Guide raisonné et déraisonnable de l'opérette et de la comédie musicale

De
Publié par

L’opérette doit son net regain à ceux qui l’avaient éclipsée : le cinéma et la télévision. La chaleur humaine, le divertissement intelligent regagnent les cœurs lassés par les médias froids.
Parmi les milliers d’opérettes écrites pendant trois siècles et leurs descendantes nommées comédies musicales, ce guide propose un choix des meilleures de tous les temps et pays, qu’elles soient au répertoire ou méritent de très vite y revenir.
Vite composée, vite montée, l’opérette, miroir de la société, reflète aussitôt les grandes évolutions qu’elle aide à accepter par le charme et le rire. Lorsque l’opéra fait mourir ses héroïnes, les femmes de l’opérette s’émancipent et mènent les hommes par le bout du nez. Chaque œuvre présentée ici est replacée dans le contexte d’alors, qui donne la clé des allusions oubliées et en dégage la sagesse.
Si la France domine dans l’opérette qu’elle a longtemps modelée et influencée, elle n’est pas le seul pays à y mettre du talent. Ce guide impertinent, à vocation européenne et internationale, accompagnera les voyageurs ouverts à toutes les cultures. Offenbach le Français a essaimé en Autriche et les opérettes viennoises nées de lui et du singspiel populaire nous sont revenues. Les Etats-Unis, après avoir suivi ces deux modèles, ont fait déferler sur le vieux continent le jazz irremplaçable. Notre choix offre de bonnes surprises : la délicate opérette anglaise, l’opérette soviétique et surtout la zarzuela, la capiteuse opérette à l’espagnole qui renouvelle le répertoire dans le monde entier.
La joie ne va pas sans un voile de tristesse : le genre a sa part d’ombre, la grande histoire n’ayant pas épargné les auteurs d’opérettes. Mais le spectacle continue : d’Offenbach à Gershwin, de Franz Lehár à Maurice Yvain, de Johann Strauss à Webber, l’auteur de Cats, tout ce qui fait rire et pleurer – de joie – vous est offert ici dans la plus grande précision : personnages et synopsis, analyse et contexte, avec à chaque fois un clin d’œil pour sourire à l’entracte…

Jean Vermeil, musicologue et critique musical, est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’opéra.
Louis Oster dirige depuis près de trente ans à Strasbourg un Cercle lyrique Richard Wagner de rayonnement international.

Publié le : mercredi 22 octobre 2008
Lecture(s) : 189
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213645254
Nombre de pages : 720
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
L’opérette doit son net regain à ceux qui l’avaient éclipsée : le cinéma et la télévision. La chaleur humaine, le divertissement intelligent regagnent les cœurs lassés par les médias froids.
Parmi les milliers d’opérettes écrites pendant trois siècles et leurs descendantes nommées comédies musicales, ce guide propose un choix des meilleures de tous les temps et pays, qu’elles soient au répertoire ou méritent de très vite y revenir.
Vite composée, vite montée, l’opérette, miroir de la société, reflète aussitôt les grandes évolutions qu’elle aide à accepter par le charme et le rire. Lorsque l’opéra fait mourir ses héroïnes, les femmes de l’opérette s’émancipent et mènent les hommes par le bout du nez. Chaque œuvre présentée ici est replacée dans le contexte d’alors, qui donne la clé des allusions oubliées et en dégage la sagesse.

Si la France domine dans l’opérette qu’elle a longtemps modelée et influencée, elle n’est pas le seul pays à y mettre du talent. Ce guide impertinent, à vocation européenne et internationale, accompagnera les voyageurs ouverts à toutes les cultures. Offenbach le Français a essaimé en Autriche et les opérettes viennoises nées de lui et du singspiel populaire nous sont revenues. Les Etats-Unis, après avoir suivi ces deux modèles, ont fait déferler sur le vieux continent le jazz irremplaçable. Notre choix offre de bonnes surprises : la délicate opérette anglaise, l’opérette soviétique et surtout la zarzuela, la capiteuse opérette à l’espagnole qui renouvelle le répertoire dans le monde entier.
La joie ne va pas sans un voile de tristesse : le genre a sa part d’ombre, la grande histoire n’ayant pas épargné les auteurs d’opérettes. Mais le spectacle continue : d’Offenbach à Gershwin, de Franz Lehár à Maurice Yvain, de Johann Strauss à Webber, l’auteur de Cats, tout ce qui fait rire et pleurer – de joie – vous est offert ici dans la plus grande précision : personnages et synopsis, analyse et contexte, avec à chaque fois un clin d’œil pour sourire à l’entracte…

Jean Vermeil, musicologue et critique musical, est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’opéra.
Louis Oster dirige depuis près de trente ans à Strasbourg un Cercle lyrique Richard Wagner de rayonnement international.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi