Journal d'un colon de l'île Bourbon

Publié par

Publié le : mardi 27 mars 2012
Lecture(s) : 455
Tags :
EAN13 : 9782296215283
Nombre de pages : 584
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

JOURNAL
D'UN COLON DE L'ILE BOURBON

Jean-Baptiste

Renoyal de Lescouble

JOURNAL
D'UN COLON DE L'ILE BOURBON
(1831
Glossaire, index thématique

Volume 3
-

1838)
et index des noms propres

Texte établi par Norbert

DODILLE

URA 1041 du CNRS Université de la Réunion

L'HARMATTAN 7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris

EDITIONS DU TRAMAIL 24-26 Avenue de la Victoire 97489 Saint-Denis Cedex

Cette transcription du journal de Lescoublc a été réalisée dans le cadre d'un programme URA 1041 du CNRS (Université de la Réunion). La présente publication a été réalisée grâce au concours du ConseH Général de la Réunion. La composition a été réalisée par Marie-Jeanne Moutoussamy et Chantal Saint-Cast au Service de la Recherche et des Publications de la Faculté des Lettres Photos: Jean-Pierre Woaye-Hune

@ L'Harmattan - Editions du Tramail 1990 ISBN: 2-7384-0736-6 Tous droits de traduction, de reproduction et d'adaptation réservés pour tous pays

JANVIER

1831

Dim( anche) 2 janvier
PLUIE. THER(MQME)TRE 23. 24. BAR(OME)TRE 27. 10 1{2..LES CIRCONSTANCES PEU FAVORABLE A LA GAIETE. EMILIE ASSEZ BIEN. ARRANGE LE CHEMIN. GUITARE. ALFREDE ET JULIEITE.

Hier, premier de l'an 1831 : jour comme à l'ordinaire fort ennuyeux. Je suis monté chez Bruno, Camille et sa femme, ainsi que Ferdinand aussi. Nous y avons passé la journée sans beaucoup de gaieté. Les circonstances ne sont pas favorables quand aux affaires. Emilie éprouve du mieux. L'empirique a conçeillé des lavements de lait, des bains de vapeur aromatique et la tisanne. Après être revenu chez moi, à 8 heures du soir, nous avons eu de la pluie qui s'est prolongée dans la nuit. Cela a fait grand bien. Ce mattin, j'ai pris les Noirs de l'emplacement à la corvée et j'ai arrangé une portion de chemin qui passe chez Lachapelle. Resté imparfait, il était devenu presqu'impraticable, même dangereux. J'ai passé le reste de la journée là-haut et j'ai laissé Emilie assez bien. Je lui ai porté la guittare et nous avons joué et chanté, ce qui a un peu égayé ma pauvre fille qui du reste se trouve beaucoup mieux quand aux meaux de reins, mais sa toux rest encor avec opiniâtreté. Alfrède et Juliette sont venus ma voir et ont déjeuné chez Bruno. Lundy 3 BEAU TEMS, CHAUD. THER(MOME)TRE 23, 24. BAR(OME)TRE 27. 11. PLENTE MAGNOC. BAIGNOIRE. 8 B(A)LLES DE RIS. EMILIE TOUJOURS MALADE.

Les Noirs de la maison ont plenté du manioc et fait des trous pour en plenter demain. J'ai envoyé à Juliette par Clémence la petite baignoire d'enfant que j'ai remise à neuf pour

ma petite Elise. Une charette de Bruno m'a porté du Bois-Rouge huit balles de ris p(ou)r 1200 (piastres). Il m'en reste encor 15 balles au Bois-Rouge. Je suis allé voir Emilie que j'ai trouvé dans le même état qu'hier: elle a passé une assez mauvaise nuit. Mardy4 MEME TEMS. THER(MOME)TRE 22, 23. BAR(OME)TRE 27.11. PLENTE MANIOC. GARNI LE MANCHIL DE CELESTE. EMILIE MOINS BIEN. On a continué toute la journée à plenter du manioc. J'ai garni la voiture de Céleste et suis monté chez Bruno à 2 heures. J'ai trouvé Emilie bien sou fran te. Je ne trouve pas d'amélioration dans son état. Ce soir, je l'ai laissé sur son bain de vapeur avec des douleurs dans les reins et le côté, et de la fièvre.

935

JOURNAL DE LFSmUBLE

Mercredy 5 MEME PLUIE. THER(MOME)TRE, VINSON. EMIliE. BAR(OME)TRE ID(EM). ECRIT A ALFREDE ET

J'ai écrit ce mattin à Vinson et Alfrède de venir voir ensemble Emilie et se consulter sur son état. Alfrède est venu et a ordonné un traitement approprié. Emilie est moins soufrante aujourd'hui. Les douleurs de reins sont moins fortes. Nous avons eu ce soir un bon grain de pluie. Mardy 11
TEMS COUVERT, MENACE DE PLUIE. THER(MOME)TRE 24. 1/2. BAR(OME)TRE 27.11. EMILIE EPROUVE UN MIEUX REEL. ORDONNANCE D'ALFREDE LUI FAIT BIEN. GATEAU DES ROIS. BENOITE REINE. JE SUIS MAlADE, VIOLENTE COLIQUE. LETIRE A FREON ET A SA MERE. MANGUES POUR EMILIE. ANANAS P(OU)R BRUNO. MELON CONCOMBRE, FRUIT NOUVEAU. NOUVELLES D'EMILIE. COUVERT L'ALLONGE DU GODON. ANNONCE DE LA PLUIE. MANIERE DE POSER LE CARTON DE TOITURE BIEN SOLIDEMENT.

A midy. Depuis le 5, l'état de ma fille s'est amélioré. Elle ne se ressent que peu et de loin en loin de ses douleurs. Dimanche, comme à l'ordinaire je suis monté passer la journée. Je l'ai laissé tranquille. Alfrède a ordonné des potions pectorales et calmantes qui lui ont fait beaucoup de bien. Le jour des Rois, la famille Desruisseaux, Levavasseur et Bruno, se sont réunies chez ce dernier. Camille et sa femme, Ferdinand, nous avons tous dînés ensemble et tiré le gâteau. Benoîte a été reine. Elle est à sa pension et n'a pas pu venir. Avant-hier dimanche, je suis revenu à la maison malade. Hier mattin, j'ai été plus malade et n'ai pu monter chez Bruno. Hier soir, j'ai éprouvé de violentes coliques et un dévoiement diabolique. J'ai beaucoup souffert. Aujourd'hui, je suis bien faible, mais mieux. J'avais écrit dimanche à Fréon et à la bonne tante pour leur demander des mangues pour Emilie. J'ai trouvé les réponses et les mangues, le soir, à la maison. Hier mauin, j'ai expédié à Emilie les mangues et deux ananas pour Bruno. Ce mattin, j'ai envoyé à Bruno un melon-concombre, fruit nouveaux dans le païs. C'est le premier produit chez moi. On le mange à la cuillère avec du sucre. Emilie m'a fait dire qu'elle était tranquille mais n'avait pas eu une bonne nuit. Hier, j'ai fait poser le latis de l'hangar du godon, et aujourd'hui j'ai fait poser le papier. Le voilà à l'habrit de la pluie. Le tems menace de pluie depuis ce mattin et je me suis dépêché de faire cette opération avant que la pluie arrive, car suivant les apparances elle tombera avant quatre heures. J'ai employé comme un essaie, une manière de poser le carton, qui je pense évitera d'abord l'inconvénient de laisser filtrer le goudron par les joints des plenches et le maintiendra mieux. Ce moyen consiste à bien mouiller le carton pour le rendre très souple et à le coller fortement avec de la colle de manioc surles plenches. Il adhère fortement et se trouve ne former qu'un seul carton, tout d'une pièce. On le laisse bien sécher et on applique bouillant et avec une brosse le goudron par d'abord, qui s'imbibe dans le papier. Après, on donne une bonne couche du mélange de trois parties du goudron et de deux parties de brai sec. Si l'on peut ajouter du blanc d'Espagne ou de l'ocre, le mélange est parfait, mais, ceci peut toujours se faire après coup.

936

JANVIER

1831

A 9 h( eures) du soir

FORTE PLUIE, CESSE PRESQU'AUSSITOT. CAMILLE Er CELESTE PASSENT QUELQUES JOURS CHEZ BRUNO. Nous avons eu en effet une bonne pluie entre quatre et six heures. Cela s'est tenniné là -et ce soir, le ciel est serein comme si de rien n'était. C'est incroyable que les pluies soient si tardives cette année. rai appris ce soir par J(ea)n Bart que Camille et Céleste sont montés hier chez Bruno dans l'intention d'y passer quelques jours. Mercredy 12 TEMS VARIABLE. FORTE BRISE DU S(UD)-E(ST). THER(MOME)TRE 22 1/2, 23 1/2. BAR(OME)TRE 28. PLUIE. EMILIE, CRISE DOULOUREUSE, PLUS TRANQUILLE APRES. VISITE DE VINSON Er ALFRED. TORCHIS POUR L'ALLONGE. Ce mattin, les nouvelles d'Emilie m'ont fait peine. Md Bruno m'a fait dire qu'elle était plus mal et fort tourmentée. J'ai laissé les Noirs de la maison à faire du torchis et à refendre les planches pour tringles, le tout pour finir l'alllonge du godon, et je suis monté à 10 heures chez Bruno. J'ai trouvé Emilie bien faible et souffrant beaucoup des reins. Alfrède est arrivé après, et, nous avons écrit à Vinson de venir de suite. Emilie a eu un accès pendant lequel, s'étant mise hors du lit pour marcher un peu, la crise l'a animée au point d'être tout à fait exaspérée. Elle s'est mise à manger une cange avec une espèce de cholère qui n'était que l'exaltation de la souffrance. S'étant remise au lit, elle a moins souffert et a joui d'une tranquillité à laquelle elle ne s'attendait pas. Peu après, elle s'est encor prononcée et s'en est bien trouvée. Vinson arrivé, ces messieurs se sont consultés et ont arrêté un traitement savoureux et de l'exercice modéré. J'ai laissé la pauvre enfant sans souffrance et tranquille. Nous avons eu de la pluie ce soir; elle m'a surpris en route. Jeudy 13 PLUIE, S(UD)-E(ST). THER(MOME)TRE 22 1/2. BAR(OME)TRE 28. EMILIE VA MIEUX. SIROP DE CUITE, VERT DE GRISE. GAULETTES POUR LE TORCHIS. EMILIE A UNE PETITE CRISE. LA SAISON NE SE DESSIDE PAS. NAVIRE TIRANT DU CANON. ARTUR Er HENRI ARRIVE. ON DIT COMMANDE PAR LACHAPELLE. Ce mattin, j'ai eu de bonnes nouvelles d'Emilie. Md Bruno m'a fait dire qu'elle avait passé une bonne nuit et qu'elle ne souffrait plus du tout. J'ai envoyé Auguste et Jean chercher un dame-jeanne de sirop de cuite chez Bruno. Malheureusement, ce sirop a resté depuis hier dans une chaudron de cuivre et il s'est gâté, de sorte qu'il ne peut plus servir que pour le torchis. J'ai fait couper et mettre en place à faux fraix les gaulettes pour le torchis de rallonge du cabinet godon, et suis monté chez Bruno à trois heures. rai trouvé ma fille toute gaillarde, mais à cinq heures, elle a retombée dans une crise nouvelle et je rai laissé souffrant de ses reins. J'espère que cela ne durera pas et que demain, j'aurais de bonnes nouvelles. Nous avons eu de la pluie la nuit dernière: la journée, le tems couvert, et ce soir de la pluie, mais tout cela ne desside pas la saison. Les rivières n'ont pas dessendues, et la terre n'est pas

937

JOURNAL DE LESOOUBLE

imbibée convenablement. Je penses que nous ne devons pas tarder à voir enfm arriver la saison des pluies. Un trois-mâts a passé et a tiré trois coups de canon devant le Bois-Rouge. J'ai trouvé ce soir Artur Pignolet en route qui m'a dit qu'Henri Mingard était sur ce navire, qu'on l'avait reconnu au Bois-Rouge. Il pense que le navire est commandé par Luc Lachapelle. Vendredy 14
PLUIE PEU. THER(MOME)TRE 22,221/2. BAR(OME)TRE 28. CAMILLE ET ALFREDE. EMIUE MIEUX. GLUCOSE. BOUCAN DANS LE MAIS. HENRI MINGARD. ARRIVE AU BOIS-ROUGE. LACHAPELLE CHEZ LUI. LA PLUIE INSUFFISANTE. CANAL PRESQUE SEC. PLENTE DES GRAINES DE JAMALAC.

Camille et Alfrède revenant de chez Bruno sont venus me voir et m'on donné des nouvelles d'Emilie. Sa crise d'hier soir a cessée, à Il heures de nuit. Tai eu de ses nouvelles hier soir. Elle a été bien depuis cette crise. Je lui ai envoyé de la bourrache et du glucose ce soir pour sa tisanne. Aujourd'hui j'ai fait construire un boucan dans le mahïs en haut pour le gardien, et on a commencé à torcher l'allonge du godon. Alfrède m'a appris que Henri Mingard est arrivé ce mattin au Bois-Rouge. Cette circonstance a dû être un renouvellement de douleur pour la malheureuse famille de Montrose. Luc Lachapelle est arrivé chez lui dans la journée et y a trouvé son frère Piere. Nous avons eu de la pluie très modéré, la nuit dernière et toute la journée, mais, cela est très insuffisant. Nous avons eu une nouvelle lune hier et cependant les fortes pluies ne se dessident pas. Cela viendra à la fin. Le canal est toujours presqu'à sec. J'ai semé des graines de jamalac. Samdy 15
PLUIE. THER(MOME)TRE 22,23. BAR(OME)TRE 28. 2 LIG(NES). LE CANAL NE COULE PAS MALGRE LES PLUIES. TORCHIS DE L'ALLONGE. ADELAIDE A ST-DENIS. GRANDE MISERE DU PAIS. LETTRE DE MD FREON. UN PEU DE PLUIE. LETTRE DE CH(AR)LES. ON NEST PAS TRANQUILLE EN FRANCE.

Nous avons eu beaucoup de pluie la nuit dernière, et je m'attendait à voir ce mattin la plaine inondée et mon canal coulant à plain bords. Rien de tout cela. Le canal continue son fillet d'eau mais rien de plus. Il paraît que cette pluie venant de la mer n'a pas pénétré assez dans les hauts, pour forcer les sources à donner. J'ai fait continuer le torchis de l'allonge du cabinet jusqu'à midy ; alors Auguste est parti pour St-Denis avec Adélaïde, Edmont et Léon, portant avec eux des fruits pour vendre et se procurer du savon et de l'huille. La misère du païs est si grande, qu'on est obligé d'user des moindres moyens pour se procurer des choses nécessaires à l'existance. A trois heures, je suis monté chez Bruno et suis revenu à la maison ce soir. J'ai trouvé Emilie bien, et même très gaie, et contente de se voir exempté de souffances. J'espère que cet état va continué et la mener à une parfaite guérison. J'ai écrit à la chère tante Fréon par Adélaïde pour lui donner des nouvelles d'Emilie. Ce soir, nous avons eu un peu de pluie. Bruno a reçu une lettre de Charles du [...] septembre. Il paraît que la tranquillité n'est pas encor bien établi en France. Le roi Charles se fera donner sur le bec, c'est sûre. Si le peuple ne le tue pas, il le renverra bien loin; et la république ou le duc d'Orléan roi constitutionnel, quelque chose enfin !

938

JANVIER

1831

Lundy 17 VARIABLE. TH~R(MOME)TRE 22, 23 112. BAR(OME)TRE 27.11. PORTES. GOOON. ALFREDE, JUUETTE, EMIUE BIEN. SALMINE ICI, L'UNION !D(EM). AUGUSTE DE RETOUR DE ST-DENIS. TORCIDS. MAMBO AU MAIDS. GEROME AVEC LES NOIRS D'EMIUE.

Hier dimanche, j'ai galéré avec Gérôme des plenches pour une porte à l'allonge du godon ; nous l'avons reiné et ajusté. Je suis allé passer la journée chez Bruno. Alfrède et Juliette y ont déjeuné et je les ai trouvé prêts à partir. rai trouvé Emilie bien. Nous avons eu un peu de pluie sur le soir. Aujourd'hui, le petit cafre Salmine d'Emilie, est venu travailler chez moi. Emilie n'a rien à lui faire faire. Il a monté avec moi un peron en piere taillées devant la maison et fait le soubassement de l'allonge du godon. Vicotorin m'a envoyé l'Union qui a travaillé chez moi à faire des cloux. rai barré la porte du godon et l'ai féré et mis en place. Auguste, arrivé hier soir de St-Denis, n'étant pas encor bien remis de sa paralisie n'a pu rien faire à cause de la fatigue de son voyage. Théodor et Alfonse ont continués le torchis. Mambo est gardien de mahïs. Jérôme a commencé avec les Noirs d'Emilie.
Mardy 18 BEAU TEMS. THER(MOME)TRE 21 1/2, 23. BAR(OME)TRE 27.11. L'UNION MAL TRAVAILLE. TORCHIS. EMIUE BIEN. JULIETTE AVEC ELLE. LETTRE DE FREON. FORTUNE A PARIS. L'Union est venu ce mattin et a achevé quelques gonds qui me manquaient. Il a tenté de souder des cercles de fer pour les roues d'une petite charette et n'a pas réussi. On a continué le torchis de l'allonge. Je suis monté voir Emilie qui va assez bien. Juliette est monté pour passer quelques jours avec elle. rai reçu une lettre de Fréon qui me marque que Mr François croit Fortuné parti pour Paris. Mereredy 19 BEAU TEMS. THER(MOME)TRE 22, 23. BAR(OME)TRE 28. J(EA)N. MARIE, ROUES. ALLONGE DU CABINET. ALFONSE A ST-DENIS. BREDES, CITROUILLE, UNE PIASTRE. CLARICE NE REND PAS SON COMPTE. ALFREDE ET JUUETTE. EMIUE BIEN. PROJET D'ELLE. J(ea)n-Marie de Bruno est venu en place de l'Union. Il a ajusté les bandes de fer sur les roues et a commencé à percer pour les boulons, chevilles, etc. rai continué le torchis de l'allonge et on a été chercher deux voyages de petits bois pour achever. On a fait du tocrus. Alfonse est parti ce mattin pour St-Denis, portant des brèdes et une citrouille avec une piastre pour Adélaïde. Auguste a travaillé avec Jean-Marie. Théodor a été chercher sa mère, qui, venue, ne m'a pas cependant rendu son compte: elle le rendra, dit-elle, dimanche.

939

JOURNAL DE LESmUBLE

Alfrède est monté chez Bruno, et est dessendu avec Juliette après dîné. Ils m'ont donné de bonnes nouvelles d'Emilie, qui continue à bien aller. Juliette m'a dit qu'Emilie et Md Bruno vont venir passer . quelques jours chez elle. Cela fera du bien à Emilie. Je ne suis pas monté

aujourd'hui.

Jeudy 20 PLUIE, E(ST). THER(MOME)TRE 22, 23. BAR(OME)TRE 28. L'UNION. DEMONTE LE VIEUX DU GODON. CAMILLE ET CELESTE DESSENDUS. CAMILLE ANNONCE LES OUVRIERS DE BRUNO. LETTRE DE WETZEL. REPONSE. EMIUE TOUJOURS MIEUX. ELLE M'ENVOIE JUUE A LA PLACE DE LYDIA. VISITE DE FINaf, POINT D'ARGENT. Ce mattin, l'Union est revenu en place de J(ea)n Marie. Il a fait tous les rivets pour mes roues. J'ai démonté le vieux mur est du godon et achevé le nouveau jusqu'à la sablière. Nous avons eu de la pluie depuis ce mattin vers les Il heures par petits intervals. A 6 heures ce soir, Camille et sa femme sont dessendus chez eux de chez Bruno. Ils ont passés à la maison et rendus chez eux de suite, à cause que le tems semblait vouloir donner beaucoup de pluie. Cependant nous n'en avons eu que plus d'une heure après et ce soir il en tombe pas mal. Camille m'a annoncé que les ouvriers de Bruno viendraient demain pour monter sa maison. rai reçu par Belle-Eau une lettre de Wetzel qui m'engage à me trouver le 24 au Chaudron pour la constatation de ses expériences sur les sucres fabriqués d'après son procédé. Je lui ai répondu que j'irais. Je n'ai pas pu monter voir Emilie, mais ce soir elle m'a écrit qu'elle était dans le même état, et m'envoie Julie pour remplacer Lydia qu'elle gardera près d'elle jusqu'à ce qu'elle soit tout à fait rétablie. Finot est venu me voir et me demande de l'argent. Je n'en ai point du tout. Vendredy 21 PLUIE. THER(MOME)TRE 22, 23. BAR(OME)TRE 28. OUVRIERS DE BRUNO. LA MAISON DE CAMILLE. PLANTE DES BRINGELLES. TONNE RE CONTINUE. BRISE D'E(ST). MONTE LA MAISON DE CAMILLE. L'UNION. ROUES DE CHARIOT. EMIUE ASSFZ BIEN. MUR DU GODON. Amidy. Nous avons eu beaucoup de pluie la nuit dernière et cependant les rivières n'ont pas dessendues. Le ruisseau n'a pas augmenté d'un atome. Les ouvriers de Bruno sont venus ce mattin, charpentiers et maçons, ils se sont mis à l'œuvre de suite. L'Union est venu, et travaille à fmir de férer les roues. Camille a envoyé une quantité de plents de bringelles avec Charlot. Je les ai plentés devant ma chambre. Nous avons eu du tonnere depuis hier soir, toute la nuit et encor aujourd'hui. La pluie tombe depuis ce mattin sans grande abondance. Le reste de la journée s'est passée sans pluie mais le tems est resté très chargé, et menacant de donner encor de la pluie. Ce soir, il s'est un peu éclaircie. Nous avons eu de la brise assez forte de l'e(st). On a commencé à monter la maison de Camille. L'Union a travaillé à mettre les rivets de mes roues. rai eu des nouvelles d'Emilie qui est à peu près dans le même état. Elle me fait dire qu'elle est assez bien. On a achevé jusqu'au toit le mur du godon et paré le dehors.

