ESSENTIEL DE LA CIVILISATION GRECQUE

De
Publié par

Vous souhaitez en savoir plus sur le monde politique, les données économiques et sociales, l'histoire, la culture, les traditions, les arts de la Grèce antique? Les Incontournables, collection de référence, répertorie pour vous les éléments indispensables de la civilisation hellénistique. Cet ouvrage vous propose un tour d'horizon de la Grèce antique. 50 fiches thématiques claires et concises avec de nombreux encadrés abordent des aspects particuliers de chaque grand sujet. Que vous soyez collégien, lycéen étudiant ou enseignant, cet ouvrage est fait pour vous qui souhaitez vous initier ou approfondir votre connaissance de la civilisation de la Grèce antique.
Publié le : lundi 25 mars 2013
Lecture(s) : 21
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
EAN13 : 9782759017461
Nombre de pages : 128
Prix de location à la page : 0,0050€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

L’ESSENTIEL DE
LA CIVILISATION
GRECQUE

Thierry Grandjean

SOMMAIRE

Fiche n° 1 :goarhpeiL aége de la physiqu........cèrG...e........................................................................4
Fiche n° 2 :d tnal eèrG ( ece Luppemeleueorépneen sdes tribus
indoà la fondation des cités)............................................................................................................6
Fiche n° 3 :.............................................................................a lets geyavos eL....................no..agitaniv8
Fiche n° 4 :ongiets es lia dtcel..se........eL sér.........................................................................................10
Fiche n° 5 :................................................re getab......c.al aeugnLl’, phalre guecq............................12
Fiche n° 6 :ue xrgce.s......Les di...................................................................................................................16
Fiche n° 7 :................................................ons et lLes démo uedimseh réso........ie-d..ux................18
Fiche n° 8 :.............................................eL sascnutiaer,sl es temples et le srutêrp.ser....................20
Fiche n° 9 :.........................................................cifi..se te rcasri pesèrueit :ls................................ resL22
Fiche n° 10 :...........................................................ioat ln,st’alorod aLnivi................ig etel aamig.e24
Fiche n° 11 :....................................................teul cestraut e.......sterces ss myLesusiE’elsed tsrè26
Fiche n° 12 :...............................................................................................sej Laphnue xniquellé....es..28
Fiche n° 13 :....................................................................................................eigolonorhc La....................30
Fiche n° 14 :................................................................m teeoni.enn.... cycionsque ladisec Lsitavili34
Fiche n° 15 :L.....nécynneite esel cia livitisa mon.....»..........ges « Âurs obsc................................36
Fiche n° 16 :ivilisatLa cEsà ylchom’He èruqïad( e noihcra............................)e...............................38
Fiche n° 17 :s Lereug seridémseuq - La Perse (lesA hcménédise.)...............................................40
Fiche n° 18 :ssaleuqioiréc ed -3)e L48 (320- eéPirlciscèeld ........ès......................................aLp 42
Fiche n° 19 :LPélo du errea gu.................................... )..........èse ponn-404(431...............................44
Fiche n° 20 :................................nd.. Grae leandrlAxee t eIIilppcaM iodé- enihP La....................46
Fiche n° 21 :....................................1)-3........................e qu23(3énlltiisdoireh eLép a........................48
Fiche n° 22 :.................................J tnava 13 à 14.............)-CLa conquêetr moiaen( ed2 ...............50
Fiche n° 23 :d eal ifinitnoDépolis.s......lotiqieuué gciimetso ypen. Leets dr............................52
Fiche n° 24 : :elne stiyonoc-es nLuqètém - stnafnes let eesmmfes se ,
affranchis, esclaves................................................................................................................54

