Mon premier film chez Léon Gaumont

De
Publié par

Le présent ouvrage est le récit d'une tranche de vie qui marqua pour le restant de ses jours l'auteur : son apprentissage à la Gaumont. C'est en s'aventurant dans un placard resté clos pendant des années qu'il découvrit une couverture dont le titre attira son attention : Journal d'un stagiaire, texte de sa première aventure cinématographique écrit en 1997 pendant le tournage du Dîner de cons de Francis Veber. L'idée lui vint alors de donner vie à ce texte naïf mais profond de sincérité pour témoigner du quotidien laborieux mais passionnant d'un tournage.
Publié le : samedi 15 août 2015
Lecture(s) : 1
EAN13 : 9782336387994
Nombre de pages : 132
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
MON PREMIER FILMCHEZ LÉON GAUMONT
© L’Harmattan, 2014
5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris
www.harmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-06773-5 EAN : 9782343067735
Steve MOREAUMon premier film chez Léon Gaumont récit
Du même auteur
Aux éditions l’Harmattan
Récit
DOS À LA MER, LA RÉVÉLATION (2014).
Romans
UN HOMME LUCIDE (2011). LE SEXE, MON AMI (2010). FIN DE BOBINE (2009). DOS À LA MER (2008).
Aux éditions Eyrolles
Dans la collection « Histoire et Management »
LES FRERES LUMIERE, COMMENT SAPER LA CONCURRENCE (2013). Collaborateur d’Anne Vermès.
Aux éditions François-Xavier de Guibert
Entretiens
AU REVOIR GAMIN (2012).
À Michel Loubeau, à la Gaumont, à toute l’équipe du film, ainsi qu’à tous les techniciens et tous les ouvriers du cinéma…
« Ce désir de connaître, quelles satisfactions profondes il procure chaque fois qu’il peut être apaisé ! Avec quelle intensité je me souviens de les avoir éprouvées à l’époque de nos quinze ans, où élèves de « La Martinière », mon frère Auguste et moi, nous passions nos dimanches et nos jours de vacances à apprendre la photographie en y ajoutant surtout l’intérêt, puissant à nos yeux, de préparer nous-mêmes tous les produits nécessaires. »
Louis Lumière (bulletin de La Martinière en 1928)
« Nous avons porté le film de la fête foraine à la salle de théâtre, nous le porterons de la salle de théâtre à la salle à manger. »
Léon Gaumont
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.