//img.uscri.be/pth/ce0ce642530eea994ed15ce6ebb4d11f424724d8
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,25 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Une expérience musicale et sociale au Venezuela

De
169 pages
Cet ouvrage réunit cinq textes sur les diversités d'une connaissance musicale avec sa mise en pratique autant dans le domaine de l'éducation que dans celui de la création d'œuvres musicales. Ceux-ci s'inscrivent dans le contexte d'une application technique et sociale de la musique et se présentent comme cinq observations. Cette étude met en avant les comparaisons sur l'évolution culturelle de l'Ancien et du Nouveau Monde. L'auteur propose de nombreux exemples tirés de sa mission au Venezuela, vouée à l'édification des orchestres juvéniles et infantiles.
Voir plus Voir moins

Joseph-François

KREMER

UNE EXPÉRIENCE MUSICALE ET SOCIALE AU VENEZUELA
Vue de l'Ancien Monde

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALIE

Du même auteur

Les Formes symboliques de la musique. Paris, Méridiens Klincksieck, Collection de Musicologie, 1984. Réédition et analyse du : Traité d'Harmonie (1722) de J.P. Rameau, précédé d'une introduction "Rameau, l'hannonie et les méprises de la tradition". Paris, Méridiens Klincksieck, édition 1992. Collection de Musicologie, 1986 ; 2ème
Les grandes topiques musicales. Paris, Méridiens Klincksieck, Collection de Musicologie, 1994.

L'Offrande musicale de Jean-Sébastien Bach. Introduction et analyse musicale de Marcel Bitsch. Paris, Kimé, Collection "Musica", 1994. Les Préludes pour piano de Claude Debussy en correspondance avec À la Recherche du temps perdu de Marcel Proust. Analyse musicale par Marcel Bitsch Paris, Kimé, Collection "Musica", 1996. Réédition et introduction de : Jean-Philippe Rameau, Nouveau système de musique théorique (1726). Paris, Éditions Aug. Zurfluh, 1996. Esthétique musicale: la recherche des dieux enfuis. Paris, L'Hannattan, 2000.

@ L'Harmattan, 2003 ISBN: 2-7475-4370-6

Remerciements

Je tiens à remercier toutes les personnes qui ont bien voulu contribuer à ce que ce livre puisse être rédigé. J'adresse aux nombreux musiciens vénézuéliens ma profonde gratitude pour leur accueil, leur aide et l'intérêt qu'ils ont bien voulu porter à rn.a démarche. Je pense bien sûr à Monsieur José-Antonio Abreu, prix Nobel Right Livelihood 2001, Prix international pour une vie exemplaire, qui a accepté mon projet de recherche à partir de l'expérience musicale et sociale qu'il a créée pour son pays, et précisément à Monsieur José Garcia Guerrero, flûtiste, soliste de l'Orchestre Simon Bolivar, à Monsieur Williams Montesinos, compositeur et musicologue, à Madame Lydie de Pérez, secrétaire de la Fondation dénommée FESNOJIV, à Monsieur Raul Lubo, chef d'orchestre et musicologue, membre fondateur de la Fondation, et à Monsieur Antoine Duhamel, tromboniste et chef d'orchestre.

Introduction
Le présent ouvrage réunit cinq textes sur les diversités d'une connaissance musicale avec sa mise en pratique autant dans le domaine de l'éducation que dans celui de la création d'œuvres musicales. Ceux-ci s'inscrivent dans le contexte d'une application technique et sociale de la musique et se présentent comme cinq observations. La spécificité de l'étendue de la délnarche présuppose et nécessite l'existence d'un public impliqué dans un patrimoine artistique tout en justifiant le processus d'une pratique musicale entrant dans le cadre d'une politique culturelle. Le discours développé prend tantôt le style d'un texte théorique qui peut parfois faire figure de manifeste musical, tantôt celui d'un récit de voyage réellement vécu, considérant alors la possibilité d'une expérience sur le terrain, comme il en est habituellement le cas en sociologie ou même en phénoménologie. Le ton volontairement anecdotique du récit de la mission que j'ai vécue au Venezuela pennettra au lecteur une compréhension plus facile du système musical et social qui y est mis en place de nos jours. Mon but n'est pas de scientificiser mon expérience d'observateur, comme le feraient volontiers certains universitaires, mais d'offrir au lecteur une vision simple et compréhensible de mes réflexions esthétiques. Celles-ci n'engagent que ma

conception d'une musicologie pragmatique} qui touche au vécu et à l'expérience des musiciens. Mon propos s'articule donc autant sur une suite de réflexions théoriques que sur une expérience pratique.

