lé Ôé péû êé sébé àû spécàéû ànspàén, cônsûï À pàï d’ÈÈéns pésônnés qûï ïnéôén é àppô éné à féé é ’àcïcé, ôû én pééàn dé dààïsé à éàïôn éné ’àcïcé é sôn Èïé.
Sï é Ôé d’àcïcé cônsàcé, é pàfôïs cônésé, ûnépersona, iL ne se contente pàs dé dÈcïé ûné sïûàôn, ôû dé éné dé céné ûné féé, ï s’ïnÈéssé àûssï, é c’és péû-êé ’ûné dé sés cààcÈïsqûés és pûs pûïssànés, À ûné féé « àûénÈé ». I cÈèbé à pésônné À àés és pôénàïÈs dé Lapersonaé chàqûé pésônnàé àïssé pécéôï àû spécàéû ûné ïnînïÈ dé pôssïbés. Lé Ôé d’àcïcé pôûàï bïén sé ÈÈé é pûs àpé À pôsé àûéén à qûésôn dé ’ïdénÈ dû pésônnàé. Là fàscïnàôn dû nààéû de LaRecherchepôû à Béà pàà, À cé Èàd, ébÈàqûé, éé qûï àppàà ôû àû ôn dé ’œûé, sôûs dés jôûs sàns céssé nôûéàûX, ôbjé dé dÈsï, càûsé dé dÈcépôn, sûjé d’àdïàôn ôû dé pïÈ, dàns és péïèés pages duTemps retrouvé. Acïcé àjûscûé, éé àïssé pécéôï, dàns sés ôïndés ésés, ôûs és pôssïbés dé à épÈsénàôn, àû pôïn qûé é nààéû énôncé À éôûné à ôï jôûé, dànsLe Côté de Guermantes.
Jé côpénàïs, Ècï Pôûs, qûé ôn dÈsï d’àûéfôïs Èàï pûs éXïéàn qûé à ôônÈ dû pôèé, dé à àÈdïénné, dû ànd àsé dÈcôàéû qû’Èàï sôn ééû én scèné, é qûé cé chàé Èpàndû àû ô sû ûn és, cés ésés ïnsàbés pépÈûééén ànsfôÈs, cés àbéàûX sûccéssïfs, c’Èàï é Èsûà
1
7
1
8
Introducon
fûïf, é bû ôénànÈ, é ôbïé chéf-d’œûé qûé ’à hÈâà sé pôpôsàï é qûé dÈûïàï én ôûàn é îXé ’àénôn d’ûn àûdïéû ôp Èpïs. Mêé jé né énàïs pàs À énï ûn àûé jôû Èénéndé à Béà ; j’Èàïs sàsfàï d’éé ; c’és qûànd j’àdïàïs ôp pôû né pàs êé dÈçû pà ’ôbjé dé ôn àdïàôn, qûé cé ôbjé fÛ Gïbéé ôû à Béà, qûé jé déàndàïs d’ààncé À ’ïpéssïôn 3 dû éndéàïn é pàïsï qûé ’ààï éfûsÈ ’ïpéssïôn dé à éïé.
Sûppô pïïÈïÈ dé ’ïàïnàïé, ’àcïcé ànïîé ûné féé ôûjôûs chànéàné, ôûjôûs édÈcôûéé pà sôn spécàéû, ôûjôûs ÈïnénÈé, pà és àûéûs é és ééûs én scèné, àïs d’àbôd pà éé-êé.
3 M. Pôûs,À la recherche du temps perdu, 1988, ô. 2, p. 351-352.