AMAZONIE BRESILIENNE : LES MARCHANDS DE REVE

De
Publié par

L'auteur explique les rapports sociaux qui existent entre les agriculteurs sans terre et une certaine catégorie d'acteurs véritables médiateurs paternalistes qui assurent l'intermédiaire entre ces populations démunies et le marché en entretenant un rapport de reconnaissance et de soumission.
Publié le : vendredi 1 janvier 1999
Lecture(s) : 322
Tags :
EAN13 : 9782296379022
Nombre de pages : 160
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Amazonie brésilienne: les marchands de rêves

Collection Recherches Amériques latines dirigée par Denis Rolland, Pierre Ragon Joëlle Chassin et ldelette Muzart Fonseca dos Santos
Dernières parutions SCHPUN Monica Raisa, Les années folles à Sao Paulo (1920-1929), hommes etfemmes au temps de l'explosion urbaine, 1997. THIEBAUT Guy, La contre-révolution mexicaine à travers sa littérature, 1997. LUTIE Gérard, Princesses et rêveurs dans les rues au Guatemala, 1997. SEGUEL - BOCCARA Ingrid, Les passions politiques au Chili durant l'unité populaire (1970-1973), 1997. FAVRE Henri, LAPOINTE Marie (coord.), Le Mexique, de la réforme néolibérale à la contre-révolution. La révolution de Carlos Salinas de Gortari 1988-1994, 1997. MINGUET Charles, Alexandre de Humboldt. Historien et géographe de l'Amérique espagnole (1799-1804), 1997. GILONNE Michel, Aigle Royal et Civilisation Aztèque, 1997. MUZART-FONSECA DOS SANTOS Idelette, La littérature de Cordel au Brésil. Mémoire des voix, grenier d'histoires, 1997. GROS Christian, Pour une sociologie des populations indiennes et paysannes de l'Amérique Latine, 1997. LOBATO Rodolfo, Les indiens du Chiapas et la forêt Lacandon, 1997. DE FREITAS Maria Teresa, LEROY Claude, Brésil, L'utopialand de Blaise Cendrars, 1998. ROLLAND Denis, Le Brésil et le monde, 1998. SANCHEZ Gonzalo, Guerre et politique en Colombie, 1998. DION Michel, Omindarewa lyalorisa, 1998. LE BORGNE-DAVID Anne, Les migrations paysannes du sud-Brésil vers l'Amazonie, 1998. COLLECTIF, L'Amérique Latine et les modèles européens, 1998. GRUNBERG Bernard, L'inquisition apostolique au Mexique, 1998. GUlCHARNAUD-TOLLIS Michèle (dir.), Le sucre, 1998. BOCCARA Guillaume, Guerre et ethnogenèse Mapuche dans le Chili colonial, 1998. MAUGEY Axel, Les élites argentines et la France, 1998. BLANCPAIN Jean-Pierre, La France et les Français au Chili, 1998. BELLAABELLAN Salvador, L'univers poètique d'Eliséo Diégo, 1998. MALENGREAU Jacques, Structures identitaires et pratiques solidaires au Pérou, 1998.
@ L'Harmattan, ISBN: 1998 2-7384-7398-9

