//img.uscri.be/pth/55c4601bd728edecc8003eecb4fd6ccb91594037
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Tirailleurs sénégalais

128 pages
Images des tirailleurs « sénégalais » : un dossier largement illustré avec les images coloniales d’hier mais aussi les photos et témoignages d’aujourd’hui. Littérature, théâtre, arts plastiques, cinéma et chansons se mobilisent pour réfléchir l’Histoire et explorer l’imaginaire collectif. Figure typique de l’entre-deux culturel, le tirailleur est à la charnière entre la France et l’Afrique.
Contributions de Blaise N’djehoya, Nicolas Bancel et Pascal Blanchard, Sylvie Chalaye, Boniface Mongo-Mboussa, Soeuf Elbadawi et Olivier Barlet, ainsi que les photographies d’Hervé de Williencourt.
Entretiens avec le colonel Maurice Rives, Jean Quercy, Mamadou Mahmoud N’Dongo et Anne Bragance.
Voir plus Voir moins

Agbo Dinde Bernard Abidjan, Côte d'Ivoire Né en 1910 à Azaguié d'Ivoire) Marié, 21 enfants. Agbo Dinde Bernard est facteur de 1926 à 1930. /I est incorporé comme engagé volontaire !e 16/02/30. Nommé caporal en 36, sergent en 38, sergent chef en 43, il est notamment affecté au Levant de 39 à 41 puis en Tunisie en 1943. Libéré après 15 ans de service le 16/02/45 @ Hervé Williencourt (01 44 69 03 80) de même que toutes les photos du dossier.

Couverture:

s

s

Peinture rupestre 4fi~ique du Sud

Qui sait encore 1914-18, 175 000 militaires africains ont servi sur le front ? de 200 000 furent mobilisés en Occidentale 39-45 ? nous dit sur ordre du De 20 000 tirailleurs africains furent brusretirés de l'armée se pour la « blanchir» et donner un de victoire aux ? les libérés des allemands furent dans six camps au centre et au sud de la France avant d'être en ? devant le refus réitéré de leur verser les alTiérés leur étaient ils refusèrent les de officiers de les avant de
? (I)

Les tirailleurs « » font de l'inconscient au même titre que la collaboration ou la guerre Leur en en que discours: elle révèle les contradictions d'une ne cesse d'osciller entre volonté d'assimilation de et son pour infériorité. Il est la faveur des travaux riens tenaces et d"écrivains dont ce dossier se fait la France non seulement se confronte à sa propre Histoire modifie les réductrices que ces occultations contribuent à II est que l'on déchire, comme le demandait 3

n025

/

les Banania sur tous les murs de France. C'est une de marottes, à de contribuer à la déconstruction de la de racistes issus du colonial et continuent sonner la relation aux Africains. Nous nous y essayons non par la dénonciation stérile mais en la réflexion ouverte et Cela suppose une nous est chère, même si la voie est financièrement difficile. Le de bilan de L'Autre nous attriste et nous émeut car ce avait réussi à élever selnalne une voix différente et autonaIne. Et nous encourage à remercier vivement tous ceux nous soutiennent et sans exister: le l'Harmattan et bien sûr nos abonnés nous fidèlement.
Olivier Barlet Colonial : the Tirailleurs in French West Portmouth 1991, p. 98.

4

n025 /

2000

{e

Je 11e

IJ@ffj! les

de vous enten'er furiivementœ Vous ':J'êtes pas des pa~ vides sans h@ne16ufS déchirerai Desrie:es bananis SUFfous .'es mulS de FranceA Car Des cnanfaiel1t les et votre rire voti~ peau noire pas
Ah I G~e divisé 1

Vous TimiBDeufS mes frères noils chaude sous Da
vous

la n1ain ei Damort
clvanterg;wrz",
.0)
}}

Sédar

pas assez

cette

bomœ
t1ans
,si

ne connaît la emblé= de ce soldat noir avec sa chéchia rouge au pOlnpon dans un sourire pour venter les vertus de ? miliciens

n025 /

2000

COl~S dès colonisation sous les soldats noirs n'ont pas seulement pour la guerre, a aussi été et lnise au service de la protant au théâtre et au music-hall dans

