Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

François-Bernard Mâche, de la musique, des langues et oiseaux

De
314 pages
« F.-B. Mâche a élaboré une théorie et une méthode personnelles de composition, centrées autour des idées de modèle et d'archétype, qu'il a mis en œuvre dans une part importante de son catalogue qui compte plus de 70 titres. Docteur d'état en musicologie, agrégé de lettres, diplômé d'archéologie grecque, membre fondateur du GRM de Pierre Schaeffer, directeur d'études à l'EHESS, F.B. Mâche se situe au cœur des controverses esthétiques, menant de front créations musicales et travaux universitaires, irrigant les premiers de ses travaux de chercheur. C'est chez lui à Paris, dans son studio d'enregistrement, qu'a été réalisé cet entretien où il évoque son enfance, ses études, sa carrière, son double parcours, et nous livre ses réflexions de musicien et de compositeur. » (B.S.)

Établi par Bruno Serrou
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

FRANÇOIS-BERNARD MÂCHE DE LA MUSIQUE,DES LANGUES ET DES OISEAUX
Bruno Serrou
FRANÇOIS-BERNARD MÂCHE DE LA MUSIQUE,DES LANGUES ET DES OISEAUX
Entretien
MICHEL DEMAULE
COLLECTION« PAROLES DEMUSICIEN» dirigée par Cati Couteau et Thierry de la Croix
Déjà parus :
Claude Ballif, un musicien de la révélation entretien avec Bruno Serrou (2004). Claude Helffer, la musique sur le bout des doigts entretien avec Bruno Serrou (2005). Martial Solal, compositeur de l’instant entretien avec Xavier Prévost (2005). Jean Prodromidès, l’opéra passionnément entretien avec Bruno Serrou (2007).
Conception graphique : Chris Impens & LES3TSTUDIO
© Éditions Michel de Maule/Institut national de l’audiovisuel, 2007.
Remerciements
J’adresse mes remerciements les plus vifs à Olivier Bernard (Sacem) et à Cati Couteau (Ina), sans qui ce livre-dvd n’aurait pu voir le jour, ainsi que ma gratitude à François-Bernard Mâche, pour sa patience à l’égard de mes questions, le tact de ses réponses et son amicale confiance.
B. S.
AVANT-PROPOS
À Isabelle
Le personnage est apparemment réservé, introspectif, sinon sur la défensive du moins sur son quant-à-soi, dans l’at-tente de la première salve de paroles de son interlocuteur. Courtois, aimablement « vieille France » mais l’œil pénétrant, la personnalité, brillante et aussi réactive que la lumière, se révèle insensiblement, quoique alliant humilité et piques sar-castiques, comme pour jauger la volonté de son vis-à-vis dont il faut d’abord réussir à briser la glace, ce qui se fait non sans mal. Mais une fois que le courant passe, l’homme, ouvert à la discussion et à la controverse, esprit prospectif s’intéressant à tout, s’impose par sa rayonnante intelligence, sa magnanimité singulièrement gratifiante. Tel est François-Bernard Mâche, dont le bagage intellectuel est de prime abord intimidant, mais qui s’avère sans ostenta-tion. Rares sont nos semblables chez qui la culture, la diversité des connaissances et la richesse de l’expérience sont aussi riches et hétéroclites. Né à Clermont-Ferrand le 4 avril 1935, François-Bernard Mâche, qui a vécu, enfant, la Seconde Guerre mondiale et dont le premier élan créateur fut brisé par la Guerre
7
d’Algérie, est le dernier avatar de trois générations de musi-ciens. Intellectuel pur jus, ancien élève de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, diplômé d’archéologie grecque, agrégé de lettres classiques, docteur en musicologie, passion-né de cultures orientales, d’ornithologie, d’anthropologie et de plongée sous-marine, membre fondateur du Groupe de recherche musicale (GRM) de Pierre Schaeffer, producteur d’émissions sur France Musique et sur France Culture, ses goûts et son amour de la liberté l’ont conduit à mener de front plusieurs carrières.
C’est à huit ans que François-Bernard Mâche a fait ses pre-miers essais de composition, avant de devenir l’élève d’Emile Passani au conservatoire de sa ville natale puis d’Olivier Messiaen au Conservatoire de Paris. Il se revendique égale-ment de Debussy et de Varèse. Farouchement indépendant, ce qui l’a conduit à se consacrer à l’enseignement scolaire puis universitaire enfin à l’École des Hautes Études en Scien-ces sociales, spécialiste du langage, plus particulièrement des langues mortes ou en voie d’extinction, il a élaboré une théo-rie et une méthode personnelles de composition centrées sur les concepts de modèle et d’archétype, auxquelles il associe souvent la nature, les instruments acoustiques et l’électroni-que qui gouvernent l’essentiel des quatre vingt cinq œuvres que compte aujourd’hui son catalogue.
Voilà plusieurs années que m’accompagnait le projet d’un tel livre avec François-Bernard Mâche, qui, depuis tout aussi longtemps, en avait accepté l’augure. Pourtant, la création de Mâche n’est pas toujours des plus aisées à appréhender, et je la considérais parfois avec défiance, moi qui en ai entendu des plus abstraitement prospectives encore, mais l’homme m’a toujours fasciné par son intelligence luxuriante qui four-mille au détour de chaque phrase, faisant de la moindre idée
8
émise un champ infini d’investigation. Si l’intellect de Mâche ne s’exprime pas de la même façon que celui d’un Pierre Boulez ou d’un Peter Eötvös, par exemple, formations et cul-tures n’étant pas analogues, regard sur le monde et goût de l’action divergeant, la rencontre de ces compositeurs compte parmi les plus gratifiantes qu’il m’ait été donné de vivre depuis que je m’exerce à cet art particulièrement fécond de l’entretien, chacun d’eux sachant traduire une pensée extra-ordinairement complexe et universelle en termes choisis mais simples, donnant à leur interlocuteur que ses propres apti-tudes obligent à la modestie le sentiment d’être leur alter ego. Cet ouvrage est le reflet de quatre jours d’entretiens filmés accordés par François-Bernard Mâche en son domicile du Marais, à Paris, du 7 au 10 décembre 2004, dans le cadre de la série « Musiques mémoires » produite par l’INA avec le sou-tien du ministère de la Culture, de la SACD et de la SACEM. Ces entretiens sont proposés dans leur intégralité sur le DVD-Rom encarté en troisième de couverture de ce livre. Les pages qui suivent et les images qui leur sont associées restituent dans son authenticité cet homme de culture à l’esprit inlassable-ment en éveil et à l’humour distrait mais qui fait mouche. B. S. Paris, 20 juillet 2006