Dictionnaire arabe-français

De
Publié par

Ce dictionnaire approfondi de la langue arabe marocaine est basé sur des fonds lexicographiques anciens. Il a, de plus, été abondamment enrichi d'apports récents et originaux dus aux recherches de l'auteur et de ses collaborateurs. Il n'est pas seulement un instrument destiné à faciliter la pratique de la langue et la communication; à travers l'expression linguistique, il est aussi un outil de connaissance du Maroc dans les aspects les plus divers de sa culture traditionnelle.
Publié le : lundi 1 janvier 1996
Lecture(s) : 183
Tags :
EAN13 : 9782296327528
Nombre de pages : 480
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

LANGUE ET CULTURE MAROCAINES
DICTIONNAIRE ARABE-FRANÇAIS
établi sur la base de fichiers, ouvrages, enquetes, manuscrits
études et documents divers
par
A.- L. de PREMARE
et collaborateurs
Tome 9
Et-Gt.
Editions L'HARMA TT AN
5-7, rue de l'Ecole-Polytechnique
75005 Paris@ L'Harmattan, 1996
ISBN: 2-7384-4732-5Ce dictionnaire est réalisé par
A.-L. de PREMARE
J.-P. CANAMAS
V. COMERRO
C.DALLAPORTA
E. EALETEn hommage à nos devanciers
G. S. COLIN
L. BRUNOT,
w. MARCAISSOURCES ET REFERENCES
Car. F = M. al-FASI, RubiCiyyit nisi' Fis (al-cBTUoiyyit), Casablanca, 1986. Les
traductions données ici ne sont pas forcément celles de M. El Fasi publiées
dans Chants anciens des femmes de Fès, Paris, Seghers, 1967.
Car. J = Chants d'amour: £fQbi, J. JOUIN, dans "Chansons de l'escarpolette à Fès
et Rabat-Salé", Hesperis, 1954, t. XLIV, 3è-4è tr., 349-343.
At= Bouchta EL A1T AR, Les proverbes marocains, Casablanca, 1992.
Ay= ieayyü£ - J. JOUIN, Chants de circonstances: a£ayyii£ dans "Chansons
de l'escarpolette à Fès et Rabat-Salé", Hesperis, 1954, t. XLIV, 3è-4è tr.,
343-349.
Barthélemy = A. BARTHELEMY, Dictionnaire arabe-français, dialectes de Syrie: Alep,
Damas, Liban, Jérusalem, Paris, Geuthner, 1969.
B.Ch. = A. BENCHEHIDA, Proverbes inédits des vieilles femmes marocaines, Si
A. Sbihi, commentés par A. Benchehida, Fès, M. Debayeux, 1930.
Beau= M. BEAUSSIER, Dictionnaire pratique arabe-français, nouv. éd. revue,
corrigée et augmentée par M. Ben Cheneb, Alger, Carbonel1931.
Bocthor = Ellious BOCTHOR, Egyptien, Dictionnaire français-arabe, 2è éd. Paris,
Finnin-Didot 1882.
Br L. BRUNOT, Textes arabes de Rabat, II, Glossaire; Paris, Geuthner,=
1952.+ Introduction à l'arabe marocain, Paris, G.P. Maisonneuve, 1950,
p. 242-284 [Lexique].
L. BRUNOT, "Proverbes et dictons arabes de Rabat", HESPERIS, 1928,
1er trimestre.
BrVet. = L.BRUNOT, "Noms de vêtements masculins à Rabat", Mélanges
René Basset [I.H.E.M.],Paris, 1927.
Bur M.- T. BURET, Cours gradué d'arabe marocain, Casablanca, 1952.=
Can = CANAMAS (J.-P.) = documents inédits: enquêtes sur le lexique ichtyo-
logique des pêcheurs marocains.
1Dictionnaire arabe marocain-français
CASTRIES (H. de), Une description du Maroc sous le règne de Moulay Ahmad El-
Mansour (1596), texte portugais et traduction française, Paris, LeroDx,
1909.
Caub = Dominique CAUBET, "Langage bébé en marocain", Comptes Rendus du
G.L.E.C.S., t. XXIX-XXX, 1984-1986, p. 73-106 ; Paris, Oeuthner.
CHOTTIN A.: Tableau de la musique marocaine, Paris, Oeuthner, 1939.
Co = fichier lexicographique de O.S. COLIN, base d'un futur dictionnaire sur le
parler des villes du Maroc, principalement Fès, Rabat, Tanger, Marrake.ch :
fonds Colin, I.E.R.A. Rabat, C.N.R.S. Paris, Aix-en-Provence.
Co BN = fiches lexicographiques de O.S. COLIN, Bibliothèque Nationale, Paris
[arabe marocain, n° 7062].
Co B. Yazga = dossier linguistique sur les Bni Yazga [S.-E. de Fès, Sefrou, BhaIil]
[I.E.R.A., Rabat].
Co Branès = G.S. COLIN, "Notes sur le parler arabe du Nord de la région de Taza",
Bulletin de l'Institut Français d'Archéologie Orientale, XVIII, le Caire
1920, 33-119.
Co Chrestomathie = G.S COLIN, Chrestomathie marocaine, Paris, Adrien-Maisonneuve
1951.
Co Ozawa = G.S. COLIN, Etude manuscrite inédite sur le parler des Ozawa (JbIDa,
région de Ouezzane), grammaire et lexique; [I.E.R.A. Rabat].
Co Mrkch / Co Tgr =G.S. COLIN, fichiers particuliers à Marrakech ou à Tanger.
Dallet = J.-M. DALLET, Dictionnaire kabyle-français, parler des At Mangel1at,
Algérie Etudes ethno-linguistiques Maghreb-Sahara, s.1.d. de Salem
Chaker et de Marceau Gast, C.N.R.S. Aix-en-Provence; éd. SELAF,~Pa-
ris 1982.
Denizeau = CI. DENIZEAU, Dictionnaire des parlers arabes de Syrie, Liban et Palestine
(supplément au arabe-français de A. Barthélemy) , Paris,:G.-
P. Maisonneuve, 1960.
Douné = E. DOUTTÉ, Missions au Maroc. En tribu, Paris, Geuthner, 1914.
Dozy R. DOZY, Supplément aux dictionnaires arabes, 2 vol., réimpr. Bey-=
2Dictionnaire arabe marocain-français
routh, 1968.
Dozy vêt. = R. DOZY, Dictionnaire détaillé des noms des v2tements chez les Arabes,
Amsterdam, Jean Müller 1845, réimpr. Beyrouth, Librairie du Liban.
EJ. 2 = Encyclopédie de 11s1am,nouvelle édition, Leiden, E.J. Brill - Paris, G.-P.
Maisonneuveet Larose S.A.,7 vol. parus, 1975-1993.
Ferré = D. FERRÉ, Lexique Marocain-Français; Lexique Français-Marocain,
éditions Nejma, Fedala, Maroc (s.d.).
Har = R.S. HARRELL, A Dictionary of Moroccan Arabic: Moroccan-English,
Washington, 1966.
Fr = G. W. FREYT AGII, Lexicon arabico-latinum, 4 vol. 1830, réimpr.
Librairie du Liban, Beyrouth 1975.
M. KABBAJ et M. CHERRADI EL FADILI, Un bouquet de proverbesKab=
marocains, Casablanca 1981.
Kaz= A. de BIBERSTEIN KAZIMIRSKI, Dictionnaire arabe-français,nouvelle
édition, 2 vol. Paris, G.-P. Maisonneuve 1960.
Kuta = AJ:lmad b. Mul}ammad KUT A, al-Nuzha I-bahija fi tafsir al-lugad d-diirija ,
dactylographié, inédit
L.A.= ffiN MANQVR, Lisan al-cArab , éd. diverses.
Laoust, Sous = E. LAOUST, Cours de berbère marocain, dialectes du Sous et de l'And-
Atlas, Paris 1921.
Laoust, Mots = E. LAOUST, Mots et choses berbères, Paris, Challamell920.
Lentin = Albert LENTIN, Supplément au Dictionnaire pratique arabe-français de
Marcelin Beaussier, Alger, La Maison des Livres, 1959.
LEON L'AFRICAIN (Jean), Description de l'Afrique, trade fse A. Epaulard, 2 vol.,
Paris, Adrien-Maisonneuve 1956.
LERCHUNDI J. : Vocabulario espanol-anfbigo del dialecto de MaITUecos, Tanger 1892.
LEVI-PROVENCAL (E) : Textes arabes de l'Ouargha , dialectes des !bala (Maroc
Septentrional ), Paris, Leroux, 1922.
3Dictionnaire arabe marocain-français
Loub = v. LOUBIGNAC, Textes arabes des Zaër, Paris, Librairie Orientale:et
Américaine- M.Besson, 1952.
Lüd= H. LÜDERITZ, "Sprüchworter aus Marokko mit ErUiuterungenim
Dialekt des nordlichen Marokko", MSOS, ll. Abt., Westasiatische Studien,
Berlin 1899.
MacI M. EL FASI, Maclamat al-Ma1J;lün, juz:> 2, qism 1, MuCgam lugat iBl-=
Ma1J;lün, Rabat, Académie Royale, 1991.
Marazig = G. BORIS, Lexique du parler arabe des Marazig , Paris, Klincksiedk:,
1958.
Mar = w. MARCAIS, Textes arabes de Tanger, Paris, Imprimerie Nationale,
Leroux 1921.
Marçais, Takroûna = Textes arabes de Takroûna par W. MARCAIS et Abderrahmân
GUIGA, II, Glossaire; Paris, Geuthner 1958-1961.
Mej Co = Fichier de quatrains de la tradition orale du Mejdüb, recueillis par G.-S.Co-
lin , présentés et traduits par A.- L. de Prémare, Thèse d'Etat, Paris ln,
1984, vol.III.
Mej Mum = A.-L. de PREMARE, Sidi cAbd-er-RaJ.uniinEI-Mejdüb , C.N.R.S. Pari~
S.M.E.R. Rabat, 1985, pp. 212-216, quatrains de la tradition orale de:s
16è-17è s. regroupés par M. EI-M~hdi al-Risi dans Mumtic al-asmiF.
Mej Pr = A.-L. de PREMARE, La tradition orale du Mejdüb. Récits et quatrains d -
nédits, Edisud, Aix-en-Provence 1986.
Mel = Mel~ün, dans divers poèmes des poètes suivants (les traductions des
citations sont de A. -L. de Prémare ) :
CAl- = Sidi Qaddür aI-cAlami (18è-19è s.) in Azeddine KHARCHAR,
cAbd-;)I-Qiid;)r, dit Sidi Qaddür ;)1-cAlami, Corpus, transcription,
extraits traduits, Thèse de doctorat, s.l.d. de A.-L. de Prémare, Aix-en-
Provence, 1992.-
C C _Amr =- Abd-al-Hadi al_cAmri, enregistrement H. TulaIi.
- Ams =Bn Amsay~b (18è s.), in Mohamed Belhalfaoui, La poésie arabe
maghrébine d'expression populaire, Paris, Maspero 1973, p. 76-91.
- Arz = M.b.cAli wuld Arzin (18è-19è s.), enregistrement H..
TulaIi.-
- B.cA. = Dris b. cAli I-MaIki ~1-I:I~n~(fm 19è s.), H. TuIali
CAli I-Bagdadi (18è s.), enregistrement H. Tulali. -- Bag =
4Dictionnaire arabe marocain-français
- Md = Thami I-Md~gri (19è s.), in Farid ABABOU, Thimi l;rMd;)gri,
corpus, transcription, extraits traduits, Thèse de doctorat, s.l.d. de A.-L.
de Prémare, Aix-en-Provence, 1994.
- Mti = j-JiUili Mtir~ (18è-19è s.), in M. EI-FASI, MaClamat;)l-M;,l1)ün,
1ère partie, 2è section, p. 161-165, Académie Royale, Rabat. -
Nj = MQQamm~ ~n-N~jjar (18è-19è s.), enregistrement H. TulaIi.--
CU- = MQl}.amm~ ~l-CUÎIr (2Oè s.), enregistrement H. TulaIi. -
Un certain nombre de citations de MelQün sont également tirées de
MUQammad EI-FASI, MaClamat al-ma1J;lün,Académie Royale, Rabat, vol. I
1ère partie, 1986, p. 331-343; 3è partie, 1990, Rawif)iC al-maJ1;lün.
Mer = H. MERCIER, Dictionnaire français-arabe (Rabat,1945) ; Dictionnaire
arabe-français (Rabat, 1951).
Monteil, Faune = Vincent MONTEIL, Contribution à l'étude de la faune du Sahara
Occidental Institut des Hautes Etudes Marocaines, Notes et Documents,
Paris, Larose 1951.
MonteiI, Flore = Vincent MONTEIL, Contribution à l'étude de la flore du Sahara
Occidental, Institut des Hautes Etudes Marocaines, Paris, Larose; vol. I
1949 (en collaboration avec Charles SAUVAGE) et vol. fi 1953.
MuCjam wasif = al-MuJaIn al-wasi! , Académie de la langue Arabe, 2 vol., Le Caire.
Na~iri, Istiq~a' = al-NA~IRI, Kirab al-Istiq~a' li-a!Jbar duwal al-Magrib al-Aq~a , texte
arabe 9 volumes, Casablanca Dar al-Kitab, 1954-1956 ; trad. fse
Archives Marocaines IX (1906) ; X (1907) ; XXX (1925) ; XXXI (1925) ;
XXXII (1927) ; XXXIII (1934) ; XXXIV (1936).
PACCARD,A.: Le Maroc et l'artisanat traditionnel islamique dans l'architecture, France,
00. Atelier 74, 1980 ; 2 vol.
PEZZI E. = El Vocabulario de Pedro de Alcala, éd. Elena Pezzi, Ed. Cajal, Almeria
1989.
Pr= informations lexicales, exemples, citations, traductions etc. fournis par A.-
L. de PREMARE ou l'un de ses collaborateurs à partir de leurs propres
enquêtes et documents.
Prov.= Proverbes de sources diverses, traduits par A. -L. de Prémare.
Prov. N = Mimoun NAJn : Proverbes du Maroc Oriental, D.E.S., Fès 1985-1986..
5Dictionnaire arabe marocain-français
Renaud-Colin = Tul)fat al-aJ:lblib, glossaire de la matière médicale marocaine, éd.,
trad. et comm. par H.P.J. Renaud et O.S. Colin; Paris, Geuthner, 1934.
Ricard = Prosper RICARD: Corpus des tapis marocains, Paris, Geuthner, 1923.
Prosper RICARD: Maroc, "Les guides bleus", Paris, Hachette, 1925 et
1948.
Sd = Ahmed SDIRI: Recherches sur la poésie orale du Maroc Orientàl,
D.E.S., Fès 1985-1986.
Taine-Cheikh = TAINE-CHEIKH (Catherine), Dictionnaire lfassaniyya Français,
Dialecte arabe de Mauritanie, Paris, Geuthner, 1989 sq. (6 vol. parus)..
Tarn = Miloud TAIFI, Dictionnaire tamazight-français (parlers du Maroc centrJil),
Paris, L'Harmattan-Awal, 1991.
