//img.uscri.be/pth/e166b551cdc9ee7092babf96d7e043eb81b93004
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,60 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Economie de la construction au Maroc

192 pages
Publié par :
Ajouté le : 01 janvier 0001
Lecture(s) : 204
EAN13 : 9782296423411
Signaler un abus

ÉCONOMIE DE LA CONSTRUCTION AU MAROC

Dans la Collection

«Villes

et Entreprises»

Michèle ODEYÉ-FINZI,Les Assaciatians en villes africaines. Dakar-Brazzaville, 1985. Martine CAMACHO, Les Paubelles de la survie. La décharge municipale de Tananarive. 1986. Alain MAHARAUX, L'lndustrie au Mali, 1986. Collectif, Naurrir les villes en Afrique sub-saharienne. 1986. Guy MAINET,Dauala. Craissance et servitudes. 1986. J.-C. WILLAME,Zaïre. L'Epapée d'Inga. Chronique d'une prédation industrielle. 1986. P. van DIJK, Burkina FasO'. Le Secteur infarmel de Ouagadaugau. P. van DIJK, Sénégal. Le Secteur infarmel de Dakar. 1986. A. DURAN[}-LASSERVE, L'Exclusian des pauvres dans les villes du Tiers-Mande. Accès au sol et au logement. 1986. Collectif, Droit de Cité. A la rencantre des habitants des banlieu.es délaissées. 1986. Marc NOLHIER, Canstruire en plâtre. 1986. Collectif, Ecanamie de la canstructian au Maroc, 1987. Collectif, Métropales de l'Asie du Sud-Est, stratégies urbaines et politiques du logement, 1987. Collectif, Ecanamie de la canstructian au Caire, 1987. Sid BouBEKEuR, Ecanamie de la canstructian à Tunis, 1987. Collectif, Ecanamie de la canstructian à Lamé, 1987. Collectif, Praductian de l'habitat à Antanarariva, 1987. Collectif, Ecanomie de la canstruction à Nauakchott, 1987. Collectif, Ecanamie de la canstructian à Kinshasa, 1987. M. COLOMBART; ROUT; O. ROLAND;M. TlTECAT,Ecanamie de la canstruction P à Abidjan, 1987.

@ L'Harmattan, 1987 ISBN: 2-85802-975-X
ISSN: 0298-8844

Collection

«Villes et Entreprises:t

ÉCONOMIE DE LA CONSTRUCTION AU MAROC
RABAT-SALE ET MARRAKECH
Cet ouvrage a été réalisé pour le compte du Plan Construction et Architecture (Marché n° 85-61012)
CENTRE DE RECHERCHES DE SAINT-ETIENNE: ECONOMIQUES DE L'UNIVERSITE

Michel ROYON, Maître-Assistant en Sciences Economiques. Maurice VINCENT, Assistant en Sciences Economiques. Marie-Noëlle MASSARDIER, Chercheur de 3e cycle. Philippe TAYAUD,Chercheur 3" cycle. ECOLE NATIONALE D'ARCHITECTURE « ECONOMIE DE LA CONSTRUCTION» DE RABAT EQUIPE

Hassan BAH!, Maître-Assistant en Sciences Economiques. Fadel GUERRAOUl,Architecte DPLG. M. Ibnou Touzi T AZI, Architecte DPLG. ATELIER D'ARCHITECTURE CHAREYRE-PAGNIER

Régine CHAREYRE,Architecte DPLG. Jean-Luc PAGNIER, Architecte ISABR.

Editions L'Harmattan 5-7, rue de l'Ecole-Polytechnique 75005 Paris

Table
Contributions Préface Introduction Chapitre
I
ET CONDITIONS

des

Matières
9 11 15

STRUCTURES MARRAKECH

DE LA PRODUCTION

DU CADRE

BATI

A

RABAT-SALE

ET

19 21 25 34 39

1 / La mise en place d'une maîtrise d'ouvrage organisée à partir de 1973 2/ 3/ 4/ L'évolution récente des secteurs du BTP. et des matériaux de construction Les conditions locales de la production à RABAT-SALE MARRAKECH et Typologie des parcs de logements et des flux récents

