//img.uscri.be/pth/5814a15fe4ddca3d904bb6c841f3656d7b08cf6e
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 10,13 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

ESTHETIQUE MUSICALE

De
135 pages
Cet ouvrage favorise les liens entre l'esthétique et la composition musicale. Après une introduction initiatrice au " pragmatisme " de Peirce, l'auteur tente d'exprimer différentes formes de narrativité, offrant ainsi quelques clés de lecture de l'œuvre musicale. Le but de cette étude est de mieux saisir les différents intérêts du compositeur et de l'auditeur, de tenter de saisir ce qui est exprimé pour justifier l'œuvre musicale en une compréhension plus universelle dans le cadre d'une réflexion sémiotique.
Voir plus Voir moins

ESTHÉTIQUE

MUSICALE

La recherche des dieux enfuis

Collection Sémiotique et philosophie de la musique dirigée par Joseph-François Kremer

Prenant en compte les nouvelles méthodologies d'analyse comme principe d'approche de l'œuvre musicale, cette collection propose, dans le domaine de la recherche des significations, de réunir les notions de tradition et de l'actuel. Les ouvrages présentés au lecteur appartiennent à un courant d'investigation phénoménologique, tout en éclairant un vaste panorama de questionnement interdisciplinaire. Celui-ci est vivifié par la reconnaissance d'un principe d'analogie utile à la réception des perceptions. Nous serons sensibles aux stratégies d'élaboration de différentes poétiques, qu'elles puissent être littéraires, picturales, musicales, philosophiques ou simplement inscrites dans une rhétorique de l'expression. Notre démarche éditoriale nous offre la possibilité à partir de contextes compositionnels, théoriques et géopolitiques d'extraire de nombreuses situations sémiotiques. Ces publications apporteront, au départ d'éléments réflexifs nouveaux, des fondements à une psychologie du musical qui tenterait d'allier le sensible à la raison.

Déjà parus

Daniel BANDA, Beethoven: Fidelio, une écoute ressentie, 1999. François-Bernard MÂCHE, Un demi-siècle de création musicale, 2000.

2000 ISBN: 2-7384-8919-2

@ L'Harmattan,

Joseph -François Kremer

ESTHÉTIQUE

MUSICALE

La recherche des dieux enfuis

L'Harmattan 5-7, rue de l'École Polytechnique 75005 Paris - FRANCE

L 'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) - CANADA H2Y lK9

Du même auteur
Les Formes symboliques de la musique, Klincksieck, Collection de Musicologie, 1984. Paris, Méridiens

Réédition et analyse du : Traité d'Harmonie (1722) de J.P. Rameau, précédé d'une introduction "Rameau, l'harmonie et les méprises de la tradition", Paris, Méridiens Klincksieck, Collection de Musicologie, 1986, 2ème édition 1992. Les grandes topiques musicales, Paris, Méridiens Klincksieck, Collection de Musicologie, 1994. L'Offrande musicale de Jean-Sébastien Bach. Introduction et analyse musicale de Marcel Bitsch, Paris, Éditions Kimé, Collection "Musica", 1994. Les Préludes pour piano de Claude Debussy en correspondance avec À la Recherche du temps perdu de Marcel Proust. Analyse musicale par Marcel Bitsch, Paris, Éditions Kimé, Collection "Musica", 1996. Réédition et introduction de : Jean-Philippe Rameau, Nouveau système de musique théorique (1726), Paris, Editions Aug. Zurfluh, 1996.

INTRODUCTION Nous débuterons la première partie de notre étude en abordant le principe d'analogie comme un concept général utile à toutes recherches esthétiques~ et musicales en particulier. L'analogie en tant qu'une entité de rapprochement entre deux ou plusieurs domaines d'expression met en avant l'importance des paramètres structurels de toutes constructions d'une poétique. L'analogie représente pour nous l'application générale d'une idée conceptuelle. Cette idée vit virtuellement dans 1'œuvre musicale mais revêt une forme qui peut se généraliser dans des domaines homonymes. Nous nous attachons principalement aux' expressions sensibles contenues dans l'art narratif La narrativité~ pour sa part~ est la notion généralisante d'une expression sensible mise en mouvement par sa propre recherche d'énonciation. Ce mouvement se codifie par des signes et des entités structurales qui sont des symboles identifiables. Après une introduction initiatrice au «pragmaticisme» de Peirce~ à son système triadique mû par une volonté constante de recherche d'analogies, nous tentons d'exprimer différentes formes de narrativité~ omant ainsi~ nous l'espérons, quelques clés de lecture de l'œuvre musicale et peut-être même de certaines perceptions. Ces perceptions instantanées sont de l'ordre des signes psychosensibles. En ce sens nous nous