Fiche n° 25 :........................................................................................tes en ssnitsei ons.tuti........hèAt58
Fiche n° 26 :Strapte ees sns itutionti.....................................s...............................................................60
Fiche n° 27 :...........................................e seal tbèhT................................ The- Latie Béo........ei..ssla62
Fiche n° 28 :De la ...................s sucitées..jettiuseorquel se t -ieonollé ces Lloportémc al à e64
Fiche n° 29 :............................................ugreer..e et la L’armé................................................................66
Fiche n° 30 :l o’grnasitaoi nde co’éLete minol’oikos.......................................................................... 68
Fiche n° 31 :................................................nassian al eDmort....ce à la ................................................72
Fiche n° 32 :................................L...re, s,paiv dtierpme’ iolt udspmes...............ssmeneste têfet74
Fiche n° 33 :..................................................ru euctlgair’L........................ecgre.qu................................76
Fiche n° 34 :................................e tnatatrsiLa’....rce.ommele c............................................................80
Fiche n° 35 : pdes tét edsoirusem ed.......ea moL etenniau inl se.................................................84
Fiche n° 36 :........................ue.rhrtéu ateisatmmra gud : noitacudé’L.............................................86
Fiche n° 37 :....................ique........iséop altcadid eépe sioét eueiq.............a.L.p. .........................88
Fiche n° 38 :,ei maib eyliruqlégiaqueque et é.....................................................................sioé pLa90
Fiche n° 39 :amatique et le téhtâer( océmid,era tdigé..e).......................................p aLrd eiséo92
Fiche n° 40 :................................................................................et.shpsi soseL..........................................94
Fiche n° 41 :..............................s.o.l.o.e.s.p.h................................................................................p ihLse96
Fiche n° 42 :.............................................................................................seuqi........oratdix atteurseL s98
Fiche n° 43 :.......sehpargoé ges lets enritoh siLse............................................................................100
Fiche n° 44 :.......................................................................................eue suqid na tal....se.......... mLa102
Fiche n° 45 :intua peL............er................................................................................................................104
Fiche n° 46 :....tseipoalc rot laue eamiq cér...................................................................La................106
Fiche n° 47 :cs aL,erutpluypgla lete qutioterl aeu..tuqi...............................................................110
Fiche n° 48 :- e urcttehirc’ahtA’d eloporcA’L............ènes...............................................................L112
Fiche n° 49 :.............omon..iet etrassyhpeuqirtém ,eiues, géothématiqec s :aLmses icne114
Fiche n° 50 :.........................................................................................................................enicedémLa 118

1

LA GÉOGRAPHIE PHYSIQUE DE LA GRÈCE

La Grèce rayonne autour de la mer Egée : cet espace maritime est délimité au nord par
les montagnes thraces, au sud par l’île de la Crète, à l’ouest par la péninsule balkanique
et à l’est par les côtes de l’Asie mineure, reliée au continent européen par de nombreuses
îles. Grâce à la colonisation, l’espace grec s’agrandit en essaimant jusqu’en Italie du sud
et en Sicile (régions formant la Grande Grèce) et même sur les rivages de la mer Noire.
Mais ces diasporas successives n’ont pas empêché les Grecs de se sentir unis : ils ont situé
symboliquement le centre de l’Hellade à Delphes, au cœur de la péninsule balkanique.

Delphes

Delphes était considérée comme le « nombril du monde »car le sanctuari
eaphnleélnique d’Apollon contenait l’omphalosnu e)c ,ibil(monche blaerre« piainaX ,s( » suaP,
16, 2) : ce serait cette pierre que Rhéa aurait substituée à Zeus, lorsque son père Cronos
avalait ses enfants ; ensuite Zeus aurait marqué le centre du monde en laissant tomber
l’omphalos àeDs.lphe

■UN RELIEF MONTAGNEUX DOMINANT DES PLAINES

Le territoire grec est formé à 80 % de montagnes, dont plusieurs dépassent les
2 000 mètres : la plus haute est le mont Olympe (2 917 m), suivi par le mont Ida, le
Parnasse, le Taygète, l’Erymanthe et le mont Athos. Le massif du Pinde sépare la Grèce
continentale en deux parties : à l’ouest la végétation méditerranéenne fleurit, mais les
terres sont enclavées ; à l’est, le relief est accidenté. Au nord, l’Olympe, le Pélion et le mont
Ossa délimitent les plaines de Tempé, les vallées du Pélion. Si, d’après les mythes grecs,
les montagnes étaient le séjour et le lit des dieux (lors de leurs hiérogamies ou mariages),
ce sont les plaines et les régions de petite superficie qui ont joué un rôle essentiel dans
l’histoire hellénique : la plaine de Béotie, l’Attique, la Phocide, l’île d’Eubée.

■LE PÉLOPONNÈSE

Le Péloponnèse est relié au continent par l’isthme de Corinthe. Au centre et au sud-est,
de hauts massifs (dont le Taygète) dominent des plaines-couloirs (Messénie, Laconie et
Argolide), des plaines alluviales (Argos, Sparte) et côtières (Elide, Achaïe).

4

■LES ÎLES DE L’EGÉE ET DE LA MER IONIENNE

La Grèce compte plusieurs milliers d’îles, dont certaines forment des archipels : au sud
de la mer Egée, les Cyclades (Délos, Paros, Naxos), les Sporades et le Dodécanèse. L’île la
2
plus importante, la Crète, couvre 8 336 km. Au nord se trouvent des îles luxuriantes
(Thasos, Samothrace, Lesbos). A l’ouest de la péninsule balkanique, la mer Ionienne
comprend des îles moins nombreuses mais influentes : Corcyre (Corfou), Ithaque (l’île
d’Ulysse). Chypre, Rhodes…

■LA CÔTE DE L’ASIE MINEURE

Au nord, les massifs (mont Ida) surplombent des collines. Au centre, les fossés sont
traversés par des fleuves (Méandre, Hermos). A l’est, le plateau de l’Anatolie (Cappadoce)
arrête les précipitations. Au sud, le relief est tout aussi contrasté : à la plaine de Carie
succèdent les gorges de Pamphylie et de Cilicie.

