Musiciens, religion et société dans les Andes au XXe siècle (Pérou)

De
Publié par

L'auteur de ce livre est un artiste musicien, héritier d'une lignée de maîtres de chapelle cuzquéniens, et formé à l'anthropologie dans sa ville natale de Cuzco, puis à Paris. Son objectif n'est pas de ferrailler avec les historiens et musicologues du monde andin, mais de témoigner d'une pratique musicale à laquelle il a été mêlé depuis l'enfance, en soumettant la singularité de l'expérience au "regard éloigné " de l'ethnographe.
Publié le : lundi 1 octobre 2012
Lecture(s) : 24
EAN13 : 9782296507791
Nombre de pages : 378
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Msucieigion et ns, relinad el sicos été xau sxeAns s de)ueDéPor e( èilcla pans ix ds voerbmonéPoo e : ©Egpe e ove  e oñeso Pe Ve z.P e’ges b c o e à de.  g oz0891a c ,oo), Eae (ve oe: V fo B),oov (zP oP eooo c ce) ee e(a o-51806-0e«0 ,536os é e pp (o).p: 9 sinB3-63872-  eevp o ,ov à o l’h op ovp b ,op e egvo e e ,oveop e gà o eP o o ,e.oo seo e  e ,e  e  e ,zo ve E Po P ,ef oà  ’ee zeî e e p’  egee  ob. so à Ppo ,c z ee e v  egoopooog e oeev e  ee fee’p ej f à poe e ev eo o à e  vi. o e’ egoe e  o o , ê eb ev ee eeo  g ’e eepx «  e eg»  gope e à ee   ê  pe’ fee, e  ,eoo oppe pé atelà fific iide, stiqunalye ae l .e egop e’e  e obe,  eo lcPie t esz PaeB euqirnisteolonrès . Aplogotenh tiveue sius m àtraîerisrilbuq , li’ér a pfe e c .E»x et erèapCue o,zcetbou unva s riorsité a l’unive obAdad nnAotind’é ltcufaa l àed eigoloporhtnanivees étuddes énse semiaersrti setdutée secs nncie sesiaocs lelogoei coaielà l’École des hau )0102( onhte neete giloophrnt atsre nam30 ) 0 un puisoratdoct latrciaPir.sI anly, à quai Brésumud eehcr ud rdeheecemrtt enéapa urotaodtcost-un pent llemeutca esilaér li, s)riPa, SSHEros. La producti« P uelpsee téh) SSr su tlemehè opiRNC(te SEHE on »satiMasc du d a’sssuacinémirhercheeccero P «’l à epir ed exaer un didéveloppcnti é àenl a’i ra ttidireféesntertnfid golae eu le Avecde. mon sudacelumisno sé éta l io,lcilP ailimaF epuorg smiganiiaer smaon artistique denemeum ticis ,neicérnsai. »alÉgnid uesnuvi e’lexpéson ce arienalupop eidna eri ldes erqusimua raP sumktnesua é(eHoiz)r Nice euf seitavnoet ,elique conl de musaB ed eniaropmetAln er,tensMüd r E c h E rc h E s

m

r
i
q
u
E
s l t i E s

r E c h E rc h E s

m

r
i
q
u
E
s l t i E s

P e e C e e

E  e P P






P
D p

ng.eelamviin àtéar pciti repf uaitse lavWorld Music Expoe n0240e tuaF lvatiesIml’e derianigasiraP à 2005 en s’e. Ilageltsé p éremtn

Musiciens, religion et société
dans les Andes au
XX
e
siècle (Pérou)


Des voix da

ns la pénombre

























Recherches Amériques latines
Collection dirigée par Denis Rolland
et Joëlle Chassin


La collection
Recherches Amériques latines
publie des
travaux de recherche de toutes disciplines scientifiques sur
cet espace qui sétend du Mexique et des Caraïbes à
lArgentine et au Chili.


Dernières parutions



Margot ANDRADE,
La Colombie et la France. Relations
culturelles XIX
e
-XX
e
siècles
, 2012.
Christophe BELAUBRE,
Élus de Dieu et élus du monde
dans le royaume du Guatemala (1753-1808). LÉglise, les
familles de pouvoir et les réformateurs bourbons
, 2012.

Morgan DONOT et Michele PORDEUS RIBEIRO (dir.),
Discours politiques en Amérique latine. Représentations et
imaginaires
, 2012.

María Fernanda GONZÁLEZ,
Hugo Chávez et Álvaro
Uribe ou La force des mots
, 2012.
Sophie DAVIAUD (dir.),
Amérique latine : De la violence
politique à la défense des droits de lhomme
, 2012.
Sébastien JAHAN (dir.),
Les violences génocidaires au
Guatemala, une histoire en perspective,
2012.
Marie-Claire ALEXANDRINE-SINAPAH,
Itinéraire dun
esclave poète à Cuba. Juan Francisco Manzano (1797-
1854), entre littérature et histoire
, 2012.

Fabrice PARISOT (éd.),
Alejo Carpentier à laube du XXI
e

siècle
, 2012.
Karim BENMILOUD, Alba LARA-ALENGRIN, Laurent
AUBAGUE, Jean FRANCO et Paola DOMINGO,
Le
Mexique. De lindépendance à la révolution. 1810-
1910
, 2011.




Enrique P
ILCO
P
AZ





Musiciens, religion et société
dans les Andes au
XX
e
siècle (Pérou)

Des voix dans la pénombre




Préface de Carmen Bernand
































© L'Harmattan, 2012

5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris


http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-336-00618-5
EAN : 9782336006185




À Liduvina et à Reinaldo

À Manuel Pillco
In memoriam

Remerciements

davJeo isr ouachcaeiptet é redme erdciireirg etr oucte ptarratvicaiull ièarveecm etnat Carmeénr êBternandde
cCoennftiraen cde,e dree chmeracvhoei r sauird él e à mleo nmdûe riar meét riàc alien nmt[ Cednereirnm taà] , bid eenevt. enLue
Mascipo, ma offert
clarifier et ordonner lem ecsa drper inincitpelalleecst uiedlé easu. Sseeirng e duGqruuezli njsakii peut
sCoaurtemneun etS aLlayzdaira, Rmoebimn bres ded éce laborea tsooilrsliie ,c aitumdDoeé npctao rngtseetnamtnietnmet ;e dnjeet
ma ai avec un
les en remercie. Me
jl'aa di éRpeuc hemrecnheer eàt tdeer slm' rEee ncmseee irtgcrniaeevmamiele.n ntJt se dvruoe nmMt euarsucéisee dCuué saQr uIatii eBr rqanuil y moùa
ion des textes quechua et pour s
aéqiguai l empmooeunnrtt léaà t tér aZpdroéuilccait euMas eecsn otdnoosuezital l aé uqe utl io,o ng dué tàr alav afilo.i séMea s gssr uagtdigtee usdtcieeo tvntsea
depuis les d but
aventure, en 1996, m rient judicieusement
et amicalement. Cest sous lattention et avec les enseignements de
lUniversité Suars Jorge Flores Ochoa et Ricardo Valderrama, de
rmecesh eprcréhocfeie aslase egmeernnm t éAF, injdteeo ll neSisoa nreaAbmbreiaard,c iRed eod bee Crltueozu crEos s, cqoquinuvsee eli,ll si.A déJbeee l rdeGe marcereritcdtioee
tteéot muto Rsiigpcnaargdeos , aCinassit rqo uPAibnetlo , Ropzoasu rq uli eumr a daiisdpé oàn iébcillaiitréc ire tc erlteauinrs
s
points. Je remercie Alejatnagdér oa veHcu ammoia nl,e Modesétroi enCcuebs aa ients i Lquuise
Aldazabal pour avoir par urs exp
tVéimctoria Arana, Beatriz mUosnc ap èreet, RFeeilincailtdaso PBilalsciloi,o popuor urm alevuorisr
oignages. Je remercie
ouvert les épgoalretems ednet cet unirv edrés,v oaiilnés il equurse pmluos nl ooinntclaei nsV asloeunvtienn ierts
mDae st aanmteis Narcisa de mmaovnoti aidé pour la réalisation de ce travail :
Caroline Magny, Ibtissem Ben Dridi, Federica Tamarozzi et Jean-
Fmraonnçto iasi dBé erà t Counzt cor e;l uP eled rtoe xVtei o; lleR emnaat oc éCdaé ceres et David Peña
gentiment certaines
des photographies qui accompagnent le texte. Enfin je remercie

9
ns uils on
ttlOeeaxxdpttieelp. eu a iEie ntpn sfeiFi rrnqam, unraeiç neJoenoins ë tdl leHde taIloCln uhgptar oiscsduei lrnda l oepnsno tac uulorr raasriamet lcoéettiucéort upar o iels qlsduieb mlleia nsvéaencrtss ei asl opepn pas fooirunttaéileeesn daeuut
ges.

