//img.uscri.be/pth/89d1ec0d6a9fed73eb5e80bdb4a354803fdc168a
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 10,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Démiurgie dans les sports et la danse

De
168 pages
Publié par :
Ajouté le : 01 janvier 1996
Lecture(s) : 0
EAN13 : 9782296314559
Signaler un abus

LA DEMIURGIE DANS LES SPORTS ET LA DANSE

Consciences traditionnelle, moderne et postmoderne

Collection Santé, Sociétés et Cultures dirigée par Jean Nadal et Michèle Bertrand
Peut-on être à l'écoute de la souffrance, en comprendre les racines et y apporter des remèdes, hors d'un champ culturel et linguistique, d'un imaginaire social, des mythes et des rituels? Qu'en est-il alors du concept d'inconscient? Pour répondre à ces questions, la collection Santé, Sociétés et Cultures propose documents, témoignages et analyses qui se veulent être au plus près de la recherche et de la confrontation interdisciplinaire.

Déjà parus:
Le corps en souffrance. Une anthropologie de la santé en Corse, J. Poizat Costa. Le corps dans la psyché, sous la direction de M.L. Roux et M. DechaudFerbus. Ethnopsychiatrie maghrébine, A. Aouattah. Les somatisations, Y. Ranty. Toxicomanies et lien social en Afrique (Les inter-dits de la modernité),

B. Doray.
L'homme maghrébin dans la littérature psychiatrique, R. Berthelier. Promouvoir la santé, Dr. M. Bass. Le diable et le bon sens. Psychiatrie anthropologique de l'Afrique Noire à l'Europe, D. Schurmans. Une psychiatrie moderne pour le Maghreb, Gh. El Khayat. Les cultes du corps. Ethique et sciences, B. Andrieux. L'enfant et l'eau (sous la direction de J. Le Camus, J.-P. Moulin, C. Navarro). Gestions religieuses de la santé, F. Lautman, J. Maitre (eds.). Pères et bébés, J. Le Camus. Psychothérapie des femmes africaines, D. Lutz-Fuchs.

A paraître:
La décision sur soi, A. Lacrosse. Psychopathologie de la Côte d'Ivoire, D. Tchichi. La perception quotidienne de la santé et de la maladie, Flick Uwe. Le père oblitéré, L. Lesel.

Nancy MIDOL

LA DEMIURGIE DANS LES SPORTS ET LA DANSE

Consciences traditionne lie, moderne et postmoderne

Editions L'Harmattan 5-7, rue de l'Ecole Polytechnique 75005 Paris

@

L'HARMAITAN,

1995

ISBN: 2-7384-3988-8

SOMMAIRE
De la démiurgie Vers une anthropo-analyse des cultures sportives Tradition, modernité, postmodernité La danse académique et la conscience traditionnelle La conscience moderne à travers le Sport et la Danse L'avènement du phénomène sportif Le phénomène sportif: une culture moderne en lieu et place des cultures traditionnelles des arts et des jeux S'essayer à l'Esprit des lois à travers les sports Mettre en scène l'édifiante liberté Donner du sens au concept d'Égalité
L'ambivalence du phénomène sportif: entre Mythe et Utopie L'ancrage mythique du sport L'effritement de l'ordre clanique, à contresens de l'autorité du patriarche L'effacement progressif des interdits D'une société organique à une société mécanique

5 10 15 17 32 33 35 37 37 39

42 42 43 45 48

Normes opératoires, statut social et système de représentations du Sport L'introduction obsessionnelle de la mesure dans les sports La normalisation de l'espace et du temps dans la pratique sportive

51 51 54 7

L'universalisation de la technique sportive L'imaginaire technocratique Conflit entre l'imaginaire romantique et l'imaginaire technocratique La dissonance des points de vue Territorialisation citadine de l'espace montagnard Des actions qui ré-enchantent: entre expériences mystiques et expériences ludiques L'humanisme sportif contre le sport compétitif

56 59 60 62 64 65 66 68 68 77 78 79 81 84 84 84 85 86 87

L'organisation défensive du phénomène sportif La logique de l'exclusion
Technique sportive, pensée moderne La théorisation dans le champ des activités physiques et sportives Les travaux scientifiques idéalistes et spirituels Les travaux scientifiques appliqués à l'entraînement sportif La modern'dance et les valeurs de la modernité Le corps dans sa pureté naturelle La recherche de l'universel à travers l'exotisme La recherche de l'universel à travers l'authenticité La danse minima liste : le corps abstrait La danse du vide et l'inconscient