Ta~awwuf = Yüsuf al-TADILl, al-TaJawwuf illi rijaJal-t~awwuf; vies des saints du Sud
marocain des Ve-VIe-Vne siècles de l'Hégire, Texte arabe établi et annoté
par Ahmed Toufiq, Publications de la Faculté des Lettres de Rabat, 1_ /
1984.
Tedj = B. TEDJINI, Dictionnaire arabe-français (Maroc) ; Dictionnaire
français-arabe (Maroc) ; Paris, Société d'Editions Géographiques, Mariti-
mes et Coloniales, 1923-1925.
Sibylle VOCKE, Die marok.kanische MalJ;lünpoesie, O. Harrassowitz,Vocke=
Wiesbaden, 1990.
Westermarck, Ritual = Edward WESTERMARCK, Ritual and Belief in Morocco, ~2
vo1., Londres, Macmillan 1926.
Westermarck, Wit = Edward WESTERMARCK, Wit and Wisdom in Morocco (avecUa
collaboration de Abd-es-Salam al-BAQQALI), Londres, Routledge, 1930.
Zayani, Turjman =Abü-I-Qasim b. AJ:lmad al-ZA YANI, al-Turjuman al-mu7ib can du~wal
al-M~riq wa l-Magrib, éd. et trac!. O. Houdas : Le Maroc de 1631 à 18"12,
Paris, Imprimerie Nationale, Leroux éd. 1886.
Des compléments à cette liste de sources et de références seront éventuellement foumis
dans les livraisons suivantes du dictionnaire.
6Dictionnaire arabe marocain-franç;ps
TRANSCRIPTION I TRANSLITTERATION,'
Consonnes
:)
harnza; laryngale occlusive -ex. :>ar4 "terre" ~~i - ne se maintient que= ".
de façon exceptionnelle -dans certains parlers elle peut être une réalisation
particulière de q ex. :>aI=qaI [J u ].
bilabiale occlusive sonore -ex. bâb "porte" ~.4.; elle peut être emphatiséeb= ....., ,
et elle est alors marquée
1? - ex. 1?1?'1h "sonpère" .~~
p ....., bilabiale occlusive sourde - ex. pila "pelle" Ul.;a:;elle est féquente à= ..
Tanger, dans des emprunts, notamment à l'espagnol, iOÙelle peut être ou
non une variante, ou réalisation de b [voirler'article de cette lettre].
'-:-'
,.
t = ~/~ dentale occlusive sourde - ex. tat}çd "tu prends" ~L.;j, jât "elle est
; l'interdentaIe arabe! ô n'estici distincte du t / ~, nivenue" ~4
phonétiquement, ni phonologiquement - ex. tIâta"trois" ~~ ; wb l~
..,. ,.
; tüb "tissu ",lUlli "reviens à Dieu!" .....u ',-:-,~ .'-:-'~
~ = ...:.. palatalisation de t ...:..,rare - ex. ~~kk=blck:"piquer" ~ ; ou dans des
mots d'emprunt - ex. ~i1kUif =~~kUif = ~klaf "genre de tissu selVant de
support à la broderie".
t = ô interdentaIe spirante sourde (voir ci-dessus t ~). Elle figure dans la gra-
phie arabe des mots par souci étymologique; elle ne fait pas partie de la
phonologie marocaine représentée ici; elle est transcrite en caractères latins
seulement dans les mots arabes classiques qui figurent dans un article - ex.
l]adi!"traditionprophétique"[= ~~ :F- l]dit "conversation, entretien"
~~ prononcé ~~].
j = prépalatale spirante sonore - ex. jâb "il a apporté"
G: '-:-'~.
7Dictionnaire arabe marocain-français
réalisation affriquée de ji = G: G:- ex. haggaIa "femmeveuve ou divorcée"
[Jbala].~ 4.-a
pharyngale spirante sourde - ex. Ua.I}. = c !ID} "il est tombé" C
.
;vélairespirantesourde- ex. br~j"il est sorti" sib "il s'est éYa-b = t G:~
L.., .noui" t
d = .J/j dentale occlusive sonore - ex. txia "ila commencé" I~ ; drae. "bras"
j ; l'interdentale Q j ne fait pas partie de la phonologie marocaine 'Te-t,1.J.
présentée ici; elle n'est pas distincte phonétiquement du d.J, et seplo-
nonce comme lui.
jd = interdentaIe spirante sonore; elle figure dans la graphie arabe des mots par
souci étymologique; elle est marquée en transcription latine lorsqu~il
s'agit, au cours d'un article, d'un exemple ou d'une transcription d'un mot
d'arabe classique ou d'un autre parler arabe dont le tableau phonologique
compone ce phonème - ex.Qayyil"dévier de son chemin" ~j [Tunisie].
r = .J prépalatale liquide sonore - ex. dlIr, idir verbe "faire", placer" .JI.JI .~
jra, ijri verbe "courir"
f.S~ f.S~ .
' -
'"
prépalatale liquide emphatique, distincte phonologiquement de la précé-r = ..)
dente - ex. j!i, ijra verbe "survenir" (en parlant d'un événement) l.S~
; il peut s'agir aussi d'une simple emphatisation de contagion,nnl.S~
mot entier donnant souvent lieu, au Maroc, à une prononciation emphati- ~
sée par la contagion venant de l'un de ses phonèmes de base - ex. ~~x"il
"a abrité" J~.J :I:d~rrnk "il a fait atteindre" ..d~.J.
j ; zwa, y~zwiZ = sifflante sonore - ex. dâz, idüz verbe "passer" j I.J, j.J~
... . .
.J..
verlJt; estomaquer" " t.S..J)' t.S.J~ .
j sifflante sonore emphatique, distincte phonologiquement de la précédente~ =
.... .
- ex. ~wa, y~~wç verbe "pousser de petits cris aigus" l.S.Jj I l.S.J~;.il
peut s'agir aussi, dans un mot, et comme pour le r d'une simple conta-.J'
8Dictionnaire arabe marocain-français
gion d'emphase sans valeur phono logique paniculière.
s = sifflantesourde- ex. sir "lanièrede cuir" "lacet" ~ ; elle peut se
'-""
trouver emphatisée [~] par contagion - ex. !!a~~m "sortilèges" .
f-W'A
I = ~ prépalatalespirantesourde- ex. bm~ ~ "soleil"[= bms ~].
dentale spirante sourde emphatique - ex. ~ar, i~çr verbe "devenir"..JL..,,= ~
~.
4. = da/.ID dentale occlusive sonore emphatique - ex. Qr~b "il a frappé" '-:".."....... -
l'interdentale emphatique g.ID n'est pas distincte du 4da, et se prononce
comme lui - ex.cnam"ob~urité" r.ô .
t = .La dentale occlusive sourde emphatique - ex. ifÇI}"il tombera" ~..
d = .ID interdentale spirante sonore emphatique; elle ne fait pas panie de la phono-
T
logie marocaine représentée ici; elle figure dans la graphie arabe par souci
étymologique, et elle est transcrite en caractères latins g lorsqu'il s'agit,.
au cours d'un article, d'un exemple tiré de l'arabeclassiqueou d'un autre
parler où le g .Ii.est un phonème de plein exercice - ex. gahir Ua.. . .,..>-"
;pharyngale spirante sonore - ex. £la "sur"£ = t biIt "il a vendu"uLc. t 4 .
g = t vélaire spirante sonore - ex. bga "ilveut" ~ ; gadi "allant" (SJli. .
f = ...J labiodentale spirante sourde - ex. ~af "il a vu" ....; ; ifüt "il passera"
..:..~; dans certains mots ou contextes, ou à des fms d'expressivité, la
prononciation peut en être emphatisée ; elle est alors marquée f - ex. fra
,1-
"il s'est acquitté de" [= üfa .u--'J]
q = J vélaire occlusive sourde - ex. qaI "il a dit" JLJ; ~a "il a peiné" ~
en:Jdans certains parlers locaux, le q If- (harnza) - ex.J peut être réalisé
:»at= qat Ju.
9Dictionnaire arabe marocain-français
k = ~ postpalatale occlusive sourde - ex. klâb "des chiens" [ .)l..5 ] ; dansœr-
tains mots ou contextes, ou à des fins d'expressivité, la prononciation peut
en être emphatisée; elle est alors marquée ~ - ex. ~t-tQ~wa d ~s-~rwIU!f~la
. ."",
cordelière du pantalon" JIJ~I J ~I.
g ~ postpalatale occlusive sonore; suivant les cas et les parlers, le g peut~tre= ..JI 5..1
étymologiquement un q J - ex. gOOra"mannite" i.J ~ ; g~rba "outre"
- ou le g d'un mot em-~~ - ou un j ~ - ex. gza "récompense" l''';'
prunté au berbère - ex. agdâl "paturage réservé" JI~i - ou à uneamre
langue non arabe - ex. ganga "tambour" des tambourinaires noirs L.S.:.LS
le g représente un phonème de plein exercice en de nombreux cas -ex.
sb~, is~q verbe "précéder", "devancer" ~; sb~g, is~g verbe ntal-
1ervite" ~ - et pas seulement la réalisation phonétique d'un phonème
q ou j.
; li-llâh "pour Dieu" ~ -; :sui-1 = J palatale liquide - ex. blâd "pays" J~
vant son contexte phonétique ou les besoins de l'expressivité, le (peut con-
naître une réalisation emphatisée ; elle est alors marquée d'un point: 1-"ex.
allah ! "Dieu!" ~ I ; Ù3t, it:!3tverbe "monter" ~ ' ~.
;m =, bilabiale 'liquidenasale - ex. ma "eau" L.. ; bd~m "il a travaillé" ,~
le fi peut être emphatisé; il est alors marqué f!1- ex. rp.rp'1 "ma mère",.
:;" -6: .n = ij dentale liquide nasale - ex. nar "feu" .JL:a; oonna "orteil"
h = .. laryngale spirante - ex. hOOa"celui-ci" Iju. ; ihpb "il s'enfuit"
'-:"~
; wQ<ltMmo-w = J semi-voyelle bilabiale - ex. wili "saint personnage" ~~
ment" &-L-~J.
semi-voyelle prépalatale - ex. ~1-YQm"aujourd'hui" ,~I.y=f.S
Voyelles
voyelle longue - ex. ~af "il avu" ~ U. .I = I
10Dictionnaire arabe marocain-français
I = réalisation antérieure de a [ tI La! ] - ex. g~zzâr "boucher" .J,~.; lean. :'i}
était" i:JLS .
a voyelle de longueur moyenne - en fm de mot, elle correspond générale-
ment à ce qui, en orthographe arabe, est marqué par i ex. g~rba "outre"
~~ ou par t.S -ex. willla "ilest revenu" ~~, voire par ,- ex. ja "il
est venu" L:..
It réalisation antérieure de a [tll..!] - ex. an "donne!"(fém.).
I. = .:. voyellebrève- ex. ~har"mois" ~ ; £abd ~ "esclave"'; ,4f.18.k'"il a
ri" ~ .
ü = .J voyelle longue - ex.~üf "vois!" "regarde!" .....i ; byiit "des' chambres"
.
...:..~ .
o réalisation de Ü , de timbre plus ouvert, généralement en contexteemphati-.
que - ex. QrQb"jeune taureau" ; iqQf "il tourne"
.J~'= .J.J~.'-;-'J';'
#u =_ voyelle brève - ex. yiIkul "il mange" J.S~ .
~o réalisation de u , de timbre plus ouvert, - ex. qaI19 "illui dit" w..JI..;..
lIf/I ,
it = voyelleultra-brève- ex. kiln "tout" ~ [:;t k~ll "se lasser"l
_ #o - / il purement phonétique et à peine esquissé; ex. agOnan "entêtement".
i = ....... voyelle longue - ex. bit "chambre" ; isn "il coule" ~..~
ë réalisation de i, de timbre plus ouvert, généralement en contexteemphati-.
. ..que - ex. 1T1I'Sd "malade".. . ~j-A
e réalisation de Î, de timbre plus ouvert, en contexte emphatique - ex. twase.
"grandsbols" ~,~.
IlDictionnaire arabe marocain-français
_ voyelle brève - ex. biyy~t "fairepasserla nuit" (à qqn.) ~ ; .~q.ari = .
dyâli "ma maison" 4J J 1:s.J I .~
ë = correspond au e de l'espagnol, dans des mots d'emprunt à l'espagnol -,ex.
bakëta ~~ "serran" (poisson < esp. vaqueta).
e réalisation plus ou moins ouverte du i-ex. dek "ce... là".
Q timbre neutre, équivalent à peu près au ~ewa voisé de l'hébreu [:] -tex.
; I ~l-mdina "vers la ville" ~~4~rb9h "ils le frappèrent" ~~~
12Dictionnaire arabe marocain-français
ABREVIATIONS ET SIGNES CONVENTIONNELS
abrév. abréviation empr. emprunt / té
abs. absolu /lument en gén. en général
abst. abstrait esp. espagnol
ace. accompli ethn. ethnique
act. action / tif euph. euphémisme
act.u. action unique ex. exemple (s)
adj. adjectif except. exception
admin. administration exclam. exclamation / matif
adv. adverbe expr. expression / pressif
agr. agriculture ext. extension / tensif
anal. anatomie F Fès
angl. anglais fact. factitif
ar. mod. arabe moderne fém. féminin
archil. architecture fig. figuré
art. article fro français
astr. astronomie / logie génlt généralement
béd. bédouin géogr. géographie / phique
berb. berbère germ. gennanique
bot. botanique gram. grammaire / matical
cf. confer héb. hébreu / braïque
class. arabe classique im. image / imagé
coIl. collectif imp. impératif
compo comparer impr. imprécation / catoire
compI. complément mace. inaccompli
condo conditionnel indo indirect
conj. conjonction / tif indéf. indéfini
contr. contraire into intensif
cord. cordonnerie interj. interjection
dénorn. dénominatif intelT. interrogation / gatif
dim. diminutif intrans. intransitif
dir. direct inv. invariable
é1. élatif iron. ironique / quement
emphat. emphatique / tisé it. italien
13Jb Jbala R Rabat
judéo-ar. judéo-arabe rac. racine
jure juridique récipr. réciproque
lat. latin rél. référence (s)
litre réfléchilittéml / lement réll.
loco locution rel. relation / latif
M Marrakech relig. religion / ligieux
mar. marine / maritime rur. rural / ruraux
masc. masculin s. sens
moo. médecine / clicinal s.e. sous-entendu
mod. moderne sing. singulier
Mrkch fichier Marrakech spéc. spécifique/cialement
m.s. même sens sub sous (tel mot ou racine)
mus. musique subst. substantif / tivé
suff.n. nom suffixe
suj.n. act. nom d'action sujet
néol. néologisme symb. symbole / lique
syn.n.u. nom d'unité synonyme
num. numéral Te Tétouan
numis. numismatique tech. technique / nologîe
onomat. onomatopée fichier TangerTgr
ordo ordinal toujourstj.
topogr.part. participe topographie
partic. particule topon. toponymie
pas. passif / passé TangerTr.
péj. péjoratif trans. transitif
pers. triv. trivialpersonne / nel
phys. physique v. verbe
pl. pluriel var. variante
plais. plaisant vét. vétérinaire
poét. poétique voc. vocable
pre propre vulg. vulgaire
prén. prénom zool. zoologie
prép. préposition X,Y,Z Un Tel
prone pronom Xa, Y~ Za Une Telle
x,y,zProvo proverbe telle chose / act. / objet
qual. qualificatif équivalent de=
qqch. quelque chose :# différent de
qqn. quelqu'un distinction des variantes/
vient de ;< > origine de (étym.)