■LES DÉTROITS ET LES RIVAGES DE LA MER NOIRE

Le détroit de l’Hellespont (Dardanelles) débouche sur une mer intérieure, la Propontide
(mer de Marmara), qui communique par le détroit du Bosphore avec le Pont-Euxin (mer
Noire).
La Grande Grècednl euSocpmerlitaete ded ’I l.el al iciS
Le climatest méditerranéen, avec des hivers doux et pluvieux et des étés très chauds
et secs.

■LES RICHESSES DU SOL ET DE LA VÉGÉTATION

La Grèce possède plusieurs ressources minières : de l’argent sur l’île de Siphnos, du plomb
argentifère sur le mont du Laurion en Attique, du cuivre à Chypre, du fer sur plusieurs
îles, des mines d’or sur le mont Pangée, des carrières de pierre (marbre de Paros, de Naxos,
du Pentélique, obsidienne de Mélos), l’ocre rouge (le miltos de Sinope et Kéos). La
végétation est plus abondante au nord qu’au sud : on trouve en Grèce des oliviers, des figuiers,
des grenadiers et beaucoup d’autres plantes vertes.

5

2

LE PEUPLEMENT DE LA GRÈCE
(DES TRIBUS INDO-EUROPÉENNES
À LA FONDATION DES CITÉS)

Les origines de la population grecque restent encore obscures : on s’appuie sur des
conjectures.

■AVANT L’ARRIVÉE DES TRIBUS HELLÉNIQUES (INDO-EUROPÉENNES)

La Grèce était peuplée par des autochtones, appelés Pélasges(peuple barbare, non
indoeuropéen). D’après les historiens de l’Attique (Atthidographes), les Pélasges avaient
également existé à Athènes, où on les appelait les « Pélarges » (les grues, oiseaux
migrateurs), car ils étaient nomades (Strabon, V, 2). Ainsi le mur d’enceinte au pied de l’Acropole
d’Athènes, rempart cyclopéen de 4 à 6 m d’épaisseur construit par les Pélarges, s’appelle
le Pélargikon (Hérodote, V, 64, Thucydide, II, 17).

■PLUSIEURS VAGUES DE MIGRATIONS ET D’INVASIONS SUCCESSIVES

D’après les historiens, plusieurs migrations se sont succédé. Tout d’abord, les premiers
Hellènesarrivèrent vers 1527 avant J.-C. (date du déluge de Deucalion selon saint Jérôme)
et fusionnèrent avec les Pélasges.
e
Ensuite, au XIVsiècle, les Hellènes vainquirent les Lélèges(Strabon, VII, 7), attestés depuis
l’époque de Minos et associés aux Cariens : d’origine égypto-phénicienne, c’était un
peuple d’Ionie, vivant au nord d’Ephèse.
Quant aux Macédonienstse-drongimé ne ua tnar Hestraus,nelèelrarès péed sne ts se, il
de la Grèce.
A la même époque, les Ioniens el dronuqitte ennpoe èsu dloPé)e.l(A’hcïal’Atent quircon
Ils s’allièrent aux Pélasges d’Athènes, d’où le mythe d’Ion, fils de Xouthos et de Créüse,
fille d’Erechthée, roi d’Athènes.
Cependant, les Achéens(dont le nom correspond sans doute aux Akhijawa des textes
égyptiens et hittites) occupèrent le reste des côtes du Péloponnèse : ils s’établirent en
Laconie, en Messénie, en Argolide et en Elide.
e
Au XIIsiècle avant J.-C., les Doriens, venus de Thessalie, envahirent le Péloponnèse en
triomphant des Ioniens et les Achéens. Ceux-ci expulsèrent du nord du Péloponnèse les Ioniens,
qui colonisèrent l’Ionie à l’ouest de l’Asie mineure. Cette invasion dorienne est assimilée
au retour des Héraclides, descendants d’Héraclès qui conquirent le Péloponnèse.
Enfin, les Eoliens, partis de Béotie, s’établirent au nord-ouest de l’Asie mineure, sur les
bords de la Propontide (mer de Marmara), puis s’étendirent au sud sur les côtes de la mer
Egée jusqu’à la ville de Cumes, aux confins de l’Ionie.
Chaque groupe hellénique imposa son dialecte sur son territoire, d’où l’existence des
dialectes ionien-attique, dorien, éolien (voir la fiche n° 4).