Jacky PICARD

Amazonie

brésilienne: de rêves

les marchands

Occupations de terre, rapports sociaux et développement

Préface de Christian Geffray

L'Harmattan
5-7, rue de l'École Polytechnique 75005 Paris - FRANCE

L'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) - CANADA H2Y lK9

REMERCIEMENTS

Je remercie l'équipe ORSTOMlCNPq du Museu Goeldi de Bélem, Philippe Léna, Christian Geffray, Roberto Araujo, Gérard Roy, Maria da Conceiçao d'Incao, Anne Leborgne pour m'avoir fait profiter de leur expérience et de leurs analyses. Je remercie également Marcia et Walter Muchimagata, Guttemberg Guerra, Olivier TopaI, Emmanuel Wambergue, Jean Hébette, Regina Schonenberg et Claude Meillassoux, pour avoir attirer mon attention sur certains aspects de la réalité des fronts pionniers amazoniens ou pour avoir formuler des remarques théoriques pertinentes. Je remercie les chercheurs de l'Université Michel de Montaigne- Bordeaux III et de l'UMR ORS TOM-CNRS "Regards", Jean Koechlin, Pierre-Jean Roca, Michel Pouyllau, Xavier Amelot, Annie Chéneau-Locquay, Doriane Kermel et Claude Raynaut (anthropologue au CNRS), pour les conseils et discussions autour de cette recherche. Anaït Santana, Jacqueline Vivés, Jean-François Alexandre, Michel Chaulet, Didier Dubourg, Denis Fouquet m'ont aidé, d'une manière ou d'une autre, dans ce travail: qu'ils en soient ici remerciés ainsi que Manuel Magnani pour la couverture. Mes remerciements vont également aux agriculteurs, commerçants, syndicalistes, éleveurs de bétail, élus locaux, banquiers et employés des municipalités de Maraba, Curionopolis et Eldorado do Carajas qui ont accepté de répondre à mes questions et, pour certains, de m'héberger.

6

Je remercie enfin Claudia Villar Pantoja-Picard pour l'aide apportée sur certaines illustrations et pour sa patience durant la rédaction.

Préface
Christian Geffray'

Jacky Picard a mené son enquête en 1994, auprès d'un groupe de migrants sans terre, paysans pauvres ou anciens chercheurs d'or démunis qui occupaient illégalement une grande propriété du sud du Para. Partant de cette situation conflictuelle, l'auteur s'est très vite interrogé sur un trait saillant de la vie sociale amazonienne (et plus largement sud américaine) qui aurait pu lui paraître trivial tant il est massivement évident pour tous, et pourtant si difficile à penser: pourquoi l'adhésion politique, la mobilisation du travail ou l'accès aux services publics bref, la mise en œuvre des grandes procédures ordinaires de la vie sociale, semblent-elle toujours et partout requérir la séduction - donc la mobilisation de l'amour - des intéressés? L'amour des électeurs par exemple, dans le champ politique populiste, celui de la main d'oeuvre dans les formes paternalistes d'exploitation du travail, l'amour des administrés enfin, dans la formation et le fonctionnement des réseaux clientélistes auquel paraît se réduire, parfois, l'exercice de la fonction d'Etat? Que signifie sociologiquement cet univers de l'entraide, de l'amitié et de la confiance primant toute espèce de lien contractuel, mais si prompt à se retourner en brutalité et en

Anthropologue à l'ORS TOM (Institut Français de Recherche Scientifique pour le Développement en Coopération) et membre du Centre d'Etudes Africaines (EHESS), Christian Geffray a travaillé trois ans en Amazonie brésilienne (1991-1993) en coopération avec le Museu P. E. Goeldi de Bélem (CNPq). Il a publié des ouvrages sur la parenté et sur la guerre civile au Mozambique, un essai sur l'exploitation paternaliste (Chroniques de la servitude en Amazonie brésilienne, Kartala, 1995) et ~ne contribution à l'anthropologie analytique (Le Nom du Maitre, Arcanes, 1997).

.