(?) sens douteux
14E te t.
pharyngale spirante sonore; elle peut subir quel-~ eain n. nom de la lettreE/ t. '
ques altérationsconditionnéespar le contextephonétique,ex. kral}l}a pour kfaeha "sa
~jambe" ; elle est parfois une réalisation occasionnelle de la harnza dans la formule clas-/
"
sique ....:u I ,,~ ûI n-~a£ ~Uah "si Dieu le veut" ; elle peut être une réalisation occasion-
nelle de â / t dans certains cas [voir ta ~ ci-après] ; elle affecte généralement les
voyelles brèves, en particulier le ~ qui, à son contact, devient le plus souvent a, ex.
i£aIT~f "il fait savoir" ; à la conjugaison de l'inaccompli de la fonne simple des verbes,
surtout au singulier, lorsqu'elle est suivie d'une consonne, elle est généralement précédée
d'une voyelle aaprès l'indice de la personne, ex. Y3.em~I "il fait", différemment de ce qui
se passe lorsqu'elle est suivie d'une voyelle longue, ex. iEÜIn "il nage", iV~ "il vit".
Le. £i réalisation phonétique occasionnelle de g~r "seulement, rien que" ou de gâdi pré-
verbe donnant à l'inaccompli la valeur d'un futur proche [Pr, Mer, Loub].
~ £ij n. ivoire [voir aussi EaIj][Mer, Tedj].~
JW:. ead particuleadv. 1 . alors seulement, c'est alors seulement que... (après que les
choses en soient arrivées au point indiqué) - Ead jiti c'est maintenant que tu
viens! (alors que je t'attends depuis si longtemps) - l]~tta rn~au Ead br~j (il attendit)
qu'ils soient partis et alors seulement il sortit -l]~tta isaliu Ead ka-ilJ.~rrjüh c'est seule-
ment lorsqu'ils ont fini qu'ils le font sortir - mnin ~af~k Ead bda ilJ.d~mlorsqu'il t'a
vu, alors seulement il s'est mis à travailler -g~dda Ead n~m~i demain seulement je parti-
rai - dik SaEa Ead irjaE c'est seulement à ce moment qu'il reviendra - tal ds-sdtta Ead
ibdau ib~dmq c'est à six heures qu'ils se mettent au travail- b~~~ni alf ryal
Ead b-a~ n~tjuwwdj il me faudrait cinq mille francs pour qu'alors (cette somme étant ac-
quise) je commence à penser à me marier [Co, Br] -I-rnra ~ârfa u ~aiba u hiyya Ead
ka-t~tmaE t~rjaE I d~-~qgr c'est lorsqu'une femme une femme est vieille et chenue
qu'elle brûle de revenir à sa jeunesse - ka-i!~lqq dak I~-l]~qf f ~I-mâmüni... û kâ-
it~!qq Ead ~t-tlaI~s elles étendent ces nattes dans la tonnelle... et alors seulement elles
étendent les tapis -ibüsq I-bqbz w iqqlq "b ~srn llab" Ead bâ~ yâk1qha ils baisent
le pain et disent "au nom de Dieu", c'est alors seulement qu'ils le mangent [Mar]. - 2 . tout
juste, à peine, (il vient) à peine de..., il y a juste un instant que... - Ead jit mn ~l-l]ajj
j'anive tout juste du pèlerinage - jbdrt X tad brdj je l'ai trouvé [= je suis arrivé] alors
qu'il venait juste de sortir - Xa Ead wiilddt elle vient d'accoucher - X Ead tjUWWdj il
vient de se..marier - dHba Ead à l'instant même, tout de suite - daba Ead kif brdj il vient
3£ad J~
tout juste / à peine de sortir -daba Ead jit je viens d'aniver à l'instant-dâba Ead:kâ-
iqra il vient tout juste de commencer ses études - Ead kif m~a il vient juste de partir -
Ead kIln hna il était ici il y a juste un instant -kânX Ead mat il venait à peine de mourir
- kIln ~4-4hçr Ead wudd~n la prière de midi venait à peine d'être annoncée par le
muezzin - Ead bda kâ-im~i il vienttoutjuste de commencerà marcher [Co, Br]. - 3.. et
même, et encore - hu wwa ~g~r m;.}nn~k Ead il est même plus jeune que toi! -b~zzâf
Ead et même beaucoup! ; et beaucoup, au surplus! - u qlil £lik Ead et même/ et encore
c'est peu pour toi, et même ce serait peu pour toi! [Co]. - 4 . pas encore - sIDiti ?-tad
as-tu fini? - pas encore! [Co].- 5 . U Ead et en plus, et par dessus le marché [Co].
JLc ead n. pro [ethn.] les cAd, nom d'une antique peuplade de l'Arabie, objet de nom-
breux récits historico-légendaires; selon le Coran, elle fut exterminée en raison de son re-
fus de croire - m~n Eahd Ead depuis des temps immémoriaux [litt. depuis l'époque <des
CCAd] Antar -- ~~ddad b~n / bnç Ead Saddiid fils de cAd, nom du père du chevalier
; héros d'une tradition légendaire archaïque, celle-ci lui attribue la construction de£antra -
la ville fabuleuse d'Iram aux colonnes - J I ...:..Ijr~!-sotte de paradis sur terre [lBJé-~
gende est évoquée par le Coran 89, 6-7] [Co, Pr].
d ~ dl.£. elk elk cri de détresse et d'appel au secours [Co].
t..:.~ [ana n. 1. [anat.]pubis [Co]. - 2. poils du pubis [Co].
~Lc eaha n. [zool. ; p8cheurs de Targa (Ghomara, côte méditerranéenne; hapax] :~ca-
chalot [= hai~a, qui est le nom courant dans la région] [Can].
EB:> voir rac. EBY I~ ~
***
~ £l.bbQ [berb.] n. pro de paysan [< £abd-AHiih ?] [Co, Loub] - m~~raE ban-
Eabbç n. pro [géogr.] Mechra Benabbou, localité sur la rive droite de l'Oum er-Rbia, à
mi-chemin entre Casablanca et Marrakech [Pr].
£abbQ n. sans art. des mensonges, des menteries; des futilités, des babioles,âes~
bagatelles, des paroles ou des choses vaines et inutiles [voir aussi gawi u skubbi ;Qmiiq.
£8.sri] - g~r Eabbç u r-riJ;l ce ne sont que mensonges et paroles vaines! - X b~d.dam
£la EabbQ / b Eabbç il ne dit que des mensonges -X ];lallaq g~r b Eabbç grignmer
trois fois rien (une olive, un petit radis,juste de quoi calmer sa faim) [Co, Co Mrkch.,fBr,
Mer, Loub].
4EBD ~
~~ £bibQ n. [berb.] sans art. mensonges - X 1Jlift £babq c'est un grand menteur,;;'..,
c'est le mensonge personnifié (en parlant d'un homme injuste et oppresseur) [Co].
,,.EBIG . t ---. .
.
.t__ ,.. '" eibjQg, ya£bj~g v. Întrans. [Zaër] bricolèr [Loub].
eBD~
[I]
£b~d, ya£b~d v., part. act. eabad, part. pas. m~£büd 1. trans. X £b~d'-.-~!!alt,~
adorer Dieu; abs. s'adonner à la dévotion / à l'adoration et au service (de Dieu) [Co]- b~tt
n~sjoo u na£b~d toute la nuit je me suis prosterné et me suis adonné au service de Dieu-
[Mej Co] [Pr]. - 2. fig. X £b~d Y/ f Y adorer,idolâtrer;(unepersonne) ; être:lout-dé-
voué à (une personne) ; avoir une passion pour (qqeh.)- X kâ-Y8.£b~d Ya il adore'Ya, il
a une passion pour elle -X kâ-yaEb~d rnratq il adore sa femme, il lui est entièrement
dévoué; il se laisse commander par sa femme -X ma ka-ya£boo gçr ~l-flüs--il n'a.
d'autre passion que l'argent; expr. fig. X £b~d ~~-~çtfu1 il s'est mis hors de lui [lj,tt;il à
adoré Satan] [Co]. - 3 . trans. être sans cesse (quelque part); ne pas quitter (qqn., en- paF"t
lant d'un mal par ex.) ; faire sans cesse (qqch.) -X ka-ya£b~d q.arna il est -toujours
fourré chez nous - X, s-sbana ka-t£abdq la fièvre ne le quitte pas I le tient sans cesse
[Co] - IIi k~rh~kk~rhq * la ta£b~d g~r ~4a£q celui qui te hais, hais-le! * n'aie
d'autre préoccupation que (de te défendre contre) le tracas qu'il te cause [Mej Col [Pr]. -
4 . intrans.X £b~d f y / b y se livrer constamment I.s'adonner à qqch. (à une tâehe,.,àune
action)- X ma ka-yaEb~d gçr f y il n'a d'autre tâche que de faire telle chose ~ X£ab;xJ
b ~l-bka il pleure constamment, il ne fait que pleurer [Co]. - S . spéc., emploi abs. s'éle-
ver droit vers le ciel (fumée, oiseau) [Co].
teibbQd, itEabb~d v. Întrans. se livrer à des pratiques de dévotion, s'adonner~
à l'adoration et au service de Dieu [Co].
, ; ..~. y: stleb;d, istaEb~d v.I. X sta£b~ rendre qqn. esclave, en faire son es-:
clave[Mer].- 2 . spéc. labourer toujours au même endroit [ci v. Eb~ 4 ci-dessus]-; ext.
exploiter (une teITe)[Mer].
~ eAbd n. 1. avecpl. £bid ; pl. spéc. £bidât ; pl. emphat. £ab~cmn serviteur>;
esclave domestique, domestique de condition servile [Co] ; spéc. esclave noir; ext. noir,
de race noire (personne) -a flitma q~bli Eabd \}dim ô Ri!ima, accepte ton humble ser-
viteur [Mel B.cA.] - müt ~l-£abd mort violente [litt. mort d'esclave] [Co, Mar,Mer]'~
spéc. £abd ~4-q.ar, pl. £bid ~q.-4ar eunuque noir qui garde le harem du Sultan -£bidât
5EBD ~ .
~I-Eafya esclaves du palais chargés d'infliger la bastonnade [Co] - Ebidat ~r-f111a Ilitt.
serviteurs des tireurs] confrérie de chanteurs et de bateleurs, baladins qui accompagnent
les confréries de tireurs, et qui distraient par leurs danses, leurs chants, leurs pitreries,
leurs tours d'acrobatie [Co, Loub, Mer]; [ethnique]Ebid fullân les Peuls, les Foulbés
[Co] ; fig. [Zaër] Eabd ~n-nar fourgon, tringle avec laquelle le forgeron remue sonfqyer;
[tissage] Eain ~I-Eabd f~ I-l}.iUnmâm sorte de motif dans les dessins de tapis [Loub] ;
au pl. [R] Eab~ddan esclaves humains en grand nombre [quand il s'agit de femmes
b~at] [Br]. - 2 . avecpl. ~bad adorateur/ serviteur(deDieu) ; en annexion avec le
nom de Dieu ou avec un adjectif se rapportant aux différents attributs de Dieu (grandeur,
puissance, miséricorde, etc.) forme une série de noms propres ou de prénoms masculins-
e:abd-aJ.!ah [litt. serviteur de Dieu] ; e:abd aI-qagar [litt. serviteur du Puissant]; e8bd-
ar-ral}man [litt. du Miséricordieux], etc. [Co]. - 3 . spéc. mülHy Eabd-~Ilah
saint de la famille chérifienne des Bni-Amgar, enterré au bord de l'Océan, à environ8Jan
au sud-ouest d'EI-Jadida, dans l'ancienne ville de Ti~ -sidi Eabd-allah b~n l}.assiinlpa-
tron de la ville de Salé [voir I:Iassün rac. I:ISN ~] - mülay Eabd-allah ~-~~rif.fon-
dateur de la zaouïa des chorfa de Ouezzane, m. en 1089 / 1678 - sidi Eabd-ar-raJ:unan
~I-m~jdüb saint du nord du Maroc (m. en 976 / 1569), auteur / à qui sont attribués de
très nombreux quatrains populaires à thèmes religieux, moraux, sociaux ou politiques
[voirm~jdüb] - müHiy e:abd-as-slâm ban m~i~ Moulay cAbd-al-Salam Ibn M~i~, un
des pôles de la mystique populaire marocaine, m. en 625 / 1227-8 dans son ennitage du
C CAlam, sur le territoire des BeniDjebel Arous au sud-ouest de Tétouan; il fut enseveli au
sommet de la montagne; son tombeau donne lieu annuellement à un pèlerinage très"fré-
quenté; il est appelé "~9!ranjbaIa", le sultan des JbaIa [cf: G.-S. COLIN, Chrestomathie
p. 226-230;E.I. 2~I~94-95cAbd al-Salam b. Mas!JJsl1, par R. LE TOURNEAU] -miilay
£abd-~I-qaq~r aj-jilâli mystique musulman originaire de la province iranienne du<Gui-
Ian (m. à Bagdad en 561 / 1165-6), considéré par l'opinion populaire fervente commel'un
des plus fameux saints intercesseurs de l'islam et le sultan de tous les saints; la voiemysti-
que et confrérie des Qiidiriyya se rattache à lui; la confrérie populaire -~~fa -des JiIâla l'a
adoptépour saintpatron[voir~j-jilIDi et réf:,jilIDat. 2p. 290][Co, Co BN, Pr]. - 4. IrZOol.
; Dalya (Détroit) ; hapax] Eabd-as-slam Ia-qraE [litt. cAbd-:;)s-slamle teigneux) "nom
d'un monstre marin ; il est assimilé par cenains p&heurs auphoque moine, Monachus'mo-
nachus [voiraussioonn~mri t. 1 p. 317,qriit] [Can]. - S. ext.l-Eabd l'homme, la créature
humaine, l'être humain (considéré dans sa situation de serviteur par rappon à Dieu); imoi
[par modestie] - ana I-Eabd aq-qaEif / ~I-mudnib moi, votre humble serviteur - Xma
kIi-ibaf la mn ~llah wa la mn aI-Eabd il ne craint ni Dieu ni les hommes [Co] - 1-
e:abd alii yae:!~h aJ.!ah * ïqQIl}.arz e:lïya drâe:i la créature humaine à qui Dieu donne
tout * prétend: c'est grâce à ma propre force [Mej Pr, Jb] - ~-~~kwa I ~l-Eabd fqçJ;la se
plaindre, pour l'homme, est un déshonneur [ibid.] [Pr] ; au pl. Ia-Ebad les mortels -
Eçbad ~llah les créatures, les humains; les honnêtes gens, les braves gens, les bonnes
6EBD'\JI~ .~.
gens secourables; le pauvre monde, les pauvres gens- a ~bad ~nah eh ! bonnes g~ns;l
_.Xbraves gens! - X £ai~ Ela rqab ~bad ~!!ah il vitaux dépens d'autrui k[.,i41:taki
eIa ~bad ~!!ah il se moque du pauvre monde [Co, Co BN] - fi hibt ~1-ma1ik tEi~:la":~:
ebad c'est dans la crainte révérentielle à l'égard duroi.que vivent les braves gens"IMel.',
Bag] ; pl. poétique la-ebüd ..klRm ~l-I}~ssad u la.;.ebüd.les propos malveillants:dês:j~~'
.
loux et des gens [Mel Nj] [Pr].
