L’Art de l’Inde

De
Si le « palais de l’amour » autrement connu sous le nom de Taj Mahal, est considéré comme l’emblème de l’art de l’inde, il n’en est pas pour autant l’unique représentant. Caractéristique par son élégance, sa splendeur et ses influences perses et européennes, l’art de l’inde se manifeste aussi bien dans l’architecture, la peinture que dans les arts décoratifs.
Publié le : jeudi 12 juin 2014
Lecture(s) : 12
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9781783109111
Nombre de pages : 256
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Page 4:
Hamza-Nâmeh.
Le Défi à Mihrdoukht, 1564-1569.
68 x 52 cm.
Collection Madame Maria Sarre-Humann, Ascona.
Page 6:
Seigneur pathan à cheval, armé dÊune lance, vers 1720.
Aquarelle opaque et or, bordure rouge à guirlande dorée, marge à semis
de feuilles polychromes, probablement de Nepenthes, 27,3 x 19,5 cm;
feuille, 40,3 x 27,3 cm.
Bibliothèque nationale de France, Paris.
Auteur :
Vincent Arthur Smith
Mise en page :
Baseline Co. Ltd
61A-63A Vo Van Tan Street
ème4 étage
District 3, Hô-Chi-Minh-Ville
Vietnam
© Confidential Concepts, worldwide, USA
© Parkstone Press International, New York, USA
Image-Bar www.image-bar.com
Tous droits dÊadaptation et de reproduction, réservés pour tous pays.
Sauf mentions contraires, le copyright des fluvres reproduites appartient
aux photographes, aux artistes qui en sont les auteurs ou à leurs ayants
droit. En dépit de nos recherches, il nous a été impossible dÊétablir les
droits dÊauteur dans certains cas. En cas de réclamation, nous vous prions
de bien vouloir vous adresser à la maison dÊédition.
ISBN : 978-1-78310-917-3
2ÿ ł toi, âme apaisée, retourne vers ton Seigneur, satisfaite et agréée ;
entre donc parmi Mes serviteurs et entre dans Mon Paradis. Ÿ
· passage du Coran inscrit au Taj Mahal
34Chronologie
1526: Zahiruddin Babur part à la conquête de lÊInde. Il deviendra plus tard le
premier empereur moghol. Il meurt en 1532.
1546 : Nasiruddin Humayun, son fils, perdit son empire qui fut acquis par
lÊAfghan Sher Shah et sÊexile jusquÊà sa victoire en 1555.
1550 : Deux artistes rejoignent la cour dÊHumayun Kabul : Mir SayyidÊAli et Khwaja
Abd as-Samad. LÊhistoire de la peinture moghole commence avec Mir
SayyidÊAli, qui est chargé de la surveillance de lÊillustration dÂAmir Hamzah
(La Romance dÊAmir Hamzah) en douze volumes de cent pages chacun.
1556 : Jalaluddin Akbar accède au trône de lÊempire moghol. Il accorde le titre de
noblesse à Ustad Mansur, peintre moghol et artiste de cour. Un autre artiste,
Govardhan, est lÊun des illustrateurs du Baburnama (Le Livre de Babur).
Akbar meurt en 1605. Le peintre Basawan illustre le Akbarnamam
(biographie officielle dÊAkbar), une innovation dans lÊart indien.
1569 : La construction de la ville de Fatehpur Sikri annonce une nouvelle ère
indienne. Architectes, maçons et sculpteurs sont impliqués dans le projet.
Des peintres sont appelés pour décorer les murs des lieux publics et des
appartements privés.
1570 : Achèvement du mausolée dÊHumayum à Delhi.
Ouverture de lÊécole de dessin et de peinture indo-persanne ou moghole.
561573 : Illustrations du manuscrit Hamzanama, originellement constitué de mille
quatre-cents miniatures.
1590 : Une centaine dÊartistes sont reconnus comme étant maîtres de leur art.
1605 : Nuruddin Jahangir, fils dÊAkbar devient le nouvel empereur moghol. Il
règne jusquÊen 1627. Pendant son règne, Ustad Mansur réalise une série
de huit miniatures pour le Waqiat-i-Baburi.
1628 : Couronnement de Shah Jahan, troisième fils de Jahangir. Il meurt en 1657.
Achèvement du mausolée dÊItimâd-ud-Daulâ.
1648 : Achèvement du Taj Mahal à Agra.
1648 : Achèvement du Fort Rouge à Delhi pour Shâh Jahân.
1659 : Couronnement de Aurangzeb Alamgir. Il meurt en 1707.
1674 : Achèvement de la mosquée Badshahi (mosquée Royale).
1820-1830 : Fermeture de lÊécole dÊArt moghol.
1857-1858 : Fondation de la colonie anglo-indienne et déclin de lÊEmpire moghol.
7LÊInde et son art
LÊart ne peut pas être confiné, pour le moins
tant que les sciences humaines sur lesquelles
notre culture est basée ont une signification. De
nos jours, lÊéloignement ne devrait plus être un
obstacle pour lÊapprécier, mais plutôt une
incitation supplémentaire, alors que nos
explorations se limitent pour la plupart à notre
créneau horaire. Il est regrettable que dans
lÊimaginaire de beaucoup de gens, lÊOrient
évoque un certain romantisme qui les attire,
Mausolée d’Humayun
1556
Grès rouge
Delhi
89bien que vague. Celui-ci accentue le fait que cela ne
relève que de lÊexceptionnel, et a pour conséquence
que seule la curiosité se substitue à lÊadmiration.
La peinture et la sculpture moderne offrent
un progrès certain et un enseignement logique.