La conscience postmoderne : explosion, démiurgie, hétérogénéité dans les sports et la danse
Dissidences culturelles et innovations techniques: la culture fun de la Glisse (1970-1980) Une nouvelle donne affective La communication avec l'environnement Un nouveau statut pour le corps Vers une nouvelle structuration temporelle

90

91 91 93 95 97

8

A travers la transe, ou l'extase: sortir de soi Usages sociaux de la Glisse et implications économiques Nouvel esthétisme et nouvelles fêtes De nouveaux réseaux technico-commerciaux

99 101 101 103 104

Vers un nouvel inconscient collectif? Le sportif de l'extrême et la fascination pour le robot vitalisé La mutation des hybrides Maintenir du sens à l'entreprise humaine Mode cyclique ou véritable mutation culturelle? Innovation technique, engagement esthétique: la danseescalade aux confins du sport et de l'art
De l'escalade sportive à l'escalade esthétique Quand la paroi devient un problème technique à résoudre Conflits idéologiques et effets de style Le mur d'escalade ou la montagne à la ville Une communauté hybride Les danseurs chorégraphes Les grimpeurs chorégraphes

106 107 109 109

112 114 114 114 115 116 116 117 118 120 123 123 123 125 9

Exister par l'image Quelle est l'implication artistique de la danse-escalade? L'implication du corps dans la création contemporaine Sous l'emprise de la déconstruction Le corps collectif, alternative à l'individualisme moderne? L'effacement du sujet

Le retour du refoulé Vitesse et violence, énergies pures L'analyse sauvage Brouiller les repères qui font sens Le corps comme dernier rempart contre l'éclatement ou les technologies de l'apparence Naissance du mouvement Hip Hop: de l'explosion démiurgique à l'intégration sociale L'apparition du mouvement Hip Hop: une expression populaire noire américaine L'art Hip Hop, art total et art postmoderne La récupération du mouvement Hip Hop Le mouvement en France: culture de banlieue et contrôle politico-social

126 127 128 130

131

134 136 136 140 142 147 151

A l'écoute des vibrations fin de siècle Bibliographie générale

10

De la démiurgie
S'intéresser à la démiurgie dans les institutions qui gèrent et contrôlent les activités corporelles, c'est faire référence à ce qui s'invente dans la culture corporelle, et se présente sous un aspect contradictoire: d'abord, le démiurge est celui qui sépare la lumière de l'ombre, il est celui qui organise le chaos, le met en forme. On peut voir cet effort après le bouleversement révolutionnaire, dans l'organisation des jeux publics, sous la forme de jeux olympiques, que propose le député Gilbert Romme à la Convention en 1793. C'est encore une nouvelle mise en ordre que propose Thomas Arnold en Angleterre, autour de 1830, lorsqu'il réorganise les jeux dans son "college" en fixant les règles de ce qui deviendra le football. Mais le démiurge est inversement celui qui crée un désordre nouveau dans un contexte trop longtemps routinier, celui qui invente une nouvelle organisation, comme les promoteurs des pratiques de la Glisse qui ont inventé le surf des neiges, le delta plane, le parapente dans les années 1970 et encore les jeunes rappeurs qui dansent sur des rythmes hachés et des paroles parfois au vitriol. Dans les deux cas, la démiurgie engage un processus dynamique, elle met en mouvement. Elle invente de l'espace / temps qui fait sens en prenant forme. Car l'action motrice, qu'elle soit expressive comme la danse ou instrumentale comme une descente à skis, reflète toujours une activité symbolique. D'ailleurs, il ne s'agit pas de n'importe quelle activité symbolique, puisque la conclusion que Michel Bernard tire de son étude sur l'expressivité du corps est redoutable: le corps fonctionnerait comme le symbole dont use une société pour parler de sesfantasmesl . C'est dire combien les activités de jeu, de danse ou de sport qui se déploient sous le masque apparemment frivole du joué, de l'enjoué, cachent une mission autrement impliquante : donner à voir mais surtout à cacher le refoulé des collectifs.

