Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 10,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Mon premier film chez Léon Gaumont

De
132 pages
Le présent ouvrage est le récit d'une tranche de vie qui marqua pour le restant de ses jours l'auteur : son apprentissage à la Gaumont. C'est en s'aventurant dans un placard resté clos pendant des années qu'il découvrit une couverture dont le titre attira son attention : Journal d'un stagiaire, texte de sa première aventure cinématographique écrit en 1997 pendant le tournage du Dîner de cons de Francis Veber. L'idée lui vint alors de donner vie à ce texte naïf mais profond de sincérité pour témoigner du quotidien laborieux mais passionnant d'un tournage.
Voir plus Voir moins
MON PREMIER FILMCHEZ LÉON GAUMONT
© L’Harmattan, 2014
5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris
www.harmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-06773-5 EAN : 9782343067735
Steve MOREAUMon premier film chez Léon Gaumont récit
Du même auteur
Aux éditions l’Harmattan
Récit
DOS À LA MER, LA RÉVÉLATION (2014).
Romans
UN HOMME LUCIDE (2011). LE SEXE, MON AMI (2010). FIN DE BOBINE (2009). DOS À LA MER (2008).
Aux éditions Eyrolles
Dans la collection « Histoire et Management »
LES FRERES LUMIERE, COMMENT SAPER LA CONCURRENCE (2013). Collaborateur d’Anne Vermès.
Aux éditions François-Xavier de Guibert
Entretiens
AU REVOIR GAMIN (2012).
À Michel Loubeau, à la Gaumont, à toute l’équipe du film, ainsi qu’à tous les techniciens et tous les ouvriers du cinéma…
« Ce désir de connaître, quelles satisfactions profondes il procure chaque fois qu’il peut être apaisé ! Avec quelle intensité je me souviens de les avoir éprouvées à l’époque de nos quinze ans, où élèves de « La Martinière », mon frère Auguste et moi, nous passions nos dimanches et nos jours de vacances à apprendre la photographie en y ajoutant surtout l’intérêt, puissant à nos yeux, de préparer nous-mêmes tous les produits nécessaires. »
Louis Lumière (bulletin de La Martinière en 1928)
« Nous avons porté le film de la fête foraine à la salle de théâtre, nous le porterons de la salle de théâtre à la salle à manger. »
Léon Gaumont