Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Publications similaires

Mak Kadior

de harmattan

Et l'homme apparut

de harmattan

Chants d'automne

DU MÊME

AUTEUR

POÉSIE

. "Les nuits parallèles",
.
''Médianes'',

1968. Beyrouth, Editions L'Express.
de la Société des Poètes

1980. Prix de Fondation

Français. Beyrouth, Editions L'Express. . "L'autre mer", 1975, Paris, Editions Saint-Germain-des-Prés.

.

"Poèmes

de l'ancien

et du nouveau

monde",

1988. Prix France-

Méditerranée. Paris, Editions Saint-Germain-des-Prés.

. "Marvelous
PROSE

lands", 1989. Paris, Editions Le Méridien.

.

"Légendes de Noël et contes pour enfants",

1988. Paris, Editions

Saint-Germain-des-Prés.

. .
.

"Concerto pour deux voix", théâtre, 1989. Paris, Editions Le

Méridien. "Laflûte", théâtre, 1989. Paris, Editions Le Méridien.
"Three angels and a shepherd", théâtre, 1989. Paris, Editions Le

Méridien.

@ Éditions

L'Harmattan,

1996

ISBN: 2-7384-4192-0

CHRISTIANE

SALEH

Chants d'automne
Poésie

IJ'Harmattan 5-7, rue de J'École Polytechnique 75005 Paris - FRANCE

L'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) - CANADA H2Y 1K9

NOTE

BIOGRAPHIQUE

Christiane Saleh

Née au Caire où elle a passé son enfance et une partie de son adolescence, Christiane Saleh a quitté l'Egypte en 1956 pour le Liban. Elle y a mené une carrière de journaliste collaborant auprès de nombreux journaux et hebdomadaires libanais d'expr~ssion française dans le cadre de rubriques sociales et culturelles. A partir de 'Arabesques", sa première publication, va se

développer

au cours des années une œuvre au

tempérament lyrique qui s'exprime notamment à travers des recueils de poèmes, récits, contes et pièces de théâtre.

I

Je t'embrasse dans la bonté dans le désordre des magnifiques lilas entre l'arbre qui pleure et la nuit parcourue à bras ouverts

Tu n'as pas fini de mourir ensemble avec la mer et ce palmier si haut qu'il porte sa maison comme une fête

-5-

Il

o mon amour qui

n'avait d'inquiétude

que pour le bruit du vent dont les mains s'ornaient de plumes de paradis

Nous avions pour t'aimer la gorge bleue et l'horizon où l'homme perd son heure de sainteté et la rose grave pour rester seule et la voix qui passe après l'oubli

-6-