10
Préface


livrSe ailumopnosr tlaens t,É vdoituioé nàs d céodsemo rlpmlHéataiesrr ,m cvaltoatisarsien q àup ecosou rrr siuagrve ro ilsrau rp umceburlsitiéaq iuncsee
uri,e rE ndriuqnuee liPgilncéoe Pdae z, measîtt raevs adnet
tccpohoouliaotnp tnesuli,la nel elca erasut uzi sqotPueuéé vrnrmoiaeuug.nse iss,cS ioeentn ,fà aouhrtéPemraiérti sà. lSaontnhropologie dans sa ville
natale de Cuzco, puis objectif nest pas de
fmerêrmaiel lesri asovenc tlreasé vhaiiislsi toéonbr.ireannsl ee tq um eulàqs iutcéeoslm ocogeiugretniste rud dud esm ueotn idem panosdei nà,
ne pratique
ssmoouuns mitceaotlutear ntàu lnale a siqrnugevulllea riitlé Idal e lvéietséxe pémriêelné ce daeup u«i sr elgaerndf aénlocieg, née n»
tédrei plAleeu t rhadnpéopgorratp éhime.o tLioe nrnéeslu, lrtimsaetu rs.ei scta l reetm aanrqaluyatbilqeu, e,e nsi rdaiifsfoicni led uà
éttaobnlniré, qpuabri ul tca,e riélc uasdys rie a à cemhura îétltai enp airomispsoes. é Laeu xl ecPtéeruurv ipeonsu rrpaa r êtlerse
conquistadores et surtout, par lÉglise
smièucsiq, ulee, à lamour du Dieu véritable,. pDoèusr llee s mailmieeun edr,u pXarV lIa
e

le s documents produits par les Ord
les Jésuites, par le clergé séculier et par rleess mauetnodriiaténst s,v ipcaer-
royales signalent les dons des néophytes pour
iênsetsrumental et les chants. Ces performances sont liélees ajueuxu
f t religieuses, notamment celles de la Semaine Sainte et d
Cuocrcpèudse nCt hàr isutin. rCyetsh omcec assioountse nnue sIcoIaIrn
e
t eldlèeasi llreeunrfs o prfcaeess ntlite vsi ltesé eslu ileesnse
puisque, jusquau milieu du XV si cle, les
s
socnifalé, rdieasns une société inéégjaoluitairen.c ecs,e slsieso ncs orlpeuorrsa tieomnsb leètm leess,
Lors des principales r issa
co r exhibaient dans les pro
leurs habits, leurs saints, leurs chant e. Les
céthaaitn tàs lhaé rfooïisq useosn ,d ems oIunvcaesm eetn lt ese t dhaanrssem s oeftne isleteiuvre s m ulsai qmuusique
s vocales  furent
11

hispanisés, aussi chelle
pentatonique à l ocbtiaevne , pqaure lpaérl arlgei ssceomnteennt u ddee s lpéoésies.
l
lsbCmérÉeciurlgusltlilaiaqasinreunti sessà,, a tlc«i pooÉianntrsaditmi,de iè nrmsn elideenr seet »s n. m qatji euuèPuuem unneli sôes tsé,ne everaàshm,n isesg téaéàol t ireslfiaiae ntni mso rdnue uspnis éqtor. uX nudenvVe ia Ide IselnI ue
e
s c b agostllireaèdsséc olddenr,pe anl leullersaa.
n des Lu r t les tentatives
aLdesm Ccisheesst uqjruuses, tlpeer milvieévnrte sdurE nceris qudee uPxi lacfof iriPgamnzai taipopnso rcteo munm duhénémmenetni.t
Lauteur fonde
ppqaaurri lnlees scohnetar îcphaeessu s rdessed, se a mtregcaxiuhts aemspd eeendlslt east rrcsasuhdiri tviedose,ns sc dovoémchumicmuuenlnééetmss enonrtoa uluevteimlaieusnéxts,
ccahtaénctheeisus rms em.a ctCtureetltse, eenstq upêatses ieotnhnnaonugtrre a pplaha ricqbeu aesq eu meedlnleeés eé
c
ca
a
lu
r
a
t
ip
il
rr
l
e
a
è
s
s t oddueuss
làme sel amp ofbi orniesmts s oldeod ebèsps eca csufosroéns rfdreméte ersi ll eaes rd cpihrniédvsieegsn èten,t e san ioonusnist pqéeluraeb mloeart éf daleçe ocuonr sm dphorynemtn dnlreeess
essituè rsc Iallle ve ealnen tryeea srdsaeo vlrlit,a tqcoautui th pédedrradabuloeer ,re ld pj aurqnsouqcdeiu uelinaàt en mhpoauasrs rija qovdiuue, ers sd.éc ec u vrrieétnse ,ur ooacmuci pduXesn VtàI aIllIae
e

composition musicale, na pas été la seule qui a résonné dans
lceeuts s inceufisn idne s» ,é gqluisee st ocuuàt zaqpumréaontpiereuenr mndeeesn . t mLeup saicrqéllueèreb rb«ea rb«o aqrHouaeqn uaceco »np nacamîhtaa p
qui nest pas
cpholyuprhs ornp iléqar ueb eiea nuests ét ,duannes chlryeéuamtri noel na rnedgleue vel aiÉtv gelrisnea, cculhaainret.é e Spaanrs deeinss
contesteuvté ucseitcale étrangère aàu xl épproaqtiuqeu ecso lodnei allea
dune sensibili m
cpoonpfurléartiieos n etl ocdaelse . paErno isrseevs ainncdhieg, ènleess , céhtaundtisé s li(teutr gjioquuées des
Enrique Pilco Paz, et qui sont également en langue quesc) hpuaar,
sont dune tout autre facture, aussi bien par la construction

12
meuxsiécale,o nq ui eestt badsée e surré clee pt
y
i
aravi
, que dans les contextes
d cuti
incontestablement chrétiens et péornu.v iensC e sl autcehuarn tns ous smonett
eoCnfhf raagnnatérdsde ela ourc s oCdnhetrsri es
v
t
e

l
lo
a

d
uu tài llias atViioen abusive du termec odmImned iuenne.
as
religieuses, ils sont conçus
eunn qgCueeent crohe uupva,ar raqtgiueci unélioteauris t dlaievb rsmee nudts oijqnruucgs eeq u.u sn aàec ripénrefé,os relenmst a ctdiheo anln thpsi rsléticotiiuerrueg siedq esu uleasr
musique. La raison en es
spéacru llaei rbei. aiEs ndrieqs uem uPsiliccioe nPsta zas icdtméucperlliest, : mdiliésnp uontseii etsauoisrneetsm aedcnctue lnseseis brmléeisss esaiqouuxne
ment des appartenances, la
cedoen tmitpémas tuitsbieicllliieutnréi sq,e uneltser, e lfelsoe sn Actpmiouusns.i nqeCueess hoyffmernteess ,aéu bCorhérist et auexs
la s dans d
lpeaurro icsosenst rriubruatlieosè nc plàae r.l dLueensui vrg eesrnus sr cvphilruést ieémtné,o dnpeosotssneist,b lpqeausi daipsppaorrut aiàe lnat
fin du XVIII
e
si e a
aarptpisotretsa nnte ddaénpse nledsa iedénetm pemauesrr ecésconovméeisq udee mleannt idme altpiaa oracncra teti ehstqté iudqdereu a lellesea,s,
mais de leurs activit s antiles, artisanales ou
pri
joie. Ajoutons que cette permanence remarquable est un
de nez, voire une forme de résistance », au projet rationpied
«
pdeosp eueLnlcuauciaror, m eniisntnè.re sr eiesvIustli, xe e nqf«àa n u
h
uiep
a
dl
p
nnru
p
aas
y
a

ri e
b
ga
i
upu
r
t
t
raet
h
ssre
d
n
a
lrr
y
aedé

rp»upe rsi iesésintle eéts ào dnsXnécXéuIél
e
lasriièésicenlrse . leApsv oecurr oyqaaunlicsuetnse
mal dans le sanctuaire de
Huan es p er c finesse,
lgéanutérations et, par conséquent, sur ces uqr ulee j ed pcearlçaogies csoocmiaml ed leas
solitude des derniers chanteurs.
B eaéucoup nodtaaumtrmese nat slpeesc trse liatmiopnosr teannttrse sloesn ti nastbrourdméesn tds adnes
cette tude,
eurs le plaisir de
ldmeésu gsasigaqevu oedu eerte rl.e uPr oumer a eîstctro en,d culmeu ariàes , l jaej el qauidsêisrteae i sae uxqixs utleee cnlttiéelmleo tiqoun Enqruiiq usee
ce livr

31
iedqPtimiu slesdpccoroahe nnsunss maia loènad nncesepes sé djéncutehorsnaamqfnnuabtgnsrae teus, r. edqlebiu goaliuaen tud,c xai tla sfhaeiénnnd str edacnlehed ,ie tdrl ceopshn oenvure orr ià lx a ud pinpsr rsoeisnemmoniunsèl rceereà r f dsoeeeinsss


Carmen Bernand
Professeur émérite de l'Université de Paris Ouest
Membre honoraire de l'Institut Universitaire de France

14
r«é sLidiem ppaos retan neclel e-dme êlam em, umsiaqisu ed annes
le moment quelle produit. »
Frank Zappa

