Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,25 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Ontologies de la création en musique (Volume 2)

De
190 pages
Nous sommes prompts à concevoir l'instant comme synonyme exact du présent et à le tenir pour pure abstraction. Mais en musique, l'instant devient étrangement palpable, tangible, sensible. Outre son aspect sensible, l'instant musical revet un aspect pratique : celui de la création musicale, où l'homme doit oeuvrer avec le temps, le dompter, le subir. C'est donc sous ses éclairages conceptuel, sensible et pratique que l'instant sera décliné dans ce second volume.
Voir plus Voir moins

Ont Ol OgiES d E la Créati On En mu Siqu E Sous la direction de Christine ESClap Ez
Des instants en musique
Nous sommes prompts à concevoir l’instant comme synonyme
exact du présent, et à le tenir pour cosa mentale, pour pure
abstraction. Mais en musique, l’instant devient étrangement
palpable, tangible, sensible. L’art des sons a cette propriété
peu commune de suspendre l’égrainement du temps pour nous
permettre de vivre l’instant. Outre son aspect sensible, l’instant Ont Ol OgiES
musical revêt un aspect pratique : il est celui de la création
musicale, où l’homme doit œuvrer avec le temps, le dompter, le
maîtriser ou le subir. C’est donc sous ses éclairages conceptuel,
sensible, et pratique que l’instant sera décliné dans ce second d E la Créati On En mu Siqu E
volume des Ontologies de la création en musique.
Les terrains d’études et les corpus explorés sont larges et
variés, à l’image de la réalité musicale et artistique actuelle, avec
une affection toute particulière pour les musiques de traverse :
musiques actuelles et contemporaines, jazz, musiques improvisées, volume 2
musiques électroacoustiques, musiques mixtes, musiques du son
tout autant que du geste.
Des instants en musique
Le CLEMM est un groupe de recherche du LESA (Laboratoire
d’Études en Sciences des Arts) de L’AMU (Aix-Marseille
Université), créé en septembre 2010 sous la direction de Christine
Esclapez. Il regroupe des doctorants et des chercheurs en
musique et musicologie. Son regard est interprétatif, volontiers
herméneutique et, en cela, la musicologie dont il est ici question
déborde largement les approches historiques ou analytiques
habituellement considérées comme ses disciplines principales.
Sémiotique et philosophie de la musique
ISBN : 978-2-343-00579-9
19 e
SEMIOTIQUE-PHILOSOPHIE-MUSIQUE_GF_ESCLAPEZ_ONTOLOGIES-CREATION-MUSIQUE.indd 1 12/05/13 16:06
Ont Ol OgiES d E la Créati On En mu Siqu E - vOl. 2
Sous la direction de Christine ESClap EzONTOLOGIES
DE LA CRÉATION
EN MUSIQUE
Volume 2
Sémiotique et philosophie de la musique
Collection dirigée par Joseph-François Kremer
Prenant en compte les nouvelles méthodologies d'analyse comme
principe d'approche de l'œuvre musicale, cette collection propose,
dans le domaine de la recherche des significations, de réunir les
notions de tradition et de l'actuel.
Les ouvrages présentés au lecteur appartiennent à un courant
d'investigation phénoménologique, tout en éclairant un vaste
panorama de questionnement interdisciplinaire. Celui-ci est vivifié
par la reconnaissance d'un principe d'analogie utile à la réception
des perceptions. Nous serons sensibles aux stratégies d'élaboration
de différentes poétiques, qu'elles puissent être littéraires, picturales,
musicales, philosophiques ou simplement inscrites dans une
rhétorique de l'expression.
Notre démarche éditoriale nous offre la possibilité à partir de
contextes compositionnels, théoriques et géopolitiques d'extraire de
nombreuses situations sémiotiques. Ces publications apporteront,
au départ d'éléments réflexifs nouveaux, des fondements à une
psychologie du musical qui tenterait d'allier le sensible à la raison.

Déjà parus

Mathias ROUSSELOT, Le témoin de l’instant, Etude sur
l’improvisation musicale, 2012.
Christine ESCLAPEZ, Ontologies de la création en musique. Des
actes en musique, 2012.
Philippe DEMIER, Le parcours du compositeur, 2011.
Sophie STEVANCE, Duchamp, compositeur, 2009.
Eero TARASTI, Fondements de la sémiotique existentielle, 2009.
Francesco SPAMPINATO, Les métamorphoses du son, 2008.
Siglind BRUHN, Les Visions d’Olivier Messiaen, 2008.
Christine ESCLAPEZ , La musique comme parole des corps,2007
Nicolas DARBON, Les musiques du chaos, 2006.
Eero TARASTI, La musique et les signes, 2006.
Thierry BOISSEAU, Histoires de la musique, 2005. Sous la direction de
Christine ESCLAPEZ
ONTOLOGIES
DE LA CRÉATION EN
MUSIQUE
Volume 2
DES INSTANTS EN MUSIQUE
Textes réunis et présentés par
Sylvain BRÉTÉCHÉ & Mathias ROUSSELOT
L’Harmattan

