Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

Notice sur Lazare Bruandet, peintre de l'École française, 1753-1803

De
21 pages

En écrivant cette notice, je n’ai pas pour but de provoquer l’éclat d’une réhabilitation ; je veux seulement réclamer dans l’histoire de notre école une place pour un artiste dont les travaux l’ont honorée, et dont le nom se lit journellement depuis un demi-siècle dans les catalogues et sur les affiches de vente.

Lazare BRUANDET, mort en 1803, à l’âge de cinquante ans, est représenté au Louvre par une toile importante, et ses tableaux, recherchés des amateurs, se soutiennent dans les ventes publiques à côté des meilleures productions de son époque.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

À propos deCollection XIX
Collection XIXest éditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bibliothèque nationale de France.
Fruit d’une sélection réalisée au sein des prestigieux fonds de la BnF,Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes class iques et moins classiques de la littérature, mais aussi des livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou livres pour la jeunesse… Édités dans la meilleure qualité possible, eu égard au caractère patrimonial de ces e fonds publiés au XIX , les ebooks deCollection XIX sont proposés dans le format ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture.
Charles Asselineau
Notice sur Lazare Bruandet, peintre de l'École française, 1753-1803
En écrivant cette notice, je n’ai pas pour but de provoquer l’éclat d’une réhabilitation ; je veux seulement réclamer dans l’histoire de notre école une place pour un artiste dont les travaux l’ont honorée, et dont le nom se lit journellement depuis un demi-siècle dans les catalogues et sur les affiches de vente. 1 Lazare BRUANDET, mort en 1803, à l’âge de cinquante ans , est représenté au Louvre par une toile importante, et ses tableaux, r echerchés des amateurs, se soutiennent dans les ventes publiques à côté des meilleures productions de son époque. D’où vient donc cet oubli injuste, du moins cette n égligence envers un artiste dont la signature a une valeur quotidiennement appréciée ? D’où vient que ni la Biographie universelle, ni aucun des recueils analogues ne fai t mention de son nom ? Un paragraphe de six lignes dans le dictionnaire allem and de Nagler, une note insignifiante de Landon, une phrase de Gault-de-Saint-Germain, dans lesTrois Siècles de la peinture, sont tout ce que j’ai trouvé d’imprimé relativement à Bruandet et qu’il m’a fallu compléter par des recherches à travers les catalogues et par des appels à la mémoire des rares 2 contemporains encore existants de ce peintre .
1 Dans l’acte mortuaire, en date du 6 germinal an XII, on apprend que Bruandet était né à Paris et avait épousé Catherine Linger. Les té moins qui ont signé sont : 1.° Thiérard, sculpteur ; 2.° Bechet-Taigny, employé. — Il n’est fait nulle part mention du sculpteur Thiérard.
2Je dois citer particulièrement M. Bertrand, marchand de tableaux, à la bonne volonté duquel je suis redevable de la plupart des détails intimes que l’on trou. vera dans cette notice.