Niels Gade et la presse parisienne (1817-1890)

De
Publié par

À l'occasion du bicentenaire de la naissance de Niels Gade (1817-1890), l'ouvrage retrace la fabuleuse destinée d'un jeune et ambitieux musicien danois devenu l'un des créateurs les plus célèbres d'Europe. Après une présentation biographique et une histoire des principales œuvres de Gade, l'auteur analyse les commentaires de la presse parisienne en exhumant des textes en général totalement inconnus de la musicographie.
Publié le : mercredi 15 juin 2016
Lecture(s) : 5
Tags :
EAN13 : 9782140012150
Nombre de pages : 332
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Univers musical
JeanLucCARON
Niels Gade et la presse parisienne
(18171890)
Le musicien romantique de l’Âge d’or danois
Préface de Gérard Denizeau
Niels Gade et la presse parisienne (1817-1890)
Le musicien romantique de l’Âge d’or danois
Univers Musical Collection dirigée par Anne-Marie Green
 La collectionUnivers Musicalcréée pour donner la parole à tous ceux qui est produisent des études tant d’analyse que de synthèse concernant le domaine musical. Son ambition est de proposer un panorama de la recherche actuelle et de promouvoir une ouverture musicologique nécessaire pour maintenir en éveil la réflexion sur l’ensemble des faits musicaux contemporains ou historiquement marqués.
Déjà parus
Jean-Blaise COLLOMBIN,Ennio Morricone, Perspective d’une œuvre, 2016. Henri-Claude FANTAPIÉ,60 ans de vie musicale. De 1945 à nos jours, 2016. Amin CHAACHOO,La musique hispano-arabe Al-Ala, 2016. Gérard DE SMAELE,Banjo attitudes, Le banjo à cinq cordes, son histoire générale, sa documentation, 2015. Alain VON RODEN,Essai d’initiation aux musiques médiévales polyphoniques (ou contrapuntiques), Création d’une Chapelle et d’une École musicale parisienne, Capella & Schola Parisis, 2015 Clara TESSIER,Marcel Dortort, un itinéraire musical. Du minimalisme à la synthèse sonore, 2015. Isabelle PETITJEAN,La culture pop au panthéon des Beaux-Arts.Dangerous, de Mark Ryden à Michael Jackson, 2015. Alain LAMBERT,Principes de la mélodie, Musiques populaires, philosophie, et contre-cultures,2015. Claude ROLE,François-Joseph Gossec, Un musicien à Paris, de l’Ancien Régime au roi Charles X, 2015. Michel BOSC,Jill Feldman, soprano incandescente. Bien au-delà du baroque, 2015. Dominique SALINI,Les pouvoirs de la musique, Dudiabolus in musicashowbiz au traditionnel : la Corse, un laboratoire exemplaire, 2014. Philippe MALHAIRE,Émile Goué (1904-1946). Chaînon manquant de la musique française,2014.Franck JEDRZEJEWSKI,Dictionnaire des musiques microtonales - 1892-2013 (Nouvelle édition revue et augmentée), 2014. Roland GUILLON,Jazz et créativité.Au fil des sessions,2014.Johanna COPANS,Le paysage des chansons de Renaud, 2014. Paul-Marie GRINEVALD,Guillaume-André Villoteau (1759-1839). Ethnomusicographe de l’Egypte, 2014. Liliana-Isabela APOSTU,La violonistique populaire roumaine dans les œuvres de Béla Bartok et de Georges Enescu,2014. Antoine JANOT,Le cinéma est-il devenu muet ?,2014. Philippe GODEFROID, Wagner et le juif errant : une hontologie. Qu’est-ce qui est allemand ? — donner la mort,2014.
Jean-Luc Caron
Niels Gade et la presse parisienne (1817-1890)
Le musicien romantique de l’Âge d’or danois
Préface de Gérard Denizeau
Du même auteur
Mort et bonheur, La Pensée Universelle, 1981. Carl Nielsen, L’Age d’Homme, 1990. Jean Sibelius, L’Age d’Homme, 1997. Edvard Grieg, L’Age d’Homme, 2003. Jean Sibelius, Actes Sud/Classica, 2005. Allan Pettersson, L’Age d’Homme, 2007. Camille Saint-Saëns(avec Gérard Denizeau), bleu nuit éditeur, 2014. Carl Nielsen, bleu nuit éditeur, 2015.
En préparation
La musique nationale- romantique en Suède
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-08720-7 EAN : 9782343087207
A mes amis : Cathy et Christian, Annie et Daniel, Mireille et René, Gérard, Cécile et Gérard, Marie-José et Alain, Claude et Dominique, Michele et Marc, Josy et Pierre, Marie-Cécile et Michel, Ginette et Alain, Dany et Jean-Pierre, Catherine.
A l’équipe de ResMusica.
A Annie-France, Kathleen et Mickaël que je remercie affectueusement pour leurs encouragements et leur aide précieuse.
PREFACE
Pour le mélomane ordinaire, le nom de Niels Gade (18171890) est synonyme de musique danoise, de rivalité victorieuse avec Schumann pour le poste de chefau Gewandhaus de Leipzig… et c’est à peu près tout! Or, voici qu’à se pencher sur la destinée de cet artiste hors normes, JeanLuc Caron, spécialiste des musiques de Scandinavie (Nielsen, Sibelius, Grieg, Pettersson, etc. lui doivent déjà de remarquables monographies), fait surgir un univers d’une inimaginable richesse. Car ici, dans l’œuvre du musicien danois, ce sont e tous les échos de l’Europe musicale du XIXsiècle qui résonnent soudain, une Europe presque idéale, au sein de laquelle les grands compositeurs se connaissent, s’observent, s’admirent, se méfient… Se dessine ainsi, sous la plume de l’exégète enthousiaste, une fresque sonore vaste, unique. Une fresque où Niels Gade, qui connut la gloire avant de sombrer dans un oubli aussi malavisé de la part des musicologues que préjudiciable à la légende du siècle le plus fécond de l’histoire, a désormais toute sa place.
Bien plus qu’à la lecture d’une simple biographie, c’est à un beau voyage à travers ce siècle prodigieux que convie JeanLuc Caron, longue errance où se dessinent toutes les figures d’une création révolutionnaire. Berlioz, bien sûr, qui fut l’un des premiers à discerner et à proclamer l’originalité manifeste de ce cadet lointain; Schumann qui, ayant vu d’abord dans cet artiste errant un nouveau Mozart, eut l’élégance de saluer ses mérites après avoir été écarté, à son profit, de la direction de l’orchestre de Leipzig. Le Norvégien Grieg, aussi, qui fit le voyage à Copenhague pour se mettre à l’école d’un maître si doué. D’autres grandes ombres passent, reflets inattendus d’un Chopin, dont JeanLuc Caron relèvemais fécondes discrètes les influences, d’un Wagner, dont l’orchestre de Niels Gade fait sonner certains échos; pour ne rien dire d’un Beethoven, protagoniste si puissant de sa postérité musicale que le musicien danois limitera à huit le nombre de ses propres symphonies, arguant qu’il n’est «qu’une seule Neuvième» !
Et c’est ainsi que, faisant litièrede toutes les sottes accusations e d’académisme rétrograde et de conservatisme sclérosant dont notre XX siècle s’est montré si prodigue à l’endroit de tout ce qui outrait la modernité canonique, JeanLuc Caron dégage progressivement, de la brume du passé, la figure d’un grand artiste, malaisé à inscrire dans l’histoire, attentif à toutes les
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.