Liste des auteurs

Anne CAUQUELIN
Christine ESCLAPEZ
Mathias ROUSSELOT
Sylvain BRÉTÉCHÉ
Gabriel MANZANEQUE
Joëlle VELLET
Simon SIEGER
Claude-Chantal HESS
Guillaume DEVENEY






© L’HARMATTAN, 2013
5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-00579-9
EAN : 9782343005799 À tous et toutes
SOMMAIRE
INTRODUCTION – Christine ESCLAPEZ……………………………… 11
— L’INSTANT-CONCEPT —
INSTANT 1 – Anne CAUQUELIN
La conversion, le reste……………………………………………….. 21
NSTANT 2– Christine ESCLAPEZI
Un ange passe… Cosmologie de l’instant : des êtres
et de l’univers………………………………………..………………... 35
INSTANT 3 – Mathias ROUSSELOT
Instant musicien, instant musical, instant
musicologique………………………………………………………… 61
— L’INSTANT-CHAIR —
INSTANT 4– Sylvain BRÉTÉCHÉ
L’incarnation de l’instant. Du mouvement de l’existence
musicale……………………………………………….. 81
INSTANT 5 – Gabriel MANZANEQUE
Instant idéel et instantanéité dans l’acte instrumental. Réflexion
praxéologique…………………………………………………………. 107
INSTANT 6 –Joëlle VELLET
La fulgurance de l’instant : conversations
entre danse et musique……………………………………………….. 123
— L’INSTANT-MUSICIEN —
INSTANT 7 – Simon SIEGER
L’instant d’improvisation……………………………………………. 139
INSTANT 8 – Claude-Chantal HESS
La file cards composition de John Zorn : une méthode
compositionnelle entre l’instant et la durée………………………… 151
INSTANT 9– Guillaume DEVENEY
Retranscrire l’instant : philologie, musiques actuelles
et nouvelles textualités………………………………………………... 163
5
,172'8&7,21TXL HUURJHDLWQW O?DFWH HQ PXVLTXH W
PXVLFROR JLH XGFV / /j
OD XUHHFW HW DFFXHLOOLH pQpUHXV PHQ DU HS LVK)UDQo UH HU
GDQV D LRQOOHFW &H ROXPH
SXLVTX?LO TXHV LRQQ H FH OXV SHWL W pOpP HQW FR QVWL WLI WX GX HPS
IXJLWLIH Y RODWLOHO?LQVWD QW
/D QRWLRQ W FR PS OH[ ORQJXHPHQ GLV FXWpH SDU OD
TXH
QGUDPTFROUV OH
O?XQLTXH RLH G?DFFqV 3UDWLTXHU O?LQV DQW HV W DXV L XQ H GH Y
KpGRQLV RX pGL DWLI XQH pSLFXULH QQH RORQ Wp GH HU VD YHXU
PS GDOFHe
DQ O?LQV F?HV ?HPEOpH UHOLHU RQ HQLQWp LW D LRDULWGLV Q
HW GDQV H Pr PH FRPPH SRX UUDLW ?pFULU H 'DQLHO KDUOHV O
/SGF G
GRQQHU XQH pSDL VVHX ?LQVWDQW TXLW H j OH GpILQLU DXWUH
YRORQWLHU OXL DFFRUGDQ OD DU EHOOH FR PPH QH ORQ pH DOX DLUH
GDQVODFKDLU Pr PHGHO? H[LVWHQFH
6L H FKDPS SKLORVRSK LTXH H DQW O?LQV HVW ODUJH FHXL
([ SORUHU
VRQ VLOHQFH H WLPEU H O?pYpQHPHQ W ?LPSUR YLVp OH UXL O
VLqFOH HYLHQW UHXVHU H WHPS
1 Ontologies de la création en musique. Des actes en musique, sous la direction de
Christine Esclapez, Paris, L’Harmattan, 2012.
2 1989-1990. “De-linearizing Musical Continuity : John Cage’s Aesthetics of
‘Interpenetration without Obstruction’.” Discourse [Bloomington, Indiana] no. 12.1 (Fall-
Winter), 28-38; repr. Musicworks no. 52 (Spring 1992), 19-23 ; repr. In Kostelanetz
1993c, 107-116.
11
WDrRjHXXQUSVDHLUSIDIHUPpOQWpWHHDU,YLRFT?XHHRSKLHURWLTXHQjWHDWHY?GW?2GHUQVHXVWWQHHHVOW?U3KLOWVFVXORSSOHLGDQX6UH[VLWXHUJGHPILDoRQQLQRVWDXE&OH8HQWU?HWGHX[WTREMHUFWWLIVDVSSDUHQPPHQSWSIFRQWUDGLFWRLUHDVLQWHUYUVLTXROJHUOO?LQVWDQWISKRVXUGOH;RUOFHV?HX?JGULOYDWOYWRWEHQPqSHV?RGJOOYUWHPH&QpHQHVYWQPV7U2HROLVWGRX?DXPHWVGUHRpSTRHVWRHWY?H[YQRDOXJPWHWDXGHOjHJVOWOHEHPXHDQOUGHEjWVODRpVWRLWDHDLP[XpH6HRVXH;GHQPG.RQWRRRX-OOVOWHUORHSpWYSFDRVVHLUUWLQWLSXXLWWRDP?LXHXHHSLUOJHWLVR{VWGDHXORHVPUGOOVVDUHFYRGQXQWLDDOJVRpPHRO1G,X&'5HWHHTXDOLILHU