~~ ebid lebiyy~d n., dim. de E~U)(l, pl. masc. et lém. -at 1. ebiyy~d négrillon
ebidBt petites esclaves noires [Mer] - £bidat ~r-rnIa ~troupe de baladins, clowns, dan-
.seurs qui accompagnaient les confréries de tireurs et chantaient leurs exploits .[Jjtt.servants .
des tireurs] [Co] ; bouffons qui, par leurs facéties et leu.rsjongleries, égaient/les réunions
des sociétés de tir [Co BN]. - 2 . ebid ~nah dim. du prénom £abd-a!!ah [Mer].
Cf.S.J'i~ eabdQllawi adj. rel. 1 . relatif au sultan alaouite du Maroc Môuilày Abd.
Allah (1142-1171/1729-1757); spéc. b~ndqç eabd~Uâwi petite monnaie d'Ofdela dy~
nastie alaouite [voir également ~ndqç t. 1 p. 314] [Co]. - 2. blanc à gorge:reugeâtre
(pigeon) [Co] ; pattu (pigeon) [Mer]. - 3 . étroite, non largement évasée (manchBJ .~à man-~'
ches étroites (v2tement) [Co, Co Mrkch] ; à manches larges (djellaba)[Mer]. -.4,: sabre à
lame longue, mince et très souple [voir également oondqç t. 1 p. 314][Co]. - 5 .. taI}~ssast
~l-eabd~nawiya passion extrême pour l'homosexualité passive chez l'adulte ICoJ~
'
,à la;~~ £Ib~d part. act. de £b~, fém. -a, pl. -in 1 . qui adore Dieu, qui s'adonne
dévotion [Mer, Pr] ; anachorète [Co BN]. - 2 . qui se livre / s'adonne constamment à
(qqch.) - ila !!~n Ela glibi ya m~ry~m * tq~Uç eabda b ~l-bka u t-t~nwaJ:l'si'tu!'
pouvais avoir vue sur mon pauvre petit coeur, ô Maryam * tu passerais ton temps à,plemerc' ,
et à te lamenter [Car F] [Pr]. - 3 . n., pl. eqbbad dévot, saint personnage [Mer, Pr]. ~
iJ4-e- £iblda / £bllda n. act. de Eb~det n. 1 . dévotion (en gén.), fait d'adorer et ~de
servir Dieu; pratique de la dévotion, exercices de piété [Co] ; activité à caractère religi~ux
et méritoire (spéc. en parlant d'un ascète, d'un ennite) - ~har ~l-£Ïbada appellatioIldu
mois de ramadan, durant lequel on se consacre à la dévotion [Co] - b ~l-£Ïbâda dévote-
ment - X ma ka-i~}aQ la 1 eada wa la 1 £bada il n'est bon à rien [litt. ni pour une ac-
tion ordinaire ni pour la dévotion] [Mer] -lu ma kan~t ~l-b-Qbza * la kan~t la ~}a:wa
la ebBda si ce n'était pour le pain * n'existeraient alors ni prière ni dévotion -izzak m~n
had l~-Ebada en voilà bien assez de ces pratiques de dévotion! [Mej Co] [Pr] ; au p,.l-
£ÏbIldIt les pratiques rituelles de la religion musulmane (prière. jeûne, etc.) [comp. emID
pl. de £I11~I][Co]. - 2. un acte paniculier par lequel on sert Dieu - j-jri eal l-ülâd
£ïbâda s'occuper activement de ses enfants est un acte par lequel on sert Dieu [Co] ~ l~:
msarya f ~d-dUnya £ibâda parcourir le monde est un acte de dévotion [Mej Co] .-~-
7EBD ..w...c
~anea eÏbHda l'exercice d'un métier est un acte méritoire [Co BN] - naqra f üjahdI-
mI~ ebâda contempler le visage de la belle est un acte de dévotion [Mel cAl] [Pr].
J~ elbbld n. d'agent, pl. -in 1 . adorateur (de Dieu) [Mer]. - 2 . ban eabbâGl n.
pro Ibn cAbbiid (733-792/ 1333-1390) écrivain soufi du 8è siècle / 14è siècle méririide,
CA~ir de Salé, imam et prédicateur de laoriginaire de Ronda en Espagne, disciple d'Ibn
mosquée Qarawiyin de Fès; auteur d'un commentaire des lfikam du mystique chadilite
cIbn A~ii~AIUihd'Alexandrie, et de lettres de direction spirituelle [cf. E.l. 2, III, 692, Ibn
cAbbiid, parP. NWYIA] [Co, Pr].
J~ mlebiid part. pas. de eb~ ; spéc. I-maebiid Dieu [lilt. Celui qui est adoré /
servi] [Co] - wa la maebiida siwahu [class. ~I,.,.... ~~ 't/~"personne d'autre que
Lui ne doit être adorétt] eulogie fréquemment utili~ée par les écrivains publics et figurant
après la fonnule ~ ~I al-l:tarnduli-llâh "louange à Dieu" au début d'une lettre~écrite
pour un particulier [Pr].
[II]
£Ibb~d, ieabbdd v. trans., part. l11£abbdd 1 . pétrir en boulettes oblonguesJ en~
fins rouleaux (de la pâte, de la teIre mouillée) [Co, Loub] ; spéc. [M] former des boulettes
pour le mets traditionnel appelé ~~mm~~ [voir rac. ZMT ~j ; compo l~gg~m]f[Co
Mrkch]. - 2 . mettte en rouleau (de la laine) [Co].
c.sJ~ elbbldi n. marchand ambulant de sucreries et d'écorce de racines deuQyer
spécialement utilisée pour les dents et les gencives [voir swak] [Co].
J~ elbbiid n., pl. ebabad 1. rafle de maïs,axe de maïsdépouilléde ses grain~[=
E~icJ~m] [Co]. - 2 . boulette ovoïde allongée (comme un épi de maïs) [Co] ; spéc. [M, Zaër]
boulette du mets traditionnel dit ~mm~~ ou ~9mmina[voir rac. ZMT ~ j ; compo lçgma]
[Co Mrkch, Loub].
~ meAbb~d part. de Eabb~ roulé en rouleaux (pâte, laine, crin, etc.) [Loub].
[III]
i~ eabda n. pro colI. [ethnique] sans art. confédération de tribus arabophones..àe la
plaine atlantique du Maroc, à l'est de la ville d'Asfi [Pr] - Eabdam~arrgin al-kdbda *
CAbda, ils n'ont aucune pitié! * jamais leurs guerres neefunrnar ~aIThqmma ihda les
s'apaiseront [Mej Pr] [Pr].
CAbda ; originaire decs~ eAbdi 1. adj. reI. provenant de / produit par la région des
8EBR'. ~"..~'
Cla confédération tribale des Abda - n-n8.£118.E aI-Eabdi sorte de menthe trè"sp,arfùmée
Cprovenant de la région des Abda[Pr]. - 2 . n. pro nom patronymique [Pr].
EBR~
[I]
~ ebar, yaeba[ / tbif [Tr]V.,n. act.Ebar/ ebir, part.pas.maEbQf,r. trans.
mesurer (la longueur de qqch., d'un tissu, par ex.) ; détenniner (un volume), mesurer {des'
céréales) ; peser (qqch.) ; doser; jauger; cuber; toiser; ext. [Tr] vendre (del'liui1e)'..
Ebart tQ!ha j'en ai mesuré la longueur - Ebar Ii qa1tain mesure m'en deux qaIa-s- (dit"
par l'acheteur au marchand de tissu) - X Eba[ taIt druE u qtaE il mesura.trois coudées
(du tissu) et coupa - Eba[ Ii kiIq d as-sukka[ pèse-moi un kilo de sucre -Ebaf Ii 'kiIq
lla-rçb pèse m'en 750 grammes- £ba[ Ii [ta! d as-sfanj pèse-moi une:livredebei..
gnets ; [Tr] gooda X mB~i yaEba[ az-zit dyIiIq demainX (marchand).vavendreson.
huile [Co, Br, Co Tgr, Mer, Loub] -IIi dar tiya I-£Çb * I-mudd b-lI~ £bdr'li:nra44
Içh celui qui agit envers moi de façon incorrecte* le boisseauqu'il m'a'mesuré,je le lui.
rendrai [MejCo] [Pr]. - 2 . abs.réaliserune bonneaffaire-iIa bg~ti taEbd[f'situ' veux
réaliser une bonne affaire [Co] - Eba[ti bravo! tu as bien fait! -Eba[ti IIi 5m~iti tuas
rudement bien fait de partir ! [Co, Br]. - 3 . intrans. X £ba[ b / £la Y tromperqqQA le'
duper, le berner, le rouler; avoir qqn., lui jouer un bon tour [voir également' b~nt~b I
b~nPb, darha I £I11~lhab Y, IEab Ela Y] -X Eba[ £la Y Eba[ zidIini il ajoué'untourp~n..
dable à Y [compo I}al £l~h, r~al} bih, q.am EI~h, Ûae bib] [Co, Br, Loub] - X Eba[eliy~,.il
m'a bien eu, j'ai été refait [Mer]. - 4 . [R] X £ba[ £laY essayer de faire mieux qu'un autre
I de l'emporter sur lui dans un esprit de concurrence, pour se faire mieux appréêier [Br].
elbbQf, iEabbar v., n. act. taEbir 1 . trans. [R] apprécier à vue dène2: (le-poids,~
la capacité, la surface de qqch.) ; mesurer exactement (la surface d'un terrain) [compo
yI}abb~l] [Br]. - 2 . intrans. X Eabba[ £la essayer de tenir le rang de qqn. qui'est supé~
rieur à soi ou qui est plus riche que soi -X Eabba[ £la mqatnq / [a~Qjuger les gens
d'après soi-même, s'imaginer qu'ils sont semblables à soi, croire que tout lé monde est
comme soi [se dit en bonne comme en mauvaise part] [Br] - ka-tEabba[ el,a'r~~;3ktu
crois que tout le monde est comme toi [Mer].
~w telbQr, itEabar V.récipr.- X tEaba[ mEa Y se mesureravec qqn. à la lutte
[s. pro et fig.] ; se défier réciproquement, rivaliser en faisant des paris -X U Y tea.brgils
se sont mesurés; ils ont réglé mutuellement leurs comptes, ils ont vidé leur querelle'lleur
discussion [Co, Br].
~ ttl.ebQf, ittaEba[ V.pas. être mesuré I jaugé I pesé [Br] - x kIl-itt3.£baf'c'est
mesurable [Mer].
9EBR~
i~ eabra n., pl. -at 1 . mesure de capacité pour les céréales, variable suivant lesré-
gions : [F, Chaouïa] un double décalitre; [R] correspondant au volume de près de9() kg
de blé; [Moyen Atlas] deux mudd-s et demi; [Zaër] cinq doubles décalitres; [autres ré-
gions rurales] souvent un décalitre [compobejwi, tm~n, barri?ba, rçb£ç, ~~, qard, mudd]
[Co, Co BN, Br, Mer, Loub]. - 1. tromperie [Mer].
..)~ tbaf n. act. de EOOr et n. 1 . n. act. action de mesurer, mesurage (d'une superfi-
cie, d'un volume, d'un poids, etc.) ; façon de mesurer - wB~ kHin ~i ebar ~I-yüm;.est-
ce qu'on mesure (l'huile) aujourd'hui? [= y a-t-il de l'huile en vente au fondouk spéci.alde
l'huile ?] -X, ebarç wafi il donne exactement la mesure lIe poids, il est exact dans.s.afa-
çon de mesurer I de peser - X, EbarQ naq~~ il ne donne pas la mesure lIe poids exact -
bIa Ebar sans mesurer- b I~-Ebar en mesurant; chichement [Br, Co, Loub] -£b~ b
~l-mit~r métrage[Mer] -l}.ajrat la-Ebar grossepierre très lourde que les jeunes ,gens
soulèvent plus ou moins haut pour comparer leur force [Br]. - 1 . n.,pl. Ebara!mesure
effective; dimension; contenance; poids effectif -X ka-Ü).a44~r la-Ebar (le vendeur)
fait bonne mesure / bon poids, il ne lésine pas [= ma ~i ~~çrç] [Co, Br, Mer, Loub] - ,gbar
m~~r9q fausse mesure - Ebar b ~l-m~mrüt / b ~t-t~mrïta mesure à ras - Ebar:~l-
Eçri mesurerase - Ebar b ~l-mq~bb~b / ebar b ~l-qçbba / Ebar ~~-~raEmeSUTe au
comble - Ebar ~l}.~l}.mesure chiche, fausse mesure [Mer] -intdCJ.~zb ~l-bauat *;kiill
ùalfa qama f~ Ebarha m~tnïya il marcheà grandspas * chacunde sespas mesurantla
longueurd'une double brasse [MelBag] [Pr].- 3 . n., pl. Ebara! tout ce qui sert à ,mesu-
rer (une longueur, un volume, un poids, etc.) ; jauge; pietTeou autre chose servantidfeta-
Ion pour le pesage; poids lourd que l'on s'exerce à soulever pour mesurer sa force ;IQo] ;
spéc. £bar ~l- f~tra récipient spécial qui sert à mesurer le volume de grain qui doit{!tre
distribué aux pauvres, à raison d'une mesure par membre d'une même maisonnéeE~:voir
f~~a] [Co BN]. - 4. tour joué, mauvais tour [= Hi?£] - hada la-ebar IIi Eab~rti'è1~h
X, £àmlu lQ wal]d la-Ebar zidRni ils lui ont jouéc'est là le tour que tu lui as joué? -
un fameux tour [voir aussi laeba zidâniya] [Co, Br].
~ ebir n. act. de £b~r 1 . mesurage. - 1 . tromperie - [Mer, Har].
III .
b~ £ iy~r n., dim. de Ebar petite mesure, petite taille; expr. fig. £biy~r;~l-
l).~mm~~ "petite taille de pois-chiche" [se dit d'un individu très petit] - Ebïy~r ~l-fi!tra
"petitemesurede céréales"[m.s. fig. = b£iwi]- [Branès, F] bÜ-Eabiy~r sorte depriison
gris jaune, en poudre [Co].
..)~ £Ibbir n., pl. -a 1 . mesureur officiel, sur un marché, pour les céréales.,fhûile,
etc. ; peseur ; jaugeur; toiseur [Co, Br, Mer, Loub]. - 1 . individu trompeur, quitrmnpe
les autres [Mer].
10EBR~.-
~ ti£bir n. act. de eabbdrestimation[Br].
,J~ mlebQf part. pas. de Ebdrmesuré; jaugé; pesé [Br].
