Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

L'opéra fabuleux d'Aloïse, figure de l'Art Brut

De
164 pages
Aloïse Corbaz, née en 1886 à Lausanne, a été internée de 1918 jusqu'à sa mort en 1964. C'est dans ce cadre et dans ces circonstances qu'elle a réalisé l'ensemble de son œuvre picturale. Fidèle à l'étrange destin d'Aloïse, ce livre n'est pas une biographie d'artiste. Il est né d'une impression : celle que diffuse l'œuvre, débordant de rouge en longs rouleaux. Une perpétuelle mise en scène qui écrit une histoire. C'est cette histoire intime, plus que les faits collectés, qui constitue la trame du récit, sur le mode de l'évocation poétique.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Créations au Pascale AuraixJonchière féminin
L’opéra fabuleux d’Aloïse, figure de l’Art Brut
Créations au féminin
Fantaisie biographique
L’opéra fabuleux d’Aloïse, figure de l’Art Brut
Créations au féminin Collection dirigée par Michèle Ramond La nouvelle collection accueille des essais valeureux sur ce « féminin » que les créations des femmes comme celles des hommes construisent dans le secret de leur fabrique imaginaire, au-delà des stéréotypes et des assignations liées au sexe. Nous ne nous limitons pas, même si en principe nous les favorisons, aux écrivains et aux créateurs « femmes », et nous sommes attentifs, dans tous les domaines de la création, à l'émergence d'une pensée du féminin libérée des impositions culturelles, comme des autres contraintes et tabous. Penser le féminin, le supposer productif et actif, le repérer, l'imaginer, le théoriser est une entreprise sans doute risquée ; nous savons bien cependant que l'universel est une catégorie trompeuse et partiale (et partielle) et qu'il nous faut constamment exorciser la peur, le mépris ou l'indifférence qu'inspire la notion de féminin, même lorsqu'elle concerne l'art et les créations. Malgré les déformations simplistes ou les préjugés qui le minent, le féminin insiste comme notion philosophique dont on peut difficilement se passer. Cette collection a pour but d'en offrir les lectures les plus variées, imprévues ou même polémiques ; elle prévoit aussi des livres d'artistes (photographes, plasticiens...) qui montreront des expériences artistiques personnelles, susceptibles de faire bouger les cadres et les canons, et qui paraîtront sous forme de e-books. Dernières parutions Patricia GODI,Anne Sexton. Poète de la vie, 2016. Laurine ROUSSELET,Syrie, ce proche ailleurs, 2015. Nathalie LUDEC,Ecritures du féminisme mexicain, Esperanza Brito, Elena Urrutia, Marta Lamas (1963-1978), 2015. Milagros EZQUERRO,L’écriture dans le miroir de l’autre, 2015. Maria Graciete BESSE,Lídia Jorge et le sol du monde. Une étude de l’éthique au féminin, 2015. Michèle RAMOND,La Mer Rouge ou l’épreuve du Deux, 2014. Nadia SETTIet Maria Graciete BESSE,Clarice Lispector : une pensée en écriture pour notre temps, 2014. Annie COHEN,Mademoiselle Clara. Théâtre rêvé, 2013.
Pascale Auraix-Jonchière L’opéra fabuleux d’Aloïse, figure de l’Art Brut
FANTAISIE BIOGRAPHIQUE
Du même auteur
L’Unité impossible. Essai sur la mythologie de Barbey d’Aurevilly, Nizet, 1997.
Pascale Auraix-Jonchière commenteLes Diaboliques de Barbey d’Aurevilly, Paris, Gallimard, Foliothèque, 1999.
« Un Palais dans un labyrinthe ». Poèmes (Jules Barbey d’Aurevilly). Essai de Pascale Auraix-Jonchière, Paris, Champion, 2000.
Lilith, avatar et métamorphoses d’un mythe entre Romantisme et décadence,Clermont-Ferrand, PUBP, 2002, « Cahier romantique » n° 8, (rééd. 2011).
Barbey d’Aurevilly et l’écriture : formes et signes, Caen, Minard, Thésothèque 38, 2011.
Dictionnaire George Sand, co-dir. avec S. Bernard-Griffiths, Paris, Champion, 2015.
George Sand et la fabrique des contes, Paris, classiques Garnier, coll. « Études romantiques et dix-neuvièmistes », série « George Sand » (à paraître).
©L’Harmattan, 20165-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.harmattan.frdiffusion.harmattan@wanadoo.frISBN : 978-2-343-09647-6 EAN : 9782343096476
Mes remerciements les plus sincères vont à l’Association Aloïse, au Professeur Docteur Andreas Steck et à M. Jean-David Mermod, pour m’avoir accordé les droits de reproduction des œuvres à titre gracieux. Les œuvres ici reproduites font en outre partie de la collection de M. Mermod, qui les a généreusement mises à ma disposition à l’occasion de la publication de ce livre. Qu’il en soit doublement remercié.
Aloïse Blanche Corbaz (dite Aloïse) est l’une des figures emblématiques de l’Art Brut. Née le 18 juin 1886 à Lausanne dans un milieu simple (son père est employé des postes), elle perd sa mère, Julie, à l’âge de treize ans. C’est la sœur aînée, Marguerite, qui s’occupera désormais de façon autoritaire de cette famille de six enfants. Aloïse poursuit ses études jusqu’au certificat d’études secondaires et rêve de devenir cantatrice.
En 1911, Marguerite met fin de manière brutale à la liaison passionnée qu’Aloïse entretient avec un prêtre français défroqué, secret qui sera longtemps préservé. On envoie la jeune femme en Allemagne où elle travaille en qualité de gouvernante à la cour de Potsdam pour le chapelain de l’Empereur Guillaume II, sur qui elle projette un amour platonique. Elle revient en Suisse au moment de la guerre, en proie à une grande agitation. Elle est internée en 1918 à l’hôpital de Cery, puis transférée à l’asile de La Rosière à Gimel-sur-Morges, en 1920. Elle y restera jusqu’à sa mort, le 5 avril 1964.
Une partie de son œuvre est exposée de façon permanente au Musée de l’Art Brut de Lausanne.