//img.uscri.be/pth/d210c2fb9efeef19cd8dbbff9d7cdad34f51b475
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,63 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

L'image et le corps

De
215 pages
La représentation du corps - sportif, érotique, pornographique- hante photographies, bandes dessinées, télévisions, cinémas et plus récemment les sites Internet. Cet ouvrage tente, en une douzaine de chapitres, de retrouver l'opacité, l'épaisseur et la matérialité du corps derrière l'évanescence de l'image. pour ce faire et en ne prétendant nullement à l'exhaustivité, il s'appuie sur différentes analyses iconiques issues des mass-média imagés.
Voir plus Voir moins

L'IMAGE

ET LE CORPS

@ L'Harmattan, 2004 ISBN: 2-7475-4772-8

Bernard

LECONTE

L'IMAGE ET LE CORPS PROPOS SUR LA REPRÉSENTATION IMAGÉE DU CORPS DANS LES MASS-MEDIA

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Degli Artisti, 15 10124 Torino ITALIE

du même auteur:

* La Beauté - essai de lecture d'un film de texture classique, Films et documents, 1972. * Anatomie d'un feuilleton télévisé: François Gaillard (en collaboration avec Michel SOUCHONet alii), Téma, 1973. * Propositions pour l'analyse de l'image, Ligue Française de l'Enseignement et de l'Éducation Permanente, 1980. * Les Dossiers du petit écran - éléments d'information (en collaboration avec Pierre CORSET alii), CNDP,1980. et * Les Dossiers du petit écran - propositions pédagogiques (en collaboration avec Pierre CORSET et alii)
CNDP, 1982.

* Écrans et utopies (en collaboration avec Chantal DE
LINARÉS

et

Annie

OBERTI), INEP/Ministère

de

la

Recherche et de la Technologie, 1987. * Entre les lignes - écrits sur la télévision: usages et
usagers, CIRCA V -GÉRICO, 1993.

* Plus on cherche d'Indes, plus on trouve d'Amérique... - analyses de séquences: cinéma, télévision et vidéo,
APTE, 1995.

* Images abymées - essais sur la réjlexivité iconique, L'Harmattan, 1998. * Sports et télévision: regards croisés (en collaboration avec Pierre GABASTON), L'Harmattan, 2000. * Lire l'audiovisuel - précis d'analyse iconique, L'Harmattan, 2001. * Télé, notre bon plaisir - énonciation et pédagogie télévisuelles, l'Harmattan, 2002.

"On écrit peut-être moins pour matérialiser une idée que pour épuiser une tâche qui porte en elle son propre bonheur. " Roland Barthes Pour Érika

Illustration de couverture: Niké rattachant sa sandale. (vème siècle avant notre ère, musée de l'Acropole) - photographie de l'auteur -

PROLOGUE

Quelle mouche m'a piqué lorsqu'un beau matin, j'ai décidé de tenter de rapprocher et d'opposer l'opacité du corps et l'évanescence de l'image? Je ne m'attendais pas à m'attaquer à un problème si délicat et si complexe. Surtout pour un éclopé 1 qui, comme moi, a déjà, antérieurement, eu l'occasion de m'occuper du corps. Cela dit, on pourrait dire (un peu facilement) qu'il s'agit d'une tâche réalisée par un auteur paresseux: en effet, ces textes, à l'exception de cette courte ouverture, bien sûr, du chapitre consacré à Rocco et ses frères 2, de celui tournant autour de la bande dessinée et de celui consacré à la pornographie télématique, ne sont pas inédits. La pratique du copier-coller a été, ici, massive et seulement retouchée à la faveur de la continuité rédactionnelle. Mais, en amont, il n'en a pas moins fallu écrire l'ensemble des textes qui sont constitutifs de cet ouvrage... Le rassemblement de ces quelques écrits, assortis des textes non publiés qui viennent d'être signalés, n'avait pour seule ambition que de les rendre plus facilement accessibles, alors qu'ils étaient disséminés dans différentes ouvrages ou revues, et donc difficilement consultables. Cela me donne une bonne occasion de remercier les comités de rédaction desdites revues et
On emploie généralement et plus "noblement" les euphémismes d'''handicapé'' ou d"'invalide", mais la lucidité et l'autodérision ne sont pas interdites! 2 VISCONTI, 1960.