* * *
L'intérêt d'une réflexion sur l'avenir de la diffusion, de la pédagogie, et de la création musicales est étroitement lié à une observation des dispositions politiques et des transformations géopolitiques de la culture dans différentes régions du monde, précisément dans l'exemple développé du post-colonialisme2. Les classifications des principales topiques musicales3 varient, autant dans le contexte historique, après leurs divers usages dans un cadre usuel de compréhension, que dans celui de leur utilisation par les compositeurs ou de leur transmission par les interprètes. À savoir, pour notre présente étude, en Europe, en Amérique latine et aux Etats-Unis. Mais, audelà d'une recherche des origines des modes ou des courants esthétiques, il y d'autres raisons de transformation ou d'évolution du savoir musical, elles ont également leurs sources dans des domaines d'ordre politique et sociologique. Je distingue deux transformations esthétiques essentielles, ou plus précisément deux révolutions esthétiques, durant les vingt-cinq dernières années. En premier lieu, je parle de la prolifération du concept de produit culturel à vocation mercantile et à destination massive dans le cadre d'un commerce à l'échelle mondiale.
1

2 Idem. 3 Idem.

Voir Ie lexique.

8

Première transformation La première transformation esthétique est conceptuelle; elle est la résurgence d'un courant paradoxal. En Europe, elle est en même temps la preuve d'une évolution des techniques, du savoir et du tissage d'un concept d'éducation réussi, et aussi bien le bilan d'une régression de la connaissance par la perte de la perception objective de l'objet esthétique dans sa conception classique de la chronologie; et elle est même une utopie de progrès possible en matière d'art. Ainsi naît un phénomène qui devient le révélateur d'un malaise moral de désintéressement, de dé-adhésion, comme partie prenante, de l'individu, dans son rôle de spectateur ou de simple auditeur, investi dans le respect d'un savoir inhérent au rang du patrimoine. La diffusion de masse favorise la culture du plus grand nombre mais aussi, l'individualisation, une forme d'isolement en la perte des repères esthétiques objectifs, et contribue ainsi à un certain malaise socioculturet. L'art établit bien un lien de plaisir avec l'individu, mais sa vocation est aussi de dépasser cette assignation, et permet à chacun de s'inscrire plus largement dans une culture impliquant l'individu dans une signification plus globale, lui offrant ainsi la connaissance d'un sens plus général du monde qui l'entoure et qui réside dans le concept même d'esthétique. Il y a, bien sûr, l'appartenance à telle ou telle catégorie psychosociale5 selon le niveau de formation de chaque individu. Cette catégorie correspond, autant à l'origine familiale de toute personne, incluant son pouvoir d'éducation et de formation dans un monde libéral et
4 Voir le lexique.
5 Idem.

9

consensuel, qu'à la société qui l'éduque et dont dépendra l'individu également comme transmetteur de ce qu'il aura appris et perçu. L'esthétique est tributaire, d'une part, d'une économie équilibrée et salutaire propre à la nation dont elle dépend, enrichissant une identité culturelle spécifique, et, d'autre part, de ce qu'on appelle la mondialisation6, qui représente la communication des valeurs marchandes, pennettant la croissance des nations et des pays dominants.

Seconde transformation La seconde transformation esthétique qu'il me paraît important de signaler est d'ordre politique, propre à une notion de salut public, mettant en scène une action culturelle interne à un pays et même à tout un continent. Ce second lieu présente l'expérience d'une politique sociale de la musique dans le contexte de l'éducation et de la prévention de la délinquance, allant jusqu'à l'intégration sociale telle que j'ai pu la découvrir au sein de l'expérience vénézuélienne. Cette action met en avant une notion de valeur morale et une notion de santé publique à travers une politique de lutte contre la délinquance tout en favorisant une éducation culturelle. Cette deuxième transformation répond à l'application d'une politique musicale et sociale, révélée depuis les années 1975 dans différentes régions du monde, mais appliquée de manières différentes et parfois esthétiquement opposées, ou encore paradoxales. En Europe, elle existe depuis la fin du XXème siècle avec l'apparition des politiques de quartiers dans les villes défavorisées, sous l'influence des musiques dites
6 Idem.

