Le cinéma en Côte-d'Ivoire

De
Publié par

Centre interafricain par son festival, son école, ses studios et ses institutions supranationales, la Haute-Volta vient de faire une brillante apparition sur les écrans africains et européens. C'est la victoire du pauvre.

Publié le : samedi 1 janvier 1983
Lecture(s) : 234
EAN13 : 9782296293762
Nombre de pages : 88
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

COLLECTION

CINEMEDIA

La collection CINEMEDIA, créée par l'Organisation Catholique Internationale du Cinéma et de l'Audiovisuel, a pour but de faire plus largement connaître les productions cinématographiques des pays du tiers monde contribuant ainsi à leur croissance et à leur développement. Cet effort s'inscrit dans le cadre de l'instauration d'un véritable dialogue culturel international. Sous la direction de Robert Molhant assisté par Philippe Gosseries, la collection CINEMEDIA fait appel à une large coopération internationale. Le présent ouvrage, coédité avec l'Harmattan, a bénéficié d'une aide à la diffusion de la part de l'Agence de Coopération Culturelle et Technique, Paris.

Photo de couverture: Kodjo EBOUCLE dans le rôle de l'aimable imposteur de Amanié, de GNOAN M'BaIa Roger.

LE CINEMA EN COTE D'IVOIRE

CINEMEDIA
CINEMAS D'AFRIQUE NOIRE sous la direction de Victor BACHY Parus: La Haute-Volta et le Cinéma par Victor BACHY Le Cinéma au Mali par Victor BACH Y Le Cinéma au Sénégal par Paulin Soumanou VIEYRA A paraître: Le Cinéma dans les pays des Grands Lacs: Zaïre, Rwanda et Burundi par Rik OTTEN (en collaboration) Le Cinéma au Cameroun par Arthur SIBIT A Le Cinéma au Niger par Inoussa OUSSEINI CINEMAS D'AMERIQUE LA TINE A paraître: Cine Andino en co-édition avec l'Universidad

de Los Andes (en espagnol)

CINEMAS D'ASIE A paraître: Cinema in Thailand, Indonesia and the Philippines

DU MEME AUTEUR
sur le 7< Art (en collaboration avec Robert Claude) Editions Universitaires, Paris-Bruxelles, 4 éditions 1959-1970 (épuisé) Jacques Feyder Anthologie du Cinéma, 18, octobre 1966 Jacques Feyder, artisan du cinéma collection CETEDI Librairie Universitaire, Leuven, 1968, 256 p. Le Cinéma de Tunisie Société Tunisienne de Diffusion, Tunis, 1978, 510 p. Cinémas du Maghreb (en collaboration avec Mouny BERRAH, Mohand BEN SALAMA et Ferid BOUGHEDIR), CinemAction N° 14, Paris, 1981, 248 p. Les Cinémas noirs d'Afrique (en collaboration avec Jacques BINET, Ferid BOUGHEDIR, Pierre HAFFNER) CinemAction et l'Afrique Littéraire et Artistique, Paris, 1983 Panoramique

VICTOR BACHY

LE CINEMA EN COTE D'IVOIRE

OCIC/L'HARMATTAN

Merci à TIMITE Bassori, Félix TOBIN et Guy HENNE BELLE pour leur obligeance.

@ OCIC 1983 Rue de l'Orme 8, B-I040 Bruxelles, D/1983/3375/1 Troisième édition revue et corrigée Tous droits réservés

Belgique

I.

Le

cadre

La Côte d'Ivoire il faut s'en souvenir - est sans doute le pays le plus européanisé d'Afrique noire et sa capitale Abidjan la ville africaine la plus moderne. Elle a accédé à l'indépendance le 7 août 1960, l'année par

-

excellence des « libérations ». Elle n'a compté depuis qu'un
président, qu'un parti, qu'une politique. Sous la conduite de Félix Houphouet-Boigny, universitaire (docteur en médecine), lui-même député à l'Assemblée Nationale Française, ancien maire d'Abidjan et ancien ministre français, elle a donc connu depuis plus de vingt ans la stabilité politique et un remarquable essor économique. Géographiquement, la Côte d'Ivoire est heureusement située en bordure du Golfe de Guinée, entre le Libéria et la Guinée à l'ouest, le Mali et la Haute Volta au nord et le Ghana à l'est. Sur ses 600 km de côte, elle développe et modernise sans cesse sa capitale Abidjan (plus d'un million d'habitants), premier port d'Afrique noire francophone, et a ouvert celui de San Pedro, ce qui témoigne de sa prospérité. Peuplé de 8 millions d'habitants dont 1,5 million d'étrangers venus du Ghana, du Niger ou de Haute Volta, le pays n'est pas tellement étendu: 322.500 km2 (une fois et demi le Sénégal, les deux tiers du Cameroun, le septième du Zaïre) , mais il rassemble, comme tant de pays africains, un certain nombre d'ethnies parlant des langues différentes (plus de cent) , parmi lesquelles ni le baoult (région de Bouaké) , ni le yakouba ou le gouro (région de Man) ne dominent. Aussi le français est-il devenu la langue principale de communication, parlée par 35 % de la population. On le voit: en matière de communication orale, le problème reste complexe. Et en cinéma? En quelle langue un film doit-il être projeté pour être compris par un public en très large partie encore 7

peu capable de lire des sous-titres? moindre mal.

En français...

c'est un

Les Ivoiriens sont religieux. Un peu plus de la moitié de la population est animiste, un quart est musulman et 13 % sont catholiques. La Côte d'Ivoire est équipée de la télévision depuis le 7 avril 1963. Elle est passée partiellement à la couleur en 1973 (procédé SECAM, équipement Thomson) . Elle diffuse depuis Abidjan 40 heures de programmes par semaine qui, grâce à des émetteurs-relais, peuvent atteindre théoriquement 80 % du territoire. Quelque 200.000 récepteurs dont 20 % équipés pour recevoir la couleur - permettent ainsi chaque semaine la diffusion de 4 films de long métrage. La T.V. est animée par des spécialistes formés les uns en Europe, les autres sur place, au Studio-Ecole de la RadioTélévision Ivoirienne (SERTI), absorbé en 1979 par le Centre de Production des Actualités Audio-Visuelles et du Perfectionnement Permanent (cf. infra). Elle bénéficie donc d'énormément d'atouts pour pouvoir produire des œuvres de qualité. Or chacun sait que la télévision est un champ largement ouvert à la réalisation d'œuvres cinémato-télévisuelles, les deux tendant de plus en plus à se confondre pour des genres compatibles avec les deux media. La réforme de structure intervenue en 1979 (voir ci-après), va d'ailleurs dans ce sens. Le cinéma y gagnera-t-il ?

8

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.