940

JANVIER

1831

Samdy 22 PLUIE. THER(MOME)TRE 22, 22 If2. BAR(OME)TRE 28. PLENTE DES SONGES. ID(EM) DES BANANIERS ET ORANGERS. GRAITE LE JARDIN, ETC. ON MONTE LA MAISON DE CAMILLE. BRUNO DINE AVEC NOUS. EMILIE TOUJOURS DE MEME. CAMILLE A RESILIE AVEC LAFORTE. CAMILLE ET SA FEMME DINENTAVECNOUS. Nous avons eu en abondance de pluie dans la nuit. Elle a continué par grains assez forts accompagnée de vents d'e(st) toute la mattinée. J'ai fait plenter des songes malgaches, ensuite j'ai plenté des bananiers dans l'encien canal dans le verger et des plents d'[oranges], citrons, etc., dans les intervals. Les Noirs ont ensuite gratté le jardin et mon tabac. Les ouvriers sont venus et ont à peu de choses près fini de monter la maison de Camille. Bruno est venu passer la-journée avec moi pour surveiller aussi les ouvriers. L'Union a enfin fini de tout poser à mes roues. Il ne reste que les cercles des moyeux à mettre. Bruno m'a donné des nouvelles d'Emilie: elle est toujours dans le même état, souffrant encor un peu de ses reins. rai oublié de dire que Camille a résilié son marché avec Laporte. Il rend le terrein en faisant une perte qui n'est pas compensée par la maison qu'il enlève, et c'est celle que l'on monte chez moi. Quoiqu'il en soit, j'estime que mon fils a fait encor une meilleur affaire que celle qu'il fit en achettant cette habitation. Bruno ayant resté à dîner avec moi Camille et sa femme se sont joints à nous. Dim(anche) 23 PLUIE. ALLEES DU VERGER. PLENTE BANANIERS. DINE CHEZ BRUNO. EMILIE BIEN. A la corvée, j'ai commencé à orienter le verger du côté du chemin; j'ai tracé quelques allées et plenté des bananiers, fleurs St-André, etc. Nous avons eu de la pluie toute la nuit et une partie de la mattinée. A midy, je suis monté chez Bruno où j'ai dîné. J'ai laissé Emilie assez bien. Lundy 24 PLUIE. THER(MOME)TRE 22, 22 1/2. BAR(OME)TRE 28. MAISONS CAMILLE. POIS DE MASCATE ET DU CAP. GRAINS DE JAQUES, MIMOSAS. CAMILLE. PLENTE. Les ouvriers ont continués à monter la maison de Camille. J'ai achevé de gratter [toutes les] repousses de cannes et le canal et j'y ai mis des pois mascates pour refaire la terre. J'ai plenté des pois du Cap au bas du mahïs ; des graines de jaques dans le verger; semé des semances de mimosas. Camille a transplenté à son nouveau domicile des marcotes de mangues, pruniers, etc.

941

JOURNAL DE LESCOUBLE

Vendredy 25 BEAU TEMS. THER(MOME)TRE 22, 23 1/2. BAR(OME)TRE 28, 27 1/2. GODON. GALLERIE. CREPISSAGE. MAISON DE CAMILLE. PLENTATIONS DIVERSES. EMILIE EN CONYALLESSENCE. POINT ENCOR DE PLUIE. Mardy et jusqu'à hier, j'ai fait réparer en dedans les nouveaux murs du godon, et crépir. On a aussi achevé de latter la petite gallerie en avant de la maison pour être argamassée ; crépir le haut de la maison dans la même partie. L'Union a enfin fini de férer mes roues et ensuite a essayé à faire quelques pioches, sans pouvoir y réussir. Tai fait quatre louchets pour creuser des trous. On a achevé de latter le toit de la maison de Camille et on est à galérer et chanfrainer des planches pour la border. J'ai plenté quelques arbres-fleurs, bananiers, etc., dans le verger. Emilie continue à se trouver bien et entre en convallessence. Nous avons eu un beau terns, bien désolant; la pluie ne se desside pas et mon canal ne fournit pas plus d'eau. Lundy 31 BEAU TEMS. TRES PETITE PLUIE DANS LA NUIT. THER(MOME)TRE 22, 23 1/2. BAR(OME)TRE 27. Il. ARGAMASSE. TIRE LA PIECE DE BOIS NOIR. DINE LA-HAUT. LEVAVASSEUR ARRIVE. MD BRUNO A ST-DENIS. EMILIE IRA A ST-DENIS. TRANSPLENTE DES BANANIERS. ECHAWITES RAMASSES. MD CROSNIER BIEN MAL. AFFAIRE VONT MAL GAMIN MANQUE. Samdy, j'ai fait en torchis et en pieres l'argamasse de la gallerie au vent. On a fait quelques petits ouvrages au jardin. Dimanche, j'ai fait tirer par la bande de Camille la grosse pièce de bois noir du fond de Charlot et menée au haut du verger à la tête du serpent pour y être mise en chantier. Tai été ensuite voir Emilie, et dîné avec Levavasseur qui est arrivé de St-Denis avec sa famille. Bruno et sa femme sont partis samdy sur St-Denis, Md Crosnier, la vieille, étant au mouroir, ayant témoigner le désir de voir sa nièce avant de trépasser. Emilie s'est installée chez Levavasseur pour cette absence. Je l'ai laissée assez bien mais ayant repris un peu la toux. Ce mattin, j'ai transplenté des bananiers de l'allée d'en bas, dans divers carreaux du verger. J'ai fait arracher l'échalotte d'octobre et mettre en magasin; monté à trois heures chez Bruno qui est de retour seul de St-Denis depuis ce mattin. Sa femme est restée pour attendre Emilie, q[ue Brun]o doit conduire à St-Denis après demain. Elle a désiré faire ce voyage dans l'espoir que le changement d'air lui sera salutaire; ce soir, elle est un peu tracassée par une petite toux qui la fatigue. Les affaires vont de mal en pire: Gamin, la colonne du commerce, a manqué. Le gouvernement lui a donné un crédit de 80 milles piastres sur la caisse, mais cela ne le fera recculer que pour mieux sauter. Fin de janvier.

942

FÉVRIER

1831

Mardy

1er février

UN PEU DE PLUIE. THER(MOME)TRE 22,23 1/2. BAR(OME)TRE 27.11. AUGUSTE MALADE. PLENTE DES MUL TIPLIANTS. PASSE LA JOURNEE CHEZ MONSIEUR DUSCATAlNG. ALFREDE. FOLlE ENCHERE. Nous avons eu un peu de pluie la nuit dernière. Auguste est malade. Salmine est monté pour porter la malle d'Emilie demain mattin. Theodor et Jean ont arrangés troisplenches et plenté avec Alfonse des multipliants: c'est le moment. Je suis dessendu chez monsieur Duscataing pour voir Alfrooe au sujet de son habitation que l'on veut faire mettre à la folle enchère, etc, etc. J'aurai désiré voir Vinson mais il a été absent toute la journée. On continué à travailler à la maison de Camille. On a commencé à border. Mercredy 2 BEAU TEMS. PEU DE PLUIE LA NUIT DERNIERE. THER(MOME)TRE 22, 23 1/2 ; BAR(OME)TRE 27.11. EMILIE PARTI POUR ST-DENIS, CAMILLE AUSSI. IL DEMANDE LA MONTRE DE SON SUCRE. ALLEES DU VERGER. DlSPOSmONS POUR PLENTER DES BANANIERS. 606 (LIVRES) DE RIS. GRAITE LE MAHIS DE FERDINAND. TERRASSE DE CAMILLE. CELESTE DINE AVEC MOI. Nous avons eu un peu de pluie sur la fin de la nuit dernière, mais cela n'en vaut pas la peine. Emilie est partie ce mattin dans le manchil de Céleste, qu'elle a étrêné. Bruno l'a accompagné. Ce soir, les Noirs sont revenus avec le manchil et par un billet qu'Emilie écrit à Constance, j'ai su que le voyage lui a fait du bien et qu'elle se trouve bien. Camille est parti ce mattin aussi pour St-Denis. Ce soir, il écrit à Céleste d'envoyer Ferdinand demain de bonne heure au Bois-Rouge pour avoir la montre de son sucre qu'il a vendu en ris, à prendre au Bois-Rouge. rai arrangé quelques allées de mon verger et disposé entre le canal et le chemin de la carrière pour transplanter des bananniers et figuiers. Les Noirs de Camille ont été au nombre de douze au Bois-Rouge, ce mattin, chercher du ris. Ils m'en ont porter quatre balles pesant 606 (livres). D'après la lettre de Mr Henri, Théodor et Jean ont été ce mattin gratter le mahïs que Ferdinand a plenté au dessus du fond de Charlot; opération dans laquelle, ils ont été aidés par la bande revenant du Bois-Rouge et en attendant leur déjeuné. Après tout cela, la bande a continué à fouiller la premiere terrasse de Camille jusqu'au soir. Céleste est venue voir ce travail, et a resté arné avec moi. Jeudy3

ENCOR BEAU TEMS. NEBULEUSE CE SOIR. THER(MOME)TRE 22, 23 112. BAR(OME)TRE27.101(2. PLENTATIONDE BANANIERS.PLENTEDES MURIERS.50 (LIVRES)DE SUCRE DE CHEZ LEVAVASSEUR.BILLET D'EMILIE: ELLE EST BIEN.
FERDINAND AU BOIS-ROUGE. LES COUPS DE VENfS ONT DERANGE LES SAISONS.

rai fait faire toute la journée des trous, dans l'endroit préparé hier, et plenté des bananiers et figues. J'ai plenté dans divers endroits du verger des boutures de muriers du païs. Il prend de boutures, surtout dans cette saison. rai envoyé chercher cinquante livres de beau sucre chez Levavasseur par le Noir.

943

JOURNAL DE LESmUBLE

rai reçu un billet d'Emilie, qui m'annonce que le séjour de St-Denis lui fait du bien et qu'elle se trouve mieux. Ce mattin, Ferdinand a été au Bois-Rouge et a porté la montre de sucre de Camille, que Céleste a expédié de suite pour St-Denis. Il paraît que les trois coups de vent que nous avons reçu en mars et avril dernier ont dérangé l'ordre des saisons, car il est certain que nous avons la saison d'octobre à présent, où les débordements sont ordinaire. Vendredy 4 BEAU TEMS. THER(MOME)TRE 22, 23 If}.. BAR(OME)TRE 27.11. BRISE DE S(UD)E(ST). NETTOYE LE CANAL, BIEN PEU D'EAU. SECHERESSE EXTRAORDINAIRE. DEBLAYE LE VIEUX TORCHIS. GRATTE LE BAS DU VERGER. MUR A FAUX FRAIX. EDMONT AST-DENlS. Ce mattin, je suis allé avec ma petite bande nettoyer le canal qui étai obstrué par une grande quantité de limon et de conferva ; l'herbe de Guinée s'en est aussi mêlé. Cette opération nous a occupé jusqu'à dix heures au moins. Le peu d'eau que nous a laissé la sécheresse bien extraordinaire qui reigne nous arrive et suffit heureusement à nos bassins. Après le déjeuné, j'ai fait gratter le bas du verger et chaussé des bananniers et le pied de ravin-sara; ensuite, j'ai déblayé les masses de torchis du vieux mur de godon et mettre en mur les pieres que je fais porter le mattin par la bande de [Camille]. Edmont est parti ce mattin pour St-Denis pour ramener Adélaïde demain. Samdy 5 PLUIE. THER(MOME)TRE 22 1/2, 23 1/2. BAR(OME)TRE 27. 11. MUR A PIERES SECHES. PLENTE DANS LE VERGER. JAMBE DE TABAC. CAMILLE ARRIVE. 10
B(A)LLES DE RIS. TEMS MENACANf QUI ABOUTIT A PRESQUE RIEN. AUGMENTATION D'EAU DANS LE CANAL. ADELAIDE N'EST PAS ARRIVEE.

Ce mattin, j'ai fait achever le mur commencé hier. Après le déjeuné, j'ai fait faire des trous dans divers endroits du verger pour mettre des arbustes, vangaçaïs, etc, et quelques plents de fleurs: horentia, acacias, pervenches, etc; semé dans les plattes-bandes des balzamines, guimauves, etc. Cependant, avant cela on a commencé à jamber le dernier tabac mis à la pente mais j'ai interrompu cette opération pour laisser le tabac s'hummecter. Il était un peu trop sec. Carnille est arrivé hier soir de St-Denis. Il a eu 40 balles de ris à prendre au Bois-Rouge. Vers les dix heures, ce mattin, nous avons eu un peu de pluie qui a continué par intervals jusqu'à quatre heures; alors, il s'est éllevé du n(ord)-e(st) un tems très noir qui semblait annoncer quelques très gros tems. Il a donné un fort grain et cela s'est terminé là. Le tems est resté très nébuleux et je pense que nous aurons encor de la pluie. Nous avons eu cependant un peu plus d'eau au canal, mais il est probable que nous devons cette augmentation qu'à la présence de la pluie et que si elle s'arrêtait, l'eau diminuerait comme à l'ordinaire. J'attendais Adélaïde ce soir, mais il paraît que le mauvais tems l'a empêché de se mettre en route. rai soudé après dîné et réparé une cuillière à caffé que j'ai retrouvé hier cassée en deux depuis longtems.

944

FÉVRIER

1831

Dim( anche) 6 BEAU TEMS, LOURD Er CHAUD, CALME. THER(MOME)TRE 23 1/2. 24. BAR(OME)TRE 27.11. PLENTATION DE BRlNGELLES. LETTRE A FREON P(OU)R LES PLENCHES. REPONSE. DINE CHFZ LEVAVASSEUR. MONTE AVEC LUI. CHALEUR QUI ANNONCE LA PLUIE. Ce mattin à la corvée, j'ai fait gratter le carreau au dessous des cocotiers où j'ai du tabac déjà coupé, et j'y ai fait faire des trous, et plenté des plents de bringelles de chez Camille. J'ai expédié Théodor à Belle-Eau avec une lettre pour Fréon qui lui annonce que nous avons des plenches à sa dispositions. Je suis monté ensuite là-haut avec Levavasseur. J'ai dîné avec eux, et je suis dessendu à la nuit. Levavasseur était venu à la maison pour les ouvriers condamnés à travailler le dimanche pour cause. La journée a été chaude et l'athmosphère lourde. Cela annonce de la pluie et nous en avons besoin. J'ai reçu une réponse de Fréon qui me dit que demain, s'il fait beau, il enverra chercher des plenches. Lundy 7 PLUIE. THER(MOME)TRE 23. BAR(OME)TRE 27.11. RELEVA LA PAliSSADE. PLENTE DES BRlNGELLES. FREON PREND 180 PLENCHES. BOIS DE MANIOC. BONNE PLUIE. LE CANAL COULE ASSEZ BIEN, ENFIN! LEVAVASSEUR VA Er REVIENT DE ST-DENIS, BIEN ALLÉ. NOUVELLE D'EMILIE, CAHIN-CAHA. CASSE LE BOIS DE MANIOC. 40 BALLES DE RIS POUR CAMILLE Er 10 1!2 POUR MOI ARRIVEES ICI. Ce mattin, j'ai commencé à faire relever le sapan de la palissade au dessous de cocos et continué la plentation de bringelles. A sept heures, il est arrivé deux charettes à Fréon me portant du bois de manioc et allant chez Bruno pour prendre des plenches. Une autre charette et deux traîneaux avaient fait le tour pour le même objet. Je suis monté de suite, et j'ai trouvé les équipages arrivés à l'établissement avec Mr Herbeau, économe de Md Fréon. Je lui ai livré 180 plenches ; déjeuné avec Md Levavasseur et revenu de suite à la maison. J'ai trouvé mon opération faite; la palissade relevée et les bringelles plentées. La pluie a commencée à tomber assez bien et a ensuite continuée presque toute la journée mais en baisse. Ce soir, elle a cessée et l'eau a encor augmenté un peu dans le canal. Nous en avons actuellement assez raisonnablement. Levavasseur est allé ce mattin à St-Denis. Il est passé ici à 4 heures et a été de retour et passé à la maison à 9 heures. C'est faire lentement son voyage. Il m'a donné des nouvelles d'Emilie qu'il a laissé un peu souffrante de malaise seulement. La pluie m'ayant empêché de continuer mes petits traveaux les Noirs ont été employés à casser le nouveau bois de manioc pour être plenter demain et remplacer celui qui manqué. Ferdinand a été ce mattin au Bois-Rouge prendre livraison de 40 balles de ris pour Camille, et 10 balles 1/2 pour moi. Le tout est arrivé sain et sauve à la maison.

945

JOURNAL DE LESmUBLE

Mardy 8 PLUIE. TRES CALME. THER(MOME)TRE 22, 24, 22 112.BAR(OME)TRE 27.10. TEMS CHAUD ET cALME PRESAGEANT LA PLUIE. BONNE PLUIE. ENfOURAGE DU JARDIN A L'O(UEST). LETTRE DE FREON. 72 PIASTRES POUR LES PLENCHES. LETTRE DE MARCIAN POUR UNE SIE. REPONSE. COMMENCE A COUVRIR CAMILLE. Nous n'avons point eu de pluie la nuit dernière ni dans la journée, mais le terns a été constamment chargé; très couvert, et un calme et une chaleur insupportable, nous faisant quelque chose de nouveau pour ce soir. Sur les cinq heures, il s'est ellevé de la mer au n(ord)e(st) une noirceur de tems qui, avec une grande lenteur, a fini par crever sur nous en une pluie bien constitué et abondante. Cela a duré une heure et depuis la pluie tombe en bruine. Le terns est extrèment chargé ce soir. J'ai commencé à refaire solidement l'entourage du jardin dans la partie de l'ouest. Je n'ai pu finir. Ce mattin, j'ai reçu une lettre de Fréon, qui m'annonce 72 piastres qu'il m'envoie pour les 180 plenches que je lui ai livré hier par ses charois. J'en ai de suite expédié 59 à Levavasseur pour les faire parvenir à Emilie et j'en ai gardé 13 pour moi. J'ai écrit à Emilie à ce sujet aussi, par Levavasseur. J'ai reçu une lettre de Marcian qui me demande une sie de long à emprunter. Je lui ai répondu que la seule que je possède est dans le bois avec les ouvriers d'Emilie. J'ai été bien peiné de ne pouvoir pas lui rendre ce petit service. On a commencé ce mattin à poser du bardeaux sur la maison de Camille. Mercredy 9

PLUIE.THER(MOME)TRE21, 221fl. BAR(OME)TRE27.10. PALISSADEDU JARDIN.
FATALITE. GEROME BLESSE GRIEVEMENf. DETAILS DE L'ACCIDENf. BONNE PLUIE. FINI LA PALISSADE. REDRESSE LE HANGARD. GRATTE ET REMPLACE LE MANIOC.

Ce mattin, j'ai mis mon monde à continuer la palissade du jardin à l'o(uest). La bande de Camille étant venue pour remplacer le manioc et continuer la plantation, je suis allé les mettre à l'ouvrage et faire une ronde en haut de l'habitation. Par une de ces fatalités que toute la sagesse humaine ne saurait prévoir, Gérôme, que je n'attendais que lundy pour sier la pièce de bois noir du fond de Charlot, est dessendu avec un compagnon, parce que le terns était trop mauvais dans le bois. Il attendait mon retour, et aussitôt je me suis mis en devoir de faire mettre la pièce en chantier. Le malheureux s'était mis au devant de la pièce soutenue par deux barres en travers pour le caller, mais la barre de devant s'est rompue, et au lieu de faire un pas en arrière, Gérôme s'est précipité au devant avec le geste de vouloir soutenir la pièce, et il a tombé, la pièce sur lui, qui a mis sa tête et ses épaules sous elle. Un cri d'effroi est parti de ma bouche et je me suis précipité sur lui. Dans ce mouvement, j'ai soulevé par un effort extraordinaire cette malhencontreuse pièce, dont le poids est d'au moins deux milliers par un bout, et j'ai eu le bonheur de dégager le pauvre Noir que je croyais écrasé. Une racine en travers l'a sauvé de cette terrible catastrophe, mais il a eu le bras gauche fracassé entre le coude et l'épaule. De suite, je l'ai fait porté à la maison et j'ai envoyé appeler Mr Marcian le médecin le plus près qui est venu de suite et a remis le bras, et fait le pensement. Le pauvre Gérôme, son heure n'était pas encor arrivé! La pluie d'hier n'a pas continuée dans la nuit. Nous avons eu le terns très couvert. Dans la journée, à 6 heures ce soir, il s'est ellevé du n(ord), n(ord)-e(st) un vent impétieux avec une

946

FÉVRIER

1831

morne vapeur, qui, gagnant rapidement s'est résolu en une pluie, assez fme et qui a duré une heure et demie. Ce soir, le tems reste très chargé, sans pluie. Ce vent était froid et n'a duré qu'un quart d'heure. J'ai achevé la palissade et commencé à remettre d'aplomb les poteaux du hangard que les coups de vents avaient fait pencher. La bande a remplacé et gratter le manioc au-dessus du verger. Jeudy 10 PLUIE TOUT DE BON. THER(MOME)TRE 22, 22 ln.. BAR(OME)TRE 27.10 3/4. VENT DE N(ORD). NOUVELLE LUNE. SOUBASSEMENT DU HANGAR. BOUCAN DANS LE VERGER. ADElAIDE NE REVIENf PAS NI EDMONf. QU'EST-CE ? Nous avons eu de la pluie en petite quantité la nuit dernière et toute la journée; mais au couché du soleil le tems s'est ellevé du n(ord), avec une petite brise assez fraîche, qui a forcé, en portant de la pluie qui tombe dure et avec continuité ce soir. Ce terns a l'air d'être bien établi. Nous avons nouvelle lune demain. J'ai employé une partie de la journée à faire faire le soubassement du hangar et à le niveller et nettoyer l'allée de l'ouest; après cela j'ai fait faire un boucan au haut du verger, pour le gardien. Adélaïde devait être de retour avec Edmond depuis samdy, et ni l'un ni l'autre ne paraît. Cela m'inquiète, car qu'est ce qui peut les retenir à St-Denis, sans me donner quelqu'avertissement? On a continué à couvrir la maison de Camille et la bande a continué le remplacement du manioc et la gratte. Vendredy 11

PLUIE. BAR(OME)TRE 22. THER(MOME)TRE27. 9. TRANSPLANTE DES FlLAOS A
L'E(ST). COMMENCE A ENVOYE LES COCHONS PAITRE. BAR(OME)TRE BAISSE. LA MER TRES CALME. La pluie a continué toute la nuit et tombe la journée et ce soir encor, mais c'est une pluie peu forte et continue: elle tombe enfin sans produire des ruisseaux dans les chemins comme les grandes pluies. C'est toujours du n(ord), que vient le tems. Les rivières n'ont pas augmentées, pas plus que mon ruisseau. Cette pluie est très précieuse, en ce qu'elle humecte la terre doucement et sans l'emporter. Aussi, en ai-je profité pour lever à la motte des plents de fiIaos, et que j'ai transplanté à deux pieds de distance le long du chemin, depuis la maison et jusqu'en haut du verger. Je compte en mettre de même en haut et l'entourrer, ainsi (illisible) d'un très bon abrit contre le vent. J'ai commencé depuis hier à envoyer mes cochons paître dans le fond de Charlot, pour les remplumer un peu. Ils se sont déjà accoutumés à ce métier; désormais, au moyen d'un petit gardien, je pourrai les entretenir facillement, avec peu de vivres, ce qui est essentiel, dans un moment où il est difficile de s'en procurer. Le bar(ome)tre a baissé d'une ligne depuis midy car ce mattin, il était à 27. ID. Ceci semblerait annoncer quelques révolutions dans l'athmosphère, quoique qu'elle soit très calme et que la mer n'éprouve aucun mouvement et dans le fait, la surface n'a pas eu la moindre ride de toute la journée.

