KLÉO L'OISILLON ADOPTÉ

De
Publié par

Griselle a pondu son œuf dans un nid de pies, qui contient déjà deux œufs presque semblables. Kléo, le petit coucou-geai, brise sa coquille en même temps que les deux oisillons qui sont les petits de Pilette et Pilo. Les parents adoptifs de Kléo arrivent à peine à satisfaire son appétit insatiable. Pendant ce temps, leurs oisillons, Pilanou et Pilanie, dépérissent.
Publié le : jeudi 1 mars 2001
Lecture(s) : 309
Tags :
EAN13 : 9782296166028
Nombre de pages : 40
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Note au Cecteur
Kléo, l'oisillon adopté
dé .Jtnnie Stamm{er

Texte et i{{ustrations

Chaque sujet a son histoire, et chaque situation ne peut être que singulière. La rencontre des « parents biologiques» de Kléo, le petit coucou-geai, est intense mais brève. Griselle, délaissée par son compagnon, va pondre son œuf dans le nid d'un couple de pies. C'est la répétition de sa propre histoire. Kléo est donc là, dès son éclosion, dans le nid édifié par un couple de pies, Pilette et Pilo. Il est accepté d'emblée, mais ses parents adoptifs ont rapidement des difficultés. Il réclame plus impérieusement sa nourriture que leurs propres oisillons, éclos en même temps. Ces derniers regardent d'un œil noir, leur frère adoptif que nourrit leur mère. Ils dépérissent, jusqu'à l'arrivée de la grand' mère maternelle qui ramène un certain ordre. Cependant, la révélation du secret de la naissance par la grand'mère en l'absence de toute demande, n'est entendue que par le frère et la sœur. Leur rejet éclate bientôt lorsqu'ils sont seuls dans le nid, en dehors du regard de leurs parents. Dans une atmosphère agitée, les peurs de Kléo vont se traduire par des cauchemars. Une consultation spécialisée va s'ensuivre. C'est le récit de son rêve qui amène la très simple question des « parents de naissance », et aussi le réveil de sa curiosité. Dès lors, capable de prendre son envol, il s'en va à la recherche de sa mère de naissance, et comme c'est un récit à la manière d'un conte, il la retrouve, très rapidement.. Qui est-elle? va-t-elle répondre à ses questions? Pourquoi l'a-t-elle abandonné? Qui est son père? Kléo revient ensuite à son nid d'adoption. Et là, une surprise l'attend. une fête est organisée par ses parents adoptifs, reconnaissant la presque indépendance des trois oisillons qui ont bien changé.. Tous doivent être encore nourris, mais ils sont capables de voler librement. Lisible par tous les enfants, ce livre, en grande partie issu de longues années de pratique, en tant que psychiatre, à l'hôpital, à l'ASE*. en libéral, pourra intéresser les adultes qui les entourent, et en particulier, les parents d'adoption.
:NB . La y (uyart e[es coucous yone[ent
d'oiseaux. édosion, nie[ e[eyies, .Jl {'inverse élimine e[u coucou gris (es autres (eurs œufs e[ans (e nie[ d'autres qui est (e coucou commun,et e[esyies. esyèces e[ans un

qui, e[ès son

œufs, (e coucou-geai,

(orsque son œuf est yone[u

(cas (e y(us fréquent)

est é(evé avec (es yetits

. Aide Sociale à l'Enfance.

Du même auteur

Neigeuse la Merlette blanche Un oiseau blessé Poussiérot part en tournée

Aux éditions Indigo et Côté-Femmes

Poussiérot le corbeau Poussiérot chez les merles Poussiérot chante à Paris Le voyage en Chine de Poussiérot le corbeau Le mariage de Neigeuse et Poussiérot

@ L'Harmattan,

2001

5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris - France L'Harmattan, Inc. 55, rue Saint-Jacques, Montréal (Qc) Canada H2Y 1K9 L'Harmattan, ltalia s.r.l. Via Bava 37 10124 Torino L'Harmattan, Hongrie Harg}.ta u.. 3 1026 Budapest ISBN: 2-7475-0264-3

KLÉO, LE COUCOU-GEAI

'Texte et i{{ustrations

de .Jlnnie S'T.Jt.Jvl:JvlL~'R

L' Ht'mattan

Griselle et Griset
Par une belle matinée de printemps, Griset, le coucou-geai, aperçut Griselle. Mince et gracieuse, elle voletait d'arbre en arbre, de buisson en buisson, gobait un insecte, une baie. Elle se posa enfin dans un cerisier sauvage, et doucement, lissa ses plumes. De l'arbre voisin, Griset l'appela: « Griselle, veux-tu venir avec moi? » Sans plus attendre, il prit son essor et vint se poser au pied du cerisier. Levant sa tête ornée d'une huppe claire, Griset regarda Griselle de ses beaux yeux cerclés d'orange. Puis il ouvrit ses ailes, dont la bordure blanche soulignait la teinte brun foncée. « Viens, Griselle! Suis-moi dans mon bel acacia! » l'appela-t-il. L'air était léger. Nul danger ne menaçait. Griselle était séduite. « Allons-nous y construire un nid? » demanda-t-elle. « Bien sûr! » fut la réponse. Alors, Griselle quitta sa branche et vola vers Griset.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.