Chapitre"
LES PRINCIPALES FILlÉRES DE PRODUCTION DU CADRE BATI A RABAT-SALE ET MARRAKECH

47 50 67 70

1 / La filière

cc Entreprise»

2 / La filière « Promoteur» 3 / La filière « Auto-Promoteur»

4 / La mobilisation et le mode de gestion de la main d'œuvre: importants de perméabilité des filières

des facteurs
79

Chapitre
LES

III
PRODUCTEURS ET NÉGOCIANTS DE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION DANS LES Fill ÉRES

83 85 87 90

1/ 2/ 3/

La production La distribution Béton brique

de matériaux du ciment:

bruts (sable, une triple

graviers)

en voie de modernisation

astreinte

prêt à l'emploi:

un quasi échec
dans l'industrie de la

4 / La coexistence
5/ La position

de modes de production différenciés
des agglomérés de ciment

91

privilégiée

au sein de toutes

les filières

96 98 100

6 / L'acier:
7/ Le bois

un approvisionnement
de

réglementé le rôle des négociants-importateurs

construction:

-7-

Chapitre

IV
DE CONSTRUCTION A RABAT -SALE ET MARRAKECH 105 108 122

LES COÛTS

1 / Des coûts 2 / Structure 3 / L'étude
«

globaux des coûts détaillée

très différenciés

des

coûts

d'un

cas

particulier.

l'habitat

populaire
129

clandestin»

à SALE

Chapitre
CHOIX

V
TECHNOLOGIQUES ET EFFICIENCE DE L'APPAREIL DE PRODUCTION DU CADRE BATI 153 155

1 / Technologies 2/

de pointe

ou technologies

appropriées? des matériaux « lourdes» le cas des planchers de construction

Une modernisation

inégale

dans la production

157 161

3 / Le développement

et l'échec des technologies
des petits

4 / Le succès de la préfabrication préfabriqués

composants:

165

Conclusion
PERSPECTIVES D'ÉVOlUTION DE L'APPAREIL DE PRODUCTION DU CADRE BATI 177 182 182 184 185

1 / Homogénéiser 2/ 3/ 4/ Privilégier Renforcer Structurer

le marché

en développant

la normalisation

le secteur

des matériaux

et composants aux choix technologiques

les structures l'habitat

qui contribuent

populaire

Bibliographie

187

-1\-

Contributions
Cette recherche a été réalisée sous la responsabilité scientifique de Michel ROYaNet Maurice VINCENT, ont en outre assuré la coordination des travaux qui des trois équipes participantes et supervisé la rédaction de ce rapport final. Ilest évident, cependant, que cette recherche reste avant tout le produit d'un travail collectif. Le contenu du présent document est donc le résultat des nombreux échanges d'idées qui ont eu lieu entre les différents chercheurs, lors des multiples réunions de travail organisées à SAINT-ETIENNE, et RABATurant LYON d toute l'année 1985.

La rédaction des différentes parties de ce rapport se répartit ainsi:
Introduction:
Chapitre Chapitre I: /I : Maurice Maurice VINCENT VINCENT MASSARDIER, Philippe TAVAUD(Sections 1 et 3) 2)

Marie-Noëlle Hassan

BAHI, Fadel GUERRAOUI, M. Ibnou Touzl TAZI (Section
MASSARDIER, Philippe TAVAUD

Chapitre

1/1 :

Marie-Noëlle

Chapitre IV:

Équipes du Creuset et de l'E.N.A. RABAT (étude des coûts à
RABAT et SALE) Atelier CHAREYRE-PAGNIER (étude des coûts à MARRAKECH)

Chapitre V:

Michel ROYaN,

à l'exception de la Section 4 rédigée par Régine CHAREYRE et
Jean-Luc PAGNIER

Conclusion:

Michel ROYaN

Préface

L'une des caractéristiques principales des politiques d'habitat des pays en développement est l'immense différence qui existe entre l'importance des besoins en logements et la faiblesse des moyens disponibles pour les satisfaire: moyens financiers et budgétaires bien sûr, mais aussi humains et techniques. Confrontée à ce problème, la démarche généralement suivie par les États consiste à définir des priorités, lesquelles sont forcément influencées par les situations conjoncturelles qu'elles soient économiques, sociales ou politiques. S'il est vrai que cette méthode qui tient plus du pragmatisme que de la prévision a été suivie avec plus ou moins de bonheur dans les pays du TiersMonde, en fonction des ressources et des situations, il n'en demeure pas moins vrài que la crise économique internationale est venue remettre en cause les réflexes acquis, et apporter un vent d'innovation (venu du Nord), un nouveau souffle de rationalisme, un souci de performance, un élan d'innovation. Malgré le dynamisme reconnu qui anime le secteur du bâtiment, le MAROC n'a pas échappé à ce déterminisme quasi-général. Ayant beaucoup produit et mobilisé toutes les énergies à gérer, nous avons trop souvent réfléchi en termes quantitatifs, et consacré trop peu de temps à prendre le recul nécessaire par rapport à l'action pour en évaluer les résultats, penser aux aspects qualitatifs et se préoccuper
C'est à un travail se veut C'est "Université et le cabinet certitudes
«

valablement

des performances.
peut-être technique à caractère excessive, que celle universitaire, mais elle traduit même quand beaucoup cette plus face dernière

là une affirmation du cadre de recherche

la préoccupation concrète dans

du responsable

administratif,

et opérationnelle. cet esprit que le rapport (CREUSET), idées de recherche l'École nouvelles. au MAROC-RAsAT-SALE et MARRAKECH» est (LYON) élaboré vient conjointement secouer par (A ABAT) quelques

de SAINT-ÉTIENNE d'architecture et apporter quelques

Nationale

d'Architecture

CHAREYRE-PAGNIER

L'économie

de la construction

appréhendée ici par une analyse en termes de filières de construction. L'éclairage est certes restrictif, ne couvrant pas tout le champ annoncé d'emblée par le titre; mais il gagne en rigueur, en précision et par conséquent en efficacité, ce qu'il manque d'approfondir en termes d'analyse économique globale. Cela me semble être un choix judicieux, car le lecteur trouvera, au-delà

-11-

de ce que informations de situer marocaine.

les auteurs chiffrées,

appellent souvent

la dynamique étayées du bâtiment

externe

aux

filières, dans

toutes l'économie

les

d'explications

historiques et sa place

lui permettant

le rôle économique

du secteur

L'approche en terme de filière est réellement novatrice pour le MAROC, et ce quelque soit la « méthode» utilisée à dominante strictement technique, voire technocratique, ou bien ouvertement sociologique. Elle a le mérite de libérer l'analyse de présupposés idéologiques souvent intolérants, toujours partiaux; ne voulant tomber ni dans l'un ni dans l'autre des excès, sans pour autant renier les principes de leur démarche matérialiste, les auteurs identifient l'existence de trois filières de construction se distinguant beaucoup plus par les «acteurs« qui les animent que par les technologies qu'elles emploient: la filière Entreprise la filière Promoteur la filière Auto-promoteur

Si les différences apparaissent très marquées entre la première et la troisième, la recherche fait apparaître une forte perméabilité entre les trois qu'explique le rôle important du tâcheronnat. C'est là une constatation qui ne peut manquer d'être retenue en tant que support de diffusion rapide des produits nouveaux, des méthodes et des technologies innovantes. Si, apparemment, le degré de rationalité va décroissant de la première à la troisième filière,les critères de compétitivité, d'adaptation, de souplesse et de dynamisme cheminent dans le sens inverse. Le même paradoxe apparaît au niveau des coûts, même quand ils s'appliquent à des réalisations de qualité équivalente, sur le plan des matériaux, et de leur mise en œuvre. à préconiser le développement des entre les trois filières, basées en particulier sur le choix d'une industrialisation « plus ouverte fondée sur une fabrication par des producteurs indépendants de petits composants standardisés» , largement diffusés. Ceci conduit complémentarités les auteurs possibles
[00']

Il est évident qu'une telle politique ne trouverait son efficacité que par une intervention rationnelle, mue par un souci d'efficacité, de contrôle, d'encouragement et de rationalité de la part des pouvoirs publics; cette politique dicterait les règles d'une saine concurrence et aiderait au développement de technologies appropriées. L'effort principal proposé par les auteurs concerne le développement de la normalisation, la promotion du secteur des matériaux de construction, la maîtrise des choix technologiques...