l'éditeur qui ont accueilli ces textes dans leur forme première et m'ont permis de procéder à cet accolement. * La première partie ("Images olympiques") est parue dans la revue Éducation Physique et Sports 3. * La deuxième ("Image du corps sportif') est une commande de la même revue, sortie à l'occasion du cinquantième anniversaire de sa première publication 4. * La suivante ("Pour quelques secondes d'éternité") est issue de la revue Communications 5. * Ensuite, se présente "Les Ralentis de la finale", extrait de Sports et télévision 6. * La cinquième ("Le Geste auguste du vainqueur") vient de la revue Audiovisuel Pour Tous dans l'Éducation 7. * Puis, c'est de Semiotica qu'est sortie celle qui suit ("Le Flux et la grille") 8. * Des Cahiers du CIRCAV, vient le chapitre qui arrive
ensuite ("Revoir Broadway melody'') 9.

3 4
5 6 7 8 9 12

LECONTE, LECONTE, LECONTE, GABASTON LECONTE, LECONTE, LECONTE,

2001, p. 40. 2000, pp. 33-43. 1998,pp. 71-89. 1999, pp. 281-289. et LECONTE, 1988, pp. 18-20. 1996, pp., pp. 167-178. 1998, pp. 169-182.

* La suivante ("Elle et Lui ") est issue de mon ouvrage
Lire l'audiovisuel. 10

* Enfin, la dernière partie ("Montrez ce sein que je ne saurais voir") est également issue d'un de mes ouvrages antérieurs: Télé notre bon plaisir. Il Mais, avant toute autre chose, j'aimerais revenir sur un texte de Langage et cinéma 12,car il va, une fois de plus, problématiser mon travail: en effet, en son chapitre X 13, il propose un "tableau technico-sensoriel" fait de cercles "concentriques ou sécants" ceci afin de taxinomiser les différentes parties de ce qu'il est convenu de nommer l'audiovisuel: "Ce qu'on appelle l'audio-visueII4 (...) c'est un groupe de langages voisins (...) qui comprend le cinéma, la télévision, la radio dans certaines de ses productions (et plus généralement diverses sortes d'enregistrements sonores), la photographie, le photoroman (et plus généralement diverses sortes de séquences de photographies fixes), la bande dessinée, etc.; énumération qui ne prétend à aucune exhaustivité, car le champ baptisé audio-visuel, s'il est assez net en son centre, devient plus flou sur ses frontières. "15 Christian
10 Il 12 13 14

LECONTE, 2001, pp. 131-145. LECONTE, 2002, pp. 159-177. METZ, 1971. Ibid., pp.157-190.

METZ écrit, en 1971, /audio-visuel/ (avec un trait d'union) alors qu'il me semble possible de l'écrire sans, aujourd'hui que le syntagme s'est figé et que des études relativement nombreuses ont été effectuées. 15 METZ, 1971, op. cil., p. 170. 13

Metz se définissait lui-même comme "un des derniers matérialistes du signifiant". Et il indique: "Ces divers langages ont une définition à la fois distincte et proche (ce qui implique l'intrication des codes et des spécificités respectives). Afin d'en donner une première idée, proposons une "caractéristique" de quelques-uns d'entre eux, en termes de matières de l'expression (ce classement, pour l'instant, peut sans inconvénient rester cavalier). 16 - Photographie: image obtenue mécaniquement, unique, immobile. - Peinture (du moins "classique") : image obtenue à la main, unique, immobile. - Photo-roman (et assimilés) : image obtenue mécaniquement, multiple, immobile. - Bande dessinée: image obtenue à la main, multiple, immobile. - Cinéma-télévision: image obtenue mécaniquement, multiple, mobile, combinée avec trois sortes d'éléments sonores (paroles, musique, bruits) et avec des mentions écrites. - Pièces radiophoniques (et assimilés) : trois sortes d'éléments sonores (paroles, musique, bruits). 17

Il est évident que, pour des raisons de corpus, "les pièces radiophoniques (et assimilés" seront, ici, laissées de côté, tout comme la peinture qui demanderait un ouvrage à part; il en sera de même quant au photo-roman, peu pertinent au regard de la thématique qui sera développée. Suivant la taxinomie proposée et en fonction de la
16 17 14 METZ, 1971, ibid.. METZ, 1971, op. cU., pp. 170-171.