Un matin de janvier, j'ai reçu lordre de prendre mon violon et
daccompagner mon grand-père. Déjà sur le départ, il mattendait à la
porte de la maison, fermant la housse de sa harpe et soccupant de
charger le
pampapiano
[harmonium portable] sur le dos du
taytacha
[porteur]. Jignorais la nature et le lieu de notre destination
et je dois avouer que je navais aucune envie de le suivre. Quelques
minutes après nous avons quitté le quartier de Santiago où nous
vivions. Passant le pont de lAlmudena, nous avons continué par les
rues de la paroisse de San Pedro et après une brève ascension
éreintante, nous avons finalement débouché sur une petite place, cur
du vieux quartier de Santa Ana. Il y avait une grande fête, une
multitude de gens conversaient, samusaient et buvaient autour de
léglise vers laquelle nous nous sommes rapidement dirigés. Passés la
porte de léglise, le silence contrastait avec la gaité qui régnait à
lextérieur. La faible lumière, provenant des seules bougies, me laissait
percevoir le visage de personnes en prière ou contemplant limage dun
Christ sanglant. Une personne dun certain âge nous attendait ; elle
nous aida à nous décharger des instruments pendant quun groupe de
vieilles femmes sapprochait pour nous saluer. Dès que nous fûmes
installés sur lun des bancs les plus proches de limage du Christ
sanglant, les musiciens commencèrent à interpréter une musique
difficilement compréhensible pour moi. Les voix aiguës des femmes qui
se firent entendre peu après ne firent quaccentuer ma confusion, elles
sapparentaient plus à des cris quà des voix chantées. Je ne savais que
faire avec mon violon à la main alors que les enfants et les adultes qui
nous avaient entourés mobservaient avec une grande curiosité. Très
impressionné, je me voyais encerclé de personnages étranges. Introduit
contre ma volonté, jessayais de mévader dans mes pensées. Il était
difficile, pourtant, de ne pas se rendre compte que la musique rendait
le visage de ce Christ beaucoup plus dramatique, que les fidèles se
montraient visiblement plus exaltés spirituellement. Le premier choc
passé, déjà envoûté par latmosphère, je me laissais guider par cette
musique dune rare beauté dans un voyage sans retour. Cétait le 2
janvier 1980 dans la paroisse de Santa Ana, à la
velada
[veillée]
15

doffrandes au Señor del Cabildo, également connu sous le nom de
Señor de la Caída. Javais onze ans.
Durant les années qui suivirent, jai ainsi participé à la vie
musicale des églises de la région de Cuzco, de la cathédrale à léglise
dAndahuaylillas en passant par dautres sanctuaires moins
prestigieux. Enfant, jescaladais les clochers de ces édifices, jexplorais
leurs recoins les plus froids, les plus lugubres et poussiéreux. Jétais
troublé par les orgues abandonnées et captivé par les toiles et les
sculptures dans la pierre ou le bois. Mais surtout je prêtais une
attention toute particulière à ces hommes et ces femmes qui tentaient de
se rapprocher de Dieu. À la lueur des bougies, dans les fumées
dencens dont je peux encore sentir lodeur, les personnages  sculptés
ou peints sur les murs  prenaient vie. La musique venait sajouter à
tous ces éléments ; en tant que musicien, à mon insu, jétais un des
acteurs de ce spectacle. Inévitablement, jécoutais les monotones et
interminables sermons des prêtres. Jai grandi dans cette atmosphère et
avec la musique qui laccompagnait. Jai également grandi avec la
musique classique dans le cadre de ma formation musicale formelle.
Puis le jazz est venu occuper une place importante dans mon horizon
sonore. La diversité de mes goûts musicaux ma prédisposé à essayer,
par la suite, un large éventail de pratiques musicales, musique
traditionnelle, orchestres ou groupes de rock. Jai rencontré des
musiciens issus de milieux sociaux différents, appartenant à des
groupes musicaux différents, engagés dans des logiques elles-mêmes
différentes. Toutes ces expériences mont amené à penser, au cours de
mes études universitaires, quune musique  traditionnelle,
« alternative » ou « savante »  était profondément liée à une attente
sociale spécifique. Tout particulièrement dans un contexte religieux, la
musique favorise les interactions entre les hommes et le monde
surnaturel. Héritier de cette tradition musicale, jai été contrarié de
constater que

les chants religieux en quechua suscitent peu dintérêt
auprès des non-initiés malgré leur intensité émotionnelle. Cette
musique prend vie dans des églises presque vides qui symbolisent le
silence social dans lequel elle est reléguée. Cest pourquoi j'ai entrepris
de la faire sortir de la pénombre, de dévoiler les contextes dans lesquels
elle se déploie.

16

Carte 1. Département de Cuzco

17

Cuzco, le diocèse et les paroisses

du

nDe' usnu rpfoaicnet ddee v7u 2e 0a0d mkiilnoismtrèattrief,s lec adrérépsa,r tceommenptr edned Cuzco,
ut de la forêt amazonienne nàt usen et raoltuivteu dàe 6 m3i7n2imm,a lee de
5edup3énrnb2n o evpmiigen. éucs Ce,s e mtdtoeoetin nrts éc legeind otu pn ohqciunouitat mr ctp udtiles mte2riin5ncv7ati sr 5oé4nt3 a 1gf hoé1sar7 b0mie ta0nat0tin0rqt es h al[ebdsio tansPnnotéésme trsdm eto iednzlteetse
le'sItn setnit gurt anNdaet ipoanratli ed eu rSbtaaitniset i3eq t 4uc0eo 0 entmc e Inndt'raéltei tduans ulea dpuré oevinraconeus ]d e
pCruozvcion.c eL ad uv ilmleê mdee nCoumz ceos t [le siáèng, eS amné tJreoópnoildimet]ao isni tdues ddistrictlsa
de Cuzco, Santiago, San Sebasti r et Huanchac,
autour desquels se trouvent les sdtióstbrailc,t sS adnet aC cAonrac,a ,S aPno rPoeyd reot
Saylla. Les paroisses de San Cri omme la Cathédrale,
dAapnos slteo l diestt rSiactn dBel aCs usze ctor oduovnet nlte, tpoéurit mcètre correspondait au
épremier diocèse d'As mjaeén rtifiqearguaoei dAéugp aoSlsuetdo l certé éd eeé nféN r1ue5en3sc6ter
1
.a dLSaeens s auctertetse
paroisses auxquelle ment r
SBteeulbédanse t issáointn ut éecte esl Sledasan ndsJe e lrSeó district itdueé esS arnetsiapgeoc tievte mceelnlte s dñdaoenr sa S ladenes
edvupisinolspleptaa ruggidlcenaitsfto,sfi liodedc enuus l pitm
r
nré
e

d
d
u
icm
c
mgè
i
èe
o
da
n
jnan
e
e e
s
ou., àr meLent ,al [i 'deClmd'aniay osdr ,pt cCoeeocs ortn2suri]ci.roe nonnAen tumrdn eeeeXr sn ltVdha éI a
e
cspb isyioditsèpaat céunlltdemas,et a lirtaofie qonpC rurioéemn sudeerirdno getè nadnnnelestae
l
1

'

e

A

nc

s

te

u

me

l

bl

le

e

,m



ce

on

t

m

l

pe

r

de

i

no

n

c



ns

e

t

7d

6e



p

C

a

ur

zo

c

i

so

s

ee

ss

t

r

éopragratnieiss éd eann sd loesu zper odvéicnacneast sd eq uCi,u dzacno,s
lAa nta, Calca, Urubamba, Quispicanchis,d eArcnoièmayo, Parutréog,r éPe auacua rtVaicmabrio et
Convention. Urnéeg iopanr tdiee Pduees rtdoe uMx aldonadroe,s dee stm iênme qu'uneato
partie des
pAaprooisstsoelsi qduee Cdhe ulam bivilcas appartient à lda éppreénladteunrte ddee laC phruéqlautiubraem dbei llSai cet les
[pdaornoinséseess ddee l'Céavnêacsh, é Cdae nCchuizs ceot] Espinar uani
19

afin d'en faciliter l'évangélisation et la collecte du tribut
1
.
pCr'eoscté daeurs sià dlaéndsi fcice atbiuotn qduees lep avriocies-sreosi pForaunr cliessc oI nddei eTnos lesudro lfeits
anciens quartiers incas ainsi quà l'établissement d'une paroisse
Cette politique eut pour r sultat une concentration
spoouusr lel ecs onEtsrpôagnols et làes éNoirs à la cathédrale d eaf uoxCr cupézleac codé
2
es.
population allant jusqu' quatre cents groupes famili

cacique
ou chef principal. À chacun de ces
petits villages léet adi'tu négalement assigné un
doctrinero
, c'est-à-dire
un curé chargé d'enseti gcnoenr stlietsu éreudims enptrse mdiuè rcehs ri«s tpiaarniosismsee.s
dC''Ienstd ieanins s»i, qeune feusrpeangnol
parroquia
s
s


le
de indios
aussi appelées
doctrinas
.

Carte 2. Les premières paroisses de Cuzco

Les premières
parroquias de indios
ou
doctrinas
furent établies
dans les secteurs de Colcabamba, Carmenqa, Toqocachi,
Cayocachi, et de Qolqanpata, durant la gouvernance de

1



V

i

c

e

n

t

e



d

e



V

a

l

v

e

r

d

e



a



é

t

é



n

o

m

m

é



à



l

a

tête de l'évêché du Pérou, avec siège
à Cuzco, précisément avec le titre de
protector de naturales
[protecteur de
naturels] [Manuel de Mendiburu,
Diccionario
Torres Aguirre, Lima, 1890, VIII : 249 - 26
H
0.
i

st
C
ór
i
i
t
co
é
-

B
p
i
a
o
r
g


V
fi
i
c
l
o
l

a
de
n
l
u
P
e
e
v

a, IUmrtpe.a gDae,
198
r
2
d

e
:
n
3
a
]
n
.
z

as de la Ciudad del Cuzco
, titulo XVII « De las parrochia é pa
2

O
s » [Cit r
Villanueva, 1982 : 4].
20

1560
[flcS'uRoeétbov maêwcsqmrteiéue,á é eJn1e o9F»8àh r 1ana yC:u Rj2oJolo3uc]uwa.ar nbedE a'lnShem o urblpiéa raa nélpicloltia usé ,esO p ,i .alcu Pro.nno ' ni[ssyn1se aue5u 5el p «9q a]cd
1
su. oe ae rmLutS eima ednre
2
a , n
2
Fs

Sm a
j
aca
a
bniei
n
stá t
v
Snpe
i
e l
e
rube
r
ésa tigs eitSiouáarnnns,
IpEnenct ia1t s6Y 9vu0i,pl laoangn qespu.i o, uDfvuoatin t nJcouomannsm taSét oe
a
nr
lc
a
a
q,
l
u
de
pe

e
d
lt
e
ai

t
i
-p
n
f
d
ai
i
lr
o
so
s
id[saes eu lt'doeer miStpaé endr 'eSIuenrb daiTsetuniásp]na.
sEes pcaogmnoplo »s,a ict o«m dme e clien pq récceinsatist lâem ceus r»é dete lial pna'ry avait « aucun
ianpdrièqs,u lâet 6a ufsésiv rnliqeerax,, i sflt'ueatn nfccoei endnd eé qe« u l
s
aa
i
r
e

t
t
e
pi

ea
h
rr
a
o
z
ii
i
ns
e
sc
n
e
d
a
a
d
s
s

ie»t
2
u.S éa Qnosituusares le lAqebun ieaec nhts eeuqmrmu i'lpinesl
sdmiete e
c
n
a
da
ñ
en
a
t
r

e
C
s
a.au r CCm'eehsitn cphoauyrsquuyoui letu hna bdiet és epsa rp luuns cnéolèmbbrrees ihmabpiotratnatns,t
Frangcèinsceos Clohyilaclehse , acuacxi quEes pYaguncaolys ,e t fcuot mlam apnrdeamnit èrdee s atruotourpietsé
indi
iCnodimgèmnee l'diénsdigiqnuéee lpe arr alpeps orcto ncoqumismtaadnodrés e[nR 1o6w8e9, p2a0r0 l3' é: v1ê3q6u]e.
de Cuzco, Manuel Mollinedo y Angulo [1674-1687], la
pd'aIrnodisiseen sd e rSéapnatrat isA nad acnosm prneenuaf it
a
u
y
n
ll
e
u

s
n: om« bCrehuisnec hpaoyp ulsautiyoun,
Chasquero, Yanacona, Cincuenta, Caiao Quispi gfuéavrrai,e rP o1r6o5y0,
fCuth aécghalaepmoyean,t fHoanndaénes laay ap, areot issHeu drien sSaayna B»l
3
a.

s Ldea n6s le secteur de
Tocto Cachi dont laut6o]r. itPée iunpdiége ène fut confiée à Don Felipe
eYt ndgeas [mRoétwise, , la2 0p0a3r :o i1ss3e adien tS aAn ulBgluassvt ieanrb.s r i1tD6ai9at0 p crpiènasr q ldeb eésrg auEpisnppaoagrgens oelts
un couvent, celui de S t du


G

r

â

c

e



à

l

a



g

e

s

t

i

o

n



d

u



li

c

e

n

c

i

a

d

o



J

u

a

n Po
1
lo Ondegardo, et provision du
vice-roi Don Andres Hurtado de Mendoza, Marquez de Cañete du 28 avril
1559 [Esquivel y Navia, 1980  I : 197-198].
2
[f. 6] Dor. Pedro de Vega Cura Rector de la Doctrina de San Sebastián, in
Villanueva, 1982 : 219-220.
3
[f. 8] Don Ju. De Herrera y Castro, in Villanueva, 1982 : 222-224.
21

curé de la paroisse, celle-ci comptait également quatre
ayllus
:
« Collana, Urincozco, Hatunayllo Incacona et
ayllus
étaient à lépoque habités par 197 «
In
C
di
a
o
p
s
ac
n
»
a
.
t

ur
C
al
e
e
s
s

ar s
»
le 26 f
Les Espagno rent Jua
t
c
r
r
ib
é
u
é
t
e
io
é
1
.c aLléleasv rpain aeoérr oméi1 s5mtsr6eèa a0d cnesesf umérNr eaéolns'ette rpenmaàl cputDlUsua asectlcnmae adredmrd me,eod ailentvyast e t arpRdd saeeo Pr iosaCs insadaas eyce a faBu ode encl odéCBanamte cilfhmoéuinnte.
autorit lo . Lempl
nd'eo rcigoirnree s; peollned totutefois p le le XVII
e
siècle
2

[Rowe, 2003 : 137]. Cette paroisse « comprend cinq maisournés
d'Espagnols, pauvres et sans revenus », notait en 1
de Belén dans son rapport à l'évêque Manuel M6o9ll0i nlee dc
Angulo. Cette paroisse comprenait également une importaon tye
population d'Indiens répartie en quatre
ayllus
: « Collana,
Urinz . La paroisse de
Cristóabyaal , fGuimpillay, et Uscamayta »
3
est là que Pa uSlalun
Inca, frère udt e érMigaénec ole I2n9c af, érveriçeurt 1le5 6b0.a pCtême, en prenant le
nom de Cristobal Paullu Inca en l'honneur de son parrain
de
iéSCntaarcniiat s. t tCoErrbèlilssae tl a óatVtbvaaaaclci tah[ ééAdet enéà g fCllaoea snls,it dgr1éno9e.é 9 es9L u da:r e s2pl '3aedr6em]or.i pnslsiÀaee crlaes odmdroieirpgnitigtan e edaa,iun n tcsseC it dtoleele c lapneamormpompiaistrsaee,
'
[l'aauntcoireitné s liongedimgèennte s] den omMamnécs o paCr alpeas c.E sLpeasg n
a
o
l
l
c
s
a

ld
f
e
u
s
re
d
n
e
t


i
D
nd
o
io
n
s

Alonso Sayre, Alonso Tito Atauchi et Don Juan Sapaca.


1
[f.15]Dor. Don Gaspar de la Cuba Maldonado, in Villanueva, 1982 : 233-
l'église eet nà rtaoisuoten lad esp ardoéisse
, lemplacement original de Caya
2
laqap2D  uur3eIero4ealm a. nvp idt ptropre lèqaeasps rcp uupaerlé îirestmsê es et eupsrqrn vaeeurte ec esdn hl aa ecelm ntre1sas uc9 étehlit4élsree r1 sai,md enqeleds elu fleelael dsarer e tsRt ni p 'eocalarseui w'rteeoiate sinects tt os uaenppen talr dnlsoe eépd éeemt-uBrléeiàe tmn l aétiàb sen ocn, o dnuedn1 nan6evnu5 ét 0ier cmisof ipdemaor,rnm tsea cl noetCsne to frropairiupréialesltueea mns. CecqBneag uitcâe 'dhtinlàei.s
fragments de céramique inca et coloniale [Rowe, 2003 : 138].
3
[fs.11] D. Martin de Irure, in Villanueva, 1982 : 227-228.
22

Alonso Titu Atauchi était le fils de Titu rAètsa ulec hria, pfprèorret de
Huascar [Rowe, 2003 : 136]. En 1690, dap
curéart iedrus
suiv andtes :l a « pMaraociasñsea, cSaaunr i,C rVisatióllbuanl cac,o mYparuellnaacita nlcehs i, quTambo
pmoapcuhlaait,i onP atuoctaarlpe atdae, 2[ e2t0] 0 Cpehristoa n»,n ese tc ocmopmopstéaei t d'Ipnoduióre nsu nete
fd'Espagnéoéls
1
. Les paroisses de Santiago et de San Jer nimo
urent cr es lor
par Francisco des Tdoel lead od.é liOmni tya taiodjno idgun idt iqocuèesleq udee teCmuzpcs oa fpariètse
l
Hospital de natural
[pC1a5hr7ao3ki-si1lsce5 h8da3e]k aS[ aAàn nltigéalpge
e
soo
s
, qeq1ul u9ei9 M 9dad e:ye lvo2'iér3n v9ft]êu .q tl aSuc eerl péoaDénreo ocsnieus s rSeq el ubda'aeens ntc iiSáéeacnnnr idqtP eu seaoLdratrnir oetc.r au uLrdénea
en 1690, la paroisse se
de carrés, plus deux
pu
c
n
o
as
m opùo slaeist Idne d«i esinxs jduer ild'i
a
c
y
t
ll
i
o
o nCs aecnh ofonra meet
vaienlte ldeeu rlsa feprarmoeiss s»e
2
,. lLa e prraépsepnocret ddue
«cc eucrueéxn ti dnâed milq'e
a
su
y
e
ll
d
o
' pInoCduhiroe cnl'ose nnasaetumrbels, étr aknigleorsm èett d'Espagnols ». La
pCaurzocisos e étdaei t Saanu ssJi erpóenuipmloé,e àd 'dIinxdiens. Quatre
haciendas
s'y
res de la ville de
trouvaient vers 1690 : La Angostura, Lircay, Tucuguaico, et
Caira ainsi que deux des msee urreéss : Guta cào ttor oeits Rfaumntilulpesa mepa. La
population d'Espagnol umai t celle
rda'Ipnpdoiretn ds uo criugrién
3
.a irEensf ienn, tlrae pqauraotirsse e cdeen tSsa ne t Pceidnrqo cfeunt tfso

snedloéen elne
1545 comme l« Hospital Real de los Naturales » sur une
«
encomienda y repartimiento de indios
» qui nétait pas seulement un
cy enVtrael vde'radssei, sta1n9c8e2 m[1ai6s4 a9]u s: si 1u8n5 ]l.i euS odne ccounrvé eras iocno [mCpotanbtirleirsaé,s
comme il l'indique dans son rapport, jusqu'à « deux cent


1
[f.7] P.o de Oiardo Aramburu, Cura propio de la Parrocchia de Sn.
Xptoval, in Villanueva, 1982 : 220.
2
[f.4] Diego Carrasco Cura propio de la Parroquia de Santiago, in
Villanueva, 1982 : 217.


3
[f.5] Fr. Joan Chamorro, in Villanueva, 1982 : 218.
23

cinquante Espagnols, métis, Noirs et Mulâtres pauvres et trois
Indiens tributaires dans cinq ayllos, cinq
curacas
et deux Indiens
descendants de l'Inga »
1
.








1
[f 13] P. Andrés de Mollinedo, in Villanueva, 1982 : 230.
.
24

Introduction

Les manifestations musicales qui font lobjet de ceétte étude
se trouvent au cur de la vie rituelle de la cath drale et
dautresse s égléicses cuzquéniennes, principalemenltu s caenllceise nndeess
parois pr
du diocèse ndt eé dceoCnmuczmecneotn.r té ,Jé uvasovqquu'éaeus qdéuib usto ndt ul es XpX
e
siècle, ces
paroisses o
différentes manières, une acetci viutén e minutsiecnasliet é biveanr iasbpléec ifeitq udee.
cpClaoorînotritsresase isre et dmleIesnn tdc ioeaunusvx e ana tusé,tt réle as c poernnadctiietqiinuotee sd éur e lcipagatirheuosliecsi,s mcoe mdamnes lleess
nn e
cCa'eésct hpisomureqs,u odi eu n groupec unoènr ennétg liugneea bpllea cde e ilcam urpcéaostr étacauhntitesceua htrdaisao ndtnes.
t drames religieux et de nombreux
liturgiques en quechua oc p ns
cpelsu s pacréolèisbsreess , pacri tolen st rapvaar il exqeu'milps ley aGcecroomnipmlior endte. POarrém, i
c
l
u
e
r
s
a


doctrinero
dans les huit paroisses dIndiens de Cuzco
ceunr é 158d3 a
[
n
Bd
s
e

é

ycpeèa
l
rs
a
rs odi[osrsMfef , d1e9 93 B:e lé2n1

8

],a vJaunat n dPee

re1zp6 r4eB5n,o

dc

raeén endgeneréane,


charge
d'Andahu

aylillas

a

de son annheim, 1991 : 250] ; Juan Espinoza
Medrano, auteur de l
Auto Sacramental del Hijo Prod
paroIisI
e
s es ièdcel e,éS aanud tee Currli as tdóupb aadrl roaemnter e
Ol
1
la
6
n
5
t
7
a
. etÀ 1688
1

ig
o
o
,u c ulArénptooqn iuloae
Valdez, cur isse de Tinta vers la fin du
cXoVloIniale et pendant le premier siècle de la vla fién delicaine, la
cpoarm pd'oasuittiroesn dper ê
c
t
a
r
rt
e
i
s
ll

as
« eqtu dece hduriastmese s» remliagiise uexin e f urnt opmmuebbnréee àm boiienns
iFmrapnocritsacnot .P aPloarmmii cecs urdéerniers se trouve par exemple Juan
e
R
t
e

y
l
e
e
s


d
M
é
a
b
g
u
os
t, duun e XdXenso ,r ares r edpe rléas epnatraotiisosen sd ae vSeac nd iBallaosg eunetsr eet 1v8e9r5s
e
siècle, qui a mis en scène la
Adoración de los

1
é cCrite sàt laa ufsisni ldea u1t6e4u0r [dEes qlu
A
iv
u
e
t
l
o

s
y
a

c
N
ra
a
m
v
e
i
n
a
t
,
a

l
1

9
de
8
l
0
r

o
[
b
1
o
7

4
de
9

]
P
1
ro
4
s
5
er
-
p
7
i
2
n
]
a
.


y sueño de Edimion

25


chantés en espagnol et en langue quechua dans la pure
tradition des drames religieux espagno
nes grâce nta ucex
càcrdu1-éeho1ndslp]a il .eprr armeéePbt lpéalooltereriier ,ras slte te ouceui
m
anurfrp
a
resu
e
s ag
s
t
t
àbr
r
d lo
o
eluer
s
uss

ev u pnr
d
spde
e
ead ae

sg ru,d
c
e so
o
 c
r
iae
o
sdeaux ssec xe p[cislprelm ariisc aêasmhipîitrtreaboreerrlpse esg s eué «dlns a a edqtseduei us uxoepp cnclaach sihrghi nounan[idinoudBssilsrtitge ]geeèyle sèsiet tn o»rcue qsuor.o du gnimoSi mtrqoép fatuudfoîa,eitsv b,rvé e1lesuic9 slr 8egeps8dunat eétr-:
les bases de la culture musicale des paroisses telle que
découvrons au XX
e
siècle. nous la
rmeléitgAiis euijusosseuu rs edd'neh su qic,ul aedscsahenuss a s loeec sitca laeedssr sele ensu trimeblaoliiennm s edanei st éCepsur, zaptciooq,u urlé ale a mppalurus ipqdauretse
petits commerçants ou petits artisans. C'est un groupe social
pqruoi,g repsasré » reanp proarits ona udx unclea sésdesu captiroonf es«s iionsnunfeflilseasn te« »n '[a De plaas
Cadena, 2004 : 282]. Ce qui explique le fait que leur savoir
circule hors des canaux formels ou institutionnels. Fe
il ipants habituels des
veladas
1
;
laéBognarasnsliélqeieumos', ae qg nuueétsa nv r oaddqnmeeut uee ,sm il
m
lce
e
es
s
aés
t
uc
i
p]
z
rx.iai
a
nr
s
t tDeeircncel oocmnquoutmseqe cuujhréosun,ua ierpsn,aà rDlleee al gdga'r«dVo oiau npVceii evnadsne c domafl iinépdctsaièi tslrla ele»sse
vain cuz
e participants centraux des
homm l erge [Delgado
dans lusage des
icVomivnpafléinséqceruoiné,t sé 1p9ea4 r5 m : us3ic4iens
2
. L ocrhgaanntiss ratarienoltinsg iddeeaeu nxcp s eresol nev csio qnnucdfeeir fcéfqhréiuueieas n oteenessststt
repr un nombre de mig
pris progressivement une part active d r
r es d

1
Je maintiens le terme espagnol de
velada
, pour lequel le terme français de
r«é fvéerilelnéec e» seositt aiun atpepmropsp riqéu,i éstéacnot uldeo nenntér e qluee msao mtreandtu cdtui orne pfarsa ndçua isseo irfait
celui du coucher, consacrée à des réunions familiales ou de voisinage, soi t eàt
laction de veiller un malade, un mort : [
Le Petit Robert
, 2000 : 2646].

2
caStiégcnhailsoatniso tno, ustee froéifsè queà llea teprompeu ldatIinodni einn,d sigoèunvee not uu timliéstéi sdsea nds' luens e
c

ar
p
t
a
il
r
la
o
s
i sdsee
re
26

toutefois régie par les membres les plus anciens, pour la
plupart originairedse sd esa catnicieénnes pasircoailsesse s edne trCeupzricsoe.s par les
La plupart vit s mu
ens, ou par une partie de leurs membres,
scporoinnntf crilépiréaieleess s dàc eo lamm umSseéicmmiaoirnaet iSoanisn tree liegti euà selsa dFuê tdei ocDèiseeu ,d el esC udzecuox.
On saperçoit que ces hommages musicaux ou
veladas

concernent de tdreè st eprrreè]s elte l
S
a
e

ñ
V
or
i

e
d
r
e
g

e
l

os
d
Temb
l
l
é
or
n
e

s
[Seigneur des
Tremblements e Be ; ceci na rien
dq'uéit opnrénsaidnte daàns la mesure où ces images religieuses sont celles
nt la vie religieuse de Cuzco. Ainsi, les principales
veladas
en l'honneur du
Señor de los Temblor
plupart le Lundi Saint et lors de la fête du
es
C hornits t liReoui , pvoeurrs llaa
fsien ddéru oumloeinst de'soscetnotiberlel eamloernst qquuee llqesu e
v
s
e

l
j
a
o
da
u
s
r sà alva anVti elra gFe êdtee BDeileéun.
Il existe dautres
veladas
offertes au
Señ
marquer certaines commémorations de
o
l
r
'

a
d
n
e
n
l
é
o
e
s
t
T
e
e
ll
m
e
b
s
l

o
q
re
u
s
e,p opaurr
exemple, le Nouvetl le Acna,r nlaav alf,ê tlea dêtees d
compadres
[compères]
quelques jours a3v amnai et Noël, le 25 fdéemeb r
C
e
r
.
u

z
D

'
Velacuy
[veille
de la Croix], le c
sont spécialementm èorfefertes à la V ieprogue r dlea Bfêetleé np laotarruso tnrdaeels e l
v
a
e
d
la
feê
d
tl
a
ea
s

de
comadres
[com s] ainsi que
paroisse. Il convient également de mentionner les
veladas

lda' aputarreosi spsae rodies sSesa nbtiae n Aqnua',e lldeus s
S
o
e
i
ñ
e
or
n

ét s
N
dd
a
e u m
S
o
en
i
ño
n
or
d

à r
de
el

a
l
i
a
m

ch
V
pao
a
p
r
r
a
t,a ndcaen :s
celles ayant lieu pendant les festivit
aLCcoocuomrmdpeapsga gneinte e nedtne, Jbhéioseunms .m qauEgene f idnae, u flae
S
çs
e
o
ñ
c
o
n
r
h

ad
d
n
e
i

ftfs
Bz
é
a
r
u
r
r
e
r
e
eg
ln
o
it
s
g ei,eà ullexs é egplniè sleqe rueidlenlceea h guLdeasae
aux san
deux imcatgueasi redsu dCu h
S
r
e
i
ñ
st
o

r
le
de
s

p
H
l
u
u
a
s
n

c
i
a
mept odrtua n
S
t
e
e
ñ
s
o

r
d
d
e
e


l
Q
a
oy
r
ll
é
o
g
r
i
it
o
'y
n, ldees
Cuzco avec le
Señor de los Temblores.


don
des ta nlen eqxuees cshituua éeesst elna ldaenhgoures mdeast earbnoelrldes, ic'mesmt-éà-ddiiartse ldeess hpaabriotiasnstess , doesu
a
c
y
e
ll
u
us
x,
qui vivent aux environs.
27

Musique, métissage et sensibilités
Malgré la texture particulière des m
rdpCeleelsuis sg cihséetryuéérxm méenoonetns y iqpenuséee e cess th odudnuaat , ncocsh enalp nere ten cceadocdacnrnlneté saiîdpatea ssest inctq ooeunuuej vx:o elluén'lruthsoin yodieinm nesdtsn ee edrs déplftiertoeséur rtrémmcgsieh iqnsla ouélnreeetsss.s
ppearu t l'aÉignlsiis e.d isEtinn gfauiet,r ldÉeuglxi sem noed alleits ésu tirliitsuee lplerse ssqeuleo np llues . tyOpne
cdleorrggéa n[icsaotimomn e: lda ulnritees utrepg ailera t eplte és ocecércvteuéaupinsnaeetesims o eennnp trdsoè ecs pefsriséidsoèildnetés s]s,p rdidpsuaaerrsu atelnrneet
lesquels la musique r
part glee s poaffrr adnedse s caounxf raié mriraeegs.e s éDrsealingsi ces deutix recams,e nleps ricvihlaéngts
cdhéatrablir une relation avec les images religieuses
1
. ié
religieux en quechu pr entent un moyen
peut sétablir de façostnr uinmdeivnitdalu, etlloeu to ua uc ollolencgt idvee , lLaavinennct éeoer,au c dtsiaaonnnss
des occasions diverses
rasecilécinogsicmeruipts aedgsa nneos mu endte si nféêteas, sopqcauitear loecnmea leenssto, iaitta duued lescs. o ucArois nmsdim esléqam uoemlrluaetssii oqlunesse
m lodies accompagnent les gestes r
à décrire et à aunna lsycsher.m mis que je mattacherai
Les questions qui me guident sont les suivantes : quelle est
la place des chan
spoocpiéutléa irceu zdqe ulea nriéetgnsi norene l iqdgueii e Cusxui dzeecnno tqi?f uiQeecnuthe luàsa scode anrnté slp eleser tsceoacittrhee uorlmisc uidssiem claeal
eptr écciosémmmeentn,t qcueetlt ee sti dlenrtiôfication se produit ? Enfin, plus
dans les interactions dee s flied èdleess ceht andtsu nree liigimeaugxe erne liqguieecusheu ?a
l
1

ppc

iéah

ctrrL

t i

ueus

dt

rls

eae P

,l e

uaet

prsn

a]svt

r

iha



cvrr

ooeeg

cn

pem

srl

.eé c

mss

aC

oqet

endhu

uit

eot

alxl

élt-i

,eicq

soij

uen

lpe

es r

sm

é c

sfe

uii m

ddzr

aèe

qélt

fnu

eéèt

ésrr

iane

eeiru

ln

ealx

tien rs fàe ê entscet[te ss s ec ecnurto l eipcpmntortupéemrosreesamsénc é ttiamdooteionu o. r nadtisDrif faeoménpnrasrse té lnésrareet ilssni eutglslaiiaetteiiseu n osetdnesness,
les appelant « images religieuses ».
28

ccPooonmutr pe lomes ypé sbo urrotaé iupn doeae rn drdsaeersnre gvcéihrsja e nàà t sll maéc eép croéqsméuucioes ncieoillnsot écnraitaelsheso él piquàiu se srl éaq puuip brolaincttia qiénutéee

dans at hisation. Je vais aborder la
musique religieuse piontpéurlaisraen td eà lCa ufazçcoo n d'un triple point de
dont est conçu cette
vmuues i: qcuuel t; usryelm, bemonl oimqnudee, seance rsaénalyoscaianlt emn adnéicèrrievs aet contenus de la
musique et du ; s nt lorganisation

et leAsi npsria,t ipqluutesô tr eqliugei edues eds.é finir les particularités stylistiques de
nombreux élémeleigieuse ou de tenter didentifier lorigine des
lcceaesrtqtaecu teélmrs iuseselilnqet u, ae jéret és oinnutsth earipte ri éntrdéeieng dèdrnaeen ss c loeom uCp tueez cudroe osdp uéc eonXnst Xe
e
x tseiqsè uclid ea. nlIal
s
a
rsperacégociirnsane rad ilsies decenont tncicfoieepmrt mil deee ééo«t uap nlote psl ua sllae.ei crutÀeer u»ec rtesa t sdtsdeeoe scfiiliénan , tàp iellro arp eorsugtél eaaelrtiis tssoéue nnrs toqciceeul i q dluei
la rend aujourd'hu n cessaire
iale,
rituelle et musicalteé gdoersi scehants religieux en quechua. J'utilise ce
concept pourc ocnacné pra r solecsia lcehmaenntts lree ltigyipeeu xd ee np oqpuuelcathiuoan.
directement er
oCue tted ep ofpauçloatni onc onme psloètues criatu xp as foorblmigalaittoéisr emdent en pratique
e » induit
éeqgnuasleueingmen eépnerts a ttipaiqaqnurtu ee l.u' qnIÉulegi lfiésocer.hà mapLeo pe ned secia oducnéxorc neermnp taco iousdslmeae sn mc«i een pss uotinmpute uuu léisascini cairtatteilhlaesots i livqoceui sed mlee
rales
rituel cathol est c
ifimdèploessé se t pnaro ln' Épgalsi ssee. uSlie lma enmtu scioqmuem pe olpe uldaiicrtea te sdte sg éancétresa lreimtueenelts
s
ccaodnrsei dféorréme eclo emt tmheé loar icqoune ndaisusnaen céed utérccaantisomni sbea sàu élne'e e sxustréo rcli'eécurri tdu'ruen,
e
liam mmiéeudèusirixaeq tumee eene nt ptq,po uaplreeuacullharli èurlape r aàrrtéeillpqai ougpienre daunetsiene q t cudoeà. n stDotriuatolnuiese cdpea ss eèunesn,s fleaeiistass leicesnhnatti aiesnolotsns.i
relig s crit r
Premi

29
mDaeius xeèstm eumnee nta, citlion dissoute dans une pratique religieuse.
i s ne sont pas transmis des docum
mais par le biais de mémoire orale. Troisièmemenet,ntsr ééecnrtit»s
leens cmoénlostdainest es uéivvoalnutt iloeun rsp vuiisciqsusiet uleduesr sa fifnetcetrivpersè,t ems a«t érre iceillsl ess oonut

psychologiques du moment lors de lintervention rituelle. La
dmisusséiqmuien éree leitg iecuosnes opliodpéuel ahiroer s esdt esl e capnraoudxu ite cdcléusniaes timqéuems oiorue
conduit par l'appareil institutionnel de l'Église. Le concept
populaire que j'utilise au cours de onc
référence à une réalité sociologique distimncotne . éEtnu dceo nfsaéiqt uednce,
linmeno uhttsiéeiorrcenam nleet d epsed r eào lmpcara uects iuhàql otlulauie rc ciesu prlmtoeulepi rgueipl eaodiueprs euec ledatriteruele in pgeido eéppucousrlepita u tliàuao tnniue.o nnde edsoe xnppnrréaeteis sqeituo lenas
queLsteiso n chdaénritvs enrte lidgiuenuex aedna ptlaatnigoune dqu uepclahiuna- chdaonntt il sera
ifcnoardriamgctèeé nreli sat diqpul uuepss ociconotm mbdimen uanvnute ed eessmt éullséihcmayel nmtenst e d. de eIl las cceuplllreté usredene, tmedlnuoÉts nigtcl diasleleeas
eccatclhéoliaqstuieq ude ans le contenu des textes. En dehors du rite
représsienqu'ils accompagnent et embellissent, ces chants
tent un langage d'interaction directe et personnelle
avec les images religieuses. Les images du Christ et de la
Vierge sonét eanu centre de ces rituels, lors desquels leur
personnalit tre en rapport d
ehty Smeingens.e uPra Jr éesxues-mCphlrei slta] , mléhloydmien ietr rleiecs ttpe laduvse
A
cc
p
o
u
ln

e
y
n
a
su
y
y
a
dm
J
u
es
b
u
ro
c
él
r
i
i
p
s
se
to
mr

t[eo Pièdrreees,
permet,e renà lruaip. pPelaar ntc olne trsaasctrei,f ilcee s dcuh aCnthsr iàs tl as uVr ielra gec rcoioxm, mdee
sadress
Vi
u
rg
t
e
ô
n
t
santa diospamaman
[Sainte Vierge, mère de Dieu
]
sont
qplue le s gfaiids.è lAesi néspi rloesu vcehnatn tes nrveelirgsi elau xV eiexplicitent les sentiments
mettent en acte. En même temps entonrngee et le Christ, ils les
une logique pratique : chercher à générer urn ue nr écphoannste ,r éspaottnidr eàr

30
les bonnes grâces de limage à laquelle sadresse la musique.
Suivant les travaux de Houseman et Severi dans leur analyse
interactionnelle du rituel, je considère que « cest la forme du
champ érs elqautii opnrnéesli ded aà nlsa cloeqnsuteilt utlieos n adctuenu rcso nstee trouvent
impliqu xte propre
au comportement rituel » [Hauseman, Severi : 164]. La
interac s ablies p
sméusiquàt ei onmnoouénst saideraiat r del eosn rfcei ndadèil nessei xapàvl eiccm itlieee su xic mercatogaiemsn psr reelrniégdfiérereu esnleetsss.
Car, et eénsm, oteilolnnels associés à un groupe soci
spémcaifnitqiuqeu. e s al
csphéaJcniatfisi qrupeerl,ii sg ài leesu axp aern ti mqdaéuiees cfhqaiuuria e, llaéeirtsishtaennotg rdaep hcieô téd ed eluuxs aea gseép teudcdetsse
pourtant essentiveolisr ltude linmguistiqrauiee ndt esc htaecxutens uetn létude
musicologique de ces hymnes.

La musique d'Église dans les études andines
Au XX
e
siècle, on cpeenutrt aleen teet nsdurde ddue sP écrhoaun.t sE rne l1i9gi4e0u, xJ oené
quechua dans la
Sierra
de leur usage dans les départements dse
PMuanrioa, ACrugzuceod, asA aptutreistme ac, Ayacucho, Huancavelica, Huánuco
eSLtee mApanèicrnaee s JhS.oa siIéln tiePn adeit qluese fquuneé rleasil l«e sI ndd'iaednusl t»e sl e[s Acrhgaunetdaaise,n t1 9p5o5 u:r 3l]a.
prier et chanter ecinf icqou eJcohrugae àa tAteysate avoir entendu des enfants
i1g0mrâ]
1
pc.l ea Enatnué xs c ijeun sfqoqurui em cadotainnocsne srl endse u a lnpa nèérreée sg Ji1ooc9rnug5 ce0h oLd iaernans 1le9s2 4a l[eJnotroguer, s 1d9e2 4l a:
de C,u zqcuoi,l s néotuasi esnat vboinesn,

é

t

é

p

r

e

s

s

i

o

n



au moment de les écoute
1
« Heureuse a  mJ'oain eiffmectivemcér prier dans
leur propre langue ent commen avec
Santa Cruspa
, etc.,
eetn eqn ueenctheunad aentt laevse cg arleçuornss qpruio pnroens sceaudleenmceens,t lp'reinaitehnotu smiaasism ceh aéntatiati etnetl aqususei
chacun voulait surpasser les autres. » Toutes les citations de la thèse ont été
traduites en français par mes soins.
31

s des punas [hautes
lstvvCeiooaslolcu llrieréa dhneldi uladlnmAèutr byelaV evissliu crdiap .n àa oéyAPtosiauan, nnsèeisoc ,n l c[teher.ICis enq a Tldrcueiteoh eeauvm nit3nslee]t lf.nsa otegL irtets ee r,sl diè mcgsL iUiéhebrtariiuaneu xtncb s o aeirnnmmé ssbtpqoaalutn aeaànnii cttgaCh éinseuqué najuzs t uc éàsop tdq aaceeuir te amllnuaait
montagnes] et dans les endroits les plus élo
ement et g grap
édue mXuXs
e
i qsuie circulait surtout dans un cercle réduite tdtee
poque cett
chanteurs villageois, à savoir les sacristains et les maîtres de
chapelle [Lira, 1955 : 3].
















Carte 3. La vallée du Vilcanota

peutM-êatlrger é à socan useen rdacei nseomn encta radcatnèsr el a orcaull tu rlee proépultaoirire e  doeus
per
chants religieux en quechua passe presque inaperçu dans le
études sur la musique andine du Pérou. Il faut dire ques
jccuousznqqnuuaîéetnn i pe1rn9e s3tq1r,uo eau nvriéne énae ud oecù olauC vamerlnuots si dqVeu eel gcao orfldaoirtne icadloeen [nVaîatrrge asu nU cgoardteex,
la Merci on ne

32

1953 : 2]
1
eittt émraotiunrse esnpcéocriea lidseése , choann tst rroeulivgieux en quechua.
rDéfaénrse nlcae s là ce genre de chants. Par exempel e,q u
T
e
h
l
e
qu
N
e
e
s
w


r
G
a
r
r
o
e
v
s
e


rP
D

i
l
c
ir
t
g
i
o
o
iue
n

a
ui
r
s
y
ne

sd
o
é
f
i

dqi
M
eeusne
u

s
s
i
m
c
d

teér
a
la
n
of
d
da

dçui
M
ieots
u
ns
s

i
pe
c
t
i
ern
a

n
stq
s
austceuoocrnn hiclquias aue em »s

qu[ssuAioerq neut«t ez cd,t har1ana9snd 9tilté3ei es:os nf5aen6vse5etl]ilc
2
ve .i dtdLeéusse
textes chr t
sica Española e Iberoamericana
[1999]
,
la
lp
D
aut
ic
ib
c
n
i
l
o
io
n
c-
a
aa
r
t
i
mi
o
o

énr
d
i
e
cl

aa i
l
np
a
l

e,u s
M
nr
ú
éégcleignet e lea n mmuastiiqèruee dpe opmusique héisupvano et
ulaire p r ienne
pour se focaliser sur les comp
lc'laarssmiqéeu ee.t lIle s yo recsht esdtirte s qmueil it«a ipraerso msoii tnetl uar resp mopppéluralcuaévt iiueonnnse itndread digistètinyolene,
musicale sappuyant sur les chanteurs et les musiciens des
doctrinas
» [Estenssoro, 2001b : 733] ignoran
très nombreux, devinrent très actifs dans lets qAune dceess ddèes rlnai efrisn,
lcd'eio nnlfsaoa rcdrmoéaemtsi ionàna tli'goÉénnq éuersaatpleaeug neostl e .t àrAèlorsb oqnude aedn, ateni ls dcnaen esxd iislcteteis oanpnaaritirees,
s a
allusion aux chanteurs r peotpul aliar esB odlievs iéglises et/ou àu clueunre
répertoire. Ce vide est encore plus remarquable si lon tient
c
ln'éoée pmhsuoéptqid tnrdeut eeé drlceeéossd lspeoeoo nnquLituiv arlemre ae.cag s oepAolse ounc cntdidioravenél eses .Cam ScuCearzsnée cstt[ to1e aq9 dutu7eux0 nar] audm onatuurn s écliJpeaco eisfervftinarcosevei yè-rd rreee oB syaég cakééruengitrlét éi rs[ ae2delst0ee .0 adl8 uae]
cat ale
d b
Du fait de lintérêt exclusif pour le répertoire écrit, les
ue coloniale andine mettent laccent sur le
sttryalvea ubxa rsouqr ulea qmuuislis qprésentent comme le seul langage musical

1
mOéutre les nombreux travaux de Robert Stevenson sur la musique coloniale
aricaine, on trouve les trVaavladuéxs de Rubén Vargas rlUogs arEtset e[1ns9s5o3r] o; [A19n8d9r]é s;
SAalsa i[n1 9P7a0c] q; uiSearé mc[ue1e9ml9 6mC]e l;an rtA oc ueruelio T, el[l1o9, 7[41] 9; 9J8]u a; nJ oCséa Quezada Macchiavello,
2
[
M
2L
a
0e
m
04
a
c

]o
D
e
o
mt
l

o
pm
r
l
e
e
s
uns
m
t
a
ra
n
i reex tersati ta cdcuonm tpxra agdvnea iéJl odaffnurteénryei etBuraark nedsrec r[li2pa0tu0ito8e]nu. r m[Ausriectazl,e 1d9e5 l2 h: y28m3n].e
33

lad'peotspr hliienqInonutaédmtieie uosninàsc olleaoét gmieimd neueess tmi qlmmueeeé tntihtsc n
1
o.o lohmiCnsuitesaoitlctieer.o el oSpgseieeuqrmsluepebse lctlie'vat en tà hhrriémsostêupolortlieeo ngindeee,
l'e ent me de
réendre compte du répertoire oral. En considérant ce
r pertoire comme une s
mmuussiiccaolleos giqbuaes éess t conditionnséyeos tupèracmre e sd esé dc'rroéiftréegr,a enncseos nt héoarniaqluyesse
e sur des
edéufrionpieése npnae r elsat cdulotnucr e remnufsicalée euroopmémene nies.l aet iLorinén vfèltluoee nnaclleae
orc e. C
et valori t surtout celle des arch
serv s
nous permettent certes de d ouvrir que les c
ilcbanioé bdnbèliliegeouaè gmuncrteeéaoésnelp stoddéh
2
.eneeid eiac cLeneeqesttsut tuieelr e lésuma pip couteosqisitutuqu veuc deeopen notmelssutsm e a vnéceruatttrési aévielééiceèenect,al satnle li teaenrc teanc rstmtaase hpleuubéeasnsidvisietbriiaqvl riaeueq tlssl ee ue s ddea.re enla ucCefldcn'sfileii lénsnnés mpetsie ar eauoérmrosstcutipceiuhrcrenqidiaséteusivnt éneeeutleesssestrs
musicaux espagnols du mo n assimi dans
P ro al ; cependant i

fid

1
Tel que le laisse comprendre Alain Pacquier dans
Les chemins du baroque dans
le Nouveau Monde. De la Terre de Feu à lembouchure du Saint-Laurent
[1996].
Curieusement certaines pochettes des CD de la collection
Les Chemins du
baroque
du
catholiques alanbdeiln esK d6o17n t slao nmt uislilquuset raé eps eup aoru rdieesn àp hvootior garvaepch ilee s rédpee rfêtes
deen reMgiasrttríén dCanhsa lmesb id iustqiuliessé.e sD issusro ccieése s pdoec lheeuttres s rérfeénredenncet s,c loensf upsheo tloa gcraulptthouiirerese
religieuse populaire t diells usAtrnéde esp.a rP ar exeèmple :
M
f
e
ê
ss
t
e
e


d
c
e
u

z
la
q

u
B
é
a
n
ta
i
i
e
ll
n
e
n
e
e
n


de
N

o
C
uv
r
e
u
ll
z
e

Espagne
[K617120] es
Velacuy [la veillée de la Croixu] n;e s
V
c
êp
n
r
e
e

s
de
d

e
l

a
lAssomption/Mexico-Versa
[K617121] est présenté avec une ancienne photographie du pèlerinage
il
a
le
u
s

sanctuaire du Seigneur de Qoyllority, Cuzco

;
Vêpres solennelles de Saint Jean-
Baptiste
[K617125], est accompagné d'une photographie de la procession de la
Vierge dans le village
Cathé

d
c
r
é
a
r
l
é
e de Sa
ie
n

ta
d

e
F
s
e
b
d
o
e
u
B
gi
o
de
g

o
s
t
A
á
à

nl[dKéag6hl1ius7ae1 yd2li7l]Al aeyss,at v irCreiu,p zràéc soPe u;n ntféoie.n aplaer muennet ph
M
o
u
t
si
o
q
g
u
r
e
a

p
à
hi
l
e
a


2
céd ogeUl ilmsnaep aoessnpé e bcmptoa oisrsn u rupdnei ijnmétes, nudisteie o jneaunnéno epns aycr mhuean nedt euc uerrXst aVeiItn Ie
e
mpsuirèseicsclsieee, neSsu arinon tpIeégrenpnarncèiteo e:.n «tI lsuD nao nnost p uélnersae
34

ement identifiable de socialisation. Cette
sinpfélcuifeinqcuee eeut roplpeéiennne se retrouve également au Brésil, au
XVIII
e
siècle, où

certains de ces musiciens sonotn td epvaerntus dé esà
figures majeures de lart musical baroque. Ils icip
»
lélnaflbuoernatcieo, ne ndtrue n style ldoec al,m ulleâ « rbesa rcooqume meM iJnoesiér oJ o,a qsuoiums
li autres, t
69 : 520]. En
rEepmreoridcuoi saLnot bloe s dep arMadeisgqumietsa e[sPtahrédtoi quTeos vadru, s1c9héma musical
baroque, ces musiciens ont su coéfmépreosnecre deds ansu vrleess dea rgcrhainvdese
evcaclleéusri astairqtiusetsi qleute esc teh séqutuiriq tuoefu otmn ltue siccroanltei ndeu nbt asruodq-auem, éarniccariéne.

dans la
cEunl tCfuaeriept ,e mncduetsatincet a lees tehuértioqpuéee nenste , anvaesntt ptaosu ut ncaenlliem deem lean t hpiéarratracghéiee.
politique religieu
subordonnés. Cecsie eextp, lidqaunes quunee dme oteilnldesr e muverseusr es,e creeltlre oduev esnets
lccdiaaatttunhhrs éégddileer sae ltee sn dcéeotse ùia onftefelilsc eessd esr eelrlaiv gaicieleuansxts. e àRe dasa opcpmcEeoislnpomaanpngsat-negno,n olesup.r s a rlqL eu eesfxà a esCtmmeup ézlldoec eod l iellesaas
rale it la paroisse d
ne figurent pas dans ces
arrelcihgiiveeuéss ees n edn épqiut ecdhe ulae,u
d

o
re
c

t
ns
r

i
u
n
rc
a
ec
s
v
1
è,as nlpceohs pe,u lahiéred ret d,e rlae sfpelrevneduirs sadenst
festiévietncs e adu u seriénp edrteos ire écrit des cpaatroissaelse sdIndiens. À la
diff r
tdr'aodrintieomn eontrsa leet dteacnhs nlieqs u
d
e
oc
m
tr
e
in
n
a
t
s
eéxtiagieeanntt ,b laessé sc hsaunr tsd erse limgiéeluoxd idese
spniroimnnp cldiepsia mll epésrt earsiets inoednna nneetf rf ealite ndsie bviéehni cpullueérsl ilaac cdesoscitbrliense ; clheruért ieonbjneec teift
peuple et l te.
t

r

ra

ti

it

cs

l

et

y

i

pn



i

st



ud

l

ée

s

«

I

Ln

ad



i

eB

no

s

li

vd

i

ee

s

b

s

a

ar

vo

a

q

n

ue

es



d

o

e

us



dC

e

hs

i

q

f

uo

i

rt

êa

t

ns

o

sd



»A

,

m
L

e
é


r

i
M

q

o

u
n

e
d



e
,

d

Pu

a

r

Si

us



d

1

9

.-

»
A
naissance de Jésus-
1
0p C8rÀh-é2r uil0eis'is0tel 6 x]tc.dr eaep ntsidcoarnnit seedsse s pe«a r
c

as
B
h
a
u
l
a
ta
s
a us»ta

rrde ésé dMismia ééreltmsio nodà eidelzeas l épCsV riooepfmraagprne a elñsea tó d n'à
c

a
o
s
l[r
h
a1i
u
g7
a
i8,n 0e] d.e asInpl saesg 'nadgo'ilote r.i d g i unne
rec t d'airs m t
h panique, ainsi que d
35

qXuXe
e
Q rsauireèelcqlmeuese.ns t ,De àxa enêtsm rlep alt erspa rndesec mrciieèttrst ee d amnmosu ilsteiisqé ucdae tuéc coXhmiXs
e
mm eseinsè ccdèlerese ncXte,Ir tXba
e
ii enenst
eur de ce type de chants et
lameu et«ne fèuorrlsek nlptor irree »n lt[ ePcsa ounl scRipiervneectme, ièd1re9e 3lsa valéstéudes sérieuses sur
Jorge Lira, 1955 ; José Maria B0e n; igJono FMarafráina, 1A9r5g5u e; dAasl,e j1a9n5d5r o;
Vivanco, 1934 et Teofilo Benaianv,e nilt ef, a1u9d8r4a] . aEttne nced rqe uil ecso nacnenrénees
lseosi xeannrteeg istproeumr entqsu 'duen etn egrtrmaiénleo ddiee mréelliogdieuse quechua soit
recueillie. Parmi une vi ies andines,
Mountain
Music of Peru
[LP, 1966] de John Coen nous offre une version
de lhymne religieux
Chakataska kirinchaska
1
. À vrai dire, ce
ttryapdei tidoen ncehllaen. ts Nréeasntem orianrse, doann se nl est rocuolvlee ctqiuoenlsq udees -umnsu sdiqaunse
d
M
e
ú
u
si
x
c

a
C
A
D
nd

in
p
a
u
d
b
e
l
l
Pi

éé
P
sr
e

r
o
ú
up [
2
a.1r 9B8li7e]
A

r
e
c
t
h

ivMo úsdice a TMrúasdiiccai onTalr addeilc ioCnuascl o
[
A
1
n
9
d
8
in
9t]
a
é,
,


aujourdhui devenu
Instituto de Etnomusicología
de l'Universi
Catholique du n qu'il sagisse denregistrements en
studio,é
Willka taki
o m epsatg nuén ddeo utbrlaen sCD de chants religieux
cuzqu niens (acc criptions musicales) et
Sumaq Taki Canto del Alma
[2002] est un CD qui illustre la
pmruostiaqguoen isrteelis gideeu sle acetni vitqéu eocmnhu usiar céadlhe'a Abdiyleiastc éusp cahrgoor
3
iâ.s csee Cs eàrd tea dinCs uzdceos
furent dune certaine faç autres


Catholic Mass sung en
1

Mountain Music of Peru
[[1966] 1e9n9r1e]g.i stCroé heenn 19p64s àe nlta e paroisse dOcongate,
d
qu
a
e
n
c
s
h

u
l
a
a uprn ocvhianncte rceulizgqiueéunxi eqnuniel ade Quispicanchi.
2
Dans
Música Andina del Perú, Antología
[1987] nous trouvons lenregistrement
qduéi
i
p
r
a
is
ar
u
t
n
ep
,
moehunyr t mtidnteer eJ cuu
R
nz
e
í
s
qn
p
u
on

s
nn
o
ie
f
1n
u
9
n
8
e
à
r
5
a

r
l
i
c
o
o. mIlp earsrgaaebg.l ite Ddpaanurs n s a
M
c
ú
hm
s
a
ic
én
a
lt

od
T
ei
r
ne
a
r
d
e
i
à
c
g
i
i
o
s
Hn
t
aa
r
l
é
k

ud e
da
M
n
a
s
m

a
le
y

pur
a Vi
l Cusco
p
[1
a
9
m
9
p
2
ac
]
ha
s
i
e
,
utnr

ohuyvem n
C
e
a
d
nt
e
o


p
a
é

n
S
it
a
e
n
nc
Je
e
r
.
ó

nimo
. Il sagit dune version de
Diosnillai
3
Ainsi que
Música Religiosa Traditicional de Huamanga
[2001], Juan Mayorga
Infante rend compte des chansons liturgiques en latin et traditionnelles en
quechua d'Ayacucho.
36

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.