10

actuelles, avec l'apparition du Rap, du Hip-Hop. En Amérique du Sud, cette transformation esthétique existe grâce au mouvement mis en place par José-Antonio Abreu, et initialement au Venezuela depuis 1975. Ce mouvement est communément appelé: le Système des orchestres «juvéniles et infantiles»7 du Venezuela; il s'est étendu, depuis sa création, dans toute l'Amérique latine. Le prix Nobel a été décerné à José-Antonio Abreu le 17 décembre 2001 pour l'ensemble de son œuvre caritative, qui allie également une fonction majeure sur la politique de santé, la réinsertion sociale des couches défavorisées de la population et l'éducation musicale proprement dite. Pour une formation culturelle inscrite dans une expérience musicale et sociale comme je propose de le démontrer, je distingue une fonction essentielle qui apparaît comme un fil conducteur: c'est une culturalisation8 de l'individu au regard d'une politique. Cette politique établit une élévation de l'individu non éduqué au rang d'une éducation de type universel et identique pour tous, reléguant quelque part un discernement sur le goût en privilégiant une considération morale et physique comparable à une pratique d'équipe sportive dans son sens le plus noble. Les points de vue de la considération morale et physique donnent un épanouissement et un discernement, ainsi que la notion d'une hiérarchie telle qu'elle est contenue dans une équipe solidaire au sein d'un système éducatif Le respect des hiérarchies, des responsabilités de chacun, est essentiel avec la reconnaissance du responsable de pupitre, du chef
7 Nous maintenant en français les termes vénézuéliens. 8 Voir le lexique. Ce néologisme a été préféré au terme « acculturation» qui concerne seulement I)assimilation partielle à une culture différente. Il

d'orchestre, du directeur de l'école, des différents orchestres classés par ordre d'importance, sans oublier, bien sûr, l'architecte de la modélisation, son fondateur. Je tenterai, entre autres réflexions, de voir en quoi la légitimité d'un programme d'éducation musicale et sociale au Venezuela pouvait être érigée en modèle, en tout cas permettre à la jeunesse d'atteindre une qualification supérieure, de valoriser une culture pour un pays entier, de défendre des archétypes nationaux et de répondre à une politique de réinsertion sociale. Ainsi, selon les instigateurs de ce système, il semble possible de définir les bases d'une action de prévention et de favoriser la communication et les échanges avec d'autres pays d'Amérique latine, en concevant cette expérience comme une modélisation systémique.

Un exemple dans l'Ancien Monde Si nous prenons l'exemple de la France, pour résumer rapidement l'évolution de la transmissibilité pédagogique, il faut considérer le temps historique de la pédagogie musicale du temps des écoles liturgiques au XVIIIème siècle et de l'Académie Royale de Chant dès 1784. Puis vint la création du Conservatoire National, dans les années 1792 à 1795, sans oublier l'origine patriotique des orchestres d'harmonies et des batteries fanfares héritées de la Révolution française. Il y eut, déjà en ce temps-là, une réelle volonté de donner un sens social et civique à la musique en l'introduisant dans bon nombre de cérémonies nationales tout au long du XIXème siècle; se succèdent ensuite les créations de conservatoires de musique en province. Une deuxième période importante de l'implantation d'une politique culturelle musicale vit le 12

jour au début du XXèmesiècle, marquée par l'essor de l'art musical en plein modernisme du langage musical avec Gabriel Fauré, directeur du Conservatoire National Supérieur de Paris. Une troisième période importante se distingue en France, après la seconde guerre mondiale. Ce fut l'ère du développement des conservatoires de musique municipaux et nationaux. Les différents textes officiels français, comme le préambule à la Constitution de 1946, définissent le rôle de l'activité culturelle et ses obligations éducatives envers les individus, dès l' enfance9. Maurice Fleuret, directeur de la musique au Ministère de la culture fut le premier artisan, dans les années cinquante, des réformes et de la démocratisation de la musique sur le territoire français. Pour ce qui touche précisément à la musique, le projet établi dans les années 1970 par Marcel Landowski permit d'améliorer la diffusion de l'enseignement musical français et d'élaborer des niveaux d'études précisément définis. Vinrent ensuite les lois de décentralisation de 1982 et de 1983 qui autorisent aux collectivités locales une compétence générale en matière culturelle. Le schéma directeur (1992), puis le schéma d'orientation (1996), enfin la Charte des enseignements spécialisés (2000) ont apporté, au long des années, des propositions utiles aux collectivités territoriales, aux professionnels de la musique ainsi qu'à tout être convaincu qu'une formation artistique est essentielle au développement de l'individu. Notre activité vit dans un temps consensuel, politiquement plausible puisque institutionnalisé et justifié par des
9 «La nation garantit l'égal accès de l'enfant et de l'adulte à l'instruction, la formation professionnelle et à la culture», citation dans la Charte des missions de service public, publiée en mars 1998 par le Ministère de la culture et de la communication. 13