947

JOURNAL DE LESOOUBLE

Samdy 12 GRANDE PLUIE. THER(MOME)TRE 21, 22, 211/2. LES RIVIERES DESSENDENT ENFIN. RUISSEAUX DEBORDEES. CANAL COULE PLAIN BORD ENFIN ! LETTRE D'EMIliE, ELLE NE VA PAS MIEUX. LE TEMS M'EMPECHE D'ENVOYER A ST-DENIS. PLANTE DES FlLAOS, PALMISTES, GOUYAVIERS FLEURS. MAISON DE CAMILLE. LA MER CALME. VENTS AU N(ORD). Nous avons eu de la pluie modérément toute la nuit dernière, et malgré cette continuité, les rivières n'ont pas gonflées; mais vers midy, la thèse a changée. Il est venu du n(ord) un brouillard épais qui a crevé en une pluie si bien fournie que dans peu de terns les rivières sont dessendues. Notre ruisseau J(ea)n Robert a débordé, et enfm, nous avons eu le plaisir de voir notre canal couler à plain bord. J'ai écrit à Emilie dont j'ai reçu une lettre ce mattin, et j'allai faire partir Alfonse pour StDenis, mais voyant ces dispostions du terns, j'ai renoncé à l'envoyer pour aujourd'hui. Emilie m'écrit qu'elle a eu des accès de toux et qu'elle est très faible. Je crains bien que le séjourd de St-Denis ne lui soit plus funeste que profitable. J'ai profité du terns pour continuer ma plantation de filaos autour du verger. Je n'ai pu achever à cause du trop de pluie mais j'ai envoyé prendre chez Camille [des] plents de gouyaviers fleurs et des palmistes, que j'ai distribué convenablement dans le verger. Les ouvriers de Bruno ont continués à travailler à la maison, mais le terns les a contrariés. Dans tout ce terns, la mer n'a pas grossi, ce qui me fait penser qu'il n'aura pas de durée. Malgré la quantité de pluies qui tombent, les rivières ont à peine remplies leur lit. La plaine n'est pas inondée.
Dim( anche) 13 BEAU TEMS. LEGERE PLUIE DE N(ORD). THER(MOME)TRE 21. 23. BAR(OME)TRE 29 1/2. PROVERBES VERIFIES. DEBLAYE DES COMBAVAS AUX CAROS. DETOURNE L'EAU DE CHEZ lACHAPELLE. EXPEDIE ALR>NSEA ST-DENIS.

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas, et après la pluie vient le beau terns. Voilà ce que dit le proverbe. Jamais cette vérité n'a été mieux éprouvée qu'aujourd'hui. Nous avons eu une journée d'autant plus belle que toute la nature était rafaraîchie et embellie par la pluie de ces derniers jours. J'ai fait déblayer ce mattin toutes les herbes et détruit les rosiers multi(fl)ors qui avaient poussés dans le rang des cocotiers et qui gênaient les combavas qui ont étés plantés pour y rester. La corvée s'est terminée là. Hier, quand l'eau est venue grandement dans le canal, le malicieux Paulin a bouché son issue chez Lachapelle sans me prévenir. L'année dernière, il en fit autant, et (illisible) quêter chez moi lorsqu l'eau (illisible). Cette fois, j'ai détourné cette eau pour jamais, du moins de ma volonté et il n'en aura plus dans aucun cas. Voyant le terns définitivement beau, j'ai expédié Alfonse à St-Denis à midy comme je devais le faire hier.

948

FÉVRIER 1831

Lundy 14 PLUIE. THER(MOME)TRE 21, 23 If].. BAR(OME)TRE 27.10. COMMENCE A APPLANIR LE HAUT DE L'ALLEE. LAVE L'ECURIES DES DEUX JUMENTS DE FREON. ADELAIDE ARRIVEE. EDMONT RESTE MALADE. LEITRE DE BRUNO. EMILIE PAS MIEUX.

Nous avons eu de la pluie la nuit dernière et assez beau terns jusqu'à ce soir huit heures, mais la pluie vient d'arriver de s(ud)-e(st) et tombe lourdement. Ce mattin, j'ai commencé avec plaisir le haut de la grande allée du verger pour y former un bareau, mais à l'heure du déjeuner j'ai pris le parti de remettre la partie pour paver l'écurie des deux juments de Fréon qui nageaient dans la boue, et que j'ai été forcé de mettre dans la forge, à cause de cela. On a fini cette opération ce soir et les bêtes sont bien logées. Adélaïde est arrivé ce soir avant la pluie de St-Denis. La cause du retard qu'elle à porter à revenir a été la maladie d'Edmont, qui selon les apparances, a eu une pleurésie en arrivant à St-Denis. Il y est resté avec Léon pour le saigner. Camille a reçu ce soir des cIoux de Bordeaux et une lettre de Bruno. D'après cette lettre, il paraît que ma pauvre Emilie va là-bas plus mal qu'elle n'était ici. Elle désire que j'aille passer quelques jours là-bas mais je préfèrerais qu'elle revînt plutôt à la campagne, qui lui convient mieux. Mardy 15 TEMS VARIABLE ET PLUIE. THER(MOME)TRE 22, 24, 28. BAR(OME)TRE 27.10. CHALEUR FORTE. TAILLE DES SAPANS EN BAS. MUR DU MAGASIN COMMENCE. AUGUSTE A LE FLUX DE SANG. VOMITIF. Nous avons eu de la pluie dans la nuit. Elle a cessée ce mattin et nous avons eu dans la journée un soleil très ardent et qui a fait monter la température à un point insupportable. Ce soir, au brun de la nuit, il a tombé un assez bon grain. Les vents sont à l'e(st) faibles. Ce mattin, j'ai coupé avec Camille les sapans de la borne d'en bas qui envahissent déjà tout. J'ai fait commencé un mur au fond du magasin, en piere, pour la solidité et pour l'opposer à l'eau du bassin qui se trouve derrière. Auguste a le flux de sang depuis hier. Il a vomit ce mattin. Jeudy 17

MEME TEMS. THER(MOME)TRE 22, 23 1/2. BAR(OME)TRE 27.11. TONNERE A
L'O(UEST). MUR DU MAGASIN. MAlSON DE CAMILLE. EDMONT GRINNE. IRMA.

Hier, nous avons eu de la pluie dans la nuit et dans la journée, par intervals. La nuit dernière égallement, et enfm aujourd'hui de même qu'hier. Ce soir, le terns est toujours à la pluie; les vents au s(ud)-e(st) et il tonne un peu du côté de St-Denis. Hier et aujourd'hui, j'ai continué le mur extérieur du magasin et il ne sera terminé que demain. Les ouvriers de Bruno continuent à couvrir le pavillon de Camille mais cela n'avance pas beaucoup. Edmont Grinne est venu passer la journée avec nous et m'a dit qu'Irma doit arriver demain et qu'Auguste est parti pour la chercher.

949

JOURNAL DE LESOOUBLE

Vendredy 18
PLUIE. THER(MOME)TRE 23. 24 112. BAR(OME)TRE 27.11. FINI LE MUR. REPARE LE POUI.AILLER. ALR>NSE A ST-DENIS. LETIRE A EMILIE. ID(EM) A MD FREON. REPARE LA PORTE DE LA VOITURE DE MONTROSE. VISITE DE L'INGENIEUR SUR LA PLANTE DU VOISIN.

Nous avons eu de la pluie la nuit dernière; assez beau terns la journée et [de la pluie] après le couché du soleil. On a (illisible) le mur du magasin et ensuite réparé le poulailler à l'ouest. Le bas avait été dégradé par les cochons. Ce mattin, j'ai expédié Alfonse pour St-Denis avec une lettre pour Emilie et une pour Md Fréon qu'il a dû remettre en passant. Montrose m'a envoyé la porte de sa voiture dont la clef était brisée par Clément. Je l'ai réparé et l'ai renvoyé de suite. Ce mattin, Vinson, et l'ingénieur Mounier Naturel, sont venus à l'effet de voir les dispositions à prendre pour la confection du chemin. Lachapelle s'est plaint que j'avais mis l'arbitraire dans le tracé de l'année dernière. Samdy 19 TEMS TRES VARIABLE. BRISE DE S(UD)-E(ST). PLUIE THER(MOME)TRE 22, 24, 22. BAR(OME)TRE 27.11. TERRASSE DU JARDIN à L'O(UEST). GAULETTE DE VOLCAMERIA. IRMA ARRIVEE. NOUVELLE D'EMILIE. ALFONSE N'EST PAS DE RETOUR. VISITE DE NOT AISE PERE ET FILS. LE BEAU TEMS SE CHANGE EN PLUIE. D'AVESNE DOIT DIRE QUE JE SUIS UN MAUVAIS DEVIN. Pluie la nuit dernière comme à l'ordinaire, et de même partiellement dans la journée. Ce soir, le ciel est très clair mais l'orison est gros dans le n(ord)-e(st). J'ai fait gratter la première terrasse de mon jardin à l'ouest pour la niveller. Ensuite, j'ai envoyé dans le fond de Charlot pour couper des gaulettes de volcameria pour entourer le verger. J'ai reçu hier soir, à 10 heures, des nouvelles d'Emilie par une lettre de Bruno à Camille. Irma, arrivée de St-Denis hier soir, l'a vu hier mattin et nous a aussi donné de ses nouvelles. Il résulte qu'elle est à peu près au même point que par le passé. Je n'ai pas encor reçu de réponse à la lettre que je lui ai remise hier. Il paraît qu'elle aura retenu Alfonse. Notaise et son fils aîné sont venus me voir à onze heures. Nous avons causé jusqu'à quatre heures. Le ciel qui était si pur il y a un [moment], s'est tout à coup couvert de nuages et voilà que la pluie tombe de nouveau. C'est une des singularités de la saison. Il y a un instant que D'Avesne est entré pour me dire bonsoir. Il vient du Champ-Borne avec son enfant. Je lui donnais l'assurance qu'il se rendrait chez Campenon avec beau terns, et certes, il a dû attraper le grain qui vient de tomber à l'improviste. Il pensera sûrement que je suis un pauvre devin.

950

FÉVRIER 1831

Dim(aru:he)

20

PLUIE. THER(MOME)TRE 23,231(2. BAR(OME)TRE 27.10112. RAFFALE VIOLENTE. ALFONSE ARRIVE. LETIRE DE BRUNO. EMILIE DE MEME. BOSQUET DE VERGER. VISITE A ROUDIC. DINE AVEC IRMA. Nous avons eu de la pluie averse toute la nuit, plusieurs grains dans la journée, et enfm, ce soir, au moment où je suis arrivé, il en tombe du s(ud)-e(st) un violent, accompagné de vent violent. Un instant avant, Alfonse est arrivé de St-Denis avec une lettre de Bruno bien détaillé sur la position d'Emilie. Elle est après tout dans le même état qu'elle était ici, mais pleine de confiance dans le docteur Roux, qui la traite avec beaucoup de soins. Elle se trouve bien à St-Denis et n'est pas disposée à revenir ici. Ce mattin à la corvée, j'ai travaillé au bareau que je veux former au haut du verger. Je fais d'abord niveller l'emplacement qu'il doit occuper. A midy, j'ai été voir Roudic pour l'engager à venir parcourir ma correspondance avec Md Isnard pendant le terns que j'ai géré les biens de la succession de mon oncle. TIy trouvera nécessairement de bons renseignements pour ses affaires. Je suis allé voir Irma ensuite et je suis resté avec elle. Je suis rentré à la nuit fort à propos pour éviter de recevoir en route le mauvais terns. Lundy 21 PLUIE. THER(MOME)TRE 22,22,231/2. BAR(OME)TRE 27.10 1/2. PLANTE DU MAIS EN HAUT. LETIRE A LEVAVASSEUR. PLENCHES D'EMILIE. LETIRE A JULlETIE. GOMME ARABIQUE. OSEILLE. PLANT D'ABSINTHE PAR MD SIGOYER. PERVANCHE A FLEURS BLANCHES. LETTRE A MD FREON POUR DU BOEUR. Toujours le même terns. Nous n'avons presque pas vue le soleil aujourd'hui. Ce soir, la pluie est continue depuis le coucher du soleil, et le terns est tellement pris que l'on pourrait penser que la pluie durera longtems. Cependant, les rivières ne se gonflent pas encor. Toute la bande de Camille réunis au Noirs d'ici ont travaillés à plenter du maïs depuis le verger jusqu'aux cannes d'en haut. Cette opération a été terminée au coucher du soleil, et la pluie est venue couronner l'œuvre. J'ai écrit ce mattin à Levavasseur au sujet des plenches d'Emilie. TI m'a répondu qu'il y en avait 50 rendues à l'établissement et 18 (illisible ). J'ai écrit à Juliette pour avoir de la gomme pour Emilie et à Bruno, en réponse de sa lettre d'hier. Son petit Jean a été porteur de tout, de même que des plants d'oseille pour sa mère. Je lui ai envoyé aussi un beau plant d'absinthe. Mambo, que j'ai envoyé avec Jean chez Juliette, m'a porté un plant de pervanche à fleurs blanches que j'ai plenté dans le verger. J'ai écrit par Jean à la chère tante Fréon pour la prier de remettre au petit Noir du beur tTaix que me demande Emilie. M ardy 22

PLUIE. THER(MOME)TRE21,23,22. BAR(OME)TRE27.10. GAULETIES. TERRASSE
NIVELLEE. THEODOR MALADE. SALMINE ID(EM). AUGUSTE VOMIT.

Même chanson qu'hier. Le terns constamment le même. Pendant la pluie, on a été chercher des gaulettes dans le fond de Charlot, [et dans] les embellies, nivellé la première terrasse au jardin à l'ouest.

951

JOURNAL DE LESmUBLE

Théodor est malade, et Salmine id(em) depuis lundy. Il ne reste que Jean et Mambo. J'ai reçu un billet d'Emilie qui m'accuseréception, etc. Je lui ai écrit par Janette de Bruno pour lui dire que je ne crois pas que Md Fréon et D'Avesne nourrice (sic ). J'ai refait un anneau à la clef de l'armoire d'Irma, en cuivre. L'autre était cassée. J'ai donné un vomi-purgatif à Auguste ce mattin. Emilie me demande Salmine. Je le lui enverrai, s'il va bien. Mercredy 23
PLUIE. THER(MOME)TRE 22,23. BAR(OME)TRE 27.11. BELLE JOURNEE. ON A ETE LAVER LE LINGE. FORTE PLUIE CE SOIR. LETTRE A EMILIE PAR SALMINE. THEODOR VOMIT DE LA BILE BLEUE. AUGUSTE PURGE: REND DES VERS. REDUIT A JEAN ET MAMBO. ENTOURAGE DU VERGER EN VOLCAMERIA. PLENTE DES BOUTURES DANS LE VERGER. MAISON DE CAMILLE.

Nous avons eu de la pluie encor, la nuit dernière et point dans la journée. Le soleil a paru presque toute la journée. On a pu envoyer deux nègresses laver à la rivière, et le linge a été séché. Mais ce soir, le vent a pris la direction du nord et nous mené de la pluie qui tombe abondemment à cette heure, quoique cela ne fasse que commencer. J'ai écrit ce mattin à Emilie par Salmine, que je lui ai envoyé. Théodor a pris un vomi-purgatif et a vomi de la bille bleue comme de l'indigo. Auguste a pris un purgatif qui l'a purgé parfaitement et qui lui a fait rendre une grande quantité de vers. Tout cela fait que je suis réduit à Mambo et Jean. Ils ont avec Alfonse commencés l'entourage du verger en gaulettes de volcameria, qui sont fort commode pour cet objet. J'ai plenté dans le verger des boutures de laurier rose à fleur blanches, pris chez Maillet. Les ouvriers de Bruno continuent toujours la maison de Camille. Samdy 26 VARIABLES. THER(MOME)TRE 22 A 25. BAR(OME)TRE 27.10. ENTOURAGE DU VERGER. NIVELLE LES ENVIRONS DE VERGER. MUR DE L'ECURIE. LETTRE D'EMILIE. VOMI-PURGATIF POUR CONTANCE. DINER AVEC IRMA; VISITE D'ELLE. CHALEUR EXESSIVE. Jeudy et vendredy, je me suis occupé de l'entourage de mon verger. Hier, manquant d'amarrage d'abbacas j'en ai envoyé chercher chez Bruno, et je me suis mis en attendant à travailler au nivellement des environs du bon petit vivier et de la petite terrasse avoisinante à l'ouest. J'ai travaillé à cela aujourd'hui et presqu'achevé le travail. J'ai garni de chevrons et terrassé le mur de soutien des deux loges d'écuries restées imparfaites et je vais finir pour loger les cheveaux de Camille. Hier, j'ai reçu une lettre d'Emilie. Sa santé est toujurs la même et je n'y vois pas de changement en mieux ou en plus mal. Avant hier, Levavasseur m'a écrit pour me demander un vomi-purgatif pour Constance qui a eu un cathar. Hier, il m'a écrit qu'elle se trouvait beaucoup mieux, après l'effet du vomi. Ce même jour, j'ai été voir Irma et j'ai dîné avec elle; en passant, j'ai été voir Roudic. Hier soir, Irma est venus avec Mlle Célinie et Jupin Fondomière passer la soirée avec moi: nous avons fait de la musique. La chaleur a été extrême aujourd'hui; le ther(momè)tre à 25.

952

FÉVRIER

1831

Dim(anche) 27

VARIABLE, COUVERT, PLUIE. THER(MOME)TRE 23, 25, 23 1/2. ENTOURRAGE. ECUPSE DE LUNE. JAMBE DE TABAC. DINE CHEZ LEVAVASSEUR.CONSTANCE MALADE.GRAINDEPLUIE.
La nuit dernière, nous avons eu de la pluie, mais pas beaucoup. Nous avons eu [une éclipse] de lune presque totale, hier, de 7 heures à 9 heures terns très couvert m'a [empêché] de l'observer. Ce mattin, à la corvée, j'ai fait plenter quelques pieds de pignon d'Inde pour l'entourage du verger et après, j'ai fait jamber du tabac. A une heure, je suis monté à pied chez Levavasseur, où était déjà rendu Céleste Nous y avons dînés. rai trouvé Constance bien maigrie. Il est venu sur les 4 heures, un bon grain de pluie de n(ord)-e(st) qui n'a pas sommes revenus sans pluie. du soir. Le la suite de et Camille. duré. Nous Lundy 28

TEMS COUVERT ET VARIABLE. VENT N(ORD)-E(ST). THERMOME)TRE23, 24, 23, BAR(OME)TRE27.11 1/2. ORAGEVIOLENT.PLENCHESDU JARDIN.PAUSSADE DU VERGER. COUVERTUREDU PAVILLONDE CAMILLE. LETTRE A FREON. ANESSE P(OU)R EMIUE. LETTRE D'AUGRAlN. REPONSE. LETTRE POUR LA SUCCESSION PRUCHE.
Forte pluie la nuit dernière, et tonnere violent de 4 à 5 heures ce mattin. Point de pluie dans la journée, mais le tems couvert entièrement et vents lègers de s(ud)-e(st) et de n(ord)-e(st). Dans l'après midy, Théodor a préparé des plenches dans le jardin pour commencer les semailles. Les autres ont travaillés à la palissade d'entourage du verger. Les ouvriers de Bruno, qui ont passés les derniers jours de la semaine à faire du bardeau, sont venus aujourd'hui et en ont posé toute la journée sur la maison de Camille. Cette opération sera probablement terminée demain. rai écrit à Fréon par un Noir à Bruno qui menait à St-Denis une anesse nourice appartenant à Md Desruisseaux, destinée pour Emilie, dans le but de le prier de la recevoir chez lui pour la nuit. Le petit étant trop faible encor pour faire le voyage de St-Denis d'un trait. J'ai reçu une lettre D'Augrain, au sujet du billet que Camille et moi lui avons fait. Je lui ai répondu de suite. l'en ai reçu un d'un Mr Lavocat, chargé des affaires du défun Simon Pruche, pour une petite somme que je lui dois. Mardy 1er mars TEMS COUVERT. PETITE BRISE DE S(UD)-E(ST). THER(MOME)TRE 23, 23 1/2. BAR(OME)TRE 27.11. PLENCHES DE JARDINAGE. PAUSSADE DU VERGER. SEME DES GRAINES DE BREDES. PlANTS DE LYlAS POUR FREON. LEITRE DE MD SICRE. PLANT DE MIRTHE POUR ELLE. SIROP POUR IRMA. BARIL DE GALERE. Nous n'avons pas eu de pluie depuis hier, mais le tems a été couvert toute la journée, exepté quelques petits intervals où le soleil s'est montré faiblement. Ce mattin, j'ai fait disposer des plenches de jardinage et mis du fumier à faux fraix pour le laisser un peu prendre l'air avant mélange. J'ai semé une plenche de brèdes Lescouble, et une du païs. Après cette opération, nous avons continués à travailler à la palissade du verger. J'ai reçu un petit Noir de Md Fréon qui est venu de sa part me demander des plants de petits Iylas. Je lui en

953

JOURNAL DE LESCOUBLE

ai envoyé provision. En même terns, un Noir de Md Sicre avec une lettre d'elle qui m'offre de venir à Belle-Eau ce soir pour partir avec elle en voiture demain; mais je ne le puis pas, attendu que Jean et Siméon sont pris de flux de sang depuis hier, et que j'ai commencé à les traiter ce mattin. Elle m'a demandé un plant de [myrtheJ que je lui ai envoyé bien conditionné. Irma m'a fait demander par François une bouteille de bon sirop que je lui ai envoyée.- Son tonnelier m'a porté un baril de galère. Mercredy 2 BEAU TEMS ET PLUIE. THER(MOME)TRE 23, 24. BAR(OME)TRE 27.11. CHALEUR INSUP(ORTA)BLE. SEME DES CAROTTES ET PLANTE DES MULTIPLIANTS. LETTRE D'EMILIE. SIX MOUCHOIRS. Le terns a été beau par intervals dans la journée, et puis de la pluie. Ce soir, il en tombe une petite pluie; chaleur insupportable parce qu'il fait calme. J'ai semé des graines de carottes et planté des multipliants à la suite des pruniers; ensuite, on a été continué la palissade du verger. Camille a reçu ce soir une lettre d'Emilie. Sa santé est toujours la même. Elle tousse moins cependant. Elle m'a envoyé six mouchoirs de pauche. Pauvre enfant! Que ne se porte-elle aussi bien qu'elle aime son père! Jeudy 3
VARIABLE. UN PEU DE PLUIE. THER(MOME)TRE 23, 25, 24. BAR(OME)TRE 28. BRISE DE N(ORD). CHALEUR INSUPP(ORT A)BLE. PAUSSADE ACHEVE. GRATTE LE CANAL. ANANAS POUR ENTOURRAGE. JEAN MALADE ET RELEVE. AUGUSTE AUSSI. SIMEON AVEC LE FLUX DE SANG.

Nous avons eu de la pluie vers la fin de la nuit dernière et la journée a été belle. Ce soir, le terns est très calme et la chaleur exessive comme elle l'a été dans la journée, malgré une légère brise de n(ord). Je n'ai rien fait que d'achever la palissade du verger à l'ouest, et ensuite gratter et nettoyer les bords du canal au dessous du verger. J'ai fait enlever les ananas qui commencaient à obstruer le passage, dans le but de barrer avec le haut du verger dans le rang de vacoua en manière de palissade. rai eu Jean malade depuis trois jours, mais il est à l'ouvrage aujourd'hui. Auguste, guéri de son flux de sang, travail depuis lundy. Hier, j'ai commencé à traiter pour la même cause Siméon. Il a beaucoup de fièvre. Vendredy 4 BEAU TEMS. THER(MOME)TRE 23, 25, 24. BAR(OME)TRE 28. BRISE FRAICHE N(ORD)-O(UEST). PAUSSADE D'ANANAS. EFFONCE LES CANEAUX A L'OUEST. GRATTE LA CITROUILLE. LEVAVASSEUR ET NOUVELLE D'EMIUE. LETTRE A VINSON POUR LOUER SA MAlSON. Ce mattin, j'ai fait mettre des ananas en palissade dans le rang de vacoua au haut du verger; ensuite commencé à préparer et effoncer la première terrasse à l'ouest du jardin pour y mettre de bonne terre. Laissé cet ouvrage pour gratter les citrouilles et callebasses au-dessous des cocos.