1

Michel BERNARD, Le Corps, Paris, Ed. Universitaires, 1972, p 134. Il

Quel projet plus excitant que de lever un coin de voile, dénombrer les artifices, psychanalyser le corps social à partir des pratiques du corps? Dans cette mise en mouvement, on peut repérer deux forces de sens opposé, celle qui s'oriente vers le vouloir vivre et celle à l'inverse qui flirte avec la mort. Et cette dynamique entre instinct de vie et instinct de mort, comme Freud l'a nommée, éclaire des comportements individuels, mais aussi collectifs, mobilise les corps constitués que sont les institutions, qu'elles soient culturelles, scolaires, sportives etc. Lorsque des citoyens inventent spontanément des pratiques de jeux, imposant par là une véritable volonté de construire leur espace culturel, lorsque le jeu s'élabore dans un espace offert aux actions d'échanges, de coopérations, d'affrontements, on peut en déduire non seulement que la forme du pouvoir présente des aspects démocratiques, mais aussi que ces actions contribuent à donner bonne. santé à la société. Et en effet, c'est l'instinct de vie qui préside à l'action de personnes non conformes qui ont une capacité créative pour ne pas subir leur marginalité, s'inventant une expression en même temps qu'un territoire, une motricité, une symbolique, une forme d'utopie réalisée. Ne s'agit-il pas là d'une forme de créativité sociale? Certainement, mais choisir de parler de démiurgie plutôt que de créativité ou d'invention permet d'échapper à l'influence de la culture technique, qui oriente le raisonnement vers l'action de circonscrire un objet pour le décomposer en autant de paramètres et de variables qu'on fera fonctionner dans un souci d'exhaustivité. Ainsi, lorsque l'objet dit scientifique est entièrement expliqué, il disparaît dans le déterminisme de ses éléments. Voilà pourquoi nous avons préféré le terme de démiurgie à ceux moins poétiques de créativité, de nouveauté, d'invention, voire d'inventique 1 ..., pour couper délibérément avec la pensée technique, pour prendre des distances avec cette intention de répertorier les facteurs et les mécanismes

1

FUSTIER

M., KAUFMANN

A., DREVET

A" L'inventique,

Paris,

Entreprise Mod. d'Edt, 1970. 12

créatifs

l,

avec cette obsession comptable souvent assortie

d'un souci d'exhaustivité, où pour le dire autrement d'un fantasme de toute puissance. Le thème de la démiurgie dans les sports et la danse convoque l'enjeu de cette réflexion au niveau de la production de sens. Or, il n'y a que deux façons, pour une société donnée, de produire du sens 2, deux "techniques" mentales en apparence inconciliables et exclusives l'une de l'autre: celle qui se réfère à une source de sens extérieure et supérieure à elle-même (transcendance), ou bien celle qui se réfère à elle-même comme source de son propre sens (immanence, ou encore autoréférence ). Certes, la modernité a revendiqué d'en terminer avec l'entreprise de se doter d'un sens autre que par autoréférence, cet idéal d'autosuffisance, mais nous constatons que le social se délite. Pouvons-nous penser que la modernité s'est détournée du sacré, ou bien n'a-t-elle pas fait autre chose que de déplacer son sens? Pour les philosophes du XVIIIe siècle, l'homme accède à sa propre puissance raisonnante, il se libère du joug des croyances et de celui des directeurs de conscience; pour ceux du XIXe siècle, comme pour Marx, l 'homme est le démiurge de l'homme, dans ce sens qu'il se fait lui-même, par le travail. Sommes-nous là retournés au sens vulgaire du terme démiurge, c'est-à-dire d'ouvrier ou d'artisan, ou bien dans cette formule de l'homme démiurge de l'homme, celui-ci s'estil élevé au rang d'un Dieu qui saura créer dans l'univers, en créer d'autres peut-être? Pourtant, c'est au moment où l'individu semble capable de se suffire à lui-même, d'atteindre le point le plus élevé que l'être humain puisse imaginer, que s'insinue la fêlure du sens. Diverses tentatives culturelles apparaissent alors, pour donner

Michel FUSTIER, Pratique de la créativité, Paris, Ed ESF, 4e édition, 1985. 2Yves BAREL, La Quête de sens, comment l'esprit vient à la cité, Paris, Seuil 1987, p 10. 13