problématique envisagée il sera, ici, logiquement et uniquement question de photographie, de bande dessinée, de télévision et de cinéma. Ce cadre peut paraître étroit; nous verrons qu'il n'en est rien. Par ailleurs, il faut encore préciser que seul" le hasard logique" de fascinations audiovisuelles diverses a présidé au choix des exemples étudiés. Je ne revendique pas d'autres options que celles qui ont été mises en avant par ma seule libido... De suite, remarquons deux lieux où s'investit massivement l'image du corps: la représentation sportive et l'exhibition ostentatoirement érotisée. Enfin, on pourra noter, incidemment, la quasiconcomitance de la naissance du cinéma (décembre 1995) et de la renaissance des Jeux Olympiques (avril 1996), ce
qui renforce

- s'il

en était besoin

- les

liens qui peuvent se

tisser entre le corps et l'image. À grandes enjambées, nous en parcourrons quelques exemples. Que l'on ne s'y trompe pas: on ne trouvera ici aucune prétention à l'exhaustivité. Par ailleurs, une fois de plus, nous constaterons que l'image nous renseigne plus sur la société qui la contemple que sur son contenu lui-même. Pour l'heure, nous commencerons par la représentation du corps sportif.

15

OUVRAGES

CITÉS

* Pierre GABASTONet Bernard LECONTE,Sports et
télévision, L'Harmattan, 1999, pp. 281-289. * Bernard LECONTE, Le Geste auguste du vainqueur", "

in Audiovisuel pour Tous dans l'Éducation (6) - pour la

beauté du geste, 1988, pp. 18-20. * Bernard LECONTE, "Le Flux et la grille", in Semiotica, (volume 12 1/2, 1996), spécial issue Christian Metz, Indiana university, Mouton de Gruyter, Berlin-NewYork, 1996, pp. 167-178. * Bernard LECONTE,"Revoir Broadway melody" in Les Cahiers du CIRCA V(9), 1997, pp. 169-182. * Bernard LECONTE,"Pour moins de dix secondes d'éternité" in Communications (67),1998, pp. 71-89. * Bernard LECONTE,"Image du corps sportif - une étude diachronique de l'iconographie de la revue EP. S" in dossier de la revue Éducation Physique et Sports (50), paru à l'occasion du cinquantième anniversaire de la revue EP. S, 2000, pp. 33-43. * Bernard LECONTE,"Images olympiques - à propos de la photo sportive stéréotypée", in Revue EP. S, (287), 2001, p. 40. * Bernard LECONTE, "Elle et Lui" in Lire l'audiovisuel, L'Harmattan, 2001, pp. 131-145. * Bernard LECONTE, "Montrez ce sein que je ne saurais voir !", in Télé notre bon plaisir, L'Harmattan, 2002, pp. 159-177.

17

* Christian METZ, "chapitre X : spécifique/non spécifique : relativité d'un partage maintenu" in Langage et cinéma, Larousse, pp. 157-190, 1971. * Pierre SORLIN,Les fils de Nadar - le "siècle" de l'image analogique, Nathan-université, Larousse, 1997. * Luchino VISCONTI,Rocco et ses frères (Rocco ei suai fratelli), 1960.

18

1

IMAGES

OLYMPIQUES

1

(à propos

de la photographie stéréotypée)

sportive

Ce chapitre est primitivement paru dans la Revue EP. S (287), 2001.

Que choisir dans cette profusion d'images - surtout télévisuelles - qui nous ont assaillis pendant les quinze jours que durèrent les Jeux Olympiques de l'an 2000 ? Franchement, je ne sais pas: j'ai été, à l'instar de tout un chacun, débordé d'images de télévision, comme à chaque fois que le spectacle sportif se déchaîne. Retransmissions, reportages, émissions, magazines, entretiens et surtout le direct ... (Il aura fallu attendre longtemps - décalage horaire oblige - pour voir MauriceGreene franchir en tête la ligne d'arrivée de la finale du cent mètres, parcouru en moins de dix secondes. Il est vrai que la totalité de la "séquence du 100 mètres", entendue comme ce qui est montré entre le tableau de départ et celui des résultats, aura duré - présentation des coureurs, course elle-même, ralentis multiples et entretien terminal compris - plus de 10 minutes... C'est-à-dire plus de 60 fois le temps de l'épreuve proprement dite. Saturé d'images cathodiques - une fois n'est pas coutume -, c'est vers la photographie sportive de presse que je me tournerai: Le Monde a produit un remarquable supplément journalier de 8 pages pendant ces J.O. Voyons de quoi il retourne. Sous le titre de Destin olympique, il y était présenté une page complète réservée à un événement olympique antérieur, toujours illustré d'une photo emblématique. "Le propre des images stéréotypées, c'est de revenir, d'occuper en permanence le devant de la scène, d'être reprises sans cesse par les appareils d'information et de