Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le Makossa

De
139 pages
Le Makossa se présente comme l'une des plus riches aventures de l'histoire de la musique de l'Afrique post-coloniale. Le Makossa a offert au Cameroun, à l'Afrique et au monde des musiciens comme Manu Dibango et Richard Bona. Voici une analyse de cette cadence urbaine qui compte avec le soukous congolais, l'afro-beat du Nigéria, le mbalax du Sénégal, le high life du Ghana, le raï d'Algérie et le coupé-décalé de Côte d'Ivoire, parmi les musiques les plus populaires de l'Afrique indépendante.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Le makossa
Une musique africaine moderne

Études Africaines
Collection dirigée par Denis Pryen et François Manga Akoa Dernières parutions

Brice Armand DAVAKAN, Repenser les nations africaines, 2010. René N’Guettia KOUASSI, Comment développer autrement la Côte d’Ivoire ?, Des suggestions concrètes pour soutenir la dynamique du développement de ce pays, 2010. Jean-Pierre BODJOKO Lilembu, Développement de la radio catholique en RDC, 2010. Auguste ILOKI, Le droit des parcelles de terrain au Congo. Tome 1 : Droits fonciers coutumiers. Acquisition des parcelles de terrain, 2010. Abdoulay MFEWOU, Migrations, dynamiques agricoles et problèmes fonciers, 2010. Maurice ABADIE, Afrique centrale. La colonie du Niger, 2010 (reprint de l’édition de 1927). Michèle CROS et Julien BONDAZ (dir.), Sur la piste du lion. Safaris ethnographiques entre images locales et imaginaire global, 2010. Apollinaire NTAMABYALIRO, RWANDA, Pour une réconciliation, la miséricorde chrétienne. Une analyse historico-théologique du magistère épiscopal rwandais (19521962), 2010. Élieth P. ÉYÉBIYI, Gérer les déchets ménagers en Afrique. Le Bénin entre local et global, 2010. Zygmunt L. Ostrowski, Soudan. Conflits autour des richesses, 2010. Clotaire MOUKEGNI-SIKA, Production scientifique et pouvoir politique au Gabon. Esquisse d’une sociologie de la recherche universitaire, 2010. Innocent BIRUKA, Sagesse rwandaise et culture de la paix, 2010.

Jean Maurice NOAH

Le makossa
Une musique africaine moderne

Préface de Mathias-Éric Owona Nguini

Du même auteur : Le Bikutsi du Cameroun, ethnomusicologie des seigneurs de la forêt, Édition carrefour/Erika, Yaoundé, Cameroun, 1994.

© L’Harmattan, 2010 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-54150-4 EAN : 9782296541504

SOMMAIRE
SOMMAIRE ....................................................................................... 7 PREFACE ........................................................................................... 9 INTRODUCTION............................................................................. 15 PREMIERE PARTIE : AU FONDEMENT DU MAKOSSA ...... 21 CHAPITRE I : LES DYNAMIQUES DE L’INTERIEUR : ETHNOGENESE DU MAKOSSA ......................................... 25 1) L’ASSIKO................................................................. 27 2) LE BOLOBO............................................................. 29 3) L’ESSEWE................................................................ 29 4) LE CONTEXTE SOCIOPOLITIQUE ...................... 30 CHAPITRE II : LES DYNAMIQUES EXTERNES :............. 33 EXOGENESE DU MAKOSSA............................................... 33 1) LE GOSPEL ET LE CHANT CLASSIQUE DES EGLISES BAPTISTES....................................................... 33 2) LE HIGH-LIFE ......................................................... 34 3) LE MERENGUE....................................................... 34 4) LA RUMBA CONGOLAISE.................................... 35 5) LE MOUVEMENT FUNKY-DISCO : THE MOTOWN SOUND ........................................................... 36 DEUXIEME PARTIE : L’ARCHITECTONIE DU MAKOSSA : ...................................................................................................... 39 GRAMMAIRE DE BASE............................................................ 39 CHAPITRE I : LE LINTEAU TECHNIQUE DU MAKOSSA ................................................................................................. 43 1) LES FORMULATIONS RYTHMIQUES................. 43 2) L’ORCHESTRATION DU MAKOSSA................... 46 3) L’ACOUSTIQUE DU MAKOSSA........................... 48 CHAPITRE II : LE LINTEAU ESTHETIQUE....................... 51 1) LE MAKOSSA CLASSIQUE................................... 51 2) LES FUSIONS .......................................................... 51 a) Les fusions avec les rythmes locaux..................... 52 b) Les fusions avec les rythmes internationaux ........ 52 CHAPITRE III : LE LINTEAU CHOREGRAPHIQUE ......... 55 1) LA SYNTAXE CHOREGRAPHIQUE DU MAKOSSA......................................................................... 55 2) LES INNOVATIONS ............................................... 57 TROISIEME PARTIE : TRAJECTOIRE HISTORIQUE ET MISE EN PERSPECTIVE DU MAKOSSA........................................... 59 CHAPITRE I : L’AGE D’OR : LA MAKOSSA MANIA ..... 63 1) LE TEMPS DES PIONNIERS .................................. 63 2) LA MATURATION : 1966-1976.............................. 65 3) LA GLOIRE ET L’HEGEMONIE DU MAKOSSA : 1976-1986, LA MAKOSSA MANIA ................................. 67