954

MARS 1831

Levavasseur arrive ce soir de St-Denis et me donne des nouvelles d'Emilie qui est toujours la même. Elle est trop à l'étroit chez Md Sigoyer et désire que Camille vienne à St-Denis pour tâcher de trouver une maison à louer. J'écris ce soir à Vinson pour tâcher d'avoir la sienne. Samdy 5 BEAU TEMS. BRISE DE N(ORD)-O(UEST). THER(MOME)TRE 23, 25, 25 112. BAR(OME)TRE 27.11. TERRASSE DU JARDIN. TRAVAIL LONG. REPONSE DE VNSON, IL NE PEUT PAS. MD MARCHANT BIEN MALADE. RENDFZ-VOUS A BELlE-EAU. J'ai continué à travailler à la terrasse à l'ouest. Cette opération est longue avec le peu de monde que j'ai, à cause du déplacement de terre. Je suis obligé de mettre de côté la bonne terre, puis enlever la terre jaune de dessous pour former le fond de la partie la plus basse, pour rapporter ensuite la bonne par dessus. Enfin, avec un peu de patience, on en viendra à bout. Ce mattin, j'ai expédié Alfonse pour porter ma lettre d'hier soir à Vinson. Alfonse n'a pu le joindre que dans l'après-midy, et sa réponse n'a pas été favorable. Il ne peut pas louer sa maison, devant l'occuper [avec] sa famille pendant le carême. Vinson m'apprend que Md Marchand est très malade. Je dois aller à Belle-Eau demain et ayant écrit à Vinson que j'avais à causer avec lui, il me donne rendez-vous là. La chaleur est toujours insupportable. Dim(anche) 6 PLUIE. THER(MOME)TRE 23, 24, 23. BAR(OME)TRE 27. 9. TERRASSE. JOURNEE A BELLE-EAU. MD MARCHAND MALADE. A la corvée, j'ai continué ma première terrasse du jardin à l'ouest. Le baromettre ayant baissé, j'ai pensé que nous aurions du mauvais tems ; d'autant que l'orison dans le n(ord)e(st) était très chargé. Cela ne m'a pas empêché d'aller passer la journée à Belle-Eau, où j'ai trouvé la famille en bonne santé, exepté Md Marchant qui a eu encor une attaque d'apoplexie et qui est fort malade. J'ai eu de la pluie pour revenir à la maison. Lundy 7 TEMS VARIABLE. BRISE DE N(ORD). THERMOME)TRE 23 A 24. BAR(OME)TRE 27.9. PLUIE ABONDANTE HIER. CONTINUE LA TERRASSE. CAMILLE A ST-DENIS. SIMEON PURGE, DISSENTERIE TRES PUTRIDE. La pluie a tombé hier avec force pendant que j'étais à Belle-Eau, depuis Il heures jusqu'à huit heures du soir. Il n'yen pas eu dans la nuit, et aujourd'hui le tems a été assez beau. Le soleil a été très piquant dans les moments où il a paru. Le terns a été en général très variable. J'ai continué ma terrasse et la moitié a été [mie et disposée a recevoir du jardinage. Camille est parti hier mattin pour St-Denis et n'est pas encor de retour. Siméon a été purgé hier et aujourd'hui. Je le trouve mieux ce soir mais il est encor en danger. Sa dissenterie est d'une putridité extraordinaire.

955

JOURNAL DE LESCOUBLE

Mardy 8 BEAU TEMS. P(ETI)TE BRISE DE N(ORD)-E(ST). THER(MOME)TRE 22, 23 112. BAR(OME)TRE 27.9. ROSIERS DE PERON ENLEVES. TERRASSE. ABBACAS POUR SICRE. SIMEON PAS MIEUX. Nous avons eu un beau tems toute la journée et le soleil a été extrêmement brûlant. J'ai travaillé à ma terrasse toute la journée pour [la] mettre sur le même plan d'un bout à l'autre. En conséquence, j'ai enlevé à la motte les deux rosiers qui bornaient l'allée et les ai transporter au devant du rond du verger. Henri Sicre a envoyé son domestique chercher des plants d'abbacas ; n'en ayant pas ici, je l'ai envoyé en prendre chez Bruno. Camille n'est pas encore de retour. Siméon est toujours dans le même état. Mercredy 9 BEAU TEMS. P(ETI)TE B(RI)SE DE N(ORD)-E(ST). THER(MOME)TRE 22 1/2, 23. BAR(OME)TRE 27. Il. FILLETIE MALADE. SIMEON TRES MAL. PLENCHES POUR L'AIL Er POIREAUX. TERRASSE NIVELLEE. Ce mattin, Céleste m'a envoyé appeler pour voir sa fille. Je l'ai trouvé avec de la fièvre occasionnée par la sortie de ses grosses dents. Ce ne sera rien. Siméon est fort mal. Il a suivant l'apparance tout l'intestin ulcéré, et peut-être même un abcès interne. J'ai fait faire des plenches pour plenter des poireaux et de l'aï!. J'ai aussi achevé de niveller la terrasse du jardin dans le milieu, car à l'ouest elle [ne peut] l'être pour le moment. Jeudy 10 BEAU TEMS. THER(MOME)TRE 22, 23 1/2. BAR(OME)TRE 27.11. PLENTE DES POIREAUX ET DE L'AIL. CAMILLE DE RETOUR. EMIUE BIEN. WUEE MAISON CLERENSAC. ALFREDE VIENT VOIR FILLETTE. SIMEON ULCERE. OPIUM, SEL DE TARTRE. La journée a été employée à dresser les plenches d'hier et à plenter des poireaux et de l'ai1. Camille est arrivé ce mattin de St-Denis. Il m'a doné de bonnes nouvelles d'Emilie qui se trouve beaucoup mieux. Elle a loué l'encien emplacement Cléransac, où elle se trouve bien à sa fantaisie. Camille a envoyé appeller Alfrède pour voir fillette qui est encor malade. En revenant, il est venu voir Siméon et il est de mon opinion sur le genre de sa maladie mais il dit qu'il y a encor de l'espoir de le sauver. J'en doute. Il a ordonné l'opium et le sel de tartre. Samdy 12 BEAU TEMS. THER(MOME)TRE 22, 24. BAR(OME)TRE 27.10. JARDIN, TERRASSE. DINE AVEC JUUETTE. SIMEON TRES MAL. Hier et aujourd'hui, je me suis occupé de mon jardin. On a fait quelques plenches et travaillé au milieu de la terrasse. Aujourd'hui, je suis dessendu pour voir Vinson mais je n'ai pas pu le joindre. J'ai dîné avec Juliette. Siméon ne vivra pas jusqu'à demain midy.

956

MARS

1831

Dim(anA:he) 13 PLUIE. THER(MOME)TRE 22 A 25. BAR(OME)TRE 27 10. SIMEON MORT. DINE CHFZ MAILLET. ANNONCE DE PLUIE MAUVAIS TEMS. CAMILLE ET CELESTE CHEZ ŒVAVASSEUR. Le pauvre Siméon est mort ce mattin à huit heures. Je l'ai envoyé enterrer après-midy, et envoyai la déclaration de son décès à l'officier de l'état civil. Cet événement m'a donné de la tristesse j'ai été voir Maillet et Irma avec qui j'ai dîné. Nous avons eu de la pluie dans la soirée et probablement, nous en aurons beaucoup plus demain à cause de la nouvelle lune. Camille est Céleste sont montés passer la journée chez Levavasseur. La pluie tombe avec force ce soir. Mardy 15

FORTE PLUIE. THER(MOME)TRE 25 ET 26. BAR(OME)TRE 27.11. RIVIERES DEBORDEES. AMABLE ET ANOTIN SE REUOIENT CHEZ MOI. CHALEUR
EXTRAORDINAIRE. DENIS. TERRASSE, CALME PROFOND. CANAL, PERON. VISITE A MAlLET. BRUNO PAR P(OU)R ST-

Hier lundy, nous avons eu de la pluie toute la journée et dans l'après midy elle a augmenté à tel point que les rivières sont dessendues avec force. La plaine a été inondée en partie. Amable et Antonin, revenant de chez Mr Eric n'ont pas pu passer la rivière et sont venus se réfugier chez moi. TIsvont y coucher. Vers le soir, la pluie a cessée et il n'en est plus tombé du reste de la nuit. Nous avons eu dans tout ce tems du vent assez violent du n(ord) et ensuite de n(ord)-o(uest). La chaleur a été très forte, hier, mais aujourd'hui elle a été exessive et extraordinaire. Le ther(momè)tre a monté à 26 (degré), étant bien aairé. Jamais je ne l'avais vu si ellevé dans notre canton, et il a reigné dans la journée un calme pro[fond]. Ce soir, j'ai été voir Irma chez Maillet et suis revenu de bonne heure, craignant la pluie qui menace ce soir. Bruno est retourné à St Denis ce mauin. Le vendredy 11, Bruno est arrivé de St-Denis et a déjeuner avec moi. Il m'a dit qu'Emilie se trouvait mieux depuis quelques jours. Après déjeuné, nous sommes montés chez lui ensemble où j'ai passé la journée. Aujourd'hui, je me suis occupé d'un canal de communiquation d'un côté à l'autre de la terrasse supérieure et du peron de la platte-form. Mercredy 16

TEMS COUVERT ET PLUIE. THER(MOME)TRE23,24. BAR(OME)TRE27.11. PERON, PLENCHES DU JARDIN. BOUSSARD DINE AVEC MOI. LEVAVASSEUR.LETTRE A JACOB POUR UN CONÇEIL DE FAMILLE. REPONSE. LETTRE A FREON. BOIS DE PATATE.
J'ai travaillé toute la journée au perron de la platte-forme, et fait arranger cinq plenches du jardin. Nous avons eu quelques peu de pluie dans le jour, et un bon grain entre cinq et six heures. Avant ce grain, Boussard est venu me voir et a resté à dîné avec moi. Levavasseur est venu pour conférer avec Camille pour les traveaux de sa maison qui se continuent.

957

JOURNAL DE LESCOUBLE

J'ai écrit ce mattin à Jacob au sujet d'un conçeil de famille que je suis obligé de convoquer par la démission de Geslin à la tutelle des mineurs. Grinne Jacob m'a répondu. J'ai écrit ce soir à Fréon pour avoir du bois de patate ou manioc. feudy 17 BEAU TEMS. THER(MOME)TRE 22, 24. BAR(OME)TRE 27.10. JARDIN. PERRON. VOYAGE DE BOIS DE PATATE. PLENfATION. VISITE DE JACOB ET SERPE. J'ai travaillé à mon jardin et mon perron. Les Noirs de Carnille ont été avec ma lettre d'hier soir chercher du bois de patatte chez Fréon qui m'a répondu et m'a envoyé les Noirs chargés. Camille a commencé de suite la plentation au-dessous de l'allée. D'autres, Jacob et Serpe, sont venus me voir et ont passés une partie de l'après midy avec moi et le père Maillet. Samdy 19 BEAU TEMS, TRES SEC; BRISE N(ORD)-O(UEST). THER(MOME)TRE 24, 26. BAR(OME)TRE 27.11. JARDIN. CHEZ MONTROSE. VOITURE. J'Y DINE. VISITE A MAILLET. AFFAIRE D'ALFREDE. CHALEURE EXESSIVE. ANNONCE DE PLUIE. Hier, j'ai continué à travailler à mon jardin et achever de niveller la terrasse supérieure; ce que je n'ai pas fini encor. Je suis dessendu au Bois-Rouge pour accomplir la promesse [faite] à Montrose d'aller faire une petite réparation à sa voiture. TIn'a été question que de recouvrir les soupentes et ajouter des retenues contre le balancement de la voiture. J'ai déjeuné et dîné avec la famille et suis revenu chez moi à la nuit. Aujourd'hui, on a nettoyé les plattes-bandes et commencé à gratter les maniocs en herbes dans le verger. La végétation est si forte qu'à peine elles sont détruites qu'il en repousse d'autres. J'ai été voir Maillet et Irma au sujet de l'affaire d'Alfrède pour la résiliation de son habitation. J'ai dîné avec eux, mais le père Maillet ne se desside pas malgré qu'il en voit la nécessité. La chaleur est exessive. Je n'en ai jamais éprouvé de si forte ici. L'atmosphère est tranquille et d'un calme parfait. L'insensible mouvement qui y reigne par moment vient du nord. Tout cela nous annonce de la pluie pour l'équinoxe. Dim(anche) 20 BEAU TEMS Er PLUIE. THER(MOME)TRE 23, 25. BAR(OME)TRE 27.11. REUNION DES CONCESSIONNAIRES. TEL EST LE MONDE ET TEL IL SERA.

Je me suis rendu après le déjeuné chez Montrose au Bois-Rouge pour assister à une réunion
des concessionnaires de la mare à Poule d'Eau. Il a été question d'un mesurage de la concession et du partage de la pose d'un pont, de la confection du chemin, etc. On a beaucoup parlé. On a voulu faire de l'esprit. Edmont a fait de plattes plaisanterie. L'Epervanche comme à l'ordinaire a fait l'important; enfm, chacun a dit plus ou moins bêtement son avis et on s'est séparé sans savoir bien positivement ce qu'on a dessidé. J'ai remarqué beaucoup d'égoïsme, d'ignorance, beaucoup de prétention et surtout beaucoup d'orgueil. Godeant bene nati.

958

MARS

1831

Lundy 21 TEMS SEC, CHAUD. THER(MOME)TRE 24, 26. BAR(OME)TRE 27. 11. BANDE DE CAMILLE. GRATTE LES CANNES. VISITE A VINSON; DINE AVEC JULIETTE. BEAUVIU.AIN. REMEDE CONTRE LE FLUX DE SANG. ANNONCE DE PLUIE. On a achevé de gratter entièrement le verger, la bande de Camille a commencé à gratter les cannes; c'est un peu tard. Je suis dessendu de bonne heure chez Vinson pour causer des chemins, etc. La caisse de la commune est aussi pauvre que ceux qui doivent y fournir. rai déjeuné avec Vinson et j'ai été passer le reste de journée avec Juliette et la famille Duscastaing. Vinail Beauvillain, si gentil garçon, est venu voir Mr Duscataing. Il nous a indiqué un remède infaillible dans la dissenterie : la racine de papailler à la dose d'un ou deux onces, toute fraîche et coupé par petirs filets, injecté à froid du soir au lendemain et au serein dans un pinte d'eau. Je n'ai, je crois, jamais éprouvé un degré de chaud aussi insupportable qu'aujourd'hui. Le terns promet de la pluie pour la nuit prochaine. Mardy 22 PLUIE. THER(MOME)TRE 23J, 25. BAR(OME)TRE 27.11. TEMS DE N(ORD)-O(UEST). RELEVE LES HERBES DANS LE VERGER. RELEVE LE MUR DE LA TERRASSE.lEITRE A FRElON SUR LA MARE. REPONSE. MANGUES. Ce mattin j'ai fait lever les herbes et nettoyer ce qui a été gratté hier dans le verger. Ensuite, passé la journée à relever un bout de mur de la première terrasse du jardin qui a tombé dans la nuit. La pluie a commencé vers minuit la nuit dernière et a tombé avec force jusqu'à 5 h(eures) ; ensuite en bruine jusqu'à huit heures. Le reste de la journée nous avons eu un fort soleil. Ce soir le tems s'est ellevé du n(or)-o(uest), avec du tonnere. La pluie tombe déjà et s'il faut en croire les apparences nous en aurons beaucoup. rai écrit à Fréon pour lui rendre compte de la séance de dimancheau sujet de la Mare à Poule d'eau. Il m'a répondu de venir causer de tout cela demain à Belle-Eau et j'irais si le terns le permet. Fréon m'a envoyé 12 belles mangues. Mercredy 23 PLUIE. THER(MOME)TRE 24, 25. BAR(OME)TRE 27.10. VOYAGE MANQUE. RIVIERES DEBORDEES. GRATTE JARDIN. ENTOURRE LA TONNELLE CONTRE LES POULES. NOIRS D1RMA ET DE CAMILLE GRATTENT LE MARIS. TEMS MENAÇANT. Nous avons eu de la pluie toute la nuir et presque toute la journée; du tonnere par dessus le marché. Je n'ai pas pu aller à Belle-Eau comme j'en avais le projet. Les rivières ont dessendues. J'ai fait nettoyer les petites herbes dans le jardin et ensuite entourer du hangar à la tonnelle à l'ouest pour empêcher les poules d'entrer par là au jardin. Les Noirs de Camille joints à ceux d'Irma ont achevés de gratter toute la pièce de maïs. Camille doit rendre les journées. Le terns est bien menaçant ce soir.

959

JOURNAL DE LESOOUBLE

Jeudy 24

PLUIE. THER(MOME)TRE 22 1/2, 21 1/2. BAR(OME)TRE 27. 9 1/2. RIVIERES
DEBORDEES. LA PLAINE INONDEE. BOIS DE MANIOC DE BELLE-EAU. GAULE'ITE LES DEUX LOGES D'ECURIE. LEITRE A PREON. REPONSE. FAIT UN PASSE-PUREE. VISITE DE FRICHAUD ET GERVAIS. TONNERE. LEVA VASSEUR M'APPREND LA VISITE DE CHARLES SIGOYER. Nous avons eu de la pluie du n(ord)-o(uest) toute la nuit, à verse; aussi les rivières sont dessendues et la plaine a été en partie inondée et ce mattin la pluie a continuée toute la journée; mais il y a eu des embellies et peu à peu ses eaux se sont écoulées. Ce soir, il est venu quelques forts grains d'o(uest) et le terns est toujours à la pluie. La bande de Camille et celle d'Irma réunies sont allées à Belle-Eau chercher du bois de manioc, et, en arrivant, les Noirs ont commencés à couper les bois, et une partie à faire des trous en haut de l'habitation qui n'est pas encor plenté. Avec ma petite bande, j'ai fait chevronner et gauletter les deux loges d'écuries pour recevoir les cheveaux de Camille. J'ai écrit à cet occasion à Fréon qui m'a répondu qu'il m'attendait pied ferme. Après-midy, je me suis mis à faire un passe-purée dont manquait ma cuisine. Pendant cette opération, Créssant Frichaud et Gervais sont venus me voir et ont interrompus mon travail que j'ai repris après leur visite et achevé avant de dîner. L'orage d'hier a continué une partie de la nuit mais le tonnere était éloigné et du côté de StBenoît. Levavasseur est venu visiter les traveaux de la maison de Carnille, et m'a appris l'arrivée à St-Denis d'hier, de Charles Sigoyer. qui a dû surprendre étrangement ses parents qui ne l'attendait pas de sitôt. Nous ne savons pas encor pourquoi il est revenu sitôt. Lundy 28 BEAU TEMS ET GRANDE PLUIE. THER(MOME)TRE 20 A 25. BAR(OME)TRE 27.10. VOYAGE A ST-DENIS. EMIUE, INQUIETUDES SUR SA POSmON. AVIS DU MEDECIN MR ROUX. CH(AR)LES SIGOYER. MR LAPIERRE. LES AFFAIRES VONT MAL EN EUROPE. BANQUEROUTES. MR DE IOU, CAP(ITAI)NE DE LA FRANCE. RETOUR A BELLE-EAU. GRANDE PLUIE. JE FAIS CONNAISSANCE AVEC MR DE JOU: HOMME AIMABLE. NOUVELLES DE FORTUNE, IL SE CONDUIT BIEN MAL. CHAGRIN. Vendredy 25, je suis parti de bonne heure et suis arrivé à Belle-Eau pour déjeuné. Fréon partant pour le conçeil, je me suis mis en route avec lui. Font-Brune et [espace blanc]étaient des nôtres. Arrivé à St-Denis à midy , je me suis rendu de suite auprès d'Emilie, que j'ai trouvée même en apparances. J'ai passé le journée avec elle. J'ai vu avec peine que ma pauvre fille contractait une maladie qui ne peut manquer tôt ou tard de la conduire au tombeau. Elle a sûrement des tubercules au poumons. Son médecin Mr Roux craint le même malheur, mais cependant ne perd pas l'espoir de la sauver. J'ai causé avec Charles et un jeune peintre qui est venu avec lui dans l'intention de travailler ici à son art. Il est arrivé dans un mauvais moment. Les affaires politiques sont en Europe dans un état d'agitation bien fait pour nous inspirer des craintes (voyer le feuilleton). Les affaires de commerce sont encore pire que les autres à Bourbon. Une grande quantité de banqueroute de riches maisons de commerce ont réduit les affaires au plus triste état. J'ai dîné avec Fréon, et à huit heures du soir, nous sommes revenus à Belle-Eau avec Mr de Joli, cap(itai)ne du navire de France, qui a porté Charles Sigoyer.

960

MARS 1831

Nous avons eu un très beau tems toute cette journée mais la pluie a commencée le samdy et a continuée jusqu'à ce mattin à-<lixheures. J'ai été retenu à BeUe-Eau par cette cause et n'ai pu revenir chez moi qu'aujourd'hui. Ce séjour m'a procuré l'occasion de faire la connaissance de Mr Jo1i, homme instruit et fort aimable. C'est lui qui commandait le navire qui mena FontBrune et sa famille en France il y a 4 ans. Charles m'a dit avoir vu Fortuné à Paris, au moment où il est parti, dans le plus grand dénuement, et Charles a été obligé de lui donné quelques piastres qui lui restaient pour le mettre à l'habrit du besoin. Mon enfant doit payer d'une manière bien dure son étourderie. Fréon et moi, nous avons parlé de cela. J'ai trouvé tout mon monde en bonne santé et tout à peu près bien, mais la maladie d'Emilie d'un côté, la position de Fortuné de l'autre me font faire de bien tristes réflexions.
Mardy

29

BEAU TEMS. THER(MOME)TRE 22, 25. BAR(OME)TRE 27.11. COUVERTURES DES ECURIES. BAGUETTE DOREE POUR MR MARCHANT. CLOCHETTE. VIOLON DE BOUSSARD. OITUREDEJUUEITE. V
Hier et aujourd'hui je me suis occupé de faire couvrir les deux écuries pour les cheveaux de Camille. J'ai orienté un ornement doré pour Mr Marchant; réparé une clochette à Mr Fréon et réparé aussi un violon à Broussard: c'est l'encien violon de Longpré ; très beau instrument. Céleste a dîné avec moi aujourd'hui, incognito. J'ai coUé aujourd'hui la toile sur l'impériale du palanquin de Juliette pour l'achever. Jeudy 31

BEAt! TEMS. THER(MOME)TRE 22, 23. BAR(OME)TRE 27.11. TAPENAQUES DES ECU~IES. PLATTE-FORMECHEZ CAMILLE. CANNES FINI DE GRATTER. PORTE A CLAIR-VOIE.TONNELLE. PLANTATIONDE GRAINES, NOTE SUR CETTE GRAINE. JUUEN BIEN MAL D'UN CATHAR. IL VOMIT ET SE TROUVE MIEUX. VISITE DE MARCIANSIGOYER.
Hier, j'ai fait mettre les tapénaques des deux écuries pour les cheveaux de CamiHe ; opération qui n'a pas été terminée aujourd'hui. La bande de CamiUe a achevé la gratte des cannes et vont ensuite faire une platte-forme pour son parque à cochons. Avec Edmont et Alfonse, j'ai construit une porte à claire-voie pour empêcher les volailles de s'introduire sur la platte-forme dans le jardin. Elle a été posée à l'ouest de la tonnelle de multiflor contre le hangar. J'ai planté ce soir des graines (hors-graines). Cette plante du genre des lentille croît d'une manière très vivace ici. Les mulets qu'on nourrit avec elles en ont répendu par les champs, et c'est de cette manière qu'on a su combien elle était propre à notre île. Ce mattin après le déjeuné, je me suis apperçu que Julien était atteint d'un cathar suffocant. J'ai envoyé appeler Alfrède mais il était à St-Denis. A quatre heures ce soir, le pauvre enfant allait indubitablment étouffer, car son déjeuné lui était resté sur l'estomac et sa respiration était devenue si étroite, qu'il était en état de suffocation. J'ai pris le parti de lui administrer de suite une forte dose de vomi-purgatif (2 cuillères). Ce remède lui a fait vomir tout son déjeuné et l'a dégagé peu après. Ce soir, il a mangé un peu de soupe au ris. La fièvre l'a quitté, ainsi que cette violente oppression. Cependant, il est encor lègèrement oppressé. Marcian allant chez Levavasseur vient me voir. Nous nous sommes lamentés sur les affaires.

