Pascin

De
Encore aujourd’hui considéré comme un bad boy, Pascin était un artiste brillant qui vécut dans l’ombre de contemporains tels que Picasso, Modigliani et tant d’autres. Spécialiste du corps féminin, ses toiles sont aussi tourmentées que l’était son style de vie composé de fêtes et de sorties. L’artiste, scandaleux pour le caractère érotique de ses œuvres, exposa dans de nombreux salons notamment à Berlin, Paris et New York.
Publié le : jeudi 12 juin 2014
Lecture(s) : 28
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9781783109067
Nombre de pages : 256
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Pascin
page 4 : Photographe anonyme,Portrait de Pascin au café du Dôme, 1910. Paris.
Auteur : Alexandre Dupouy
Mise en page : Baseline Co. Ltd 61A-63A Vo Van Tan Street e 4 étage District 3, Hô Chi Minh Ville Vietnam
© Confidential Concepts, worldwide, USA © Parkstone Press International, New York, USA Image-Bar www.image-bar.com
Tous droits dÊadaptation et de reproduction, réservés pour tous pays. Sauf mentions contraires, le copyright des fluvres reproduites appar-tient aux photographes, aux artistes qui en sont les auteurs ou à leurs ayants droit. En dépit de nos recherches, il nous a été impossible dÊétablir les droits dÊauteur dans certains cas. En cas de réclamation, nous vous prions de bien vouloir vous adresser à la maison dÊédition.
ISBN : 978-1-78310-921-0
2
ÿ LÊhomme le plus libre du monde qui nÊappartenait à ce monde que par des liens imaginaires Ÿ. ∙ Pierre Mac Orlan
3
31 mars 1885 :
Mars 1905 :
24 décembre 1905 :
Septembre 1907 :
1909 :
Biographie
Julius Mordecai Pincas vient au monde. Il est le septième des neuf enfants de Sophie Pincas, née Russo et Marcus Pincas, riche négociant en grain. Encore jeune, Julius quitte le strict foyer familial.
Après avoir étudié à Budapest, Vienne, Berlin et Bucarest, Pincas se rend à Munich et commence à réaliser des dessins pour la revueSimplicissimus. Son père lÊinterdit dÊutiliser son nom de famille ÿ Pincas Ÿ. Julius supprime son prénom, mélange les lettres du nom ÿ Pincas Ÿ et signe désormais du nom de Pascin avec un ÿ p Ÿ minuscule.
Il arrive à Paris. Sa réputation lÊa suivi et il est attendu par une véritable délégation de peintres et personnalités de toutes nationalités. LÊÉcole de Paris accueille lÊun de ses futurs maîtres.
Pascin rencontre Hermine David, qui lui montre les miniatures quÊelle e peint sur ivoire façonXVIIIIsiècle
Pascin rencontre Cécile ÿ Lucy Ÿ Vidil, âgée de dix-huit ans, lorsquÊelle pose pour lui pour la première fois. La future femme du peintre norvégien Per Krohg deviendra sa maîtresse et le modèle de
nombreuses de ses peintures.
5
1910 :
Juin 1914 :
25 septembre 1918 :
11 novembre 1918 :
20 septembre 1920 :
2 juillet 1930 :
Les peintures de Pascin sont exposées dans la galerie de Berthe Weill mais sont peu remarquées. De lÊautre côté du Rhin, il est reconnu comme étant lÊun des meilleurs dessinateurs de son temps.
Avant que la Première Guerre mondiale ne commence, Pascin et sa compagne partent pour New York en passant par Bruxelles, Londres et Brooklyn. Pascin entreprend de nombreux voyages au Texas, en Floride, à Cuba ainsi quÊen Louisiane. Tout comme à Paris, Pascin mène une vie de bohême.
Pascin et Hermine David se marient.
LÊArmistice est signée, fin de la Première Guerre mondiale. Pascin
et Hermine ne semblent pas déterminés à quitter le Nouveau Monde
et ses richesses.
Pascin obtient la citoyenneté américaine. Ils retourne en France avec Hermine. ¤ Paris, il reprend sa vie dÊexcès. Il entame une liaison avec Lucy.
Pascin choisit, en toute lucidité, de se donner la mort. Il se pend à la poignée de sa porte.
7
8
Le Calife et ses trois cent-soixante-sept modèles
ÿ Ne vous retournez pas ainsi∕ Continuez à suivre le corps du pauvre Pascin. Oui je vous laisse ; je reste ici avec son image immatérielle. Avec Chagall mystique, sa fine compagne à ses côtés, avec Kisling et Papazoff qui sont de la même lignée formidable, avec tous ses copains et copines, les yeux rougis,
La Fille au turban
1903 Crayon sur papier, 39 x 30 cm Collection particulière
9
10
André Salmon et Marcel Sauvage le visage bouleversé, les modèles de tout poil et de toute couleur, les marchands de tableaux, même, dont la douleur se tempère de la hausse brusque que vaut ce bond dans lÊéternité∕ Oui, Zadkine, excuse-moi : sculpteur, vous avez le culte de la matière et des formes, dépouilles mortelles que vous suivrez, avec lÊespoir dÊune survivance, dÊune transfiguration,
Les Pâtres
1903 Aquarelle sur papier, 37 x 51 cm Collection particulière
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Petites Filles

de parkstone-international

Erotische Kunst aus Asien

de parkstone-international

Die erotische Fotografie

de parkstone-international

Der Ursprung der Welt

de parkstone-international

suivant