7

CHAPITRE II : LA CRISE DU MAKOSSA .......................... 77 1) LA RATIONALITE DE LA PUTE : MUSIQUE DIASPORA ........................................................................ 77 2) LE MAKOSSA : UN GEANT AUX PIEDS D’ARGILE.......................................................................... 78 3) LE « TSUNAMI » ECONOMIQUE ......................... 82 CHAPITRE III : LA RELANCE DU MAKOSSA .................. 85 1) LA FORMATION..................................................... 85 2) LE REBOISEMENT IDENTITAIRE ....................... 86 3) LE FINANCEMENT ET LA PROMOTION............ 87 CONCLUSION ................................................................................. 89 INDEX DES PRINCIPAUX ACTEURS ..................................... 91 LES MAISONS DE PRODUCTION ......................................... 125 LES PRINCIPAUX ARRANGEURS ........................................ 127 LES STUDIOS D’ENREGISTREMENT .................................. 129 MAISONS DE DISTRIBUTION ............................................... 131 BIBLIOGRAPHIE ..................................................................... 133 Articles................................................................................... 133 Dictionnaires et encyclopédies .............................................. 133 Mémoires et rapports ............................................................. 133 Ouvrages généraux ................................................................ 133 Journaux et magazines ........................................................... 134 Emissions radio...................................................................... 135 Programmes télé .................................................................... 136 Webographie.......................................................................... 136 ENTRETIENS............................................................................ 136

8

PREFACE Regards esthétiques et stylistiques sur le Makossa : comment lire Jean-Maurice NOAH Mathias-Eric OWONA NGUINI Jean-Maurice NOAH, spécialiste désormais établi de l’étude des musiques camerounaises, vient à nouveau de s'illustrer par un nouvel ouvrage dédié à ce champ ; lequel ouvrage est intitulé : « le Makossa cinquante ans de vie » (analyse génétique, structurelle et perspectiviste). L'auteur s'y consacre à une mise en perspective ethnomusicologique et historico-culturelle de l'évolution esthétique, artistique et technique du genre musical de fondation camerounaise qu'est le Makossa et des différents styles qui y sont liés. Il est alors question pour l'auteur de s'appuyer sur sa formation intellectuelle aux sciences humaines et sociales pour éclairer de manière aussi bien réflexive, positive et structurale que : phénoménologie le parcours génétique et métagénétique de ce genre musical. L'auteur mobilise et organise de manière opportune son bagage intellectuel, philosophique, littéraire et socio-ethnologique pour explorer l'univers esthétique et technique constitué par le champ de création artistique formant le Makossa comme cadre musical justiciable d'une analyse culturelle de ses créations et expressions. Ce faisant, l'auteur nous livre une précieuse introduction à la connaissance esthétique du Makossa comme expression artistique de facture musicale et chorégraphique. L'ouvrage présenté apparaît sans conteste comme une « introduction socio-stylistique et philosophico-stylistique à une connaissance aussi bien canonique que didactique des créateurs et créations du

9

Makossa comme expression musicale et chorégraphique des arts de la scène et du sens ». S'inscrivant dans le sillage interdisciplinaire des « cultural studies » qui font converger les savoirs, savoirfaire et savoir-dire de la philosophie sémiotique et de la socio-anthropologie offre de manière articulée et intégrée les éléments d'une « histoire culturelle didactique et synthétique des arts du Makossa ». En procédant de la sorte, locuteur apporte une contribution éclairante et déterminante à l'analyse esthétique de ce genre musical examiné à travers ses différentes productions et créations qui composent le patrimoine cinquantenaire de ce courant qui a marqué la vie musicale camerounaise et africaine, se présentant aussi comme l’une des expressions emblématiques des musiques du Sud cantonnées par le marché global dans l'espace réducteur de la « world music ». Pour déployer et développer son analyse sociophilosophique, socio-littérale, linguistique et sémiotique autant que ethno-musicologique du Makossa comme expression artistique, Jean-Maurice NOAH a dû lui-même faire preuve de virtuosité analytique et herméneutique dans la composition du tableau lui permettant de dépeindre avec intelligence et pertinence le paysage historico-stylistique et socio-stylistique de ce genre musical et chorégraphique camerounais. L'auteur a alors entrepris – avec un certain succès – de convertir son expérience de connaisseur passionné et intime de la vie artistique du Makossa en expertise sérieuse et sereine sur l'évolution historique de ce courant musical d'expression qui symbolise bien la créativité camerounaise en la matière. Le précieux travail livré et présenté par JeanMaurice NOAH sur le Makossa comme expression technico-musicale et esthético-musicale cinquantenaire s'organise autour de trois parties qui scandent la mise en 10