961

JOURNAL DE LESmUBLE

Vendredy

1er avril

TRES BEAU TEMS. LEGERE BRISE (DE) N(ORD)-O(UEST). THER(MOME)TRE : 20°1/2 25°1/2. BAR(OME)TRE : 27.11. COUVERTURE DE LA GALLERIE EST, EN PAILLE. JUliEN PURGE; IL VA MIEUX. ALFREDE VIENT LE VOIR; IL A TERMINE AVEC LACHAPELLE. CAMILLE PART DEMAIN P(OU)R ST-DENIS. PATRICE PURGE. LA MER TRES CALME DEPUIS 3 MOIS. Toute la journée a été employée à poser des chevrons et gauletter le dessus de la gallerie à l'est pour la couvrir en paille, afm de la mettre à l'habrit des pluie, en attandant que la misère passe et qu'un terns plus prospère me permette de la couvrir en carton. On a commencé à poser le vétivert. Julien a passé une assez bonne nuit. Je l'ai purgé ce mattin, et ce soir il est beaucoup mieux, quoiqu'encor un peu oppressé. Alfrède, arrivé ce mattin de St-Denis, est venu ce soir le voir et m'a conceillé de le tenir à un régime adouciçant. On travaille toujours au pavillon de Camille, qui tire sur sa fm. Camille et sa petite famille partent demain mattin pour St-Denis. Alfrède a terminé avec Lachapelle qui le met à son lieu et place pour l'habitation Grinne, mais Alfrède lui donne (illisible) piastres en quatre ans pour ses épingles, etc. Hier,j'ai fait (sic) au NoirPatrice pour son asme et l'ai purgé ce mattin. Le tems est de la plus grande beauté. Depuis les derniers coups de vent, nous n'avons pas eu de grosse mer, mais depuis plus de trois mois particulièrement la mer est comme de l'huille. Samdy 2 PLUIE. THER(MOME)TRE: 22° 24°112. BAR(OME)TRE: 27.11. ACHEVE LA COUVERTURE DE LA GALLERIE. FAUSSE A FUMIER. BOHINIAS. liSERON BLANC. NOEL DE BRUNO: GRAINES POTAGERES ET DE FLEURS. NOUVELLES D'EMIliE. CAMILLE PARTI AVEC CELESTE. TEMS TRES VARIABLE ET PLUIE DU N(ORD)-E(ST). JUUEN BEAUCOUP MIEUX. J'ai achevé la couverture de la gallerie e(st) (voyez le 1(e)r). J'ai retenu la bande de Camille et fait tirer tout le fumier nouveaux pour le trensporter dans une fausse faite au coin du hangar, afm de dégager le vieux pour m'en servir au jardin. J'ai trensplenté au verger des bohinia piscaprae dans le verger et un seul (illisible) dans la platte-bande de la p(remiè)re terrasse à l'o(uest). J'ai aussi trensplenté huit plants de liseron blanc, provenant de Md Marchant. No~l de Bruno est venu de St-Denis et m'a donné des nouvelles d'Emilie. Charles a envoyé par lui des graines potagères et de fleurs pour Irma, Camille et moi. Camille est parti avec sa famille ce mattin pour St-Denis. No~l ne l'a pas joint en chemin, ee qui me fait penser qu'il sera arrivé avant le départ du Noir. Nous avons eu un tems singulièrement variable toute la journée, un peu de pluie la nuit dernière, et ce soir la pluie a commencée à tomber et promet de devenir plus forte. Julien a pris ce mattin et dans la journée quatre grains de kermès en lavage et comme incitif. n est beaucoup mieux ee soir, conservant cependant un peu d'oppression.

962

AVRIL 1831

Lundy 4 BEAU TEMS. THER(MOME)TRE: 22° 24°. BAR(OME)TRE: 27.11. BRISE DE S(UD)E(ST). MIS LA FORGE EN PARQUE A COCHON. DINE AVEC IRMA: ELLE ME DEMANDE UN MANCHIL, ETC. THER(MOME)TRE: 19°1/2 20°. BAR(OME)TRE: 27.11. BRISE CARABINEE DE S(UD)-E(ST). VISITE A BOUSSARD. VISITE CHEZ VINSON, QUE JE NE TROUVE PAS. DINE AVEC JUUEN. PORTE AU JARDIN DU FUMIER DE COCHON. IRMA DEMANDE LE MANCHIL P(OU)R DEMAIN. EDMONT ET JEAN A ST-DENIS: 168 FIGUES GABOU. LETTRE A EMILIE. Hier, dimanche de Pâques, j'ai orienté la forge pour loger mes cochons et démonté le vieux parque qui gênait pour réparer le poulailler. J'ai mis les ustensiles de forge sous le hangar, où je veux la monter. J'ai fait nettoyer le derrière de la maison, etc., mis en réserve les bois de l'entourrage du vieux parque. Je suis allé amer avec Irma et suis monté à neuf heures. Irma m'a demandé un manchil et des Noirs pour porter Mlle Fondomière à St-Denis. C'est convenu avec Camille, je lui ai dit que le tout était à sa disposition. Ce mattin, le thermo(mè)tre était à 19°112, première annonce de la belle saison. Il faisait très frais. Par un tems superbe, je suis dessendu à pied chez Boussard pour y prendre quelques objets pour la maison. J'ai été ensuite chez Vinson, que je n'ai pu voir de la journée. TIétait depuis hier soir auprès de Lhomi Loris, malade d'une rétention d'urine à Ste-Marie. J'ai déjeuné avec ces dames et suis allé passer le reste de la journée avec Juliette et la famille Ducastaing, avec qui j'ai dîné. Ici, on a porté au jardin tout le fumier de cochon des divers parques des Noirs et gratté l'ai1. En arrivant, j'ai trouvé un Noir d'Irma qui m'a prévenu qu'elle attendait le manchil et les Noirs demain mattin. La brise s'est ellevée du s(ud)-e(st) à 10 heures et a été très forte jusqu'au couché du soleil. J'ai envoyé ce mattin Edmont avec Jean à St-Denis porter 168 figues pour basard. J'ai écrit à Emilie. Mercredy 6

BEAU TEMS; UN PEU DE PLUIE CE SOIR. THER(MOME)TRE: 21°24°. BAR(OME)TRE: 27.11. COUVERTUREDU POULAILLER.OBJETS (IlLISIBLE) CHEZ BOUSSARD. VISITE A IRMA. VOITURE ET NOIRS P(OU)R MLLE LAUE. AUGUSTE. EMBOUT DE PIPE. AFFREUX MALHEUR: ANICAT GINONE TUE. RELATION DE
L'EVENEMENT. LOI QUI DECLARE LES GENS DE COULEUR AUX MEMES DROITS QUE lES BLANCS1. PAUliNE ET Al.FONSE VONT AST-DENIS: LETTREAEMIUE.

Hier et aujourd'hui, j'ai fait travailler à la couverture de mon poulailler, qu'il faut refaire; elle a 7 ans. Hier soir, je suis allé avec Adélaïde chez Boussard pour prendre quelques objets pour la maison, toiles, etc. En remontant, j'ai été passer la soirée avec Irma et Maillet. Camille est arrivé hier soir et je ne l'ai vu que ce mattin. Irma lui a demandé le manchil et des Noirs pour demain mattin pour Mlle Lalie Fondomière, qui part définitivement demain mattin. Auguste Maillet est venu après-midy me voir pour me prier de lui faire un embout de pipe. Il a porté à cet effet un bout de corne et de quoi faire les viroles en argent.

1. Celle phrase est écrite dans Is marge dans le sens vertical et ne correspond à aucun contenu du texte du jour.

963

JOURNAL DE LFSCOUBLE

Hier, Maillet m'a raconté un bien funeste évennement arrivé vendredy dernier à St-André. Médéric, qui est venu me voir aujourd'hui, me l'a confmné. Anicat Ginone était à faire à trois heures de l'après-midy un petit cercueil pour un de ses neveux mort le même jour, lorsque Ine vint le prier de monter un cheval qu'il voulait vendre à Pignolet le médecin, lequel n'osait le monter avant de l'avoir vu sous un autre cavalier. Le malheureux Ginone, habitué à monter l'animal, ne fit pas de difficultés pour ce que l'on désirait de lui, et fit faire quelques tours au cheval. Rendu devant la maison de sa mère, le cheval s'emporta et, ayant franchi la porte du salon, s'élença dans la salle à manger qui y communiquait, puis voulut encor franchir une porte qui donnait dehors, mais cette porte était trop basse. La tête du malheureux jeune homme fut atteinte par un piton qui l'a terrassée au-dessus du front. Il est mort aussitôt après l'accident. Tout cela s'est passé en présence de sa mère, frères, etc., etc. Peut-on grandir l'horreur de cet affreux spectacles pour cette famille désolée? Pauline partant à St-Denis avec Alfonce cette nuit, j'ai écrit à Emilie. Elle porte à Emilie des oiseaux que Ferdinand a pris pour elle. Samdy 9 BEAU TEMS. FORTE BRISE DU S(UD)-E(ST). THER(MOME)TRE: 19° A 23°. BAR(OME)TRE: 27.10 1{2.COUVERT LE POULAILLER A NEUF. BRUNO ARRIVE; DINE AVEC LUI. CHARLES DEVIENDRA FOU. MR LAPIERE DEMORAUSE. EMBOUTS DE PIPES P(OU)R MAILLEr Er MR ERIC. ALFREDE, CAMILLE Er JULIETIE DINENT AVEC MOI. MD BRUNO ARRIVEE. CELESTE PRES D'EMILIE. VISITE D' (IlLISIBLE). MESURE DE FERBLANC. PECHE MANQUEE DANS LE VIVIER. FORTE BRISE; PLUIE PRESUMEE POUR LE 11. MULTIPUANTS POUR SERPE. Jeudy et vendredy, j'ai été occupé à la couverture du poulailler, qu'on a terminée hier soir. Jeudy, Md Levavasseur m'a fait dire que Bruno était arrivé et de venir dîner avec eux. J'y suis allé et j'ai trouvé Charles affublé d'un acoutrement qui m'a rappelé le costume des fameux sans-culottes de 1793. Ce pauvre jeune homme m'a laissé dans la persuasion qu'il ne tarderait pas à devenir fou. L'extravagance n'est pas du patriotisme assurément (la pitié n'est pas de l'amour). Pendent le dîné, Mr Lapiere le paintre est arrivé. Ce jeune homme a du talent comme peintre, mais je ne crois pas ses principes positivement dans le sens de la vraie morale, etc., etc., etc. et puis etc.. Hier, j'ai passé ma journée à faire des viroles d'argent pour deux embouts de cornes que j'ai fait, un pour Aug(us)te Maillet et l'autre pour Mr Eric, qui (illisible) haut ainsi que (illisible). Nous sommes dessendus ensemble. Juliette me fit dire hier qu'elle viendrait dîner avec nous aujourd'hui, ce qui (illisible). Alfrède et Camille ont étés de la partie aussi, (illisible) petite Elise. Md Bruno est arrivée hier de St-Denis et y (illisible) avec Bruno. (SUIT TOur UN PASSAGE IlLISIBLE) Jeudy, Henri Sicre est venu presque au soleil couché me voir. Il avait laissé Md Marchant au grand chemin, retournant à Belle-Eau, et a fait le voyage à pied pour s'en retourner. Aujourd'hui, j'ai fait une mesure de fer blanc de douze onces de ris pour la maison. Ce mattin, nous avons passé une (illisible) dans le vivier, avec l'espoir de faire manger quelques poissons à Juliette, mais ils ont étés plus futés que nous; nous n'avons pas pu en prendre. Depuis avant-hier, nous avons beaucoup de brise de s(ud)-e(st). Elle a été très forte aujourd'hui, et ce soir le tems a l'air de vouloir donner de la pluie, dont nous avons bien besoin. Cependent, je crois que nous n'en aurons que la nouvelle lune qui arrive le Il. Ce mattin, Serpe a envoyé un Noir me demander du multipliant, que je lui ai envoyé.

964

AVRIL 1831

Lundy Il BRISE CARABINEE DE S(UD)-E(ST). TEMS D'AlLLEUR TRES VARIABLE; QUELQUES GRAINS (IlliSIBLE). THER(MOME)TRE: 21°22°. BAR(OME)TRE: 27.11. PORTE DU FUMIER AU JARDIN; PREPARE DES PLENCHES. ALERTE: VOL D'UN REGIME DE FIGUES. PLENTE DES BREDES ; SEME NAVETS, RADIS, BETTERAVES, CHICOREE, GRAINE D'OGNON. ESCALIER DE CAMILLE. EMBOUT DE MAILLET. PASSE-PUREE P(OU)R MAD(AME) DUGASTAING. BILLET DE VICTORIN: REVOLUTION DE VERS; EMETIQUE. LETTRE DE CELESTE: EMILIE PLUS MAL. TRISTE RÉFLEXIONS. Hier à la corvée, j'ai fait porter du fumier et orienter des plenches dans le jardin. Camille, ayant eu des ouvriers, est resté chez lui et est venu dîner avec moi. La nuit dernière, à deux heures, venant de sortir et fumer ma pipe, j'ai fait une ronde et parlé aux gardiens. A peine rentré, j'ai entendu des cris multipliés. Je suis sorti (illisible) et n'ai plus trouvé de gardiens. Tous étaient à la poursuite d'un voleur, qu'ils n'ont pas pu prendre. Le résultat a été (illisible) d'un beau régime de figues Gabou dans mon jardin. Ces messieurs travailleront trois dimanches. Aujourd'hui, j'ai fait mettre du fumier dans l'an, le multipliant et les poireaux, ensuite plenté ce soir trois plenches de plents de brèdes, semé des radis, des navets, betteraves et chicorée frisé, semé un peu de graines d'ognon d'ici, et je doute qu'elle lève. J'ai tracé ce mattin l'escalier du pavillon de Camille. J'ai mis des viroles à un embout de pipe à Maillet et l'ai poli. J'ai fait un passe-purée pour Md Dugastaing. Ce soir, Victorin m'a écrit pour avoir de l'huille de tant an pour un enfant qui a une révolution de vers. Je n'en ai pas et lui ai envoyé une dose d'émétique avec indication p(ou)r prendre. Camille a reçu une lettre de sa fenune ce soir. Elle lui marque que ma pauvre Emilie va de plus mal en plus mal. Ce n'est pas d'aujourd'hui que je redoute le malheur qui me menace. Je perdrai mon enfant! Nouvelle tribulation à ajouter à tant d'autres. Pourquoi donc (illisible) Emilie! Pourquoi le malheur ne tombe-t-il pas sur tant de mauvais sugets, dont l'existance (illisible) l'humanité?
Mardy

12

FORTE PLUIE. BRISE DE S(UD)-E(ST) ET DE N(ORD)-E(ST). THER(MOME)TRE : 22°22°. BAR(OME)TRE : 27.10 1/2. TRAVAILLE A L'ESCALIER DE CAMILLE. TRAVAILLE AU JARDIN: SEME DES NA VETS ET DES EPINARDS. CAMILLE PARTI POUR ST-DENIS. ADELAIDE PARTIE MAIS RETOURNEE A CAUSE DU TEMS. La brise d'hier a cessée à 9h.l/2 et nous avons eu beaucoup de pluie dans la nuit. Elle a tombée avec force plusieurs fois dans la journée et le tems est resté couvert. Ce soir, la pluie tombe presque continuellement. Le ciel est fort noir et pris de partout. J'ai passé la journée à monter les limons de l'escalier de Camille avec les ouvriers. Les Noirs ont arrangés des plenches du jardin et ont portés du fumier pour (sic). Ceux de Camille ont travaillés là-haut comme à l'ordinaire. Lui est parti ce mattin pour St-Denis sans me voir avant. Adélaïde allait à St-Denis aussi, mais elle a été obligée de revenir, le tems étant trop mauvais.

965

JOURNAL DE LESCOUBLE

Mercredy 13

PLUIE. FORTE BRISE DE S(UD)-E(ST).THER(MOME)TRE: 22°20°. BAR(OME)TRE: 27.10. ADELAIDEPARTI POUR ST-DENIS;5 NOIRS AUSSI ET LE PETIT MANCHIL. TEMSINFERNAL.ACHEVELES LIMONSDE L'ESCALIER.RIEN A FAIRE.FENDUDU VACOUA ; PORTE DES PIERRES. D'AlGREMONTDINE AVEC MOI : EMBOUTS DE
PIPES. GROSSE MER P(OU)R LA PRE(MIE)RE FOIS. LES RIVIERES PAS DESSENDUES.

Nous avons eu beaucoup de pluie toute la nuit dernière et toute la journée, (illisible) depuis huit heures ce mattinjusqu'à midy. Adélaïde a été avertie par Tonne de venir si elle voulait partir avec elle. J'ai fait partir en même terns cinq Noirs pour porter des figues et bananes à Camille, avec le petit manchil de fillette pour la porter ici, Camille devant revenir avec Céleste. Mais je doute, vu l'infernal terns qui reigne depuis leur départ, que ni eux ni Adélaïde aient pu même passer les rivières. Le terns est plus mauvais encor ce soir. Outre la pluie, nous avons l'agrément d'une forte brise de s(ud)-e(st) qui ne laisse pas de rendre le mauvais terns encor plus détestable. Nonobstant, j'ai achevé de monter tous les limons de l'escalier de Camille; il ne reste plus qu'à y poser les marches. Ne pouvant rien faire autre chose, mon monde a coupé et fendu du vacoua et celui de Camille, qui n'a pas pu monter, a porter des pierres pour paver ses écuries et pour son soubassement. D'Aigremont est venu tourner des embouts de pipes à mon tour et je lui ai montré à polir la corne. Il est resté dîner avec moi. La mer a été et est encor très grosse, pour la première fois de cette année, et cependant, et malgré la pluie, les rivières d'ici n'ont pas dessendues. Jeudy 14 PLUIE. MEME BRISE. THER(MOME)TRE: 21°21°. BAR(OME)TRE: 27.10. GROSSE MER. LETTRE A FREON; DEJA A ST-DENIS. TRAVAILLE A L'ESCALIER. GRATTE LE JARDIN; TRENSPLENTE DES CHOUX DE CHINE ET CHICOREE. PAVE DES ECURIES. EDMONT ARRIVE AVEC IRMA: UN PAIN ET DES POMMES DE TERRE; BILLET DE CAMILLE. ADELAIDE ARRIVEE A ST-DENIS. BRUIT DE LA MER. LES NOIRS ONT DEGARNI LE MAlS ET GRATIE LES FILAOS. Nous avons le même terns exactement qu'hier: pluie toute la nuit dernière et la journée comme hier. Ce mattin, j'ai écrit à Fréon par Théodor pour savoir si malgré le terns il partirait toujours pour St-Denis, mais il était en route depuis hier, de sorte que comptant sur lui pour aller à StDenis, je suis obligé de retarder mon voyage. J'ai continué à travailler à l'escalier de Camille. J'ai monté toutes les contremarches et quelques marches. Le terns ne permettant pas de travailler au jardin, ma petite bande a gratté partout et nous avons trensplenté des choux de Chine et de la chicorée. Les maçons sont venus et ont achevé de paver les deux écuries de Camille. Ils ont commencé (illisible) des deux juments de Fréon. Edmont est arrivé ce soir avec Jean et Germain. Camille m'a écrit un mot sans me donner de nouvelles d'Emilie et me marque qu'elle m'envoie 50 (livres) de pommes de terre, que j'ai reçues. Adélaïde est arrivée hier à 3 heures, sans avoir eu de pluie jusqu'à St-Denis; elle m'a envoyé un pain. La mer est toujours fort grosse et fait beaucoup de bruit ce soir.

966

AVRIL 1831

Le terns trop mauvais pour envoyer les Noirs chez Bruno, je les ai mis à chausser, dégarnir et gratter le mams de la petite pente, dernier plenté, et ensuite à gratter le chiendent audessus du canal dans les filaos. Les Noirs de Camille sont aussi revenus. Vendredy 15, à midy

GRANDE PLUIE. BRISE DE S(UD)-E(ST), N(ORD)-E(ST). THER(MOME)TRE: 21°. BAR(OME)TRE: 27.10. TEMS AFFREUX; GROSSEMER. LES OUVRIERSVENUSPAR EN BAS. RIVIERESDEBORDEES;PLAINEINONDEE.Naf AISE M'ECRIT,INQUIETDU TEMS ; REPONSE.CAMILLE ET CELESTE PRIS PAR LE TEMS CHEZ ETIENNE. LES
NOIRS PORTENT DES PIERRES.

Nous avons eu de la pluie averse toute la nuit et jusqu'à ce moment elle tombe de même, sans discontinuer. La mer est très grosse; le terns est affreux. Les vents souflent par raffales du s(ud)-e(st) au n(ord)-e(st) changeant. Les ouvriers charpentiers et maçons sont venus et ont étés obligés de passer par en bas, les rivières n'étant pas passables. Elles sont débordées et toute la plaine est entièrement inondée. Notaise vient de m'écrire pour avoir des nouvelles du baromettre. Il a peur du terns et si cet instrument météorologique ne me rassurait, ma foi j'aurais peur aussi, car le terns est vraiement infernal. J'ai répondu à Notaise que je (illisible) nous n'avons à craindre que de l'eau, mais que le terns pourait bien devenir plus mauvais. Camille, qui est venu hier chez Etienne Duran, y est pris par le mauvais tems. Il m'a fait dire de lui envoyer ses Noirs dimanche. Ne pouvant faire autre chose, tous les Noirs portent des pierres dans les meilleurs moments, car il n'est pas possible de les exposer continuellement à un terns aussi détestable. A 9 h. du soir. GRANDE PLUIE; CONTINUATION DU TEMS. FORTE BRISE. CE SOIR: BAR(OME)TRE: 27.9; THER(MOME)TRE: 20°. ESCALIER. NA VIRE A TROIS MATS PASSE. TOIT DU MAGASIN. PLENTE UNE MARCarTE DE CHINI D'ICI. Le terns a continué le reste de la journée sans interruption et ce soir la pluie a un peu diminuée. Mais je crois que nous ne perdons rien pour attendre. La brise soufle fort ce soir et il y a de fortes raffales. J'ai travaillé un peu à l'escalier de Camille. Sur les deux heures après-midy, un gros navire à trois mâts a passé, ayant ses mâts de perroquets callés. C'est un navire qui vient probablement de l'Inde, peut-être d'Europe aussi. J'ai fait réparer un endroit de la couverture du magasin, où il s'était formé un trou par où la pluie pénétrait à grands flots. J'ai mis en terre une approchede mangue chini à l'est, prise sur mon premier plant.