HQ U SRX W ?pFRX HPHQ UDOHQWLU Q V
GX pEXW OH GqV H VRQRU H XU HUFKH UHF OHV DLW O?RQW H FRPP
V LHQQH VWFD SR OHV pULPHQ HW SRUDLQHV
P WH WL VWK HV QQHpVR W WRX W HV FDOPXVL
P\WKLILDQ H KRUH PpWDS D VHPEOH LO SXU? ? W SUpVHQ
GX KRUV
FWLRQ UX EV V DQ WUHU ?SpQp
PHVXUHU
FXOWXUH ?DXW UHV W SRQ Q OHPHQW VW HOOH SKLH SKLORVR
PrPH WUH SHXWr QWLR UpWH ROLH H RSL RQ pUDWL H[ HVW
pDWLRQFU D HV 2QWRO
17DSSUpFLHU HV HUV LFH j LQYLWHU OHV JHV W OHXUV pFRX
VDYRXUHU H PLFU RVF RSLTXH W OH UDJ HQWp /D UpDWL
HDDIGOOGV LQ GH
MHX SULYLOpJ pV UpVROXPH QW DY HF OD RORQWp H SUH
HW HV H FH DQWV [SORUpV
SRXU HQ [SRVHU RXWHV OHV LOLW EW OHV HQMHX TXH (W
FHWWH LYHUVL Wp FH YROX H HV ?HQ pWHQG DXFXQH PHQ
UHOHYp LI[KDXV &RPPHQ OH SRXUUDLW LO" JLRDOLWpUp V
SKLORVR SKLTXH F?HV WjG UH D GLVFLSOLQDUL p GH FHV QWRO RJLH V IDLW
G?HOOHV XQ pIL PXVLFR ORJLTXH TXH FH YROXPH XU DQ ?LQ
HQFRUH DYDQW Q pYL HQFH TXH FHOXL DFRQV p Q j ?D FWH
3HQVHU ?rWUH D SURS ULpWp D PR GDOLWp GH ?LQ WDQ PX VLTX H
PXVLFROR JLH GD QV UHOD WLYH HXQH VVH G?H[SUHV RQ UHYLHQ W GH IDoRQ
SOXV DUJ j LQ UUR OHV IRQGH HQ rPH H OD LFRORJXV LH
HWGHHUGF DHO 3DU XQ
PRXY HPH ELHQ RQ QX GH
pQpUD RQ HW RQ OHV LPSXOVLRQ RQ PXO LSOHV HV H[SpULPH
DGLJPH G?DXMRXUG?KXL H PS V
ILOH VH UDQVIRU H HW H UDFRQW H H TXL SRXYDLW EOHUHP LO D
PRLQV GH DQ OLHX[ pEULGpV KDELW SDU GHV XODULW V
UpY OXWLRQQDLU HV pIUDF DLUHV j O?pWXGH SRU GpVRU PDLV SRXU
FHUWDLQ V PXVLFROR JXH OD RLUH GHV HPLqUHV RU PHV
?RUDOLW p DLV DXV H OD SRUW H
SURSUH HQ W KL VW RULTXH G?XQH UDOLWp ? TXL LHQ ?LQ FULUH X
'H FHOD HQ WpPRL QHQ GH UpFHQ WH V SXEOLFDWLR QV GR WGH ?pFULW?
OHV FLOODW RQ RV GH SOXV HQ SOXV DSSURF KpHV GpQRW GH FHWW H
UpFHQWH LVH HQ UDGLWL RQ GH FHV QRXYHOOHV VLTXHV ?RUDOLW
3 Daniel Charles, « La pensée se fait dans la bouche ». Disponible via,
http://home.att.ne.jp/grape/charles/dc.html [consulté en décembre 2012]. Les actes de ce
colloque ont été publiés sous le titre Oralités – Polyphonix 16, sous la direction de Roger
Chamberland, Richard Martel, Université Laval, Centre de recherche en littérature
québécoise, Intervention éd., 1992, p. 9.
4 Nous citerons (non exhaustivement et dans le champ des musiques expérimentales et
improvisées) les écrits de Carmen Pardo, Approche de John Cage. L’écoute oblique,
Paris, L’Harmattan, 2007 et « Pour une écou-logie sans entraves », Sonorités nº 7. Écologie
sonore entre sens, art, science, septembre de 2012, Champ Social ed., p. 47-68 ; les travaux de
Mathieu Saladin (http://www.irma.asso.fr/Matthieu-Saladin) ou l’ouvrage de Mathias
12
SURDFPIVIVVLWHSWXLHUWLWQUWPWRGpVJ[OVQULVPUVDXVOLQHGWVVpV/pOGPWPVHWGWVWVORpLU\VXYW&WVDVLVFVSPQjDWWGFPHVRWLOH/VWSOVGKJQHWXWIODPWWLWQOV&VIHLWQVIWGFGHVLDUWLHpWVHJHHXQHWUHFVFHOOWPVHWTOWHVWVOGPXOHGQHXQODUpWHFHUQWGQGHXHLLpXWLHX[TWHpHVVHWLHFWpDQHWSVURXHRWFQVLGQpHLQDRTLDWLWGHDVULQLHUVYLGPWPHGpIVGPFVVWRPOPPUUHYJQHIWPHOVUHLHVQ?MQWDQV?WDWOHHWQWHQDWRVPOWOROOROPHHUFHGHHVWPLDHJW

