//img.uscri.be/pth/9093c70ecb92c175f83a53ed09964049820a503a
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 13,88 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

L'oreille absolue

De
190 pages
Jacqueline Thibault, musicienne, auteur, compositeur, arrangeur et interprète, relate dans cet ouvrage son expérience d'enfant née avec le don de « l'oreille absolue » et la manière dont cet état de chose a conditionné sa façon d'appréhender le monde par le biais des sons. L'écriture a toujours été également pour elle un moyen privilégié d'expression. Elle nous livre ici un émouvant témoignage sur le monde très particulier des enfants créatifs, en nous donnant les clés de son propre univers musical.
Voir plus Voir moins
Jacqueline Thibault L’oreille absolue Récit
L’oreille absolue
Jacqueline Thibault
L’oreille absolue
Récit
En couverture : partition musicale écrite par l’auteur à l’âge de 10 ans. © L’Harmattan, 2013 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-00276-7 EAN : 9782343002767
L’oreille absolue L’oreille dite « Absolue » est un don inné (peut-être génétique), qui permet à une personne de décoder automatiquement et inconsciemment les fréquences sonores, musicales et autres, à partir du moment où on lui a fixé une référence de base qui restera la même pour toute sa vie, référence qui ne pourra varier puisqu’étant définitivement mémorisée. La plupart des personnes ayant l’oreille absolue ne perçoivent donc pas la musique comme les autres, puisqu’elles entendent automatiquement les sons en « notes » quelle que soit leur complexité. Au lieu de percevoir le début de la « Sonate au Clair de Lune » de Beethoven comme une douce mélodie, elle entendent (avec les dièses en plus) en même temps qu’une basse de 2 « Do » graves : Sol do mi, sol do mi etc. Elles ne peuvent donc jamais entendre les sons « normalement », car il leur est impossible de déconnecter ce décodage permanent. Beaucoup de recherches scientifiques ont été faites dans ce domaine et l’imagerie médicale a mis en évidence dans le cerveau des personnes ayant l’oreille absolue, une excroissance du lobe temporal gauche. Cela expliquerait un certain nombre de caractéristiques communes a ces personnes qui ne deviennent pas toutes musiciennes et qui sont souvent médecins, psychologues,
5
éducateurs, avocats etc… ou artistes dans différents domaines. On note en effet chez elles une hyper sensibilité (y compris physiologique), les 5 sens étant plus développés que la moyenne, une forte intuition, un ensemble de perceptions aiguisées qui leur font ressentir et comprendre le monde d’une manière assez particulière. Ces personnes, très créatives, sont fréquemment tournées vers les autres et semblent particulièrement touchées par la détresse et les difficultés de leur entourage, ainsi que par tout ce qui se rapporte à l’injustice. L’oreille absolue peut être utile dans l’apprentissage de la musique mais ne préjuge en rien de la qualité d’un artiste qui doit, avant tout, développer son talent grâce à son travail. Quant à l’oreille dite « Musicale », elle permet, grâce à un apprentissage parfois long et laborieux effectué au moyen de repères sonores, de pouvoir reconnaître la hauteur des notes. Ce repère restera nécessaire et pourra varier, puisqu’il ne sera jamais définitivement mémorisé. On estime à environ 2 pour cent le nombre de musiciens ayant l’oreille absolue. J.Thibault
6
La première fois que je jouais devant un professeur de piano, j’avais 4 ans, celui-ci me dit: «Tu viens de me raconter une bien belle histoire.»
Il me semble avoir le souvenir de ma naissance. Au travers du fond sonore de la rythmique accélérée Cœur-Sifflement du sang dans le placenta de l’utérus maternel, me parvenaient des sons plus aigus que de coutume ainsi que des voix filtrées inconnues dans les fréquences médiums-graves. J’étais angoissée, réalisant que quelque chose de terrible se préparait. Il me semblait que je ne pouvais plus bouger, qu’il n’y avait plus d’espace ni de liquide autour de moi. Je ressentis comme un long et terrible arrachement, une douleur à peine supportable, puis le froid… J’avais brutalement la perception d’un espace immense, incompréhensible et glacé. Oui, j’ai crié et il y avait de quoi. Une voix inconnue, forte et pointue, avait déclaré: - C’est une fille ! En réponse, une autre voix familière, beaucoup plus claire et présente qu’auparavant, avait répondu : - Ah zut alors, c’est raté ! L’air dans mes poumons douloureux faisait un bruit insupportable au point que j’en avais mal aux oreilles, aussi, j’arrêtais de pleurer pour le faire cesser. Mon cœur battait sur un tempo très rapide. Que m’était-il arrivé ? Qu’allait-il se passer ? J’étais secouée, manipulée, malmenée, des images floues et incompréhensibles apparaissaient dans ma conscience comme des flashs. Je me retrouvais seule dans un monde étranger, au bord du vide.
9