Le néon dans l'art contemporain

De
Publié par

Depuis la deuxième moitié du XXe siècle, le jeu follet des néons attise le regard des artistes contemporains qui s'en emparent et l'expérimentent .
Cet essai évoque leur travail, et confronte aux feux des nocturnes du XVIIe siècle les oeuvres en lumière artificielle, afin d'y lire une nouvelle spiritualité.
Publié le : mercredi 1 février 2006
Lecture(s) : 385
EAN13 : 9782336253374
Nombre de pages : 107
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

LE NÉON DANS L'ART CONTEMPORAIN

L'Art en bref Collection dirigée par Dominique Chateau et Agnès Lontrade
Publiée avec la participation du centre de Recherche sur l'Image et de l'Université de Paris I Panthéon Sorbonne

A chaque époque, le désir d'art produit non seulement des œuvres qui nous éblouissent ou nous intriguent, mais des discussions qui nous passionnent. L'art en bref veut participer activement à ce débat sans cesse renouvelé, à l'image de son objet. Appliquée à l'art présent ou passé, orientée vers le singulier ou vers le général, cette collection témoigne d'un besoin d'écriture qui, dilué dans le système-fleuve et engoncé dans l'article de recherche, peut trouver à s'épanouir dans l'ouverture et la liberté de l'essai. A propos de toutes les sortes d'art, elle accueille des textes de recherche aussi bien que des méditations poétiques ou esthétiques et des traductions inédites. Dernières parutions Franck DORIAC, Le Land Art... et après, 2005. Jean-Yves MERCURY, La chair du visible. Paul Cézanne et Maurice Merleau-Ponty, 2005. Pierre FRESNAUL T -DERUELLE, Le silence des tableaux, 2004. Alexandre CASTANT, La photographie dans l'œil des passages,2004. Jean-Claude LE GOUlC, L'Art du semis, 2003 Suzanne LIADRAT-GUlGUES, Cinéma et sculpture, un aspect de la modernité des années soixante, 2002. Virginie-Alice SOYER, Le Muséum des curiosités imaginaires, 2002 (hors série). Michel CONSTANTIN!, L'image du sujet, 2002. Luca GOVERNATORI, Andrei" Tarkovski, l'art et la pensée, 2002. Alain CHAREYRE-MÉJAN, Expérience esthétique et sentiment de l'existence. Antoine HATZENBERGER, Esthétique de la cathédrale gothique.

ANNE

BLA YO

LE NÉON DANS L'ART CONTEMPORAIN
Obscure clarté

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique ~75005 Paris FRANCE
L'Hannattan Hongrie

Espace L'Harmattan

Kinshasa

L'Harmattan

!tafia

L'Harmattan

Burkina Faso

Kënyvesbolt Kossuth L. u. 14-16

Fac..des Sc. Sociales, Pol. et Adm. ; BP243, KIN XI Université de Kinshasa - ROC

Via Degli Artisti, IS 10124 Torino ITALlE

1200 logements villa 96 12B2260 Ouagadougou 12

1053 Budapest

www.librairieharrnattan.com Harmattanl @wanadoo.fr diffusion. harmattan @wanadoo.fr

~ L'Harmattan, 2005 ISBN: 2-7475-9839-X EAN : 9782747598392

Prologue
« C'est toujours comme ça lorsqu'on parle d'un sujet parce que ce sujet vous fascine, mais il vous fascine vous-même plus que celui à qui nous l'imposons tout de même, en fin de compte, avec tout le sans-gêne frénétique dont nous sommes capables. » Thomas Bernhard 1

D'où me vient ce goût pour les lumières de la nuit? Des voyages, traversées nocturnes, dans l'enfance, où pétillaient les feux des véhicules en hauts contrastes, dans la pénombre et le silence, rivalisant en une course étrange avec ceux du ciel. De la plastique des reflets d'enseignes, après la pluie, sur le bitume tel un glacis. Des grands formats, supports noirs, sur lesquels je peignais afin d'y crever l'obscurité par éclats. De ce lieu, café hétéroclite qui m'inspira une série de photographies où les néons2 flottaient entre deux superpositions. L'intérêt pour ces éclairages me poussa jusqu'à l'illusoire Las Vegas afin d'y happer le déballage saturé de ses (ces) chimères. Leurs scintillements submergèrent mon inconscient et il m'apparut alors que je ne puis dissocier la nuit de ces lumières.

1. Thomas Bernhard, Les maîtres anciens, Paris, Gallimard, 1988, co11.Folio, p .151, trad. G. Lambrichs. 2. Dans ce travail le mot «néon» est employé en terme générique pour désigner les tubes fluorescents

Il Y a un siècle encore, j'eus, à la flamme d'une chandelle, soumis les ombres de mes lettres sur la page. Aujourd'hui, somnambule, je médite longeant la kyrielle « mescalinienne» des enseignes au néon, qui survolte dans ses rets la nuit, brasillant alors. Une vision émulsionnant mes rêves, je me perçus survolant la voûte d'un pont au tablier de vitrail et cette mosaïque de couleurs fusionna tous ces paysages diaprés. Aussi, réconciliant en cet arc-en-ciel et la Voie lactée et nos guirlandes saturées d'éclairage artificiel, trouvais-j el' origine de ce travail. Tandis que le feu naturel à travers les siècles ensorcelait les nuits, ponctuant chandelles, auréolant flambeaux, éclairant lampes, incendiant foyers, ce sont les lumières électriques qui aujourd'hui s'unissent à l'imaginaire et clignotent quand le soleil décline, quand la nuit, métaphore du dédoublement de l'être entre hallucination et vision, monte. J'en vins à me questionner: ces premières lumières avec lesquelles les peintres du XVIIe, âge d'or des Nocturnes, travaillaient, ont-elles un lien avec celles particulières des néons, que nombre d'artistes utilisent dans leurs œuvres?

Si nous lisons les Nocturnes du XVIIe siècle sous un
éclairage spirituel et religieux, au xxe siècle qu'en est-il? La spiritualité de la lumière s'est-elle seulement transmuée dans ces œuvres de néon, en lumière spirituelle, au sens pris au pied de la lettre de « qui a de la vivacité, qui sait briller et plaire» 3 ou, en une spiritualité moderne qui réfléchirait 1'histoire de la nuit insondable, en art. Comme Prométhée, les artistes dérobent le feu urbain pour le donner à l'art, le mettre en lumière ou en abîme.
3. Voir Le Petit Robert, S.V. «Néon ».

- 8-

Des ombres, ces fantômes blancs de la nuit, ont rodé en mon esprit. Très subjectivement ce sujet s'est esquissé, son rythme s'est intuitivement développé. J'ai convoqué l'essai pour livrer le déroulement de ma pensée. Ai choisi d'évoquer rapidement dans «Révolution des planètes et des idées », la première partie, les correspondances entre le XVIIesiècle et le xxe siècle aux niveaux scientifique et philosophique, puis ai suivi le fil de la spiritualité et de la nuit à travers les œuvres au néon d'artistes contemporains depuis les années soixante; «Le néon dans tous ses états» s'y découvre. Enfin, avec «Le parti pris des choses », j'ai souhaité confronter des scènes de nuit ou apparentées, du Caravage et de La Tour avec des œuvres en néon. Cette étude voudrait vérifier mon hypothèse: le néon dans l'art contemporain serait-il attribut de la nuit?

Révolution des planètes et des idées

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.