événements de cause à effet. Production et consommation, par exemple. L'aspiration à la découverte d'un Monde Nouveau - pour nous autres Européens faisant partie de l'Ancien Monde,

celui qui nous a éduqué sur des archétypes universaux tente d'assouvir l'angoisse née d'un immobilisme esthétique. Ce fut le cas de tous ceux qui cherchaient dans les avant-gardes les prémisses d'un nouveau langage ou d'un nouveau message qui permettrait de mieux comprendre les interrogations de l'humain et assignerait à l'art le rôle de transposer d'une façon abstraite les difficultés d'un temps existentiel. Les pays surdéveloppés sont enclins de nos jours à rechercher plutôt des ancrages dans un passé proche ou lointain, rassurant, pour permettre une forme de commercialisation de l'objet artistique ou esthétique, lié aux tendances des utilisateurs, connu de tous et consommable par le plus grand nombre d'utilisateurs potentiels. L'Europe est à la fois l'Ancien Monde géographiquement ainsi qu'historiquement du fait de son histoire vécue comme modélisation possible à travers des étapes historiques et culturelles; par exemple, dans le contexte de ses utopies coloniales sur un monde « vierge» non encore asservi. Il est aussi pour ses acteurs et ses témoins, esthétiquement, une symbolique aspirant à un «monde nouveau» dans le sens d'un progrès culturel et social.

14

Un exemple dans le Nouveau Monde En Amérique du Sud, et précisément au Venezuela depuis 1975, il s'agit d'un grand système d'éducation artistique national, solidaire d'une politique culturelle unilatérale, appliquée dans l'ensemble du pays et gérée par une fondation. Ce système est depuis quelques années devenu un « mouvement », c'est en ce terme et en ce sens qu'il s'agit d'une modélisation que d'autres pays en voie de développement tentent d'appliquer. Il s'agit, après avoir bâti un univers musical par la reconnaissance sociale, de rechercher un imaginaire original en relation avec son temps et la culture profonde du pays en question, en l'occurrence, pour notre exemple, du Venezuela. L'Amérique du Sud, faisant partie du continent appelé communément « Nouveau Monde », ne cherchant pas le dépassement de la politique consensuelle européenne, s'appuie, pour sa modélisation culturelle et sociale, sur un temps post-colonial datant principalement de l'époque

culturelle du ~me

siècle, et se projette dans un avenir

qui tentera prochainement d'aborder également les réalités d'une authenticité esthétique, mais qui recherche actuellement la mise en pratique d'une utopie sociale égalitaire, de la rédemption de la pauvreté à travers le statut d'acteur culturel. La musique est l'argument politique et social de la FESNOJIV, qui m'a missionné du 13/07/2001 au 27/07/2001, et qui a bien voulu me permettre de ID'exprimer sur son mouvement. Cette fondation du Venezuela porte le nom exact de Fondation d'État pour le Système National des Orchestres « Juvéniles et Infantiles» du Venezuela, d'où les initiales
F .E. S.N. O.J.IV.

15

Vers une utopie devenue réalité Selon Ernst Bloch, la découverte des nouveaux continents ne s'est jamais produite par accidentlo. L'expérience montre que ces découvertes doivent, selon la morale du pays colonisateur, être précédées d'un vœu utopique qui commande aux colonisateurs de prendre possession d'un autre monde, d'inculquer des archétypes et d'extraire des particularités culturelles pour inspirer les artistes. Il La culture populiste d'Europe - celle des comédies musicales pour les milieux culturels plus élémentaires et, pour les milieux plus cultivés, dans son activité principale,