[II]
,
'"~ £Abb~r, i£abb~r V., n. act. ta£bir expliquer, commenter[camp. f~ss~r,
fdhh~m] [Co] -X £abb~r l~-mnIiim interpréter les songes - X £abb~r ~I-klRmparler
ytrès clairement en se faisant facilement comprendre [Br] -X £abb~r 1 £la / b z expli-,
quer (qqeh.) à qqn. / donner à qqn. une explication (de qqeh.) par le moyen d'autre chose
[Co].
~ nelb~r, iIl£ab~r v. réfléchir pour tirer leçon (de qqeh.) - baed~n dIik m~it
n~n£ab~r après cela, je me mis à pour en tirer leçon [Mel Md] [Pr].
y y esti~~ etabQr, iEtab~r V.,part. pas. meatbar / mÜEtabar - X Etab~rb /
mer qqn., avoir de la considération / de la déférence pour qqn. ; prendre qqch. en considé-
ration [Co, Br] - X Etab~r bihçm f ~4-4yafa il leur a fait une réception magnifique
[Co] - X Etab~r b kIam ~l-qaid il a écouté les paroles du caïd et s'y estconfonnépar
>
déférence [Br].
..~ eçbra n. exemple édifiant, objet de réflexion morale [Co].,
i,J~ eblra n. 1 . leçon que l'on tire de qqch. [= eçbra] [Pr] ; spée. châtiment exem-
Ii, n£id q~~~a U Ebara fais atten-plp.ire[Co] - ~ga u sma£ gay~t I~-bb~r * kif tra
tion et écoute bien la signification de cet événement * tel qu'il m'est arrivé, et je vais t'en
faire le récit et te dire la leçon qu'il faut en tirer [Mel Md] [Pr]. - 2 . ext. individu victime
d'un châtiment envoyé par Dieu, et qui sert d'exemple aux autres [Co].
"..J4.e. eçbara n., pl. -at 1 . tenne ; locution; expression, tournure de phrase [Mer,
Loub]~ - 2. façon claire de parler, facilité à se faire comprendre - l~-fqç, £~bartç
mzyana le professeur emploie des tennes purs et simples, il se fait comprendre aisément
et plaît à son auditoire [Br]. - 3. spéc. calamité, malheur, châtiment exemplaire envoyé
par Dieu en manière d'avertissement, et qui doit servir de leçon; miracle dont qqn. a étéla
victime, qui prouve le pouvoir surnaturel d'un saint et qui constitue un châtiment à prendre
en considération; aventure étrange qui mérite d'être prise en considération [Co]. - 4. ext.-
individu victime d'un châtiment, et dont les malheurs, envoyés par Dieu en punition, doi-
vent servir de leçon aux autres - X bqa £Çbii[a 1 ~n-nIis (ayant eu le poignet coupé pour
vol) il demeura un exemple édifiant proposé aux autres -X bqa £~bara bin ~n-nas il a:
été victime physiquement de ses méfaits envers autrui [Co, Br, Mer]. - 5 . fig. e~bara in-
Ilque l'on cite constamment pour sa sottise, sa naïveté ou ses vices, tête de Turc;
individu monstrueux, un monstre de laideur -X £Çbara m ~l-£Çbarat il est l'o1?jet
tous les sarcasmes; [insulte]b(n) ~l-£Çbara l-a1Jçr espèce de tête de Turc! [Co, Br,
Mer].
.)~ £Ibbif 1. n. d'agent, pl. -a - £abbar ~l-mnRim devin qui explique :.les
songes [Br]. - 2. adj. into parfaitement clair et explicite; expressif (propos, discours,
poème, etc.) - ltaQ rnrqnqçn s~lsa £abbara des expressions étincelantes, bien aJus-
tées, expressives [Mel Md] [Pr].
tlebir n. act. de £ab~r 1. expression claire de la pensée [Mer, Pr]. - 2. inter-~
prétation (d'un songe, d'une vision) -~~dd~ ~r-rç:>ya u ~r~l]ha b b~r u sl!lm* u
~ab l}.usn ~l-flill œ£birha mwal~m il crut en la vérité de la vision, et rexpliqua-(en
disant qu'elle annonçait) bien et salut * trouvant que cette interprétation était de bon augure
[Met CAl] [Pr].
.) ~ eltbir / £Qtbir n. punitionédifiante,châtimentexemplaireinfligéparDieu;
conséquences fâcheuses d'une malédiction prononcée par un saint qu'on a offensé et:gui
sert d'exemple [Co, Br] - rdbbi b~IT~j fihçrn ;}l-eatbar Dieu leur a envoyé unchâti-
ment exemplaire [Co] m~nnç il:'8u-- X, br~j fih dl-£çtbar dyRl ~S-SiYYdd ~lli ~r~
bit le châtiment que lui inflige le saint dont il a pillé le tombeau -qhar ~l-ec.>tbar f x3lli
kla dylili la punition (de Dieu) est arrivée à X qui m'a ruiné [Br] -llah ya1Jçd fih:~l-
£Qtbar que Dieu le punisse en le donnant comme mauvais exemple à ne pas suivre [Mer].
.)~I i£tibif / etib1r / n. act. de £ta~r [class.]1. considération, déférence
(que l'on témoigne à qqn.) ; crédit (que l'on accordeaux parolesde qqn.) [Br, Pr].-"2 .
fait de considérer ,!ttentivement (les choses, et d'en tirer leçon) [Pr] - llah irz~na 1-
i£tibar Dieu nous accorde (la grâce) de considérer justement (les choses, et ainsi de sa:v:oir
distinguer le bien du maI) [Mer, Pr].
~. 4& meltblr / muetibir part.pas. de £taooret adj.considéré; considéraHle;..) :
remarqué; remarquable, insigne, formidable, sensationnel; très important; splendide,ma-
gnifique, somptueux; excellent, de première qualité, de première catégorie, fameux iFCo,
Co BN, Br, Mer] - nas m£atbrçn des gensde qualité-z~rda m£atbra / mü£tabira
un gueuletoncopieuxet de qualité [Br, Co] -l-mu£tabar f x le meilleurde telle chose
[Mer].
[Ill]
~ eabir / ebir n. [class.;poésie]senteurd'aromates; effluvesparfumées-ral}.
12eabrQq J,",~
~l-£abir m~n !çbÇ>le parfum de ses aromates se répand - nsây~m l~-£bir * tal}.mn
~~-~~ffa l-m4~rgma les effluves parfumées * s'exhalent de ses lèvres rouges [Mel CAl]
[Pr].
[IV]
i.)~ ebQra n. [zool.] [M] jeune agnelle [Co] ; [Zaër] agnelle d'un an [= I}auliya]
[Loub ; cf. class. .)~].
[V]
~J~ elbrlni adj.hébraïque-1-£ab[fu1iya la languehébraïque; spéc. la langue
religieuse ou spéciale des juifs [terme employé par les musulmans, mais non par les juifs
[Jud, Mer].
~I~ £Qbriini n. colI.signescabalistiques-maktüb b al-£Qbran écrit en signes
cabalistiques [Co].
EBRJ ~~
yelbraj, ya£br~j v. intrans. X £abr~j £la 1. débiter à qqn. des hâbleries /~~
des vantardises / des rodomontades / des fanfaronnades; bourrer le crâne à qqn. par des
gasconnades, lui sortir des boniments, lui bourrer le crâne [Co, Br]. -2. jouer continuel-
lement des tours à qqn. en mentant [voir aussi graJ:t£la -] [Br].
ytelbrgj, it£abr~j / t£arbaj v., n. act.t£abrij - X t£abr~j £la m.s. que~~
eab~j £la ci-dessus [Br] ; spéc. [M] raconter des mensonges à qqn. [Co Mrkch].
~~t...;.c. / ~:;.;.,:. eblrji / ebllrji adj.etn.,pl. -iya 1. menteur,hâbleur[Co].-
2 . individu qui joue continuellement des tours aux gens [Br]. - 3 . imposteur [Mer].
~ I~ elbrij adj. et n. qual. 1. vantard, hâbleur [Br]. - 2 . imposteur [Mer].
telbrij n. act.de l£abrnj1. bourragede crâne- X fih at-t£abrij il boarre le~~
crâne aux gens [= X ebarji] [Co]. - 2 . imposture [Mer].
***
J.J~ elbrüd n., pl. £bar~d rouleau ou boudin de pâte de farine, voirbd£I"Üdt. 1 p.
193.
J,",~ elbrQq n. [F, M], pl. £bar~ 1 . voile de tête pour femmes; long voile de
13EBZ~
tête, de soie rouge et noire lamé d'or [Loub, Mer] ; spéc. voile de soie dont les femmes
entourent leur chevelure et dont les longs bouts retombent sur le dos [Dozy, V2t.p. ',291
et réf. ; camp. ~~rbiya]- r-ryYY l~ mwa1in la-Ebaraq * ma hç 1mwalin ~~-~wa~i
(viendra un temps où) ce seront les porteuses de voiles de soie qui prendront les décisions,
* et non les porteurs de hauts bonnets feutrés [Mej Co] [Pr] - f~ sbani u ~abi
4~yyhçm waq~d * u l~-Ebar~ u ~qalli f~ I}usn l~-mrad enveloppéesdansleurs
voiles et leurs écharpes, elles sont rayonnantes * et leurs voiles de soie brochés de filrd'or
tels qu'on peut en désirer [Mel Md] [Pr]. - 2 . [M] [vieilh] kagç! 1-£abrQq sorte de ,car-
ton [Co Mrkch].
.EBZ ~
£bg~, yaEb~~ v. trans. empoigner (qqn.) à bras-le-corps; serrer très fon dam ses~
bras [Co].
eibbg~, i£abb~~ v. trans., n. act. ta£bÇ~a 1 . empoigner (qqn.) à pleines mains,~
à bras-le-corps [Co, Loub]. - 2 . [M] serrer dans ses bras [= Eann~g] [Co Mrkch].
.HW teib;~, itEab~~ v. récipr., n. act. £b~ / II1£[b~a se prendre à bras-le-coIps (à
la lutte), s'empoigner, se colleter [Co, Mer] ; lutter à main plate [Loub].
.j~ eba~ D. act. de t£ab~z action de s'empoigner à bras-le-corps; lutte à bras-le-corps
[Co] [camp. mdârEa, ~wa~/ m~au~a].
i~ ebaiza D.[Zaër]lutteà mainplate[Loub].
,j~ eibba~ ~ D. 1 . lutteur [Co]. - 2 . oiseau de proie [Co BN].
i~ tiebç~a D. act. de Eab]X}~ action d'empoigner à pleines mains [Mer].
..
i.H~ mea b~a D. act. de t£a~z =Ebaz [Co, Mer, Loub].
(S~t....:. t....:. m£ib~ç D., pl. -çya lutteur [Co, Mer].
£BS ~
[I]
~ eabasa n. pre de la sourate 80 du Coran, dont le premier verset commenoejpaT
Il .. .. .. .. ....
~~ .J ~ "il a pris un air sévère et s'est détourné" [Co].
14EBS ~
ei.bbQs, i£abb~s v. intrans.,n. act.ta£bâsI ta£bisa, part. m£abb~s froncer~
les sourcils, prendre un air sévère I renfrogné [voir aussi gç~~] - X, £abb~s üjhç son
yvisage s'est renfrogné - X eabb~s f faire grise mine à qqn., le regarder en fronçant les
sourcils et d'un air fâché; regarder qqn. avec un visage renfrogné [Co, Mer, Loub].
~ :.: "tlbsa. n. 1. froncementdes sourcils; front plissé et soucieux-X £qad ~l-
£8.bsa contracter les sourcils; plisser le front -X t!~ ~l-£absase dérider le front, cesser
de garder les sourcils froncés -X dima £am~l ~l-£absa bin £ain~h il a toujoursle
front plissé (de colère ou de SOUCl)[Co]. - 2. [tannerie] collet, partie plissée d'une peau
tannée comprise entre la tête et les épaules; [cord.] la partie la plus épaisse et la plus solide
d'une peau de ziwani, qui est d'une couleur un peu plus foncée que le reste [Co, Co
Mrkch]. - 3 . [archit.] avec pl. -at courbure, sinuosité d'un élément floral décorant un cha-
piteau -l-eabsa d ~r-ri~a la courbure de la feuille d'acanthe -l-eabsat d ~1-IIÙ]3.nn~a
les sinuosités du décor à méandres [Co].
~~ eblsa n. froncementdes sourcils; frontplissé [=£absa]-£q~d fiya ebâstq u
rJja ~-~tar il a froncé les sourcils et a baissé les paupières [Car1].
~ .&:. ebisa n. dim. de £absa - irf~d fiya ebistc] w ir1Ji~-~tar il lève vers moi'~.':
son regard, les sourcils adorablement froncés, puis il baisse les paupières [CarF].
~ ::.u :.: Eibsiya n. 1. moue [Mer]. - 2. fig. temps gris [Mer]. - 3. fig. crépuscule du
matin [Mer].
L...4-c £Ibasa / EQbasa n. froncementde sourcils; front plissé et soucieux-X
eaq~ bin eain~h wal}d ~1-£9basa / £iiq~d eqbasa il a froncé ses sourcils (de mécon-
tentement, de colère, de souci, etc.) [Co].
(.)M~ ebiis adj. inl. très renfrogné (visage), très sombre (mine) -wqqt ~m.manjih
n~~bç ebüs chaque fois que je vais le voir je le trouve la mine très sombre [Mel Bag]
[Pr] .
~~ Ebüsiya n. m.s.que£absiya [Mer].
CAbbas. -U"~ eabbls 1. n. d'agent qui fait la moue [Mer]. - 2 . prénom masc.
3 . n. pro l'oncle paternel du prophète Mul}ammad, ancêtre de la dynastie des Abbassides;
il obtint du prophète la confmnation du privilège de donner à boire aux pèlerins - siqaya -
[voir B.l. 2, I, 9]-qC]bbt ~l-£abbas édicule, voisin de la coupole qui recouvre le puits de
Zernzem, à la Mekke, et où sont disposées les cruches contenant l'eau du puits sacré, à
15EBS ~
l'intention des pèlerins [= qçbbt ~~-~arab] [Co]. - 4. sidi b ~l-£abbas ~s-s~bti Sidi b.
al_C Abbas aI-Sabri, saint patron de la ville de Marrakech (m. en 600 / 1204), originaire de
Sebta, et à qui sont attribués de nombreux miracles; il est invoqué comme pourvoyeur du
vent pour le vannage; une mosquée et une médersa ont été édifiées par le sultan saadien
Abü-raris sur les lieux de sa sépulture; son mausolée, bâti à l'origine par le sultan alaouite
Müllly Ismacll et restauré par la suite, est un lieu de pèlerinage très fréquenté [voir ,aussi
b~n-j3tf~r t. 2 p. 193] [Co, Ricard] - ~aqaqt / mudd sidi b ~l-£abbas première mesure
puisée dans le tas de grain qui vient d'être dépiqué; prélevée sur l'aire avant le partage
avec le khammès, elle est généralement distribuée aux pauvres; c'est un don fait en l'hon-
neur du saint et pour se concilier ses faveurs à titre de dispensateur de la brise indispen-
sable à la ventilation pour le vannage [Co] - ~l]ab sidi b ~l-£abbas les aveugles [litt. les
~l_cAbbas, celui-ci ayant été un fervent apôtre de la charité, spéCiale-compagnons de sidi b
ment envers les aveugles] [Co BN, Mer].