7

rapprocherons des espaces de l'imaginaire chers à Bachelard et Deleuze pour les philosophes~ à Proust pour la littérature et~ entre autres musiciens~ à Debussy et Penderecki. Dans un second temps~ en ce qui concerne la partie de l'ouvrage intitulée Psychologisme et Pragmatisme, il est important de distinguer d'une part ce qui est objectivement positif dans le cadre d'une analyse constructive issue d'un savoir-faire ou d'un principe de perception et~ d'autre part~ d'analyser les fonctions de l'enseignement et de la réception du musical avec leurs comportements stratégiquesqui nous mènent d'une façon souvent péjorative~ à recevoir et reproduire le message musical. Il nous paraît nécessaire de faire la part des choses dans un contexte épineux où le musical répond à des attitudes prédisposées et provoquées. En ce sens~ nous distinguons des tics de pensée insidieusement installés dans un inconscient collectif qu'il devient difficile de combattre~ tant ils sont ancrés dans les esprits ainsi que dans les stratégies culturelles volontairement organisées pour servir telle ou telle politique de marché ou bien pour répondre aux exigences mal comprises d'une force de persuasion conservatrice longtemps enseignée dans le passé. Ont été combatives les notions de progrès et d'avant-garde qui avaient un statut idéologique et qui ne sont plus du tout représentatives~ de nos jours. Mais aujourd'hui~ c'est la notion de postmodernisme~ qui semble poser problème. Il est important~ tout en considérant l'analyse des topiques théoriques~ compositionnelles et géographiques de la musique~ d'accorder deux démarches: celle de la perception dans le contexte de la réception du musical et celle de l'interprétation des signes dans le cadre d'une politique de la culture. Le provocateur de signes~ le compositeur~ bien que n'échappant pas lui-même à un processus de généralisation des interprétations~ et le récepteur~ l'auditeur de ces mêmes signes~ sont destinés a cohabiter. Le but de notre étude est de mieux saisir les différents intérêts

8

de l'un et de l'autre, de tenter de saisir ce qui est invoqué pour justifier l'œuvre musicale en une compréhension plus universelle dans le cadre d'une réflexion pragmatique avec une fin pédagogique pour aborder, pourquoi pas, une authentique psychologie de la musique. Plusieurs exemples, tirés des œuvres de Rameau, de Bach et de Wagner pour la musique et de Flaubert pour la littérature, nous serviront à illustrer notre discours. La troisième partie de notre livre, intitulée Entre découverte et reconnaissance, pour une compréhension valide du style, introduira une réflexion qui se veut précéder une approche herméneutique du musical. En exemple pratique à nos propos théoriques, nous ferons référence, pour sa spécificité non encore divulguée, à une nouvelle école d'Asie centrale, pour la musique qui, partagée entre la tradition et le désir de modernité, ouvre une voie à un équilibre esthétique. Il s'agit des compositeurs que nous avons rencontrés en mars 1999, professeurs et étudiants issus de l'Académie de musique Kara Karaiev de Bakou en Azerbaïdjan. La quatrième et dernière partie de l'ouvrage, La recherche des dieux enfuis, tente d'exprimer, après la perte des archétypes fondateurs des modèles d'expression, le désir d'une voie sereine à travers une recherche perpétuelle de la reconstruction, qui pouITait prendre l'apparence d'un devenir du musical bien audelà de toutes les idéologies du progrès en art.

9

I

LA NOTION D'ANALOGIE

Du principe d'analogie

L'analogie 1 est un instrument général d'analyse:

c'était la

position affirmée de Leibniz 2~ mais ce fut déjà celle d'Aristote3.
Et~ selon Quintilien: « Le raisonnement se fonde principalement sur l'analogie» 4. Elle peut aller de la simple ressemblance~ de "l'air de famille"~ par exemple entre le langage et le jeu 5, à la juste proportion mathématique~ à la corrélation entre deux ensembles~ à la référence au modèle. Si l'on se tient à la perception de Quintilien, une ressemblance peut favoriser l'analogie et ouvrir un champ d'investigation rhétorique par la

1 Voir notre lexique in fine.
2 François Duchesneau, Leibniz et la méthode de la science, Paris, Presses Universitaires de France, 1993, p.88. 3 Gilles-Gaston Granger, La théorie aristotélicienne de la science, Paris, Aubier Montaigne, 1976 ; voir la page 326, sur l' epagôgè, substitut de la définition, consistant à saisir un rapport d'analogie. 4 Quintilien, De l'Institution oratoire, Paris, Les Belles Lettres, 1975 : op. cit., I, 6, 1 et suiv.. 5 Cf. Ludwig Wittgenstein, Investigations philosophiques, 83:« Est-ce que l'analogie entre le langage et le jeu ne jette pas ici quelque lueur ?» ; in Tractatus logico-philosophicus, suivi de Investigations philosophiques, Paris, Gallimard, 1961, p. 155.

13