8

meurtre dès lors que l'amitié ou la confiance s'avèrent trahies, l'amour déçu, la parole violée? C'est bien à cette question, me semble-t-il, que Jacky Picard s'efforce de répondre dans sa description limpide des rapports de force sur le domaine occupé où il conduisait son enquête, puis dans son analyse du paternalisme et du clientélisme. Au fil d'une analyse qui est aussi un récit, l'auteur met en évidence de façon précise comment une catégorie de personnes parvient à se constituer en intermédiaire entre les populations démunies (engagées dans l'occupation des terres), et les services publics, le marché, les forces politiques environnantes. Chaque fois, on voit bien comment ces "médiateurs" suspendent la dispensation de leurs services aux démunis, à la démonstration tangible, de la part de ces derniers, de leur loyauté et fidélité. Leurs protégés deviennent alors les débiteurs de leurs bienfaiteurs, et donc leurs obligés: "obligés" parce que suspendus à la grâce des médiateurs, mais "obligés" aussi de renoncer par là à leur bois précieux au bénéfice du propriétaire de la scierie voisine, de délivrer quelques journées de travail au bénéfice du commerçant voisin ou du meneur charismatique de l'occupation violente. Chaque fois, il y a médiation et, si possible, monopole de la médiation de telle sorte que les victimes de la réclusion sociale ainsi réalisée, regardent ceux qui les excluent, les médiateurs, comme une providence: elles y pensent comme on pensait naguère sous nos latitudes à "not'bon maître", car un tel maître n'est jamais neutre affectivement ; il est bon ou mauvais, béni de Dieu ou inspiré par le démon, autrement dit aimable, ou haïssable. On voit mal ici comment la sociologie pourrait passer outre à la prise en considération d'affects qui apparaissent proprement constitutifs du lien social envisagé l'amour et la haine. Ces pratiques sociales, si humaines au total, sont encore fréquemment regardées par les sciences du même nom comme "irrationnelles" à moins qu'elles ne soient mises au crédit du folklore ou du génie propre brésilien ou latina-américain (sous l'angle du culturalisme, cette vision du monde dont on connaît la puissance dans l'idéologie américaine). Ici pourtant, Jacky Picard propose une description soigneuse des rapports de force d'où procèdent les diverses situations de monopole, et donc les liens

-

-

9

obligataires et les dispositions affectives qui les caractérisent. Celles-ci ne doivent plus grand'chose alors à la "culture", au sens culturaliste ; mais on comprend mieux en revanche, sous la plume de l'auteur, pourquoi les protagonistes de ces rapports de force font systématiquement usage de la figure paternelle pour trouver une signification commune à leurs relations: figure providentielle, sévère mais juste et redistributrice du côté du bien, le père peut aussi bien présenter sa face tyrannique, avaricieuse et capricieuse jusqu'au crime, et donc "truculente" et démoniaque du côté du mal. Les forces progressistes elles-mêmes, laïques ou religieuses, ont parfois inscrit leurs interventions dans une telle logique sans le savoir, et elles ignorent peut-être à quel point leur populisme contribua alors à reproduire les iniquités qu'elles dénonçaient. Sur ce point, la contribution de Jacky Picard dans ce livre pourrait porter bien au-delà de l'analyse du lien de servitude colonial ou de ses prolongements actuels sur la "dernière frontière américaine" : au-delà de l'Amazonie, sa réflexion encourage à repenser la nature de l'Etat clientéliste ou patrimonial et du champ politique populiste contemporains.

Avant-propos

Les premiers chapitres du livrel s'attachent à montrer les conditions dans lesquelles se développent des marchés captifs au moment des occupations de terre, puis, plus tard, lorsque les colonies agricoles commencent à se stabiliser. Dans toutes les situations évoquées, les leaders de mouvements d'occupation de terre, puis les commerçants, parviennent à contrôler les échanges entre les groupes de population isolés dans la forêt et les acteurs extérieurs intéressés par les richesses naturelles des espaces conquis, les denrées agricoles qui y sont produites ou encore les votes des agriculteurs. Cette fonction d'intermédiaires leur permet d'asseoir leur pouvoir sur les populations capturées et notamment d'imposer leurs règles dans les échanges économiques avec eux; c'est là l'origine de leur réussite économique et sociale. Car sur le marché, ces intermédiaires n'ont pas la possibilité d'accroître leurs marges; ils sont eux-mêmes soumis à la pression de leurs acheteurs. L'insertion des intermédiaires entre les populations isolées et le marché obéit toujours au même scénario: la concession d'avances, généralement sous la forme d'aliments, perçue comme une faveur à laquelle les bénéficiaires répondent, le plus souvent, par la remise de leur production aux prix fixés par l'intermédiaire et par leur fidélité politique. La dépendance des agriculteurs provient donc du contrôle des circuits d'échange par les commerçants, mais également de la dimension imaginaire des rapports sociaux, au centre de laquelle se trouve la perception des
1

Ce livre est une révision de ma thèse de doctorat intitulée Les Marchands de Rêves.
sociales
brésilienne,

Représentations
en Amazonie

de l'échange
soutenue

et développement
Michel

rural sur unfront
de Montaigne

à l'Université

-Bordeaux

de colonisation
III, le 29

janvier

1997.