~~ eabblsiya - l-£abbasiya n. aumônefaiteen l'honneurde Sidi b. al-cAbbas;
a) la première mesure de grain qui vient d'être nettoyé sur l'aire à battre, et que l'on ,eJom-
mence à mesurer [= ~açaqt sidi b ~l-Eabbas] ; b) menue pièce de monnaie que, chaquerma-
tin, un boutiquier remet à un pauvre, spécialement à un aveugle [Co BN].
I l-elbbllsiyin n. proles Abbassides, la dynastie abbasside [Mer].~~
tJIr'~ tlebBs n. act. de Eabb~saction de froncer les sourcils - X qab~lni b~t-
taEbas il m'a reçu désagréablement [Mer].
,.
~ ... "..~ tie isa n. act. de Eab~s = tatbas [Mer].b
: 8.UU-.' melbbas 1. part. de Eabb~s - X m£abb~s il fronce / a froncé les sourcils
[Co]. - 2. adj. '~renfrogné(visage), sombre (mine) ; rébarbatif (individu) [Co, Me~]. -
3 . fig. brumeux, maussade (temps) [Co].
[II]
C Antarah b.elbsi adj. reI. de la tribu arabe ancienne des cAbs; spéc. l-£absi~
CSaddad, héros de la geste légendaire de Antar, qui était de cette tribu - l-£absi l~-lB!iaqt
tantra t~rku l-~ubb f qçqa le cAbsi, héros valeureux, CAntarah, que son amour {pour
CAbla) laissa dans le tourment [Mel cAl] [Pr].
***
,j:,~ ebü! prénom fém., hypocoristique de EÏ~a/ Eai~a[Co].
16EBL ...4-c
£ib£iib n. [Zaër], pl. £ba£ab tas de terre [Loub].
'-:'~
EBQ~
[I]
ebaq, ya£bdq v., part. act. £abdC}1. envahir entièrement un local (fumée), en-~
fumer [Co] ; s'enfumer, être enfumé (local) [Mer]. - 2. se répandre (odeur) [Co] ; s'exha-
ler (Parfum) - £abq~t nsümha b na~wa battiira (un vin) dont les parfums s'exhalent
yprovoquant une griserie excitante [Me! Md] [Pr]. - 3 . fig. X £bdq £la b ~l-klam no-
yer qqn. sous un flot de paroles, l'abasourdir de paroles [Co, Mer].
~ £Abqa n. 1 . [R] fumée dense qui remplit / envahit un local [Co Tgr]. - 2. fu-
mée / odeur qui sature complètement un local et s'y attache [Co BN].
~L.e. £ib~q part. de £b~q - ~ az-zhar al-£abdq les fleurs odorantes exhalent leur
parfum [MeI CAl] [Pr].
u~ ebQqa n. [Tr] fumée dense qui remplit / envahit un local - ~ had £bçqa qu'est
ce que c'est que cette fumée! [Co Tgr].
[II]
£b~q, ya£bdq v. trans. [archaïque] x £bdC} yI Z voler qqch. à qqn. [Co].~
J~ el.bbiq n. [archaïque],pl. -a voleur [= m~bbar] [Co].
EBL ...4-c
[divers]
C AbIa, cousine de CAntarab. Saddad - £3.nbr - son époux et~ £Abla n. profém.
Camantpassionnéet héroslégendairede la gesteépiquede Antar [Co]-ltiim tabla voile
du visage (noir) [Mer] - ~fa man ~rabdi £la w~jnat tabla plus pur qu'un vin de Sar-
Ckhad (qui donne de la couleur) aux pommettes de AbIa [Mel Md] - ~waq tantra man
C Ctabla les désirs ardents de Antarah pour AbIa [Mel CAl] [Pr].
w~ ebiila / £bQla - bü-£büla n. [zoo1.] 1. limace[Co,Co Mrkch,Loub].-
2. colimaçon [Mer] - [voirégalementbaebüla, rac. BEBL ~].
:.I J ::. £bila n. petit récipienten nacre ou en ivoire,cylindrique,à bouchonvissé, et
dans lequel les femmes mettent leur fard noir - J:tarq9~ - [voir aussi J:tçkk, dim. 1).kiy~k]
[Co].
17EBN~
£BN~
iJ~ ebin / iebin n. [berb.; cf. Tarn. p. 830; Dallet p. 970] haïk d'homme [Co] ;
[Jb] vêtement (en gén.) [Co Ozawa] ; expr. [< berb.] s~rs a£ban bas le froc! [= "la
bourse ou la vie!" des coupeurs de route [litt. dépose le haïk / le vêtement !] [Co]
t:a~ ebana n., pl. -at / £bâin 1 . couverture épaisse, à rayures vers les extrémités;
couverture de lit [= b~naniya] [Co, Mer, Loub]. - 2 . [M] sorte de petite couverture de laine
à décor polychrome, servant aussi de haïk [Co Mrkch]. - 3. [béd.] haïk d'hommeICo
BN].
. ~ ~Abbün n., l. Ebab~n airon (au dessus de la ceinture) [Mer, Loub].Pu~ ~ o"'-A
EBY~
[I]
y y se soucier / s'inquiéter deeba, yaEba v. mtrans. [cf. class. t;.c.] - X Eba b /~
qqn. ou de qqch. ; avoir égard / prêter attention à qqn. ou à qqch. ; prêter intérêt à qqn. ou
à qqch. [voir aussi bâla, ibâli b t. 1p. 134; ddaha fi t. 1p. 36]-la m£ba ~i bib ne te'sou-
cie pas de lui! / ne le crains pas! [Co] - X ma ka-yaEba ~i b y il n'a cure de telle chose,
il ne s'en soucie pas, ne se tounnente pas pour elle [Co, Mer].
yeAbba, i£abbi v., part. ffiEabbi - X Eabbaha f se soucier de qqn. [voir aussi~
£ba b - ci-dessus] [Co] - X £abba I y gaya faire attention à qqch. [Mer].
meAbbi part. act. de Eabba; expr. X ma mEabbiba f :Qadd il ne se soucie de~
personne [= makâ-iddiha f l)add] [Co].
[II]
eAbba, iEabbi v. trans., part. act. Il1£abbi 1 . emporter, emmener [= dda t.1 p.~
34] [Co, Co Ozawa, Mar, Co Mrkch] ; remmener [Co] ; ext. épouser - bal~k tqQI m~n
sbani EabbRni prends garde de dire que celui qui m'a captivée m'a emportée [CarFllPr] ;
[Prov.] ffidn Q-af dl-bgdf jiti t£abbi t-tbdn ? c'est l'étable des bovins, et tu vien<sen
emporter de la paille ?! [= ils la garderont pour eux et ne t'en donneront point.; se dit de
qqn. qui vient demander l'aumône à un avare, ou, plus généralement, de toute choseilont
la réalisation est impossible] [Pr] ; expr. fig. X, Eabbatq Eainq le sommeil l'a vaincu, il
s'est laissé emporter par le sommeil [litt. ses yeux l'ont emporté] - X £abba bas sId') il
est mort (évitant à son maître un so11funeste) [litt. il a emporté le malheur de son mâitre]
[Co] - x Eabba l-bas empêcher un danger plus grave (en parlant d'un petit acciâent)
18€TB~
[Mer]. -2. amener / pousser (qqn. à faire qqch., à s'occuper de qqn. d'autre) - a~
EabbIDc I Y qu'est-ce qui t'a poussé à t'occuper de Y / à t'adresser à Y / à t'attaquer à Y, à
yte frotter à lui [= a~ jab~k / ddRk I Y] [Co]. - 3 . X Eabba Ela garder rancune à qqn. - la
tEabbi ~i va Y ne garde pas rancune à Y [Co].
m£lbbi part.act.deeabba.~
ETB ~
[I]
~ £Ittgb, iEatt~b v.I. X Eatt~b £la I-bab franchirle seuil(d'uneporte), l'en-
jamber [Co, Co Mrkch, Mer]. - 2 . poser le linteau supérieur d'une porte (dans une maison
nouvelle) [Co].
~ £Atba n., pl. -at / Et~b/ Etab/ Etabi/ Etüb 1. seuil, pas d'une porte [Co,
Mer] ; [Prov.] l-Eatba m~jrç4a u r-rkIini b ~d-düda le seuil est bien astiqué mais les
coins sont pleins de vermine [Kab, Pr] - r~zq ~l-Eatba bla taEb bUi ~qa la chance,ilIa
trouve sur le pas de la porte, sans peine ni labeur [Apropos d'un chanceux] [Pr]. - 2. ext.,
avec pl. -at / Etüb immeuble bâti, bâtiment, maison - X ka-imI~k 1}4a~~r Eatba il pos-
sède onze maisons [litt. onze seuils] - X Eandç b~I£a d l~-£tüb il possède de nom-
breuses maisons - £atba m~rbüJ:.ta seuil / maison qui porte chance - X ~ra £atba
mbarka m~SEüda il a acheté un immeuble qui lui pone bonheur [Co, Co Mrkch] - £atba
rnzyBna un immeuble d'un bon rapport [Mer] ; spéc. l-£atba ~-~arifa le palais / la de-
meure du Sultan [Tedj] - la-£tab ~~-~arifa le Gouvernement chérifien [Mer] ; [Prov.]
g~çs wu-lIa n~çs wu-lla t~bdill~-£tüb angoisses ou coups perfides, plutôt changer
de demeure [= plutôt changer d'habitation que de demeurer près de voisins indésirables]
[Pr].- 3 . repas propitiatoire offert à l'occasion de la construction d'une maison nouvelle;
repas inaugural en l'honneur d'une nouvelle maison [cf. fro "pendrela crémaillère"]. -
4. [arebit.] linteau de porte (supérieur ou inférieur) - Eatba fÇqanïya linteau supérieur
[Co, Co Ozawa]. - S. [archit.]banc de maçonnerie dans le vestibule d'une maison ou à
l'entrée d'une mosquée [Co].
(II]
y~l£ eltgb, iEat~b v. trans., n. act. Etâb / £itâb / m£atba 1 . X Eat~b £la z ré-
primander affectueusement qqn., lui adresser des reproches amicaux, l'admonester au su-
jet de qqch. [Co, Mer]. - 2. désapprouver (qqch.), le critiquer, le refuser [Co, Mer]. -
3. récriminer; contrevenir / refuser d'obéir à (un ordre) - X Eat~b kl3m ~l-ba~a il a re-
fusé d'obéir aux ordres du pacha - ka-tEatbq kl3m ~~-~~!tanvous désapprouvez,criti-
quez et contrevenez aux ordres du Sultan [Co]. - 4 . punir, châtier [Mer].
19ETB~
etlb n. act. de eabb et n. reproche -saedat m~n e!~f lih l]bibC? b ~l-g~al
'-:'~
rafa m~n g~r etab heureux celui à qui sa bien-aimée fait la grâce de le rencontrer, par
bonté et sans lui faire de reproche [Mel cAl] [Pr].
..
~L..a.....o L..a.....omelt ba n. act. de Eat~b et n., pl. -at admonestation, réprimande, reproche;
désapprobation, récrimination [Mer].
[Ill]
C Atiib, du Tadla [Ca].~~ etlbi n. cuir de chèvre jaune provenant de la tribu des Aït
***
~ el.tt n., fém. -a jeune garçon I fillettemalfaisant(e), mauvais sujet [Co].
:; -;:. £Atta n. [zool.] mite [Mer]
? eAttQ - bÜ-Eattc? / ba-eattc? 1 . n. coIl. et n.u. [M, Doukkala ; zool.] sauterelle
mâle du type jraq, mais non comestible; grosse sauterelle mâle jaune qui vient par vols,
criquet pèlerin [voir aussi Qzâir, EÇJtmân 3] ; sa femelle, comestible, est appeléeeii~a
Eayyana[Co, Co Mrkch,Can]. - 2 . fig. personnegrêle[Mer].
i~ etida - kofre d l~-etida coffrede mariéerecouvertde velours et à couvercle- . ..
bombé [Co].
ETR~
£tQr,yaEt~r v. mtrans., part. Eat~r 1 . grossir (animal domestique) [Mer],. -~
2 . [mM.] avec n. act. Etir s'indurer (furoncle) [Mer]. - 3 . devenir grave [Mer].
~I...& eltQr part. de Ebr; spéc. induré (furoncle) [Mer].
~ £tir n. act. de £tdr 2 [méd.] induration [Mer]
ETR .,..i..c.
~ etQr, yaEt~r v. mtrans.,n. act. Eatra / et~r 1 . trébucher, faire un faux-pas;
buter contre qqch. ; s'empêtrer les pieds dans ses vêtements; broncher (cheval) [Co, Mer;
compo d8é:~r] - X £t~r f w~d ~1-1:tajra buter I trébucher contre une pierre - X £t~rf~
y 1)~tta barrjC?1)wâijC?s'empêtrer les pieds dans ses vêtements; expr. im. X nh~4 f
20E1Z~.,.,
kâ-yaet~r f~ I}wRijç il expulsa Yen vitesse et le laissa tout penaud / désemparé -X tllia' f~ jlâilç b ~I-f~rl}a il partit, s'empêtrant dans les pans de son vêtement du
fait de sa grande joie [Co] -X et~r f~ jlâilç être honteux; ~êtrebuté [Mer]. -.2 . fig.,Jaire
une erreur, se tromper [Mer] ; faire un écart de conduite / dèlangage ; faire une fausse ma-
ynoeuvre [Co] - X, eatrç bih l-iyâm déchoir [Mer]. - 3..X' et~r eUi / f / y buter du
pied, trébucher sur ou contre qqn. ou qqch. ; fig. tomber par hasard sur qqn. ou qqch'.;
rencontrer par hasard qqn. ou qqch. ; spéc. rencontrer.(tzne,difficulté inattendue) [Co~,.Co.
BN, Mer].
~ elttar, ieatt~r v. fact.fairetrébucher -x eattarnÎ cela m'a fait trébucher [PrJJ
i~ eltra 1. n. act. de £t~r trébuchement; habitudede buter / de trébuchèr~ X
qgrbatç l-eatra f waJ:l~d~l-J:dijraf r~jlQ / f bl~gt9"jl s'estdonné un coup aupiedcl'
à la babouche en butant contre une pierre [Co, Merl. - 2. n., pl.-at faux-pas; fig..écart"
de conduite I de langage; imperfection; erreur -!!~h; iq~l'etgrti que Dieu ne tienne.pas
compte de mon faux-pas! [Co, Mer] - ma tqç~Q'eatratqu'il ne se laisse pas aller'aux
écarts de conduite! [Mel Bag] [Pr]. - 3 . pierre d'achoppement, écueil; cause d'éahéc
[Co].
~ etçr n. act.de £bf trébuchement[Mer].
i~ tletçra n. faux-pas[Co].
ETRS
'-'"~
4.JM~ eltras, yaetr~s v. intrans. 1. être d'humeur:,fantasque (enfant turbulent qui
grimpe aux arbres) [compo fro capricieux, capricant]. - 2. se. démener fébrilement - [Co].
