L'univers de Ken Loach

De
Publié par

Peu d'écrits en langue française sont consacrés à Ken Loach, cet immense réalisateur plusieurs fois primé pour ses œuvres cinématographiques incontestablement engagées et militantes. Trois de ses films - Ladybird (1994), Carla's Song (1996) et Bread and Roses (2000) - constituent dans cet essai, le point d'ancrage d'une étude sur l'engagement politique et la rencontre amoureuse tels qu'ils se présentent dans l'univers du réalisateur. Les personnages, des laissés-pour-compte du libéralisme, sont ici appréhendés comme de véritables Sisyphes des temps modernes.
Publié le : mardi 1 juin 2004
Lecture(s) : 266
EAN13 : 9782296357495
Nombre de pages : 96
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

L'UNIVERS DE KEN LOACH

@L'Hannattan,2004 ISBN: 2-7475-6293-X BAN: 9782747562935

Erika THOMAS

L'UNIVERS DE KEN LOACH
Engagement politique et rencontre amoureuse

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris

FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Vja Degh ArHstj 15 10214 Torino ITALLE

Collection

de visu

coordination éditoriale: Yannlck Lebtahi et Bernard Leconte
La collection de visu, focalisée en direction de l'audiovisuel, est un outil de travail constitué de courts ouvrages destinés aux étudiants et aux enseignants en communication, en audiovisuel ou en cinéma. Elle est ouverte à de jeunes chercheurs ou à des chercheurs confirmés livrant le fruit de leurs réflexions sur l'audiovisuel sous forme de prémisses ou d'aboutissements de leur travail, ceci dans le seul but de faire avancer la connaissance dans le domaine retenu. Le substantif laudiovisuell doit être entendu au sens large qu terme car il peut inclure des media qui ne comportent pas de matière de l'expression sonore (comme la bande dessinée, le roman-photo ou l'affiche publicitaire) ni visuelle (comme la radio ou la chanson), mais qui accueillent presque toujours des éléments cripturaux.

Pour toi Benny, Toujours toi, dans cette vie Et dans toutes les autres.. .

AVANT PROPOS

J'ai découvert assez tardivement Ken Loach. C'était en 1992, je crois, à l'occasion de la projection de Kes dans un ciné-club improvisél. Un soir où il pleuvait sur Lyon. Un de ces soirs où l'on cherche un abri en croyant ne vouloir se protéger que de la pluie. J'en suis sortie assez bouleversée et décidée à entreprendre de mieux connaître ce réalisateur. J'ai alors navigué d'une vidéothèque universitaire à l'autre pour rassembler tout ce qui pouvait être rassemblé sur la filmographie de Ken Loach et sur le réalisateur lui-même. Je classais les films, les dates, les éléments qui me semblaient importants. Il s'agissait de comprendre. Comme si Loach avait été le porteur d'une parole énigmatique qu'il s'agissait de décrypter pour parvenir au cœur d'une conception de l'homme qui me semblait tout à la fois familière et évanescente. Ma façon compulsive et obsessionnelle de travailler - et d'être peutêtre, qui sait? - m'a condamnée à passer des journées entières, des semaines entières à visionner et visionner encore les précieuses cassettes que je possédais désormais.
I Le projectionniste était d'ailleurs un vieux poète uruguayen que je salue ici en souvenir de ses déclamations en fin de projection (olà Miguelito !)

Ces personnages - à force d'être écoutés et réécoutés, à force d'être mille fois fréquentés - m'obsédaient jours et
nuits avec leurs histoires et leurs discours que je sentais si proches des miens... peut-être cherche-t-on à se préserver de certaines rencontres, car on ne sort pas complètement indemne de la traversée de cet univers. Comment avais-je pu ne pas remarquer Ken Loach auparavant? Entre cette rencontre fondamentale et aujourd'hui, j'ai entrepris des études cinématographiques. J'ai alors, le temps d'une thèse2, abandonné Ken Loach pour me consacrer à l'étude du cinéma brésilien. Mais comme des liens sacrés existent entre toutes choses, le sujet de ma thèse sur la cinématographie de mon pays n'est pas sans rapport avec les problématiques abordées par le réalisateur anglais. Il s'agissait de questionner, au cœur du cinéma brésilien, la figure de l'étranger, la construction des identités et du rapport à l'Autre. De dégager les figures récurrentes de la révolte, de l'insoumission, de l'aliénation de I'homme par la société. Aujourd'hui, je reviens à Ken Loach par le biais d'un enseignement universitaire que je dispense et par le biais de la possibilité qui m'est offerte de m'exprimer ici. Le format de cette collection me conduit évidemment à limiter mon exploration de son univers. Ainsi, je choisis, de par mon histoire et de par mon identité latino-

2

E. PESSOATHOMAS,Figures de l'étranger, constructiondes identités et

du rapport à l'Autre dans le cinéma brésilien, Thèse de doctorat, Paris 3, Juin 2001, éditée aux Presses Universitaires Septentrion. 10

Américaine, d'étudier l'engagement politique et la rencontre amoureuse dans trois de ses films où des exilés latina-américains sont les principaux protagonistes. Je vous propose donc, chers lecteurs, de partir avec moi du côté de chez Carla, de chez Jorge, de chez Maya... chez eux, vous le verrez, e' est chez nous.

Il

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.