967

JOURNAL

DE LESmUBLE

Samdy 16 MEME TEMS EXACTEMENT. THER(MOME)TRE: 19°20°. BAR(OME)TRE: 27.10. SIMON ET LETTRE DE CAMILLE. REPONSE. OUVRIERS: ECURIES PAVEES. ESCALIER: JE L'AI PRESQUEFINI. REPARELA TERRASSEDU VIVIER.CHAUSSELE MAIS ET MANIOC. PORTE DES PIERRES. LETTRE DE FREON: FORTUNE A PARIS; ORDRESPOUR LE FAIREVENIR. LETTREA MD FREON: DEMANDEDE LA GRAINE DooNON.
La pluie a continuée à tomber averse jusqu'à plus de minuit; vers cinq heures, elle a recommencée jusqu'à midy. Nous avons eu un peu de répit jusqu'à 4 heures, mais depuis elle tombe avec continuité et force. A deux heures, Simon est arrivé avec une lettre de Camille. Il m'écrit ce qu'il faut faire; je n'ai pas (illisible) à cela pour faire les choses convenablement. Les charpentiers et maçons sont venus. Les (illisible) ont achevé tout le pavé des écuries et les autres ont travaillés à la maison de Camille. J'ai travaillé à son escalier et l'ai presque fmi. J'ai fait mettre ce mattin des bois solides dans l'écurie de ma grosse jument pour soutenir la terrasse du vivier, qui s'est éboulée la nuit dernière dans cette écurie. Tous les Noirs ont porté des pierres pour les maçons et ont commencés à acheminer et tiré les mauvaises herbes dans le mahïs et manioc. A quatre heures, j'ai reçu une lettre de Fréon par un petit Noir à Md Fréon. Il m'écrit qu'il a reçu ma lettre à St-Denis, etc. Il me dit que Fortuné est encor à Paris et qu'il a donné des ordres sévères pour son retour. J'ai écrit à Md Fréon par le retour de son Noir pour la remercier et la prier de me procurer de la graine d'ognon. Lundy 18 UN PEU (IlliSIBLE) TEMS ET PLUIE. THER(MOME)TRE HIER: 20° (IlliSIBLE) 22°24°. BAR(OME)TRE: 27.11. VISITE A IRMA. GROS GRAIN. BEAU SOLEIL. PLUIE CE SOIR. LES NOIRS CHFZ BRUNO. POINT D'OUVRIERS. VOLE DE BANANES ET D'UNE POULE; lES NOIRS TRAVAIlLENT lE DIMANCHE. PREPARE DE LA TERRE POUR PLANTER DES POMMES DE TERRE; MANIERES DE LES PLANTER: MR LECHENAIE DE LA TOUR. PREPARE DES BOIS POUR LE LIT D'EUGENIE. CONCEIL GENERAL: NOMMINATION D'UN DELEGUE EN FRANCE; J(EA)N-B(APTIS)TE REFUSE. INTRIGUES, PETITIONS, ETC. LA SERVE; CE QU'ON EN DIT. POLITIQUES. Dans la nuit du samdy au dimanche, nous avons eu beaucoup de pluie. La journée d'hier, point de pluie et le tems couvert (illisible) dans l'après-midy, où la pluie a tombée par petits grains. Au couché du soleil, j'ai été voir Irma et j'ai été accueilli en arrivant chez elle par un fort gros grain. Dans la nuit dernière, point de pluie et la journée le soleil a paru dans toute sa force, mais ce soir il en tombe et le tems est bien chargé. La bande est montée chez Levavasseur à l'ouvrage, mais il n'a pas envoyé ses ouvriers pour le pavillon de Camille, qui est arrivé avec sa femme vers la fm du jour. Dans la nuit du samdy au dimanche, les gardiens ont laissé voler un régime de bananes dans le verger ou l'ont volé eux-même, en outre une mère poule à Pauline. Songor a attrapé une volée de cette affaire et tous les Noirs, qui ont couchés ici, ont travaillés hier toute la journée. J'ai fait préparer un sillon le haut du verger pour plenter des pommes de terre aujourd'hui. On a commencé à vuider les sillons pour plenter ces tubercules d'après la méthode que nous a donné Mr Lechenaie De La Tour, savant (illisible). Elle [consiste] à former des fausses de huit pouces de profondeur, autant de large. On met un peu de paille au fond; on range les pommes de terre à 8 pouces l'une de l'autre au fond de la fausse et

968

AVRIL 1831

on les recouvre légèrement dans peu de terre. [Lorsque] les tiges se dévelopent, on rempli la fausse des terres environnantes. Gérôme et Edmont ont préparés des bois pour faire un petit lit pour Eugénie. Camille m'a appris que le conceil général, convoqué d'après les ordres du ministre pour nommer un délégué et un supléant à l'effet de représenter la colonie en France pour les nouvelles lois, avait nommé Jean-Baptiste Pajot et Sulli Brunet (en France) pour supléant. Jean-Baptiste Pajot a refusé et le conceil a dû se rassembler aujourd'hui pour en nommer un autre. On parle de Mazaé Azéma, juge de la cour. On a beaucoup intrigué pour faire nommer La Serve, qui ne demande pas mieux. Il y a eu des pétitions, etc. Mais bon, sensible, aimable, savant, avec beaucoup d'esprit, en outre ce n'est pas l'homme qui convient. Pourquoi? Parce qu'il est trop exaspéré, turbulant, voilà ce qu'on dit. A-t-on raison ou tort? C'est ce que je laisse à dessider aux grand politiques de Bourbon. Mardy 19 PLUIE. THER(MOME)TRE: 20°23°. BAR(OME)TRE: 27.11. TEMS SUPERBE CE SOIR.

ACHEVEDE PREPARER TERREDESPOMMESDETERRE.COUPEDUVEfIVERT.ur LA
BARRE POUR EUGENlE. OUVRIERS VENUS. JUUEN ENCOR MALADE, VOMIT; MIEUX CE SOIR. LETTRE D'ALFREDE: CLEMENCE BIEN MALADE; PLEURESIE, FLUCTION DE POITRINE. La nuit dernière, nous avons eu de la pluie par continuité presque toute la journée et ce soir, un tems superbe. Les Noirs de l'emplacement ont achevés de préparer la terre pour les pommes de terre, et ont étés couper du vétivert (illisible) poulailler de Camille. Gérôme, Edmont et moi, nous avons monté un lit barre pour Eugénie; il ne reste que le cadre à faire! Les ouvriers de Levavasseur sont venus travailler. Hier soir, Julien a encor attrappé un fort cathar. Il a passé une mauvaise nuit. Je l'ai fait vomir ce mattin ; il est mieux ce soir. Avant-hier, j'ai reçu une lettre d'Alfrède qui me demande des nouvelles d'Emilie et m'annonce que Clémence a attrapé une pleurésie et une fluxion de poitrine, et qu'elle est bien malade. Je lui ai répondu de la faire vomir à force, comme le seul moyen de la sauver. Mercredy 20

PLUIE. BEAU TEMS. THER(MOME)TRE: 20°23°. BAR(OME)TRE: 27.11. VETIVERT: POULAD...LER. D'EUGENlE. ERBlANCSURLEFAITAGE. LANTATION POMMES ur F P DE DETERRE.VISUE A MAILLET: REVERSIS. ULIENMIEUX: PURGE. J
La nuit dernière, de la pluie; beau tems toute la journée. Ce soir, le tems est couvert et nébuleux. Les Noirs d'ici ont portés du vétivert toute la journée pour couvrir le poulailler de Camille. J'ai achevé le lit d'Eugénie. J'ai orienté du ferblanc pour mettre sur les bouts de faîtage du pavillon de Camille. On a coupé les bouts (illisible) par où il pleut toujours plus ou moins. Cet inconvénient n'existera plus. J'ai plenté ce mattin trente livres de pommes de terre. rai été passer la soirée chez Maillet; nous y avons fait une partie de reversis. Julien a passé la nuit dernière trenquillement ; il a encor toussé beaucoup dans la journée. Ce mattin, il a pris deux cuillerées de purgatif, qui ne l'ont mené que trois fois. Cet enfant n'est presque pas purgé par le remède; toujours quand il en prend, c'est de même. Du reste, il est beaucoup mieux ce soir.

969

JOURNAL DE LFSCOUBLE

Jeudy 21 BEAUTEMS. THER(MOME)TRE: 2lo24°.BAR(OME)TRE: 27.lll{l.. COUVERTURE DU POULAILLER. PREPARE DES BOIS POUR UN UT A JUUEN. TUBE DE PIPE. TABATIERE. VISITE A MAILLET: REVERSIS. rai occupé mon petit monde à commencer la couverture du poulailler de Camille. Gérôme et Edmont ont préparés des bois pour faire un lit à Julien; ils ont mortaisés les montants et dressés les traverses. J'ai porté un tube de pipe pour Maillet d'un bois que nous ne connaissons pas et j'y ai mis un petit bout en corne. J'ai raccommodé sa tabatière rouge en forme de petite malle. J'ai été passer la soirée avec lui et nous avons fait un reversis, comme hier. Vendredy 22 BEAU TEMS. THER(MOME)TRE : 20°22°21°. BAR(OME)TRE : 27.10 1/2. ACHEVE LE POULAILLER. PARQUE A COCHONS. ur DE JUUEN. BOUJOIR DE MAILLET. CAMILLE ET CELESTE CHEZ DFSRUISSEAUX ; FAMILLE A SILENCE. JUUEN PURGE, VOMIT UN VER; BIEN. J'ai fait achever la couverture du poulailler de Camille et couvert un petit parque pour les cochons. J'ai monté les encadrements du lit de Julien; il reste les paneaux. J'ai ressoudé un boujoir de tombac blanc à Maillet et remis à neuf. Camille et Céleste ont été passer la journée chez Desruisseaux. Il y a là une famille (les Frichants) de Maurice, dont on ne se plaint pas du babil. Il y en a parmis dont on prétend que l'on ne connaît la couleur des paroles. Ca doit être bien amusant pour Md Desruisseaux qui n'est pas en reste de ce côté. Hier, Julien a pris deux cuillerées 1/2 de purgatif. Deux heures après, il a tout vomi, avec un ver. Aujourd'hui, il tousse encor, mais il est bien du reste. Dim(anche) 24, 11 heures du mattin. BEAU TEMS. TliER(MOME)TRE : 20°24°. BAR(OME)TRE JARDIN. JUUEN BIEN. JE PARS POUR BELLE-EAU. : 27.11. PLENCHES DU

Hier, j'ai fait orienter des plenches dans le jardin et fermé en même terns. Julien étant tout à fait bien, je me détermine à faire une visite à Belle-Eau. Peut-être trouverais-je l'occasion de me rendre à St-Denis pour aller voir Emilie? Je pars à l'instant, laissant à Ferdinand le soin de la patrie.

970

AVRIL 1831

Jeudy 28 BEAU TEMS. THER(MOME)TRE: 21°23°22°, BAR(OME)TRE: 28.11. VOYAGE A STDENIS. MARIAGE DE MR JURIEN ET MLLE JOSEPHE DESBASSA YNS. JE TROUVE EMILIE BEAUCOUP MIEUX: EMPLOIE DE LA MOOT ARDE. VIOLENT LOMBAGO. DESORDRE POPULAIRE A L'OCCASION DU MARIAGE. JE RETOURNE A BELLE-EAU; AVANTURE EN ROUTE: PRIS DE DOULEURS VIOLENTES DANS LES HANCHES; JE SERAIS RESTE EN ROUTE SI LA VOITURE DE FREON N'ETAIT VENU A MON SECOURS. RIVIERES DESSENDUES SANS PLUIE DANS LES BAS. RETOUR CHF2 MOI. FERDINAND AST-DENIS. Dimanche, je suis arrivé à Belle-Eau pour dîner. Fréon m'a annoncé qu'il allait partir pour St-Denis pour signer le contrat de mariage de Mlle Josèphe Desbassayns avec Mr Jurien. Nous nous sommes mis en route à 5 h. 1/2, Md Sicre étant du voyage. Nous sommes arrivés à sept heures, et de suite je me suis rendu chez Emilie. Depuis quelques jours, elle s'est mise à l'usage de la moutarde, remède nouveaux et fort en vogue. Il paraît que ce remède est bon, car depuis qu'Emilie le prend elle se trouve beaucoup mieux. En arrivant auprès d'elle, j'ai été pris d'un violent mal de rein qui m'a empêché de sortir pendent les trois jours que j'ai passé à St-Denis. Lundy mattin a eu lieu le mariage de Mr Jurien, notre ci-devant ordonnateur, et Mlle Josèphe Desbassayns. Suivant un vieil usage, les Noirs porteurs avaient installé un mouchoirs blanc au fauteuil de Josèphe. Les malveillants, toujours prêts à faire du bruit, ont pris ce chifon pour prétexte et ont arrêtés le cortège, en criant "Bas les Desbassayns", ete., ont mis en pièce le mouchoir. La conduite sage et ferme de Mr Jurien a bientôt mis fin à ce tumulte, et chacun s'est retiré. La noce est venue se consommer au Grand Hazier chez Joseph. Hier, j'ai laissé Emilie bien et gaie, et me suis mis en route à six heures du soir à pied pour me rendre à Belle-Eau. J'ai trouvé en route le cabriolet de Fréon, qu'il envoyait à ma rencontre, et suis arrivé à Belle-Eau à neuf heures. Chose singulière, avec de la poussière à étouffer à St-Denis et dans la route, j'ai trouvé le Bitors plain de même que le Patate à Durant. Un fort grain de pluie, sorti du fond de la Rivière St-Denis et qui s'est rejetté sur les hauts du Bois de Nèfles, a occasionné ce petit débordement. J'ai trouvé la Rivière des Pluies sèche. rai couché à Belle-Eau et ce mattin après déjeuné, je suis venu chez moi avec le cabriolet de Fréon. Nous avons eu des gazettes de France jusqu'au 5 janvier; elles nous ont apprises le jugement des ministres (illisible) de Charles X. Ils ont été condemnés à la prison perpétuelle, punition beaucoup trop douce pour leurs horribles forfaits. Ferdinand est parti hier pour St-Denis. Dim(anche) 1er mai. TEMS VARIABLE. PLUIE. THER(MOME)TRE : 21° A 23°. BAR(OME)TRE : 27.11. JARDIN. UT DE JUUEN. DINE AVEC JUUEITE. VINSON. FETE DU ROI. TRA VEAUX DES CHEMINS OUVERTS. rAI LA FlEVRE : POURAIS-JE ME RENDRE AUX TRA VEAUX? PLUIE. SEME DES BREDES, BEITERA YES. Vendredy et samdy, j'ai fait travailler au jardin, semé, etc. Gérôme et Edmont, aidés de J(ea)n-Marie, ont fait les paneaux du lit de Julien et mis en place et chevillés. . Hier, je suis dessendu après déjeuné chez Vinson, qui était sorti. J'ai été dîner avec Juliette et suis revenu chez Vinson au moment où il se remettait en route, pour aller disposer à la mairie la célébration de la fête du roi Louis Philipe, qui a eu lieu aujourd'hui. Il m'a dit que demain lundy ma présence serait nécessaire au Chemin de la Croix, parce que nous aurions une centaine de Noirs de réquisition, mais je ne sais pas si je pourai m'y rendre.

971

JOURNAL DE LESmUBLE

Hier soir, en arrivant à la maison, j'ai eu de la fièvre. Elle a augmenté dans la nuit, a duré toute la journée et me tient encor ce soir. Cette maudite fièvre m'a tout à fait abbatu ; je suis incapable de me remuer. J'espère cependent qu'elle me quittera cette nuit. Nous avons eu un peu de pluie dans la nuit du vendredy au samdy et beaucoup la nuit dernière. La journée a été assez belle et ce soir un peu de pluie. J'ai semé aujourd'hui, malgré la fièvre, des semences de brèdes Lescouble et du païs. J'ai plenté une grande plenche de betteraves. feudy5

TRES BEAU TEMS. THER(MOME)TRE: 20°24°21°1/2.BAR(OME)TRE: 27.10. FIEVRE. OUVERTUREDES TRAVEAUXDU CHEMINDE LA CROIX; l'y VAIS. ATELLIERDE SECOUR. ACCABLE PAR LA FIEVRE. CONCEIL DE COMMUNE: CANDIDATS AU CONCEILGENERAL.FREON: JE LE PRIE D'ENVOYERCHERCHERFERDINAND.LES FRICHOT PARTENT.POULAILLER.PORTE DE CHAMBRE.MA JUMENT A LA MER. JARDIN. GRAINES POTAGERES DE FREON. CAMILLE A ST-DENIS. LETTRE DE FERDINAND:EMILIEMIEUX.
Lundy, j'étais fort incommodé de la fièvre et d'une douleur forte à la vessie&etc. Cependent, je suis arrivé jusque chez Marcian Sigoyer pour l'ouverture de mes traveaux des chemins. TIy avait 71 Noirs à Malavoix et six à la succession Verville Pivetot. J'ai commencé à la ravine au pied de la terre de Marcian et j'ai terminé ce bout de chemin jusqu'au bas de son allée; il a été même makadamé. Malavoix ayant fini son compte hier soir, je n'ai eu que les six de Verville aujourd'hui, et les ayant joints à l'atellier de secour, j'ai été commencer à finir le chemin depuis le pont. J'ai eu en tout 29 Noirs, vaille que vaille. Mardy, j'ai été si accablé de la fièvre que je n'ai pas pu me rendre là-bas. Mais hier et aujourd'hui, je me suis trouvé (illisible) forte dégagé de cette scélérate de fièvre, mais soufrant encor de la vessie; cela s'en ira aussi. Le conceil de commune s'est assemblé aujourd'hui pour nommer les candidats au nouveaux conceil général; Fréon, Malavoix, Vinson, Dioré sont du nombre des élus. J'ai vu Fréon au conceil et l'ai prié d'envoyer chercher Gautier à St-Denis samdy. Hier, dînant chez Marcian, j'y ai vu la famille Frichot en disposition de départ pour Maurice. Elle s'est mise en route ce mattin pour St-Denis et doit partir samdy pour sa destination. Depuis dimanche, J(ea)n-Marie a monté le lit de Julien et fait la porte à pane aux de la chambre de Camille. Gérôme et Edmont ont fini son poulailler. Les autres vont tous les jours baigner à la mer ma grosse jument, ce qui opère un bon effet dans sa maladie, et ensuite ils travaillent au jardin. Fréon m'a envoyé avant-hier des graines potagères de France. Camille est parti ce mattin pour St-Denis; je ne l'ai pas vu. Ferdinand est allé samdy à St-Denis voir sa sœur; il m'a écrit qu'elle allait toujours mieux.

972

MAI 1831
Samdy 7 BEAU TEMS. THER(MOME)TRE : 17°1/2 22°. BAR(OME)TRE : 27.9. TRA VEAUX DU CHEMIN DE LA CROIX. NOIRS DE L'ATEUER DE SECOUR; CE QUE C'EST. DINE AVEC VINSON.VISITEA JULIEITE : ELLESEVREEUSE. MURDEGASONA LATERRASSEDU JARDIN. CADRE DE UT. PORTE. Hier, je suis dessendu de bonne heure aux traveaux. Tai commencé le chemin, à prendre du pont de Ste-Suzanne pour le suivre en montant. Je n'ai que six Noirs de réquisition appartenant à la succession Verville Pivetot. Les autres, au nombre de soixante-traize, sont de l'atellier de secour. Ce sont des Noirs que la commune loue, payables en trois kilogrames de ris par jour pour chaque Noir, nourriture comprise. Tai dîné hier avec Vinson et j'ai été après voir Juliette, qui a sevrée notre petite Elise, qui est toujours jolie et bien aimable. Tai continué les traveaux aujourd'hui avec le même nombre de Noirs. Hier à la maison, on a fait le mur en gason de la seconde terrasse du jardin à l'ouest. J(ea)nMarie et Edmont ont fait le cadre du lit de Julien et travaillés à la porte de la chambre de Camille.
Dim( anche) 8

BEAU TEMS. THER(MOME)TRE: 18° A 23°. BAR(OME)TRE: 27.10. PLENCHES DU JARDIN: SEME OONONS. BESICLES MD MARCHANT. PUANT. CIEL DE LIT. CHAPEAU DE PAILLE. MATELAS. SEME CHOUX, GRAINES DE FLEURS, ErC. CAMILLE ARRIVE: EMIUE BIEN. Aujourd'hui. je me suis occupé de chez moi. Tai préparé un carreau de cinq plenches de jardin. que j'ai semé de graines d'ognon. Tai remis des bras aux bésicles de madame Marchant, confectionné un pliant pour m'asseoir aux traveaux, orienté un ciel de lit pour celui d'Eugénie, remis à neuf mon chapeau de paille pour le soleil, fait deux matelas pour les lits de Julien et d'Eugénie et semé des graines de fleurs, choux, etc. dans la platte-bande de la première terrasse à l'o(uest). Camille est arrivé de St-Denis et m'a dit qu'Emilie allait beaucoup mieux et va, en preuve, ce soir au spectacle. Mercredy 11 BEAU TEMS. THER(MOME)TRE : DE 19° A 22°. BAR(OME)TRE: 27.11. TRA VEAUX DU CHEMIN DE LA CROIX: DIGUES. ACTE DE NaroRIEfE POUR SOULANG JOUAN; IL SE MARIE; SA FUTURE NEST PAS BELLE. JARDIN. CAMILLE PREND POCESSION DE SON LOGEMENT: DINE; BRUNO ARRIVE. SEME DIVERSES GRAINES. CONSTANCE QUEfE AVEC VINSON. PRESAGES DE PLUIE. Pendent ces trois jours, j'ai été occupé aux traveaux du Chemin de la Croix. J'ai formé des digues aux bords de la rivière, dans les endroits qu'elle avait envahie, pour mettre désormais le chemin à l'habrit de pareils accidents. Car ici, à partir du pont, dans un espace de six à 8 autres mètres, le chemin se trouve tout à fait sur le bord de la rivière Ste-Suzanne. J'ai servi hier au tribunal de la justice de paix de témoin à Soulang Jouan pour un acte de notoriété public, qui constate sa naissance, acte qui n'a pas été fait au terns de sa naissance et (illisible) comme chose nécessaire à son mariage prochain avec une jeune personne, enfant

973

JOURNAL DE LESOOUBLE

de la nature ellevée par Md Desmanières. Je ne la connais que sous le nom de Sésame, mais je sais bien qu'elle n'est pas belle cette année. A la maison, on a travaillé au jardin et au poulailler de Camille, à sa maison, etc. TIest venu prendre pocession de son logement mardy soir, hier 10, avec sa petite famille. Aujourd'hui, pour célébrer cet évennement, il a donné à dîner à la famille Levavasseur. Bruno et son fils Charles, venants de St-Denis, en ont été. Moi je n'ai pas pu rester à cause de mon travail de chemin, que je ne puis pas quitter. rai semé divers graines ces jours derniers. Levavasseur a été en sortant de dîner hier conduire Constance chez Marcian, d'où elle a été à la messe de l'Assention ce mattin quêter avec Vinson. Nous avons eu beau terns ces jours-ci, mais ce soir le terns menace et je ne doute pas que nous n'ayons de la pluie d'ici à demain. Vendredy 13 PLUIE. THERMO(ME)TRE : 210. BAR(OME)TRE : 27.11. TRA VEAUX DU CHEMIN DE LA CROIX. 2 BALLES DE RIS DE L'ATEUER DE SECOUR. DINE AVEC MAR ClAN HIER; BIEN MOUILLE. FORTE BRISE DE S(UD)-E(ST). TERRASSE DU JARDIN. HEMOROIDES. DINE CHEZ MD VERVILLE: CANDIDE AZEMA ; SIGNATURE. 2 NOIRS AUX TRAVEAUX. J'ai passé la journée d'hier et d'aujourd'hui au chemin. J'ai employé tout le monde à porter des gravois pour makadamer le chemin et à faire les digues pour retenir la rivière. Hier, j'ai envoyé prendre au Bois Rouge deux balles de ris Bengale de l'atelier de secour, et j'ai formé Dunamaire aux traveaux à commencer d'aujourd'hui, à 2 kilo de ris par jour. Je suis allé dîner hier avec Marcian et en y allant à Il heures, j'ai été assailli d'un fort grain de pluie. Elle a continuée à tomber et en revenant chez moi, j'en ai encor eu beaucoup. Le soir, il n'en tombait plus, mais le terns en prométait encor. A la maison, on a travaillé à la terrasse du jardin, déjà commencée. Ce soir, je soufre beaucoup des hémoroïdes et je prévois que je serai dans l'impossibillité de me rendre demain à l'ouvrage. rai été dîner aujourd'hui avec la famille Verville, où se trouvait Candide Azéma qui avait fait l'inventaire. J'ai signé comme témoin, en présence du notaire. Le tems a été couvert toute la journée, et la nuit dernière nous avons eu de la pluie. Samdy 14 TEMS COUVERT; PLUIE. THER(MOME)TRE: 19° A 20°. BAR(OME)TRE: 28. FORTE BRISE DE S(UD)-E(ST). JE NE PUIS PAS DESSENDRE. COUPLETS POUR CHASSIS. MOUSTIQUAIRES. TERRASSE. 2 NOIRS AUX TRA VEAUX. BRISE INSUPPORTABLE; ElLE TOMBE. PLUIE. L'YVERT COMMENCE. DEJEUNE CHEZ GLUDIC. MD DERlCOURT VERONIQUE ARRIVE DE FRANCE; MON EfONNEMENT. Je n'ai pas pu dessendre aujourd'hui, souffrant de manière à ne pouvoir ni monter à cheval ni marcher à pied. J'ai profité de la circonstance pour faire des couplets en acier pour les châssis de la chambre de Céleste, et faire monter les moustiquaires de Julien et d'Eugénie. On a continué à faire la terrasse du jardin, déjà commencée. Nous avons eu un peu de pluie la nuit dernière; dans la journée et ce soir, le tems est très couvert.