I
eltriis n. [zool.], pl. £târ~s 1. bouc[voirégalement tiS] [CO] ; [Pro v.] I~~
,-,"J~
J:tlib f ~l-£atrüs u ma ~ab mn-ain ibrçj le bouc adulait mais celui-ci ne sait pas par
où sortir [= il est riche mais avare] [Co, Pr]. - 2. eatrüs: ~I-lil oiseau de nuit (engoule-
vent 1) [Co] - eatrus ~I-gaba hibou [Mer]. - 3. [bot.]J~l).y~t ~I-eatrüs salsifis [?\1er].
***
ij...:A...celtza n. [archit. ; pour Eanza]dans une mosquée, panneau vertical, cloison en
bois ajouré, dressée à l'extrémité extérieure de la nef axiale qui vient de la niche d'orienta~:,
tion de la prière - ITrlJ:lrab -, et qui indique la direction de cette dernière aux fidèles que l'af~
fluence oblige à faire leur prière dans la cour [Co BN] [voir £3nza ll].
21ETQ~
ETQ/ETG ~/~
[I]
y délivrer, libérer, sauveretaq, yaet~ v. trans., part. act. eat~ 1 . X et~~
qqn. [Co, Mer, Loub] ; spéc. sauver qqn. du danger de mort (par assassinat ou par înani-
tion) en lui prêtant l'assistance dont il a besoin - £atq9 r-rQI]. au secours! à l'assassin!
[litt. sauvez la vie (de qqn.) !] - !!ah ya£t~ rq~bt~k mn ~n-nar Dieu te sauve du 'feu
(de l'Enfer) ! [Co] - m~n ~!-!4a ya£t~ni giyyat kiill mügit que (Dieu), qui est ie:se-
C Amr] [Pr] - r~bbi .kâ-coureur par excellence, me sauve des flammes (de l'Enfer) [Mel
ifiikk I-üQ~I * u ya£t~ f kiill sa£a Dieu dénoue toute situation périlleuse * et il sauve
à tout moment [Mej Pr, Jb] [Pr]. - 2 . fig., expr. familière et~ ~r-rQI:t mange un peu:! ne
te laisse pas mourir de faim! - X et~ ra~q il a pris un peu de nourriture juste assez pour
y faire l'aumône à qqn. ; abs. fame lase sustenter I il a cassé la croûte [Co]. - 3. X eta<}
charité, se montrer charitable - et~qni b g~r~ fais-moi d'une piécette ,pour
m'acheter à manger [= gçtni] -X ma ka-ya£t~ ma ka-y~fl:tam (trèsavare)il ignore
toute forme de charité -X eammr9 ma ~~44~q wa la et~ il n'a jamais eu uR.:geul
geste de charité [Co]. - 4. émanciper; spéc., avec n. act. etÇqaffranchir (un esclave)
[Mer] ; fig. X £t~ Y laisser qqn. poursuivre sa route sans le retenir inutilement [C1!).]. -
s. spéc. égorger un animal blessé à mort pour en rendre la consommation licite [Mer].
ttAet~q, itta£t~q V.pas. 1 . être sauvéde la mort- s-s~mm ma ittaetacaUes~
animaux venimeux [se.rpents, scorpions; litt. le venin] ne doivent pas être épargnés;par
charité, ils doivent être tués sans pitié; expr. X ka-ittA£t~ il est bien vivant, il est bèl et
bien en vie! [Co]. - 2 . être émancipé (esclave) [Mer].
:. 'â;:' eAtqa n. act. de etd<} et n. - X, la eatqa wa la raQma il ne connaît ni libéràlité
ni charité [Co].
; spéc. eat~ I~-rqab (Dieu)Celui qui sauve la viedfiesl£ eat~q part. act. de EtxI~
gens [Co].
.
etiq / etçq n. act. de £tdq émancipation / affranchissement d'un esclave [M~].~
[II]
~W:. eataq n. [citadin]jeune fille nubile et en âge d'observer le jeûne du ramat1an,
adolescente bonne à marier; jeune fille vierge, pucelle, demoiselle [= ~kra, ~nt, ~bjya,
eazba; :#~abba ; compo eazri] [Co, Mar, Mer].
:. a ; .:~ £witqa n. dim. de eat~, pl. -at jeune adolescentevierge [Co, Mer] ;{M]
fillette de dix à quinze ans [Co Mrkch].
22E11., J;l.c.,
~ etiq n., pl. £taq 1. gaillard décidé, brave, vaillant et très malin, d'esprit très 'vif- .
et expérimenté [Co, Mer] ; personne de tout premier plan [Mer]. - 2 . galant empressé.au~)
près des darnes [Mer]. - 3 . chose ou animal de premier choix [Mer] - I-b~ll~-£taq)es
chevaux de race, les excellents chevaux [Pr].
.j~ el.ttüg n. [Zaër; zool.], pl. £tBt~g jeune coq; fig. pauvre hère [Loub].
u~ el.ttQqa / eittüqa / eAttüga [R],pl. £tât~ / £tat~g 1. poulette'enâge
de pondre, mais qui n'a jamais encore pondu [voiraussif~llüsa] [Co, Mar, Mer,.Loub]. -
2 .vieille fIlle (très âgée) [Co].
. t ~ ~:. etit;g n. dim. [R] poussin [voir aussi f~llüs] [Br].:.
L-.:'~. ;~ tAewatqçy;t n. virginité,étatde virginité[Mer].
[III]
E~lt~qha<j.bG~ elttaq, i£att~ v. [poésie], part. m£attaq faire vieillir (du vin) -
rqayaq l;.}-f'k;.}ril a fait vieillir (le vin) avec un art subtil [Mel Md] [Pr].
~ etiq adj. vieux (en parlant d'un bon vin) - £tiq ;.}l-mdRm un vin vieuxL:dùmeil~.'
leur cru [Mel B.cA] - kiibb ;.}l-mdRm f ;.}l-kâs £tiq verse dans la coupe. un,viil <}uiait
bien vieilli [MeI CAl][Pr].
meatt~,.~~ melttaq part. de £atbq que l'on a fait / que l'on a laissé vieillir (vin);._o
1 ~t-t;.}bmar une des désignations poétiques du vin [Mel Md] [Pr].
[IV]
~ et;g, yaet;.}g v. [Zaër] partir spontanément (anne à feu) [Loub].
eTL~
~ eltt;l, ieatt;.}l v., part. tntatt;.}!l . biner, travailler à la houe, piocher{un:jardih)~
avec une houe [Co, Br, Mer]. - 2 . laisser des traces sur le parquet d'une chambree'en y .pé~
nétrant tout chaussé pendant qu'on le lave [Br, Mer]. - 3 . spéc. [Zaër] faire une' bouton-
nière (à qqn.) avec une arme tranchante [Loub].
-; :j teltt;l, it£att;.}l v. pas., part. meatt~ll . être pioché à la houe (jardii1).[:pr].-J
:1. être sali par les chaussures (parquet qu'on lave) [Br].
23ETL~
~ £iitla n., pl. £tâli 1 . houe, pioche plate à fer triangulaire (outil traditionnel des
jardiniers venus de la zone présaharienne) ; houe carrée à manche plus court que celui du
j~ITaf, et qui est utilisée en jardinage et maraîchage [voir également m~sl).a sub rac. S;t!W
~] ; [Zaër] hoyau; ext. façon donnée à un terrain au moyen d'une houe - wçqt ~l-
eatla époque / moment de piocher les jardins [Co, Br, Loub]. - 2 . longue pince en fer
oorrima] [Br] ;spéc.(pour creuser les silos, etc.) [Co] . - 3 . [M] barre à mine ; levier [R =
[F] barre à mine de petite dimension, pointue à une extrémité, taillée en biseau à l'autre,
employée pour creuser le sol et trouver l'endroit où une conduite d'eau ou un égout:sont
bouchés [Br]. - 4 . fig. pénis d'homme ou d'animal [Br]. - S . n. coIl. traces de pied \(sur
le sable, sur le chemin, sur un parquet frafchement lavé) [Br].
J~ eittll n., pl. -a 1 .journalierqui piochelesjardins [Br].- 2 . terrassier [Co,Rr].
~ m£att~l 1. part. act. et pas. de f,atbl et part. de tEatt~1qui pioche, qui ijine ;
pioché, biné [Co, Br, Pr]. - 2. adj. palmé (pied d'animal) [Mer].
***
~ £atma / eitlma n. [ci class.~], pl. -at momentoù la nuitest dev,enue
; nuit noire [Co] ; [poésie] l-eitmanoire, environ une heure après la prière du soir - E~a-
le premier tiers de la nuit [Mel Md] [Ababou].
i.J~ ei tman n. sans art. 1. disette; famine; misère [Co]. - 2. cherté des deo1!ees,
mévente [Co] [compo glarac. GLW ~].
. ~
Ii.J~ £Qtm n 1. prénom masculin Othman [Pr]. - 2. n. pro CU!manIbn cAftini(m.
assassiné en 35 I 656) troisième calife après le prophète MuI:tammad [Co]. - 3. [ZBOl.,
plais.] nom donné à la sauterelle mâle [voir jrad, bü-f,attç] ; la femelle qu'il chevauche est
appelée Eai~a [Co] ; le calife CU!man fut accusé d'avoir prélevé sur le trésor public'des
sommes considérables au profit des gens de sa famille (d'où, sans doute, la comparaison
avec le criquet dévastateur) ; cAi~a, femme du prophète MulJ.ammad, participa à la.cam-
pagne de dénigrement qui aboutit au meurtre du calife [Pr] ; expr. fig. [Tr] X, çqaf ~h
£çtman il ne possède plus rien, tout ce qu'il avait a été dépensé (comme si CU!miFl/lles
criquets étaient passés par là) [Co Tgr].
~~ £Qtmlni 1. adj. rel. relatif à la dynastie ottomane (personne ou chose) - 1-
£çtmani le sultan turc ottoman [Co] - sif £dtmâni un sabre ottoman - s-sif ~l-£~tmani
* g~ah fr~ndi u l-qab!a m~ll-kdrk~dan le sabre ottoman * au fourreau étincelant de
blancheur et à la poignée de corne [Mel CAl][Pr]. - 2. n. l-£çtmani l'opium [CQll. -
24EJB~ . .
3 . [Zaër] £Qtmani variété de canon de fusil, réputé d'excellente qualité [Loub].
ü~ £Qtnün / eAtnünn. [poésie; compoclass.ü~] joli menton (d'une
femme) [Co] [compogiibba]- l-Eatnün ~z-zin ffig r~gba ka jid ~r-rim f l~-qtara
le joli mentonau dessusd'un cou gracieuxcommeceluid'uneblanchegazelledans le dé-
.
sert [Mel cAl].
ETW/ETY ~/ ~
~ eta, ya£ta V. intrans. 1 . devenir très grand et très fort (individu) ; devenir vigou-
reux et hardi (garçon) [Co]. - 2 . devenir violent, très fort (vent, tem~te, mer) [Pr]. -
3 . être de grandedimension/ énonne / immense[Pr].- 4 . être rude (épreuve) ; être grave
et pesante (situation) [Pr].
t£ltta, it£8.tta V. devenir grand / gros / fort / violent [Co, Pr].~
~~ etlya n. fait d'être grand et fon / énonne (individu) ; fait de devenir fort / violent
(vent, tempete, mer) [Pr].
~l£ £Iti adj. 1 . de très grande taille, énonne (personne, chose) [Co] ; [Zaër] long
(chaumes, tiges d'asphodèles) [Loub] -jb~l Eati une montagne immense [Mel CAl]. -
2 . violent (vent, tempete) ; violemment agitée (mer) ; rude (épreuve) ; grave / sérieuse
(affaire) ; violente (passion) -bal}r ~l-giwan £am~r u £ati sur l'océan des passions, la
Ctempête fait rage [Mel Amr] -j~mr f~ qlüb nas ~I-gram ~l-£ati braises ardentesdans
le coeur des êtres pris par une violente passion d'amour [Mel Md] [Pr].
~ eta él. 1. plus grand; plus fort; plus âgé [Loub] -X Eta m~nn~k il est plus âgé,
plus grand et plus fort que toi [Co] -x Etam~n y tel animaldomestiqueest plus gros que
tel autre [Mer]. - 2 . exclam. ma £tah / ma £taha comme il / elle est énorme; comme il /
elle est violentee) - ma Eta IIÙ}aini m~n baEd ~s-s~lwa combien elles ont été dures,
mes épreuves, après que j'eus goûté la sérénité! [Mel Md] [Pr] - q~~~a ~ar~t ma Etaha
une aventure (m ) est anivée, combien sérieuse! [Mel cAl] [Pr].
~~ etlni adj. de grande taille, de grandesdimensions(spéc. cucurbitacé,fruit,
poisson) [Co] - la tam~n ~n-nsa * lükan taem~l t~sbil} £tlIni n~ te fie pas aux
femmes * quand bien même elles useraient de chapelets de grande taille [Mej Co] [Pr].
EJB ~. .
ejgb, yaEi~b v. trans., part. act. £aj~b 1. plaire à (qqn.), lui causer du plaisir,~
25EJB~ . .
le satisfaire, le contenter; être du goût de (qqn.) ; channer (qqn.), l'émerveiller, l'enthou-
siasmer- ka-yad~bni il me plaît,je l'apprécie-X, eajbQ y il se montre fier de y~rme
chose dont il est possesseur) - ila eajb~k si le coeur t'en dit - x, l]altQ ma taej~b ~i
telle chose est en mauvais état [Co, Mer] - eajb~tni m~~müqa * u eajb~tni b,~r-
fWa4~ les Masmouda me plaisent * et leurs sanctuaires aussi [Mej Pr, Jb] - y;)ejbiini
bni-1:}.s~n jçy~ ma 1:}.s;)n ils m'émerveillent, les Beni-l:is~n : une armée, point de
meilleure! [ibid.][Pr].- 2 . X, eajbq 1-1}alil se félicita de la situation / de ce qui arrivait;
ça lui a fait plaisir; il a été satisfait; il a été enchanté -X, ma eajbQ ~ ~l-l]al ça ne lui a
pas plu, il s'est offusqué -ila d~rti x ma ieajb~k ~l-Qal si tu fais telle chose tu t'emre-
pentiras ! - dir x wiilla ma ieajb~k ~l-l]al fais telle chose, sinon il va se passer ,des
choses désagréables pour toi / tu auras à le regretter! [dit en menace] [Co]. - 3. spéc. X,
eajbQ ra~q être présomptueux, être exagérément satisfait de soi [Mer] - X, saeasaea
kIi-ieajbq ra~q de temps en temps il se sent supérieuraux autreset veut faire le malin
[Co] .
eijjQb, ieajj~b v., part. meaij~b 1 . expr. idiomatique X eajj~b b y faire de~
qqch. un chef-d'oeuvre / une merveille [litt. émerveiller / étonner par qqch.] - X .ka-
yaer~f ieajj~b b ~~-~~nea il sait faire, dans son travail, des chefs-d'oeuvre étonmmts
[en parlant d'un artisan]- d-d~ggag eajj~b b ~1-1J.at~m f ~n-nq~~ le bijoutieraeffec-
tué sur la bague un travail de ciselure / de guillochage admirable [Co]. - 2. X eajj~b1b y
faire une chose épouvantable -X eajj;)b b q~tlQ il l'a fait périr de façon épouvantable
y[Co]. - 3 . X eajj;)b b raconter sur le compte de qqn. des calomnies; critiquer lesftra-
vers de qqn. en les amplifiant / en en faisant un sujet d'étonnement [Co].