Des

Ces ou pour les besoins de l'idéocolonialiste se heurtent brutalen1ent à la réalité d' éréalité aUSSI' réalité littéraire. C'est autour de cette confrontation des veut

ou la chanson

las Bancel

à coloniale avec le travail de recherche NicoPascal Blanchard.

ou battants oubliés ou Ce dossier se donc con1un parcours de la 111émoire. Parcours de reconnaissance d'abord avec le travail d'Hervé de Williencourt est allé à la rencontre de ces tirailleurs rentrés dans leur au Burkina en Côte au et sans avec leur de la guerre et enfermés encore avec leurs souvenirs dans un dédoublen1ent ; il est allé recueillir les dernières traces vivantes de tous ces anonymes France oublieuse a mis au 6

Parcours littéraire aussi de ry Dialla à Blaise en par avec l'ancien devenu un personnage d'anti-héros pour les écrivains noirs. Parcours lTIusicalautour de Zao et parcours avec Ousmane Sembène. Parcours du côté la militaire ou la chanson COill.medu côté africain à travers Inasques et statuettes. Un parcours surtout, ne se veut pas fléché mais incite à la mIse en aux ments et aux rencontres.

I

6mois (280

Africultures

n025 /

2000

7

TuabouJ

8

Africultures

n025 /

2000

Ce travail sur le de Tirailleurs a l'occasion de la Inanière dont les Africains ont Une a alimenté de mulpour moins réau fil des de la dÜnension à la fois et collective du « Ti». Rencontre sont donc d'une ; mais aussi d'une his: la nôtre. « » vivent encore au« dans brousse lointaine »~cette « tion » s'articule autour de la encore perçus comme des Inaux, des sous-hommes sauvages pour fier notamment la colonisation enrôlell1ent dans Africains ont suite continué d'alimenter 1es de serviteurs ou de bouffons. Sous l'influence de la soi-disant « des races», infériorité Noirs bases dites 9

n025 /

2000

noir. aUSSIune des Africains et doit d'être à la tation donne d'eux. La réalisation de raiUeurs contribuer à la « restauration» la des Africains en rapla ont dans la défense d'une France libre. Une lorisante ne que à cene des Africains en mais a des limites: l'unifonne ne fait pas à lui seul la d'un
hOl11l11e.

le «( acte@Jif

C'est en recherchant le n1eilleur moyen pour « rendre» cette dide leur « fonction de Tirailleur », que l'idée de « de » a fait son chelnin : les Tirailleurs cela est doivent être acteurs de leur propre et de leur sentation sociale. D'où l'intérêt de travailler en format favorise le en 10

le est effectué à l'issue d'une rencontre; il constitue de sieurs heures de au cours l'ancien con1battant est par par son histoire. Une histoire souvent n'a pas été racontée des années se soucie des histoires des vieux ?). La alors à la création d'un instant où le bien souvent est ailleurs c'est à dire 60 ans en arrière. Instant l'émotion que ce voyage dans le a fait naître.

les

~i1e

Les en Cô~ w ~ Mali et au Burkina Faso nous ont de ce que nous en attendre: non pas des

n025 I

Diana Mamadou
Galldé, Sénégal.

Classe41 <,Pendant la V

il1ilitaires sont derrière les nillitaires. y du 1110nde.Tu ne peux pas reculer. pour aller où ? Il Y a des derrière vous. Devant c'est Derrière elest Il faut continuer. si je COUTS en France, là-bas, pourrais aller? Il Y la 111er. vais monter Cm? Quel ? 1110rt, n o 111011, on rneurt, finL Vous ètes COlnme compatriotes sont morts )'.

n025 /

2000

l1

l\~ê en

1916.

le 30.09.40. N° de matricule:

23940

12

n025 /

2000