//img.uscri.be/pth/c1bf7c8eda97154a19dd8e2a47a52f5634e0fa88
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 19,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Les trois coups et moteur

De
324 pages
Jacques Pierre débute au théâtre comme comédien. Très jeune, grâce à Bruno Coquatrix, il fait sa première mise en scène au théâtre Caumartin et engage Claude Berri dont ce sera le premier rôle sur scène. Sa vie va être marquée par des rencontres, Madeleine Robinson, Jean Anouilh, entre autres. Entré à la télévision en 1960, travailleur infatigable, il réalise de 1965 à 1982 des émissions dont l'émission culte "Midi première". Au fil des documents retrouvés, il égrène pour nous, les souvenirs de cette époque bénie de la télévision.
Voir plus Voir moins
Les trois coups & moteur !!! mÉmoires : tHÉâtre, cinÉma, tÉlÉvision
© L'HARMATTAN, 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-00200-2 EAN : 9782336002002
JACQUES PIERRE
Les trois coups & moteur !!! mÉmoires : tHÉâtre, cinÉma, tÉlÉvision
A Madeleine LÉger, ma mÈre A Madeleine Robinson, ma mÈre adoptive
Introduction
On me demande d’être moi-même l’historien de tous mes cheminements professionnels. C’est trÈs compliqué, trÈs foisonnant surtout. Il faut survoler une vie de rencontres marquantes et d’événements décisifs. On dit « j’ai gardé en mémoire » comme on met quelque chose en tasdans un coin du grenier. La vie d’un acteur ou d’un metteur en scÈne est une successionde naissances et de vides, d’enthousiasme et de stress. Il faut choisir, éviterla confusion, baliser l’histoire, l’adapter, faire des coupures, développerles séquences et surtout, surtout, respecter le scénario. Je vais tenter de vivre en pensée les bribes d’un journal qu’en réalité je n’ai pas encore eu le temps d’écrire. Un historien fait un travail de recherche, c’est un écrivain donc un solitaire. Un metteur en scÈne est trÈs entouré, trÈs assisté même. Et c’est surtoutun homme trÈs occupé. Enfin l’historien, lui, est seul en « tête à tête » avec son sujet. Me voilà, seul, en « tête à tête » avec mes notes. Il faut bien débuter, trouver le bon chemin qui mÈnera à la mémoire.
9