12

avances comme promesse d'une protection. Le rêve proposé par les marchands en échange des biens et des services qu'ils reçoivent représente ainsi une composante essentielle du lien social paternaliste en vigueur dans les colonies agricoles amazoniennes. La puissance et la fonctionnalité des pratiques et représentations paternalistes ont toujours été largement sousestimées dans les discours scientifiques sur l'Amazonie, à l'exception du livre remarquable de Leonarda Musumeci paru en 1988. Cette première rupture montrait déjà que l'accès à la terre ne suffit pas à assurer l'indépendance des petits agriculteurs; ces derniers semblent d'ailleurs hésiter entre la recherche d'un patron protecteur et celle de leur autonomie. La reconnaissance de ce ressort intime des stratégies paysannes conduit à rejeter les approches qui d'une part, isolent les échanges économiques du reste de la vie sociale et d'autre part, présupposent l'homogénéité des communautés d'agriculteurs. Ces communautés sont en effet marquées par des phénomènes de différenciation sociale étroitement liés aux différences d'accès au marché. Les formes paternalistes contemporaines de domination mises en évidence dans ce texte résonnent de toute la force des nombreux écrits consacrés à l'étude des formes d'autorité au Brésil et en Amérique latine: "coronelismo", "caciquisme", " clientélisme", "patrimonialisme". Le point commun de ces différents avatars du paternalisme réside dans l'échange d'une protection personnelle contre la soumission des dominés. Il faut ensuite distinguer selon la nature des ressources captées sur la base de ces formes de domination: la captation de ressources publiques selon des procédures qualifiées de clientélistes fait référence à la nature patrimonialiste de l'Etat brésilien, alors que l'exploitation d'une main d'œuvre par la mise en place de marchés captifs définit ce que je propose d'appeler des formes paternalistes d'exploitation. Cette catégorie englobe le paternalisme industriel européen du début du XX... siècle ainsi que les phénomènes étudiés au cours de cette recherche et regroupés sous le terme de paternalisme clientéliste latino-américain.
20 mito da terra liberta. colonizaçiio Amazônia Orienal, Vertice, Sâo Paulo. .. espontanea ", campesinato e patronagem na

13

Le chapitre 10 a pour objectif d'explorer les limites du concept de paternalisme clientéliste forgé au niveau micro-social des colonies agricoles. Au delà des marchés captifs, des logiques spéculatives, mais également concurrentielles, plus caractéristiques du marché capitaliste, au moins dans ses principes, viennent s'articuler aux pratiques paternalistes. La mise en lumière des stratégies paysannes et de leurs ressorts les plus intimes débouche sur des recommandations concernant les formes possibles et les moyens d'un développement durable de l'Amazonie brésilienne. Un accent particulier est mis sur le renforcement du rôle médiateur de l'Etat pour dépasser les logiques paternalistes qui freinent l'amélioration de la situation des catégories de population placées en situation de dépendance.

CARTE N° 1

LA REGION NORD

_

() REGlONNORD
3851 560 km2 soit 45,25 % de la superficie du Brésil

300 600 Km

La plupart des enquêtes sur lesqudles s'appuie ce livre ont été réali-sées en Amazonie brésilienne, dans la région de Maraba, au cours des années 1991-1994, dans le cadre d'une convention de recherche entre l'ORS TOM UR3E (Institut Français de Recherche et de développement en Coopération) et le Museu Paraense Emilio Goeldi de Belém (CNPq), sur un programme dirigé par Philippe Léna et Adélia E. de Oliveira.

PREMIERE PARTIE OCCUPATIONS DE TERRE ET MARCHES CAPTIFS

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.