6

Les descendants d’Hellèn

D’après la mythologie, les Grecs sont les descendants d’Hellèn. Lorsque les Grecs
envahirent le pays, ils se désignèrent comme Hellènes eetl( «rGmr ene tudl ce s »ivatin
Graeciruelmon rit tne hn,osér’H dlèel). Ilsslues( ahrrysld ,ifynemé opet Pion ucale De
survivants humains après le déluge). Hellèn eut pour enfants Doros, Eolos et Xouthos,
lui-même père d’Achaeos et d’Ion. De ces enfants et petits-enfants d’Hellèn sont issues
les principales « races » hellènes : les Doriensel , sAchéens es l,Ioniens tel seEoliens.
Leurs descendants ont peuplé les différentes régions de la Grèce. Deucalion avait aussi
une fille, Thyia, mère de Macédon, ancêtre des Macédoniens.

Les géographes de la Grèceétudient conjointement le territoire et le peuplement de
chaque région : chaque auteur suit une organisation qu’il faut connaître pour trouver
rapidement une information.

Structure de laGéographiede Strabon

• Livres I et II : introduction générale.
• Livres III-X, l’Europe : III (Ibérie), IV (Gaule), V-VI (Italie), VII (Germanie, Chersonnèse,
Illyrie, Macédoine), VIII-X (Grèce), dont VIII, 2 (Péloponnèse), 3 (Elide), 4 (Messénie),
5 (Laconie), 6 (Argolide), 7 (Achaïe), 8 (Arcadie). IX, 1 (Attique), 2 (Béotie), 3 (Phocide),
4 (Locride), 5 (Thessalie). X, 1 (Eubée), 2 (Acarnanie, Etolie), 4 (Crète), 5 (Cyclades et
Sporades).
• Livres XI-XVI, l’Asie : XI (nord de l’Asie, Caucase, Arménie), XII (région pontique), XIII-XIV
(Asie mineure), dont XIII, 1 (Troade), 2 (Lesbos), 3 (Eolie), 4 (Mysie, Lydie). XIV, 1 (Ionie),
2 (Rhodes, Carie), 3 (Lycie), 4 (Pamphylie), 5 (Cilicie), 6 (Chypre), XV (Inde et Perse),
XVI (de l’Assyrie à l’Arabie).
Livre XVII, l’Afrique : 1 et 2 (Egypte), 3 (Libye).

Structure de laPériégèse(Description de la Grèce) de Pausanias

Livres I (Attique et Mégare), II (Corinthe, Argolide, Egine et îles environnantes),
III (Laconie), IV (Messénie), V-VI (Elide, dont Olympie au livre V), VII (Achaïe), VIII (Arcadie),
IX (Béotie), X (Phocide et Locride).

7

3

LES VOYAGES ET LA NAVIGATION

■LES ROUTES TERRESTRES

Dans ce pays montagneux, les transports par voie de terre sont malaisés. Néanmoins,
il existe de nombreuses routes (hodoi)reliant les principales villes, comme la voie
Egnatienne, construite vers 146 avant J.-C., traversant toute la Grèce du Nord, d’Apollonia
à Byzance. Mais avant la conquête romaine, ces grandes routes n’étaient pas dallées, ce
qui les rend moins visibles. Les voies carrossables relient les villes aux grands sanctuaires,
aux forteresses et aux ports. Pour parvenir en Grèce continentale, les voyageurs devaient
obligatoirement emprunter les Thermopyles, un défilé étroit ; l’isthme de Corinthe donne
accès au Péloponnèse, et les cols du Taurus au Moyen-Orient.
Parmi les ponts antiquesene erocnetq eul eoptnd état, il ne resuqit,)eBre roau(en Atn
e
en pierre et daté du Vsiècle.
Les moyens de locomotion etsioarchs let nospar des , tirés raerttse tel shcsed vehc,xua
mulets ou des bœufs, attelés à des jougs. On utilisait des chars de deux ou de quatre
chevaux (biges et quadriges), dirigés par l’automédon ou aurige (conducteur).

■LES ROUTES MARITIMES

Les Grecs pratiquaient le cabotage, en restant à proximité des côtes. Ils naviguaient
pendant la belle saison, l’été, en évitant de prendre la mer l’hiver, période peu propice (mare
clausum), sauf lors des accalmies. En été, la Méditerranée connaît des vents variés, qui
facilitent ou interdisent la navigation : les vents étésiens, soufflant du nord, peuvent
retarder les trajets d’Alexandrie vers l’Italie.

La rose des vents d’Aristote

Aristote, dans les Météorologiques, décrit une rose des vents à douze rhumbs : les quatre
vents principaux sont le Borée (vent du Nord), l’Eurus (Est), le Notus (Sud) et le Zéphyr
(Ouest).

Dans les Périples(récit de navigation le long des côtes) et les Stadiasmes(calculs des
distances entre les ports en stades), les Anciens mentionnaient leurs connaissances des
routes maritimes pour rendre service aux marins.

8

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les 100 mots de la Grèce antique

de presses-universitaires-de-france

Gallia

de LIGARAN

suivant