&"'~ : ~ teAjjQb, iteajj~b v. réEl.,part.m~teaij~b1. s'émerveiller;s'étonner..- X
'.
teajj~b m~n / f y s'émerveiller de qqch. ; s'étonner de qqch. - X bqa kIi-iteajj~b f:y il
considéra y avec étonnement - teajjbQ tiya ci~b eqçm ils furent grandement émerveillés
à mon sujet [Co, Mer]. - 2 . abs. X teajj~b se complaire en soi-même, être présomptueux
[= £jbQ ra~Q] [Co].
, & : ; e,.&stlejQb, istaci~b v. réfl., part.m~staci~b s'émerveiller; s'ébahir, s'éton-~.
ner - X stad~b f y admirer qqch. [Mer] - staci~b u I:tk~m * ~abQ meall~m ~did f
~d-d~qqa rami il admira et jugea * l'estimant expert, sachant donner les coups et excel-
[Clent tireur ar F] [Pr].
: ~~.; tslejab, itsa8db v. réfl. - X tsaci~b f y s'émerveiller de qqch.; considerer..' ~
qqch. avec étonnement [= st3.ëj~b f y] [Co].
ejQb / eajlb 1. n. étonnementadmiratif; surpriseétonnée- X, dd1JIQI jah~
26EJB~ . .
Ia-ej~b s'étonner, être surpris -dIJaIni mannç Ia-£jab j'ai été étonné / surpris de sa fa-
çon d'être / de faire [Co]. - 2 . exclam. ii £ajbi / yii £ajab / ya £ajaba / yii I ~l-£ajab
que c'est étonnant / merveilleux! -Ia-£jab hiida quelle chose étonnante / stupéfiante / ad~
mirable! [= Ejüba]-£jab l-eQjab / l-£çjjab grandemelVeille! [Co] -~i £jab c'est un
prodige [Mer] -£ajiiba l-bargi * IIi klin f as-sarba £aIIIlm étonnant! le chevalale~
'
zan * qui était le point de mire du peloton [Mej Pr] [Pr]. -3 . emploi adv.la-ej~bau point
que c'en est étonnant [Co].
~ tiab / eQjb n. 1 . infatuation; superbe; satisfaction exagérée de soi-même [Cà]
- ila Îeawoo s~rrQ 1 ~n-nas * ik~ttrç b £ajbç u ~t~ç s'il raconte le secret (de son,}
amour) aux gens * ceux-ci le taxent d'infatuation et d'exaltation [ar F] [Pr]. - 2. X dUr
la-ejab faire des manières - Iii tdir / Iii t3.£111alla-ejab ne fais pas de manière~ (pour
accepter une invitadon à manger, pour manger), ne te fais pas prier, ne te gêne pas! - 1-
mIDda, ma rIDa ~i la-£jab on ne doit pas fairede manièresquand il s'agit de manger!!:
'
[Co, Mer].
y~l£ eljab part.act.de £j~b- X £aj~bni kt~r m~n ~il me plaît davantagequ~Y
had ~4-4ar ma £ajbani ~i cette maison ne me plaît pas -X, £ajbç> ra~Ç il est content.,
de lui; il est infatué de sa personne; il est plein de présomption / prétentieux, il se croit,
[Co].
ejiib n. [poésie] étonnement (provoqué par qqch.) - £jüb al-b~nnas les: 'sé-
'-:"~
ductions étonnantes du Tentateur furtif [= du Démon] [Mel CAl][Pr] -l~ mm~n"na~ki"..
ya mk~ttrin £jübi b al-lÜIn u Ia-£tab u la £111altEar à qui me plaindrai-je, ô vous',
qui faites croître mon étonnement en me blâmant et me faisant des reproches alors'qae je
,':
n'ai point commis d'action honteuse [Mel Md] - q~ssa bin ~n-nas tn~dk~r * b~'
m£ani rayqin wa düb ~attara une histoire qui se raconte parmi les gens * avee.des
métaphores admirables provoquant l'étonnement émerveillé des fins esprits [Mel Md]."
.~~ ejüba n., pl. £jRib1. émelVeillement (provoquépar qqn. ou qqch.) - jRtni
£jüba m~nha j'en ai éprouvé de l'émerveillement [Co]. - 2. chose étonnante / confon-
dante (en bien ou en maI) ; chose meIVeilleuse ; exclarn. £jüba c'est là une chose éton-
nante ! - £iüba I had ~n-nas / f had an-nas / £la nas quels gens étonnants! [Co]-'
cJ~hr~t Ii m~n jtak Ia-ktir ejüba je reste confondu par ton indifférence cruelle [Mel
CAl] [Pr]. - 3. au pl. daib - dRib ~d-danya les merveilles / les événements extraordi-
naires de ce bas monde - ~~ncJçq la-dRib sorte de diorama de marchand ambulant[kaléi-
doscope ?] [voir ~~n4Qq bani isriPil] ; exclam. ciRib grRib merveilles étonnantes /
étranges! [Co] -fihçffi la -dRib ils sont admirables ! [Mer].
27EJB~. .
& ItA £jib / eiijib adj. 1. étonnant, surprenant, admirable; merveilleux, extraordi-. .: ~.
naire, prodigieux, fabuleux, incroyable, phénoménal- waI}.~ al-I).aja ciiba une chose
melVeilleuse -X bna ~i bni Eajib al-mitâl il a réalisé une construction extraordinaire -
b kifiya ciiba admirablement; exclame ~i ciib quelle merveille! [Co, Mer]. - 2.hizar-
re, étrange; exclame £jib que c'est étrange! [Co, Mer].
£ajjiib adj., pl. -a 1. (individu) particulièrement difficile pour la nourriture
'-:'~
[Mer]. - 2 . qui fait des manières / semble gêné pour manger -wa~ anta £ajjab pourquoi
ne manges-tu pas ? ne te gêne pas ! ferais-tu des manières? [Mer].
& : \ m£ljj~b part. de £a.ü~bet adj. 1 . étonnant, stupéfiant (en bien ou en màI) ;
"'';"'.
magnifique, admirable - dak la-dab la-meajjab ce spectacle stupéfiant / merveilleux
[Co]. - 2 . horrible, épouvantable [Co].
y&. A m;;)teajj;;)b 1. part. de tta.ü~b - x Ùalla mateajjab cela l'a laissé confon-"'~ : ';.
du, cela l'a surpris / étonné; exclame la-dab al mateajjab c'est extraordinaire j,-c'est
une merveille! [Mer]. - 2. n. badaud [litt. qui s'ébaubit] [Mer].
& : -; ~.. .. mastlej~b part. de st3.ci~bqui est saisi / frappé dfadmiration,ébàhi ;
'. :'"
spéc. X mastad~b f nafs,? c'est un fat, il est infatué de sa petite personne [Mer].
EJBR ~
eljbl.r, iEajbar v. [Jb]jouer la comédie[CoB. Mestara].~
.)~ £QjQif n. [M] l-£ajb mEa 1-£qj1?ar / u l-Eqj1?ar des choses merveilleuses
telles qu'on n'en a jamais vu [Co Mrkch].
EJl ~~
£l.jjQj, ieajj~j v. soulever un nuage / un tourbillon de poussière (vent, piétons ou~
cavaliers, véhicule, etc) -!QmQbil eajjaj elçna une automobile a soulevé autour de/Dous
un Duage de poussière [Co].
G'.~ ejiij / ejlj 1. n. coIl. ; singulatif -a ; pl. emphat. £ja£i\j nuage / tourbillon de
poussière (soulevé par le vent, par une troupe de cavaliers, par un groupe de voyageurs en
marche, par des gens qui courent, par un véhicule) [compo zaubaea] ; [Zaër] ouragan,'vent
violent soulevant la poussière [appelé ~~~~b ~r-r~abi "balayeur des aires à battre"] -EjRja
jRbha r-ril). un tourbillon de poussière apporté par le vent -!QffiQbil!Iaq / nqwwaq.
28EJZ/EGZ ~ / ~_
ciRjamn qrah une automobile a soulevé un nuage de poussière demère elle [Co] ; expr:.
fig. X ma balla mn çrah g~r la-ejRj il a filé [litt. il n'a laissé derrière lui qu'un tour-
billon de poussière] [Co Mrkch] - ejRj u diiQban tourbillons de poussière et fumée:.:(Mel
Nj] [Pr]. - 2 . [boucherie] bü-dRj partie de la fressure comportant seulement le gras~ddu~,
ble - k~da - et les poumons -riya - [Co].
***
.J~ £QjQf dans l'expr. £qjqf u bQjQr atrocités, horreurs, énormités,,extrava- .'
gances [voir sub. bQji?rrac BJR ~] .
.J,J~ el.jrQd n. pro [géogr.] [autrefois]nom local de Saïdia - s-s8.f,idiya-localité du~
Maroc oriental sur la côte méditerranéenne, à l'embouchure et sur la rive gauchedù.~Kiss,.'
poste frontière entre le Maroc et l'Algérie; le nom de £ajrQ4fut ensuite celui dû petitpQrt
construit sur la rive droite du Kiss en tenitoire algérien [Co, Ricard 19251act/ Beau>.:'
J,J~ blé ou orge dont les épis sont bas ou clairsemés et ne valent pas la peine'd'êti"e;
moissonnés] .
EJZ/EGZ ~/ ~
[I]
egaz, ya£gaz / [pmois] £jQZ v., n. act. eAgz / £gaz, part. £agaz,l£~j~z~
1 . être incapable / impuissant (à faire qqch.) ; ne pas avoir la force (de faire ou"de'dire
qqch.) ; ne pas pouvoir résoudre une difficulté ou répondre à une question -X eggz..£.1ii y
être impuissant à faire tel mouvement / tel travail -X £g~z inq4 il n'eut pas la f6rce 'de'. se
lever - £agzç iqülç ils restèrent cois, ils n'eurent pas le courage / la force /là:<p:résenae...
d'esprit de dire quoi que ce soit - £g~z iji 1 £andna ne pouvait-il venir lili-même:.?
[formule de politesse, dite à celui qui vient présenter un invité à une f8te =il est assez
connu et estimé pour ne pas avoir à 8tre présenté] [Co, Br, Mar, Mer, Loub] '(;[Prov:~l
£g~z ~!-f~b ma £ar~f 1 dIlya ~qr le médecin est impuissant, il ne sait pas oùva:mon
mal [Pr]. - 2. ext.X egaz devenir vieux et impotent (vieillard) ; être / devenir gâteux, être /
devenir décrépit [Co, Mer, Loub]. - 3. faire défaut, manquer (argent, etc.) - £agzQ)d-
drIDIam f yiddQ l'argent lui a manqué - r-rbÇ£ ya£g~z f al-b~rd l'herbe manque' ne
..
peut croître pendant la période de froid [Co, Br]. - 4. devenir paresseux; faire preuve' de
paresse / de manque de courage / de manque de volonté (dans l'action) [Co, Mer] - X Œ~z
.ksal s'étirer les bras de flemme / d'ennui / de sommeil -X egaz inçcJ il a eu la flemme!de
se lever [Co].
yelggaz, i£aggaz v.I. X £agg~z réduire qqn. à l'impuissance,le mettre~
hors d'état d'agir / de se défendre; réduire qqn. aux abois, le mettre à quia / au pied du
'
29EJZ/EGZ ~/~
mur, l'acculer [Co, Br, Mer]. - 2. mettre qqn. hors d'état de répondre aux questions'lu1on
lui pose, le désarçonner (en parlant de deux lettrés qui se posent des colles) [Co, Br, Mer].
- 3. mettre un plaideur hors de combat [Co]. - 4. vaincre qqn. dans une compétition FCo].
- s. X £agg~z y rendre vains (des efforts) [Co].
yeijj~z, iEajj~zv. Uur.] X £3.jj~z constater la carence de l'une des parties.dans~
un procès, déclarer qqn. forclos (juge) [Co].
j --:; : 1 telggQz, itEagg~z v., part. m~t£agg~z 1 . devenir un vieillard impotentlCo].
- 2 . paresser; s'étirer et bailler; être nonchalant [Br, Tedj] -X t£agg~z £lçna il sfest~éti-
ré de flemme devant nous - la tEagg~z ~i eIçna ne nous communique pas ta flemme!
[dit à celui qui baille et s'étire en compagnie; puis on souffle et on dit : £agz~k Î1km~n
ra~~k l:1~tta~jlik "que ta flemme reste en toi de la tête aux pieds"] [Br].
£agz / £g~z n. act. de £g~zet n. 1. impuissance,incapacité(de faire qqch.);~
apathie- Ua ya£!çh la-£,g~z que Dieu le rende incapable de faire ce qu'il entreprenâra !
[Br] - eg~z elii I-bO!a~ insolvabilité, incapacité de payer [Mer] - bla eg~z sans se.faire
prier, sans tarder, sans tergiverser (spéc. en parlant d'une initiative maladroite ou dange-
reuse) [Co]. - 2. paresse, flemme; oisiveté paresseuse -X jab la-e:g~z il a la flemmetIBr]
- l~-bnat u l~-egaz la vie choyée et le farniente, la mollesse et l'oisiveté [Co, Mer] -
£agzq sbab hajrq c'est à cause de sa paresse qu'on le délaisse [Mel Md] [Pr].
egQZ adj. comparatif - X £,g~z m~n YI. il est plus impotent que Y. - 2.il est~
plus paresseux, plus fainéant que Y [Co].
ôl~ eigzln adj. incapable de se mouvoir / de travailler [Co] ; [M] impotentil(par
suite de grande vieillesse] [Co Mrkch] ; fatigué, paresseux parce que fatigué et sans ,force
[se dit de qqn. qui revient d'un long voyage, de celui qui vient d'accomplir un travail.çphy-
sique pénible, d'un malade en convalescence] [~maegâz] [Br].
~L.c eigQZ / [parfois] £aj~z part. de e.g~zet adj. 1 . incapable, sans efficience:; in-
valide; pauvre, qui n'a pas de moyens [Co, Mer] -X £iig~z £la I-bO!a~ il est insolvable,
il n'a pas les moyens de payer [Mer] - X Eag~z ~1-qQ4ra il est incapable du moindre ef-
fort; expr. X ma kân ~i mn ~l-£agzin il ne se le fit pas dire deux fois [Co] -m~n
bd~m ü~~! w ~l-£ag~z i~b~r la i~ki celui qui s'active parviendra (à son but), quant à
celui qui en est incapable, qu'il supporte son état et ne se plaigne pas (qu'on le délBisse)
[Mel Md] [Pr] . - 2 . très vieux, sans force [Br].
.j~ egüz n., pl. egaiz 1. vieillard; vieillarddécrépit(hommeoufemme) - X irja£
30

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.