?XU
GH DLQHV SRU QWH FR QV SUHVVLRH[
DU HV QW LHQQH HY G?KLHU V WDWLR
Q
QW QQH X?HQWUHSU RL XU WRXU
H FRPP
HV 2QWRORJL
QWL PHQ XQ pULWH WLTXH UD HOOH RX HXU RVL PS WHO SDU
QW VR UpDWLRQ GH VVX SURFH OHV &HUWHV XUDLUH VFULS Q WUDGLWLR
WUH QR SDU V FDQRQLVp SXV HXUV HW VLFDOHV V HQWLRQ FRQY OHV HF DY
HPHVWQL
V(OOHV UpYqOHQW DOHPHQ ?LPSRU DQFH DFF UGpH j ?RUDpOLW FRPP H
WUDGLWLR QQHOOH RP PH DQWH FODVVLTXH PPH RQWHPSRUDLQH /D
SULQFLSDOH PSOLFD LRQ FHV HFR QQDLV VDQFH VW FHUWDLQH HQ W XQ
HO
SUp PLFHV UpHO KD QJHP HQW GH DUDGLJ PH SDU LU GH TXHO V
LRQFULSWO?LQV GH ?RUDOLWp GDQV FH VRLW
GH DoRQ VWU FWXU HOOH X HV WKp LTXH LQGXL QH HFWXU HO H GH
G R(HLQV S
qFOH G?DYDQWJDUGH
HIIURQWp HV DLV j UHFR DvWUH GpILQLWLYH PHQ TXH H FULSWXUDO Q
I JVXSPjOI
LU HV
G 2UDTPHWF TXL
GDQ
ERXFKH ? LWUH G?XQ H RQIpUHQFH GH LHO &KDUOHV URQ RQFpH
FROORTXH XU HV 2UDOLWpV TXL ?pWLW X j /DYDO MXLQ H TXL
VH RXH GDQ FHWWH FpOqE UH LWDWLR Q GH ]DUD HS ULVH DU KDUOH
DXGHOj GHV FRQ LGpUD LRQV OLPLQDLUH TXL p pW TX?j XV SUp QW
pQRQFpH V H IDLW TXH
FRQYHUW OH XHO pF LW HQ DX LEOH SDUROH HQ FFRUGD W
X DITOGOS
V/G& HUD TXH LFXODWLRQ?DUW LEOH QV
O?LQW OOLJLELOLW p W DIIDLU H GH \W H H PS RUDOLW p OH
Rousselot, Étude sur l’improvisation musicale. Le témoin de l’instant, Paris,
L’Harmattan, 2012.
5 « La pensée se fait par la bouche » est une citation de Tristan Tzara, Sept manifestes
Dada, 1924.
6 Charles, op. cit., p. 7-8.
7 Citant les travaux de Lucie Bourrassa et de Michel Deguy, ibid., p. 8-9.
13
HLSUHQ'HFFRUVHDDoSRHQHSOOWXVHpQpOUWDOOLRQHVHDHXGU?XjQK?VOODHQRQXOLV[WW"H/XVREDDLUHMRFHWWHLKLVVUWQVGHHX?DVWOLFRU\WYWVQLHRSJQ?PGLV&HDVLWVVQjOFHQXjWEjIJDVWOFHLQSXLVVHjDIILUPDFWRULTXHLYVFGj