//img.uscri.be/pth/f112c0c854fb0d003f9b72d6758112b1a0d81db3
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,49 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Petites impertinences

De
114 pages
Montparnasse, les années 30. Le peintre Fausto Pirandello, fils du célèbre dramaturge Luigi Pirandello, marié à l'insu de son père, s'y est réfugié. Pour y enfanter, inventer son style, loin de la célébrité paternelle écrasante. Il y a du Baudelaire chez Fausto. Une succession de tableaux peints en prose. Une succession de coups de pinceaux littéraires qui traversent sa vie et son œuvre et rencontrent, pour le défier par son art, rebelle et révolté, l'immense monument littéraire dont il porte le nom. Ces « Petites impertinences » soutiennent la confrontation majeure avec le Nom du Père.
Voir plus Voir moins
PETITES IMPERTINENCES Et autres écrits PETITES IMPERTINENCES Et autres écrits J’achète les petits tubes, mais chaque fois un seul, chaque jour quelques-uns, autant et quand il me les faut. Je ne fai pas un pas de plus car, pour y aller, le marchand J’achèteles petits tubes, mais chaque fois un seul, chaque jour quelques-uns, autant de couleurs est juste à côté du porch de l’ telier.Madameelle me fait mêmeso rit, et quandilme les faut. Jene fais pasun pas de plus car, poury aller, le marchand des rabais pourartiste-peintre.Aujourd’ ui, au contraire,Monsieur le dro-de couleurs est juste à côté du porche de l’atelier.Madamesourit, elle me fait même guisteme fait la tête. Me dit que j’achète en série ou rien - mais voyons ! - et des des rabais pourartiste-peintre.Aujourd’hui, au contraire,Monsieur le dro-rabais : rien. Parce que c’est plus l’air froid que je lui apporte dans la boutique -guisteme fait la tête. Me dit que j’achète en série ou rien - mais voyons ! - et des entre et so s, toujou s ici - qu de l’argent. Il me egar e très amer, vec le sang aux rabais :rien. Parceque c’est plusl’airfroidqueje luiapporte dans la boutique -yeux : un beau j u ne doit pas durer. C’ st c ai ? Je me sors de la boutique, dégoûté, entreet sors, toujours ici - quedel’argent. Il me regarde très amer, avec le sang aux en claquant la porte : pas de p tit tube !... yeux : un beau jeunedoit pas durer. C’est clair ? Je me sors de la boutique, dégoûté, en claquant la porte : pas de petit tube !... Petit tableau parisien. Montparnasse, les années 30. Le peintre Fausto Pirandello, f ls du célèbre dramaturge Luigi Pirandello, marié à l’insu de Petit tableau parisien. Montparnasse, les années 30. Le peintre Fausto son père, s’y est réfugié. Pour y nfanter, inventer son styl , loin de la Pirandello, fils du célèbredramaturge Luigi Pirandello, marié à l’insu de célébrité paternelle écra ante. Il y a d Baudel ir chez Fausto. Une suc-son père, s’y est réfugié. Pour y enfanter, inventer son style, loin de la cession de tableaux peints en prose. Une succession de coups de pin-célébrité paternelle écrasante. Il ya du Baudelaire chez Fausto. Une suc-ceaux littéraires qui rav rsent sa vie et son œuvre et rencontrent, pour cession detableaux peints enprose. Une succession de coups de pin-le défier par son art, belle et révolté, l’imm n e monument littéraire ceaux littéraires quitraversentsa vieetson œuvre et rencontrent, pour dont il porte l nom. Ces « Petit s impertinences » soutie nent la le défier par son art,rebelleet révolté, l’immense monument littéraire confrontation majeur avec le Nom du Père. dont il porte le nom. Ces« Petites impertinences » soutiennent la Fausto PIRANDELLO (1899-1975), artiste peintre italien, séjourne à confrontation majeure avec le Nom du Père. Paris, de 1928 à 1930, où naît son fils Pierluigi. Il y fréquente le milieu Fausto PIRANDELLO (1899-1975), artiste peintre italien, séjourne à artistique, en particulierLes Italiens de Paris(De Chirico, De Pisis). Il Paris, de 1928 à1930, où naît son fils Pierluigi. Il y fréquente le milieu complète sa formation au contact des œuvres de Cézanne, Braque, Pi-artistique, en particulierLes Italiens de Paris(De Chirico, De Pisis). Il casso, et des Surréalistes. Il expose en 1929 à la Galerie Vildrac. R ntré complète sa formation aucontact des œuvres de Cézanne, Braque, Pi-à Rome, où il vivra jusqu’à sa mort, il sera reconnu comme l’un es casso, et des Surréalistes. Il expose en 1929 àla Galerie Vildrac. Rentré principaux peintres prônant une réalité ni abstraite ni figurative, ais à Rome, où il vivrajusqu’à sa mort, il sera reconnu comme l’un des résultat d’u e invention à chaque fois subjective. principaux peintres prônant une réalité ni abstraite ni figurative, mais résultat d’une invention à chaque fois subjective.
ISBN : 978-2-917714-11-9 ISBN : 978-2-917714-11-9
Fausto PIRANDELLO FaustoPIRANDELLO
PETITES IMPERTINENCES PETITESIMPERTINENCES Et autres écrits Etautresécrits Fausto PIRANDELLO Suivi de deux lettres inédites de Fausto PIRANDELLSOuividedeuxlettresinéditesdeLuigi PIRANDELLO Fausto PIRANDELLO LuigiPIRANDELLO
PETITES IMPERTINENCES
Traduit de l’Italien par PETITES IMPERTINENCES CosimToraTdRuiOtdNeOl’Italienpar PETITES IMPERTINENCES CosimoTRONO
PENTA Éditions PENTAÉditions
Collection « Psychanalyse, art, civilisation » dirigée par Michel Gad Wolkowicz
PETITES IMPERTINENCES E t a u t r e s é c r i t s
Fausto PIRANDELLO PETITES IMPERTINENCES E t a u t r e s é c r i t s Suivi de deux lettres inédites de Luigi PIRANDELLO Traduit de l’Italien parCosimo TRONO
PENTA Éditions
© Penta Editions  59 rue Saint-André des Arts75006 Paris penta.editions@orange.fr
ISBN : 978-2-917714-11-9 EAN : 9782917714119
A Pierluigi Pirandello qui m’a offert le privilège de cette traduction d’un livre de son père Fausto Pirandello, et de deux lettres inédites de son grand-père Luigi Pirandello. En témoignage de mon amitié.
Témoignage aussi de ce qu’il doit à la France, et à Paris où il est né. Et ce que la France doit comme reconnaissance à l’œuvre peinte d’un de ses nombreux enfants de culture.
Cosimo Trono
Mes remerciements à Juliette Rivens pour sa relecture « pointue » (entendre : y compris la ponctuation).
En couverture : Ritratto di Luigi Pirandello, Fausto Pirandello
Je suis seul. Et ce que j’ai créé c’est l’ennui. Je n’ai rien d’autre que guerre, même de la part de Dieu, que je crains. Guerre impitoyable que ma misère ne trouve refuge même pas dans les rêves. Fracassée par les autres ma vie pour toujours. 1 Fausto Pirandello
1 V. annexe 3 (NdT).