-

12-

" tendre

apparaît plus

processus
lui-même.

alors clairement que l'atténuation de la crise du logement devrait vers l'adoption d'une politique orientée vers le de production du cadre bâti que vers une politique du produit

Cette conclusion me parait originale. C'est un peu dans ce sens que, depuis quatre années, la D.C.T.C. n'a cessé d'œuvrer pour le développement de la normalisation, et de la certification de qualité, "adoption d'une procédure d'agrément des produits et des procédés et le lancement de nombreux programmes de recherche, dont la plupart avec REXCOOP. Bien plus, conscient qu'une politique d'habitat ne peut atteindre son maximum d'efficacité que si elle est accompagnée d'une politique de la construction, élaborée en symbiose avec les principaux acteurs dans l'acte de bâtir, sensible aux innovations technologiques alimentées par la recherche, le ministère de l'Habitat avec l'aide de la coopération a créé un centre technique du bâtiment rattaché à la D.C.T.C. Nul doute que de telles recherches contribueront à nourrir ses réflexions et améliorer son action. Au-delà des positions ou jugements exprimés par les auteurs, j'estime que les conclusions de cette recherche sont d'un intérêt certain pour le secteur du bâtiment. L'intelligence du programme REXCOOP est de l'avoir permise; celle des auteurs est de l'avoir conduite avec sérieux et discernement.

Mohamed Ingénieur, Directeur du Contrôle

MBARKI Urbaniste de la Construction

Architecte, Technique

au Ministère Directeur de la Société

de l'Habitat Ryad à RABAT.

d'Aménagement

-

13-

Introduction
L'objet de cette recherche consiste à décrire, Ccaractériser et analyser le processus de production du cadre bâti et la formation des coûts et prix qui s'en déduit, dans le cas de deux villes marocaines bien différentes, RABAT-SALE (900.000 habitants) et MARRAKECH (500.000 habitants). L'approche retenue s'appuie principalement sur la notion de filière de production, dont il nous faut dès maintenant préciser le contenu. En effet, chacun sait que cette notion recouvre des significations différentes 1, sa définition étant le plus souvent variable en fonction des préoccupations des chercheurs ou de l'objet d'étude. Certains privilégient, par exemple, l'aspect technique 2, d'autres l'aspect organisationnel (relations entre intervenants). Pour ce qui nous concerne, ce s deux niveaux nous semblent en réalité inséparables. C'est la raison pour laquelle nous distinguerons les principales filières en fonction de l'agent dominant le processus de production, cette domination se définissant elle-même comme le pouvoir de choisir entre plusieurs ensembles (procédés techniques, matériaux) plusieurs modes possibles d'organisation du procès de travail sur chantier, et d'assurer l'interface avec les autres intervenants en amont et en aval, en particulier à travers le contrôle de l'approvisionnementen matériaux. Ce cadre d'analyse ne nous permettra pas, naturellement, de rendre compte de façon exhaustive des processus de production du cadre bâti à RABAT-SALEt MARRAKECH, les situations sont e tant parfois complexes. \I sera cependant suffisant pour bien repérer les principales filières existantes, leurs modalités de fonctionnement, parfois assez différentes d'une ville à l'autre, leurs performances et les potentialités d'évolution qu'elles recèlent. On constate, ce faisant, que le poids relatif de chaque filière et la structure de l'appareil de production varient sensiblement selon le cas. Pour rendre compte de cette situation, il faut prendre en considération des facteurs plus généraux, tels que les caractéristiques de la demande sociale, le rythme d'urbanisation, etc..., dans la mesure où ils influencent considérablement la formation du système de production à travers la nature (types de produits-logements) et l'intensité (rythme de construction) des besoins

1 Comme en témoignent Colloque ADEFf

les synthèses

de J. DE BANDT (1982) et Y. MORVAN (1983) et les travaux du

de NANTES (1985).

