BÂTIR SA VIE SURTOUT VERS LA FIN

De
Publié par

Ce que Didi Van de Wiele affirme ici, avec une force issue de son histoire personnelle, de ses choix d'humanité, de ses expériences professionnelles et militantes, de sa conception de la culture et de sa recherche universitaire, c'est que nous pourrions réinterroger nos conceptions concernant la vieillesse, et apprendre à la penser autrement. Non, la vieillesse n'est pas seulement « la fin de la vie » mais elle est, elle a un « à venir » à construire. Oui, c'est bien l'âge de la transmission, mais c'est aussi un âge de créativité, un temps de création individuelle et collective.
Publié le : mercredi 1 janvier 2003
Lecture(s) : 46
Tags :
EAN13 : 9782296311060
Nombre de pages : 78
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

BATIR SA VIE...
SURTOUT VERS LA FIN
L'aventure culturelle d'une senior

Collection Histoire de Vie et Formation dirigée par Gaston Pineau
avec la collaboration de Bernadette Courtois, Pierre Dominicé, Guy Jobert, Gérard Mlékuz, André Vidricaire et Guy de Villers

Cette collection vise à construire une nouvelle anthropologie de la formation, en s'ouvrant aux productions qui cherchent à articuler "histoire de vie" et "formation". Elle comporte deux volets correspondant aux deux versants, diurne et nocturne, du trajet anthropologique. Le volet Formation s'ouvre aux chercheurs sur la formation s'inspirant des nouvelles anthropologies pour comprendre l'inédit des histoires de vie. Le volet Histoire de vie, plus narratif, reflète l'expression directe des acteurs sociaux aux prises avec la vie courante à mettre en forme et en sens.

Dernières parutions
Volet: Histoire de vie

Jean-François CHOSSON, La mémoire apaisée, au long des routes de l'éducationpopulaire et de l'enseignement agricole, 1928-2001, 2002
Patricia BOUCHER (éd.), Histoires de vie au féminin pluriel, 2002. Renaud VALERE, Tranches de vie ou la roman de Jil, 2002. Maela PAUL, Recommencer à vivre: crise, reprise et rencontre dans la vie professionnelle, 2002. Catherine LOBSTEIN, Sur-vivre après accident, 2002.

Didi Van de Wiele

BATIR SA VIE...
SURTOUT VERS LA FIN
L'aventure culturelle d'une senior
Préface de Claire Héber-Suffrin

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris

FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALIE

@L'Harmattan,2002 ISBN: 2-7475-3778-1

A mes parents, qui nous ont donné, nous les onze frères et sœurs, les uns aux autres. A Marianne, " la petite sœur espérance" qui est venue me prendre par la main. A Roger Gentis et Claire Héber-Suffrin, qui m'ont révélé d'autres espaces, pour naître et renaître sans cesse, avec tous mes frères humains.

Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égard, ni patience. René Char La vieillesse est une jeunesse dont la jeunesse n'a aucune idée. Hélène Cixous Reconnaître autrui est le souverain bien. Robert Antelme

Préface L'intelligence de la relation à (re)générer

C'est à Camisano, en Italie, que je commence cette préface. Des réseaux d'échanges réciproques de savoirs (RERS) se développent dans la province de Vicenza, et, comme Didi van de Wiele, ceux qui les promeuvent et les font vivre sont intéressés par la parité qu'ils instaurent, par les désirs d'apprendre et de savoir qu'ils font naître ou renaître, par les changements des rapports humains qu'ils construisent. Depuis plus de trente ans, ces réseaux! m'ont permis de vivre de "belles rencontres" de formation, d'entendre des récits de mises en mouvement et de cheminements individuels et collectifs - récits humbles et pourtant si pleins d'intelligence des relations! Depuis 1993, le MRERS2 a développé des ateliers d'écriture et de la formation d'animateurs de ces ateliers, afin que les participants des RERS découvrent qu'ils peuvent aussi être ceux qui les racontent et en construisent la mémoire. Didi Van de Wiele a tout de suite compris l'intérêt de cette proposition pour que chacun puisse de mieux en mieux construire sa vie en construisant des projets coopératifs, construire une œuvre collective tout en construisant, comme le faisaient les compagnons, sa " cathédrale intérieure". Comment aller plus loin que le simple récit de ses chemins d'apprentissages et de rencontres, et même plus loin que l'élaboration collective d'une" mémoire commune"? Comment favoriser les prises de conscience de leurs théories implicites par les acteurs des RERS ? Comment pourraient-ils
I Qui se sont développés dans différents pays d'Europe, d'Afrique et d'Amérique. 2 Mouvell1ent des réseaux d'échanges réciproques de savoirs: Mouvement associatif, agréé d'éducation populaire, qui accompagne le développement des RERS, propose des formations à cette démarche, organise des recherches, relie les RERS entre eux.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.