974

MAI 1831

Depuis jeudy, il reigne une brise très forte de s(ud)-e(st) et qui m'a été insupportable dans les environs du pont de Ste-Suzanne, où je travaille et où l'on n'a pas le moindre habrit pour s'en (illisible). Ce soir, elle a beaucoup tombée et nous avons de la pluie par petits grains. L'yvert est dessidément déclaré. Le froid commence à se faire sentir, d'autant même que nous avons eu de fortes chaleurs les jours précédants. Je déjeune chez Gludic depuis que je travaille près de chez lui. J'y vois Md Déricourt Véronique qui y passe quelques terns. C'est avec étonnement que j'ai su d'elle-même qu'elle venait d'arriver de France, où elle a passé huit ans. Comme un petit espace de 12 lieues nous met bien loin et dans l'ignorance de nos enciens amis ! Lundy 16 PLUIE. TEMS BRUMEUX. THER(MOME)TRE : 19°21°20°. BAR(OME)TRE : 27.9 1/2. TONNERE. VENTS D'O(UEST). NOIRS TRAVAILLENT POUR VOL. CANAL SOUS TERRE. BASSIN. TONNERE LA NUIT. 4 PERSONNES AUX TRAVEAUX. ARRANGE LES CHASSIS VITRES DE CAMILLE. IE NE PUIS ALLER AUX TRA VEAUX: HEMOROIDES. TEMS SOMBRE; FORT TONNERE. EDMONT A ST-DENIS POUR RAMENER GAUTHIER; LETTRE A MD MARCHANT: SES BESICLES. BRUNO ALLANT A ST-DENIS. ALFREDE El' JULIETTE VIENNENT ME VOIR. CAMILlE El'CElESTE DINENf AVEC MOI. Hier dimanche, les Noirs ont travaillés parce qu'ils ont laissé voler ou ont volés euxmêmes. rai fait construire le canal sous terre de la terrasse du jardin à l'ouest n02. Je me suis occupé à cela toute la journée et fait faire un bassin à la naissance de la terrasse. Nous avons eu de la pluie presque toute cette journée. La nuit dernière, de la pluie et du tonnere dans le n(ord)-e(st), presque continuellement. Aujourd'hui, j'ai envoyé quatre personnes aux traveaux de l'atelIier de secours à Ste-Suzanne ; Auguste seul est resté à la maison pour les besoins journaliers. J(ea)n-Marie et moi, nous avons passés la journée à refaire les jalousies des croisées vitrée de la maison de Camille. Je n'ai pas dessendu aux traveaux, ne pouvant pas encor monter à cheval. Je soufre beaucoup de ces diables d'hémoroïdes. J'ai trensplenté quelques choux sauvés des chenilles, de Siam et choux pommé. Le tems a été très chargé toute la journée, sombre et assez fraix. Depuis cinq heures ce soir, le tonnere gronde fortement du côté du n(ord)-o(uest), et presque continuellement. Nous aurons sans doute de la pluie la nuit prochaine. Ce mattin, j'ai envoyé Edmont à St-Denis avec le cheval de Camille pour ramener Ferdinand. Je l'ai châfgé d'une lettre pour madame Marchant, à qui je renvoie ses bésicles que j'ai remises à neuf. Hier, Bruno et Charles ont passés ici allant à St-Denis. Alfrède et Juliette sont venus me voir dans le même terns. fis ont tous déjeuné chez Camille. Juliette a eu peur de la pluie et n'a pas voulu rester à dîner avec nous. Camille et Céleste sont venus dîner avec moi.

975

JOURNAL DE LESCOUBLE

Mardy 17 TEMS BRUMEUX; SOLEIL; TONNERE. THER(MOME)TRE : 19°112 A 21°. BAR(OME)TRE: 27.10. DESSENDUAUX TRAVEAUX.VIOLENTORAGEA ST-DENIS. NOIR A FELIX VERGOZ TOMBE SANS CONNAISSANCE. DINE CHEZ MARCIAN. FERDINANT ARRIVE DE ST-DENIS. PRETENDUE REVOLTE DE NOIR. MD DESRUlSSEAUX ; LES FRICHOTS PARTI POUR MAURICE AVEC DESRUISSEAUX.
DECOUVERTE D'UN CHARBON ANIMAL PAR MARCADINE, CHIMISTE.

Le tonnere a continué encor longtems hier soir. Je suis dessendu au chemin ce mattin, où j'ai su de Vinson que l'orage avait été très violent du dimanche au lundy. rai envoyé cinq personnes aux traveaux aujourd'hui. Vinson a été appellé chez Marcian pour voir un Noir à Félix Vergoz. Venant de St-Josephe avec son maître, près de chez Marcian, ce Noir est tombé sans connaissance. Il a été trensporté chez Marcian, qui lui a porté des secours. Il est revenu à lui et l'accident suivant les apparances ne sera rien. J'ai amé chez Marcian et suis revenu à la brume à la maison, où j'ai trouvé Ferdinand arrivé de St-Denis et Irma en visite. Ferdinand m'a raconté que la police et les troupes avaient étés sur pied à St-Denis à l'occasion d'un rassemblement de Noirs, qui dit-on, voulaient entrer en révolte. Mais je crois cette nouvelle controuvée ou bien exagérée. Ce mattin, mad(ame) Desruisseaux est revenue de St-Denis avec sa belle-mère et la petite Félicien, après avoir expédiés pour Maurice son mari et la famille Frichot. On parle beaucoup d'une nouvelle invention de Mr Marcadine, chimiste de St-Denis, lequel dit-on a trouvé le moyen de fabriquer du charbon animal propre à la fabrication du sucre, avec le même succès que le vrai charbon animal. Cela mérite attention.

Mercredy

18

BEAU TEMS. BRISE DE N(ORD)-O(UEST).
: 27.11. SOUFFRANT.

TIIER(MOME)TRE : 18° A 21°. BAR(OME)TRE TRA VEAUX DU CHEMIN: ARBRES ABBATUS.

Quoique bien soufrant, je suis dessendu aux traveaux à Ste-Suzarme. J'ai attaqué le cap de Malavoix et abbatu six gros arbres qui gênaient le passage, etc., etc. Je suis revenu ce soir à la maison, exédé de soufrance et de fatigue. J'ai eu cinq personnes aux travaux. Malavoix est venu sur le soir grogner comme la vieille Kait, aubergiste de St(illisible) de Walter Scot, contre moi pour avoir abbatu une vieille charmille de maman Rosiers. Tout s'est arrangé à l'amiable après. Jeudy 19 THER(MOME)TRE: 18°20°. BAR(OME)TRE: 28. BEAU TEMS. JE DESSENDS ET M'EN REPENDS. SIX NOIRS A L'ATELLIER. rai encor été aux travaux aujourd'hui, mais il m'en a cuit. Je ne puis plus y tenir ce soir, car je soufre d'une manière affreuse et vois avec peine que je ne pourai pas de plusieurs jours me rendre à mon ouvrage. J'ai envoyé six personnes à l'atellier aujourd'hui.

976

MAI 1831

Dim(œu:he) 22 TRES BEAU TEMS. THER(MOME)TRE: 17° A 20°. BAR(OME)TRE : 28.1 UG(NE). FORTE BRISE DE S(UD)-E(ST). SOUFFRANCES. 4 Er 5 NOIRS A L'ATELUER. Depuis deux jours, je ne puis guère bouger de dessus mon lit. Je n'ai jamais souffert des hémoroides comme cette fois. Aussi ne pouvant plus y tenir, je me suis appliqué ce mattin des sangsues (3) à l'anus. Ce soir, je soufre malgré cela encor beaucoup. Je dois attribuer cette circonstance à l'iritation occasionné par ces vilaines bêtes. Vendredy, je n'ai envoyé que 4 personnes à l'atellier et hier cinq. Dim(œu:he) 29 BEAU TEMS. THER(MOME)TRE : DE 17° A 20°. BAR(OME)TRE : 28. JE SUIS MIEUX. 304 (UVRES) DE RIS DE L'ATELLIER. 48 JOURNEE FOURNIES. TERRASSES DE CAMILLE. FORGE MONTEE. JARDINAGE. LETTRE A FREON; REPONSE. PERTURBATEURS PUNIS. DUCHAIE, LAPORTE, AUTRES, AUTRES. Toute cette semaine, j'ai encor beaucoup souffert. Je me trouve mieux cependent , mais je suis encor incappable de monter à cheval. Lundy, j'ai envoyé prendre deux balles de ris de l'atellier de secour, pesant 304 (livres). J'ai fourni dans le reste de la semaine 48 journées. Quoique je n'aie pu me rendre aux traveaux, je ne suis pas resté à rien faire ici. Je me suis occupé de l'emplacement de Camille, où j'ai dirigé ses terrasses, etc. Chez moi, j'ai monté ma forge dans le hangar; j'ai fait du jardinage, e~ J'ai écrit à Fréon. Il m'a répondu et m'a annoncé qu'on avait enfm pris des mesures sévères contre les tapageurs de St-Denis, qui étaient en train de troubler la trenquillité public sous le moindre prétexte. Un certain sieur, espèce d'avanturier, entre autre, a été mis à St-Paul sous la surveillance de la police pendent un an. Un autre nommé Laporte, un trotineur, a été condemné à quitter le pais sous quinzaine, etc., etc. Mardy 31 PLUIE. BEAU TEMS. THER(MOME)TRE : 16° A 20°. BAR(OME)TRE: 28.1 UG(NE). TERRASSES DE CAMILLE. LA FORGE. RACOMMODE LE PEIGNE D'IRMA Er LE BAS DE PAR(AS)OL D'AUGUSTE. CUISINE DU VOISIN BRULE. LACHAPELLE EST UN ORIGINAL, C'EST SURE. Hier et aujourd'hui, toute la bande a travaillée à finir les terrasses de Camille, nivellé et dressé l'allée qui conduit à son pavillon. Gérôme et Auguste ont mis en place les billauds des enclumes à la forge. J'ai racommodé un peigne d'écaille à Irma et un bas de parassol à Auguste Maillet. Hier, nous avons eu de la pluie une bonne partie de la journée. Ce soir, le feu a pris à la cuisine du voisin Lachapelle. Je n'ai pas considéré la manière malhonnête et saugrenue dont il s'est conduit avec moi depuis son arrivée et j'ai volé au secour avec tout mon monde et mes enfants. Dans un instant, le feu a été éteint. Le voisin a deigné nous remercier, mais j'ai démêlé dans sa manière d'agir qu'il était vexé de me devoir un service. Je lui souhaites un jugement plus sain, le cher homme! En somme, c'est de l'eau et du feu.

977

JOURNAL DE LFSmUBLE

Mercredy

1er juin

BEAU TEMS. THER(MOME)TRE: 16° A 20°. BAR(OME)TRE : 28.1. JE ME RENDS AUX TRA VEAUX. EMIUE CHEZ ALFREDE ; JE DEJEUNE ET DINE AVEC EUX. VINSON. CHEMIN PAR EN BAS. DINE AVEC EMIUE ; PENSEE PENIBLE A SON SUGEr. CAMILLE FAIT UNE PLENTATION CHEZ BRUNO: CONCEIL QU'IL NE SAIT PAS; IL S'EN REPENTIRA TROP TARD. 6 NOIRS A L'ATELUER.

J'ai été ce mattin aux traveaux. J'ai été déjeuner chez Mr Ducastaing avec Emilie, qui y est arrivé depuis dimanche. De là, j'ai été au chemin, où j'ai trouvé l'ouvrage fait pendent mon absence bien. J'ai vu Vinson et nous sommes convenus de commencer le chemin par le haut, le bas étant terminé depuis le pont jusque chez Marcian Sigoyer. En revenant, j'ai été dîner avec Emilie et suis revenu assez tard à la maison. Boussard est venu me voir et a passé la soirée avec nous. J'ai trouvé ma pauvre Emilie bien faible. Elle a du courage, mais je suis douloureusement affecté du sentiment que me fait éprouver sa furieuse maladie, car je crois avec effroi sa perte presque certaine. Camille et Gervais commencent demain une grande opération. Ils vont plenter en cannes un défriché à faire de 15.000 gaulettes chez Bruno. C'est encor une opération qui sera funeste à mon pauvre garçon. Je le lui ai dit ; il ne veut pas me croire et s'en repentira, comme de son affaire d'habitation. Après ce dernier coup, j'espère que son expérience sera consommée. J'ai eu six Noirs (illisible). Dim(anche) 5
BEAU TEMS. THER(MOME)TRE : DE 17° A 21 0. BAR(OME)TRE : 28. 28.1(2 LlG(NE).

J'ai été constemment aux traveaux et jeudy ayant une grande quantité de Noirs, je suis monté au grand coude au-dessusde Marcian pour le parfaire; cet ouvrage est bien avancé. Dans la mattinée d'aujourd'hui, j'ai fait quelques traveaux à la maison et suis monté à midy chez Bruno, où j'ai passé le reste de la journée avec Emilie. Elle a passé une mauvaise nuit et se trouvait un peu accablée ce mattin ; ce soir, elle est assez bien. Lapière est arrivé comme nous étions à table et a cependent dîné de fort bon appétit Nous avons causés assez tard et je suis rentré chez moi à huit heures. Lapière m'a promis de venir prendre le caffé avec moi demain mattin. Madame Gervais Ozoux est accouchée hier d'une fille superbe, avant que l'on n'a pas eu le terns de faire avertir Vinson, qui n'est arrivé qu'après l'affaire.

978

JUIN 1831

Dim(anche) 26 SECHERESSE JUSQU'AU 25. THER(MOME)TRE: DE 16° A 22°. BAR(OME)TRE: DE 28. A 28.1 UG(NE) Er PUIS A 28. BRISE CARABINEE DE S(UD)-E(ST). CALME AUJOURD'HUI ET PLUIE. CHEMIN DE LA GR(AN)DE RAVINE. JE FAIT UNE CHUTE ET SOUFFRE. REPARATION DU CYMEfIERE. VOYAGE A ST-DENIS AVEC EMILIE. BRIK DE NANTES. GRANDE NOUVELLE. GUERRE: POLONAIS-RUSSES. LA BELGIQUE. TROUBLES A PARIS; EMEUTES. FAUSSE A FUMIER. PLANT D'OGNON: FREON. SECHERESSE. GRANDE PLUIE. PLENTATION D'OGNON. SEMIS DE TABAC. FAMILLE MAILLET DINE ICI. DEUX GABOUS : EfUDE DE MAILLEr. Du 6 au 11, j'ai continué à travailler au Chemin de la Croix (que nous nommons Bertin en mémoire de notre concitoyen le poète de ce nom) et nous sommes arrivés au gros cap. Le jeudy 16, en remontant à pied, j'ai tombé au ruisseau Manuel et me suis fait beaucoup de mal à une de ces deux sources qui sont pour la généralité des hommes un objet de haute importance et dont les ippocrites et les jésuites (c'est tout un) semblent faire peu de cas (nous savons à quoi nous en tenir). D'autres, pauvres diables, n'en ont plus! ! Hélas! ! ! ! ! Quoiqu'il en soit, toujours est-il que j'ai été trois jours au lit. Le lundy 20, je me suis rendu aux traveaux. Nous avons commencés à mettre notre cimetière en état; nous avons arrangés une jolie chaussée du grand chemins à aller au barreaux que nous faisons faire à ce lieu de repos éternel. Enfin, nous tâcherons d'arranger les choses de manière que chacun soit satisfait (ce n'est pas peu de chose). Nous avons fini là pour le moment hier et les maçons continueront à monter les murs d'enceintes et le barreaux. Jeudy 23, j'ai été conduire Emilie à St-Denis. Fréon a eu la bonté de nous prêter son landau pour ce voyage. Je suis revenu coucher à Belle-Eau. En revenant, j'ai vu un brik avec pavillon de Nantes se disposer à mouiller à St-Denis. Le vendredy mattin, nouvelles de St-Denis. Le brik Le Commerce annonce que l'affaire de la Belgique est arrangée; le duc de Nemour en est le roi. Anvers, port libre; l'Angleterre contente et plus que jamais unie à la France. La Russie a été battue par les Polonais, mais les ont battus ensuite. La Turquie et la Perse (illisible} la Russie en faveur des Polonais. L'archevêque de Paris fait un service pour le roi Louis xvm et met le buste du duc de Bordeaux sur l'autel avec la courrone en tête. Le peuple le laisse faire et ensuite détruit de fond en comble, église et évêché, etc. Il en termine avec l'hôtel de l'ambassadeur de Russie, à la nouvelle de la bataille perdue par les Polonais. La France trenquille. Ce mattin, les Noirs ont travaillés à finir la fausse à fumier, qu'ils ont commencés dimanche dernier. Fréon m'a envoyé jeudy du plant d'ognon; j'en ai eu quatre plenches. Le mien est superbe et sera bientôt bon. Nous avons eu une sécheresse constante jusqu'à hier, où enfm la pluie a eu l'air de vouloir tomber tout de bon. La brise infernale qui a constemment reignée les derniers quinze jours s'opposait à la pluie. Mais étant tombée tout à fait hier soir, nous en avons eu un peu la nuit dernière, et depuis ce mattin à huit heures il en tombe ferme. J'en profite pour trensplenter du plant d'ognon; Camille en fait autant. J'ai semé ce mattin de la graine de tabac dans un bout de la platte-bande du carreau d'aïl. Irma et la famille Maillet, hors le père, sont venus dîner avec nous chez Camille. Les deux Gabouts sont venus me voir ce mattin ; ils vont à St-Denis. Gabou y va pour son affaire de notaire; il achette l'étude de Maillet. Maillet fait bien de vendre et Gabou d' achetter.

979

JOURNAL DE LESOOUBLE

feudy 30 PLUIE S(UD)-E(ST). THER(MOME)TRE : 17° A 20°. BAR(OME)TRE : 28. CYMETIERE : FlLAOS. PLANfATION D'OONON. RIVlERES HAUTES. ALFREDE TRES MALADE; BIEN. PLACE DE L'EGUSE. CHEMIN DU BRAS DES CHEVRETTES: MAL FAIT ; J'y VAIS. L'INFATlGUABLE. LE MAJELLAN: NOUVELLES. MAUVAIS PRESAGE POUR LOUISPHIUPE. Lundy, je suis dessendu à Ste-Suzanne et ai passé la journée à finir l'allée du cimetière. J'ai même disposé les bords à recevoir des arbres. Nous avons eu de la pluie dans la nuit du lundy au mardy et dans cette dernière journée, nous en avons eu du mattin au soir. J'ai profité de la circonstance pour plenter de l'ognon et faire lever à la motte des f1laos et divers autres plants d'arbres pour le cimetière. Je suis d'ailleur resté à la maison toute la journée. Vinson m'a envoyé des Noirs pour trensporter ces plants à Ste-Suzanne. Cette pluie, assez abondante pour faire dessendre un peu les rivières, nous a rendu de l'eau à notre canal, qui était bien près de tarir tout à fait et a fait un bien inapréciable à nos plantations. Hier, le tems a été beau et je suis allé à Ste-Suzanne. J'ai fait plenter nos arbres et je me suis occupé du nivellement de la place de la nouvelle église, qui doit être installée et bénie le Il août prochain, jour de la fête patronale. A la maison, Ferdinand a fait dresser cinq plenche pour l'ognon et en a plenté deux. En revenant, j'ai passé chez Alfred, qui a été fort malade ces jours derniers et qui va mieux bien même à présent. Hier, Vinson m'a dit de venir voir aujourd'hui le chemin du Bras des Chevrettes, qui dirigé par Auguste Dioré, ne se fait pas comme il doit l'être. En conséquence, je me suis rendu ce mattin sur les lieux et me suis mis à l'œuvre avec trente-trois Noirs de réquisition. Ce chemin est mal tracé, pas assez large, etc. Il faut tout refaire en un mot. Lundy, j'ai été dîner à Belle-Eau, comptant y savoir des nouvelles d'Europe. Pendent que j'y étais, ont passés la corvette L'lnfatiguable, venant de l'Inde, et Le Magellan, navire du commerce venant de France et parti de Nantes le 22 mars. Il nous a porté des nouvelles du 18 mars, les mêmes à-peu-près que celles que nous avions. L'Europe est en feu et tout nous fait présager une tempête politique. Notre cher monarque pourait bien dégraingoller avec son sistème de tiédeur politique! Il nous faut la guerre absolument, autrement notre belle France courrera de malheureuses chanses. Vendredy (premie)r et samdy 2 juillet
GRANDE PLUIE. BRISE DE S(UD)-E(ST). THER(MOME)TRE 18, 20. BAR(OME)TRE 28.2

UG(NES). CHEMIN DU BRAS DES CHEVRETTES. DEJEUNE AVEC GERVAIS. LE MAUVAISTEMPSME FAITRESTER.PLANfS DE CHAMPAK.PLACEPOURL'OONON. BRIKDE MAURICE.DESRUlSSEAUX ARRIVE.NAVIREDE HONFLEUR.NOUSAVONS DES NOUVELLES.EMIUE AVEC DE LA FIEVRE. LEVAVASSEUR.PLUMET. ETUI A
LUNEITES. PlANT D'OGNON A IRMA

Hier, je me suis rendu au chemin du Bras des Chevrettes et j'ai continué le travail. J'ai été comme jeudy déjeuner avec Gervais Ozoux. Ferdinand a fait plenter de l'ognon à sa maison. J'ai eu de la pluie presque toute la journée au chemin, ce qui m'a un peu gêné dans l'ouvrage. La nuit dernière, la pluie a tombé avec force et a continuée toute la journée. Le temps a été si mauvais que je n'ai pas été au chemin. J'ai fait trensplanter des champaks dans le verger ainsi que divers plants. ensuite j'ai fait disposer de la place pour trensplanter encor de l'ognon.