I

du sens à l'action et à l'existence, en réhabilitant le sentiment

du sacré et l'idée de transcendance 1.
Le mouvement sportif au XIXe siècle jette un pont vers la mythologie grecque, il renoue un dialogue avec la poésie, il repeuple l'Olympe d'êtres à la fois misérables comme les hommes et exceptionnels comme les dieux. Mais on peut penser que cette tentative d'insuffler du sacré dans la sphère sportive est minoritaire par rapport à l'entreprise de rationalisation et de mécanisation qui à l'inverse objective des sportifs et des performances, de la mesure et de la norme, des réglements et des hiérarchies, participant à l'entreprise matérialiste. Pourtant, impossible de ne pas évoquer l'esprit de l'épopée, quand les héros sportifs (aviateurs, parachutistes, surfeurs...) conjurent la peur collective en défiant les puissants éléments de la Nature. Sur le plan idéologique (de l'Idéal du Moi), l'esprit sportif promeut l'exaltation du héros, de celui qui, au-dessus de la simple nature, s'en rend maître ou s'en libère, et par là, pénètre l'essence divine. La transcendance est au rendez-vous avec Jean Mermoz et Saint Exupéry, comme pour les jeunes et splendides surfeurs californiens et néo-californiens, on parle nécessairement d'eux en termes de demi-dieux. Dans la vague, ils déjouent les forces cosmiques, et apparaissent comme les nouvelles figures médiatrices entre le ciel et la terre. Transportés par le souffle divin, ils déjouent la mort. L'étude de la démiurgie dans le Sport met en évidence cette respiration où alternent une dominante de transcendance puis d'immanence, et où parfois les deux métaphysiques se mêlent, contre toute logique formelle. Cet illogisme apparent correspond au courant postmoderne qui revendique l'hétérogénéité des points de vue, des sources d'inspiration,
1 Yves BAREL, op. cit, P 322 "après tout (Oo.) une société transcende comme un être respire: sans y penser, parce que c'est indispensable pour vivre et pour survivre. Le refus d'une transcendance n'est que le temps d'un soupir entre deux transcendances qui ne s'imposent pas spontanément.

Dans l'ombrede ces deux cas defigure se dessine le troisième .' le temps
du vide social, c'est à dire le temps où les deux variables de la production de transcendance sont provisoirement bloquées. "

14

des techniques et des valeurs. Ce courant culturel donne à nouveau la priorité à ce que les hommes libres des cités grecques antiques r~vendiquaient en premier: l'accès à une esthétique de l'existence!. La revendication des avant-gardes fun est du même ordre, quand, cheveux longs, corps filiformes et musclés, buveurs de lait et fumeurs de haschich, ces jeunes gens inventent une sensibilité où l'érotisme et le mysticisme se rejoignent dans une conception techniciste et unitaire du corps (qui soutient pourtant le paradoxe de l'éclate). Aussi la démiurgie doit être comprise comme un espace d'interrelations, où la production symbolique se transforme perpétuellement. Elle est ce que le génie et le courage de certains produisent à l'orée d'un système de production et d'une émotion collective.

1

Michel FOUCAULT, Le Souci de soi, Paris, NRF, Gallimard, 1984. 15

Vers une anthropo-analyse sportives

des cultures

Comment repenser les arts corporels et les cultures sportives en dépassant les clivages entre sciences du collectif et sciences de l'individuel, comment renouveler la manière de penser le collectif? Rappelons que le partage disciplinaire entre sciences du collectif et sciences de l'individuel s'est fait au siècle dernier, comme si l'on pouvait étudier l'individu indépendamment de son contexte et de sa communauté, ou encore étudier des faits sociaux sans s'intéresser aux destins singuliers. Sciences de l'individuel et sciences du collectif se sont autonomisées en organisant des concepts, des paradigmes et des théories qui les rendaient de plus en plus étrangères l'une à l'autre. Aujourd'hui leurs corpus linguistiques et théoriques sont si spécifiques, qu'un sociologue et un psychologue échangent difficilement leur point de vue, d'autant plus qu'ils ne publient pas dans les mêmes organes d'édition et n'échangent pas dans les mêmes colloques. Par ailleurs chaque discipline est aux prises avec des débats internes. Par exemple l'analyse sociologique d'influence marxiste est convaincue que le milieu (système économique, classes sociales, habitus etc.) détermine prioritairement le comportement de l'individu, alors que le courant néolibéraliste, à l'inverse, confère à l'acteur social le rôle prédominant d'organiser ses institutions. De même en psychologie, autour de la prévalence de l'inconscient individuel sur l'inconscient collectif pour interpréter l'identité et les comportements de la personne. Il faut constater aussi que les courants qui voulurent se situer dans "l'entre deux" des sciences individuelles et collectives, comme l'antipsychiatrie (R.D. Laing 1967)1, la
1

Le courant anti-psychiatriquené à Londres avec D.G. Cooper et R.D.

Laing dénonce la complicité du pouvoir psychiatrique avec l'idéologie gouvernante. En France, M. Foucault a participé à cette critique. La théorie psychologique en amont de cette critique est tout à fait contestataire. La folie y est perçue non comme le résultat d'une défaillance 16