scène et la mise en récit de ce genre artistique et musical d'origine camerounaise. L'analyse élaborée par l'auteur au bout de son investigation au historico-culturelle sur la vie du Makossa se présente qu’il suit : 1ère partie : au fondement du Makossa – 2ème partie : architectonique du Makossa : grammaire de base – 3ème partie : trajectoire historique et mise en perspective du Makossa. Où l'on voit qu'il s'agit d'un tableau en trois actes qui organise nominativement, expressivement et discursivement la mise en perspective esthétique du Makossa. La présentation triphasique de la recherche et de la réflexion conduite par Jean-Maurice NOAH structure alors l'enquête historico-esthétique et théorico-esthétique que l'auteur nous livre sur la création et la fondation génétiques du Makossa (1ère partie), sur la construction et la structuration archéologiques de ce genre musical (2ème partie) et sur l'évolution et la transformation généalogiques de cette expression artistique (3ème partie). C’est en se fondant sur une construction en trois temps que l'auteur peut mener une enquête pluridisciplinaire au cours de laquelle sa méthodologie intellectuelle et technique entreprend de conduire une analyse qui mobilise judicieusement les apports de la philosophie, de la sémiotique et de l'ethno-musicologie ou de la sociologie des créateurs et créations de musique pour comprendre et expliquer l'origine, le genre, le sens, la performance et la substance des productions artistiques portant l'estampille du Makossa. Dans la première partie intitulée « Au fondement du Makossa » l'auteur nous introduit à une généalogie culturelle élémentaire du genre musical Makossa. Pour ce faire, il s'attache d'abord dans le premier chapitre de cette partie à nous restituer « les dynamiques l’intérieur », explorant alors « l’ethnogenèse du Makossa » dans les territoires sawa des « Codstal Bantu du Cameroun ». Ensuite, l'auteur consacre le deuxième chapitre de cette 11

partie à élucider les « dynamiques externes », analysant ainsi l’ « exogenèse du Makossa » dans une perspective qui s'attache à saisir le jeu des influences extérieurs qui ont permis les hybridations productives dont l'apport est décisif dans l'émergence de ce rythme (influences africains du high-life ghanéen et nigérian, de la rumba des deux Congo, influences afrocaribéennes de la biguine, influences technologiques occidentales). Dans la deuxième partie dénommée « l’architectonique du Makossa : grammaire de base », l'auteur mobilise utilement « sa connaissance de la sémiotique et de sémiologie structuraliste » pour la reconvertir dans l'analyse philosophico structurale et socio-structurelle du Makossa selon un paradigme d'inspiration linguistique. A cette fin, l’auteur étudie d'abord « le linteau technique du Makossa », s’intéressant à une musicologie tournée vers l'analyse de l'instrumentum musical du Makossa. Par la suite, l'auteur examine « le linteau esthétique du Makossa », s'intéressant à la créativité rythmique classique puis fusionnelle du Makossa avec des rythmes camerounais (Mangambeu, Bikutsi, Ambass-Bey, Assiko) et étrangers (fui, disco, seul, rampa, high-life et biguine). Enfin, Jean-Maurice NOAH explore le « linteau chorégraphique » du Makossa, s'intéressant aux expressions corporelles associées à la création musicale du Makossa. La troisième partie intitulée « trajectoire historique et mise en perspective » se consacre à une contextualisation historique des différents âges du Makossa en tant que production artistique de type musical. Ici, il s'agit d'une mise en chronologie de l'évolution du Makossa comme rythme musical d'abord saisi à travers l'évocation de son « âge d’or » correspondant au temps de la « Makossamania ». Il est ensuite question dans le deuxième chapitre de cette partie 12

d'une évocation historico-culturelle de la « crise du Makossa » qui met en lumière le temps de l'affaissement artistique de ce rythme musical. Enfin, l'auteur évoque dans le troisième chapitre de cette partie « la relance » du Makossa. Le travail de Jean-Maurice NOAH entend signaler le sérieux de son investigation historicoculturelle sur le Makossa en offrant un répertoire riche qui fait la recension des producteurs, produits et productions de ce remarquable courant artistico-musical camerounais qui a su concilier le génie camerounais venu des terroirs sawa avec les savoir-faire venus des Congo, du Ghana, du Nigeria, des Antilles, des Etats-Unis ou de France et d'Angleterre. Il en a résulté une originale fusion mêlant Assiko, Ambass-bey, rumba, biguine, Soukouss, Kwassa-kwassa, zouk, disco, rock et funk, pour faire du Makossa l'un des rythmes les plus créatifs d'Afrique, dont les sons traversent le village global qu'est la planète musicale.

13