la promotion de la musique ancienne et baroque - s'appuie
à la fois sur la tendance post-bourgeoise et sur le statut culturel basique du consensus social s'adressant au plus grand nombre d'individus. La musique dite classique semble actuellement un peu délaissée dans les pays surdéveloppés. La culture post-moderniste des tendances contemporaines reste l'apanage des minorités, dépassant à
10 Voir « Les utopies géographiques}) d'Ernst Bloch, in Le Principe Espérance, trad. F. Wuilmard, 2 vol., Paris, Gallimard, 1982, tome II, p.392: «Bien que des rivages fussent aussi découverts par hasard mais souvent sans que cela eût de suites. Un équipage qui, dévié de sa course initiale, accostait ou plutôt échouait, retrouvait rarement la route du retour. Le fait que, vers l'an mil, le Groenlandais Ericson ait atteint la côte américaine sans le vouloir, est resté un événement épisodique. Cette côte fut trouvée onze fois avant Colomb, entre autres à partir de l'Asie orientale, mais comme elles étaient fortuites, ces découvertes restèrent sans conséquences. Il faut qu'une mission et un projet sous-tendent l'expédition, que la terre nouvelle constitue un but. » 11 Op. cit., tome II, p. 361 et suiv. Voir aussi l'étude sur le Primitivisme d'Emmanuel Gorge, publiée chez L'Harmattan en 2000. 16

peine les publics post-sériels et d'avant-garde des années 1960. La compréhension du post-postmodernisme (voir le lexique) est encore plus rare dans son désir de permettre un sens critique placé au-dessus des considérations
économiques et culturelles consensuelles.

Le mouvement culturel de la formation des publics de concert d'Amérique du Sud, selon le programme de redressement social et d'éducation musicale de la FESNOJIV, offre, à l'écoute de son peuple, une musique issue des répertoires de style romantique inhérents aux œuvres de Tchaïkovski, Verdi, Suppé, que l'on peut qualifier de post-bourgeoise, reflétant des ancrages coloniaux et post-coloniaux. Pour échapper à ces modèles esthétiques bien particuliers, un espoir de créer un grand courant créatif est en projet. À l'initiative de Williams Montesinos, compositeur franco-vénézuélien avec la participation du musicien Raul Lubo, membre fondateur du système des orchestres infantiles et juvéniles, avec Aldo Lisausaba et Aurora Sambrano, plusieurs rencontres ont eu lieu dans les milieux universitaires français, aux Universités Paris-I et Strasbourg-II, et lors d'un colloque à l'Ambassade du Venezuela à Paris, le 28 janvier 2003 dans lequel j'ai pu intervenir en faveur du système d'éducation musicale et sociale. Les conséquences de ces actions permettent actuellement de fonder un courant utile à une nouvelle école de composition pour le Venezuela. Un institut accueillera à Caracas prochainement des chercheurs et pédagogues mondialement reconnus pour enseigner aux jeunes musiciens vénézuéliens l'esthétique musicale, l'analyse comparée et la composition. Il sera baptisé l'Institut transdisciplinaire d'ingénierie musicale. 17

Pour équilibrer mon discours, je propose plusieurs exemples concrets. Les premiers s'étendent sur l'activité musicale de l'Ancien Monde en Europe, que nous étudions tous dans le cadre d'une musicologie générale, comme le dirait F.B. Mâche. Concernant d'autres activités de l'Ancien Monde, au-delà des topiques musicales européennes qui cherchent des pistes sémiotiques nouvelles, il est intéressant d'aborder d'autres archétypes, même ceux de la rétention du savoir, spécialement dans le cas de l'Asie centrale longtemps occupée par le colonialisme soviétique. Ma précédente mission en Azerbaïdjan m'a pennis d'enseigner à l'Académie de musique de Bakou du 10 au 18 mars 1999, sous le couvert de l'Ambassade de France à Bakou 12.Cet exemple peut illustrer une autre vision de l'Ancien Monde, celle d'une tradition et d'une culture soviétiques face à un avenir politique incertain. Même dans ce contexte, le post-colonialisme parviendra à briser ses chaînes culturelles, attiré par un courant de vérité mais également victime de la mondialisation. Aujourd'hui en 2003, l'Europe, notre vieux monde, ne s'ouvre-t-elle pas progressivement aux pays culturellement très différents, comme la Turquie qui supporte encore aujourd'hui des traces de 1'héritage de l'empire Ottoman, et ne promet-elle pas en 20071'adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie? Dans le contexte de la présente étude qui met en avant les comparaisons sur l'évolution culturelle de l'Ancien et du Nouveau Monde, je propose de nombreux exemples à l'occasion de ma mission au Venezuela, du 13 au 27 juillet
12 Joseph-François Kremer, Esthétique Musicale: la recherche des dieux enfuis, Paris, L'Harmattan, 2000. Voir « Entre découverte et reconnaissance» . 18