980

JUILLET 1831

Hier, étant chez Gervais, nous avons vu passer un brik. Gervais pensait que c'était la corvette Le Lézard mais je ne le reconnus pas. Nous avons su ce soir que c'était un navire venant de Maurice et qui a porté Desruisseaux et ses gouramiers. Ce mattin au point du jour, j'ai vu passer un trois mâts avec le signal d'Homfleur. Il nous porte probablement des nouvelles. Camille a reçu ce soir une lettre d'Emilie. Elle lui marque qu'elle est au lit avec de la fièvre mais qu'elle se trouvait mieux aujourd'hui. Aprés-midy Levavasseur est venu me voir pour lui teindre un plumet. Nous avons vu que cela ne se pouvait. Je lui a[i] repar[ é] son étui de lunettes. Ce mattin j'ai envoyé du plant d'ognon à Irma. Du reste la pluie continue avec la brise de s(ud)-e(st). Dim(ant:he) 3 BEAU TEMS. THER(MOME)TRE
GRAINES DE CITROUILLE.

20. BAR(OME)TRE

28. 1 LIG(NES). PLENTE DES

DINE CHEZ LEV AVASSEUR. LAPIERRE.

A la corvée, j'ai travaillé au jardin. J'ai plenté des graines de citrouilles serpent de Md Fréon au bas du jardin à l'o(uest). Irma est venu à midy voir Céleste, et Camille et moi nous sommes allés dîner avec Bruno et Levavasseur. Bruno est arrivé il y a quelques jours. Nous avons eu de la pluie la nuit dernière et une partie de la mattinée. Lapière était chez Bruno et m'a remis une souscription pour un portrait du Roi pour la faire signer chez Fréon. Jeudy 7 BEAU TEMS. PLUIE A VANT. THER(MOME)TRE 27 A 20. BAR(OME)TRE 28, 28.1 UG(NES). PLANTE DE L'OGNON. JE VAIS A STE-SUZANNE. LACHAPELLE ME REFUSE DE L'EAU. CHEMIN DU BRAS DES CHEVRETIES. DINE AVEC MAILLET. REVERSIS. A L'AUDIANCE. POINT. EDOUARD PERICHON. PLUS D'ATELUER DE SECOUR. 100 L(lVRES) [DE] MAlS DE CHEZ VINSON. LEITRE A JACOB. REPONSE. Lundy, il a tombé de la pluie toute la journée. Je n'ai [pas] été au chemin du bras des chevrettes. Je suis resté à la maison et j'ai profité du temps pour planter de l'ognon et travailler à mon jardin. Mardy, nous avons eu de la pluie toute la mattinée et le temps est revenu au beau ensuite. J'ai été à Ste-Suzanne croyant qu'il y avait audiance à la justice de paix, mais point. J'y allais pour porter une plainte contre le saugrenu Lachapelle qui prétend m'empêcher de prendre de l'eau à la source. En revenant de Ste-Suzanne, j'ai été au chemin du Bras de Chevrettes où j'ai trouvé bien peu de monde. Je suis revenu de bonne heure à la maison et je suis entré chez Dioré pour avoir avec Auguste le relevé des journées de réquisition déjà employées. Je suis entré chez Maillet où j'ai resté à dîner. Nous avons fait avec Boussard une partie de reversis qui nous a mené jusqu'à 9 heures. Hier j'ai été à l'audiance de paix mais Jacob était malade et n'est pas venu. [Il] n'y a pas eu d'audiance. Je suis revenu avec Edouard Périchon qui y était allé pour une assemblée de guildiviers, etc. On a toujours continué à préparer des plenches pour planter de l'ognon. Il n'y a plus de ris à l'atelier de secours et j'en manque. J'ai écrit à Vinson à ce suget. Il m'a répondu qu'il me donnerait du maïs en attendant ma récolte. Ce mattin, j'en ai envoyé chercher 100 l(ivres) chez lui.

981

JOURNAL DE LESOOUBLE

parents pour nommer un autre tuteur aux mineurs Gimar, Edmont se démettant de sa tutelle.

J'ai écrit à Jacob cet après-midy au suget du méfait de Lachapelle et au suget d'un avis de Jacob m'a répondu de venir demain à Ste-Suzanne pour en causer. Aujourd'hui, j'ai fait dressé des plenches et y remuer le fumier pour plenter demain de l'ognon. Edmond et Alfonse sont entrés hier chez Ch(ar)les Adam en qualité de chartiers à 50 c(entime)s par jour. Dim(anche) 10

BRISE CARABINEE ET GRAINES VOLANT. THER(MOME)TRE 17 A 20. BAR(OME)TRE 28.1 li(GNES). BILLET DE VINSON. CHEMIN DES CHEVRETTES. VU JACOB ETC. DINE CHEZ VINSON. VISITE A JUliETTE. LETTRE D'EMILIE. ACHEVE L'OGNON. LETTRE A FREON. NOUS AURONS LA VOITURE. EMILIE REVIENT.

Vendredy, samdy et aujourd'hui, nous avons eu une brise épouvantable avec des grains volants, humides mais sans pluie. Vendredy, j'ai reçu un billet de Vinson écrit du chemin du bras des Chevrettes au crayon qui m'invitait à venir. Je suis allé de suite et à midy Vinson est venu. Nous nous sommes concertés sur ce qu'il y a à y faire et ensuite nous sommes venus à la mairie de Ste-Suzanne où j'ai vu Jacob au suget du refus d'eau de DodiTUlis Lachapelleet pour un conceil de famille. Je suis ven[u] dîner avec Vinson, visiter ensuite la famille Ducastaing, enfm arrivé à la maison tard. Hier, je suis resté chez moi et j'ai fait achever ma plentation d'ognons. Hier soir, j'ai reçu une lettre d'Emilie pour son retour ici. J'ai écrit ce mattin à Fréon à ce suget. Nous aurons sa voiture pour mardy. Dim(anche) 17
PLUIE. BRISE DE S(UD)-E(ST) FORTE. THER[MOME)TRE DE 16 A 20. BAR(OME)TRE 28. 1 LIG(NES), 28. VOYAGE A ST-DENIS. EMIliE RETOUR. NOUS DINONS CHEZ MD FREON AVEC BRUNO ET SA FEMME. CHEMIN DU BRAS DES CHEVRETTES. MR UAS. HENRI MINGARD. BOURDAJOL. CLARIFICATION DU VESOU DES CANNES. EMILIE MAL AU COTE. SANGSUES. ECURIES COUVERTES. BREDES, SALADES ETC. CLOCHE CASSEE DONNEE.

Lundy, j'ai été dîner chez Md Fréon et ensuite je suis parti avec Henri pour St-Denis dans le landau de Fréon. J'ai couché à St-Denis et mardy, après avoir déjeuné avec Emilie et la famille de Bruno chez Md Deruisseaux, nous sommes parti de St-Denis, Emilie, Md Bruno et moi avec Félicien dans le landau. Nous avons dîné à Belle-Eau et après dîné nous sommes venus dans la petite voiture de Md Fréon jusque chez Fanchain cadet. Emilie est montée dans le manchil de Céleste et nous à cheval pour nous rendre chacun chez nous. Toute la semaine j'ai été au chemin du Bras des Chevrettes pour y faire travailler. J'y ai vu Mr Lias, neuveux d'Abbadie avec lequel je suis convenu du tracé du chemin dans son terrein qui borde le chemin en quittant l'ouvrage. J'ai été dîner avec Bruno ou Levavasseur (sic). Jeudy, Henri Mingard y est venu pour arrêter avec ces messieurs un plan quelconque sur les procédés de Mr Boudajol pour la clarificationdes sucres. Henri a dîné avec nous ce jour. Nous avons eu beaucoup de brise et de la pluie touts les jours soit dans le jour ou la nuit. Emilie se trouve assez bien depuis son retour. Cependent, avant-hier, elle a eu un peu mal au côté et s'est fait appliquer des sangsues qui l'on soulagée. A la maison, j'ai fait recouvrir les portions des écuries qui étaient gâtées et travaillé au jardin où j'ai plenté salade, brèdes, etc. Levavasseur me donne sa cloche cassée.

982

JUILLET

1831

Lundy 18 GRANDE PLUIE. THER(MOME)TRE 17, 19. BAR(OME)TRE 27.11 UG(NES) 112.IRMA DINE CHEZ CAMILLE. AVERSE. RUISSEAU A DESSENDU. GARNI DE SAPAN L'ENTOURAGE DU JARDIN. BREDES. OGNONS. TEMPS TRES OBSCUR. GRAIN ÉNORME. RIVIERES DESSENDUES. TEMPS CALME. ECLAIRS. GROSSE MER. PLUIE A ST-DENIS. MARIAGE DE LAPIERRE. A 4 h 112 Hier mattin, il faisait beau temps. Irma est venu dîner chez Camille avec ses enfants. Sur les cinq heures du soir, le temps s'est chargé et la pluie a tombée aussi fort. Il y a eu un quart d'heure d'embelli à 7 heures du soir et Irma en a profité pour retourner chez elle. Nous avons eu un fort coup de tonnere à 9 heures du soir du côté de la mer et ensuite des grains de pluie qui ont durés toute la nuit. Elle a continué aussi toute la journée et à quatre heures il y a eu une averse très forte qui fait dessendre le ruisseaux et déborder mon canal. Les Noirs ont coupé du sapan pour garnir extérieurement l'entourage du jardin à l'ouest, afin de la mettre à l'habrit des poules qui fouillent au pied et fait tout partir jusqu'aux rosiers. J'ai fait plenter des brèdes et remplacer de l'ognon. A 9 heures du soir. A cinq heures, le temps est devenu si obscur que nous n'y voyons à peine à table pour dîner. Aussitôt après le dîné, il est venu du n(or)-e(st) un grain énorme qui dans cinq minutes a inondé tout l'espace. L'eau coulait dans l'allée comme un gros ruisseau. Le grand chemin était devenu un gros ruisseau. Ce grain a duré une heure. A l'heure présente, le temps est très calme et la pluie a cessée mais 1'athmosphère est très chargé et l'on ne voit point l'orison. La mer gronde, les rivières sont dessendues. Il y a eu beaucoup d'éclairs dans la soirée sans tonnère, nous avon& su qu'il pleuvait avec la même force à St-Denis par Trompète qui en arrive. C'est aujourd'hui que Lapierre se marie avec Mlle Bouquet. La noce sera humide à coup sûre. Enfm cette bonne demoiselle se marie donc! Elle avait dejà manqué quatre mariage. feudy 21 PLUIE FORTE. THER(MOME)TRE 18 A 19. BAR(OME)TRE 28.1 UG(NES). CHEMIN DU BRAS DES CHEVRETTES. MD SIGOYER ARRIVEE DE ST-DENIS MALADE. PLATTEBANDE DANS L'ALLEE. MUR RELEVE EN GASON. DINE AVEC BRUNO. CONVENUS D'ALLER TRACER UN CHEMIN DEMAIN. DEFRICHER. BEAU TEMS. Mardy, nous avons eu de la pluie toute la mattinée et dans la nuit suivante. Hier, assez beau temps dans la journée et au commencement de la nuit nous en avons eu à verse. J'ai été ces deux jours au chemin. Avant-hier, dîné avec Md Bruno, hier avec Levavasseur. Md Sigoyer est arrivée hier de St-Denis avec Desruisseaux et sa femme. Hier, en revenant à la maison, j'ai attrapé le grain tout le long du chemin. Pendent ces deux jours, j'ai fait relever le mur de la première terrasse du jardin à l'est en gason bien damé. Le torchi dont il était fait n'a pas tenu. L'humidité détruit totallement ce genre de travail et ce mur n'a pas duré deux ans tandis que le gason se fortifie par le temps surtout lorsqu'il est bien tondu. Aujourd'hui, j'ai commencé à former des platte-bandes des deux côtés de l'allée du milieu du jardin pour y mettre des fleurs. Je me suis rendu au chemin à une heure. Il n'y a presque plus de Noirs à ces travaux ce qui est fort ennuyeux.

983

JOURNAL DE LFSCOUBLE

Je suis monté dîner avec Bruno et nous sommes convenus avec Camille et Gervais que demain je monterais tracer un chemin dans un nouveaux défriché que les deux jeunes gens sont à faire pour y plenter des cannes pour le compte de l'établissement. Nous avons eu d'ailleur beau temps toute la journée. Vendredy 22 BEAU TEMS. THER(MOME)TRE 19 A 20. BAR(OME)TRE 28.1 UG(NES). PLANTATION DE HARICOTS. FERDINAND MAL A LA LANGUE ET EN PURGATION. TRACE DES CHEMINS. ONDITQUEIE GOLEST ARRlVE AVEC OSCAR. Ce mattin, j'ai planté une grande planche d'haricots rouges. Ensuite, j'ai envoyé les Noirs récolter le maïs sous la direction de Jean-Marie, Ferdinand étant en médecine depuis huit jours. Il avait besoin d'une bonne purgation, sa langue était toute écorchée et à peine pouvait-il manger. A présent il va bien et sera bientôt paré. A huit heures, je suis monté chez Bruno où après déjeuné, lui, Gervais et moi sommes montés au défriché. J'y ai passé la journée avec eux. J'ai tracé les chemins nécessaires pour l'extraction des cannes à planter. Nous sommes dessendus fort tard et après le dîné je suis revenu assez fatigué chez moi. On dit le vaisseau Le Gol ou Courrier du Gol arrivé à St-Denis ayant Oscar Pivetot passager. La journée a été fort belle et pas trop chaude. Samdy 23 BEAU TEMS. FORTE BRISE DE S(UD)-E(ST. THER(MOME)TRE 20. 17, 25. BAR(OME)TRE 28. 1 LIG(NES). RECOLTE DE MAIS BIEN TRISTE, RESU[L]T AT DES CANNES. PLATTE-BANDE DE L'ALLEE. VISITE DE DESRUlSSEAUX. CELESTE PRETE D'ACCOUCHER. DINER CHEZ VINSON. L'EGLISE NOUVEll..E. NOUVELLES PAR IE GOL. POLONAIS VAINQUEURS. MR BARBAROUX. PROCUREUR GENERAL ETC. OSCAR PIVEIUf. UN GRAND SCELERAT. LA FRANCE TRENQUILlE. Ce mattin j'ai fait achever la récolte du maïs qui s'éllève tout au plus d[e] 7 à 800 l(ivres) net. Triste fruit de la maudite plentations de cannes. Ce maudit roseau a perdu ma terre et il ne me reste plus que l'espoir de la refaire à force de soin. Après cela j'ai fait achever les plattes-bandes de l'allée. A deux heures, Desruisseaux est venu me voir. il était dessendu pour voir Céleste qui attend d'un moment à autre ses couches. Je suis dessendu à trois heures chez Vinson où j'ai dîné. Nous avons parlés des travaux et de la décoration très prochaine de notre nouvelle église dont la dédicace doit s'effectuer le Il août, fête patronale de notre quartier. J'ai lu la gazette du jour qui nous annonce l'arrivée à St-Denis du navire Le Gol du Havre mouillé avant-hier. Il a eu pour passager Oscar Pivetot, le Procureur général Barbaroux, f1ls du fameux conventionnel guillotiné par la faction de Robespière d'exécrable mémoire. Il est arrivé aussi un commissaire de marine et beaucoup d'autres passagers dont plusieurs sœure de St-Joseph. La France est parfaitement trenquille, la confiance renaît. Les Polonais ont écrasé les armées russes et son victorieux contre toutes les probabillités.

984

JUILLET 1831

Dim(anche) 24 BEAU TEMPS. PLUIE. FORTE BRISE DE S(UD)-E(ST). THER(MOME)TRE 15, 17, 15. BAR(OME)TRE 28. TRENSPLANTE DES MULTlPUANTS. TOURNE UN EMBOUT DE PIPE. REPARE UN CANAL SOUTERRElN. LA PETITE TORTUE DE CONSTANCE. J'(EA)N-MARIE PIQUEUR COMMENCE DEMAIN. A la corvée, ce mattin, j'ai trensplenté une demie-plenche de multipliants et fait vuider tous les bassin à l'est. J'ai tourné un embout de pipe pour Jean-Marie et ensuite avec Mambo j'ai découvert le canal souterrein qui vient de la cuisine pour le réparer, attendu qu'il était crevé et engorgé. J'ai achevé d'arranger la petite tortue de Constance. J'ai arrêté J(ea)n-Marie en qualité de piqueur pour nos chemins à 10 piastres par mois, il commencera son office demain. Mercredy 27 PLUIE. THER(MOME)TRE 20.17. BAR(OME)TRE [28]. 2 UG(NES), 28.1. J(EA)N-MARIE AU CHEMIN. PARQUE A COCHON. COCHONS MORTS. RENVOYE LE TRAVAIL DU BRAS DES CHEVREITES. DINE CHPZ DESRUISSEAUX. VISITE EMILIE. LAPIERRE ET SA FEMME. VU VINSON A STE-SUZANNE. L'EGUSE NOUVELLE. PROGEf DE PEINDRE L'AUTEL. PASSE LA JOURNEE AVEC JUUETTE. COUPLETS POUR LE MARIAGE DE MLLE OZOUX PAR VINSON. CAMILLE AUX NOCES A ST-DENIS. PLUIE.
THER(MOME)TRE 17.20. BAR(OME)TRE 28.1 UG(NES). BRISE DE S(UD)-E(ST). VISITE A EMILIE. CELESTE EN MAL D'ENFANT. CÉLESTE EST ACCOUCHÉ D'UN GARÇON. CAMILLE ARRIVE.

Lundy, j'ai envoyé J(ea)n-Marie en sa qualité de piqueur au chemin du Bras des Chevrettes et j'ai mis ma petite bande à orienter dans l'encienne forge un parque pour mes cochons que j'avais uni avec ceux de Camille et qui y mour[a]ient du soufle. Cette opération a été faite dans la journée. Je suis allé au chemin à deux heures et j'y ai trouvé Jean-Marie avec trois Noirs. Voyant ce peu de moyen de continuer l'ouvrage, j'ai renvoyé pour le lendemain ce travail à un temps plus heureux. Je suis allé dîner avec Desruisseaux et ensuite été voir Emilie chez Bruno. Lapierre y est depuis quelques jours avec sa femme. Ils se sont, je pense, sauvés pour quelques temps de l'insipide Mr Bouquet, leur père. Hier, je me suis rendu de bonne heure à Ste-Suzanne pour voir Vinson que j'ai trouvé à l'église qu'on veut faire pour le Il août, jour de la fête patronalle. Nous avons arrêté divers points au suget des travaux et que lundy prochain je me rendrais là-bas pour peindre et décorer l'autel de l'église. J'ai déjeuné avec Vinson et passé le reste de la journée avec Juliette. Vinson a eu la complaisance de faire trois couplets que Camille doit chanter au repas de noce à sa bellesœur, Henriette Ozoux, qui se marie aujourd'hui avec Mr Montplanquat, juge de paix à StDenis. Camille est parti ce mattin à trois heures pour St-Denis à cet effet, me priant de rentrer à la maison parce que Céleste au moment d'accoucher [peut] avoir besoin de secours. A trois heures ap[rèsJ.midy, ne la voyant point en disposition d'en venir là et ayant su par Lydia qu'Emilie avait eu de la fièvre, etc, je suis monté la voir. J'ai dîné là-haut et suis dessendu à présent pour trouver la chère fille en mal d'enfant. Alfrède est auprès d'elle ainsi qu'Irma. Attendons donc l'événement avec patience. A 9 heures. Céleste vient d'accoucher d'un beau garçon. J'avais un pressentiment qu'elle nous donnerait cette fois un garçon et je suis charmé de voir mon désir satisfait. Trompette expédié à StDenis par Céleste à 4 heures est arrivé à St-Denis au dessert du repas de noce. Camille est venu au galop et arrivé près de son nouveau-né à Il heures 1(1..Tout va bien dieu merci, allons nous coucher.

985

JOURNAL DE USOOUBLE

Jeudy 28 TEMPS NEBULEUX.PLUIE FINE. THER(MOME)TRE18 A 20. BAR(OME)TRE28.1/1
UGNES. LETTRE A MD FREON ET A FREON. REPONSE. CAFE. VISITE DE MD BRUNO. MIGRAINE. LOQUET DE PORTE.

J'ai écrit ce mattin à Md Fréon et à Fréon pour leur annoncer l'événement d'hier. Fréon m'a répondu et m'a envoyé du café. La chère tante ne m'a pas répondu. Md Bruno et autres sont venus voir Céleste après midy. Md Bruno m'a dit qu'Emilie avait encor eu de la fièvre hier soir. J'ai eu une migraine affreuse toute la journée et encor ce soir. Cela ne m'a pas empêché de faire un loquet pour la porte de la chambre de Céleste et que j'ai posé. Le temps a été couvert et nébuleux toute la journée, très calme et donnant une pluie fine presqu'imperseptible. Vendredy 29
BEAU TEMPS. COUVERT. THER(MOME)TRE 18 A 21. BAR(OME)TRE 28. PREPARE LA PLACE P(OU)R DU CELERIS. L{EJITRE DE MDS MARCHAND Er SICRE. CAISSE DE VIN. REPONSE. POIS DU CAP P(OU)R MD FREON. LETTRES A FREON. SANGSUES P(OU)R EMILIE QUI A LA FIEVRE. RENVOYEES. FERMENTATION P(OU)R UNE LOI PERTURBATRICE. PELLE A FOUR.CANULE.

J'ai fait gratter sous les cocotiers pour faire faire des fosses à planter du céleris demain. J'ai reçu des lettres de Mds Marchant et Sicre et une caisse de vin que m'a envoyé la chère tante Fréon. Je lui ai envoyé des pois du Cap, les premiers produits de cette année. J'ai écrit à Fréon pour avoir des sangsues à appliquer à Emilie. n m'en a envoyé, mais elles n'ont pas pris. Je lui récris ce soir en les lui renvoyant et lui parle de la fermentation des esprits ici au suget de la loi qui affranchit les Noirs du Roi, ma lettre ne partira que demain mattin. J'ai fait ce mattin une pelle à four pour enfourner des pains de son pour le bazard ensuite j'ai tourné une petite canule d'ébène pour notre nouveau-né. Samdy 30 BEAU TEMPS. THER(MOME)TRE 18 ET 20. BAR(OME)TRE 28. FAUSSE POUR LE CELERIS. CIRE A CACHETTER MANQUEE. ALFREDE ET JULIETTE LA-HAUT. FERDINAND AUSSI. AFFREUSE MIGRAINE. HUlLLE DE COCOS ARRIVEE A 12 L(IVRES). J'ai fait arranger une fausse pour trensplanter du céleris mais cela n'est pas achevé. J'ai tenté de faire de la cire à cachetter et n'ai pas réussi faute de thérébentine de Venise. Juliette et Alfrède sont montés voir Emilie et couchent là-haut. Ferdinand est allé la voir aussi et m'a dit au retour qu'elle était un peu mieux ce soir. Une affreuse migraine qui m'a tenu toute la journée m'a empêché comme je me le promettais d'aller voir Emilie. n est arrivé à St-Denis un navire chargé d'huille de cocos. Elle est à 12 l(ivres).

986

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.