Ainsi, beaucoup dÊartistes dÊécoles plus récentes
pourraient être qualifiés dÊ ÿ académiciens Ÿ. Ce
processus est comparable à celui des méthodes
scientifiques modernes : lÊart moderne est, en effet,
le résultat de recherches esthétiques et méthodiques.
Des tableaux de Manet, en passant par Cézanne,
Diwan-i-Khas (hall des audiences privées)
vers 1571, dynastie Akbar
Grès rouge
Fatehpur Sikri, Uttar Pradesh
1011jusquÊaux artistes actuels, lÊhistoire ne peut se
raconter que dans le cadre dÊune aventure
intellectuelle et dÊune découverte esthétique. La vision
personnelle des créateurs de lÊart moderne a eu pour
effet dÊélargir nos intérêts esthétiques et de réévaluer
les choses ignorées ou sous-estimées pendant
longtemps : la peinture et la sculpture chinoise, la
sculpture gothique, la sculpture grecque archaïque,
la sculpture africaine, la finesse des tapisseries ou
la puissance des dessins primitifs, sans oublier, et
non le moindre, lÊart indien sous toutes ses facettes.
Mosquée Jama Masjid, arcs
1571, dynastie Akbar
Grès rouge avec des incrustations de marbre blanc
et d’émail vert et bleu
Fatehpur Sikri, Agra, Uttar Pradesh
1213En considérant toutes ces richesses autrefois si
souvent refusées et méprisées, les dogmes des
générations passées avec leur suffisance, leur
intolérance et leur ignorance, semblent se complaire
dans leurs contraintes et lÊappauvrissement de
leur vie.
Ce mouvement est si essentiel et si justifié que
jÊai choisi dÊaborder lÊart indien sous un angle
artistique plutôt quÊarchéologique. CÊest pourquoi
je me suis appuyé sur les témoignages des artistes
vivants dont la vision créative et lÊappréciation
Jeune Fille au perroquet
Page du manuscrit Tuti-Nâmeh
1580-1585
17 x 13 cm
Chester Beatty Library, Dublin
1415MS MUG FRE_P-6OK_28 Oct 2013_1C:MS - Template new 10/29/2013 2:34 PM Page 16
amicale furent la pierre angulaire dÊune critique
plus précise que la logique de lÊarchéologie et
dÊautres sciences, avec lesquelles chaque discussion
mène toujours au-delà de la thématique de lÊart.
Il nÊest ni nécessaire ni souhaitable dÊintroduire
lÊanalyse dÊune fluvre dÊart avec une profusion de
mots, ou de faire une dissertation, qui détourne
dÊune vraie compréhension de lÊart visuel vers la
littérature, lÊhistoire ou la métaphysique, et ne
peut être considérée comme une critique solide.
Épisode du conte Le lynx et le lion
Niccolò Manucci, page du manuscrit Tutinama
(Contes d’un perroquet)
1580, dynastie Akbar, Gujarat, Patan
Aquarelle opaque et encre, 31,9 x 22,9 cm
Virginia Museum of Fine Arts, Richmond
1617Quelles que soient les raisons, il est toujours
regrettable de renoncer à une critique artistique.
Le 28 février 1910, on pouvait lire dans le
Times au-dessus des signatures de treize excellents
artistes et critiques, la déclaration suivante :
ÿ Nous, les artistes, critiques et étudiants dÊart,
signataires ci-dessous, [...] pensons que ce quÊil y
a de mieux dans lÊart indien est lÊexpression noble
et juste de lÊémotion religieuse dÊun peuple ainsi
que son plus sincère ressenti du divin. Nous
reconnaissons dans la représentation sacrée de
Meurtre dans un paysage
vers 1580
Aquarelle opaque et or, bordure orange avec guirlande dorée et
marge ornée de fleurs polychromes et or, 13,6 x 14,7 cm ; feuille,
32,5 x 29 cm
Bibliothèque nationale de France, Paris
1819Bouddha lÊune des inspirations artistiques les
plus grandes du monde. Nous comprenons que
lÊexistence dÊune tradition artistique puissante,
fleurissante et indépendante, représente pour le
peuple indien une valeur inestimable et que
tous ceux qui estiment la culture dans cette
région et lÊadmirent, devraient la sauvegarder
avec respect et amour. Opposés aux stéréotypes
de certaines formes dÊart traditionnelles, nous
pensons que le chemin vers le vrai progrès passe
par le développement naturel de lÊart national du
Combat de Coqs
Illustration provenant de Aja’ib al-Makhluqat
(Merveilles de la Création) de al-Qazwini
vers 1585
Aquarelle opaque, bordure rouge avec chevrons dorés, marge
avec fleurs bleues, 10,4 x 20,1 cm
Bibliothèque nationale de France, Paris
20Shuja-Quli Khan sur une terrasse en compagnie dÊune dame,
suiveur de Faqirullah Khanvers Khan 181
T / U
Taj Mahal 117
Traversée du Gange par Akbar, Ikfas et Madhou 49
Trois Tulipes rouges 91
Un Festival au Nawab du Palais dÊOudh 243
Un Prince et sa suite à la chasse à la sauvagine 177
Un Prince indien 235
Un Prince moghol 99
Une Femme rendant visite pendant la nuit à une yogini et ses compagnons 239
V / Y / Z
Visite dÊun Soufi dans une école 39
Le Voyage de Zulaikha (détail), Bahadur Singh (?) 199
Yogi au bord dÊun fleuve, Bahadur Singh (?) (attribué à) 197
Yusuf allant à la rencontre de Zulaikha, Bahadur Singh (?) (attribué à) 209
Yusuf arrive chez Zulaikha 171
Zaal implore avec le Simurgh de sauver son fils Rustam, Miskin (attribué à) 41
255

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.