2 On retrouve ici l'approche développée par L. ABDElMAlKI (1984) et L. QASMI (1985), en terme de filière technique. Elle ne saurait à elle seule, malgré son intérêt considérable, servir de base exclusive, selon nous, à la définition de la filière.

-

15-

à admettre l'existence, parallèlement à la filière, d'une dynamique externe originale pour chaque ville. Elle inclut par ailleurs un autre type d'influence, cette fois sensiblement identique sur l'ensemble du territoire, celle qui ressort de l'intervention de l'État. Celui-ci joue dans les pays en développement un rôle déterminant sur l'activité de la construction: par ses investissements, il représente une part essentielle des commandes en B.T.P., plus importante sans doute que dans les pays industrialisés; par sa politique industrielle, il intervient en général très directement à un autre niveau du système de production du cadre bâti, celui des matériaux de construction, souvent considéré comme secteur de base dans la perspective du développement.

qu'ils

suscitent.

Ceci

revient

dynamique interne de chaque

Aussi, bien que la plus grande partie de ce rapport porte sur l'analyse de la dynamique interne des filières repérées à RABAT -SALE et MARRAKECH, il s'avère indispensable d'étudier également les modalités selon lesquelles s'exprime la dynamique externe, à partir des éléments développés ci-dessus. Ce sera l'objet du premier chapitre, où il apparaîtra notamment que diverses initiatives de l'État

-

mais aussi le poids de facteurs historiques - ont permis au MAROC de disposer aujourd'hui d'un potentiel productif réel dans tous les domaines (maîtrises d'ouvrages, entreprises de bâtiment, producteurs de matériaux), même s'il est inégalement réparti sur le territoire national. La présentation des villes de MARRAKECH et de RABAT-SALE donnera d'ailleurs une illustration de cette
« hétérogénéité l'influence des «

régionale» ; elle permettra aussi de cerner concrètement caractéristiques locales» sur "organisation de la production

du cadre bâti et d'établir une typologie des produits-logements les plus représentatifs. Le « fonctionnement» interne des filières de production n'y est lui-même pas toujours strictement identique. Ceci ressortira, entre autres choses, de l'étude des trois principales filières que nous avons identifiées dans ces deux villes, et qui sera développée dans les chapitres deux et trois. Nous montrerons dans ces chapitres que la filière Entreprise, la filière Promoteur et la filière Autopromoteur constituent les pôles structurants de l'appareil de production, sans pour autant être autonomes. Les techniques et le mode de gestion de la main-d'œuvre restent en effet étonnamment proches, et il existe ainsi une réelle « perméabilité» entre les filières, chacune d'entre elles conservant cependant une dynamique propre ce qui explique l'obtention de performances différenciées. Celles-ci sont analysées en détail dans le Chapitre IV. La compétitivité - relative de la filière

-

Autopromotionn'étonnera personne, mais les facteurs explicatifs que nous
avons mis en évidence permettent de dépasser certaines d'économies bien connues sur le coût du travail (charges des matériaux, le contrôle de l'approvisionnement chantier par le client final lui-même s'avèrent idées reçues: au-delà sociales) ou la qualité et de gestion du déterminants, dans

-16-

la filière Autopromotion. Ainsi, il n'y a pas d'équivalent à la marge du promoteur, de l'entreprise (sur la main d'œuvre et surtout les matériaux), ni aux frais généraux, ensemble d'éléments qui nuisent considérablement aux performances des deux autres filières. Une telle situation appelle, enfin, une réflexion plus large sur le bilan des
innovations développer techniques qui se sont développées - ou que l'on a essayé de ces dernières années. Ce sera l'objet du Chapitre V, dans lequel

-

nous reviendrons sur l'échec des tentatives d'industrialisation lourde et les promesses offertes par certains succès dans le domaine des petits composants. L'enseignement principaJ que J'on peut en tirer est la nécessité d'encourager les changements techniques capables de se diffuser dans l'ensemble de l'appareil de production: un certain nombre de suggestions sont invoquées, en ce sens, dans la conclusion générale.

-

17-

Chapitre

I

Structures

et Conditions de la Production du

Cadre Bâti a RABAT-SALEet MARRAKECH